Me voilà de retour pour le dernier chapitre de Si Seulement. Je suis désolée pour le retard et j'espère que la lecture vous plaira. Merci encore une fois pour les reviews ! C'est toujours très très apprécié :)

Bonne lecture !

Si Seulement - Chapitre 4

C'était une journée bien sombre pour la communauté sorcière. Une des meilleures aurore venait de mourir. Voldemort n'était plus, mais il continuait de faire des victimes. Même si le maître n'est plus là, les partisans eux sont toujours présents. Bien que peu nombreux, ils avaient une forte envie de vengeance. Jenna venait de découvrir une de leur planque, elle si téméraire (à l'image d'Harry) avait décidé d'y aller, sans en parler à son mari. Pour ne pas l'inquiéter pensait-elle. Sauf qu'elle y trouva plus fort qu'elle et Harry n'avait rien pu faire. C'est pourquoi il se sentait énormément coupable. Il se sentait coupable de ne plus avoir été le même depuis cette fameuse nuit. La nuit de la pensive. Il était plus distrait envers sa femme. C'était plus fort que lui. Il pensait sans arrêt à Draco. Il se demandait comment aurait été sa vie avec le blond. Mais en même temps il se sentait terriblement coupable. Il avait deux enfants merveilleux et juste imaginer sa vie sans eux était une torture. L'année avait donc été très difficile pour lui, il avait perdue sa joie de vivre, sa bonne humeur. Et aujourd'hui, il enterrait la mère de ses enfants, la seule femme qui avait su le rendre heureux. Mais il se sentait horrible, il se sentait horrible de penser que c'était peut-être une manière pour lui de récupérer Draco. C'était peut-être cette seconde chance qu'il n'avait pas eu.

Jenna était morte, il ne pouvait plus rien y faire, mais Draco, lui, était bien vivant ; il le savait. Il le sentait au plus profond de lui. C'était un lien indescriptible mais qui avait toujours été là depuis leur seule nuit ensemble. Il pensait que c'était son mariage avec Jenna, mais même morte, il sentait encore cette présence au fond de lui. Draco !

Cela faisait maintenant deux semaines que sa femme n'était plus. Ses enfants reprenaient peu à peu un semblant de vie normale. Ils s'étaient beaucoup éloignés tous les trois. Ils revenaient chaque soir à la maison avec la permission du directeur de Poudlard. Il voulait en fait s'assurer qu'Harry aille bien. Il s'enfermait souvent dans sa pièce en haut. Ses enfants l'entendaient pleurer, crier ou bien il y restait enfermé dans le silence le plus complet pendant des heures et des heures. Pour Lily et James, leur père avait très mal pris la mort de Jenna. La vérité était tout autre.

Jenna lui manquait c'était vrai, mais toutes ses pensées étaient tournées vers Draco. Il voulait le sauver, il voulait le voir, le toucher, l'embrasser. Son absence le faisait souffrir à un point inimaginable. Au moins avant il le voyait, même en tant qu'ami. Mais maintenant, il avait besoin de sa drogue, il ne pourrait pas survivre sans lui. Il voulait être fort pour ses enfants, mais il n'y arrivait pas, il lui fallait Draco, il lui fallait son ange.

Il avait tenté en vain de trouver de quoi souffrait Draco, comment le sauver, comment l'enlever de sa prison au manoir, mais il ne trouvait rien de rien. C'était le mystère le plus complet. Dans un dernier espoir il décida de demander à une vieille amie, Hermione. Ils ne s'étaient plus parlé depuis des années. Elle avait fait sa vie avec un moldu et travaillait en tant que médicomage dans les maladies génétiques rares. Il n'y aurait pas meilleure qu'elle. Mais ça impliquait que Harry allait devoir tout lui raconter, et ça il n'était pas sur d'être prêt.

Il l'a rencontra une semaine plus tard dans un petit café moldu de Londres. Elle était devenu une femme magnifique et son ventre rond ne pouvait que la rendre encore plus belle. Elle avait préféré se concentrer sur sa carrière et maintenant elle était prête pour avoir des enfants.

- Alors Harry comment vas-tu ? J'ai appris pour la mort de ta femme je suis vraiment désolée.

- Merci Mione. Je tiens le coup comme tu peux le voir. Les enfants m'aident vraiment beaucoup.

- Mais je me doute bien que ce n'est pas pour ça que tu décide de briser 10 années de silence.

- Non en effet, toujours aussi perspicace ! Tu as fais ta vie de ton côté et j'ai fait la mienne, mais je suis content qu'on puisse se rencontrer, comme autrefois.

- Tu resteras toujours mon ami Harry, peut importe ce qui se passe.

- Je sais Mione, merci.

- Alors que puis-je faire pour toi, sauveur du monde sorcier.

- Bon...euh...ce ne sera pas facile à dire, mais avant tu me promet que tout ce que je dis reste confidentiel personne ne doit rien savoir, absolument personne.

- Tu me fais peur Harry, mais bien entendu, tu peux compter sur moi.

- Tu as entendu ce qui est arrivé à Draco Malfoy ?

- Sa disparition ? Oui bien sûr, ça a fait le tour des journaux. Il est probablement mort. Ça fait quand même 1 an que personne ne l'a vu.

- Et bien justement non...il n'est pas mort...il est en vie et je sais où il est.

- Quoi ? Mais comment ? Pourquoi ?

- Du calme Mione. Commande un deuxième café, on va en avoir pour des heures.

Harry lui raconta donc toute l'histoire. Partant de comment il l'avait sauvé, leur amitié, leur nuit ensemble, son mariage, le message de Draco et pour finir avec sa découverte au manoir.

Quand il eut fini, Hermione le regardait avec les yeux plein d'eau.

- Je vais t'aider à le sauver Harry. Je te promet que je vais tout faire pour le sauver. Tu sais, je ne te l'ai jamais dit, mais je savais déjà, de l'époque de Poudlard, qu'il y avait quelque chose entre vous deux. Vous étiez fait pour être ensemble.

- Merci Hermione, si tu savais comment ton aide m'est précieuse.

Chaque semaine Harry et Hermione se rencontrait dans ce petit café. Trois semaines passèrent sans aucun résultat. Mais la quatrième semaine, Hermione entra toute énervée.

- Harry ! J'ai trouvé quelque chose. J'en reviens pas, j'ai peut-être une piste de solution !

Hermione expliqua que Malfoy avait une maladie génétique des sangs purs extrêmement rare. Deux seules autres personnes, à part Draco, en avait souffert. Elle avait trouvé leur dossier à l'hôpital. Les deux autres personnes en étaient décédés. En gros c'est la magie du sang pur qui le tue de l'intérieur. Plus un sorcier vieillit, plus il devient puissant. Normalement, le corps produit une barrière magique qui le protège de sa propre magie. Mais ceux ayant cette maladie ne produise pas cette barrière et donc sont condamnée à mourir à un très jeune âge.

- Mais alors pourquoi Draco n'est-il pas mort Mione ?

- Tu es sur Harry qu'il est vivant, tu sais c'est impossible qu'il est survécu.

- Oui j'en suis sûr Mione, fait moi confiance.

- Je savais que tu allais me dire ça, c'est pour ça que je me suis fait une hypothèse. Bien sûr ce n'est que de la théorie, mais selon ce que je sais de cette maladie, cela pourrait être possible. Tu as bien couché avec lui ?

- Euh...oui une fois...je t'ai déjà dit tout ça. Dit Harry en rougissant

- Pas la peine de faire ton gêné, je voulais juste être certaine. Il y a eu pénétration ou pas ?

- Mione !

- Je dois savoir Harry

- Oui ! Tu es contente maintenant ? Tu veux savoir qui était au dessus aussi ?

- Non ça ira, dit la brune en riant. Donc voilà mon hypothèse, mais ne t'emballe pas tout de suite, faudra vérifier.

La magie des Malfoy est extrêmement puissante, ça tout le monde le sais. Mais je ne sais pas si tu savais Harry, mais lors de toute relation sexuelle entre partenaires sorciers, il y a un minuscule échange de magie. Comme votre magie est forte à tous les deux, je pense qu'une partie de sa maladie t'a été transmise lors de votre relation. C'est peut-être pourquoi il n'est pas mort. Toi tu lui a donné une peu de tes barrières magiques, donc son corps a pu se protéger un peu. Mais de ce que je sais, seul deux âmes sœurs pourraient s'échanger autant de magie. Il serait selon moi protégé par un coma magique qui le maintient en vie, mais pour combien de temps, ça je ne le sais pas.

- Mais en supposant qu'il soit en vie, maintenant c'est de savoir comment entrer le sauver. Tu dis qu'il est au sous-sol du manoir Malfoy ?

- Oui dans une sorte de petite pièce.

- Sûrement la pièce d'héritage. Chaque famille de sang pur en a une. Elle permet de mettre les biens les plus précieux sans que personne ne puisse entrer. Même le sorcier le plus puissant ne pourra y entrer. Il faut quelqu'un de la famille Malfoy. C'est un peu comme le principe des coffres forts à Grignott. Il faut un membre de la branche principale. Je suis désolé Harry...

Harry réalise peu à peu ce qu'Hermione veut dire. Les parents de Draco sont morts pendant la guerre et il était enfant unique.

- Harry...je...

Mais elle ne put jamais finir. Harry avait transplané, se foutant d'être dans un endroit public. Il réapparu dans sa pièce secrète. Il voulait mourir. Il connaissait l'existence d'une pièce comme celle-ci...il y était présentement. Seul lui et ses enfants pouvaient y entrer. Pourquoi n'y avait-il pas pensé avant ?

JE TE HAIS DRACO MALFOY, ESPÈCE DE CONNARD, POURQUOI CETTE PIÈCE ? POURQUOI ?

Il pleura pendant de longues heures et fini par s'endormir.

Cette journée là, Lily revient de l'école comme à son habitude. James est resté avec un ami. La maison est sombre et silencieuse. Son père est surement encore dans sa fameuse pièce. Mais Lily en a marre de vivre avec un fantôme. Son père lui manque horriblement. Elle décide de monter à l'étage et d'y entrer une fois pour toute. À peine la porte ouverte qu'elle voit son père, endormi sur le fauteuil, une cape de sorcier dans les mains. Celle de sa mère ? Non celle de son parrain, celle qu'il portait toujours pour enseigner. Son père ouvre alors les yeux et rencontre ceux de sa fille, identique aux siens. Elle ne se fâche pas contre son père, mais elle veut savoir. Elle veut comprendre pourquoi son père se comporte ainsi. Il lui dit donc qu'il sait où est son parrain. Qu'il n'est peut-être pas mort, bien que les chances soient maigres. Il lui explique la maladie, et sur le coup Lily est sonnée. Perdre sa mère et son parrain en même temps fut extrêmement pénible pour elle, s'il y avait une chance qu'il soit vivant elle voulait le voir.

Harry ne comprends pas la réaction de sa fille, elle semble terrorisée.

- Papa amène moi là bas. TOUT DE SUITE.

- Mais Lily attends, ça ne sert à rien. Ton parrain va mourir, on ne peut rien y faire.

- Papa, fait moi confiance sur ce coup là. S'il-te-plaît, je veux le voir !

Ils transplanèrent et réapparurent devant le manoir. Bien-sûr, tout est sombre. Ça en est presque terrifiant. Sans plus attendre, Lily se précipite vers la porte qu'elle ouvre à toute vitesse et s'en va immédiatement à la cave, suivit d'un Harry qui essai tant bien que mal de rattraper sa fille. Elle est devant le mur invisible. Il l'a voit s'avancer.

- Lily ça ne sert à rien. Vient ici. Ne te fait pas mal pour rien.

Mais Lily continue son chemin et entre dans la pièce. Harry attend qu'elle soit repoussé avec force, mais rien ne se produit. Elle se tourne vers son père et lui souris. Ses longs cheveux blonds flottant autour d'elle...les cheveux de Draco.

Flashback - Entrée à Poudlard de Lily

C'était sa première année à Poudlard et Lily était super nerveuse. Ses parents l'avaient rassuré du mieux qu'ils purent, mais elle restait terrorisée d'être toute seule dans une si grande école. Mais tout se passa très bien. Aussitôt assise dans le train, elle rencontra Mélodie, une autre jeune fille de son âge. Elles se lièrent d'amitié très vite.

- Alors c'est qui tes parents, ils étaient dans quelle maison ?

Lily était toujours gênée de dévoiler ses parent, mais Mélodie était très gentille alors elle lui fit confiance.

- Mon papa c'est Harry Potter et ma maman c'est Jenna White. Il était à Griffondor et elle à Serdaigle.

- Ah oui ! Je les ai vu sur le quai tout à l'heure , j'étais toute surprise de voir le grand Harry Potter. Il est beau ton papa. Tes cheveux sont teints ?

- Non pourquoi tu demande ça ?

- Et bien ton père à les cheveux noirs, et ta mère, si je me souviens, c'était plutôt bruns.

- Et puis après ça ne veut rien dire ça !

Mais le commentaire de Mélodie tracassa la jeune fille. Et si elle était adoptée ? S'ils n'étaient pas ses vrais parents ? C'était la soirée de répartition et ils attendaient tous leur tour avec impatience. Lily se demanda dans quelle maison elle irait. Ce fût finalement Serpentard et à son plus grand bonheur, Mélodie la rejoignit quelques instants plus tard !

- Dit donc Lily, tu as vu le professeur de potion. Wow, il est vraiment beau ! C'est incroyable comment tu lui ressemble, même couleur de cheveux, tu as le même nez que lui en plus c'est curieux...et ta peau si blanche...tu es sur que ce n'est pas lui ton père ? Haha. Mais en même temps, tu as les yeux de ton père ça c'est sur. C'est bizarre !

- Oh Draco, c'est mon parrain. C'est le meilleur ami de mon père c'est tout.

Mais pendant des mois cela tracassait Lily. Elle l'observait dans ses cours. Il avait la manie de gratter son avant bras quand il était nerveux. Elle faisait ça tout le temps. On l'a surnommait même Lily Malfoy, tant leur ressemblance était frappante. Elle n'en avait jamais parlé à ses parents et Draco ne semblait avoir rien dit à son père non plus sinon elle en aurait entendu parler.

Une jour, elle décida qu'elle voulait avoir des réponses à ses questions. Ça lui grugeait toute son énergie. Autant mettre les choses au clair. Tant pis si elle apprenait qu'elle était adopté, ses parents l'aimaient quand même. Elle alla voir son parrain dans son bureau après la classe.

Lily étant de nature très directe, n'y alla pas par quatre chemins. Elle était très intelligente, côté qu'elle retenait plutôt de sa mère, et elle avait fini par comprendre quelque chose.

- Draco, est-ce que je suis ta fille ?

Sur le coup, Draco n'avait rien pu répondre. Comment avait-elle deviné ? Bien-sur que c'était sa fille. Il connaissait malheureusement les conséquences de son acte avec Harry. Il connaissait la maladie dont il était atteint. En fait , il ne l'avait pas su au moment de l'acte... si seulement... tout aurait été différent. Mais dès qu'il l'avait vu à la naissance, il avait tout de suite reconnu sa fille. Un vraie Malfoy. Il pense même que Jenna a du s'en douter, seul Harry est assez idiot pour n'avoir rien remarqué.

Lily était immensément mature pour son âge Et Draco savait que même en niant, elle ne l'aurait pas cru. Il lui fit donc promettre (avec un serment inviolable) de ne jamais rien dire à ses parents ni à qui que se soit. Elle accepta. Draco lui expliqua, sans mentionner toutefois la maladie, qu'il avait eu une relation avec son père et que, en gros, une partie de sa magie c'était retrouvé dans le ventre de sa mère et mélangée à celle d'Harry, cela l'avait créé. Il expliqua que seul de très puissants sorciers pouvaient faire ça.

- Mais pourquoi mon père ne le sait pas ? Pourquoi il ne m'a rien dit !

Là aussi il menti. Il ne pouvais pas dire qu'il lui avait jeté un sort d'oubli. Il raconta donc que Harry ne savait que peu de chose sur le monde sorcier et comme c'est impossible pour deux hommes d'avoir un enfant, il n'avait juste pas remarqué. Lily était troublée par toutes ses révélations même si elle se doutait que Draco était son père elle n'aurait pas cru que Harry était son autre père.

- Mais papa, il aime maman ?

- Bien sûr dit Draco, ton père aime ta mère.

- Et toi parrain ? Tu aimes mon père ?

- Ne t'en fait pas Lily c'est du passé tout ça ok ? C'était une erreur tout ça, pas que je ne suis pas content d'avoir une fille au contraire, mais tu as tes deux parents. Moi je suis ton parrain et ça restera comme ça ok ?

- Oui bien sûr, mais je suis contente de le savoir ! J'aurais beaucoup aimé avoir deux papas...toi et papa :).

Elle partit.

Draco, encore une fois, pleura. Oh, lui aussi aurait voulu une fille, mais il lui avait certainement transmit sa maladie, il avait condamnée la pauvre Lily, il était un monstre.

Fin du flashback

Lily continue de sourire. Elle ne voulait pas que son père l'apprenne comme ça. Mais elle savait depuis un moment déjà qu'elle était la fille de Draco. Elle croyait qu'il était mort. Si son père lui avait dit tout ça avant, elle aurait pu intervenir bien avant.

- Draco...ne meurt pas s'il-te-plait...père...

- Lily ? Lily ? ça veut dire qu'il est vivant.

- Oui il respire papa, mais c'est très faible. Je fais quoi ?

Harry avait l'esprit tout embrouillé. Des milliers de questions se bousculaient dans son esprit. Si Lily pouvait entrer, elle était une Malfoy ; mais comment ? Jenna avait couché avec Malfoy...mais non...c'était impossible, mais pourtant. Son esprit était confus, mais il n'avait pas le temps de comprendre. Il devait sauver Draco. Il ordonna à Lily de trainer Draco jusqu'en dehors du cercle. Elle y arriva au bout de plusieurs minutes. Elle n'était qu'une jeune fille de 15 ans après tout et elle avait hérité de la carrure fragile de son père, enfin son autre père. Quand Draco fut hors de la barrière, Harry ne put résister et ce précipita dans ses bras, le serrant de toutes ses forces. Il avait oublié que Lily était là, seulement Draco était important.

- Tient bon mon amour, je t'en supplie.

Il ne vit donc pas sa fille sourire, alors que ses deux pères s'aimaient. Elle allait peut-être avoir une autre vie de famille après tout.

Draco était maintenant dans la maison d'Harry depuis trois jours. Il était même dans son lit, mais il ne se réveilla pas. Harry avait tout tenté, même, à sa plus grande honte, un baiser comme dans les contes de fées, mais rien à faire, il ne se réveillait pas. Il respirait faiblement et devenait de plus en plus pâle. Il avait même autorisé Hermione à venir, elle qui même médicomage, ne pouvait rien faire. Lily aussi faisait tout ce qu'elle pouvait, suppliant son père de rester en vie. James comprenait plus ou moins la situation, les explications viendraient plus tard.

Un jour, alors que Draco était toujours dans le coma, Lily voulu savoir d'où elle venait et qui de mieux qu'Hermione pour répondre à ses questions.

- Papa, Hermione, j'aimerais vous parler. Je sais que je suis la fille de Draco, mais j'aimerais savoir comment est-ce possible. Père ne m'a pas trop expliqué.

- Tu veux dire que Draco le savait ? Et puis Lily tu sais depuis longtemps comment se font les bébés...mais tu sais je ne suis pas fâché contre Draco, ta maman était une très belle femme.

Lily et Hermione regardèrent Harry avec une expression indéchiffrable.

- Quoi ?

- Harry Potter, tu es l'être le plus stupide que la terre ait portée. Lily est TA fille, votre fille à toi et Draco.

- Quoi ? Je...mais...non...on est deux hommes Hermione.

- Et puis, on est sorcier Harry ! Lily a été conçu la nuit de votre mariage. Jenna n'a fait qu'être une mère porteuse en quelque sorte. Comme toute maladie (virus), elle ne veux pas s'éteindre. Lors d'un rapport avec une personne assez puissante, elle se dépêche de se loger dans l'organisme du receveur. Espérant trouver un bébé dans lequel se loger, car pour tout sorcier, lors d'une jouissance, un échange de magie se fait, c'est comme ça pour tous les rapports sexuels que vous soyez en couple ou pas. La maladie c'est donc installé dans son porteur, voyageant par le canal de magie. Sauf que le virus ne peut pas y vivre très longtemps, deux jours environ. Sauf qu'Harry, tu es un homme, tu ne peux pas porter de bébé. Mais comme le lendemain tu as eu une relation sexuelle avec Jenna lors de votre nuit de noce, enfin je suppose, le virus, lors de l'échange de magie, a à nouveau changé de partenaire. Sauf que cette fois c'était une femme. Le virus y voit donc une occasion en or. Il était encore plein de magie venant de Draco et toi, deux sorciers extrêmement puissants. Il fut donc capable de créer un bébé qui provient d'un mélange de ces deux magies. Il n'eut même pas à attendre qu'elle en est créé un naturellement. Il se logea confortablement dans son nouveau porteur, une petite fille, et s'endormi pour un moment. Mais tout ça ne fut possible qu'à cause que votre lien est puissant, très puissant, que seul des âmes sœurs peuvent partager.

- Donc, dit Harry, si je comprend bien. C'est Lily maintenant qui a le virus ?

- Oui, Lily est atteinte du même mal que Draco. Elle devra trouver et s'unir à son âme sœur sinon elle mourra avant l'âge de 40 ans.

- Mais, c'est horrible ! Il doit y avoir une solution !

- Papa, j'en encore le temps avant 40 ans. Avec toi et Hermione, je suis sure que vous trouverez une solution ! Ne t'inquiète pas. Et puis père n'est pas mort lui !

- Mais oui ! S'écria soudainement Hermione ! Lily vient ici, j'ai besoin d'un peu de ton sang.

- Quoi ? Mais pourquoi ?

- Mais pour préparer l'antidote ! Lorsqu'on veut créer un antidote à un virus, il faut utiliser ce même virus. Mais ne pas prendre la même souche. Donc le sang de Draco est inutile. Mais avec le tient, on va peut-être vous sauvez tous les deux.

- Tu pourras faire ça ? Dit Harry des étoiles plein les yeux !

- Moi non ! Je ne suis pas assez douée en potion. Mais le plus grand maître de potion de la terre est encore vivant Harry !

- Tu ne parle quand même pas de...

- Si Severus Rogue en personne.

Harry mit donc sa vieille rancune de côté et alla voir le vieil homme le lendemain. Il lui raconta que Draco était vivant et chez lui, mais qu'il lui fallait de l'aide. Après s'être fait traiter de con incompétent une dizaine de fois en plus du crétin irresponsable une autre dizaine de fois, Rogue accepta d'aider Harry, mais seulement pour sauver Draco.

Pendant que la potion se faisait, Harry veilla sur Draco du mieux qu'il le pouvait. Ses enfants comprirent très vite tous les sentiments qu'il y avait entre les deux hommes et approuvaient la relation. Cela soulagea énormément Harry. Il allait peut-être pouvoir vivre heureux avec l'homme qu'il aimait.

La potion fut prête par un bel après-midi d'automne. Harry tremblait tellement il avait hâte. Hâte de réentendre son blond. Ils avaient tellement à se dire, tellement de temps à rattraper. Ils étaient tous là, Harry, Lily, James, Hermione et Severus lorsqu'il ouvrit enfin les yeux, de magnifiques perles argentées.

Tous poussèrent un soupir de soulagement et Harry n'y tenant plus s'effondra en pleurs.

- Je ... je suis où ?

- Tu es chez moi Draco

- Harry ? Mais je ne suis pas mort ?

- Bon tout semble bien aller dit Severus, nous allons vous laisser entre vous. Lily et James viendront avec moi.

- Je suis contente que tu sois là père, dit Lily avant de partir avec Severus, Hermione et James.

Ils se retrouvèrent donc tous les deux dans la pièce, se regardant en silence.

- Je ne comprend pas, pourquoi je ne suis pas mort ?

- Lily...dit simplement Harry

- Alors tu sais ?

- Oui...

- Et Jenna, elle en pense quoi ?

- Elle est morte Draco...

- Oh ! Je suis désolé. Laisse moi le temps de reprendre mes esprits, cinq minutes et je part. Je ne te dérangerai pas plus longtemps.

- DRACO MALFOY JE T'INTERDIT DE BOUGER DE CE LIT.

- Tu sais j'ai lu ta lettre et devine ; il y avait une pensée que ton cher parrain m'a envoyé et dans cette pensée il y avait un certain souvenir, un souvenir d'une certaine nuit.

- Non, il n'a pas osé faire ça !

- Oh si, il a osé. Pourquoi Draco, pourquoi tu as pris le contrôle comme ça de ma vie ?

- Mais je voulais que tu sois heureux Harry, c'est tout ce que je voulais.

- En effaçant mon amour pour toi ? En croyant détruire cette étincelle.

- Mais...mais...tu allais te marier avec Jenna

- JE ME SUIS CONFESSÉ À TOI CETTE NUIT LÀ. DRACO PUTAIN ONT AURAIT PU ÊTRE HEUREUX TOUS LES DEUX.

- On est deux hommes Harry, le monde sorcier n'accepte pas ça.

- Mais depuis quand je me soucie de ce que les autres pensent de moi ! Bordel Draco Je t'aime, je t'aime à en devenir fou. Tu t'imagine ce que j'ai pu ressentir quand j'ai cru que tu étais mort, que tu m'avais abandonné. Et on a une fille...Lily...tu savais et tu as rien dis !

- Mais...je...

- On a couché ensemble et ce fut la plus belle nuit de ma vie. Et tu oses effacer cela de ma mémoire. Putain tu me rend fou...espèce de connard égocentrique...

- Tu m'aimes ?

- Si je t'aime ? Tu ose demander ?

Ni tenant plus Harry se jeta sur le blond, l'embrassant de tout son amour. Ce dernier y répondit avec une vigueur étonnante vu les circonstances.

- Tu m'as tellement manqué Draco, depuis que j'ai vu cette pensive je ne pense qu'à cette nuit, tu me hante.

- J'ai l'impression de rêver Harry. Je t'aime depuis si longtemps, je ne peux pas croire que tu sois là, contre moi. Je dois être au paradis.

- Non, tu n'y es pas encore Dray, mais ça ne serait tarder.

- Serais-ce des avances M. Potter.

- Oh que si M. Malfoy. Si tu savais depuis quand je rêve de toi en moi.

- C'est qu'on devient vulgaire.

- De ce que je sens contre ma cuisse, je ne suis pas le seul à avoir ce genre de pensées.

L'histoire démontre que la passion entre deux âmes sœur ne peut être effacé. Ni par un sort d'oubli, ni par un an de coma magique. C'est pourquoi se fut un Harry et un Draco plein de vigueur qui se retrouvèrent bien vite nus dans les draps en soie, noirs bien entendu.

- Tu es à moi ! Rien qu'à moi dit Harry dévorant le cou de son amant.

- Hum...oh oui continue. Merlin Harry ne t'arrête pas.

Harry ne se lassait pas de goûter la peau si blanche de son amant : son cou, son torse, son ventre, son sexe. Quand il le prit en bouche, Draco ne pus se retenir de crier. C'était trop bon.

- Putain Harry je vais jouir. Ça fait 1 an que je n'ai pas évacué ! Bordel !

Harry accéléra les mouvements, caressant le gland gonflé de sa langue taquine. Ni tenant plus, Draco propulsa sa semence au fond de la bouche du brun.

- Désolé Ry, mais là fallait que ça sorte !

- Oh mais ce n'est rien, tant que tu t'occupe du petit problème qu'est le mien !

- Petit ? Tu veux dire ton gros problème ?

- Il a besoin d'un peu t'attention.

Voir les yeux de Harry qui brillaient comme ça ne tardèrent pas à rendre à nouveau le membre de Draco dur.

- Il n'est pas le seul qui ait besoin t'attention.

- Déjà ?

- Qu'est-ce que tu veux, tu est un vrai appel à la débauche.

- Alors vient, j'ai envie de toi !

- Ne soit pas trop pressé mon petit lion. On a toute la nuit devant nous.

Draco joua un peu avec les boutons de chair durs d'Harry avec sa langue. Se délectant de l'entendre gémir son nom. Il remonta pour le faire taire, explorant sa bouche avec délectation. Tout en l'embrassant, un doigts vient caresser l'entrée du brun. Bien vite rejoint par un deuxième doigts. Il ne voulait surtout pas blesser son amant.

- Dray arrête avec ça, je te veux tout de suite. Prend moi bordel !

- Mais amour je ne veux pas te faire mal.

- T'inquiète pas pour ça, ces 1 an m'ont permis de découvrir plein de façons de me masturber. Je suis plus que prêt.

- Mais qu'est-ce qui se passe avec toi ? Comme tu te débauche !

- À qui la faute ? Qui est aller crever dans une chambre inaccessible en laissant son amant frustré par des souvenirs particulièrement chauds ?

- Oh ! Je vais me faire vite pardonner.

Il retourna Harry sur le ventre, les hanches relevées. La vision était si érotique qu'il crut ne pas tenir, mais avec tout son self control, il entra doucement dans l'antre chaud du brun. C'était la plus incroyable des sensations. Il ne put se retenir et des larmes coulèrent.

- Dray ! Ce n'est peut-être pas le meilleur moment de pleurer. J'ai ta queue dans mon cul je te signale !

- Idiot ! Je suis juste heureux Harry.

- Je le serais encore plus si tu te décidais de bouger !

Draco entama d'abord de lents mouvements de vas et vient, ressortant presque à chaque fois.

- Hum...oh putain...oui...humm plus vite !

Il accéléra le mouvement, les faisant crier tous les deux. C'était si bon. Comment avait-il pu s'en passer ces 11 années. Le membre du blond s'enfonça de plus en plus profondément. Harry n'y tenant plus c'était retourné pour voir son amant. Il voulait le voir atteindre l'orgasme. À chaque fois qu'il touchait se point si sensible au fond de lui, il ne pouvait s'empêcher de gémir, s'accrochant au dos de Draco pour l'avoir encore plus profond en lui.

- Oh oui, plus fort Dray...humm

Le rythme devient insoutenable, il n'allait pas tenir !

- Harry je vais...si chaud...humm

N'y tenant plus il éjacula profondément en Harry, criant son nom. Harry voyant son amant avec une expression de pure extase ne pris pas longtemps à le suivre ; se répandant sur le torse du blond. Draco fit quelques mouvements de vas et vient avant de se retirer et de se laisser tomber à côté de son amant.

- Je t'aime Draco, mais sis cette fois-cis tu oses me jeter un sort d'oubli, je te jure que tu va le regretter.

- Non j'ai appris ma leçon, maintenant que je peux être heureux, je ne vais pas laisser le bonheur me filer entre les mains. Je t'aime Harry.

Le brun s'endormi en premier. Épuisé par toutes ces émotions. Il était enfin heureux, vraiment heureux.

Le blond lui avait bien assez dormi. Il observait son amour.

- Je serai toujours la pour toi Harry, je te le promet.

3 ans plus tard

- Chéri calme toi !

- Me calmer, tu veux que je me calme !

- C'est juste un dîner.

- Mais j'ai rien à me mettre !

Harry avait compris depuis longtemps qu'on ne pouvait changer un Malfoy. Mais c'était comme ça qu'il l'aimait son ange.

- La robe noire est très jolie, elle fait ressortir la blancheur de ta peau.

- Tu es sur ?

- Et puis tu seras magnifique comme toujours !

- Hum ? C'est vrai que je suis toujours incroyablement sexy. Dit le blond en bougeant les hanches de droite à gauche.

- Toi tu arrêtes de faire ça. Sinon on risque d'être en retard au souper de notre fille.

- Pervers !

- Dit le mec qui est a poil devant moi.

Le blond tira la langue d'une manière très mature et alla s'enfermer dans la chambre de bain avec la robe noire. Pas question qu'un Malfoy soit en retard et encore moins pas coiffé.

C'est 1 heure plus tard qu'ils arrivèrent tous les deux dans le petit appartement de Lily.

- Papa, père ! Je suis si contente de vous voir. Mais entrez. James est déjà arrivé. Il avait une permission spéciale de Poudlard.

- Nous aussi on est content de te voir ma belle, mais dit-moi pourquoi nous avoir convié ici ? Et surtout qui est ce jeune homme derrière toi ?

- James ?

- Ne joue pas à ça avec nous jeune fille dit Draco. Le grand au cheveux noir !

- Sean, vient ici s'il-te-plait. Voilà, je te présente mes parents. Papa, père, voici l'homme avec qui je vais me marier.

- Quoi ! s'écrièrent-ils en même temps. Tu le connais depuis combien de temps déjà ?

- 6 mois ! Mais père, je l'aime ! Toi tu a bien épousé papa 3 jours après ton réveil.

Harry se rappela avec nostalgie son mariage. La communauté sorcière avait d'abord crié au scandale. Harry avait été renvoyé immédiatement de son emploi d'Auror. Mais à la plus grandes surprises des amoureux, ils reçurent l'appuis de centaines de sorciers et de sorcières qui purent révéler enfin au monde entier leur amour interdit : Blaise et Théo, Dean et Saemus, Luna et Ginny, mais le plus surprenant fût Rogue qui arriva avec son jeune amant de pratiquement la moitié de son âge. Draco avait cru faire une crise cardiaque en les voyant. Imaginer son parrain (de plus de 60 ans) avoir une vie sexuelle avec un garçon plus jeune que lui eu tôt fait de lui donner la nausée. Harry sourit au souvenir du blond encore plus pâle que d'habitude maudissant son parrain qui avait gâché son mariage.

- Mais c'est complètement différent ! Toi le grand tu viens avec moi ! TOUT DE SUITE ! On va avoir une belle discussion. Si j'apprends que tu fais du mal à mon bébé, je vais m'assurer que tu ne pourras plus jamais satisfaire une femme. Est-ce bien clair ?

Sean n'eu pas d'autre choix de suivre le père de sa douce : un Malfoy en colère était vraiment épeurant.

- Papa ! Mais fait quelque chose. Il va le tuer !

- Ma belle, ton père est juste légèrement surprotecteur ! Il n'est pas méchant dans le fond !

- Tu appel ça juste un peu ?

- Alors tu l'aimes ?

- Oui, je crois bien que c'est lui qui me manquait dans ma vie. Je suis heureuse papa !

- Alors je suis heureux aussi et ton père le sera aussi. Quand il aura fini de torturer ton pauvre futur mari.

Et dans la pièce d'à côté on pouvait entendre :

ALORS RÈGLE NUMÉRO UN, LILY TU LA TRAITE COMME UNE REINE. SI ELLE PLEURE, SI ELLE EST TRISTE, SI TU L'A FAIT SOUFFRIR TU ES MORT. RÈGLE NUMÉRO DEUX TU NE LA TOUCHE PAS AVANT LE MARIAGE, MON BÉBÉ EST PURE ET INOCENTE, RÈGLE NUMÉRO 3 ...

- Dit papa, tu crois que je devrais lui dire que je suis enceinte ?

FIN

Voilà ! Ça fait drôle de finir cette histoire après toutes ses années, mais là c'est vraiment la fin. J'ai un autre projet en tête donc j'espère vous relire pour ma prochaine histoire ! À bientôt chers (ères) lecteurs (rices). N'hésitez pas à laisser des commentaires ! Merci !