Me suis rendue compte qu'il manquait le dernier chap... honte sur moi... quelques mois après, voilà tout de même la conclusion.

Il accompagna Meliane dans sa tournée de conférence, organisée très rapidement. Ses derniers articles avaient fait sensation alors qu'elle démontrait qu'il était parfaitement possible de dépasser la vitesse de la lumière. Très difficile à réaliser, certes, mais possible. Les gouvernements s'arrachaient ses services, mais elle les avait tous gentiment envoyé promener avant de préciser qu'elle allait repartir, mais se tiendrait au courant de l'actualité et enverrai ses articles à sa famille. Alors vint la question qui fâchait.

"Etait-ce vous qui avez arrêté ce terroriste quelques jours avant Noël ?"

Meliane ferma douloureusement les yeux. Bien sûr, une partie de leur combat avait été filmée, et des gens l'avaient reconnue.

"Oui" finit-elle par avouer. "Après examen médical complet, il s'est avéré que j'ai des micro-organismes présents dans mon sang et dans chacune de mes cellules. Ce sont ces organismes qui me permettent de faire ce que j'ai fait. Et non, je ne me bats jamais tant que je peux l'éviter. Ce jour-là, je n'aurai pas pu rester immobile sans qu'il n'y ait beaucoup de morts."

Elle refusa de répondre aux autres questions sur ses particularités et retourna au sujet de base, à savoir la possibilité de voyages interstellaires.

Enfin elle termina sa tournée, épuisée mais heureuse d'avoir pu aider un peu sa planète d'origine. Ils retournèrent vers l'Angleterre et Meliane jura en voyant qu'il faisait nuit noir. Elle ouvrit néanmoins la porte de chez elle et ils montèrent à l'étage, silencieux comme des chats, avant de fermer la porte de la chambre de Meliane et de se préparer à se coucher.

"Mace ?" appela doucement Meliane.

"Oui ?"

"C'est courant... les histoires entre Jedi ?"

Il secoua la tête dans la pénombre.

"Pas vraiment" répondit-il d'une voix douce. "En fait, c'est même très rare. Les passions mènent droit au Côté Obscur et les Jedi le savent. Théoriquement, l'attachement est interdit."

Elle s'humecta nerveusement les lèvres.

"Tu veux arrêter ?" demanda-t-elle dans un murmure.

"Ne dis pas de bêtises" fit-il en pivotant, interloqué, avant de se radoucir. "Je n'ai jamais rien vécu de semblable, tu sais. Je suis trop... différent. Ce n'est pas une question de race, juste..."

"D'esprit ?" proposa-t-elle, ses traits s'assombrissant. "Tu sais, je suis aussi différente."

"Je le sais, et j'aime ça" répondit-il sans se troubler.

Pour prouver ses dires, il se pencha vers elle et l'embrassa. Ils firent encore une fois tendrement l'amour, puis se couchèrent, enlacés. Demain, ils repartaient pour Corsucant.

"Je t'aime, Mel" murmura-t-il dans son oreille.

Il avait cru qu'elle dormait, mais elle rouvrit ses magnifiques pupilles émeraude pour l'observer tendrement.

"Moi aussi" répondit-elle en souriant. "J'aime bien quand tu me le dis."

"J'essaierai de te le dire plus souvent, alors" promit-il avant de l'embrasser.

Elle s'endormit en première et il la contempla un long moment, admirant son corps et son léger sourire heureux. D'un geste, il les recouvrit néanmoins de la couverture, avant de fermer les yeux à son tour.

Un cri les réveilla le matin et ils eurent tous deux instantanément leurs sabres allumés en main.

"Mel... tu, tu..."

"Tante Pétunia !" fit Meliane, soudain horriblement gênée. "Je t'avais dit que je rentrerai avec Mace..."

"Tu ne m'avais pas dit que c'était ton amant ! Tu n'es pas encore un peu jeune pour ce genre de choses ? Vous vous êtes protégés, au moins ? Et tu..."

"Tante Pétunia, je suis considérée comme une femme depuis quatre ans déjà" coupa Meliane, rougissante. "Et non, Mace ne me fera pas de mal. Sinon je te promets que je te l'amènerai immobilisé et tu lui feras ce que tu veux, d'accord ?"

Pétunia poussa un vague grognement.

"Et il a quel âge ?" demanda-t-elle, méfiante.

Meliane soupira.

"Vingt-huit ans. Mais c'est un Jedi, tante Pétunia, je t'ai déjà expliqué que nous vieillissons différemment."

Son amant s'était rhabillé calmement, n'intervenant pas, et Pétunia fixait Meliane, l'air agacée.

"Bien, jeune fille, si tu veux éviter une autre scène dans ce genre, tu préviens lorsque tu amènes un copain ici, compris ?"

"Compris, tante Pétunia" fit Meliane en baissant les yeux.

Un rire discret la fit se retourner et elle foudroya son amant du regard.

"Comment, toi, Jedi prodige aux talents exceptionnels, qui écrase des mages noirs, tu ne réponds pas à ta tante ?" demanda-t-il, amusé.

Meliane prit son ton le plus sarcastique pour répondre.

"Comment, toi, Mace Windu, grand Maître du Haut Conseil Jedi, prodige inventeur du Vaapad, diplomate d'exception, tu n'oses même pas te défendre face à ma tante ?"

Ils éclatèrent tous deux de rire, bientôt rejoints par Pétunia qui les laissa ensemble, encore riant.

"Habille-toi" ordonna-t-il après de longues secondes d'hilarité. "Sinon je penserai à autre chose et cela va retarder notre départ."

Elle lui fit un petit sourire mutin en s'approchant d'une démarche féline.

"Tu es devant mes vêtements" fit-elle, son sourire se faisant moqueur.

Il s'écarta, sachant parfaitement que les frôlements n'étaient pas innocents.

Meliane fit cependant rapidement ses adieux à sa famille et ils quittèrent la planète pour une durée indéterminée, chacun dans leur propre vaisseau. Le trajet se fit dans le silence malgré la communication permanente entre leurs vaisseaux.

"Tu vas me manquer, Meliane" fit cependant Mace alors qu'ils arrivaient en vue de Coruscant.

"Toi aussi" répondit la voix de son amante. "Donne-moi des missions courtes, je reviendrai souvent sur Corsucant."

Un petit rire lui répondit.

"Je n'y manquerai pas... Tes quartiers permanents seront près de ceux des membres du Conseil."

"Avec plaisir. Je t'aime, Mace."

Un simple moi aussi lui répondit alors qu'ils se posaient sur l'aire d'accueil du Temple Jedi, le vaisseau de Meliane ressemblant à un vaisseau ordinaire. Elle rabattit sa capuche sur son visage avant de sortir, rejoignant le Maître Windu qui l'attendait. Ils se mirent ensemble en route vers la salle du Conseil, où Mace fut accueilli par ses confrères. Meliane attendit que la porte soit refermée avant de laisser tomber sa capuche en arrière.

"Ma mission est terminée" fit-elle simplement. "Et de manière parfaitement légale. Le criminel est passé en jugement grâce à l'aide de Maître Windu et il a été déclaré coupable."

"Est-il mort ?" demanda Saesee Tin.

"Il a effectivement été condamné à perdre son âme. Il en est mort."