Never ever Dreaming

Light and shadow… two faces of a same coin

Épisode 1 : Les héros secourent toujours les jeunes filles en détresse!

NOTE À LIRE AVANT LECTURE : Comme toujours, dans cette fic, vous trouverez des zentils dragons et tout mon tralala habituel! Mais aussi des créatures de mon invention à moi, tels les Vadrouilleurs. Si j'en voie un plagier mon invention, soyez sûr qu'il va gagner un prix extraordinaire : quelques années à l'hosto, en plus de manger son steak avec un paille et de ressembler à Superman!

Amicalement, SuperGohan

Dans un petit village dans une plaine enneigée, naquit une enfant, dont tous se méfièrent dès qu'elle eut dix ans, après un « accident » advenu lors d'une nuit sans lune.

Dès lors, tous se méfièrent de cette petite brunette aux grands yeux gris. On raconta qu'elle possédait des pouvoirs immenses et que si son aura et celle du grand héros se rencontraient par malheur un jour, il arriverait des dangers d'une difficulté inimaginable et qu'Hyrule pourrait même être détruite à jamais suite à ces évènements...

Six ans plus tard...

Rosie n'avait jamais eu aussi peur. Une frayeur telle que celle qu'on éprouve lorsqu'on regarde notre premier film d'horreur (NDA : moi c'était Destination Ultime 3. Mais, maintenant, il ne me semble plus aussi effrayant...), les sueurs froides, la peur qui déchire le creux du ventre...

Le moblin mit sa « main » valide sur son œil meurtri et la regarda avec l'autre avec une insistance colérique.

- Merde... murmura-t-elle en le voyant approcher.

Pourquoi l'avait-elle donc frappé si fort? La peur? Une réaction insensée? Quoi qu'il en fût, le résultat restait le même : le monstre avait l'œil crevé, et un liquide verdâtre – peut-être du sang de moblin – s'écoulait de la plaie.

La bête grogna méchamment, puis avança lentement sa lance en marmottant :

- Tu defoir payer prix pour blecher moi!

Ah, pauvre moblin, jamais il n'avait été à l'école, Ganondorf lui avait simplement enseigné les rudiments de l'hylien, lui qui avait toujours voulu devenir un grand poète...

Bref, le monstre allait abattre son arme, quand une épée trancha sa tête et l'envoya à l'autre bout de la maisonnette.

Pauvre moblin, son rêve ne serait jamais réalité... quelle injustice...

- Vous allez bien? demanda une voix de jeune homme.

Rosie leva lentement, très lentement les yeux. Un beau jeune garçon tout de vert vêtu se tenait devant elle. Il avait de magnifiques yeux bleus saphirs, encore plus beau que le ciel lui-même. Des cheveux blonds dorés sortaient de son chapeau vert. La vue de son sauveur alluma en elle une sensation subtile, tellement, qu'elle l'oublia instantanément...

- Oui, répondit-elle, reconnaissante. Puis-je connaître le nom de mon sauveur?

- Je m'appel Link...

La brunette écarquilla les yeux.

- Le Héros du Temps?

- C'est parfois ainsi qu'on m'appel, dit le blond en souriant.

Ils parlèrent un peu, Link voulant s'assurer qu'elle n'était pas blessée et qu'elle pourrait continuer sa vie solitaire dans sa maison.

- Je ne crois pas, le moblin m'a entaillé un tibia, s'excusa-t-elle en montrant sa jambe ensanglantée en relevant un peu sa robe.

Le Héros la prit donc dans ses bras fort. Elle s'accrocha au cou de l'hylien et il la porta dehors. La jeune hylienne rougit un peu, mais ne protesta pas (NDA : quelle fille l'aurait fait?).

Link la hissa ensuite sur sa jument, Épona, un roncin à la robe rousse et à la crinière blanche.

- Le village est à dix-sept lieu (NDA : une lieu équivaut à quatre kilomètres, donc ça en fait soixante-huit) d'ici, marmotta Link en regarda sa carte.

Le héros monta sur sa jument et la lança au galop vers le village. Ils furent malheureusement bien vite rattrapés par des moblins montant d'énormes cochons.

- Merdouille, grinça Link en serrant les dents. Je savais qu'ils viendraient me faire chier...

Le cavalier dégaina son épée en lâchant momentanément les rênes, sa jument ayant été entraînée pour baisser la tête dès qu'elle entendait un bruit de lame qui sortait de son fourreau, ce qu'elle fit en fonçant vers les monstres.

Ne voulant pas être un boulet pour son sauveur, elle demanda :

- Vous avez un arc?

Link jeta un regard furtif derrière lui, mais il manqua recevoir un coup de massue en pleine face de devant, alors il se concentra sur les monstres et répondit à la jeune fille :

- Oui, vous devriez pouvoir le trouver derrière mon bouclier... – il évita un autre coup de masse – et le carquois est accroché à une sacoche de la selle, juste à votre gauche.

La brune s'empara de l'arc et le tint fermement en empoignant le carquois rempli de flèches, plus exactement une centaine.

Le cavalier s'éloigna et décrivit un large cercle autour des moblins et de leurs montures pour laisser à sa passagère l'espace suffisant pour que les projectiles soient mortels.

Rosie prépara trois flèches en même temps, puis passa un doigt sur les morceaux de tissu enroulés près de la pointe des flèches. Ces derniers s'imbibèrent d'huile et s'enflammèrent. La corde tendue au maximum claqua et les cris de douleur et d'agonie des monstres retentirent.

Après trois volées de flèches, il ne restait que des sangliers morts en train de rôtir.

- Bravo! s'exclama Link. Vous êtes douée!

- Merci...

Ils étaient presque arrivés au village. « Dommage! » pensa Rosie, à sa plus grande surprise. Le héros s'arrêta devant une auberge avec un grand panneau où on pouvait lire :

Auberge Dort-Dîne

Link entra et ressortit accompagné d'un homme à la peau basanée qu'elle reconnut aussitôt.

- Reynald? C'est vous, Mon oncle?!

To be continued...

Blablas de l'auteure : C'est la première histoire que je mets sur ce site donc je ne sais pas trop comment m'y prendre avec ... mais bon!! Si j'ai des "reviews", je mettrai la suite.

Note: Je l'ai aussi mise sur le Palais De Zelda, donc pas de scandales, c'est moi, SuperGohan.