Titre: Potter dans l'échelle de Kinsey

Auteur: PerlaNegra, je ne fais que traduire

Rating: NC-17

Pairing: Harry/Draco

Disclaimer: Les personnages et les lieux appartiennent a J.K Rowling

Résumé: Draco n'a jamais eu d'espoir de faire la conquête de l'hétéro et éloigné d'Harry Potter. A moins, jusqu'à se que Kinsey décida parler depuis son portrait.

Note: Ceci est ma première traduction, alors soyez indulgents. Et s'il a des fautes d'orthographe veuillez m'en excuser.

Potter dans l'échelle de Kinsey

IV. L'application de la méthode scientifique

(Potter rang 2)

Mais même si Potter le tuait du regard, Draco resterai avec la satisfaction d'avoir réussi que le crétin s'excite avec un fantasme incluant un autre homme. Mais pas seulement, en plus Draco était parvenu à le faire jouir seulement par baisers et la friction de sa main. Le souvenir le faisait sourire tristement quand il était sûr que personne ne le regardait.

Et le comportement que Potter avait le lendemain dans la Grande Salle quand leur regard se croisait, le faisait sourire avec satisfaction. Qui aurait pensé qu'il pouvait faire rougir le grand héros du monde magique ? Dommage que personne à Poudlard savait ce qui c'était passé entre eux

À part ce maudit Kinsley, faisant office de son œil critique, remarqua immédiatement le changement d'humeur de Draco.

- Ce sourire que je devine, est-il fruit de la fierté d'avoir obtenu que notre sujet d'étude ai atteint le premier rang ?, lui demanda le portrait dans l'après-midi pendant que celui-ci se perdait dans le souvenir de se qu'il avait vécu avec Potter la nuit dernière.

Draco, qui avait déjà oublié que se fou était accroché dans sa salle commune, se retourna et du sourire il passa à une moue méprisante :

- Notre sujet d'étude ?, lui lança-t-il, Il me semble que quelqu'un se met dans se qu'il ne le regarde pas. En se qui me concerne ma vie privée et ce qui se passe… entre lui et moi, ça ne regarde que moi.

L'homme du portrait ne dit rien et lui accorda un sourire complaisant.

Draco attendit plusieurs semaines avant d'essayer quoique se soit avec Potter, sa seule tactique était d'accorder à l'imbécile, des regards constants et indéchiffrables, sachant que ça le rendait nerveux et ne lui permettait pas d'oublier se qui c'était passé entre eux.

Et Draco devait faire de nécessité, vertu- comme il avait toujours fait, de toute manière- à chaque fois que Potter se promenait avec sa ridicule petite amie rousse, main dans la main.

Le serpentard connaissait assez bien le brun pour savoir qu'il était effrayé. De quoi ? Il avait mil options à choisir. Il pouvait craindre que Draco décide de révéler au monde que Potter avait de "incidences gays" et qu'il avait trompé sa petite amie avec lui. Peur que Draco lui refasse des choses. Peur de ses propres désirs et effrayé par le fait de découvrir qu'il pourrait être gay. S'il n'avait pas été aussi heureux et pleins d'espoirs, Draco aurait pu ressentir un peu de compassion pour le malheureux.

Mais non. Il allait le faire payer pour chaque unes de ses masturbations qui avait été la routine de Draco depuis qu'il avait découvert qu'il désirait le Survivant. Il était déterminé à le rendre fou au point que se soit Potter qui capitule et décide de mettre feu à la mèche et que ça se termine où ça devait se terminer.

Et se fut ainsi. Après presque un mois échangeant seulement des regards pénétrants, Potter attrapa Draco, une nuit où il se rendait à sa salle commune, après sa ronde nocturne en tant que préfet. Il le prit par le bras tellement fort que Draco haleta de douleur, et le tira vers une salle de cours obscure et silencieuse.

Draco se défit de sa prise et le regarda amusé, sans pouvoir croire à sa chance et sans comprendre comment pourquoi le Seigneur des Ténèbres n'arrivait pas à en finir avec Potter. Etant donné que Potter était si prédictible et facile à manipuler, que ça en était incroyable.

- Alors ?, grogna Potter avant que Draco puisse dire quelque chose.

- Alors, quoi ?, lui demanda le blond à son tour, sur le point d'éclater de rire.

Par Merlin, il était tellement ému devant la certitude de se qui allait se passer, qu'il lui était difficile de contrôler ses émotions. Il dut faire appel à toute sa dignité de Malfoy.

- Ne fais pas ton ignorant, Malfoy. Ton petit jeu commence à me fatiguer. Je ne sais pas de quoi il s'agit mais j'exige que tu arrêtes de me regarder comme tu le fais, tu n'a aucun droit, vu se qui c'est pa…

Potter interrompit son balbutiement quand Draco avança d'un pas.

- D'accord, lui dit le serpentard, J'arrêterai de te regarder en échange de quelque chose.

Potter avala de la salive et Draco savait qu'il rougissait. Maudit griffondor. Pourquoi ne pouvait-il simplement pas accepter ses désirs et voila.

- Quoi ?, marmonna l'autre de manière à peine perceptible.

- J'ai besoin que tu me permettes de connaître une chose, lui susurra Draco en s'approchant d'un autre pas, se retrouvant nez à nez avec Potter.

- Quelle chose ?, haleta le griffondor. Et Draco nota avec une énorme satisfaction qu'il avait déjà du mal à respirer.

- Ton goût, murmura le blond en se laissant tomber sur les genoux face au griffondor.

Potter essaya d'échapper en reculant pendant qu'il gémissait quelque chose qui ressemblait à "c'est que je ne suis pas gay", mais Draco ne lui permit pas. Il le prit par les hanches avec force et précision, dirigeant sa bouche ouverte vers l'entrejambe du brun et exhalant de son haleine chaude sur lui.

Il ria presque quand il découvrit que Potter était déjà dur. Mais à quoi jouait-il ? voulait lui demander le blond, mais à la place, il procéda à lécher et sucer l'érection du crétin par-dessus le tissu léger du pantalon de l'uniforme de l'école.

Potter cessa d'essayer de reculer, à la place, il mit ses mains sur la tête de Draco, avec douceur et incertitude, sur ses cheveux. Il tremblait. S'en rendre compte, provoqua un étrange sentiment au blond. Une sensation bizarre d'instinct protecteur et de possession.

Espérant qu'il ne chercherait plus à s'échapper, Draco se permit de le lâcher pour pouvoir user ses mains et ouvrir son pantalon. En effet, Potter ne bougea pas. Il attendit et Draco, qui n'osait pas lever les yeux encore moins croiser son regard de peur de lui avouer ses propres sentiments, il se dépêcha de lui baisser les deux vêtements de la partie du bas. Il pouvait entendre la respiration agitée du brun, et quand il eut la sa belle et gonflée érection à la vue, il ne put se retenir et laissa échapper un gémissement.

Il passa ses mains sur les cuisses du griffondor et sur ses hanches, arrivant finalement jusqu'à son membre. Doucement et en fermant les yeux face au spectacle irréel, Draco prit la grosse et belle queue entre ses mains. Il la serra et pendant un instant il crut que Potter allait perdre l'équilibre et tomberait sur le sol à côté de lui. Sans arrêter de serrer, il commença à caresser la longueur de cette dureté, de haut en bas, fasciné devant l'image.

Il répéta la caresse plusieurs fois et tout à coup, la pointe rougeâtre de son membre brilla, laissant couler une goute pré séminale et le blond ne put se contenir. Il se pencha et avec sa langue il nettoya, la faisant voleter sur la pointe, le prépuce, dévorant alors le membre entièrement, fermant ses lèvres autour, les yeux clos, s'adonnant à lui donner la meilleure fellation de sa vie.

Il s'aida d'une main pour entourer la partie de l'érection qu'il ne pouvait pas mettre dans sa bouche, caressait distraitement le poil rugueux de l'entrejambe, la dirigeant parfois vers le haut, passant par le nombril et arrivant à un de ses tétons, les pissant et redescendait.

Potter était sans aucun doute au paradis. Draco prit note pour la prochaine fois, s'il y en avait une, de l'appuyer contre un mur ou de le faire assoir sur une chaise, parce que il jurerait qu'il allait fondre à n'importe quel moment en une flaque visqueuse de substance griffondor de laquelle Draco ne pourrait tirer aucun bénéfice. Potter se tordait, tirait des cheveux du blond pendant que ses jambes tremblaient. Draco aurait voulu pouvoir sourire, mais il préférait utiliser ses lèvres et sa bouche pour travailler.

Dans un rauque gémissement, Potter malgré ses tentatives pour de se contenir, il jouit fortement et avec précision, au fond de la gorge du serpentard et le faisant gémir longuement de frustration car il ne pouvait jouir lui-même. Sa propre érection lui réclamait de l'attention dans son pantalon, mais Draco avait réussi à résister de se toucher. Son objectif était de séduire Potter pas de le terroriser. Il ne lui donnerait rien que se qu'il ne lui avait pas demandé. Pas encore.

Quand il finit d'éjaculer, le brun dut se tenir à un pupitre pour ne pas tomber. Draco le libéra, avalant son sperme lentement, suppliant tous les Saints pour que ne se soit pas la dernière fois qu'il goûte à la délicieuse essence de Potter. Il nettoya les restes de sa propre salive avec sa manche, et se redressa, osant enfin regarder le griffondor dans les yeux.

Potter était tellement rouge, qu'il ressemblait à une tomate. Ses lèvres, des grenades. Surement il avait dû se les mordre, Draco éjacula presque en y pensant.

Immédiatement il regretta de ne pas l'avoir regardé pendant qu'il jouissait : cela avait dû être un spectacle digne d'être vu et d'être conservé pour mil futures masturbations.

Haletant, Potter parut sentir le regard de Draco sur lui et ouvrit les yeux. Mon dieu, il était si beau que le blond dut se mordre les lèvres pour s'empêcher de lui crier ses sentiments et de le dévorer de baisers. Il recula pour ne pas tomber dans la tentation.

- Voila ce que je te propose, lui dit-il avec une voix rauque. Il s'éclaircit la gorge avant de continuer, J'arrêterai de te regarder durant la journée et ne dirai rien à personne. En échange, je veux que tu viennes ici au moins trois à quatre fois par semaine.

Potter écarquilla les yeux, se mordit les lèvres, pendant qu'il boutonnait maladroitement son pantalon.

- Que je vienne ici … ? Avec toi ? Ma…mais pourquoi ?

- Pour prendre le thé bien sûr, se moqua Malfoy, levant les yeux au ciel, son corps exigeant libération et lui le supportant stoïquement sans se toucher, Pour quoi d'autre, idiot ?

Potter le regarda incrédule, comme si Draco lui offrait la clé du coffre des Malfoy, chez Gringotts, sans rien en échange.

- Tu veux continuer… à me faire ça, lui demanda-t-il dans un murmure craintif.

Draco s'obligea à sourire.

- Tu ne peux pas nier le fait que je sois plutôt bon et que sa ta plut, n'est-ce pas ?

- Mais, Malfoy, je… ne suis pas gay. En plus j'ai une petite amie.

- Aucune des deux raisons t'ont castré.

Draco le fixa et Potter l'imita. Après quelques secondes de silence, l'autre parla.

- Je ne comprends pas. Pourquoi tu le fais, Malfoy ?

Draco lui souri en essayant d'être sarcastique.

- Disons que…un ami et moi, nous faisons une investigation sur le terrain, nécessaire pour vérifier une certaine théorie.

Potter le regarda avec méfiance.

- Juste pour ça ? Draco acquiesça, affichant une tête d'ennui profond alors qu'en réalité il se sentait sur le point d'exploser. Il désirait ardemment pouvoir partir d'ici. Et pourquoi m'as-tu choisi ?

- Parce que le sujet d'étude devait être un imbécile profond. Tu ne devineras pas qui à gagné avec une grande avance sur la population de Poudlard.

Potter ne répondit pas et le regarda avec un grand ressentiment. Le blond éclata de rire puis se dirigea vers la porte. Avant de sortir, il regarda par-dessus son épaule et dit :

- Je serais ici après demain, à la même heure… Si tu es intéressé, tu sais ce qu'il te reste à faire.

Potter ne répondit pas. Il le regarda seulement avec dureté et se fut la dernière chose que vit Draco avant de le laisser là.