Hello everybody !

Je me suis décidée à écrire une nouvelle Fanfiction en plus d'AU FIL DES JOURS, ça faisait un moment que l'idée me trottait dans la tête donc je me suis lancée!

J'espère qu'elle vous plaira.

Il est évident que tous les droits reviennent à notre très chère Stephenie Meyer.

J'attends avec impatience vos impressions.

Bonne lecture.

Giaah.

Merci à ma sœur pour son soutien et son aide.

Bisous à toutes les filles d'Allociné…

Je dédis ce premier chapitre à ma Pooh chérie, joyeux anniversaire.


Chapitre 1 : Beautiful Collision

Il me prit dans ses bras et me susurra à l'oreille « je t'aime ma Bella ». Il fit descendre ces mains le long de mon dos puis caressa délicatement mes fesses avant de me serrer plus près de son corps. Sa bouche se plaqua contre la mienne…

« Bella !! Hou hou ! Bella ?!! »

Je secouai la tête pour remettre mes idées en place. Rosalie me regardait avec une étrange expression sur le visage.

« Euh… Oui Rosalie qu'est ce qu'il y a ? » lui demandai-je.

« Qu'est ce qu'il y a ?? » me répondit-elle ahurie. « Et bien ça doit faire environ 5 minutes que le cours est terminé et que j'essaye de te tirer de ta rêverie ! »

Je regardai autour de moi et constatai que la classe était totalement vide. Je me mordis la lèvre inférieure.

« Ne me dis pas que tu pensais encore à lui !? », je lui lançai un regard d'excuse. J'avais comme une impression de déjà-vu. Cette conversation avait eu lieu des centaines de fois.

« Bella… Si tu ne vas pas le voir alors moi j'irai !! Ça fait 2 ans que ça dure cette affaire ! » Elle se leva mais j'attrapai sa main avant qu'elle ne sorte de la pièce.

« Non, non, non Rose ! Tu peux pas faire ça !! Il ne me connait même pas et dois-je te rappeler qu'il a une petite amie ? »

« Premièrement, il ne te connait pas car tu te débrouilles toujours pour t'esquiver à chaque fois que l'occasion se présente. Deuxièmement, je peux te le présenter quand tu veux, je n'ai qu'un coup de fil à passer et troisièmement, d'accord il a une copine mais il est pas marié que je sache ! Ce ne serait pas le premier à quitter une fille pour une autre !! »

Je secouai la tête de découragement. Rosalie était terrible. Elle voulait toujours avoir raison.

« Il faut se rendre à l'évidence, il ne quittera jamais Tanya pour une fille comme moi… C'est LE couple et s'il avait vraiment voulu me connaître, il l'aurait fait savoir non ? »

Rosalie roula des yeux.

« Bon allez la pessimiste, on rentre à l'appart ou tu préfères camper ici à te faire tes films !? » me demanda Rose en retenant un sourire.

Arrivées à notre appartement, je décidai d'aller courir une heure, c'était une habitude que j'avais quand je voulais m'aérer et mettre mes idées en place. J'enfilai rapidement mon jogging et mon débardeur, pris mon Ipod et attachai mes cheveux dans un chignon lâche.

« Je vais courir Rose ! » criai-je.

J'aimais beaucoup courir avant que la nuit tombait. Il régnait une atmosphère paisible dans le parc et je savais qu'à cette heure là, peu de monde faisait leur jogging. On était début octobre et il faisait encore un temps magnifique, ce qui était d'autant plus agréable. J'enclenchai mon baladeur et le réglai sur « My favourite game » de The Cardigans, une chanson que j'aimais particulièrement pour commencer mon footing.

Après quelques tours de parc, je m'arrêtai sur le sentier pour reprendre mon souffle. Je mis mes mains sur mes genoux, fermais les yeux et pris une grande inspiration. Quand je rouvris les yeux, je constatai qu'un de mes lacets était défait, c'était un miracle que je sois encore debout, en général la fatalité s'arrangeait toujours pour me mettre dans les pire situations. Je m'accroupis et entrepris de les rattacher.

Tout se passa très vite. J'étais sur le point de me relever quand quelque chose me percuta en pleine face, et sans comprendre ce qui m'arrivait, je me retrouvai sur le dos, le souffle coupé par le poids de la personne qui s'était écrasée sur moi. Un cri de douleur s'échappa de mes lèvres et mes yeux se fermèrent tant la douleur derrière ma tête fut fulgurante.

« Merde ! Vous pouvez pas faire attention !! » m'écriai-je en portant une main à ma tête, les yeux toujours fermés.

« Excusez moi… je suis vraiment désolé… »

Au son de cette voix, je sentis mon corps se raidir. J'ouvris mes yeux rapidement pour voir si je n'avais rêvé et ce que je vis ne fit que confirmer mes soupçons. C'était lui. Lui et ses yeux verts, ses cheveux bronze, sa bouche parfaite, son nez droit. Edward. L'homme qui hantait mes rêves depuis le premier jour où je l'avais aperçu.

Les mains au sol de chaque coté de ma tête, il me dévisageait avec un regard empli d'inquiétude et d'excuses.

« Heu… est ce que vous pourriez vous lever s'il vous plaît ? » dis-je avec une toute petit voix due à l'intimidation. Je sentis le feu me monter aux joues et remerciai le ciel que mes joues furent déjà rougies par l'effort.

« Oh…euh…oui bien sûr pardon… » me dit-il en se relevant et en me proposant sa main pour m'aider à me lever à mon tour. Dans notre chute, nos baladeurs étaient tombés et je me baissai pour les ramasser quand je sentis une douleur me transpercer le dos stoppant mon geste.

« Aïe ! »

« Vous avez mal quelque part ? » me demanda t-il en ramassant nos deux Ipods identiques à ma place.

« Oui, mon dos. J'ai du tomber sur une pierre ou quelque chose comme ça » répondis-je en cherchant des yeux autour de moi l'objet responsable de ma douleur. En vérité, je n'osais simplement pas le regarder. Je savais que si j'avais le malheur de recroiser son regard, je ne serais plus capable d'aligner deux mots et m'humilier davantage devant lui ne faisait pas partie de mes plans.

« Je suis vraiment désolé, j'étais en train de changer de chanson dans mon baladeur et… et vous étiez en plein milieu… » s'expliqua-t-il en faisant des gestes.

Je relevai mes yeux vers lui rapidement. Je sentis une vague de colère m'assaillir.

« Parce que ça va être de ma faute maintenant !! », je lui arrachai mon Ipod des mains « Je n'y suis pour rien si vous ne regardez pas où vous allez ! »

Ne lui laissant pas le temps de répondre, je tournai les talons et continuai mon chemin avec détermination.

« Attendez ! » me héla-t-il.

Je m'arrêtai et soupirai avant de me retourner.

« Votre visage me dit quelque chose, vous ne seriez pas la colocataire de Rosalie Hale, par hasard ? » me demanda-t-il dans un regard interrogatif.

A ses mots, la colère qui bouillonnait en moi laissa place à une sorte d'excitation. Il savait qui j'étais…

« Oui en effet… »

Il me tendit sa main « Edward Cullen, le frère d'Alice…qui est la copine de Jasper… qui lui-même est le frère de Rosalie » dit-il avec un sourire impeccable comme si le fait d'avoir des connaissances en commun allait excuser l'incident. Finalement il n'avait peut-être pas tort.

Je retins un sourire face à son 'explication' et serrai sa main en retour. « Bella Swan et je sais tout ça » répondis-je en haussant les sourcils.

« C'est assez étonnant que nous ne nous soyons jamais rencontré » me dit-il.

« Etonnant… oui. » Je baissai les yeux et me mordis la lèvre. Mes yeux tombèrent sur sa montre.

« Oh ! Je suis en retard. Il faut que j'y aille » dis-je pointant du pouce le sentier derrière moi. Je fis quelques pas à reculons avant de me retourner et me remettre à courir doucement. Après quelques foulées, je tournais la tête dans sa direction et vis qu'il riait. Je lui souris et fis un petit geste de la main.

Le retour jusqu'à l'appartement se fit tout en pensées. J'ouvris la porte et m'engouffrai dans le salon.

« Bella c'est toi ? » me demanda Rosalie depuis la cuisine.

« Tu attends de la visite ? » dis-je en me dirigeant vers elle. J'ouvris le frigo et me penchai pour chercher une bouteille d'eau. Soudain je sursautai lorsque j'entendis un glapissement dans mon dos. Je me retournai pour voir ce qu'il se passait et vis Rosalie fixer mon derrière avec des yeux écarquillés.

« Bella, qu'est ce qui t'es arrivé ?!! » s'exclama-t-elle en venant plus près de moi.

« Heu, je me suis faite percuter… »

« Quoi !! Par une voiture ? »

« Non, non !! Quelqu'un m'est rentré dedans, d'ailleurs tu ne devineras jamais qui c'était… » Nous restâmes quelques secondes à nous contempler. J'attendais qu'elle me propose des noms mais elle continuait de me regarder. Finalement je lui fis un regard voulant dire 'alors tu devines ou quoi ?' .

« T'as dit que je ne devinerais jamais alors ça sert à rien que j'essaye… » réplica-t-elle comme si cela était une évidence.

Je lâchais un soupir.

« T'es pas drôle Rose !! » dis-je en rangeant la bouteille dans le frigidaire. « C'était Edward ». J'avais dit son nom comme si c'est rencontre m'indifférait mais au fond de moi j'étais encore complètement fébrile.

« Attends, attends… Edward… Edward ? Le Edward de tes rêves ?? »

« Ouaip » répondis-je nonchalamment.

« Et… ?!. » me demanda Rose avec des grands yeux, surement exaspérée par mon manque de détails.

« Et… il savait qui j'étais !!! » Je ne pus retenir un grand sourire.

« Et il t'a percuté… Donc si je comprends bien c'est de sa faute si tu as cet énorme trou au niveau de tes fesses dans ton jogging ? » dit Rosalie en pointant mes fesses avec son index.

Je m'arrêtai complètement de respirer, priant pour ce que me disait Rosalie ne soient qu'une bonne blague de sa part. Je fis descendre doucement mes mains sur mes fesses et je sentis de la terre ainsi que la dentelle de mon shorty sous mes mains. Mon jogging s'était bel et bien déchiré dans ma chute.

« Oh. Mon. Dieu… » J'aurais voulu rentrer sous terre. J'avais exhibé mes fesses devant Edward.

Rosalie pouffa de rire.

« Je suis sure qu'Edward se souviendra de toi parfaitement maintenant !! »

« C'est pas drôle Rose !! » me révoltai-je.

J'avais envie de pleurer, je me sentais si honteuse. Rosalie ne s'arrêtait plus de rire.

Je poussai un petit cri d'exaspération et me dirigeai droit vers la salle de bain pour me doucher.

L'eau chaude réveilla la douleur dans mon dos, mais aida tout de même à délasser mes muscles. Je savais dorénavant que je ne pourrais jamais croiser le regard d'Edward sans me demander ce qu'il avait pu penser de moi. Mais comment aurais-je réagi si c'était lui qui m'avait averti ? L'humiliation aurait été totale pour le coup…

J'essayais de me raisonner en me disant que ce n'était pas la fin du monde. Avec un peu de chance il n'avait rien remarqué. Mais soudain la scène me revînt en mémoire. Quand j'avais commencé à partir et que je m'étais retournée, j'avais constaté qu'il riait. Je n'avais pas pensé qu'il pouvait rire de moi !

J'avais envie de hurler ! Je m'étais représentée une bonne centaine de fois les différentes façons de se rencontrer et celle-ci n'en faisait pas partie. En même temps, il fallait aussi préciser qu'à chaque fois ces rencontres se terminaient par un baiser passionné…

Je sortis de la douche et me séchai le corps face au miroir. Je remarquai alors qu'un bleu commençait à se former dans le bas de mon dos. Petite marque pour ne pas que j'oublie à quel point j'avais pu m'humilier en face de l'homme de mes rêves.

J'enfilai rapidement mon pyjama et attachai mes cheveux mouillés dans un chignon lâche. Je sortis de la salle de bain et pénétrai dans la cuisine.

Apparemment, Rosalie avait fait des lasagnes, je mis alors le couvert en place sur la table.

« Emmett ne vient pas ce soir ? » lui demandai-je.

« Non, ton frère avait un entrainement. »

Rosalie était en couple avec mon frère depuis presque deux ans maintenant. Il était tombé fou amoureux de Rosalie le jour où il m'avait aidé à emménager dans l'appartement. Mon frère n'avait jamais été aussi heureux depuis qu'il était avec Rose, il fallait dire que ces deux là étaient faits pour s'entendre.

Nous nous installâmes à table et commençâmes à manger. Rosalie ne revint pas sur le sujet 'Edward' durant le repas et j'en fus heureuse. Repenser à cette rencontre désastreuse ne faisait pas partie de mes plans pour la soirée.

Nous débarrassions la table quand Rosalie me demanda « Alors vous comptez vous revoir ? », je soupirai. J'avais parlé trop vite.

« Non, je ne pense pas non. » répondis-je agacée.

« Pourquoi ?! »

« Rose enfin !! On a déjà eu presque la même conversation il y a seulement quelques heures ! Il a une petite amie! Et en plus il s'est moqué de moi ! »

« Ben c'est déjà un début ! Tu ne le laisses pas indifférent ! » me dit-elle dans un sourire.

Je roulais des yeux.

« Bonne nuit Rose » Je lui déposai un baiser sur la joue et entrai dans ma chambre.

Je pris mon iPod et m'installai dans mon lit. Je mis les écouteurs dans mes oreilles et allumai l'appareil. C'est alors que je me rendis compte qu'aucune de ces playlists ne correspondaient aux miennes.

« Merde… » lâchai-je. J'avais par erreur récupéré le baladeur d'Edward.

Le revoir pour échanger nos iPods était vraiment la dernière chose que j'avais envie. Avec la chance que j'avais, j'allais surement me ridiculiser encore une fois d'une manière ou d'une autre.

Je décidai d'écouter ses playlists. Après plusieurs chansons, j'étais obligée de reconnaitre qu'il avait de très bons goûts. J'étais heureuse de constater que l'on avait un certain nombre de chansons en commun. Je continuais mon exploration quand je découvris un dossier intitulé 'Mes compositions'. Etant trop curieuse, je cliquai sur la première chanson. Une douce mélodie au piano commença alors, puis la voix d'Edward apparut.

Instinctivement, je m'arrêtai de respirer, je n'arrivais pas à croire ce que j'entendais. Je ne savais pas qu'Edward était musicien mais de toute évidence, il était très doué. Je pris une profonde inspiration et me laissais bercer par sa voix de velours.

Je commençais à somnoler quand une nouvelle mélodie démarra. Celle-ci était plus entrainante, la voix d'Edward se fit plus pressante, moins langoureuse. Une vague d'excitation se propagea dans tout mon corps. Je fermais mes yeux et me laissais envahir par la musique. Le son de sa voix me donnait des frissons, ses intonations, les nuances de sa voix me submergeaient. Je me mordis la lèvre inférieure et laissai échapper un léger gémissement.

Instantanément, je rouvris mes yeux et m'assis dans mon lit, choqué par mon attitude. J'enlevai rapidement les écouteurs de mes oreilles, certaine que si je continuais à l'écouter je serais capable d'atteindre l'orgasme. Cette pensée me fit rougir. Rien que la voix de cet homme pouvait avoir le contrôle de mon corps, c'était terrifiant.

J'éteignis l'appareil et me levai de mon lit pour me diriger vers mon ordinateur portable. En attendant que ce dernier démarre, j'attrapais mon téléphone portable et constatais que j'avais reçu un message.

Hey ma belle,

Que fais-tu demain soir ?

J.

Je laissai échapper un grognement et éteignis mon téléphone sans prendre la peine de répondre. Cela devait bien faire plus d'un mois que je recevais des messages de ce genre de la part de James.

J'avais fait sa connaissance dans une soirée et la dernière chose que je me souvenais était de m'être réveillée le lendemain dans son lit. Je n'étais pas vraiment fière de moi et même si James avait un physique assez attrayant, ce n'était pas lui que je voulais.

Je me réinstallai dans mon lit et mis mon ordinateur sur mes genoux. Je commençais à faire quelques recherches pour un travail que je devais rendre dans deux semaines quand soudain une fenêtre de la messagerie instantanée de l'université s'ouvrit. Mon cœur s'arrêta quand je vis le nom de mon correspondant.

Edward_Cullen : Salut Bella

Je tapai rapidement.

Isabella_Swan: Salut Edward

Isabella_Swan : Je pensais justement à toi, je viens de me rendre compte qu'on a échangé nos iPods…

Edward_Cullen : Oui, c'est ce que j'ai remarqué aussi…

Isabella_Swan : Alors comment on fait ?

Edward_Cullen : Demain on pourrait peut-être se retrouver au parc pour s'échanger nos baladeurs et pourquoi pas courir ensemble. Du moins si ça te tente… ?

Si ça me tente ? Oh mais moi je voulais bien tout tenter avec lui ! Bella… Il est pris ! me sermonnai-je.

Isabella_Swan : Ca me va très bien ! 17h30 au parc du coté du pont ?

Edward_Cullen: D'accord. A demain.

Edward_Cullen est hors ligne.

Je relus notre brève conversation. En l'espace de quelques heures, tout avait changé. Hier encore, je ne lui avais jamais adressé la parole et voilà qu'aujourd'hui, j'avais un 'rendez-vous' avec lui le lendemain. La vie pouvait nous réserver beaucoup de surprises.

J'éteignis mon ordinateur et le reposai sur le bureau.

J'avais du mal à trouver le sommeil. J'allais courir avec Edward Cullen… Je sentis un sourire apparaître sur mon visage et essayais tant bien que mal de le réprimer, je ne voulais pas me laisser espérer… D'un autre coté, il voulait courir avec moi, cela devait bien dire quelque chose…

*

La journée me parut interminable. Je ne pouvais m'empêcher de penser à Edward et j'attendais le 'rendez-vous' avec une impatience qui ne me ressemblait pas.

Quand j'arrivai à l'appartement en fin de journée, je me changeai avec hâte. J'enfilai un débardeur et le corsaire de sport que je n'avais encore jamais utilisé, je le trouvais un peu trop moulant à mon goût. Aujourd'hui, bizarrement je n'hésitai pas une seconde avant de le mettre. Je jetai un regard dans mon miroir à pied, pris l'iPod d'Edward et soufflai un bon coup avant de sortir de ma chambre.

J'étais arrivée légèrement en avance. Je m'accoudai alors à la rambarde du pont et décidais de réfléchir à différents sujets de conversation.

Soudain, je sentis quelqu'un me tapoter l'épaule ce qui me fit sursauter tellement j'étais absorbée par mes pensées. Je me retournai et vis Edward devant moi.

« Salut Bella » me dit-il.

« Salut… » lui répondis-je dans un sourire.

Subitement, je me rendis compte qu'il n'était pas en tenue de sport mais vêtue d'un jean et d'une chemise. Il tenait dans sa main mon baladeur.

« Hum, tu comptes courir comme ça ? » demandais-je les sourcils froncés.

« En fait je ne peux pas courir avec toi, j'ai un empêchement de dernière minute. Je suis désolé. Je viens simplement te rendre ton iPod »

Je ne pus qu'hocher la tête, je savais que si j'essayais de parler à cet instant, je ne pourrais m'empêcher de lui demander pourquoi il ne pouvait pas et j'aurais été trop indiscrète, cela ne me regardait pas après tout.

« Tiens » me dit-il en me tendant mon baladeur.

Je le récupérais et lui remis le sien.

« Merci » réussis-je à dire sentant une boule se former dans ma poitrine.

Il sourit faiblement et passa sa main dans ses cheveux. Il commença à reculer et me lança « Bye Bella ». Sans attendre un mot de ma part il se dirigea vers la sortie du parc d'un pas pressé.