Titre: Le reporter dans la tribune Nord.

Entraîneur: taraxacumoff

Disclaimer : Tout à JKR.

Equipe/Joueur: Les Harpies de Holyhead ! et plus particulièrement Gwendolyn Morgan, Capitaine de l'équipe en 1953 et Glynnis Griffiths, attrapeuse à la même période

Catégorie: Championnat set aller

Rating: PG

2ème but : Dans les tribunes

Nombre de mots : 442

Le reporter dans la tribune Nord

« Glynnis, c'est ici que ça se passe ! »

Quand Gwendolyn criait au maximum de sa capacité vocale, même les canards survolant le stade se couvraient les orifices des oreilles de leurs ailes. Mieux valait perdre un peu d'altitude qu'avoir les tympans crevés par son coffre.

Furieuse, la Capitaine effectua un large demi-tour pour venir survoler sa coéquipière.

« Comment expliques tu que j'ai vu le Vif depuis l'autre bout du terrain alors qu'à moins de dix mètres, tu l'as repéré si tard qu'il t'a filé entre les doigts ! »

Glynnis recentra avec rapidité son attention sur le terrain, mais pas assez vite pour que la capitaine n'ait pas repéré l'endroit où son regard s'était égaré.

Les tribunes.

Les tribunes et le reporter de la Gazette qui les observait pour le prochain reportage. Trois pleines pages sur leur équipe, avec des photos, des interviews, un historique du club… Tout à fait ce qu'il fallait pour rappeler leur existence aux fans, à trois semaines du début de la saison, alors que les ventes de billets pour les prochains matchs étaient faiblardes.

Gwendolyne trouvait l'idée excellente, ce n'était pas ça le problème.

Le problème, c'était que, malgré sa demande express, le reporter était du genre masculin.

Trois mois d'entrainements ultra secret, enfermées dans le centre spécial des Harpies, en bordure de Holyhead, et ses filles perdaient leur moyen dès qu'un pantalon autre que celui de l'entraineur, passait les portes du stade.

En même temps, seule un grizzly femelle aurait trouvé l'entraineur à son goût, alors qu'elles se rabattent sur le reporter n'avait rien d'étonnant. Cependant, elle a vraiment besoin qu'elles se concentrent. Plus que trois semaines pour être prêtes ! Elles y étaient presque pourtant. L'équipe, décimée à la fin de la saison précédente par trois grossesses et par le manque de coordination des remplaçantes choisies, avait retrouvé son punch, mais était encore loin du niveau auquel elle aspirait.

Il était temps de prendre des mesures.

Aboyant deux ou trois ordres d'une voix forte, Gwendolyn renvoya les filles au sol. Elle-même vint se poser dans les tribunes, près du plumitif, et sortit sa baguette. L'homme fit un bond et leva son carnet en un geste de défense.

« Ecoutez..J'ai le droit d'être là ! »

Elle leva les yeux au ciel. Franchement, elle avait l'air du grand méchant loup-garou, ou quoi ? Retirant sa robe d'entrainement, elle la métamorphosa.

« Tenez, mettez vous là-dessous.

—Heuu….

—C'est une tente d'observation. Mon oncle ornithologue utilise le même genre pour les Augurey. Voir sans être vu, et peut-être que mes filles vont arrêter de rentrer dans la tribune d'en face en vous reluquant ! »

***F.