BellaJasper

Jasper PDV

Il m'était de plus en plus difficile de résister à Bella.

Il y avait depuis longtemps une gène entre nous.

Depuis son anniversaire, bien entendu, ou j'avais failli la tuer.

Je savais qu'elle ne m'en voulait pas, mais moi je m'en voulais.

Et il nous était difficile d'être naturels ensemble.

Mais cela ne se limitait pas à cela.

Bella me plaisait en tant que fille tout simplement.

Elle était jolie, naturelle, simple.

Et terriblement sexy.

Mais elle ne s'en rendait pas compte.

Réellement pas compte.

A mes yeux cela la rendait d'autant plus désirable.

Je savais qu'elle aussi ressentait du désir.

Pour Edward bien entendu, mais également pour moi.

C'était somme toute normal, je la désirai, j'étais jeune et beau, attirant, il était logique que je lui plaise, même si c'était à son corps défendant.

Et cette fille avait déjà montré son gout du risque…

J'attendais patiemment mon heure, ne prenant aucune décision, y pensant le moins possible.

Finalement le hasard s'en mêla lorsqu'Esmée eu besoin que je la conduise à Seattle en voiture, une histoire de nouveaux rideaux pour le salon, personnellement je trouvais que les vieux faisaient très bien l'affaire mais l'expérience m'avait prouvé qu'il valait mieux que je garde ce type de réflexions pour moi.

Nous partîmes donc tous les deux, nous n'avions pas roulé 2 kms que le portable d'Esmée sonna. C'était Edward qui nous demandait de bien vouloir prendre Bella au passage, elle avait besoin d'aller dans une grande librairie à Seattle.

Esmée était ravie de passer du temps avec Bella, et moi encore plus…

Bella avait l'air un peu impressionnée en entrant dans la voiture, et je devinais sans peine que seule la présence d'Esmée l'empêchait de trouver une excuse pour refuser de venir.

Durant tout le trajet je m'appliquais à la faire rire, ainsi que ma mère, et c'est d'excellente humeur que nous arrivâmes à Seattle.

Je me garai dans le parking souterrain d'un grand centre commercial, nous primes l'ascenseur, et durant le trajet je fis une petite moue boudeuse en direction d'Esmée : « maman (elle ne résistait pas quand je l'appelais maman, ce que j'avais beaucoup plus de mal que les autres à faire), verrais-tu un inconvénient si j'accompagnais Bella trouver ses livres plutôt que toi choisir des rideaux ? »

Esmée éclata de rire : « non, bien sur, je comprend tout à fait ! » Bella par contre eu l'air un tantinet nerveuse.

Nous nous séparâmes en sortant de l'ascenseur et je pris Bella par le bras pour la guider vers l'immense librairie.

« Tu as une liste ? » lui demandais-je d'une voix onctueuse.

Elle me tendit un papier sur lequel figuraient 5 noms de bouquins.

« Va donc fureter ma belle, je m'en charge. »

Moins de 5 minutes plus tard je la rejoignis au rayon des BD, avec ses livres.

Elle eut un petit rire, et me signifia qu'elle m'amènerai au supermarché la prochaine fois.

Je grimaçais comiquement, les odeurs de supermarché sont moins agréables que celles du papier, de l'encre et du cuir.

A la caisse j'insistais pour lui offrir ses achats et elle refusa énergiquement jusqu'à ce que je la menace calmement de l'offrir en pâture à Alice le WE suivant pour une journée shopping.

Nous rejoignîmes Esmée qui mobilisait 3 vendeuses à elle seule dans un splendide magasin de tissus, il faut dire que les tissus qu'elle comparait étaient les plus chers du magasin…

Voyant qu'elle en avait encore pour un bon moment, je proposais à Bella d'aller boire quelque chose.

Elle me regarde avec un sourire amusé, et je levais les yeux au ciel.

« Toi, pas moi, bien entendu ! »

Nous nous rendîmes à la terrasse couverte d'un restaurant et Bella commanda un simple verre de lait, j'en commandais un également, pour faire bonne mesure.

A coté de nous un couple s'embrassait éperdument et je sentis la tension sexuelle de Bella, et la mienne par la même occasion monter d'un cran…

Lorsqu'elle eu fini son verre de lait j'échangeai distraitement nos verres et elle but la moitié du mien .

Je fis profiter la plante verte la plus proche du reste sous le regard réprobateur de Bella et nous quittâmes le restaurant dans un silence à nouveau pesant.

Je pris Bella par la main et le guidai vers le parking, elle était inquiète et je me penchai sur elle en murmurant » ne t'en fais pas, je ne vais pas te manger… »

Cela ajouta à sa confusion, cependant je sentais son désir grandir lui aussi.

Je connaissais ce parking par cœur et je la guidai vers un recoin sombre.

Son cœur battait à tout rompre à présent, mais elle ne fit aucun geste pour m'échapper.

Et c'est sans hésiter que je la plaquais contre le mur et commencer à l'embrasser voluptueusement.

Elle gémit et passa ses bras autour de mon cou.

Nous n'avions que peu de temps, et le désir me rendait fou…

Je déboutonnais rapidement son gilet et remontait son sweat et son soutien gorge d'un seul mouvement.

Elle gémit plus fort lorsque je caressais son mamelon de ma langue glacée, je commençais à déboutonner son jean lorsqu'elle m'arrêta.

« Pas ici » murmura-t-elle.

Elle avait raison, le parking était vide, la soulevant je me précipitai à la voiture, déposai Bella à l'arrière ou elle commença à se déshabiller pendant que je garai la voiture dans le coin le plus reculé du sous sol.

Je rejoignis Bella sur le siège arrière et elle se mit à rire lorsque j'ôtais rapidement ma chemise, je fis glisser son jean sur ses hanches et elle frémit lorsque je lui enlevais sa culotte avec mes dents.

Elle sentait bon, délicieusement bon et je dus faire appel à toute ma volonté pour ne pas la mordre.

Autant se livrer à la meilleure chose venant juste après.

J'enlevais rapidement mon jean et mes boxeurs, trop vide pour qu'elle puisse m'aider.

Je commençais à la caresser, elle gémissait et ondulait les hanches tandis que je faisais connaissance de ses seins, de son ventre et de ses cuisses. Elle s'enhardit et caressa timidement mon sexe, je guidai sa main et me mit à geindre à mon tour.

Sa main chaude me procurait des sensations insoupçonnées…

Puis je lui écartais doucement les cuisses et commençait à jouer avec ma langue le long de son sexe déjà trempé.

J'aspirais doucement son clitoris ce qui lui fit pousser un cri strident.

Elle tenta de repousser ma tête mais elle n'avait aucune chance contre moi et je continuais à la lécher jusqu'à ce je sente qu'elle soit prête pour me recevoir.

Lui remontant les cuisses contre mon torse je la pénétrai le plus doucement possible, maudissant le manque de temps qui nous empêchait d'être un peu plus romantiques.

Elle soutint mon regard malgré les larmes qui lui venaient aux yeux, et je commençais à paniquer en sentant l'odeur du sang mais à ce moment là elle colla ses lèvres aux miennes et c'est en l'embrassant passionnément que je me mis à lui faire l'amour avec toute la douceur dont j'étais capable et que je réussis à lui offris son premier orgasme.

Fourrageant ma main dans ses cheveux je tentais de maitriser mon propre plaisir et parvint à ne rien casser en jouissant tout au fond de son ventre…

Nous mimes fin à notre étreinte plus rapidement que nous l'aurions souhaité mais je vis qu'elle était heureuse, au moins autant que moi.

Elle n'avait fort heureusement pas taché le cuir de la voiture, et je sacrifiais mon pull pour nettoyer ses cuisses, puis je nous rhabillai à toute allure.

C'est calmement et avec un air parfaitement innocent mais en nous lançant des coups d'œil complices que nous attendîmes Esmée devant le magasin de tissus quelques minutes plus tard.