Voilà, ma nouvelle fic … comme je l'ai déjà annoncé dans mon profil, ceci EST mon défouloir. Veuillez noter que je m'amuse, je vais donc pousser un peu les perso dans leur pires côtés en en inventant certains…. Je précise aussi que les posts ne seront pas réguliers sur cette fic, les chapitres ne se suivant pas.

Disclaimer : pour une fois, je suis bien certaine qu'ils sont tous ravis d'être la propriété de Masashi Kishimoto … oh que oui !

Bêta: Tama et pas que pour la rime.

Passons maintenant à ma première victime….


VICTIME 1 : Maito Gai.

Maito Gai était un ninja heureux, un vrai. En plus, d'être un des meilleurs shinobis de Konoha, un des plus reconnus, un des plus craints, un des plus redoutés, un des plus suivis, un des plus écoutés … il avait hérité de la meilleure équipe de genins qui soit et cela quoi qu'en pensent les autres. Ce qui était normal puisqu'il était un des ninjas les plus redoutés, un des plus suivis, un des plus écoutés...

Neji était un génie, un prodige dépassant de loin les autres Hyûga, Tenten était une maître d'arme, aiguisée et redoutable et Lee … ah Lee, Lee, c'était … comme toujours quand il pensait à son jeune élève, il ne pouvait retenir les larmes qui ruisselaient en de larges sillons le long de ses joues.

Lee était parfait, un modèle d'endurance, de persévérance et quelle puissance, quel style, quelle fougue…. Ah, Lee irait loin, bientôt il pourrait rivaliser avec lui : l'ombrageuse panthère de jade de Konoha.

Grand Dieu s'il avait pu, il aurait sauté en un magnifique tourbillon vert et pris la pose « nice guy » pour appuyer ses prédictions.

Mais, là tout de suite maintenant ce n'était pas possible.

Car présentement, Maito Gai était en train de battre définitivement son rival de toujours Hatake Kakashi !

Car dans peu de temps, Maito Gai allait enfin semer les graines de sa vigueur et de sa jeunesse et procréer.

AH AH AH AH AH AH.

Pour ce qu'il en savait Kakashi était actuellement trop occupé avec l'entraînement de Naruto pour entretenir une quelconque relation alors que lui l'incroyable et phénoménale tornade de Konoha ….

AH AH AH AH AH

Alors que son rival de toujours faisait semblant d'entraîner son élève tout en lisant ses livres pervers, lui avait entrepris de faire la cour à cette superbe jeune femme : Amaya.

Elle était de taille moyenne, brune avec des cheveux atteignant ses épaules, des rondeurs confortables où il fallait … oui vraiment où il fallait … grand dieu ces seins superbes sur lesquels son torse puissant s'écrasait à chaque coup de rein lui fournissant l'élan nécessaire pour entretenir son rythme étaient simplement divins.

Ah, il avait dû travailler dur pour réussir à l'amener dans sa couche mais personne ne pouvait résister au charme irrésistible du grand Maito Gai, ni à son incroyable intelligence, son sens de l'humour à tomber, sa finesse, sa délicatesse, sa galanterie hors norme, bref à tout ce qui faisait de lui, l'incroyable, l'époustouflant fauve de jade …. Minute, ne l'avait-il pas déjà dit ?

Toujours est-il qu'après plusieurs semaines de cour assidue, il avait enfin réussi à décrocher un rendez-vous. Comme toujours son nindo avait payé et comme il l'avait dit à sa belle pour fêter son accord, il avait fait soixante-neuf fois le tour de Konoha sur les mains : autant de tours que de positions qu'il lui avait promis de lui faire découvrir.

Oui, Maito Gai était un spécialiste du Kâma-Sûtra, il avait étudié, potassé, expérimenté, il lui en restait certaines qu'il devait encore améliorer aussi n'en avait-il promis à sa dulcinée que soixante-neuf, mais il ne doutait pas qu'elle crierait son nom au terme des dix premières.

Bien sûr, ils n'avaient pas consommé dès leur première entrevue, non, Maito Gai n'était pas un homme comme cela. Ce jour-là, il était passé la chercher, un énorme bouquet de roses rouges dans les bras et une rose blanche assorti à son étincelant sourire coincée entre les dents.

Ils avaient dîné au restaurant et il l'avait raccompagnée chez elle se contentant de poser un genou à terre pour prendre sa petite menotte gracile dans sa main virile et d'y déposer un chaste baiser promesse d'autres beaucoup plus chaud à venir. C'est d'ailleurs ce qu'il lui avait dit, clignant un œil et accentuant son mouvement d'un haussement de ses superbes sourcils.

Elle avait rougi, il avait passé sa main sur sa joue en signe de compréhension. Oh oui, il savait à quel point les femmes peuvent être sensibles à ces attributs virils que sont les poils. C'est pourquoi il leur apportait toujours le plus grand soin. Si Lee continuait comme cela, lui aussi ferait bientôt chavirer tous les cœurs de Konoha.

C'était leur cinquième rendez-vous et ce soir était le grand soir. Il avait sorti ses plus beaux draps : vert émeraude. Lorsqu'il s'allongeait dessus avec son uniforme, il se fondait dedans comme si le lit était devenu son corps, un endroit où s'allonger, se sentir en sécurité, s'oublier. Et lorsqu'il posait ses vêtements, il savait que le vert lui sied à merveille mettant en valeur son incroyable corps.

Ah ah ah ah, il était un vrai génie.

Elle avait été timide au départ, ébahie par sa sublime musculature et de son corps de rêve. Il avait donc pris les choses en main dénudant son corps avec lenteur et assurance, la laissant nue et pantelante sur ses draps.

Le vert lui allait à merveille à elle aussi, c'était bien un signe qu'elle était faite pour lui.

Puis, il avait posé sa magnifique combinaison devant ses yeux pétillants de désir. Lorsqu'il ne fut plus qu'en slip, moulant parfaitement ses attributs virils prêts à mener son amante au septième ciel, il fit quelques assouplissements tout en lui expliquant à quel point il était important de préparer son corps pour l'exercice à venir. D'ailleurs, il lui proposa d'en faire autant et ils se lancèrent dans une série d'exercices rapides. Bien sûr, elle ne réussit pas à tenir la cadence, ah tout le monde ne pouvait pas avoir la même force, la même ténacité que lui-même et son cher Lee bien sûr.

Elle finit par s'effondrer sur les draps verts, essoufflée et rouge. Bientôt, leur corps à corps torride la mettrait dans un état bien pire que cela. Il ne put se retenir de lui lancer un sourire éclatant et de lui faire un clin d'œil sauvagement érotique à cette pensée.

Il finit une dernière série de vingt pompes et saisit son arme secrète, celle qui la rendrait folle de désir.

Sa bouteille d'eau fermement en main, il en vida le contenu sur son corps bouillant de force.

Ah ah ah, il pouvait voir son regard affamé suivre les sillons que l'eau traçait sur sa parfaite anatomie. Il secoua sa tête de gauche à droite, ses cheveux volant tout autour de son visage. Il s'arrêta subitement et fixa Amaya. Celle-ci avait la bouche ouverte et les yeux exorbités.

Ah c'était trop d'émotions pour cette petite. C'est bien ce qu'il avait craint. Il aurait dû se douter que la vision serait trop érotique pour elle, il aurait dû attendre leur seconde ou leur troisième fois, le temps qu'elle s'habitue à son physique de Dieu.

Il s'essuya donc discrètement dans son uniforme et s'avança vers elle.

Et voilà, maintenant, il était là allant et venant entre ses douces cuisses, bercé par ses gémissements de plaisir. Comment aurait-il pu en être autrement ? Il serait bientôt temps de passer à la position suivante. Heureusement, il avait choisi une compagne suffisamment souple pour pouvoir suivre son programme amoureux et ayant suffisamment d'énergie pour tenir sa cadence et supporter son énergie et sa vigueur.

Ah oui, il sentait dans ses veines et dans tout son corps, l'énergie brûlante du printemps le parcourir et gronder de plus en plus en lui. Et tandis qu'il accélérait la cadence de ses reins, sa bouche se perdant sur un mamelon durci, il pensait que bientôt cette même poitrine se gonflerait et allaiterait ses enfants, ses descendants.

Oh, il pouvait déjà les visualiser ses enfants chéris, des petits Maito Gai courant partout dans Konoha et sa douce Amaya les attendant après une bonne journée faite d'entraînements et de défis avec un repas chaud posé sur la table. Oh oui, il avait cette vision superbe de tous ces jeunes enfants en combinaison verte portant fièrement le symbole de Konoha.

Ah, ah, ah, ah et que ferait Kakashi quand il verrait tout ces jeunes bambins débordant de vigueur et de fougue? Oh, quelle vision charmante. Il ferait une photo, lui le pouce relevé et le sourire rayonnant et sur ses épaules, sur ses jambes, des mini Gai tous arborant cette même pose. Et bien sûr, Lee pourrait venir se joindre à eux, il serait comme un cousin pour ses enfants.

Il essaya de ne pas trop se perdre dans ses propres fantasmes de paternité et reporta son attention sur Amaya. Elle avait l'air d'aimer, elle l'encourageait bruyamment depuis un moment déjà. Ah il aimait avoir une partenaire expressive.

Ils étaient en train d'expérimenter une position particulièrement acrobatique, qu'il avait lui-même nommé la Brouette de Konoha, lorsque les choses prirent une tournure bien étrange.

Il s'était positionné sur les mains, droit comme un I devant le lit tandis qu'elle aussi s'était mise sur ses mains, face vers le matelas, enserrant ses hanches de ses cuisses puissantes.

Ah ah, pour celle-là, il fallait être en furieuse forme physique et ils l'étaient, ah ah ah, grand dieu ils l'étaient tous les deux.

Il allait et venait et allait et venait dans cette douce et humide intimité, savourant chaque moment, lorsqu'il sentit une douce caresse sur son flanc, légère comme le toucher d'une plume, affreusement agréable mais monstrueusement incongrue et complètement impossible étant donné qu'Amaya avait toujours ses deux mains sur le matelas. Et c'était bien des doigts qu'il avait sentis.

Il s'arrêta.

- Non, Gai ne t'arrête pas, soupira Amaya.

Certes, cela faisait très plaisir à entendre mais quand même, il devait savoir ce qu'il en était. C'est là qu'il entendit :

- Petit frère, ne le touche pas, regarde, tu le déconcentres.

- Quoi !!!!

Avec ce hurlement, il s'effondra au sol, tête la première, entraînant son amante avec lui. Ils se retrouvèrent au sol, les jambes imbriquées avec les bras, la tête à l'envers.

Gai secoua la tête et ouvrit les yeux. Au-dessus de lui, penché sur le matelas, deux têtes le regardaient : cheveux noirs, peaux blanches, virgules noires sur fond rouge, reconnaissable entre mille : Sasuke et Itachi Uchiha.

Gai voulu sauter en arrière mais Amaya était toujours emmêlée avec lui et il ne put que bouger pour s'effondrer à nouveau au sol.

- Je te l'avais dis Sasuke, tu n'aurais pas dû le toucher.

- Aniki, je suis désolé, je ne pensais pas que…

- C'est bien le problème, tu ne penses pas.

Sasuke se redressa, croisa les bras sur son torse et … Gai se frotta les yeux … bouda.

Ok, il les avait regardés dans les yeux, autrement dit, ils avaient largement eu le temps de le prendre dans un genjutsu. Mais diable, si l'un des frères Uchiha parvenait à le piéger, ce ne serait sûrement pas pour les voir assis sur son lit…

Minute…

Gai se leva, nullement conscient que ses attributs virils étaient toujours … heu… dressés vers le septième ciel ?

Toujours est-il que présentement ce n'était vraiment pas le problème. Non, le problème était la présence incongrue de deux nukénins de rang S sur son lit, le plus jeune boudant, l'aîné le … grand dieu … le dévorant des yeux et encore plus troublant, si tant est que quelque chose le soit plus que ça … ils étaient nus et visiblement excités puisqu'une certaine partie de leur anatomie pointait les cieux elle aussi.

- Qu'est-ce que …vous faîtes ici ? demanda-t-il.

- Ça me semble évident, répondit Sasuke.

Devant l'air ahuri de Gai, il se sentit obligé de préciser.

- On se rince l'œil.

- QUOI !!!

Les deux bruns eurent une mine franchement ennuyée, ils échangèrent un regard et se reculèrent à la tête du lit. Amaya se releva.

- Gai, mon roudoudou vert, tu me présentes tes amis, roucoula-t-elle.

- Ce ne sont pas mes amis.

- Ah.

Elle s'assit sur le lit et regarda Gai elle aussi. Visiblement, ils semblaient tous attendre qu'il fasse quelque chose.

- Comment avez-vous fait pour arriver jusqu'ici sans vous faire repérer ?

Deux regards noirs et un vague souffle méprisant lui répondirent. Oui, bien sûr, ce sont des Uchiha, des génies et puis Itachi avait déjà réussi une première fois à entrer dans Konoha sans que personne ne le remarque.

- Qu'est-ce que vous faîtes là ?

- Nous avons déjà répondu à cette question, répondit Itachi, sa voix grave et sensuelle s'élevant dans la pièce pour venir s'enrouler autour de lui comme la caresse d'un amant.

Stop, stop, stop, non il ne venait pas de penser ça, non, il ne venait pas de penser ça, respire, expire, respire, expire, respire.

Il sentit une main sur son abdomen et soupira en reconnaissant celle d'Amaya. Elle le regardait avec tellement d'amour qu'il faillit se perdre dans ses grands yeux.

Mais il devait régler le problème Uchiha d'abord.

Il les fixa, l'un puis l'autre. Sasuke avait bien grandi, c'était un homme maintenant et sa verge droite et gonflée de désir en était une preuve plus que criante.

- Gai-san, nous n'avons pas toute la nuit, il serait temps de s'y remettre, annonça Itachi, une légère trace d'ennui dans la voix.

Celui-ci reporta son attention sur l'aîné des Uchiha.

- Me remettre à quoi ?

- A faire l'amour Roudoudou, ronronna Amaya en venant caresser son sexe.

- De … devant eux.

- Écoute, si tes amis veulent regarder, moi ça ne me pose pas de problème, dit-elle en déposant des baisers sur son ventre.

- Mais … mais.

- Quoi encore ? demanda Sasuke.

- Pourquoi voulez-vous…

- Nous avons nos propres raisons, maintenant pouvons-nous reprendre ?

Itachi jeta un œil noir à son frère.

- Je ne pouvais pas prévoir que ça le troublerait autant, répondit sèchement celui-ci.

- Tu aurais dû !

- Oh, ça va Monsieur le Génie de Konoha.

Deux auras noires commencèrent à s'élever autour des deux frères et leurs chakras se diffusaient très doucement. Bientôt tout le village pourrait les sentir et Gai ne voulait pas que sa nuit d'amour finisse au milieu d'une dizaine d'anbu et d'un Naruto Uzumaki surexcité par la présence de son ancien coéquipier et que se passerait-il quand la nouvelle de la présence des deux nukénins et surtout de leur nudité se répandrait dans Konoha….

Non, il ne pouvait pas laisser la situation dégénérer ainsi.

Comme toujours, Maito Gai était l'homme de la situation, il allait la prendre en main comme un homme.

- Pas la peine de vous énerver, je suis d'accord.

Un grand sourire et deux rictus tous aussi satisfaits les uns que les autres lui firent face.

- Que fait-on ? demanda-t-il à sa maîtresse.

- J'ai beaucoup aimé la cinquième position, proposa Itachi.

- Oh oui moi aussi, lança Amaya en se plaçant comme il le fallait.

- Heu … bien…

- Mon roudoudou vert, j'attends…

- Oh et puis allons-y.

Il s'avança et pénétra sa partenaire, il obtint trois soupirs satisfaits. Fier de lui, il commença à aller et venir. Finalement, c'était assez excitant.

Il regarda les frères Uchiha, adossés à la tête de son lit, ils avaient tous les deux pris leurs membres en mains et pompaient doucement. Et cette vision était particulièrement troublante et plus que tout semblait multiplier son plaisir, aussi resta-t-il un moment à regarder leurs longs doigts pâles si semblables caresser leurs sexes si semblables eux-aussi. Il accéléra la cadence de ses reins, rarement avait-il était aussi excité avant cela.

Bientôt, la seule chose que l'on entendit dans la pièce furent les grognements de plaisir des trois mâles et les « Oh, roudoudou, roudoudou, ROUDOUDOU » que hurlait Amaya.

Ils continuèrent un court moment puis dans un dernier cri, le corps de son amante se contracta, son propre cri se confondit avec celui des deux Uchiha qui explosèrent dans leur main tandis que lui se vidait dans le corps souple de sa maîtresse, semant les graines de la future génération de shinobis.

Il s'effondra sur Amaya et fut surpris de sentir son oreiller à la place de sa délicieuse poitrine. Il écarquilla les yeux, surpris d'être seul. Il se redressa et comprit que tout cela n'était qu'un rêve.

Il soupira. Définitivement, cela prouvait que la sieste n'était pas faite pour lui.

Mais qu'est-ce qui lui avait pris de faire un rêve pareil et depuis quand fantasmait-il sur les hommes et les Uchiha encore plus? Et pourquoi penser à eux tout à coup ? Et puis son regard se posa sur son bureau et la nouvelle version du bingo-book qu'il avait reçu le matin même. Ceci expliquait pourquoi ils s'étaient invités dans son rêve.

Bien sûr, en aucun cas, cela justifiait cette étonnante attirance ?

Mais, parfois il est bon de ne pas trop creuser pensa-t-il et c'est ce qu'il comptait mettre en pratique dès maintenant.

Il se prépara pour son rendez-vous avec Amaya, espérant que tout se passerait comme dans son rêve, enfin plus précisément comme le début de son rêve avant l'arrivée de deux frères Uchiha.


Nya nya nya…. Et un de martyrisé, un. Heu, en fait peut-être trois parce que je ne suis pas certaine (en fait je suis même sûre que non) que ce pauvre Itachi et ce pauvre Sasuke apprécieraient de regarder en direct Gai s'envoyer en l'air.

Pourtant, va falloir qu'ils s'y fassent parce que je n'ai pas fini avec cette fic et qu'ils seront parfois amenés à participer un peu plus que ça. Là, je pouvais pas, j'en aurais fait des cauchemars la nuit.

PS : La brouette de Konoha est déconseillée pour les personnes n'ayant pas de capacités physiques particulièrement développées !

Prochaine victime : Nara Shikamaru.