Bon, encore une Dean/Castiel. J'y peux rien, je crois que j'ai chopé un virus, j'ai jamais autant écrit en si peu de temps... Enfin, Enjoy comme on dit. Assis sur le lit du motel, ils regardaient un vieux film, moins pour l'intrigue que pour savourer la présence de l'autre. Le coup de tonnerre fit sursauter Castiel. Dean sourit à sa réaction enfantine mais il perdit son sourire lorsqu'il vit l'ancien ange resserrer ses bras autour de lui en frissonnant quand l'éclair tomba.

-Hé, c'est juste un orage, Cas.
-Je sais, un phénomène météorologique tout ce qu'il y a de plus banal, une perturbation atmosphérique dûe à...
-Castiel !

L'ange déchu se tendit, et mit un peu d'écart entre lui et le chasseur.

-... C'est ridicule mais je n'avais encore jamais vécu d'orage en tant qu'humain...

Dean se redressa sur le lit, surpris.

-Donc quoi ? ... Tu as peur ? rajouta-t-il incertain, après tout il s'adressait à un guerrier des Légions de Dieu, un simple orage ne devrait pas l'effrayer.
-Avant j'avais mes pouvoirs, je savais que rien ne pouvais m'arriver.

Il se leva, et se plaça devant la fenêtre, bras autour de lui, dérisoire tentative de protection. Castiel, comme honteu de craindre ce dont même les enfants n'avaient plus peur, lauss échapper dans un souffle:

-Et j'avais aussi mes ailes...
-Tes ailes ? Et en quoi elles t'étaient utiles ?

Dean attendit une explication, sans être sûr de l'obtenir.

-Elles me protégeaient... me rassuraient... Tu sais ce que je veux dire... Les nuits où tu ne faisais pas de cauchemar...
-Tu y étais pour quelque chose, n'est-ce pas ? laissa échapper Dean, surpris.

Mais en y réfléchissant bien, c'était une action dont l'ange était tout à fait capable. Et également une action qui lui était interdite, les anges ne devaient certainement pas avoir le droit de venir sur Terre uniquement dans le but de réconforter les humains.

-Lorsque j'arrivais à descendre sur Terre, je te rejoignais et t'enveloppais de mes ailes.
-Ouais... sourit Dean, heureux malgré lui que Castiel est enfreint des règles simplement pour être avec lui et le rassurer, l'empêcher de faire ses cauchemars, de revivre les années qu'il avait passées en Enfer.

Il rajouta, conscient du regard que Castiel portait sur lui:

-D'ailleurs, j'ai jamais aussi bien dormi. C'était comme un cocon.
-Mes ailes, sourti Castiel, nostalgique, en portant son regard vers l'extérieur, et en observant le cile qui se déchirait.

Dean sentit son coeur se serrer à l'attitude triste de Castiel. Il ne pouvait pas imaginer comment Castiel vivait sa chute. Le jeune chasseur se leva du lit et s'approcha de son compagnon. Il l'enlaça.
Il raffermit sa prise quand Castiel se tendit au nouveau coup de tonnerre.
Son torse contre son dos, ses bras autour de ses épaules, son menton près de son cou.

-Laisse moi être tes ailes.


Alors, j'arrête le massacre ou j'ai l'autorisation de continuer encore un peu?