Hasard

Atelier de la Lanterne Fringante d'avril 2009

Avec le pairing : Ruthie/Ben

Sur le thème : Hasard

Plus sa vie s'écoulait, moins Ben Hawkins avait de raisons de faire confiance au hasard. Son entrée dans la troupe de forains, quelques semaines auparavant, avait précipité ce doute existentiel. Samson avait fini par le lui déclarer tout net, levant vers lui ses yeux plissés par la suspicion et la difformité : ils ne l'avaient pas ramassé par hasard, ce jour-là. Et en effet, pourquoi diable cette caravane de saltimbanques aurait-elle traversé cette contrée vide au milieu de laquelle se trouvait une dernière maison : la sienne ? Le jour où il enterrait sa mère, la dernière chose qui retenait le fugitif qu'il était dans un refuge trop évident… Lorsque Sofie lui avait tiré les cartes, il avait d'abord fait preuve d'une réaction viscérale face aux trois figures lourdes de signification qui s'étaient étalées sous ses yeux, le précipitant à nouveau dans une bribe de cauchemar éveillé comme jamais quelques symboles cabalistiques vaguement évocateurs n'auraient pu le faire. Puis, après s'être éclairci les idées autant que possible, il n'avait pu s'empêcher de songer que cette caravane semblait en savoir davantage sur lui que le hasard n'aurait voulu. Il avait alors pensé « cette caravane » à défaut de poser cette intuition sur l'un des compagnons de route en particulier. Il devait pourtant prendre conscience, plus tard, de la pertinence de cette métonymie impalpable de la roulotte. Autrement que sous la houlette torsadée de Samson, la caravane pensait… et le pauvre chien perdu qu'il était ne pouvait même pas aboyer pour purger son trouble.

Le hasard aurait voulu qu'il tisse des liens avec la petite cartomancienne qui avait si adroitement posé trois jalons de son passé, sans du reste le saisir consciemment. Il l'avait sauvée par chance, « alors qu'il passait par là », à proprement parler, lorsqu'elle s'était fait agresser par deux brutes sédentaires. Il avait fait ombrage à un fiancé transi mais inadéquat. Il avait partagé avec elle un certain recul vis-à-vis du monde clos des forains. Le hasard avait bien fait les choses lors de la rencontre de Ben et Sofie. Et voilà que finalement, il s'en était remis à la personne qui l'avait sauvé lui, ou tout du moins avait sifflé vivement pour éloigner ceux qui considéraient sa venue comme un simple don inestimable de la fortune. Ruthie avait bataillé avant même qu'il le sache pour le mettre en sécurité. Elle s'était dressée contre les objections apparentes de Samson, avait craché aux pieds de Lodz pour le tenir en respect. Il lui devait beaucoup, à sa charmeuse de serpent. Plus qu'à la chance, pour sûr. Pour autant, rien n'aurait été plus improbable que son abandon entre les bras d'une femme de deux fois son âge. Elle l'avait entouré tendrement, pour le protéger y compris des cauchemars qu'il allait devoir affronter après des jours d'insomnie. Elle avait pris sa virginité tout doucement, en l'apaisant avec des caresses, l'avait achevé sainement pour lui insuffler un sommeil lourd et sans rêve.

Etait-ce le hasard qui avait voulu ce qui arrivait à Ruthie ? Etait-il donc revenu se venger ? Ben n'était pas aussi crâne qu'elle, et n'avait pas trouvé la force de s'élever contre le sort. Et pourtant, Ruthie lui avait donné plus que tous les autres… il n'avait qu'à faire jouer le hasard ! Elle valait largement n'importe qui d'autre, avait-il songé. A cet instant, cependant, Ben comprit que le hasard n'avait définitivement rien à voir là-dedans. Néanmoins, il n'eut pas le temps de réaliser qu'il faisait lui aussi parti du jeu des pions : si ce n'était plus au hasard qu'il s'opposait, alors Ruthie pouvait l'emporter quoi qu'il arrive.