Novus vitae

Chapitre 19 : Frères de sang

Le jeune homme se violentait pour ne pas laisser son corps se caler entre le mur et la colonne à quelques centimètres de lui. Il n'en pouvait plus mais le rang de celui qui était son compagnon le forçait à se maintenir droit.

Il observa le petit groupe discutant un peu plus loin sans chercher à comprendre ce qu'il se disait. Il ignorait même qui étaient les deux hommes avec qui Pâris parlait depuis ce qui lui paraissait être une éternité. Il savait seulement que son ami négociait une chambre pour la nuit.

Enfin, le plus grand des deux hommes acquiesça et Pâris se retourna vers Luka pour lui annoncer que c'était bon.

« Ça va ? Demanda Luka inquiet.

-Oui, oui, répondit-il gêné. C'est juste... Ça fait des années que je n'ai pas parlé à mes frères. -Tes frères ? »

Sans répondre, l'ancien prince l'entraîna à la suite des deux hommes dans les méandres du palais.

« Tu peux t'installer dans mes appartements, proposa le garçon aux cheveux auburn à Pâris.

-Merci Hélènos, répondit-il visiblement touché. On ne resta qu'une nuit, on...

-Tu plaisantes ? Répliqua le plus grand. Il ne pourra jamais te suivre jusqu'à Mercuta. Je ne suis même pas sûr que tu puisses, toi même, enchaîner deux si longs voyages avec une seule nuit de repos. »

Dire que Luka était vexé par ses paroles serait un euphémisme. Il était littéralement offusqué par tout ce mépris qu'il avait ressenti dans la déclaration du frère de Pâris. Ce sentiment était également aidé par le fait qu'il ne daignait pas même lui adresser un regard.

« Vous pouvez rester aussi longtemps que vous le voulez, enchaîna Hélènos empêchant ainsi Luka de répliquer.

-Merci, répéta Pâris cette fois réellement ému. »

Hélènos lui sourit et lui pressa gentiment l'épaule. Ce geste avait beau être purement fraternel, Luka sentit quelque chose se tordre dans ses entrailles. C'est ce quelque chose qui le poussa plus près de son amant pour lui prendre le bras.

Pâris tourna son visage de son côté et le regarda d'un air inquiet.

« On arrive bientôt, lui chuchota t-il. »

Le regard du plus grand des quatre hommes apprit à Luka qu'il venait de confirmer sa faiblesse et son incapacité à se tenir debout tout seul. Il voulut alors se séparer de son amant pour montrer qu'il n'était pas si vulnérable mais Pâris, pensant qu'il allait chuter, raffermit sa prise, l'empêchant ainsi de le quitter.

Il fut content d'arrivé enfin à la chambre qu'Hélènos leur offrit pour ces quelques jours. Le plus grand partit juste après. Ils le regardèrent disparaître tandis qu'Hélènos posa sa main sur l'épaule de son frère pour le rassurer.

« Ne t'inquiète pas, il ne sait pas comment s'y prendre. Ça fait si longtemps...

-Je sais... murmura Pâris visiblement affecté. »

o0o

Luka soupira lorsqu'Hélènos les quitta enfin. Il se laissa tomber sur le lit, complètement épuisé. Cependant, il ne ferma pas complètement les yeux et observa son compagnon à la dérobée. Celui ci était resté debout et silencieux, fixant un point imaginaire sur la porte.

« Je suis désolé, murmura Pâris en se retournant enfin vers Luka. Tout ça doit te paraître totalement fou.

-Pâris, je n'ai vraiment pas envie de réfléchir maintenant. Je veux juste que tu viennes près de moi et dormir. »

Sans répondre, le jeune homme s'exécuta. Il s'endormit avec plus de facilité qu'il ne l'aurait cru. À peine avait-il fermé les paupières que tout ce qui l'entourait disparu dans les ténèbres.

Lorsqu'ils se réveillèrent le lendemain, ils ne surent d'abord pas où ils se trouvaient. Les souvenirs leur revenaient en même temps que leurs estomacs leur rappelaient qu'il était grand temps de les remplir.

Pâris alla alors voir si Hélènos était levé. Ce dernier leur montra où se trouvaient les bains et appela quelqu'un pour leur préparer le repas.

Ils étaient tous trois en train de manger lorsqu'une jeune femme à la chevelure flamboyante entra, sans se faire annoncer, dans le petit salon d'Hélènos.

« Cassandre... s'exclama Pâris en s'étranglant sous le coup de la surprise. »

Cassandre ne répondit rien. Elle se contenta de les observer avec son air venu d'un autre temps. Elle ressemblait étrangement à Hélènos. Non, elle était le physique d'Hélènos, en femme.

« Vous êtes jumeaux ? Demanda Luka cassant ainsi l'atmosphère trouble qui s'était installée sans qu'il ne sache pourquoi.

-Exact, répondit Cassandre sans quitter Pâris du regard.

-Viens manger, proposa le plus naturellement du monde son double masculin. Arrête de le fixer comme ça, tu vas lui faire peur.

-Ça ne changera pas, dit-elle en s'asseyant entre ses deux frères, arrêtant enfin son étude de Pâris. Je fais peur à tout le monde. Toi Luka, continua t-elle empêchant son jumeau de protester, je te fais peur à toi aussi ?

-Comment vous connaissez mon nom ? Bégaya Luka.

-Hélènos lui a dit, se précipita Pâris. »

Les jumeaux le regardèrent avec insistance mais ne répliquèrent pas. Cassandre mangea dans l'assiette de son frère qui semblait ne pas s'en préoccuper, comme s'il était parfaitement normal qu'une princesse mange ainsi.

« J'avais encore raison, reprit la jeune femme. Mais notre très cher père ne me fera jamais confiance...

-Tu n'es pas seule dans ce cas... murmura Pâris d'un air triste. »

Son cœur se serra, l'empêchant de manger davantage. Il s'arrêta donc et attendit que Luka finisse.

« Je vais aller voir Troïlos, annonça Pâris en se levant.

-Et moi ? Demanda timidement Luka.

-Tu viens avec moi. »

Ils sortirent des appartements d'Hélènos après avoir demander leur route aux jumeaux.

« Évite de faire allusion à ce que nous sommes l'un pour l'autre, dit Pâris dans le patois de Mercuta.

-J'ai rien dit ! Répliqua son amant dans la même langue.

-Je sais. C'est juste un conseil si l'on ne veut pas se faire bannir par mon père ou mes frères...

-Ils n'ont pas l'air si...

-Hélènos et Cassandre sont des exceptions. Ils sont tous deux devins. Il est donc fort probable qu'ils savent déjà beaucoup de choses que les autres ignorent encore sur nous. Et surtout, ils sont rejetés par mon père, comme moi...

-Mais pourquoi ?

-Nous ne sommes pas tous des Hector...

-Hector c'est le type d'hier ? Marmonna Luka le détestant déjà.

-Oui, répondit-il presque amusé par le ton hargneux mélangé à la langue natale de son ami. Mais il n'est pas le seul. Nous sommes dix-neuf.

-Dix-neuf pédants ou dix-neuf Cassandre ?

-Cassandre est unique, sourit-il plus franchement. Même Hélènos n'est pas son égal.

-Pourtant, ils se ressemblent parfaitement. Mais si c'est vrai qu'elle a l'air plus...

-Folle ? Elle l'est. Il faut dire qu'on ne la croit jamais. C'est une malédiction d'un dieu amoureux... »

Luka se tut et tenta de tout mettre en ordre dans sa tête. Tout était si compliqué ici... Et il savait que Pâris lui en disaient le minimum, peut être pour ne pas l'embrouiller mais peut être aussi parce qu'il ne voulait pas qu'il sache certaines choses.

Ils arrivèrent devant une autre porte, semblable à celle des appartements d'Hélènos mais avec deux gardes, immobiles mais avertis, l'encadrant.

« Troïlos est l'un de mes plus jeunes frères, expliqua Pâris toujours en patois mercutien. C'est avec lui que je m'entends le mieux. Il ne m'a jamais jugé... »

Il dut interrompre sa conversation avec Luka pour se présenter chez Troïlos. Les portes s'ouvrirent instantanément, comme s'ils étaient attendus.

Ils furent introduits dans un salon privé et restèrent seuls quelques minutes. Pâris en profita pour finir de briefer son amant sur Troïlos.

Ce dernier apparut rapidement. Il n'avait pas plus de quatorze ans et ressemblait fortement à Pâris. On voyait tout de suite qu'il avait été malade, il était maigre et pâle mais cela ne l'empêcha pas de bondir sur son frère.

Tandis qu'ils s'embrassaient en pleurant de joie, Luka, un peu jaloux et vexé d'être ainsi laissé de côté, remarqua une jeune fille, arrivée timidement derrière Troïlos. Elle aussi était de la famille de Pâris, elle portait les traits de ses frères et sœurs.

« Je m'appelle Polyxène, se présenta timidement la petite fille à Luka. Je suis la sœur de mes frères. »

Luka ne put s'empêcher de rire, interrompant ainsi les retrouvailles des deux autres protagonistes. La fatigue et le stress lui faisaient perdre tous ses moyens. Mais son rire était joyeux et la petite fille ria à son tour, emportée par l'allégresse de l'inconnu.

« Je suis désolé, s'excusa Luka en retrouvant la parole. Tu étais trop mignonne !

-Poly ! Je suis tellement heureux de te revoir ! »

Pâris prit la petite dans ses bras avec bonheur. Il se retourna vers Luka et Troïlos et leur sourit. C'était la première fois que Luka voyait son ami aussi heureux. À cet instant, il semblait ne connaître aucune souffrance.

« Troïlos a été très malade, dit Polyxène à Pâris. Il y avait beaucoup de gens très malades. Mais tu es enfin revenu et tu nous as tous sauvé ! »

Elle releva la tête vers son aîné qu'elle enlaçait et son sourire disparu.

« Mais pourquoi tu pleures ?

-C'est rien ma chérie. Je suis juste... un peu fatigué. J'ai fait un long voyage, tu sais. Et je ne suis arrivé qu'hier. Alors je n'ai pas vraiment eu le temps de récupérer.

-D'accord. Mais lui c'est qui ? Vous ne vous êtes pas présenté, fit-elle à Luka d'un ton plus solennel.

-C'est Luka, mon ami. »

Luka sourit à cette petite fille qui cherchait à paraître plus grande, plus adulte qu'elle ne l'était. Elle imitait sûrement ses sœurs. Elle et Troïlos semblaient redonner la joie de vivre à leur frère. Pourtant, ils ne faisaient qu'être présent, lui souriant et lui parlant comme à un ami. Et Luka en fut jaloux.

« Ça ne va pas ? Chuchota Pâris en regardant son ami dans les yeux.

-Non... Euh... Je veux dire : si. Je suis juste un peu... perdu... »

Pâris sourit et lui serra amicalement le bras. Ce simple geste suffit à rassurer Luka et ce dernier rendit son sourire à son amant. Malgré tout, Luka n'était pas à l'aise. Il le sentait, quelque chose se tramait et cette bulle de bonheur n'aillait pas tarder à exploser.

ooo0ooo

Que ceux qui sont perdus comme Luka, lèvent le doigt ! (enfin m'envoient une review ou autre PM ^^). Effectivement, j'ignore totalement si tout ce que je raconte est clair pour tout le monde. Bien évidement, ceux pour qui le problème ne se pose pas, peuvent aussi me faire part de leur réaction après la lecture de ce chapitre (et si vous voyez des fautes aussi...).

Mon internet a tendance à me bouder ces temps-ci, donc désolée pour le retard...