Dans ce chapitre, un ptit détour par le chemin de traverse et notre boutique sorcière préférée...

Bonne lecture!


Chapitre 3 : Chocogrenouilles, livres scolaires et grande annonce.


Harry retrouva avec plaisir le Chaudron Baveur. L'endroit n'avait rien de grandiose, mais il était le premier lieu sorcier dans lequel il ait jamais pénétré, et à ce titre, il gardait une petite place particulière dans ses souvenirs. Le bar était d'une propreté et dans un ordre impeccable, et Harry devait bien admettre que depuis que Hannah Abbot avait pris la direction des lieux, il était nettement plus avenant, coloré et chaleureux. Lui-même avait rarement l'occasion de venir, mais d'après Neville, le bar était immanquablement plein à craquer aux heures de pointe, et Hannah devait parfois user de toute sa force de persuasion – ce qui impliquait parfois de brandir sa baguette ou de menacer les clients récalcitrants de l'intervention musclée de son Auror de futur mari – pour faire sortir les attardés.

Pour le moment, le bar était plutôt calme. Seuls quelques habitués étaient accoudés au comptoir et Hannah bavardait aimablement avec eux. Elle leva la tête en entendant la porte s'ouvrir et se refermer et Harry vit un magnifique sourire éclairer son joli visage. Elle rejeta ses boucles blondes en arrière, s'excusa poliment auprès de ses clients et vint dans leur direction. Le groupe de buveurs se tourna à son tour et la suivit des yeux. Une exclamation de surprise mêlée de joie échappa à chacun en voyant les nouveaux arrivants, et certains bondirent même au pied de leur tabouret, comme pour saluer leur entrée. Hannah se pendit au cou de Neville sans aucune retenue, et ce dernier, bien que rougissant, la souleva légèrement de terre à l'aide d'un seul bras pour déposer un baiser sur ses lèvres. A cette vue, Harry ricana avec amusement, Hermione sourit avec bienveillance et Katie leva les yeux au ciel. Hannah salua ensuite chacun d'un avec plaisir, et les invita à la suivre.

« Déjà de retour? » demanda-t-elle d'un air amusé à Neville. « Je te manquais déjà? »

Neville sourit et lui prit tendrement la main.

« Tu as un coin tranquille pour nous? » demanda-t-il tout bas alors que les quatre amis saluaient tour à tour chacun des clients. L'un d'entre eux manqua de renverser son verre de Whisky pur-feu en essayant maladroitement de le dissimuler à leur vue avec un air coupable. Harry fit mine de ne rien remarquer et tous les quatre suivirent finalement Hannah vers un box un peu à l'écart des regards où ils s'installèrent avec plaisir.

«Qu'est-ce que je vous sers? »

« Bierraubeurre » répondit immédiatement Harry et trois « moi aussi » lui firent écho.

« Quatre bierrabeurre, c'est parti! » fit joyeusement Hannah avant de s'éloigner à grands pas. Elle revint quelques instants plus tard avec les boissons demandées et l'édition du jour de la Gazette du sorcier.

« Ça devrait vous intéresser » fit-elle en la déposant entre Harry et Neville.

Harry fut le plus prompt à se saisir du journal vers lequel quatre mains s'étaient tendues. Le titre principal s'étalait en larges lettres au-dessus d'une photo d'Hermione au visage tiré. « Les réformes du ministère font de plus en plus de mécontents » par Harold Sinsket disait le titre, « la popularité d'Hermione Granger en chute libre » annonçait un sous-titre et Harry serra les dents de rage en voyant le nom du journaliste écrit fièrement en lettres scintillantes.

Neville, qui était assis à côté de lui, inclina la tête pour lire, et Katie qui lui faisait face, se leva carrément pour se pencher au dessus de la table et voir les titres. Seule Hermione resta calmement en place, bien que regardant fixement la photo d'elle-même qui ornait la première page, et se réprimanda silencieusement pour sa coupe de cheveux un peu ébouriffée et son air peu assuré. Harry tourna la page pour lire l'article après avoir jeté un bref coup d'œil sur les autres entrefilets de la première page, l'un d'entre eux annonçant l'arrivée en Grande-Bretagne d'une quelconque sorcière américaine qui devait sans doute être connue, un autre affirmant que les naissances dans le monde sorcier étaient en nette augmentation et le troisième indiquant que le ministère de la magie se voulait rassurant au sujet de l'Ecosse. Finalement, Harry posa le journal ouvert à la page de l'article principal, et les têtes de Neville et Katie de rapprochèrent de la sienne pour lire avec lui:

Les mécontents de plus en plus nombreux, par Harold Sinsket.

Le Ministère de la Magie se semble pas se rendre compte du mécontentement grandissant de ses administrés à la suite des différentes mesures annoncées et voulues par la toute jeune chargée des affaires moldues, la célèbre Hermione Granger. Si un certain nombre de ces mesures semblent particulièrement inoffensives – levée partielle des sorts de dissimulation de Poudlard et du village de Pré-au-lard pour autoriser les parents des enfants nés-moldus à visiter l'école – le petit nombre de personnes qu'elles concernent et intéressent, irritent la population magique qui ne peut s'empêcher de se demander pourquoi le Ministère travaille sur des sujets aussi futiles alors que tant d'autres préoccupent nos concitoyens (au premier desquels la rumeur selon laquelle des hordes de loups-garous et de vampires se rassembleraient à la frontière Ecossaise, voir notre article sur les dernières déclarations du ministre à ce sujet en page 4).

De plus, les dernières trouvailles d'Hermione Granger, qui viseraient selon elle à garantir une plus grande équité dans le monde magique, n'ont fait que renforcer la grogne des sorcières et des sorciers, plus particulièrement celles des plus imminentes familles de notre monde, lesquelles se sentent directement visées par la jeune fille. Citons principalement le retrait de l'exonération d'impôts sur les objets de grande valeur magique pour les familles de sorciers de plus de sept générations, l'ajustement de la taxe sur les coffres de Gringotts pour toutes les familles de sorciers quel que soit leur statut de sang au même niveau que l'actuel niveau des familles de nés-moldus et enfin la suppression pure et simple de la hausse de trente pour cent des aides aux familles lors de l'entrée du 3ème enfant à Poudlard. Si on ajoute à cela le fait que de nombreuses familles se sont vus confisquer nombre de leurs biens au lendemain de la guerre au prétexte qu'ils avaient aidés les partisans de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom (bien souvent contre leur gré), la raison de la colère montante de la communauté magique devient évidente, son appauvrissement semblant inexorable si toutes ces lois sont conduites à leur terme.

Mais plus grave encore que tout cela, l'intention avouée de Granger de faire disparaître nombre de traditions ancestrales des sorciers, a définitivement rallié nombre de membres de notre communauté à toutes les associations de défense des droits et traditions des sorciers, dont la plus éminente, 'Traditions sorcières' fondée par les célèbres sorciers feu-Patrick et Annora Spinnet il y a plus de trente ans, a récemment ressurgi de ces cendre par l'intermédiaire de l'héritier spirituel de ses fondateurs, Geoffrey Piquenouille, et dont la popularité ne cesse de croitre au sein de notre communauté.

Interrogée sur les réactions suscitées par toutes ces mesures, Miss Granger s'est refusée à tout commentaire éclairant, indiquant juste qu'elle « prenait note » des réclamations des sorcières et sorciers et que les actions du Ministère n'avaient d'autre but que d'améliorer les conditions de vie du monde magique.

Il serait temps que le Ministère et le Ministre en particulier se rende compte qu'il est clairement permis de douter de cette dernière affirmation au vu de toutes les actions entreprises par Granger depuis sa nomination.

Une réaction forte du Ministre est attendue par ses concitoyens sur ce sujet avant que la situation ne dégénère, alors que par ailleurs on apprend que Miss Granger bénéficie depuis peu de rien moins que de la protection rapprochée du meilleur Auror du Ministère, le très célèbre Harry Potter.

Alors que mademoiselle Granger use déjà sans vergogne de son amitié avec Mr Potter pour augmenter sa côte de popularité – un stratagème déjà largement mis à jour dans nos colonnes - ce nouveau privilège qu'elle s'est octroyée alors que d'autres sujets bien plus pressants, seraient susceptibles d'occuper Mr Potter et le bureau des Aurors, ne manquera pas d'interpeller une nouvelle fois nos concitoyens et de leur rappeler qu'Hermione Granger, semble plus préoccupée par ses propres besoins que par ceux des membres de sa communauté.

Harold Sinsket pour la Gazette du Sorcier.

« Le fourbe! » s'écria Katie qui s'était presque levée, d'une voix blanche dans laquelle tremblait la même colère sourde que celle qui animait Harry alors qu'il refermait bruyamment le journal sans même lire l'article sur l'Ecosse. Hermione profita de cet instant d'inattention pour s'emparer de la gazette qu'elle rouvrit à la page adéquate et entreprit de lire à son tour l'article qui faisait trembler de rage ses trois amis.

« Ce type est le roi de la désinformation » grogna Neville. « Comment ose-t-il mentionner la levée de l'aide à l'entrée du troisième enfant à Poudlard sans préciser que cette aide n'était accordée qu'aux familles de sang-pur? »

« Parce que ce sont les seuls qui existent aux yeux des gens comme lui » commenta Harry sombrement.

« Et dire qu'Hermione veut faire disparaître les traditions ancestrales des sorciers! » cracha Katie, qui s'était rassise, sa voix tremblant d'une fureur à peine contenue.

Harry la regarda curieusement, puis risqua la question qui lui était venue à l'esprit en lisant l'article.

« Il mentionne Patrick et Annora Spinnet » remarqua le jeune homme en s'adressant à son ancienne partenaire de Quidditch. « Ils sont de la famille d'Alicia? »

« Ses parents » répondit immédiatement Katie en détournant les yeux.

Harry hocha lentement la tête. Il savait que les parents d'Alicia Spinnet étaient morts pendant la guerre, mais il n'avait jamais entendu leurs noms jusqu'à aujourd'hui, ou s'il les avait déjà entendus, il les avait oubliés. Il hésita une seconde sur la seconde question qu'il souhaitait poser, sentant que Katie semblait peu disposée à parler de la famille Spinnet, mais Neville la posa pour lui:

« Cette association dont Sinsket parle, elle existe? »

Harry entendit alors Hermione souffler d'agacement, et avant même de lever la tête vers elle, il la devina plus qu'il ne la vit, lever les yeux au ciel. Hermione, bien sur, savait déjà tout de l'association en question, et en savait surement plus long que Katie qui avait été amie avec Alicia presque toute sa vie.

« Oui, elle existe » répondit la jeune femme, ce qui sembla convenir à Katie qui lui laissa la parole de bonne grâce. « Annora Spinnet l'a fondé au début des années 70, dans le but de préserver et de développer la culture sorcière. Contrairement à ce que semble sous-entendre cet article, cette association n'avait au départ aucun but de discrimination à l'égard des nés-moldus. Elle était ouverte à tous, et avait au contraire pour but de mieux faire connaître les traditions sorcières. Malheureusement, quand les idées des mangemorts ont commencé à se répandre, l'association a été récupérée par certains de ses membres pour y diffuser l'idée de la supériorité des sorciers et ont profité du sentiment de soit-disant danger de disparition qui planait sur la culture sorcière pour recruter de nouveaux adeptes et convaincre les sorciers que leur société disparaitrait s'ils ne la protégeaient pas des nés-moldus ignorants. Les Spinnet ont essayé d'abord de combattre ce nouveau courant quand ils se sont rendus compte de ce qui se passait, puis de la dissoudre. Mais c'était trop tard. L'association avait été infiltrée par des mangemorts qui se sont servis de son excellente réputation auprès des sorciers pour en faire un porte-étendard. »

« Et ce Piquenouille, qui est-ce? » demanda Harry.

« Robert Piquenouille était un ami des Spinnet, un des membres les plus anciens de l'association. » répondit Hermione.

«Geoffrey est son fils » expliqua alors Katie. « Les parents d'Alicia l'adoraient. Alicia disait que depuis qu'elle a eu cinq ans, ses parents racontaient à qui voulaient les entendre que Geoffrey et elle finiraient par se marier » ajouta-t-elle en levant les yeux au ciel, comme si c'était l'idée la plus saugrenue qui soit.

« Donc si je comprends bien, Sinsket essaie la même tactique qu'à l'époque? Se servir de la réputation d'une association réputée pour répandre ses idées? » reprit Harry.

« Il semblerait, oui » répondit Hermione, qui continuait de parcourir l'article des yeux.

Elle ne fit pas d'autre commentaire sur l'article, mais elle semblait quelque peu soucieuse, ses sourcils froncés et un pli barrant son front. Elle finit par tourner les pages jusqu'à la page quatre où un court article relatait la situation à la frontière Ecossaise. Elle n'y apprit bien sur rien qu'elle ne sache déjà, et l'article se contentait de citer les déclarations rassurantes de Kingsley Shakelbolt qui indiquait que le Ministère prenait à cœur la situation. Hermione prit pour sa part le temps de lire les autres articles que ses amis avaient délaissés pendant que les trois autres continuaient de commenter la mauvaise foi évidente de Sinsket.

« Il aurait mieux fait de rester aux États-Unis celui-là » grommela Neville avec mauvaise humeur.

Les biéraubeurres étaient désormais vides, et l'ambiance morose.

« Allons à la boutique Weasley » proposa Harry. « Je suis sur que George et Ron auront quelque chose de nouveau à nous montrer »

Les autres approuvèrent, Neville semblant particulièrement heureux à cette idée.

« Ça fait plusieurs semaines que je n'ai pas vu Ron » confirma ce dernier en étant le premier à se lever.

Hannah vint dans sa direction en les voyant bouger, et Harry et les filles restèrent un peu en retrait pour les laisser échanger quelques mots avec un minimum d'intimité. Neville revint vers eux après quelques instants et ils saluèrent Hannah avant de quitter le chaudron baveur par la porte de derrière pour rejoindre le chemin de Traverse.

Harry remonta le col de son manteau et huma l'air frais en observant autour de lui. C'était désormais le milieu de la matinée et la rue était animée, plusieurs passants flânant devant les devantures des magasins colorés. Plusieurs personnes se retournèrent sur eux quand ils avancèrent dans la rue, on leur sourit, des enfants les montrèrent du doigt avec des regards émerveillés. Harry, Hermione et Neville n'y firent pas vraiment attention, tant ils étaient habitués à susciter ce genre de réactions, mais Katie, elle, avait retrouvé le sourire et s'amusait visiblement de la situation. Les quatre amis descendirent la rue d'un bon pas en direction de la boutique Weasley dont on voyait la vitrine flamboyante depuis l'autre bout du chemin de Traverse. Les trois aurors s'étaient instinctivement placés autour d'Hermione sans même se concerter, ce qui fit sourire intérieurement la jeune femme. Ils jetèrent un coup d'œil aux vitrines de Fleury & Bott qui présentaient les nouveaux livres scolaires, à celle de madame Giupure où s'étalaient de belles robes de toutes couleurs, une rouge et or particulièrement belle trônant au milieu, et s'arrêtèrent même devant la boutique de Quidditch où Harry et Katie commentèrent avec passion les améliorations aérodynamiques apportées au nouveau Nimbus 3002 sorti l'été précédent. Finalement, ils passèrent devant Gringott devant laquelle deux gobelins se tenaient prés la porte, chacun se raidissant visiblement quand ils virent passer Harry, puis parvinrent à 'Weasley, Farces pour sorciers facétieux'. Harry poussa la porte et entra le premier, suivi de Katie, puis d'Hermione, Neville fermant la marche. Au comptoir, ce n'était ni Ron, ni George, mais Angelina Johnson qui était en train d'encaisser les achats d'une mère accompagnée de deux garçons qui devaient avoir entre sept et neuf ans. Ils ne se retournèrent pas en les entendant entrer, mais Ron sortit alors de l'arrière boutique. En le voyant apparaître, les deux enfants laissèrent échapper des cris de stupéfaction et l'ainé en laissa même tomber le jouet qu'il tenait serré dans ses bras. Le rouquin, qui s'était apparemment attendu à une réaction de ce type, leva rapidement sa baguette en direction du jouet pour lui éviter de s'écraser sur le sol, et d'un petit mouvement du poignet, le remit dans les bras de son propriétaire qui ouvrit des yeux immenses alors que Ron s'approchait. Tout sourire, le jeune homme salua la mère et tapota la tête des deux garçonnets auprès desquels il s'accroupit.

« Salut » fit-il d'un ton joyeux. « Moi c'est Ron, comment vous vous appelez? »

Les deux petits étaient devenus cramoisis en le voyant s'approcher et semblaient en avoir perdu l'usage de la parole. Ce fut leur mère qui présenta Jake et Mark au rouquin. Derrière le comptoir, Angelina leva les yeux au ciel, de toutes évidences habituée à assister à de telles scènes. Elle remarqua alors les nouveaux arrivants, et son visage s'éclaira d'un grand sourire.

« Bonjour Mr Potter » fit-elle alors sur un ton nonchalant.

A ces mots, les deux gamins et leur mère se retournèrent, et le plus grand des garçon laissa de nouveau échapper son jouet en voyant Harry.

« C'est Harry Potter! » s'écria le plus petit en sautant sur place d'excitation.

Ron fit une moue amusée, et lui et Harry jetèrent un coup d'œil entendu à Angelina qui, évidemment, n'appelait jamais Harry 'Mr Potter'. Le survivant fut bien obligé de s'approcher à son tour, talonné par ses amis. Toute la petite famille dévisageait alternativement Ron et Harry avec une fascination propre à les rendre mal à l'aise, et le plus âgé s'écria:

« Notre grand frère est à Poudlard, il est à Gryffondor comme vous! Et moi aussi, je serais à Gryffondor quand je serais grand! »

Il montra alors fièrement à Harry le bonnet à l'effigie de Gryffongor qu'il gardait dans sa poche de manteau. Harry fit comme Ron un instant plus tôt, et tapota maladroitement la tête du garçonnet alors que Ron approuvait sous le regard réprobateur d'Hermione, et amusé de Neville:

«Tu as bien raison, Gryffondor, c'est les meilleurs! Et comme vous êtes de futurs Gryffondor, j'ai une surprise pour vous! »

Il tendit alors au plus grand une grosse boite neuve de chocogrenouilles qui les fit hurler de plaisir.

« Oh! Merci! Vous voulez bien nous la signer Mr Potter? »

Harry fut pris au dépourvu, mais Angelina lui tendit dans la seconde une plume magique et Harry n'eut d'autre choix que de signer la boite de chocogrenouilles des enfants. Ceux-ci la regardèrent avec des yeux ébahis, comme si la signature d'Harry sur un morceau de carton pouvait avoir en elle-même un pouvoir magique, puis ils tendirent la boite à Ron pour qu'il appose sa propre signature prés de celle de son ami.

« Génial! » s'écria le plus grand. « Leyland va être vert de jalousie! Il faut que papa voit ça! »

Il sortit alors en trombe du magasin, poursuivi par son frère qui hurlait « Laisse moi voir! » et leur mère se confondit en remerciements en tous genres avant de leur courir derrière.

« La rançon de la gloire... » fit Angelina en souriant, en contournant le comptoir pour les saluer.

Elle embrassa d'abord Harry et Hermione qui étaient les plus proches d'elle, puis Katie, qu'elle semblait ravie de voir.

« Tu as bonne mine » fit-elle avec une tendresse presque fraternelle. « Quoique un peu boudeuse »

« Oh, ça! » confirma Neville avec un petit rire en donnant une petite claque dans l'épaule de sa collègue avant d'embrasser Angelina à son tour. « On compte sur toi pour y faire quelque chose! »

« Toujours le succès, Weasley? » s'enquit ensuite Neville avec bonne humeur en serrant Ron dans ses bras.

« Toujours! » fit Ron sur un ton surexcité en bombant un peu le torse. « Et ce n'est pas fini! Il faut que vous voyez ça! »

Disant cela, il attrapa Harry et Hermione chacun par un bras, et les tira derrière lui jusqu'à l'arrière boutique. Celle-ci était dans un désordre édifiant, comme à l'accoutumée, mais cette fois, au lieu des habituels restes d'expériences ratées reposant sur la table centrale, s'y trouvaient plusieurs boites de chocogrenouilles éventrées à la va-vite et des dizaines de cartes y étaient étalées. George Weasley leva la tête de ce beau désordre en les voyant entrer, et leur offrit un grand sourire de bienvenue.

« Mon beau-frère et ma belle-sœur préférés! » claironna-t-il en les voyant. « Et mon Neville préféré! » ajouta-t-il quand le jeune homme fit son entrée.

Il embrassa Hermione sur les deux joues et serra les mains tendues de Harry et Neville. Katie, elle, était restée dans la boutique avec Angelina. Ron se dirigea vers un coin de la table où plusieurs cartes de chocogrenouilles étaient étalées côte à côte et les désigna d'un geste majestueux de la main.

« Tada! » annonça-t-il avec fierté.

Harry vit alors avec une légère surprise son propre visage et ceux de ses amis lui sourire dans les cartes. Des exclamations de surprise fusèrent à ses côtés.

« Ça alors! » s'écria Neville, « Y en a une sur moi! »

Sous leurs yeux s'étalaient quatre cartes de chocogrenouilles aux noms de Harry Potter, Ron Weasley, Hermione Granger et Neville Londubat.

« Elles sont déjà là? » balbutia Harry.

« Oui! » s'écria Ron sur un ton joyeux. « La nouvelle collection! »

Harry prit la sienne avec délicatesse et lut le texte qui était écrit sous le cadre désormais vide:

Harry Potter s'est rendu célèbre en étant le premier et le seul sorcier connu ayant jamais survécu au sort de la mort, ce qui lui a valu le titre de 'Survivant'.Il fut également le plus jeune joueur de Quidditch depuis le siècle dernier après avoir obtenu le poste d'Attrapeur dans l'équipe de Gryffondor lors de sa première année à Poudlard en 1991. Il est également connu pour avoir découvert la Chambre des Secrets de Salazar Serpentard et pour y avoir vaincu le monstre qui l'habitait qui se révéla être un basilique, lors de sa seconde année à Poudlard. A également été le plus jeune participant au tournoi des trois sorciers et a remporté le tournoi en question à l'age de 14 ans en 1995. Est également devenu le dernier maitre de la mort en se rendant propriétaire des trois reliques de la mort. Mais plus encore, il est particulièrement célèbre pour la défaite du plus dangereux mage noir de tous les temps, Lord Voldemort en 1998, et pour son travail à révolutionner le Ministère de la Magie depuis.

Il se tourna vers ses amis, tendit sa carte à Hermione qui lui passa la sienne et les quatre cartes passèrent ainsi de mains en mains. Harry ressentit une étrange émotion en voyant leurs noms et leurs visages sur les cartes et en y lisant leurs accomplissements. Il avait toujours été célèbre depuis qu'il avait mis les pieds dans le monde de la magie et sa célébrité depuis la victoire sur Voldemort était devenu plus grande encore et ne s'était jamais démentie depuis. Mais il s'agissait là d'une nouvelle forme de célébrité : une carte de chocogrenouille, c'était une entrée dans la légende. Il se souvenait encore de Dumbledore disant qu'on pouvait bien lui prendre tous ses titres tant qu'on lui laissait sa carte de chocogrenouille. Il imagina les deux enfants qui venaient de sortir du magasin, ouvrant leur boite offerte par Ron et tombant sur une carte de lui. Malgré lui, il ressentit une certaine fierté en pensant aux cris de joie et de surprise que cela procurerait aux gamins.

« Maman ne va parler que de ça pendant des jours » fit George en prenant un faux air agacé.

« Des semaines, tu veux dire » corrigea Ron d'un air ravi.

« Oh, mon ptit Ronaldinouchet a sa propre carte de chocogrenouille » reprit George dans une imitation assez convaincante de sa mère. « C'est le plus grand accomplissement de la famille. Je suis si fière de toi mon ptit Ronaldinouchet! »

Il fit semblant d'écraser une larme de joie imaginaire et Harry rit de bon cœur avec Neville et Hermione qui s'en tenait les côtes. Ron, pour sa part, donna un petit coup de coude à son frère, mais aucune de ses moqueries ne semblait pouvoir entamer sa bonne humeur.

« Je ne pensais pas que cette nouvelle collection sortirait si vite » commenta finalement Hermione quand elle eut repris son calme alors que George mimait toujours les larmes de joie de Mrs Weasley pour le plus grand amusement de Neville et Harry.

« Elles devaient déjà sortir pour la rentrée » expliqua Ron, « mais il y a eu un peu de retard, du coup, ils les sortent maintenant, pour qu'elles soient prêtes pour Noël! »

« Ça va être bon pour les affaires non? » demanda Harry en se tournant vers George.

« Excellent! » confirma George. « C'est déjà excellent pour les affaires d'avoir un frère célèbre, une belle sœur célèbre, un beau frère plus célèbre que célèbre. Certaines personnes ne viennent dans la boutique que dans l'espoir d'apercevoir l'un d'entre vous ou que Ron leur fasse lui-même les démonstrations de nos dernières nouveautés. C'en est limite vexant. Alors maintenant, avec les cartes de chocogrenouilles? A nous la fortune! » conclut-il sur un ton faussement dramatique.

« George Weasley! » s'écria alors la voix d'Angelina. « Pour être fortuné, il faut travailler! »

Ils sortirent alors de l'arrière boutique et George envoya un faux sourire d'excuse à Angelina, avant d'entrainer toute la petite troupe derrière un rayonnage.

« Il faut que tu voies nos nouveautés Harry » fit-il, approuvé bruyamment par Ron.

George les conduisit dans l'allée centrale où des boites de toutes tailles étaient présentées aux visiteurs.

« Tout ça fait fureur! » annonça le rouquin en montrant d'abord une reproduction assez réussie du choixpeau magique. « Tout d'abord notre nouvelle édition spéciale du choixpeau magique! »

Il le sortit de son emballage et le tendit à Harry qui le prit de bon cœur, bien qu'il connaisse déjà ce jouet dont une précédente version avait déjà comblé les étagères de la boutique l'année précédente. Il s'en coiffa résolument et poussa alors un petit cri de surprise : quelque chose venait de lui tomber sur la tête. Il souleva le faux choixpeau qui venait tout de même de s'écrier « Gryffondor » d'une voix stridente, et un objet en métal poli lui glissa sur la tête et tomba par terre. Une mini épée de Gryffondor venait de tomber du choixpeau. Harry rit de bon cœur en ramassant l'objet.

« C'est notre nouveauté » fit fièrement George, « on y travaille depuis pas mal de temps avec Ron, c'est l'édition spéciale Gryffondor! »

« Nul doute qu'elle va faire fureur! » admit Harry alors que George leur montrait maintenant une petite boite sur laquelle était écrite en lettres brillantes «DeviensHarryPotter! ». Il ouvrit la boite dont il sortit une petite fiole qu'il tendit à Hermione. Celle-ci la regarda d'un air suspicieux ce qui fit rire le jumeau.

« C'est rien de dangereux » promit-il en riant et en levant les mains en signe de bonne foi. « Je n'oserais pas m'en prendre à la célèbre Hermione Granger, surtout entourée de tous ces aurors. »

Hermione grimaça dans sa direction mais ne se décida pas à boire le contenu de la fiole.

« Allez Hermione » encouragea Ron, « si tu ne fais pas confiance à George, tu peux au moins me faire confiance à moi! » Ce disant, il passa un bras qu'il voulait rassurant autour de ses épaules. Hermione leva les yeux au ciel et se dégagea, mais elle finit quand même par ouvrir la fiole et en avaler le contenu d'une traite. Immédiatement, ses cheveux se teintèrent partiellement de brun et se mélangèrent en désordre, une paire de lunettes rondes, réplique parfaite de celles d'Harry, sautèrent sur son nez dans un joli 'plop', et une cicatrice en forme d'éclair apparut sur son front. Harry et Neville éclatèrent de rire et applaudirent joyeusement.

« Très réussi » apprécia Harry sincèrement.

Hermione se plaça en face d'un miroir au bout du rayonnage et sourit à son tour.

« Pas mal, pas mal » admit-elle. Puis elle leva sa baguette « Finite » prononça-t-elle avec nonchalance, et elle reprit son apparence normale instantanément.

George leur montra ensuite une série de poupées à l'effigie de Harry, la meilleure vente le présentant avec les trois reliques de la mort dans les mains, puis des affiches le présentant tout sourire puis soudain tirant la langue à ceux qui le regardaient trop longtemps. Harry se souvint en riant de l'après-midi entière qu'il avait fallu à George, Ron et lui pour capturer ce moment. Puis, il y eut une série de mini-dragons qui s'envolaient sur un petit coup de baguette magique et qui d'après George, avaient déjà fait des ravages dans les salles de classes de Poudlard. Ron raconta même que lui et George avaient reçu une lettre furieuse de MacGonagall leur enjoignant de cesser la vente de ce jouet, sans quoi elle se verrait dans l'obligation de venir leur rendre personnellement visite. Elle n'était toujours pas venue, et le succès du dragon miniature - qui d'après les rumeurs, adorait pincer les fesses de ses victimes - ne se démentait pas. Enfin, George finit la visite en leur présentant leurs dernières trouvailles en matière de bonbons déclencheurs de catastrophes – un bonbon qui se mettait à hurler quand on le croquait, un caramel qui ne se laissait pas mastiquer sans résister, une sucette qui faisait cracher du feu ou encore des pastilles qui donnaient une haleine pestilentielle qu'Harry manqua de recracher à peine il en eut mis une dans sa bouche.

George aurait sans doute pu passer encore du temps à leur montrer tout le magasin, mais Angelina vint se planter dans l'allée devant lui comme il s'apprêtait à changer de rayon, les bras croisés, les sourcils haussés.

«Ils connaissent déjà la boutique par cœur, George » affirma-t-elle. « Et même si ce n'était pas le cas, je suis sure qu'ils pourraient se débrouiller tous seuls pour explorer, contrairement aux chocogrenouilles qui ne vont pas se ranger toutes seules! »

« J'arrive tout de suite ma chérie » promit George.

« On va vous laisser faire » fit alors Ron. « Nous, on va aller faire un tour chez Fleury et Bott, il paraît qu'il y a des nouveautés très intéressantes... »

« Ron Weasley, qui a déballé tous ces paquets de chocogrenouilles? » demanda Angelina en arquant un sourcil inquisiteur dans sa direction.

Ron prit un air tout penaud, qui sembla suffisant pour amadouer la jeune femme.

« Allez, filez » fit-elle en faisant un petit signe de la main vers la porte. « Mais revenez nous dire au-revoir avant de partir»

« Evidemment » répondit Hermione, et ils sortirent tous les quatre – Ron, Harry, Hermione et Neville- dans la rue.

Dehors, plusieurs personnes qui les regardaient à travers la vitrine, retournèrent brusquement à leurs activités et plusieurs « Bonjour Mr Potter, Miss Granger, Mr Weasley » les saluèrent. Ils répondirent poliment et s'éloignèrent.

« Tu n'as pas besoin de passer chez Gringotts? » demanda Ron à Harry avec un petit rire.

« Non, j'ai tout ce qu'il faut » répliqua Harry avec un sourire en passant machinalement la main dans sa poche.

« Dommage » répondit Ron avec un air déçu.

« Arrête de vouloir tourmenter ces pauvres gobelins » le gronda Hermione.

« J'y peux rien » fit Ron d'un air rêveur. « J'adore voir leurs têtes quand on rentre. J'ai toujours l'impression qu'ils imaginent qu'on va ressortir à dos de dragon! »

C'était vrai. Harry avait toujours cette désagréable impression d'être scruté d'un air suspicieux dès qu'il entrait dans Gringotts désormais. Et les rares fois où il y était entré avec Hermione et Ron, cela avait été pire encore. Il évitait désormais de renouveler l'expérience.

Ils remontèrent la rue jusqu'à Fleury & Bott, emmenés par Ron qui avait rapidement oublié ses rêves de gobelins terrifiés à sa vue.

« Bonjour Monsieur Weasley » s'écria le libraire en le voyant entrer. « Ravi de vous... Oh! Monsieur Potter, Miss Granger! Et Mr Londubat! »

Il sortit de derrière son comptoir et vint les saluer chaleureusement.

« Il y a de nouveaux ouvrages qui devraient vous intéresser, n'hésitez pas, prenez ce que vous voulez, Mr Potter »

« Merci, merci » fit Harry un peu gêné. Il regarda autour de lui, mais la boutique était presque déserte. Dans un coin de la boutique, seule une femme rousse d'une trentaine d'années, semblait être présente, et si elle se retourna quand le libraire vint les saluer, elle ne leur accorda rien de plus qu'un regard.

Ron mena ses amis jusqu'à un présentoir sur lequel trônaient plusieurs manuels scolaires destinés aux élèves de Poudlard. Il prit 'Histoire contemporaine du monde magique – 5ème année' et le feuilleta rapidement jusqu'à la page qu'il cherchait.

« Regardez ça! » fit-il sur un ton ravi.

Ses trois amis se penchèrent par dessus son épaule pour voir la double page qu'il leur montrait. Un portrait d'un Harry ultra-sérieux occupait presque entièrement la double page sous le titre « Ladeuxièmeguerredessorciers ».Ron tourna la page, et les photos de chacun des trois autres et du professeur Dumbledore apparurent chacune dans un encart. Il tourna de nouveau, et cette fois, plusieurs photos plus petites montraient Kingsley Shakelbolt et les membres de l'Ordre du Phoenix.

« C'est un livre d'Histoire! » s'écria Ron joyeusement. « On est dans les livres d'Histoire! »

« Oh, mon ptit Ronaldinouchet est dans les livres d'Histoire! » fit alors Hermione en imitant George un peu plus tôt.

Harry se mit à rire mais donna un tape joyeuse dans le dos de Ron.

« Et dans les chocogrenouilles! »

Ils feuilletèrent le manuel qui passa de main en main avant de retourner à sa place sur le rayonnage. La femme rousse était venue dans le rayon prés d'eux, mais ne leur prêta pas particulièrement attention, se contentant de prendre 'Sorciers et sorcières célèbres de notre siècle' et de le feuilleter en silence.

« On est dans celui-là aussi » souffla Ron à l'oreille de Harry en montrant le livre.

« On est aussi dans celui-là » grogna Hermione qui s'était éloignée de quelques pas, et revint en leur collant sous le nez 'Harry Potter, la petite histoire dans la grande, par Rita Skeeter'. Harry soupira de lassitude, mais cela fit rire Ron.

« Que veux-tu mon vieux, tu es une source d'inspiration inépuisable pour cette chère Rita! »

« C'est déjà la troisième réédition » protesta Harry. « Elle pourrait me lâcher un peu maintenant »

Ron voulut faire un geste pour saisir le livre, mais Hermione le rapportait déjà d'où il venait et le reposa sur le pile sans même l'avoir ouvert avec un air dégouté, comme s'il s'agissait d'un objet pestiféré.

« Il est presque midi » remarqua Hermione. « Nous devrions repasser à la boutique et rentrer au ministère »

Harry hocha la tête, et Ron et Neville reposèrent leurs exemplaires de 'Sorciers et sorcières célèbres de notre siècle' avant de suivre Harry et Hermione à l'extérieur.

Ils redescendirent la rue jusqu'à la boutique de farces et attrapes que George s'apprêtait à fermer pour la pause de midi. A l'intérieur, Katie et Angelina étaient en grande discussion dans l'arrière boutique qui avait partiellement retrouvé un aspect acceptable.

« Nous allons rentrer au ministère » annonça Hermione. « Merci pour cet agréable moment »

« Vous partez déjà? » demanda Angelina d'un air déçu.

« Pas avant qu'on vous dise quelque chose! » s'écria George en revenant presque en courant de la porte du magasin. Il vint prés d'Angelina, et passa son bras autour de ses épaules avec tendresse. Elle lui rendit le geste et ils se sourirent, et Harry comprit immédiatement ce qui allait suivre.

« Angie et moi allons nous marier » annonça George sans autre préambule.

« Oh! » s'écria Katie.

« Félicitations! » répliqua Hermione.

« Et tu ne m'as rien dit? » protesta Ron. « Je suis ton frère! »

George et Angelina se mirent à rire.

« On voulait vous l'annoncer en premier » leur dit-il. « Mais ne dites rien à Maman ou elle va encore avoir des projets de grandeurs. Pas question pour nous de vous refaire subir l'épreuve du mariage de Bill, ou pire encore, celui de Percy »

« Tu n'échapperas pas à l'organisation d'un mariage par Maman, George » fit Ron d'un air goguenard. « Elle doit déjà être en train de le préparer de toutes façons à l'heure qu'il est. Juste au cas où »

« Les mères ont un sixième sens pour ce genre de choses » approuva Hermione. « Je crains aussi qu'il soit difficile de lui cacher pareille nouvelle! »

« En tous cas, je suis ravi pour vous » fit Harry en tendant la main à George qu'il serra chaleureusement. Et il l'était vraiment. La relation de ces deux-là avait fait lever quelques sourcils dubitatifs au début, du fait de la relation passée entre Angelina et Fred, mais ils avaient fini par convaincre tout le monde à la grande joie de Harry qui aimait beaucoup le jeune couple. De plus, il était certain qu'on s'amuserait beaucoup plus au mariage de George qu'à celui de Percy. Derrière lui, Neville suivit son exemple et secoua à son tour la main de George alors qu'Harry relayait Hermione pour embrasser Angelina. Tout le monde congratula le jeune couple à son tour et on échangea joyeusement sur le sujet pendant quelques minutes, Ron prédisant toutes sortes de catastrophes d'origine maternelles à George sous les regards rieurs de Harry et Neville, pendant que Hermione et Katie – qui était littéralement pendue à Angelina et semblait avoir enfin oublié toute sa mauvaise humeur matinale – essayaient de glaner des informations sur la manière dont George l'avait demandée en mariage.

Finalement, ils quittèrent la boutique tous ensemble et remontèrent le chemin de Traverse jusqu'au Chaudron Baveur en discutant joyeusement, avant de se séparer devant le pub.

« Nous retournons au ministère » annonça Harry en serrant la main à George puis à Neville et après avoir embrassé les filles. « On se voit ce soir Ron, et dans une semaine, Neville, Katie. »

Il adressa un clin d'œil à ses amis, en particulier à Katie, dont la mauvaise humeur était revenue aussi vite qu'elle avait été chassée par l'annonce du mariage.

« Raccompagne-la » glissa-t-il à Neville qui leva le pouce en signe d'approbation.

« Profitez bien de vos vacances » ajouta Hermione en serrant les deux jeunes gens dans ses bras à son tour.

Elle embrassa ensuite rapidement Ron, et après encore quelques mots échangés, le petit groupe se dispersa, chacun retournant à ses occupations.


Joyeuses fêtes à tous!

N'hésitez pas à laisser un ptit mot pour donner votre avis!

La suite quelque part au mois de Janvier!