NdA

: Yosh ! Encore un long chapitre. Pas trop de slash dans celui-ci. Il s'agit plus d'une exploration de la relation de Castiel et Mikhaïl et bien sûr des événements de "In the Beginning". Je ne sais pas si la série voulait cet épisode comme un vrai voyage dans le passé, ou juste une illusion crée par Castiel pour montrer à Dean l'enchainement des événements, donc j'en ai fait ma propre interprétation, ainsi que du rôle et des objectifs de Castiel. C'est parfois un peu bancal, mais c'est toujours le cas quand on joue avec les voyages dans le temps. Ah, et les nouveaux épisodes me posent un peu problème par rapport aux hypothèses de départ de cette fic, mais c'est pas grave, j'aime les défis et je rendrai cette fic cohérente quoiqu'il en coûte. Bref, vous verrez bien.

(Gros bisous Aly, je t'ai pas demandé de béta ce chapitre, parce que tu as les mains pleines avec "My sin, my perdition", j'espère que ce chapitre te plaira quand même ^^)

Alors maintenant, mes revieweuses :p (oui, à partir de maintenant, je réponds en individuel, mais en tout cas merci à toutes de me lire)

- lapetitevoix : j'espère que d'autres auteurs se lanceront dans le Dean/Castiel, je crois que MoOonshine s'y est mis. En tout cas, je suis contente de savoir que mes fics t'émeuvent. Et ce n'est que l'un des futurs possibles pour notre ange favori…Mais on sait comment ça finit en général.

- MoOonshine : Ah, une co-auteur Dean/Cas ^^. Faudra que j'aille laisser mes petits commentaires sur tes fics aussi un de ces quatre. Et désolée, pas de scène slash dans ce chapitre v_v. Mais au moins, voilà la suite.

- liliecoeur : Tout à fait, ça n'est qu'une fin possible… Le tragique est cependant une part de cette fic, comme il l'est de la série, cela ne présage rien de bon pour notre Castiel.

- Ava : Merci beaucoup. Je suis très touchée. J'espère que ça continuera à te plaire.

- dinahe : euh, non, je me suis mal exprimée. Les ordres de Gabriel concernent les événements de "In the Beginning", ils n'ont rien à voir avec le rêve, qui lui est un avertissement de Gabriel, à charge pour Castiel de faire ce qu'il estime devoir faire. J'ai crû comprendre que tu n'étais pas une fan de slash, lire mes fics ne te dérange pas ? (pure curiosité de ma part, je t'avoue, ça ne m'empêche pas d'apprécier le fait que tu me lises)


Chapitre 4 : Mémoire du passé, défi du présent


Les ordres laissés par Gabriel étaient clairs, mais Castiel n'avait aucune envie réelle de les mener à bien. Dean allait souffrir une fois de plus d'être confronté à son passé et lui… Après le rêve, la vision, il aurait voulu pouvoir prendre un peu de distance vis-à-vis de son protégé. Mais c'était un luxe qu'il ne pouvait s'offrir.

C'est si mal que ça, de l'aimer ? La voix de Mikhaïl le tira de la torpeur dans laquelle il s'était enfermé. Castiel n'eut pas le cœur de lui montrer le rêve tragique. Etant son hôte, Mikhaïl aurait ressenti toute sa douleur et toute sa peine. Les anges aiment leurs protégés, nous avons été créés pour aimer. Mais pas comme ça. Pas avec passion ou désire. Il se leva et regarda le soleil se coucher, toujours aussi émerveillé par la Création. Et tu aimes Dean comme cela ? Même si c'est un homme ? Castiel fronça les sourcils. Gabriel le pense. Il sentit une once d'exaspération de la part de son hôte. Mais, toi, qu'est-ce que tu en penses ?

Castiel ouvrit ses ailes et usa de son pouvoir pour cheminer vers son protégé. Il y a davantage en jeu que mes sentiments envers Dean. Je dois les maîtriser, quels qu'ils soient. Il réapparut à l'extérieur du Willow TV motel, la forte odeur d'humidité et de saleté assaillant ses narines. Il ne vouait pas continuer à parler de ça. Il ne voulait pas penser au choix implicite devant lequel Gabriel l'avait placé en lui montrant un des futurs possibles. Pourquoi l'archange avait-il fait cela ? Castiel n'était pas supposé prendre ses propres décisions, n'y étais pas même préparé. Mikhaïl, toutefois, ne semblait pas prêt à abandonner la discussion. Castiel, je ne sais pas ce qu'il en est des anges, mais je sais qu'on ne contrôle pas l'amour. Il baissa les yeux à cela et regarda passer un petit rongeur, un rat probablement, sur l'un des tuyaux qui longeait le mur du motel. Si je ne le fais pas, alors les démons vaincront, finit-il par admettre. Comment cela ? Castiel ne répondit pas, se contentant de rassurer son hôte sans mot. Inutile que Mikhaïl prenne part à cela. Il vit la porte de la chambre de Dean s'ouvrir. Fronçant les sourcils, il recula d'un pas, pour rester à dans l'ombre. Sam en sortit et se dirigea vers une voiture. Il sentait le démon à l'intérieur. Cela ne faisait que confirmait, si besoin était, ce que Gabriel lui avait appris.

Maintenant, il était temps que Dean l'apprenne à son tour. Et Castiel se devait de découvrir ce qu'Azazel voulait lorsqu'il avait nourri un bébé de son sang. Quel dommage qu'ils ne l'aient pas capturé avant que Dean ne le tue. Mais ses actions n'avaient pas l'air si dangereux à l'époque. Les Anges n'avaient pas réalisé le péril…

Il regarda Sam monter dans la voiture et partir, puis se glissa dans la chambre. Dean dormait. Il ressemblait à la conception que les humains se faisaient des Anges. Il n'avait même pas pris le temps de se déshabiller, se contentant de son blouson pour se couvrir. Dean…Songea tristement Castiel. Il s'approcha et s'assit sur le bord du lit, suivant des yeux les contours du visage de Dean, la courbe de ses lèvres pleines, se remémorant le rêve, il avança presqu'inconsciemment une main vers le visage de son protégé avant de s'interrompre, se rendant compte de quelque chose.

Le cœur de son hôte battait plus vite. Castiel baissa la tête pour regarder sa poitrine, cherchant l'affliction qui pouvait provoquer une telle réaction, tout en sachant que sa grâce devait le protéger de tout mal. Ca n'est pas un mal, Castiel, chuchota la voix de Mikhaïl au fin fond de son esprit, teintée d'amusement, c'est l'expression physique de cette émotion incontrôlable dont nous parlions tout à l'heure… Dean se tourna sur le coté et Castiel sortit de sa réflexion en sentant l'agitation en provenance de son protégé. L'effroi, la peur, laissaient un goût de cendres dans la bouche de l'Ange. Il frémit. Il resta là, immobile, attendant que Dean se rende compte de sa présence. Le temps s'écoulait, lentement, et Castiel ne pouvait détacher les yeux de son protégé. Les tourments, les cauchemars de Dean…

Il sentit que Dean était sur le point de se réveiller et attendit, les mains calmement posées sur ses genoux. Finalement son protégé ouvrit brusquement les yeux avec un halètement de panique.

-Bonsoir Dean.

Une façon comme une autre d'attirer son attention. Un peu brutale, fit doucement remarquer Mikhaïl. Dean se redressa et se tourna vers lui d'un coup, lui jetant un regard hagard, terrifié et un rien méfiant.

-De quoi rêvais-tu ?

Bien sûr il le savait. Il aurait juste voulu que Dean l'accepte et l'admette, plutôt que d'essayer de se fermer comme une huitre et d'enfouir ses dix dernières années d'enfer comme si elles n'avaient jamais existées. Il vit Dean se relaxer en le reconnaissant et pousser un soupir de soulagement qu'il s'empressa de dissimuler sous de l'agacement. Le chasseur tira d'un coup sec sur sa veste pour le retirer de son épaule.

-Tu prends ton pied à regarder les gens dormir ?

Castiel détourna les yeux avec un léger soupir. Dean se devait-il d'être toujours si agressif ?

-Qu'est-ce que tu veux ?

Castiel revint vers le chasseur, observant la méfiance et l'inquiétude se disputer son visage. Mais il n'avait pas le temps de s'y attarder.

-Ecoute-moi, tu dois arrêter ça.

Dean leva les sourcils, affichant son incompréhension.

-Arrêter quoi ?

Ce pouvoir, la force de manipuler le temps et l'espace, était probablement la plus puissante de leurs capacités. Ils ne pouvaient l'utiliser sans l'ordre de l'un des archanges. Elle était dangereuse, non pas parce que modifier le passé était possible, quoiqu'il arrive, le temps se déroulerait comme il si rien ne s'était passé, mais parce qu'il pouvait influer sur les décisions du présent. Un jeu funeste, auquel Castiel n'avait jamais été confronté. Mais aujourd'hui, il n'avait pas le choix.

Il appuya deux doigts sur le front de Dean sans répondre et laissa la puissance divine s'écouler, renvoyant l'âme de son protégé à travers le temps, lui donnant corps dans une autre époque, avant de l'y rejoindre, entrainant son réceptacle avec lui.


Debout sur l'un des toits, il regarda Dean se redresser et se rendre compte de l'absence de réseau pour son téléphone, avant de se lever et de rejoindre le diner dans lequel son futur père prenait son café quotidien. Il ferma les yeux et étendit son esprit, cherchant la présence du démon. Il était là, quelque part, se dissimulant, mais bien présent. Maudit sois-tu, Azazel…

Dean était le seul à pouvoir leur donner une chance d'apprendre ce qu'Azazel voulait de Sam. Pourquoi tu ne le lui dit pas ça ? Il pourrait être plus efficace s'il sait ce qui l'attend… Il sentait la réprobation de Mikhaïl, mais c'était ses ordres. Il n'avait pas à les discuter, d'autant qu'il en comprenait la raison, même si elle ne lui plaisait nullement.

Parce qu'il échouera, s'il sait qu'il n'a aucune chance de sauver sa famille quoiqu'il fasse. Mikhaïl paraissait sceptique. Même si tu lui explique que c'est pour sauver son frère ? Hélas, tout le nœud du problème était là.

Nous ne sommes pas sûrs que le sauver soit la meilleure chose à faire.

Mikhaïl se replia, dans une amertume mêlant dégout et tristesse. Ne laisse pas tout ceci ébranler ta foi, Mikhaïl. Parfois il faut accepter les choses qui nous dépassent, même lorsqu'elles sont douloureuses. Le mal n'est pas juste une métaphore. Les horreurs que tu as lu sur les sabbats, les meurtres, les massacres ne sont pas juste des images, tu as pu t'en rendre compte. Nous sommes en guerre, parfois, cela oblige à beaucoup de chose.

Son hôte ne répondit pas. Castiel soupira et quitta le toit, rejoignant la rue. Le flot de la vie humaine le déstabilisait sous cette forme, trop de bruits, trop d'odeurs… Il s'appuya contre le mur à l'angle du diner, ferma les yeux et attendit que Dean sorte.


Il regarda passer John Winchester avec un sourire nostalgique. Il était encore plus jeune que lorsqu'il l'avait vu pour la première fois, mais il devenait les traits de l'homme en devenir. Il se détacha du mur et se plaça devant Dean qui eut un mouvement de recul à sa vue. Son protégé avait l'air perdu et irrité, son souffle était légèrement irrégulier et il foudroyait Castiel du regard.

-Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?

Castiel tiqua, mais il s'était plus ou moins habituer à la brutalité de langage de Dean.

-Qu'est-ce que ça a l'air d'être ? Questionna-t-il doucement.

-C'est réel ?

-Complètement.

Dean eut un mouvement sec des bras et secoua la tête. Il paniquait.

-Ok, les Anges ont mis la main sur une machine à remonter le temps ? Comment je suis arrivé ici ?

Castiel détourna les yeux en pinçant les lèvres. S'il disait la vérité à Dean, à savoir que les anges pouvaient se déplacer à loisir dans le temps et l'espace, celui-ci pourrait le harceler pour qu'il changeât les choses. Et il faudrait alors lui expliquer que quoiqu'il fasse dans le passé, cela n'altérerait pas le futur. Et ça, Castiel ne pouvait pas le lui dire maintenant.

-Le temps est…flexible, Dean. Ca n'est pas facile mais selon l'occurrence, nous pouvons l'infléchir.

Fais attention, Castiel, lorsque tu mens, tu as tendance à regarder sur ta gauche. La voix de Mikhaïl était sérieuse. Et alors ? Son hôte avait des réflexions étranges parfois. Alors, pour les humains, quand on regarde sur sa gauche en parlant, c'est que l'on fait appelle à l'imaginaire… Ca se voit, c'est tout. Il n'eut pas le temps d'y réfléchir plus avant, déjà, Dean reprenait.

-Et bien infléchis-le de nouveau ! Ou dis-moi ce que je fous ici !

C'est vrai, ça. Dis-lui.

-Je te l'ai dis, Castiel parlait autant pour Dean que pour Mikhaïl, tu dois arrêter ça.

Dean semblait sur le point de mordre par frustration.

-Arrêter quoi ? Il y a une saloperie qui pourchasse mon père ?

Dean… Toujours à penser aux autres, et à sa famille en particulier, avant lui-même. Castiel voulait dire à Dean de prendre garde, qu'Azazel était dans les parages, mais n'en eut pas le temps. Un klaxon retentit et une voiture manqua en percuter une autre et au même instant, Castiel sentit une vague de ténèbres s'en prendre à sa grâce et Mikhaïl gémir de douleur. Azazel. Il était tout proche. Castiel ne pouvait pas rester, ou il risquait de révéler sa présence. Il s'éclipsa.


Dean regarda l'espace vide devant lui avec une envie furieuse de casser quelque chose. De préférence la parfaite petite gueule du Saint comptable qui venait de disparaître.

-Oh, merde ! Tu peux pas me donner une réponse claire, espèce de fils de pute !

Il ne supportait pas Castiel, il ne voulait rien à voir à faire avec lui. Surtout depuis le rêve baroque, sexy, sexuel et destructeur qu'il avait eu avec l'ange en guest-star. Mais Castiel ne lui fichait pas la paix. Et maintenant, quoi ? Il était coincé dans une autre époque, paumé. Et Monsieur Plume semblait décidé à le laisser surnager tout seul. Bon Dieu, ce qu'il haïssait les Anges ! Si cette chose était bien un Ange. En tout cas, Ange ou pas, il ne semblait pas avoir ses intérêts à cœur. Cryptique, toujours impassible…Et pourtant, Dean devait reconnaître qu'il y avait quelque chose…Pas seulement cette aura de puissance, mais quelque chose de plus fort, de plus profond qui l'attirait vers la créature… Comme s'il le connaissait, comme un souvenir… Et depuis cette nuit-là…Il secoua la tête, rageur. Non. Pas maintenant. Castiel avait dit qu'il fallait qu'il stoppe quelque chose. Quoique cela puisse t'être, c'était forcément après sa famille, sinon pourquoi le renvoyer ici, à Laurence ?

Il fallait qu'il retrouve son père rapidement. Pour ce qu'il en avait vu, John Winchester était un jeune homme comme les autres, absolument pas préparé à affronter toutes les horreurs veillant dans les ténèbres.


Castiel réapparut au sommet d'un immeuble. Il avait été imprudent. Azazel avait failli le découvrir. Qu'est-ce que c'était ? Questionna Mikhaïl, sa souffrance et sa peur transparaissant dans sa voix. L'essence d'Azazel. C'est un démon puissant. Plus puissant encore que Byleth. Il laisse une sorte de trainée de ténèbres et de déliquescence sur son passage. Il est très proche de nous. Il sentit l'inquiétude de Mikhaïl. Et s'il te découvre ? Il est capable de te tuer ? Castiel étendit son pouvoir pour rechercher Dean. Non, pas sans un combat éprouvant du moins. Mais il peut me renvoyer au paradis, et par la même vous abandonner toi et Dean ici… Il n'ajouta pas, c'était inutile, qu'il y avait peu de chance que Mikhaïl survive seul face au démon, s'il était renvoyé au ciel. Quand à Dean…

Ah, Dean était au garage avec son père. Castiel sourit. L'impala. Et si cela arrivait ? Que se passerait-il dans le présent ?

Castiel retourna dans la rue en un instant et se mêla à la foule. Dean aurait disparu. Une sorte d'anomalie temporelle si tu veux. Il faudrait qu'un autre des miens aille le chercher afin d'éviter la catastrophe. Ca ne serait pas insurmontable, mais ça serait dangereux. Il fallait qu'Azazel ignore sa présence, sinon, il y avait peu de chance qu'il dévoile ses plans.


Castiel s'appuya contre le mur en face du diner, les mains fourrées dans les poches de son imperméable, regardant le couple discuter. Il savait que, juste derrière l'ange du bâtiment, à à peine un mètre de distance, Dean observait lui aussi ses parents. Mais le chasseur était trop absorbé pour le remarquer.

-Sam, peu importe ou tu es, je te le dis, maman est un sacré canon.

Castiel ne put s'empêcher de sourire à cela.

-Je vais être damné pour ça. Encore.

Cette fois-ci, l'Ange fronça les sourcils. Dean ne comprenait-il pas qu'il n'était pas destiné à l'enfer ? Il vit Mary se lever et comprit immédiatement qu'elle avait repéré Dean, et peut être même lui. Il s'empressa de s'éclipser silencieusement.


Sa propre mère avait failli mettre Dean sur les roses. En d'autres circonstances, cela aurait beaucoup amusé Castiel, mais en l'occurrence, il était inquiet. Azazel tournait autour de Mary. Il le sentait, et cette sensation le mettait au supplice. La présence même du démon le fragilisait. Il suivit Dean jusqu'à la maison des Campbells, observant son protégé lancé des piques à la jeune femme, comme s'il voulait lui faire comprendre qui elle était pour lui. Il espérait sincèrement que Dean serait suffisamment intelligent pour ne pas faire de tels aveux.

Mary était aussi belle que lorsqu'il l'avait vu pour la première fois. Elle rayonnait.

Par contre, Sam Campbells, c'était définitivement une autre affaire.

Mais au moins, dans a maison des Campbells, Dean était en sureté. L'Ange ne voulait pas trop s'approcher, il se pourrait que les occupants de la maison le remarquent.


Ils sont habillés en prêtres. Castiel hocha la tête, pour lui-même pourrait-on dire, ou plutôt pour Mikhaïl. Mais, est-ce que ça n'est pas…je ne sais pas…un blasphème ? Castiel resserra les pants de son imperméable. Non. Au risque de faire un très mauvais jeu de mot, l'habit ne fait pas le moine. Les vêtements n'ont que la signification qu'on leur donne, Mikhaïl. Il vit Dean se tendre, se détourner du jeune homme et de Mary pour rejoindre « sa » voiture à toute allure. Apparemment, il savait pour Azazel. Il retourna à la maison des Campbells pour voir par la fenêtre Dean s'agiter.

Mary en revanche était seule dans l'une des chambres. Castiel prit le risque de réapparaitre derrière le lourd rideau prêt de la fenêtre, pour pouvoir la regarder. Il l'avait accompagné durant presque quatre ans de sa vie, cette période ne commencerait que dans dix ans, mais l'Ange se sentait proche d'elle. Il vit Dean entrer dans la chambre. Il écouta le jeune homme encourager Mary à épouser John, sourit à la petite remarque sur la destiné du couple à être l'un pour l'autre et sur la vie de Dean dépendant de cela, mais sentit un coup de poignard en son cœur à la confession de Mary. Connaissant Dean, il devait se sentir coupable de ce que sa vie ne soit pas ce que sa mère aurait voulu, quand bien même il n'y fut pour rien. Il soupira en entendant Dean lui demander de ne pas sortir de sa chambre le 2 novembre 1983. C'était inutile. Rien ne pourrait altérer le futur…

Il fallait qu'il parle à Dean. Il attendit que le chasseur soit monté dans sa voiture et ait pris la route qui le mènerait vers le colt, pour apparaître sur le siège passager, provoquant un sursaut chez le conducteur. Dean soupira bruyamment, cherchant probablement à modérer son énervement.

-Et donc ? Dieu est mon copilote, c'est ça ?

Castiel choisit de ne pas tenir compte de l'agressivité dans sa voix. Il prit le temps de le contempler, ce simple acte le calmant. Il aimait regarder son protégé, savoir que celui-ci avait conscience de sa présence. Il croisa son regard. Dean semblait être plus à l'aise en sa présence, s'être familiarisé à sa compagnie. Mais il pouvait toujours sentir sa colère et sa méfiance à son égard.

-Et bien, quel bavard ! Je me demande comment je vais en placer une !

Castiel sortit de ses pensées, comprenant que son silence ne faisait que mettre davantage Dean sur la défensive.

-Dis-moi un truc. Sam aurait voulu voir ça, pourquoi pas l'avoir amené ?

Sam. Toujours Sam. Castiel tentait tant bien que mal de réfréner cette…jalousie, murmura Mikhaïl, et c'est comme l'amour, c'est très difficile à maîtriser

-Tu devais faire cela seul, Dean.

Sans compter qu'exposer Sam à Azazel si tôt aurait été une mauvaise idée, même si Sam n'était pas parti de lui-même chasser le démon avec cette démone.

-Et tu te fiches qu'il soit en train de mettre le futur sans dessus dessous à ma recherche ?

Castiel cligna plusieurs fois des paupières, cherchant à suivre la logique de son protégé. Il l'avait pris à un point du futur, il le ramènerait au même point, évidement. Et de toute façon Sam ne le rechercherait pas, il ne le savait que trop.

-Sam ne te cherche pas, se contenta-t-il de répondre, volontairement laconique. Pour le moment, nul besoin que Dean sache exactement ce que faisait son frère.

Il vit la déception s'affichait brièvement sur le visage de Dean et ne comprit pas immédiatement l'étincelle de satisfaction qu'il ressentit à cela, jusqu'à ce que Mikhaïl murmure jaloux…dans son esprit. Si Uriel était là, il dirait qu'il laissait trop de liberté à l'humain.

-Mais on est d'accord, si je fais ça, alors la malédiction familiale est brisée. Maman et Papa vivent leur conte de fée et Sam et moi, on grandit dans une jolie maison, tout ce qu'il y a de plus normale ?

Il pourrait dire à Dean la vérité tout de suite. Mais s'il faisait ça, Dean cesserait de chasser Azazel et ils ne sauraient pas ce que le démon manigançait…

-Tu réalise bien que, si tu altères le futur, ton père, toi, Sam…vous ne serez jamais chasseurs. Et par là même, tous les gens que vous avez sauvés…mourront.

Il ne pouvait pas lui révéler la vérité, c'était vrai, mais en outre, il était intéressé par la réponse de Dean. Il connaissait intimement l'âme de Dean, savait qu'il se serait sacrifié sans hésiter pour sauver ne serait-ce qu'une personne. Mais était-il prêt à sacrifier sa famille ? Ou à l'inverse était-il prêt à sacrifier des dizaines de vie pour sa famille ? Un choix qui ne devrait jamais être offert. Un choix que Dean n'avait pas, même s'il croyait le faire en ce moment même. Le destin des Winchester avait été scellé longtemps auparavant.

-Oh, je le réalise, la voix de Dean était dure, comme arrachée à sa gore.

Castiel pencha la tête sur le coté.

-Et cela t'indiffère ?

Il ne le pensait pas.

-Oh si, ça me fait mal. Tu n'as pas idée à quel point...

Il regarda Castiel droit dans les yeux, laissant voir son déchirement et sa colère à l'Ange, avant de détourner les yeux, le visage flamboyant et résigné.

-Mais ce sont mes parents ! Je ne vais pas les laisser mourir à nouveau ! Je peux pas. Pas si je peux l'empêcher !

Il avait sa réponse. Avec un sentiment d'impuissance et de mélancolie, il disparut, afin de prendre les devants sur Dean. Jamais Daniel Helkins ne lui laisserait le colt. Pas sans une légère intervention divine…


Il réapparut dans la jolie maison de banlieue qu'occupait le chasseur. Rien à voir avec le taudis dans lequel Sam et Dean trouveraient le coffret avec le colt des années plus tard. De toute façon, Dean ne tirerait pas avec ce colt. Pas dans cette époque.

Il s'approcha du coffre contenant le colt et leva la main, désactivant les protections magiques laissaient par Helkins. Puis il se matérialisa à coté du chasseur endormi dans son lit.

-Daniel, murmura-t-il, dans le rêve du chasseur. Ton nom était prémonitoire. Dieu t'a jugé, déjà, tu en connaitras le prix plus tard.

Le chasseur se retourna, agité. Castiel pencha la tête et ses yeux s'illuminèrent de blanc. Il continua à parler pour l'esprit seul de l'homme, dans un langage où les mots contaient moins que la dimension sacrée qu'ils véhiculaient.

-Un jeune homme est en chemin. Il est Son élu. Tu dois lui donner ce qu'il demande.

Puis, sans rien ajouter d'autre, il disparut. C'est merveilleux et effrayant ce que vous pouvez faire, Castiel, murmura Mikhaïl lorsque l'Ange réapparut, dissimulé derrière un arbre à proximité de la demeure d'Helkins. Castiel ne dit rien, se contentant de réconforter son hôte sans mot.

Il vit Dean arriver et repartir à peine une demi-heure plus tard. Comme prévu, Daniel Helkins avait obéis à l'injonction de l'envoyé de Dieu.


Il suivit Dean jusqu'à la maison des Walsh. Au premier frôlement de l'aura de la maison, Castiel sut qu'Azazel s'y trouvait déjà. Mikhaïl frémit et se replia sous le mal dans sa forme la plus crue qui se dégageait des alentours. Veux-tu que j'endorme ton âme, proposa Castiel en lui insufflant un peu de sa grâce pour l'apaiser. Etre en présence de telles forces risque de faire glisser le voile de paix que je maintiens sur ta culpabilité et ta douleur. Tu pourrais te retrouver face à tes pires souvenirs, à l'incendie, à l'horreur de leurs morts… Il sentit l'effroi de son hôte à ses mots, mais aussi sa détermination. Non, ce qui s'est passé, s'est passé. Je l'assume. Je ne te laisserai pas seul face à lui. Castiel aurait pu lui faire remarquer qu'il ne lui était d'aucune aide, mais il trouvait la vaillance dont Mikhaïl faisait preuve admirable, aussi n'en fit-il rien.

Il resta à l'extérieur, se contentant de fermer les yeux et de projeter son esprit au coté de l'âme de son protégé, toujours en chemin. Mais un bruit de frein le tira de sa concentration et il ouvrit les yeux pour voir le clan Campbells, père et fille, sortir de leur voiture et se précipiter vers la maison. Il demeura immobile et reprit sa concentration. Aider Mary ne servait à rien, tout était écrit…

Dean arriva à peine deux minutes plus tard et entra en trombe dans la maison. Il resta en esprit au coté de Dean, observant Azazel faire son échappé, mais étant le seul à savoir en qui il venait de discrètement s'infiltrer. Ouvrant les yeux, il observa Dean et Mary, puis Azazel dans son nouvel hôte, discuter ensemble avant de prendre le chemin du retour vers la maison des Campbells et le destin funeste des parents de Mary.


La jeune femme partit immédiatement rejoindre John. Futile tentative de fuite, cependant… Castiel aurait aimé la protéger de tout cela, tout en sachant que c'était impossible. Il s'assit sur un banc, la maison en vue, et rejoignit l'âme de son protégé. Il ressentait sa crainte, surmontée par une résolution sans faille. Dean était décidé à tuer Azazel quoiqu'il lui en coûte.

Il assista, sans intervenir, au jeu de dupe mené de main de maître par le démon, amenant Dean à tout lui révéler. Cela n'aurait pas dû se passer ainsi, et il ne pouvait l'empêcher. Azazel n'était pas idiot, Dean aurait tout aussi bien pu lui parler des Anges. Le démon savait très bien qu'eux seuls disposaient du pouvoir suffisant pour manipuler la rivière du temps. Il ne révélerait rien à Dean que les Anges ne sussent déjà, mais au moins Dean en saurait-il autant qu'eux…

Il se retint de laisser libre court à son courroux en voyant Dean être projeté contre l'un des murs. Il vit la haine se peindre sur le visage du jeune homme alors qu'Azazel s'avançait vers lui. Au mépris du risque, il enveloppa l'âme de Dean du cocon de sa présence, le préservant de l'influence néfaste du démon, et observa la suite au travers des yeux de son protégé.

-Future boy, hein ?

Entendre la voix de Sam Campbells raisonnant des accents d'Azazel avait quelque chose d'infiniment malsain…le voir s'avancer en conquérant, dévisageant Dean avec un intérêt presque lubrique révulsait Castiel.

-Je connais qu'une seule chose qui est suffisamment d'énergie pour mettre au point un voyage pareil. Tu dois avoir des amis haut placés.

Et voilà, grillé, c'était le cas de le dire…Il sentit la pression de l'aura d'Azazel augmenter, empêchant son protégé, et lui aussi par la même occasion, de bouger. Le démon s'approcha, jusqu'à dominer Dean de toute sa taille.

-Alors comme ça j'ai tué ta môman ? C'est pour ça que tu as fait tout ce chemin pour t'en prendre à ma petite personne ?

Le ton moqueur du démon enrageait Dean, il le sentait de première main. Mais le chasseur reprit rapidement le contrôle de ses émotions et c'est avec une arrogante assurance qu'il répondit :

-Je suis venu pour te tuer.

Cela sembla plus amuser le démon qu'autre chose, jusqu'à ce qu'une lueur nouvelle apparaisse dans son regard.

-Hé, une minute, susurra-t-il en se penchant en avant pour mettre son regard à la hauteur de celui de Dean. Si cette trainée de Mary est ta mère…Serais-tu l'un de mes petits psychiques ?

Il se pencha en avant reniflant le cou de Dean dans un geste presque sexuel rendu pervers par son aura démoniaque et elle brûlait Castiel qui avait de plus en plus de mal à se dissimuler à lui. L'essence visqueuse du démon léchait sa pureté, mais il tint bon, faisant barrage entre la partie de l'esprit de Dean que l'Enfer avait rendu vulnérable au mal, et cette puissante source de malveillance.

-Non. Pas toi.

Azazel avait l'air tout à la fois déçu et méprisant. Et voilà entre autre pourquoi emmener Sam aurait été une très mauvaise idée…

-Peut-être que tu as une sœur ?

Le sourire du démon s'élargit en voyant la réaction de Dean.

-Ou un frère…C'est excellent.

Il jouait et jouissait des sentiments de Dean et cela rendait Castiel malade et furieux de ne pouvoir intervenir.

-Donc ça veut dire que tout à fonctionné. Après tout, c'est pour ça que je suis là !

Il sentit avant de l'entendre que Dean commençait à comprendre.

-Alors c'est ça ? Ces deals passés avec ces gens, tu ne veux pas leurs âmes…

Azazel secoua la tête, sa bouche toujours trop proche de celle de Dean et Castiel se demanda jusqu'à quel point il n'interviendrait pas. Peu importe que ça ne change pas ultimement le futur, si Dean était abusé par un démon habitant son grand-père, cela le détruirait lui. Et ça, Castiel refusait de l'accepter.

-Non, je veux juste leurs enfants… Je suis là pour choisir les parents idéals. Comme ta petite maman.

L'incompréhension se superposa à la rage et Castiel fléchit un peu plus sous l'afflux d'émotion qui submergeait Dean.

-Pourquoi elle ? Pourquoi eux ?

Le sourire d'Azazel s'élargit davantage, une lueur gourmande dans le regard, comme s'il goutait à un met délicieux.

-Parce qu'ils sont forts… Ils sont purs…Bien comme il faut. Ma propre petite race supérieure. Se sont de parfaits reproducteurs.

Il sentit Deana s'approcher alors qu'Azazel se redressait.

-Mais tu verras qu'aucun ne se reproduira avec moi. Quoiqu'avec Mary…humm, j'aimerais faire une exception ! Jusqu'ici, c'est ma préférée.

La provocation fonctionna alors que Dean se débattait contre ses liens, en rage. Mais la vue de Deana, et par là, la nécessité de maintenir l'attention du démon loin d'elle le retint.

-Alors pourquoi les pactes ?

Azazel haussa les épaules, désobligeant.

-J'ai besoin de leur permission, de leur invitation pour entrer chez eux. Oh, je sais, tout ça c'est agaçant, mais dans dix ans ? Ca aura valu le coup, parce que tu sais ce que je vais faire à ton frère ? Je vais me tenir au dessus de son berceau et je vais saigner dans sa bouche. Du sang de démon ! Meilleur que le lait en poudre, c'est plein de vitamines et minéraux, ça vous fait des enfants grands et forts !

Castiel ne put s'empêcher de penser que dans le cas de Sam, ça s'était vérifié.

-Pourquoi, siffla Dean, haineux, pour qu'ils puissent guider ton armée de démons bon marché ? C'est ça ton super plan ?

Azazel fit la moue.

-Je t'en pris… Ca ? L'objectif final est bien plus élevé que ça, petit !

Dean continuait à faire diversion, mais sa curiosité l'emportait. Castiel aurait lui aussi donné cher pour cette information.

-L'objectif final ? Quel objectif final ?

Aucune chance qu'Azazel parle.

-Comme si j'allais te le dire, avec tous ces Anges penchés sur tes épaules.

Ou en l'occurrence dans les tréfonds de son âme…

-Non, je vais couvrir mes parfaitement mes traces.

Il en fallait plus que ça pour impressionner Dean. Sa voix ne tremblait pas.

-Tu peux faire tout ce que tu veux, je vais quand même t'abattre.

Azazel leva les sourcils, amusé.

-Mouais, ça je demande à voir.

Mais son sourire n'avait rien à envier à celui de Dean, qui savait ce que le futur apporterait.

-Peut-être pas aujourd'hui… Mais regarde-moi dans les yeux, fils de pute, parce que je suis celui qui va te tuer.

Les yeux du démon s'étrécirent et pendant un instant, il sembla perdre de son assurance. Puis il éclata de rire.

-Et tu sauves le monde, hein ? C'est ça ?

Il se saisit d'un couteau et un instant, Castiel pensa qu'il allait frapper Dean, mais les mots suivant le retirent d'intervenir.

-Et bien, je te préviens, un que tu ne sauveras pas, c'est grand-papy…

Et, avec un clin d'œil, il plongea la lame dans son ventre.

-Non !

Le cri de Dean fut répercuté par Deana et Azazel reporta immédiatement son attention vers elle. Il était trop tard pour qu'elle puisse se saisir du colt, mais elle le tenta tout de même. Azazel usa de son pouvoir pour l'expédier contre l'un des murs, alors que Mais c'était une chasseuse, de la trempe qui ne renonce pas facilement, ce qui obligea le démon à aller finir le travail. Dean se débattait, assistant impuissant à la scène. Sentant l'influence d'Azazel diminuer, Castiel insuffla sa propre énergie dans les muscles de Dean, forçant le barrage de ténèbres. Néanmoins il était trop tard pour Deana, le démon lui avait brisé la nuque, et n'était lui-même nulle part visible.

-Mary…Mary !

Dean se précipita à l'extérieur et Castiel réintégra son corps.


Il se leva lentement et sentit, avant de la percevoir consciemment, la présence d'Azazel. Il se retourna brusquement et croisa le regard acéré de Sam Campbells, dont les yeux étaient complètement jaunes.

-Tiens, tiens, tiens…

Azazel se tenait à quelques mètres de lui, immobile. Il n'était pas effrayé et c'était l'un des rares démons à pouvoir effectivement se permettre ce luxe en compagnie d'un envoyé du Seigneur. Il dévisagea Castiel avant de laisser courir son regard sur l'ensemble du corps de son hôte. Sous une impulsion, L'Ange endormit l'âme de Mikhaïl, certain qu'il n'allait pas apprécier ce qui allait suivre.

-Je savais que Boy Wonder n'était pas venu seul… Une ruse plutôt grossière si tu veux mon avis, petit Ange. J'ai senti ta présence au moment où tu as mis les pieds dans cette époque.

Castiel ne pensait pas que cela fut vrai, mais ça n'avait guère d'importance d'une façon ou d'une autre. Il ne dit rien, se contentant de fusiller le démon du regard, laissant son énergie angélique s'écouler en partie autour de lui, barrière le maintenant à distance.

-Pas très bavard, hein… Je me demande…

Il posa les mains sur les hanches avec un large sourire.

-Tu ne peux pas changer le passé. Mais je peux changer l'avenir.

Une menace ? Même de la part d'Azazel, c'était imprudent.

-Je te déconseille d'essayer.

Azazel se lécha les lèvres.

-Et si je m'en prenais à, comme est-ce déjà ? Ah oui, Dean Winchester ?

Castiel serra les poings, appelant à lui ses pouvoirs.

-Je t'en empêcherai.

Le sourire du démon s'élargit et il pencha la tête sur le coté.

-Ah ? Aurais-je touché un point sensible ?

Il haussa les épaules avec un faux air de regret.

-Dommage, je n'ai pas le temps de jouer…Il faut que je trouve Mary et puis, tu connais la suite. Enfin, si tu es là, c'est que mon plan a fonctionné. Je parie que tu vendrais Père et mère pour savoir ce que je prépare. Oups ? Aurais-je commis un blasphème ?

Il s'avança, malgré la barrière de Castiel et alors même que sa peau commençait à brûler, pour s'arrêter à moins d'un mètre de l'Ange. Castiel savait qu'il cherchait à prouver sa force et refusa d'entrer dans son jeu, même lorsque la main du démon caressa son visage, au risque d'être complètement calcinée.

-Vous perdrez, murmura Azazel.

Et il disparut, laissant Castiel seul. L'Ange ramena à lui son énergie et frissonna. Il aurait pu détruire le démon, ou plutôt le corps qu'il possédait, mais ça n'aurait servi à rien. L'heure était presque venue de ramener Dean. Il rejoignit son protégé, se contentant pour cela de suivre Azazel.


Dean regardait Mary, la sensation d'échec brûlant ses entrailles. Il avait tout raté. Ses grands-parents étaient morts, sa mère avait conclu le pacte et le démon s'était échappé sans dommage. Cela ressemblait à un coup du destin. Comme dans ces histoires de la mythologie grecque où quoique fassent les héros, la prédiction de l'Oracle de Delphes s'accomplissait, parfois même parce qu'ils avaient tenté de l'empêcher. Il regarda son père et se demanda comment sa mère lui avait expliqué tout ça. Est-ce qu'après la mort de Mary, il avait réalisé ce qui était réellement arrivé ? Jusqu'où son père connaissait-il la responsabilité de sa mère dans la destiné de Sam ? Savait-il qu'elle avait conclus un pacte, offrant sans le savoir son fils cadet au démon ?

Toutes ces questions resteraient sans réponse et sa faisait mal. Il se sentait impuissant, incapable de protéger sa famille. Il voulait voir Sam. Où était Sam ?


Le pacte était scellé. Il avait vu Dean arriver, essayant une fois encore de détruire le démon, en vain. Mary le regardait à présent, triste mais sûre de la nécessité de son geste. Même chasseuse, elle était trop jeune pour réaliser ce qu'elle venait de faire.

Son protégé était désespéré et vulnérable. Mais au moins maintenant, il savait.

Il était temps de le ramener. Castiel se glissa près de lui dans un bruissement d'aile et posa la main sur son épaule. Le jeune homme tourna vers lui un visage dévasté. Il aurait voulu pouvoir le réconforter, mais rien de ce qu'il pouvait faire n'apaiserait la douleur de Dean. Il usa de son pouvoir pour renvoyer l'âme de Dean dans le présent avant de faire lui-même un dernier voyage jusque chez Daniel Helkins. Il ouvrit le coffre d'un simple geste de la main et y déposa le colt, avant de le refermer et de repartir à son tour.


Il apparut au pied du lit, dans le silence pesant de la chambre du motel. Les murs sombres semblaient prêts à se refermer sur eux et le mal-être que l'Ange ressentait depuis que le démon l'avait touché commençait à peine à se résorber. Que s'est-il passé ? Demanda doucement Mikhaïl, reprenant conscience. Nous sommes de retour. Azazel a accompli ce qu'il voulait et maintenant Dean sait. Il sentit le regret et la tristesse de son hôte. Pourquoi m'as-tu endormi ? Qu'est-ce que le démon t'a fait ? Castiel le rassura doucement. Rien, mais son contacte m'a affaibli un moment. Je ne voulais pas que tu en souffres. Il n'ajouta rien de plus et sentit son protégé ouvrir brusquement les yeux et se redresser, prenant conscience qu'il était revenu à son époque.

-Je n'ai pas pu l'arrêter, souffla Dean, ne sachant pas que ce que Castiel voulait qu'il arrête pouvait l'être encore dans l'ici et maintenant, elle a quand même fait le pacte. Elle est quand même morte dans la nurserie, hein ?

Castiel hocha légèrement la tête. Il était temps de lui dire la vérité.

-Ne sois pas trop dur avec toi-même, Dean, murmura-t-il, tu n'aurais pas pu l'empêcher.

Dean se leva, incompréhensif.

-Quoi ?

-On ne peut changer le destin, Dean.

Il se tourna vers son protégé, avec regret.

-Tous les chemins mènent à la même fin.

Il pouvait lire le combat intérieur de son protégé.

-Mais pourquoi m'y renvoyer ?

Il omit volontairement de parler du plan d'Azazel.

-Pour que tu connaisses la vérité. Maintenant tu sais tout ce que nous-mêmes savons.

Dean fronça les sourcils apparemment perdu.

-Mais de quoi tu parles, putain !

Castiel ne répondit pas, se contentant de jeter un regard appuyé au lit vide sur sa gauche. Dean sembla remarquer pour la première fois l'absence de son frère.

-Où est Sam ?

Ce lit vide signifiait beaucoup. Il signifiait que Dean serait ultimement seul. Castiel était intimement convaincu que Sam perdrait pied. Mais il fallait qu'il continue à croire en Dean, ou son protégé ne croirait jamais en lui-même.

-Nous savons ce qu'Azazel a fait à ton frère, ce que nous ignorons, c'est pourquoi il l'a fait, quel est son objectif. Il a mis beaucoup de zèle dans sa couverture.

Et maintenant il est mort, termina-t-il en silence. Et nous en sommes là parce que nous l'avons sous-estimé. Et parce que je n'étais pas à tes cotés, parce que j'avais échoué à accomplir ma tâche correctement avec toi… Je suis désolé, Dean.

Une lueur résolue apparut dans les yeux verts de son protégé.

-Où est Sam ?

Castiel soupira intérieurement et lui donna l'adresse, regardant son protégé se préparer, enfiler son blouson avec des gestes secs et précis.

Il lui restait une chose à dire et c'était la plus difficile. Mais Gabriel avait été clair.

-Ton frère est a choisi une voie dangereuse, Dean. Nous ignorons où elle mène.

Il se tourna vers son protégé, la menace lourde dans sa voix.

-Si tu ne l'arrête pas… Nous le ferons.

Il lut la peur sur le visage de Dean avant de disparaître et de laisser le chasseur se rendre compte de lui-même jusqu'où Sam était tombé.


-Gabriel pense que nous pourrions… Castiel ? Tu m'écoutes ?

Castiel détacha son regard du flot sans fin de voiture traversant la rue et tourna la tête vers la jeune femme brune à ses cotés. Ses yeux sombres et sa peau caramel étaient mis en valeur par la pluie qui caressait son visage. Le corps que son frère habitait était une belle création du Seigneur. Il avait choisi la féminité, ce qui ne surprenait pas Castiel qui connaissait sa nature pacifique.

-Pardon, Mumiah.

L'Ange resserra son manteau autour d'elle.

-Tu penses à ton protégé ?

Castiel inclina la tête.

-Je ressens son trouble et sa colère.

Mumiah fit claquer sa langue dans une attitude très humaine.

-Tu devrais peut-être aller le rejoindre.

-Ne l'encourage pas, Mumiah, gronda une voix sourde.

Les deux anges se tournèrent vers son origine, un grand homme noir au visage sévère.

-Uriel, salua doucement la jeune femme avec un signe de tête. Tu t'es finalement incarné.

Celui-ci fit une grimace de dégoût.

-Ce corps est… visqueux.

Mumiah eut un demi-sourire.

-Inutile d'être aussi difficile, Uriel. Les humains ne sont pas si différents de nous.

La voix d'Uriel monta d'un cran.

-Pas si différent ? Ce sont des animaux !

Mumiah haussa les épaules, jugeant probablement la cause impossible à discuter. Castiel sentait la détresse de Dean croitre. Il ouvrit presqu'inconsciemment ses ailes.

-Vas-y Castiel, murmura Mumiah en hochant la tête, je m'occupe de trouver Byleth s'il est bien sur Terre.

-Castiel ! Avertit Uriel d'une voix dure.

Mais l'Ange avait déjà disparu.

-Ca va, Uriel. Tu sais combien l'élu est important, ça n'est pas pour rien qu'on lui a assigné Castiel.

L'Ange noir haussa les épaules.

-Elu ou pas, Winchester est un humain. Si Castiel s'attache trop à lui, il risque de choir. C'est ce que tu veux, Mumiah ?

L'Ange féminin tourna les talons et de mit à remonter la rue d'un pas décidé, les talons de ses escarpins noirs provoquant un claquement humide sur le sol mouillé. Uriel lui emboita le pas.

-Bien sûr que non, ça n'est pas ce que je veux.

-Castiel ressent trop. Prends trop à cœur. Et plus il suit cette route, plus sa chute devient certaine. Sais-tu qu'il n'a pas endormi l'âme de son hôte ?

Mumiah plissa les lèvres à cela. Mais elle secoua la tête.

-Castiel fait ce qui lui parait juste. Comme nous tous.

-Sauf que ça n'est pas à lui de juger.

Elle s'arrêta et se tourna vers lui.

-Tu mets en doute sa fidélité envers notre Père et Gabriel ?

Uriel secoua la tête.

-Non. Je dis juste qu'il fait montre de trop d'affection envers les humains et de trop d'autonomie. Et tu sais où cela a mené Anaël…

La voix de Mumiah laissait transparaitre un doute.

-A la différence que Castiel ne connaît pas l'envie.

-Qu'en sais-tu ? Pourquoi crois-tu qu'il est si pressé de rejoindre sa charge ?

Les yeux en amande s'élargirent de stupeur.

-Tu n'insinues quand même pas que…

Uriel haussa les sourcils, la laissant se débattre pour trouver les mots justes.

-…que Castiel puisse désirer s'étendre dans la couche d'un humain ?

Elle secoua rapidement la tête.

-Non, notre Père le guidera. Il ne le laissera pas choir.

-Mais il n'a pas délivré Anaël de la tentation. Ni Rochel avant lui.

L'Ange féminin fronça les sourcils et baissa les yeux. Uriel eut un demi-sourire et s'éclipsa, la laissant réfléchir seule à cela.


Castiel réapparut à la sortie du bar où Dean était venu noyer sa peine et sa colère. Il entra et repéra son protégé, affalé sur une table, le menton sur son bras, une main tenant un double whisky devant son visage, mais sans force aucune dans les doigts.

Il s'avança et s'assit près de lui. Dean leva à peine les yeux, lui montrant juste qu'il était conscient de sa présence avant de se replonger dans la contemplation du liquide ambré devant lui.

-Tu le savais ? Demanda-t-il d'une voix rauque, puis, avant que Castiel ait pu répondre, bien sûr que tu le savais. Ca dure depuis combien de temps ?

Castiel soupira et croisa les mains devant lui.

-Depuis peu après ta damnation.

-Pourquoi vous l'avez pas empêché ?

Il y avait plusieurs réponses valides, mais aucune que Dean soit prêt à entendre. Il choisit donc la plus simple, qui ne serait pas la plus facile.

-Nous avions d'autres problèmes plus urgents.

-Plus urgent que mon frère en train de devenir une sorte de super chasseur boosté au sang de démon ?

Castiel inclina la tête et Dean se redressa, rageur.

-J'aimerais bien savoir quoi !

-La guerre, Dean. Et nous ne pensions pas que les pouvoirs de ton frère iraient si loin, si vite.

Dean prit une longue gorgée de Whisky sous le regard légèrement inquiet et désapprobateur de son Ange gardien.

-Pourquoi ne pas avoir régler le compte de cette salope ?

Castiel pencha la tête sur le coté.

-Tu penses que Sam nous aurait laissé faire ? Tu aurais voulu que nous le tuions aussi ?

Dean le foudroya du regard.

-Me prends pas pour une bille, Castiel ! Vous auriez très bien pu la tuer sans le toucher !

L'Ange le fixa calmement.

-Et tu penses que ça réglerait le problème ? Tu crois qu'elle est seule coupable des choix de ton frère. Peut-être que tu devrais lui demander ce qu'elle représente pour lui ?

Il ne s'attendait pas à la lueur mauvaise qui s'alluma dans l'œil de son protégé.

-C'est pour ça que t'es là, alors ? Pour me manipuler afin que j'interroge Sam pour votre compte ?

Castiel fronça les sourcils, peu sûr de ce que voulait dire Dean, avant de finir par comprendre.

-Non, Dean. Je ne suis pas là pour te manipuler de quelques façons que ce soit. Je pense juste que c'est peut-être la seule manière pour toi de te sentir mieux. Ton frère est en danger, et ce danger c'est lui-même…

Dean sembla réfléchir à ça et eut un hochement de tête pour lui-même. Il claqua le verre sur la table et se leva, attrapant son manteau, pour rejoindre la sortie d'un pas décidé. Castiel resta assis et contempla le verre encore à moitié plein.

Castiel…

L'appel de ses frères le tira de sa torpeur et il se leva, sortant lentement du bar avant de disparaître dans l'ombre.


Et voilà pour "In the Beginning" et le début de "Metamorphosis". A suivre pour "Yellow Fever" et "It's the Great Pumpkin…"