voila la suite et fin de Vote et Proposition ...

J'ai oublier de dire que je n'ai pas les livres en français, donc je suis désolée si les paroles ne sont pas identiques ... et je préfère garder mes traductions pour pouvoir travailler avec d'éventuelles doubles sens !!


Arrivés dans sa chambre, j'installai tendrement Bella sur son lit. Tout en faisant les cent pas, je reprenais les différentes idées qui m'étaient venues pendant le trajet du retour.

Bella me regardait intriguée "Peu importe ce que tu prévois, ça ne marchera pas"

"Chut. Je réfléchi." Je n'avais pas vraiment besoin de silence pour permettre à mon cerveau de penser correctement – cela dit, Bella avait le don de me déconcentrer.

"Ah" Eclata-t-elle et se laissa tomber sur le lit.

Je ne cessai ma réflexion durant quelques minutes, puis me tournai vers Bella et découvris avec horreur qu'elle s'était cachée le visage avec une couverture. Une fois allongé près d'elle, je la retirai, puis effleurai les cheveux qui s'attardaient sur sa joue.

"Si ça t'embête pas, je préfèrerai que tu ne cache pas ton visage. J'ai vécu sans bien plus longtemps que je ne peux le supporter. Maintenant … dis moi quelque chose..."

"Quoi ?" Me dit-elle sans volonté.

"Si tu pouvais avoir n'importe quoi au monde, vraiment n'importe quoi, qu'est ce que ce serait ?" Lui demandai-je plein d'espoir. Avec un peu de chance, elle souhaiterait quelque chose que je pouvais obtenir – bien que je sache pertinemment que ce ne serait pas le cas, Bella n'était pas du genre matérialiste.

Ses yeux étaient septiques, elle ne comprenait surement pas où je voulais en venir, où alors elle avait peur de ce que je planifiais.

"Toi" Finit-elle par me dire.

Elle ne comprenait pas alors … je secouai la tête. "Quelque chose que tu n'as pas déjà." Je ne pouvais faire aucun marché avec la réponse qu'elle venait de me donner, j'étais incapable de lui dire quelque chose du genre 'C'est moi ou l'immortalité' elle aurait su dès le début que je n'y tiendrais pas.

Elle parut réfléchir, puis son expression sembla légèrement hésitante, comme si elle avait honte de m'avouer ses pensées. Elle baissa les yeux en répondant "J'aimerai … que Carlisle n'ait pas à le faire. J'aimerai que ce soit toi qui me transforme."

Je n'étais pas surpris, ni de sa réponse ni de sa gêne, elle avait certainement peur que je m'emporte. Bien que ça ne me plaise pas d'être celui qui la – je ne pouvais même pas me le dire moi-même – le ferait, cette demande pourrait être négociée.

Serait-elle prête à marchander pour avoir ça ? J'espérai juste qu'elle le veuille autant que moi je voulais retarder sa transformation.

"Que serais-tu prête à donner pour ça ?"

Bella était surprise ; j'étais prêt à parier qu'elle ne pensait pas que j'accepterai. Sa réponse sortit très rapidement, surement pour que je n'ai pas le temps de me rétracter.

"N'importe quoi."

Bonne réponse, Bella ! Je souris légèrement pour ne pas lui montrer à que point j'étais heureux de sa réponse. Puis je débattais avec moi-même.

Elle s'était mise à pleurer quand j'avais dis que les Volturis ne viendraient surement pas avant qu'elle n'ait 30 ans ; donc, à priori, 10 ans de vie supplémentaire seraient trop, elle mettrait fin à cette négociation sur le champ. Essayons 5 ans. Elle aura 23 ans, c'est encore jeune mais elle pourra aller à l'université.

Je remerciais une nouvelle fois le fait d'être vampire ; je pouvais réfléchir correctement sans prendre trop de temps. Hésitant, je me lançai "5 ans ?"

Son visage se décomposa et une once de tristesse atteignit ses yeux. Elle paraissait choquée, je ne m'attendais pas à cette réaction. "Tu m'as dis n'importe quoi."

"Oui, mais … tu te serviras du temps pour trouver un autre moyen de te défiler. Je dois battre le fer tant qu'il est chaud. En plus, c'est trop dangereux d'être humain – pour moi, en tout cas. Donc, n'importe quoi, sauf ça"

Négociation. C'est ce à quoi je m'attendais ! J'aurai du commencer par 10 ans, je fronçai les sourcils "3 ans ?"

"Non !" Elle coupait court à toute négociation, elle était si têtue.

"Est-ce que ça ne te tiens pas un peu à cœur ?" Finalement, peut être que je voulais d'avantage retarder sa transformation qu'elle ne voulait que ce soit moi qui en soit à l'origine.

Elle réfléchit un moment, et j'attendis patiemment – comme je l'étais à chaque fois avec Bella – jusqu'à ce qu'elle me propose "6 mois ?"

Je roulais des yeux. "Pas assez."

"Un an, alors. C'est ma limite."

"Bah donne-moi en 2 au moins."

"Pas moyen. 19 ans, ça va. Mais je ne m'approche pas des 20 ans. Si tu dois rester un ado pour toujours, alors moi aussi."

C'était donc à cause de moi – oui bien sûr c'était à cause de moi, mais plus particulièrement mon âge – qu'elle ne voulait pas attendre. Elle n'accepterait donc aucun délai pour que je sauve son âme.

Mais peut être accepterait-elle de me laisser la 'protéger'. J'avais déjà eut cette idée – à vrai dire, j'y pensais presque tous les jours – nous n'en avions jamais parlé, cependant ; mais le fait qu'elle soit prête à damner son âme pour moi signifiait à peu près la même chose.

Cette fois, j'usai de toute ma concentration pour ne pas lui montrer à quel point cette idée me plaisait.

"D'accord. Oublie le temps. Si tu veux que je sois celui -" Je ne pu finir ma phrase, arriverai-je réellement à … la transformer ? Je n'avais plus peur de ne pas pouvoir m'arrêter de boire son sang désormais – j'étais en quelque sorte immuniser par son appel ; bien sûr il chantait toujours pour moi, comme l'avait dit Aro, mais après avoir cru la perdre, il ne m'attirait plus de la même manière – par contre, j'avais peur d'être celui qui lui ôtait la vie, d'être son bourreau.

Je repris "Alors tu dois simplement accepter une condition."

"Une condition ? Quelle condition ?" Malgré son ton normal, j'y décelais de la curiosité et de l'appréhension.

J'hésitai alors que j'aurai voulu courir, aller chercher la bague de ma mère et poser un genou à terre, je lui demandai lentement. "Epouse moi."

Elle me scruta. Bon, j'avais hésité moi-même, mais là, c'est plus que de l'hésitation, si je n'avais pas été un vampire capable d'entendre ces battements de cœur que j'aimais tant, j'aurai pu penser qu'elle n'était qu'une statue, elle était presqu'aussi immobile qu'un immortel. A quoi pensait-elle ? Réfléchissait-elle ? Allait-elle me dire non ?

"Okay. Quelle est la chute de ta blague ?"

Pendant un instant j'étais revenu un an auparavant lorsque je lui avais proposé de l'accompagner à Seattle ; j'avais eut tellement peur qu'elle me dise non, comme elle l'avait fait pour tous les autres au sujet du bal. Tout ce dont je me souvenais était qu'elle ne répondait pas directement à ma question … Peut être que cela se passerait de la même manière. Je soupirai, au moins elle ne m'avait pas dit non.

"Tu blesses mon égo, Bella. Je viens juste de te demander en mariage et tu penses que je plaisante."

"Edward, s'il te plait sois sérieux."

"Je suis à cent pour cent sérieux." Je croisai son regard sans sourciller. Elle étudia soigneusement mes yeux et son regard devint soudain paniqué en voyant que je le voulais sincèrement.

"Oh allez, j'ai seulement 18 ans." Elle était agitée et paniquée, c'était certain.

"Eh bien, j'en ai presque 110. C'est le moment de me caser."

Elle regarda ailleurs, pour ne pas paniquer d'avantage ou peut être pour me cacher qu'elle paniquait déjà réellement.

Elle ne quitta pas la fenêtre des yeux. "Ecoute, le mariage n'est pas exactement en haut de la liste de mes priorités, tu comprends ? Ce serait comme le baiser de la mort pour Renée et Charlie."

Je roulai des yeux, Bella avait l'art de mettre les pieds dans le plat. "Intéressant choix de mots."

"Tu sais ce que je veux dire." Elle plongea ses yeux chocolat dans les miens.

Qu'est ce qui lui déplaisait dans cette idée ? Je pris un profond souffle pour me donner du courage. MOI vampire, j'avais besoin de courage pour demander à ma petite amie humaine des explications. Cependant je m'accrochai au fait que sa réponse n'était pas un vrai non. "S'il te plait, dis-moi que tu n'as pas peur de l'engagement."

J'avais envie de rire, mais j'avais trop peur de la blesser : elle ne veut pas s'engager mais elle veut que je la tue ? Finalement, j'avais réussi à le penser.

"C'est pas exactement ça. Je … j'appréhende Renée. Elle a des opinions bien arrêtées à propos du mariage avant la trentaine."

"Parce qu'elle préfèrerai que tu deviennes une immortelle damnée plutôt que mariée." Je ris, cette fois je n'avais pas pu résister.

"Tu penses que je plaisante."

"Bella, si tu compares le niveau d'engagement entre le mariage et l'échange de ton âme ; à une éternité en tant que vampire." Je secouai la tête. "Si tu n'es pas assez courageuse pour m'épouser, alors - " Elle m'interrompit, et cette fois, j'étais soulagé car je ne savais absolument pas comment terminer ma menace.

"Et alors. Et si je t'épouse ?" Me dit-elle. "Et si je te dis de m'emmener à Las Vegas, maintenant ? Serais-je une vampire dans 3 jours ?"

Je souris, ma belle image de Bella en robe de mariée revenait. "Absolument." Cependant, une part de moi savait qu'elle n'accepterait pas si facilement, et d'un côté, ça me plaisait car je ne voulais pas la transformer dans 3 jours. Mais une autre part espérait sérieusement qu'elle dise oui. Mon cerveau continuait son ping pong sur le bien et le mal. Si on se mariait – et je le voulais sincèrement – alors je devrais la transformer bien que je veuille plus que tout qu'elle reste humaine. Cependant ma Bella apprêtée ne quittait mon esprit et je ris de plus belle. "Je vais chercher ma voiture !"

"Flûte." Marmonna-t-elle. Je savais qu'elle bluffait, et la cérémonie que j'avais en tête devint légèrement plus floue. "Je te donne 18 mois." Me proposa-t-elle.

J'aurai peut être accepté cette proposition il y a quelques minutes, mais le mariage était très tentant, surtout pour un adolescent comme moi né au début du siècle. A mon époque, la plupart des personnes de mon âge étaient mariées ou fiancées. "Plus de transaction. J'aime cette condition."

"Bien. Carlisle le fera après la remise de diplômes." Sur le coup, je me sentis pâlir – si c'était encore possible. Je croyais qu'elle le voulait sincèrement et j'avoue que j'avais pensé essayer d'accepter sa transformation. Puis je compris – peut être pas aussi vite qu'à mon habitude certes – qu'elle bluffait.

Je décidai de jouer le jeu moi aussi. "Si c'est vraiment ce que tu veux." J'haussai les épaules et souris de toutes mes dents.

"T'es incroyable. Un monstre." Gémit-elle. Un monstre ? Elle ne se rendait pas compte à quel point.

"C'est pour ça que tu ne veux pas m'épouser ?" Essayant de garder la bonne humeur de notre conversation.

Elle gémit à nouveaux.

Je me penchai vers ma Bella. "S'il te plait, Bella ?"

Pendant un instant elle oublia comment respirer et je compris que sans le vouloir je l'avais certainement ébloui, comme elle avait l'habitude de me le dire. Elle secoua la tête rapidement pour s'éclaircir les idées.

Elle allait dire non, je le sentais, peut être avais-je omis quelque ? Je réalisais alors que oui. Peut être attendait-elle une demande officielle.

"Est-ce que tu changerais d'avis si j'avais le temps de te présenter une bague ?"

"Non ! Pas de bague !" Cria-t-elle.

"Quoi ? Quelle heure est-il ?" marmonna Charlie en se retournant dans son lit.

"Cette fois tu l'as réveillé." Murmurai-je.

"Oops."

Comment va Bella ? Je vais juste entrouvrir la porte pour vérifier qu'elle dorme paisiblement. Elle n'a jamais fait si peu de bruit depuis 7 mois.

"Charlie se lève, il vaudrait mieux que je parte." Lui dis-je. Après tout il était trop tôt pour me trouver chez elle et surtout, j'étais interdit de visite. Le cœur de Bella stoppa, ce qui m'arrêta net. "Est-ce que ça ferait gamin si je me cachais dans ton armoire, alors ?"

"Non. Reste, s'il te plait." Chuchota-t-elle en sautant sous les couvertures.

Je souris et disparu avant que Charlie n'ouvre la porte.

"Bonjour, papa."

Mince, je voulais juste vérifier qu'elle allait bien. "Oh, hey, Bella. Je ne voulais pas te réveiller." Dit Charlie. Elle a dormi longtemps après tout.

"Ouais. J'attendais simplement que tu te lèves pour prendre une douche." Lui répondit-elle en s'apprêtant à sortir du lit.

"Du calme. Parlons un peu d'abord. Tu sais que tu as des problèmes." De très gros problèmes, même. Que s'est-il passé enfin ?

Je réalisai alors que nous avions oublié de demander au cerveau fertile de ma sœur, une de ses fausses histoires dont elle avait le secret. Je regardais la scène à travers les yeux de mon futur beau père – non, elle n'avait pas dit oui encore, et il se pouvait qu'elle ne le fasse pas, cependant je ne cessai de l'imaginer en robe de mariée.

Bella me sortit de mon rêve éveillé. "Ouai, je sais."

"J'ai cru devenir dingue pendant les 3 derniers jours. Je rentre de l'enterrement d'Harry et t'es partie. Jacob pouvait uniquement me dire que tu t'étais enfuie avec Alice Cullen, et qu'il pensait que tu avais des soucis. Tu ne m'as même pas laissé de numéro de téléphone et tu n'as pas appelé. Je ne savais pas où tu étais ni même quand – ou si – tu allais revenir. Est-ce que tu as une seule idée de comment … comment …" Ses pensées irradiaient une telle souffrance, que même dans son esprit il fut incapable de finir sa phrase. Il reprit, légèrement plus en colère cette fois-ci. "Peux-tu me donner une raison pour laquelle je ne t'enverrai pas à Jacksonville, tout de suite ?"

Bella, les yeux fiers, répondit d'une voix pleine d'assurance "Parce que je n'irai pas."

Qu'est-ce qu'elle peut être têtue ! Elle, d'habitude si responsable, se comporte comme une adolescente.

"Ecoute moi maintenant, jeune fille -"

"Non, papa." Le coupa-t-elle. "J'accepte complètement la responsabilité de mes actes et tu as le droit de me punir en m'enfermant à la maison pendant aussi longtemps que tu veux. Je ferai aussi toutes les taches ménagères, la lessive et la vaisselle jusqu'à ce que tu penses que j'ai appris la leçon. Et je suppose que tu es dans tes droits si tu veux me mettre dehors aussi – mais ça ne me fera pas aller en Floride."

Durant les paroles de sa fille, les pensées de Charlie devenaient de plus en plus énervées. Il prit de profondes respirations pour garder son sang froid – même Jasper aurait été impressionné du travail qu'il réalisait sur lui-même.

"Pourrais-tu m'expliquer où tu étais ?"

A travers les yeux de son père, je vis le visage de Bella paniquer, peut être parce que je m'y étais préparé car Charlie ne sembla pas s'en rendre compte.

"Il y a eut … une urgence."

Il vaut mieux qu'elle soit grave, parce que t'es sacrément dans le pétrin, pensa Charlie en attendant. Bella quand à elle espérait pouvoir s'arrêter là ; c'était sans compter sur l'entêtement de son père, nul besoin de se demander d'où elle tenait ce trait de caractère. Eh bien j'attends, se dit Charlie à lui-même – enfin, à moi aussi – pendant que Bella souffla de manière exaspérée, elle ne m'avait jamais parue plus adolescente qu'en ce moment.

"Je ne sais pas quoi te dire, papa. C'était surtout un malentendu. Quelqu'un qui a dit qu'il a dit. Tu vois le truc."

Mais encore ? Charlie était décidemment beaucoup plus loquace dans ses pensées que dans ses paroles.

Bella continua voyant que son père n'était toujours pas décidé à laisser tomber. "Heu, Alice a dit à Rosalie que j'avais sauté de la falaise …" Bella ! Pensais-je avec affolement. La même expression que je devais avoir sur le visage passa sur celui de mon amour et je compris qu'elle avait également relevé sa faute. Charlie était, quand à lui, en train de se repasser la phrase dans sa tête pour s'assurer que les mots entendus avaient la signification habituelle.

"Je suppose que je ne t'en avais pas parlé. C'était rien. Juste pour s'amuser, nager avec Jake." Bella a sauté de la falaise ? Mais les falaises doivent faire 30 mètre de haut ! "Peu importe, Rosalie l'a dit à Edward, et ça l'a affolé. Elle a accidentellement fait passer ça pour un suicide ou quelque chose comme ça. Il ne voulait pas répondre au téléphone, donc Alice m'a emmenée à … Los Angeles pour m'expliquer en personne." Finit-elle avec brio en haussant les épaules. Elle était digne d'Alice, et j'espérai sincèrement que ma sœur avait vu sa petite prestation et en était fière.

Charlie quand à lui, restait choqué. Suicide ? Elle était si mal pendant des mois, mais elle avait l'air d'avoir repris le dessus. Pourquoi maintenant alors qu'elle semblait aller mieux ?

Toujours figé, il retrouva enfin la parole, bien que celle-ci fût faible et légèrement effrayée. "As-tu essayé de te tuer ?"

Bella senti rapidement la peine que ressentait son père "Non, bien sûr que non. Juste pour m'amuser avec Jake. Sauter de la falaise, les gars de La Push le font tout le temps. Comme j'ai dis : c'était rien."

Charlie enrageait Jake a laissé mon bébé sauter de cette falaise ? J'en ai rien a faire que les gars de La Push saute de cette falaise, ils ne risquent rien vu leur gabarit. Mais qu'est-il arrivé à ma fille, elle si réfléchie. C'est surement cet Edward Cullen, d'abord il la laisse dans les bois, ensuite il ne donne pas de nouvelle la laissant dans un état lamentable et au final il la ramène épuisée après 3 jours de silence radio.

"Qu'est ce qui se passe avec Edward Cullen, de toute façon ? Tout ce temps il t'a juste laisser tomber sans un mot -"

Il avait raison, et bien que Bella m'ait pardonné, une part de moi avait peur que Charlie réussisse à la faire changer d'avis – je le méritais. Certes c'était pour son bien que j'étais parti mais au final j'avais peut être – non surement – fait plus de mal qu'autre chose. Cependant c'était sans compter sur l'entêtement de mon amour.

"Un autre malentendu."

La réaction de Charlie ne pouvait pas contraster d'avantage avec la mienne. Alors que mon soulagement aurait pu être facilement décelé, la colère de Charlie se transformait rapidement en rage et en voyant l'expression de Bella qui regardait son père, son visage devait clairement le montrer.

"Donc il est de retour ?"

Calmement Bella éclaircit la situation "Je ne suis pas sûre du plan exact. Mais je pense qu'ils le sont tous." Bon 'éclaircit' était peut être un terme un peu fort.

Charlie secoua la tête et je pu sentir son sang chauffer à travers la porte de l'armoire. Je n'avais pas besoin de me concentrer pour entendre ses pensées, il me les criait directement, comme s'il savait que je pouvais les entendre. Non seulement elles m'étaient destinées mais elles étaient surtout méritées. Entre les injures et les sobriquets, ce qui sortit de sa bouche n'était même pas le dixième de ce qu'il pensait "Je veux que tu restes loin de lui, Bella. Je ne lui fais pas confiance. Il n'est pas bien pour toi. Je ne le laisserais pas remettre la pagaille comme ça."

"Bien" Répondit-elle sèchement, il était clair qu'elle n'avait aucune intention de respecter ce que Charlie venait de lui dire.

"Ah. Je pensais que tu serais plus réticente."

Bella le regarda droit dans les yeux et je vis un air de défis que je n'avais jamais vu auparavant.

"Surement. Je veux dire 'Okay, je m'en vais'."Il n'y avait dans ses yeux aucune trace de bluff, seulement de la force et de la certitude. Soit elle le pensait réellement, soit son jeu d'actrice s'était considérablement améliorer. J'optais alors pour la première solution et accordai à mon esprit d'imaginer ma Bella vivant avec nous à la villa. La regardant dormir chaque nuit, lui apportant son petit déjeuner au lit chaque matin, ne perdant pas une seule seconde de son humanité. La voix radoucie de Bella me sortit de mon rêve éveillé et je chassais rapidement cette pensée irréalisable de mon esprit. "Papa. Je ne veux pas partir. Je t'aime. Je sais que tu étais inquiet, mais tu dois me croire. Et tu vas devoir lâcher du lest à propos d'Edward, si tu veux que je reste. Veux-tu que je vive ici ou non ?"

Je sentais Charlie désarçonné par le chantage de Bella ; en aucun cas il ne voulait provoquer la détermination de celle-ci et par la même occasion perdre sa fille. "C'est pas juste, Bella. Tu sais que je veux que tu restes."

"Alors sois gentil avec Edward, parce qu'il sera là où je suis." Après tout le temps que j'avais dû passer à la convaincre que je ne partirais plus jamais, je voyais dans ses yeux qu'elle y croyait réellement, cette pensée lui plaisait, la rendait heureuse. Et elle avait raison, dorénavant, je serais à jamais à ses côtés.

Bah, je ne peux peut être pas choisir qui elle fréquente mais je peux toujours choisir qui vient chez moi. Il est hors de question qu'il la brise une nouvelle fois et qu'elle recommence à déprimer, à agir comme un zombie, comme en septembre lorsqu'il l'a quittée, je ne le laisserai pas faire.

"Pas sous mon toit."

Bella soupira, il était évident qu'elle allait être interdite de sortie et donc si j'étais interdit de visite, elle comme moi allions avoir du mal à supporter la séparation – bien qu'il me resterait toujours la possibilité de me faufiler dans sa chambre chaque nuit. "Ecoute, je ne vais pas te donner plus d'ultimatums cette nuit – ou plutôt ce matin. Penses-y simplement pendant quelques jours, d'accord ? Mais garde en mémoire qu'Edward et moi sommes en quelque sorte un lot. C'est tout ou rien." 'Edward et Bella', comme ces deux mots m'avaient tellement manqués.

"Bella -" Commença Charlie mais Bella le coupa.

"Penses-y. Et pendant que tu commences à le faire, peux tu me laisser un peu d'intimité ? J'ai vraiment besoin d'une douche"

Charlie hésita, se dirigea vers la porte et la claqua derrière lui. La colère était toujours présente, tout comme ses insultes à mon égard ; stupide gamin, moi qui avait dit que les Cullen n'apportaient pas d'ennui à Forks … Pas sous mon toit, c'est tout ce que j'ai à dire. Ma petite fille était si malheureuse, il ne recommencera pas son petit manège, qui sait si elle pourrait se relever. Avec son assurance, son allure parfaite … Les pensées continuaient alors qu'il descendait les escaliers.

Je sortis de ma cachette et m'assis sur le rocking-chair avant même que Bella ait le temps de sortir de son lit.

"Désolée pour tout ça." Murmura-t-elle.

"C'est pas comme si je ne méritais pas pire." Et j'avais eut pire dans les pensées de Charlie, cependant je ne voulais pas que Bella se mette à dos son père à cause de moi. je savais pertinemment qu'elle me défendrait si Charlie émettait le moindre jugement négatif à mon sujet. J'ajoutai donc "S'il te plait ne te brouilles pas avec Charlie pour moi."

"T'inquiète pas pour ça. Je ferai ce qu'il faut sans pousser le bouchon." Dit-elle en rassemblant ses affaires puis se retourna pour me faire face, ses yeux élargis afin de suggérer une inquiétude qu'elle ne ressentait absolument pas. "Ou es-tu en train de me dire que je n'ai nulle part où aller ?"

A nouveau, l'image de Bella endormie dans un lit que j'aurai acheté pour elle et placé dans ma chambre – la nôtre si ce fantasme se réalisait – me vint à l'esprit. Mais comme toutes les autres fois où j'avais ce genre de pensée, je la mis de côté. Bella devait elle aussi profiter de son humanité – tout comme j'avais souhaité l'apprécier moi-même. "Tu emménagerais dans une maison pleine de vampire ?"

"C'est surement le lieu le plus sûr pour quelqu'un comme moi. De plus … " Elle sourit et son sourire aurait presque fait redémarrer mon cœur. "Si Charlie me met dehors, il n'y aura plus besoin d'attendre la remise de diplôme, pas vrai ?"

Je resserrai la mâchoire, je l'avais : Bella ou l'art de mettre les pieds dans le plat. "Tellement à l'aise avec la damnation" marmonnai-je trop bas pour qu'elle entende, enfin je le crus jusqu'à ce qu'elle me réponde.

"Tu sais, tu n'y crois pas vraiment."

Quoi ? C'est elle qui lit dans les pensées ? En moins d'une seconde toute la colère que je pensais évaporée me revint. "Oh, je n'y crois pas ?" Dis-je sans desserrer les dents.

"Non !"

Je scrutai Bella, mon regard devait être meurtrier tellement les idées se bousculaient Bien sûr que j'y crois, je m'apprêtai à parler quand elle me coupa "Si tu croyais vraiment que tu avais perdu ton âme, alors quand je t'ai trouvé à Volterra, tu aurais immédiatement réalisé ce qui se passait, au lieu de penser que nous étions tous les deux morts. Mais ce n'est pas le cas. Tu as dis 'Incroyable. Carlisle avait raison'." Me dit-elle heureuse d'avoir trouvé une faille dans ma détermination. "Il y a de l'espoir en toi, après tout."

J'en restai sans voix. C'est vrai que sur le coup j'avais pensé que nous étions tous les 2 morts. Cependant, étais-je prêt à prendre ce risque ? Pour Bella, ma Bella ? Alors qu'elle avait le choix ?

"Donc gardons tous les deux l'espoir, d'accord ? De toute façon, ça n'a pas d'importance. Si tu restes, je n'ai pas besoin de paradis."

Je me levai sur ses mots, cette phrase était la plus magnifique qu'il me fut permis d'entendre. Peut être avait-elle raison, elle avait choisi après tout. Non, je ne pouvais pas me laisser aller accepter cette décision. Cependant il était clair qu'elle n'aurait pas besoin de paradis. J'encerclai son visage de mes mains, regardai profondément dans ses yeux et promis "A jamais."

"C'est tout ce que je demande." Me dit-elle tout en se hissant sur la pointe des pieds pour m'embrasser. Notre premier baiser rempli exclusivement d'amour depuis mon départ il y a 7 mois, il n'y avait pas de peur, pas de persuasion, juste notre promesse mutuelle de nous aimer pour toujours.


Voila c'est fini, dites moi ce que vous en avez pensé !!


Venez voir notre forum consacré aux créations en tout genre sur Twilight (fics-montage vidéo-montage photo-dessins ...)

http : // creatwilight . forumactif . com (sans espace)