Bonjour à toutes et à tous,

Voici ma toute dernière histoire. Je pense que c'est la fic la plus aboutie que j'aie pu faire, et j'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que j'en ai eu à l'écrire. Pour ce qui me connaisse, je préfère prévenir, ce n'est pas une Hermione/Minerva, rassurez-vous ! Cependant, je ne vous donnerai pas le couple de suite, ce sera la surprise !

Avant de vous mettre le premier chapitre, j'aimerais juste la dédier à quelques personnes :

Olympe Maxime, avec qui j'aurai du l'écrire, mais qui était submergée par le boulot, de l'autre côté de l'océan ! J'ai pensé à toi à chaque ligne, ma grande !

A SherPrune, sans qui cette histoire ne serait qu'un ramassis de tas de merde. Tu as eu des idées sublimes, et ton exigence a fait que cette histoire est réussie ! Je te remercie vraiment pour ton aide, le temps que tu m'as consacré et ta patience !

A Paradise Nightwish, pour ces corrections orthographiques et grammaticales, merci pour tout, il est vrai que ma dyslexie du clavier est légendaire !

Et la dernière, mais la première dans mon cœur, ma chérie, qui m'a laissée des soirées entières pour écrire !

Voilà, sans plus tarder, voici le premier chapitre de Seconde Chance !

Bonne lecture !


SECONDE CHANCE

CHAPITRE 1 : Du passé faisons table rase

Hermione courait parmi les décombres. L'herbe humide du parc était jonchée de cadavres. La jeune femme était déboussolée, apeurée. Elle avançait, sa baguette à la main, sursautant à chaque fois qu'elle reconnaissait un de ses amis, mort. Ou un professeur.

Elle porta les mains à sa bouche, comme pour s'empêcher de crier.

- Professeur McGonagall !!

Elle se pencha sur le corps, le saisit par les épaules et le secoua.

- Réveillez-vous ! Vous ne pouvez pas me laisser ! Professeur !

Cependant, le corps ne réagit pas. Les yeux du professeur regardaient fixement au loin, mais ne voyaient pas. Hermione sanglota et reposa son mentor, puis d'un geste doux de la main lui ferma les paupières. Elle n'arrivait pas à détacher le regard de ce corps sans vie. Elle était sûre que McGonagall s'en sortirait. Qu'elle ferait le poids face à Voldemort. Ce n'était pas possible, elle ne pouvait pas être morte ! Pourtant, Hermione dût se rendre à l'évidence. Malgré l'envie de rester près du corps, de le garder jusqu'à l'arrivée des aurors, elle se releva et partit à la recherche de survivants.

Devant elle, le château de Poudlard n'était plus qu'une ruine. Les flammes brisaient l'obscurité de la nuit, éclairant d'une lumière inquiétante, teintée de rouge sang, le parc souillé. C'était une scène d'apocalypse. Au loin, elle voyait un monticule de corps. Elle reconnut aisément des premières années. Ils avaient été offerts aux loups garou de Greyback. Comment avaient-ils pu ? Des enfants si jeunes, sans défenses... Elle retint le cri qui montait dans sa gorge et ravala la bile qui menaçait de sortir.

- Y'a quelqu'un ? Appela-t-elle en balayant le paysage morne du regard.

Elle essuya les larmes qui ruisselaient sur ses joues et continua de chercher.

Neville, Luna, Fred, Georges, Lupin, Tonks... Tous avaient succombé, et leurs cadavres se trouvaient devant elle. Elle sentait une grosse boule monter dans sa gorge. Ne pas y penser. Au loin, le corps sans vie d'Harry était visible. Hagrid l'avait déposé alors qu'il était sorti de la forêt interdite, Voldemort et ses mangemorts à sa suite. Hermione secoua la tête. Elle était persuadée qu'Harry s'en sortirait, qu'il vaincrait. Mais non, il n'était pas sorti vivant de la forêt.

Elle reprit sa marche en direction des décombres de l'école, à la recherche d'une personne encore vivante. Cependant, après quelques pas, elle tomba à genoux dans l'herbe. Ron, allongé sur des dalles froides tenait dans ses bras, dans la mort, la dépouille de sa sœur. A cette vision, Hermione hurla.

- Non ! Pas eux… Pas toi, Ron…

Il y a quelques heures, elle avait échangé un baiser fougueux avec un jeune homme plein de vie. Son amour… Maintenant, il ne restait que cette enveloppe, vide.

- Pourquoi ? se demanda-t-elle à haute voix.

- Parce qu'ils se sont rebellés, répondit une voix sifflante derrière elle.

- Comment avez-vous osé ! Cria Hermione en se retournant, faisant face à Voldemort. Comment avez-vous pu vous en prendre à des innocents ?

Elle n'avait pas peur, elle ne tremblait pas. Elle voulait juste venger ses amis.

- Potter aussi en était un. Mais ils ne m'ont pas respecté.

- Comment le pourrait-on ? Mais regardez-vous ! Vous êtes un assassin, un monstre ! Vous me dégoutez !

Et elle lui cracha sur la robe.

- Tu vas mourir, toi aussi, sang de bourbe. Va rejoindre tes amis.

« Mais que s'est-il passé ? » se demanda Hermione en jetant le premier sortilège. « On a détruit toutes les horcruxes. On avait une relique de la mort. Mais qu'est-ce qui a raté ? Qu'est-ce qu'on n'a pas fait ? »

Voldemort lui jeta un maléfice, et l'ancienne préfète fit un bond de plusieurs mètres en arrière. Elle retomba, sonnée, mais avait conservé sa baguette.

- AVADA KEDAVRA !

- PROTEGO !!

La lueur verte fondit sur le bouclier d'Hermione, et le fit voler en éclat. Alors que le sortilège de la mort l'atteignait en pleine poitrine, une larme coula sur sa joue. Voldemort tourna les talons, et s'éloigna dans les ruines de ce qui fut autrefois la plus célèbre école de magie d'Europe.

« C'est fini... » se dit-elle en sentant le froid et les ténèbres l'envahir. « Si seulement je pouvais tout recommencer, et empêcher ça... Si je pouvais tout reprendre à zéro...

- Accordé ! Répondit une voix familière.

- Professeur Dumbledore ? Qu'est-ce que... »

Elle ne put poursuivre sa pensée. L'obscurité l'engloutit. Ses sens s'engourdissaient. Elle n'entendait plus rien, si ce n'est un affreux bourdonnement dans sa tête. Elle lâcha son dernier soupir et sa tête tomba lourdement sur le sol. Elle sentit son dernier battement de cœur puis rien.

Hermione Granger venait de mourir.

* * *

Hermione se réveilla en criant. Elle était couverte de sueur et son corps était parcouru de tremblements. Mais quel horrible cauchemar ! Elle se passa les mains sur le visage, encore apeurée. Tout cela lui avait semblé si réel. L'odeur du sang, l'herbe sous ses mains, et la mort qui l'emportait.

Elle essuya une larme sur sa joue et regarda autour d'elle. Elle était dans le wagon familier d'un train en marche. Elle reconnut le paysage qui défilait sous ses yeux, et se demandait ce qu'il se passait. Mais que faisait-elle dans le Poudlard Express ? Rêvait-elle encore ? Alors qu'elle se levait pour atteindre la porte du compartiment, cette dernière s'ouvrit sur un petit garçon. Hermione eut un mouvement de recul.

- Neville ?

Le garçon semblait interloqué.

- On se connait ? Demanda-t-il, perdu.

- Mais qu'est-ce que tu as ? On dirait que tu as dix ans.

- Quoi ? Demanda-t-il en fronçant les sourcils.

- Ca y est, vous me faite une blague avec Harry et Ron. Très beau sortilège de rajeunissement…

- Qui ? Mais qui es-tu ? On ne se connait pas, c'est mon premier jour à Poudlard.

Hermione se leva et le serra dans ses bras.

- Arrête, ce n'est pas drôle. En tout cas, je suis contente de voir que tu vas bien. Si tu savais de quoi j'ai rêvé...

Le garçon, affolé, se dégagea de l'étreinte et recula de deux pas.

- Mais tu es dingue !

- Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu ne me reconnais pas ?

Neville secoua la tête et Hermione vit qu'il ne jouait pas la comédie. Se rendant compte de son impair, elle devait réparer la situation. Mais rien de ce qu'elle pourrait dire ne pourra faire oublier ce moment à son ami. Mais il y avait une possibilité. Non, elle ne pouvait faire ça. Ce serait contraire à tous ses principes. Tandis que le garçon la dévisageait, elle prit sa décision. Elle mit un mouchoir sur sa conscience et sortit sa baguette.

- Oubliette... murmura-t-elle.

Le sort atteignit de plein fouet Neville. Ce dernier semblait à présent hagard.

- Tu voulais quelque chose ? Demanda Hermione tandis que le garçon reprenait conscience de son environnement.

- Oui, j'ai perdu mon crapaud... Trevor...

- Je vais t'aider à le chercher...

Elle contourna Neville et sortit dans le couloir. Et ce qu'elle vit lui fit un choc. Elle reconnaissait ses camarades de classe, mais ils étaient... plus jeunes ?

Alors qu'elle s'avançait pour trouver Harry et Ron, elle croisa son reflet sur une des vitres du train. Et elle cria. Son visage, ses cheveux… Quel était donc ce maléfice ?

Plusieurs élèves se retournèrent vers elle et la toisaient du regard. Elle eut fit un vague signe que tout allait bien, et s'enferma dans les premiers WC venus. Elle s'aspergea le visage d'eau et se regarda dans la glace. Mais que se passait-il, bon sang ?

Et, comme une évidence, cela lui revint en mémoire...

« Si seulement je pouvais tout recommencer, et empêcher ça... Si je pouvais tout reprendre à zéro...

- Accordé ! Répondit une voix familière. »

Dumbledore... Même mort, il ne s'avouait pas vaincu. Ainsi, tout ce qu'elle pensait avoir été un rêve n'était rien d'autre que la réalité ? Elle se mit à sangloter dans les toilettes, se sentant impuissante. Qu'allait-elle faire maintenant ?

« Je vous ai donné une seconde chance, ne la gâchez pas... »

Hermione sécha ses larmes. Elle avait compris le message. Elle se ressaisit, et sortit des toilettes. Elle devait parler à Harry et Ron. Si elle avait conservé ses souvenirs, elle ne devait pas être la seule ! Elle courut dans le wagon ou elle pensait trouver ses deux meilleurs amis. Comment allait-elle les aborder ? Et s'ils avaient tout oublié, eux aussi ? Elle allait devoir la jouer fine.

Quelques minutes plus tard, elle ouvrit une porte en grand et tomba sur des cheveux noirs incoiffables et une tignasse rousse

- Bonjour... Vous n'auriez pas vu un crapaud ?

- Euh... Non. Pourquoi ? Demanda Ron.

La gryffondor tenta de cacher le choc provoqué par l'absence de réaction de ses amie à sa vue.

« Merde... qu'est-ce que je vais faire ? » pensa amèrement Hermione. « Ils ne se souviennent de rien. ».La jeune fille pâlit brusquement. La situation n'évoluait pas comme elle l'avait prévu.

- Un garçon de première année, Neville Londubat le cherche. Il s'appelle Trevor.

- On n'a rien vu du tout, affirma Harry.

- Tant pis. Au fait, je me présente. Hermione Granger. Ravie de vous rencontrer !

Elle serra la main des deux garçons et s'assit à leur côté.

- Je suis Ron Weasley, et lui, c'est Harry Potter. Et ça, c'est Croûtard ! Dit-il en montrant son rat.

Hermione vit rouge. Elle voulut se jeter sur Peter Pettigrow pour l'étrangler mais se retint. Ce n'était pas encore le moment.

- J'essaie de lui donner une autre couleur de poil... expliqua Ron en sortant sa baguette.

Il marmonna une formule qui ne marcha pas.

- Tu veux quelle couleur ? Demanda Hermione.

- Roux... Comme ça, il serait assorti avec le reste de la famille.

Hermione sortit sa baguette, fit un mouvement de poignet et toucha le rat qui changea aussitôt de couleur. Ron bondit, et la regarda soupçonneuse.

- Comment as-tu fait ça sans prononcer un mot ?

- Sortilège informulé...

Mince, elle n'avait pas fait attention. Ses habitudes avaient repris le dessus.

- Wha ! Répliqua Ron tandis qu'Harry contemplait avec fascination le rat de Ron. Tu dois venir d'une puissante famille de sorciers.

- Non, je suis une née de moldu...Alors, pressés d'être arrivés ? Leur demanda-t-elle d'un ton qu'elle voulait détendu.

Autant changer de sujet rapidement.

- Ouais, répliqua Ron, soupçonneux.

A ce moment là, Drago Malefoy entra dans le compartiment avec Crabbes et Goyle. Il commença un petit numéro sur « Potter, fais attention à qui tu fréquentes.... blablabla ».

Alors qu'une bagarre menaçait d'éclater entre les garçons, Hermione se leva et bouscula les futurs serpentard pour atteindre la sortie. Elle voulait leur jeter un sort, mais ne devait pas se faire remarquer. Pas maintenant. Elle se mordit les lèvres à cette pensée. Elle allait devoir être vraiment patiente.

- Fais attention ! S'exclama Malefoy en foudroyant du regard la fillette.

Hermione reprit son chemin en l'ignorant superbement. Elle marchait dans le couloir, ne sachant pas trop où elle allait. Les pensées se bousculaient dans son esprit. Elle avait le vertige, et l'angoisse la tenaillait. Elle finit par trouver un compartiment vide et s'enferma dedans. Elle se laissa tomber sur la banquette et se mordit les lèvres. Dans quelle situation se trouvait-elle ? Et comment allait-elle pouvoir empêcher la victoire de Voldemort, et la destruction de Poudlard ?


Le suite bientôt si plein de review !

A très bientôt,

Link9