Beta Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO

« Granger ? » demandai-je surpris.

« Tu la connais ? » demande ma mère.

Elle se recule brusquement en nous voyant, elle a l'air affolée, terrorisée même. À chaque bruit ou geste elle sursaute. Elle a des ecchymoses sur le visage, sa lèvre est coupée, ses vêtements, si on peut appelé ça des vêtements, sont en lambeaux. Sa peau est plus blanche que la mienne.

« Je ne sais pas. » dis-je perdu.

J'observe Granger, c'est la seule chose dont je suis sûr. Elle possède le même visage que les jumelles, mais ses traits sont tirés, elle a des cernes, elle est aussi très maigre. Je vais pour m'approcher d'elle, mais ma mère m'arrête, on la regarde, elle essaye de s'enfoncer dans le mur en poussant des légers cris de peur.

« Ne t'en fait pas, nous ne te feront aucun mal. » dit ma mère avec une voix extrêmement douce.

Ça ne la calme pas, elle essaye toujours d'entrer dans le mur.

« D'où viens-tu ? » demande ma mère de la même voix.

Elle regarde en direction d'une porte en bois. Celle qui mène au cachot. Comment ? C'est impossible.

« Là ? »

« Mère ? » Je suis perdu.

« Je ne comprend pas plus que toi… Qui t'as fait sortir de là ? »

Elle fait non de la tête, aucun son sort de sa bouche. Nous ne nous sommes toujours pas approchés d'elle. On lui fait peur.

« Moky ! » appelle ma mère.

« Que veux Madame ? »

« Approche-toi d'elle. Rassure-la. »

« Moky doit s'approcher de Miss Hermione Granger ? »

« Hermione Granger ? » On est perdu.

« Oui. »

« Comment sais-tu qui elle est ? » demande ma mère.

« Moky ne doit rien dire, Mr. Malfoy a dit de ne rien dire. »

« Mr. Malfoy est mort, tu peux parler sans crainte. »

« Non, non, Moky ne doit rien dire. »

« Il ne dira rien mère. Approche-toi d'elle. Rassure-la. »

L'elfe fait un signe de tête, il fait apparaitre un morceau de pain et s'approche de la fille Granger. Elle s'accroupi. Moky s'approche, nous retenons notre souffle. Elle prend le bout de main et croque dedans violemment.

« Vous ne devez pas avoir peur Miss, Mme Malfoy et son fils ne vous veulent pas de mal. »

Elle a l'air d'avoir confiance en Moky. Elle se relève et prend la main de l'elfe. Beurk, je ne voudrais pas le toucher. Ni lui ni elle. Elle marche très doucement et avec crainte vers nous. Ses yeux font des trucs bizarres, elle s'écroule au sol inconsciente.

« Drago, amène-la sur le canapé. Moky, va chercher une couverture et prépare une chambre. »

« Bien Madame. »

Je grimace, mais la porte sur le canapé et lui met la couverture qui vient d'arriver.

« Pourquoi ne pas la renvoyer chez elle ? »

« Nous ne savons pas d'où elle vient, ce qui lui est arrivé. Dieu sait ce qu'elle a vécu. Tant que nous n'aurons pas de réponse, elle reste avec nous. »

Mère s'approche d'elle et lui caresse le visage.

« Va te coucher, je vais la veiller. »

« Mais mère. »

« Drago, ne discute pas. »

Je monte me coucher.

J'ouvre les yeux. Il est 10 heures 24. Je descends au salon.

« Alors ? »

« Elle n'a pas bougé. »

« Vous non plus. »

« J'ai l'habitude avec ton père. »

Je vais m'asseoir à côté de ma mère, nous attendons son réveil qui se fait maintenant. Elle ouvre les yeux et crie en nous voyant. Elle se tasse au fond du canapé et remonte la couverture sur elle.

« Nous ne te voulons pas de mal. » rassure ma mère.

Elle se calme un peu. Je lui fais peur. Je le vois dans ses yeux. Elle voit le plateau de gâteaux sur la table basse.

« Prends-en, ils sont pour toi. » dis-je.

Elle hésite, mais en prend un. Elle se replie sur elle-même pour grignoter son gâteau. On l'observe.

« Moky ! » Appelle ma mère.

« Oui Madame. »

« Tu dois nous dire ce qu'elle a. Ce qu'il lui a fait. Son passé. Dit nous. »

« Moky ne peut rien dire Madame. »

« Tu l'aimes bien ? Hermione ? » demandai-je à l'elfe.

« Oui Mr. Malfoy, Moky aime bien Miss. »

« Pour l'aider, on doit savoir ce qui s'est passé. Tu es le seul à pouvoir nous aider. À l'aider elle. Alors ? »

« Mr. Malfoy a ramené Miss il y a 15 ans. Elle était petite. Comme Mr. Malfoy junior. »

« Elle a le même âge que Drago ? »

« Oui Madame. Miss à 17 ans. »

« Continue. » ordonne ma mère.

« Mr. Malfoy a mis Miss dans les cachots, je venais nourrir Miss deux fois par jour au début, Mr. Malfoy venait la voir tous les jours. Au début, il regardait juste Miss. Mais quand Miss a grandi, il a commencé à jouer avec Miss comme il disait. »

Ma mère étouffe un cri de frayeur et regarde Hermione tristement et compatissante.

« Défini « jouer » Moky. » dis-je.

« Il enlevait les vêtements de Miss et il la… »

« C'est bon, Drago a compris. »

« Mr. Malfoy jouait avec Miss tous les jours depuis ses 9 ans. Mais après elle le repoussait, Miss repoussait Mr., elle comprenait ce qu'il lui faisait. Il la punissait en la frappant. Des jours il jouait avec ses amis. Ils jouaient tous avec Miss. Elle criait, mais ils continuaient. Un jour, elle n'a plus crié, elle a subit sans rien dire. Mr. Malfoy continuait de frapper Miss, de jouer. Moky voyait, mais Moky ne pouvait rien faire. (En Pleurant.) Moky était triste pour Miss, mais Mr. Malfoy a interdit Moky d'aider. Moky ne devait qu'amener à manger une fois par jour à Miss. Rien d'autre. Seul Mr. Malfoy pouvait ouvrir la cellule avec un sort puissant. »

« Depuis combien de temps n'a-t-elle pas parlé ? » Mère est sous le choc.

« Deux ans, Madame. »

Alors moi je suis choqué, en colère, très en colère. Comment peut on faire subir ça à une enfant. Ça fait 15 ans qu'elle est enfermée. Et ça fait 8 ans qu'il la viole. C'est un SALOP !

« Est elle sortie de sa cellule une fois ? » demande ma mère.

« Non Madame, Miss n'est jamais sortie pendant 15 ans, miss jamais sortie. »

Ma mère étouffe un cri.

« Monte-la dans une chambre, il faut qu'elle dorme. »

« Bien Madame. »

« Accompagne-la, Drago. »

« Bien. »

Moky prend la main d'Hermione, je prends les gâteaux, je les suis de loin. Je lui fais peur, elle se retourne sans cesse vers moi avec des yeux pleins de peur. Ma mère descend au cachot.

Nous entrons dans la chambre. Elle nous regarde avec des gros yeux. Je m'avance vers la table de nuit et pose la nourriture. Lors de mon déplacement, elle s'est réfugiée dans un coin.

« C'est ta chambre. À toi. Pour dormir. Moky, approche-la. Met-lui une nuisette. »

Moky l'approche du lit, et par précaution je me recule pour ne pas l'effrayer. Elle ne me quitte pas du regard. Elle s'assoit sur le lit. On dirait qu'elle attend des ordres.

« Moky va aider Miss. Miss doit mettre ça. »

Lorsqu'elle enlève ses vêtements, je suis au préalable sorti de la pièce, mais la porte est entrouverte.

« Miss, vous pouvez vous habiller. »

Je passe la tête pour voir ce qui se passe. Elle est nue, mais de dos. Je peux voir ses blessures, son dos en est couvert et elle a des bleus. Il n'y est pas allé de main morte avec elle. Elle fait des gestes vers moi. Qu'est-ce que j'ai fait ?

« Mr. Malfoy, elle ne veut pas s'habiller. Elle attend. »

« Dis-lui que c'est fini tout ce que mon père lui faisait. »

« Moky lui a déjà dit. »

Je m'approche doucement d'elle, elle s'allonge sur le lit.

« C'est pas gagné, » dis-je pour moi. Je me reprends. « Il faut nettoyer ses blessures. »

« Bien Mr. Malfoy. »

Il disparait pour revenir cinq secondes plus tard avec du désinfectant et tout un tas de trucs.

« Viens me voir. » Je lui tends la main.

Elle se lève et vient ce mettre devant moi. Je m'assois sur le lit, elle fait comme moi. Moky la soigne.

« Quand sera-t-elle guérie ? »

« Demain, monsieur. »

Je prends la nuisette. Nous nous mettons debout. Bon, il faut que je lui mette sa nuisette. Ce n'est pas gagné, j'ai l'habitude de déshabiller les filles, pas de les habiller.

« Lève les bras. »

Elle hésite, je lui fais un petit sourire. Elle le fait, j'enfile sa nuisette à Hermione. Elle a toujours les bras en l'air.

« Baisse les bras. »

Je me recule d'elle.

« Vous pouvez dormir Miss, » dit Moky.

Elle ne comprend pas. Je le vois dans ses yeux.

« Miss doit dormir. »

Je sors de la chambre et ferme la porte doucement. Moky me suit.

« Tu peux y aller. Merci Moky, tu as été parfait avec Hermione. »

Moky disparait dans un pop, je rejoins ma mère, qui est remontée du cachot.

« Mère ? Ça va ? »
« TON PÈRE EST UN C*NNARD ! COMMENT A-T-IL PU OSER FAIRE ÇA À CETTE PAUVRE ENFANT ! HEUREUSEMENT QU'IL EST MORT, SINON JE LE TUERAIS ! »
« Mère, calmez-vous. »
« Comment va-t-elle ? »
« Elle attend. »
« Elle attend ? »
« Elle doit attendre ce que mon père lui faisait. Elle est soumise, chacun de ses gestes est ordonné. Elle ne comprend pas qu'on ne lui fasse rien. »
« La pauvre. »
« Elle ne comprend pas ce qu'elle fait là-haut. À part le lit, je ne crois pas qu'elle sache à quoi sert le reste. »
« Avec ce que lui a fait subir l'autre c*n qui me servait de mari. En bas, il n'y a rien qu'un matelas à même le sol. Pas une couverture. RIEN ! »

Les nerfs de ma mère lâchent. Elle verse une larme.

« Allez vous coucher, vous êtes fatiguée. »
« Mais la petite Hermione. »
« Je m'en occupe. »

Ma mère monte se coucher. Je vais voir comment va Hermione. Je m'inquiète pour elle. C'est vrai qu'au départ, je voulais la considérer comme les autres Granger. La détester, une sang de bourbe de plus, beurk, mais avec ce qu'elle a subi, j'ai de la compassion pour elle. Pas de pitié, la pitié c'est pour ceux qui on un cœur. Je n'ai pas cœur. Plus que mon père certes, mais je ne veux pas aimer, aimer est une faiblesse. J'entrouvre la porte. Elle est allongée sur son lit, sur ses couvertures. Dès qu'elle me voit, elle se repli sur elle-même. J'entre.

« Tu peux dormir. Bonne nuit, » dis-je doucement.

Je lui fais un bref sourire avant de quitter sa chambre.
Moi aussi je pars me coucher, il est tard. Je suis réveillé au milieu de la nuit par Moky.

« Que se passe-t-il ? »

« C'est Miss. Elle n'est pas dans sa chambre. »

Je me lève et pars vérifier. Effectivement. Où peut-elle être ? Je pars à sa recherche, au bout de quinze pièces, je pars voir au cachot. J'avance prudemment, je ne les connais pas, mon père m'a toujours interdit d'y aller, je sais pourquoi maintenant. Elle est dans son cachot, la porte est ouverte, elle est allongé sur son « lit » et dors.

« Miss est mieux ici, c'est sa maison. »

« La pauvre. »

Je la soulève délicatement pour ne pas la réveiller. Je la reconduis dans la chambre.

« Elle sera mieux là. »

« Mr. Malfoy va prendre soin de Miss ? »

« Bien sur. »

Je la met sous les couvertures et repars me coucher.

« Drago ! Réveille-toi ! »

« Hein ! Quoi ? »

« Moky s'est tué. Il s'est pendu. »

« M*rde ! P*tain ! »

« Oui, pauvre Hermione, c'est le seul en qui elle avait confiance. »

« AAAAAAAH ! »

On court dans la direction du cri.

« Là ma puce, c'est rien, un cauchemar. »

« C'est de ma faute. » dis-je piteusement.

« Pourquoi dis-tu ça ? »

« Cette nuit, Hermione est retournée au cachot, mais je l'ai ramenée avec Moky. Il m'a demandé si je prendrais soin d'elle, j'ai dis oui. Il s'est libéré. »

Hermione me regarde avec de gros yeux. Elle a compris. Elle verse une larme, mais ne l'essuie pas.

« On prendra soin de toi maintenant Hermione, » sourit gentiment ma mère.

Elle ne s'arrête pas de pleurer.

« La pauvre, c'est sûrement le seul qui a pris soins d'elle pendant toute sa courte vie. »

« Elle n'a pas eu de chance, » dis-je compatissant.

« Elle doit se reposer, je vais lui donner une potion de sommeil. »

Elle dort pendant plusieurs jours, son système immunitaire étant faible, la potion a été trop forte pour elle. Ça fait une semaine qu'elle est remontée de la cave. Nous n'arrivons pas à nous approcher d'elle, elle pousse des cris bizarres. Même les elfes ont du mal à l'approcher. Elle mange tout de même 3 fois par jours. Avec mère nous n'entrons pas dans sa chambre, Hermione est paniquée, je ne sais pas pourquoi, personne ne sait pourquoi.

« Je me demande pourquoi nous ne pouvons pas l'approcher. »

« À cause du c*nnard qui me servait de père. »

« En dehors de ça, elle devrait comprendre que nous ne lui voulons pas de mal. »

« Peut-être est-elle idiote ? »

« Drago ! » me réprimande ma mère.

« Quoi ? C'est tout-à-fait possible. Nous ne la connaissons pas. »

« Ce n'est pas une raison, je suis persuadée que c'est une fille tout à fait normale. »

« Et sa famille ? Il faut leur dire. »

« Je vais aller les voir, mais il serait sage de la garder jusqu'à ce qu'elle aille mieux. La changer d'environnement aussi rapidement risquerait de la traumatiser un peu plus. »

« On va la garder ? » demandai-je choqué.

« Pour le moment, oui. Allons voir sa famille. »

Nous partons mettre nos capes. Les elfes ont pour ordre de veiller (de loin) sur elle. Nous transplanons devant chez les Granger. Ma mère frappe à la porte.

C'est… attendez je regarde les grains de beauté ! C'est Angie, je crois…

« Madame Malfoy…? Que faites-vous ici ? Vous êtes perdue ? »

C'est Angie, miss désagréable.

« Nous devons parler à tes parents, sont-ils là ? »

« Oui. Entrez. »

Trop fort sa tête ! Je n'ai jamais d'appareil quand il le faut. Tssss. Nous suivons Angie jusqu'au salon, elle part chercher ses parents.

« Mme Malfoy, bonjour. Que puis je faire pour vous ? »

« Drago, laisse nous, va voir les filles. »

Je vais pour protester, mais devant son regard meurtrier je m'en vais.

« Alors Granger, c'est ça ta maison ? Intéressant. Il y a peu de place. (Pour lui) surtout si ta sœur reviens. »

« Tu as dit quoi ? Fait gaffe Malfoy ! On n'est pas à Poudlard ! »

Calme-toi, Drago, ne lui balance pas qu'elle a une sœur. Tait-toi.

« J'ai dis que pour accueillir ta s… des invités c'est pas pratique. »

Elle n'a pas l'air convaincu, pourquoi faut-il qu'elle soit aussi intelligente, même si c'est la plus brillante des deux, euh des trois. L'autre Granger, Léana est la plus doué. Tiens elle descend.

« Bonjour Malfoy. »

« Tu es trop gentille, Granger. »

« Tu pourrais lui répondre ! » dit Angie agressive.

« Et toi tu pourrais fermer ta gueule comme ta sœur ! Ça nous ferait des vacances ! » crachai-je.

Oups, la boulette. Les jumelles me regardent bizarrement.

« Je suis persuadée que tu ne parlais pas de MOI Malfoy, alors de qui parles-tu ? »

« Personne, » bougonnai-je

Je pars dans leur jardin, il faut que je mette un maximum de distance entre elles et moi. M*rde elles me rejoignent.

« Tu ne vas pas t'en tirer comme ça mon petit Serpentard ! »

« Qu'as-tu voulu dire. Et ne te défile pas. »

Je leur dis ou pas ? Oh, puis oui, de toute façon leur parents vont leur dire.

« Vous avez une sœur. »

« Mais ouais, c'est ça ! Appelle-nous c*n aussi ! »

« Que tu me crois ou pas je m'en fou, je t'ai dit la vérité. »

J'hausse les épaules et pars m'asseoir. Léana me rejoint.

« C'est vrai ? »

« Oui. »

« Je ne te crois pas. »

« Au contraire, sinon tu ne serais pas la à côté de moi. À moins que ce soit parce que tu es folle de moi ? »

« Euh non. Enfin, je ne suis pas folle de toi Malfoy. Mais j'ai un doute. Pourquoi serais-tu allé inventer une histoire pareille ? » Rougit Léana.

« Vos parents vont vous appeler. »

« LÉANA ! ANGIE ! VENEZ ! » Hurle Mr. Granger

Je fais un de mes sourires, j'avais raison. Je les suis dans le salon.

« C'est vrai ce que Malfoy a dit ? Que nous avons une sœur ? » Demande Angie énervée.

Ma mère me fusille du regard. Oui, j'ai gaffé, ça arrive à tout le monde !

« Oui, vous avez une sœur. »

« Comment s'appelle-t-elle ? Quel âge a-t-elle ? À quoi ressemble-t-elle ? » Interroge Léana.

« Elle s'appelle Hermione. »

« Et ? » Angie est énervée.

« Angie soit plus gentille pour changer ! »

« Mouais, excuse-moi, mais je viens d'apprendre que j'ai une sœur alors je suis en colère si je veux ! »

« Elle a 17 ans et pour la ressemblance, vous n'avez qu'à vous regarder dans le miroir et vous la verrez elle. »

« Nous sommes triplettes ? Comment, je ne me souviens pas d'elle. C'est impossible. »

« Votre sœur a été kidnappée alors que vous aviez 2 ans. »

« Nous n'avons plus eu de nouvelles d'elle depuis ce jour, aucune rançon ou autre chose de ce genre. »

« Où l'avez-vous retrouvée ? »

« Après la guerre et la mort de Lucius, nous fêtions sa mort quand elle est arrivée dans le hall. Elle était très maigre, blanche et elle ne parle plus depuis 2 ans. »

« Comment savez-vous ça ? »

« Mon infâme c*nnard de mari a kidnappé Hermione, et l'a enfermée dans un cachot, le cachot était fermé par un sortilège de magie noire, le cachot ne s'est ouvert qu'à la mort de Lucius. »

« Ma pauvre petite chérie. Comment va-t-elle ? » Pleure Mme Granger

« Elle est faible et tourmentée, » dit ma mère

« Quand pouvons nous la ramener chez nous ? » demande Mr Granger

« Je ne sais pas si c'est une bonne idée, je pense que pour le moment elle doit se reconstruire, la changer d'environnement risquerait de la perturber. Mais vous pourrez venir la voir. »

« De loin, » rajoutai-je.

« Ne t'approche pas de ma sœur ! Sinon on te fait la peau. »

« Personne ne peux l'approcher. Lucius ne l'a pas épargnée durant toutes ces années… »

Ma mère ne peut pas continuer, elle l'a déjà dit à ses parents, sa mère pleure. Je crois que c'est aux Granger de l'annoncer à leurs filles. Nous prenons congé des Granger. Ses parents viennent la voir après avoir expliqué ce qui s'est passé à Angie et Léana.

0o0o0o0o0o0o0o0o0

Alors ? Vous en pensez quoi ?

A suivre …
Reviews ?