2 ans et demi plus tard…

- Bon aller, ça suffit, vous êtes assez propre pour aujourd'hui jeune homme !

Sara sortit Aaron de la baignoire, le déposa, grelottant, sur le tapis de sol imbibé d'eau et l'emmitoufla dans une épaisse et moelleuse serviette de bain. Accroupie devant lui, elle frictionna ses cheveux puis tout son petit corps pour le sécher.

- Ai froid, souffla-t-il.

- Oui, on fait vite.

Sara attrapa les vêtements de fils posés à côté du lavabo, commença par lui enfiler son slip puis déplia son pantalon avant de se figer en le fixant.

- Mince, attends, je me suis trompée, réalisa-t-elle. C'est pas cet ensemble-là que je voulais te mettre. Je vais chercher les bons vêtements, bouge pas d'ici, ordonna-t-elle à Aaron qui hocha la tête.

Elle se redressa, ouvrit la bonde de la baignoire au passage pour la vidanger - bien que la grande partie de l'eau qu'elle contenait initialement se trouvât désormais sur le sol de la salle de bain - et quitta la pièce pour se rendre dans la chambre de son fils. Elle était en train de prendre le pantalon qu'elle voulait et la chemise qui allait avec dans la penderie lorsqu'elle entendit Michael monter les escaliers.

- Sara ?

- Je suis là, indiqua-t-elle.

Le son de sa voix guida Michael qui la rejoignit dans la chambre.

- Je reviens de chez Lizzie, murmura-t-il, c'est bon, j'ai le cadeau... Elle est gentille mais elle a pas arrêté de me mordiller les mains, rapporta-t-il dans une grimace en regardant le dos de sa main marqué de petits points rouges.

- Qui ça ? Lizzie ? pouffa Sara.

- Mais non, la chienne.

Sara referma les portes de la penderie et se tourna vers Michael.

- Tu l'as mise où ?

- Dans le garage… Qu'est-ce que t'as fabriqué pour être trempée comme ça ? s'étonna-t-il en découvrant le tee-shirt de Sara aspergé d'eau.

- Oh bah j'ai donné son bain à ton fils. Et évidemment il a voulu jouer au petit poisson qui plonge, frétille, et qui éventuellement se bat contre un requin imaginaire. Et si je dis que la salle de bain ressemble à une piscine c'est un doux euphémisme, soupira-t-elle avec douleur tandis que Michael esquissait un sourire amusé qu'il tenta de faire compatissant.

- Mon pauvre amour, souffla-t-il en saisissant son visage entre ses mains pour venir sceller ses lèvres aux siennes.

Ils entendirent soudainement un petit rire, tournèrent la tête vers la porte de la chambre et eurent juste le temps d'apercevoir Aaron qui se tenait dans l'encadrement, portant son slip pour seul vêtement, avant qu'il ne détalle en rigolant, visiblement amusé d'avoir surpris la douce étreinte de ses parents.

- Tu me rappelles pourquoi on s'est donnés tant de mal pour le faire celui-là ? demanda Michael d'un ton faussement affligé.

- Et bien parce que… euh… non, je sais pas, capitula Sara en laissant tomber sa tête contre le torse de Michael qui lui déposa un baiser sur les cheveux.

- Vas t'occuper de l'habiller, je me charge de nettoyer la salle de bain.

- Merci, apprécia-t-elle avant de quitter la chambre.

Sur le palier, elle balaya les lieux du regard à la recherche de son fils.

- Aaron ? l'appela-t-elle. Où est-ce qu'il est passé… Aaron ?

- Il est dans ma chambre, indiqua la voix de Neena.

Son petit pantalon et sa petite chemise à la main, Sara s'avança jusqu'à la chambre de son aînée et découvrit avec amusement un petit pied qui dépassait de sous le lit.

- T'es sûre qu'il est ici ? demanda-t-elle innocemment en échangeant un regard complice avec Neena qui se brossait les cheveux. Parce que je le vois pas moi.

Elle entendit Aaron étouffer un petit rire. Elle s'approcha doucement du lit et se pencha d'un mouvement vif pour surprendre son fils.

- Je t'ai trouvé ! s'exclama-t-elle en tendant une main pour tenter d'atteindre Aaron qui poussa un petit cri de surprise avant d'éclater de rire et de se carapater à quatre pattes sur la moquette. Bon aller, stop maintenant, supplia-t-elle en se redressant. J'ai pas le temps de m'amuser à te courir après. Tout le monde va bientôt arriver et j'ai même pas encore pris ma douche - quoique j'ai un peu partagé ton bain, marmonna-t-elle en s'approchant de Aaron qui s'était lové contre l'énorme ours en peluche assis dans un coin de la chambre.

Elle s'accroupit devant son fils qui voulut bien se laisser habiller.

- Maman, tu pourras me faire une tresse ? demanda Neena.

- Oui chérie, dès que j'ai fini de redonner une apparence décente à ton frère…

Sara enfila son pantalon à Aaron puis lui passa sa chemise. Une fois qu'elle eût terminé de la boutonner, il vint se blottir contre elle et referma ses petits bras autour de son cou pour un câlin.

- T'aime maman, murmura-t-il.

- Je t'aime aussi trésor, souffla-t-elle en lui déposant un bisou sur la joue. Aller, file maintenant, ordonna-t-elle en lui donnant une petite tape sur les fesses.

Et tandis qu'Aaron quittait la chambre de sa sœur en sautillant, Sara se redressa et s'approcha de Neena pour la coiffer, rassemblant ses longs cheveux sur sa nuque afin de les tresser.

- C'est bon, déclara-t-elle en resserrant d'un dernier tour l'élastique qui maintiendrait la natte.

- Merci. Est-ce que je peux aller regarder la fin de Mulan en attendant qu'ils arrivent ? demanda Neena.

- Oui. Et prends ton frère avec toi pour l'avoir à l'œil le temps que je prenne ma douche, la pria Sara en élevant la voix alors que Neena était déjà sortie de sa chambre.

- D'accord, l'entendit-elle répondre.

Elle planta ses poings sur ses hanches et poussa un petit soupir épuisé mais satisfait.

oOo

Fin prête, Sara faisait une dernière fois le tour de la table dressée pour en peaufiner l'agencement. D'ici une demi-heure, Lincoln, Veronica et Noah, LJ et sa copine Kitty, David, Lizzie et leurs deux terreurs quoique quelque peu assagies, Sucre, Maricruz et leur fille ainsi que les deux papys gâteaux Frank et Aldo arriveraient pour fêter l'anniversaire de Neena. Une soirée animée, très animée en perspective mais une soirée comme Sara les aimait. Elle ajustait machinalement la position d'un couteau quand elle vit Michael revenir du garage.

- Est-ce qu'on peut y aller ? demanda-t-il dans un murmure. Parce qu'elle s'impatiente et pour passer le temps elle a rien trouvé de mieux à faire que de commencer à ronger l'escalier du grenier.

Sara pouffa de rire.

- Ouais, on y va.

Elle se rendit avec Michael au salon et constata que c'était le générique de fin du dessin animé qui défilait sur l'écran de télévision.

- C'est fini ? demanda-t-elle quand même.

- Oui, confirma Neena qui était avachie sur le canapé avec son frère blotti contre son bras.

Sara vint s'asseoir sur le bord de la table basse pour leur faire face tandis que Michael restait debout à côté d'elle.

- Bon, on va te donner ton cadeau maintenant, annonça-t-elle à sa fille. Tu veux bien ?

- On attend pas les autres ? s'étonna Neena.

- Non, répondit Michael. Alors ? Tu le veux ?

- Oui !

Il quitta le salon sous le regard intrigué de Neena tandis qu'Aaron descendait du canapé pour venir se blottir dans les bras de Sara. Après quelques secondes Michael réapparut avec une petite boule de poils qu'il déposa sur le sol. Un épais ruban de soie rouge noué autour de son cou, le chiot galopa jusqu'à Neena qui s'était agenouillée sur le tapis pour le réceptionner.

- Oh ! s'exclama la fillette avant de se mettre à rire quand la petite Golden Retriever lui léchouilla frénétiquement les mains. C'est un des bébés de Dianka ?

- Oui, c'est Ginny, indiqua Michael.

- C'était ma préférée ! se ravit Neena.

- C'est pour ça qu'on a choisi celle-là.

- Mais les autres, qui va s'en occuper ?

- Et bien Lizzie va leur trouver de gentils maîtres, on allait pas prendre les six quand même !

- C'est un chien, commenta Aaron qui semblait ne pas en revenir en pointant son doigt vers l'animal qui s'était couché sur le dos et se faisait gratter le ventre par sa jeune maîtresse.

- Oui, confirma Sara avec amusement avant de plaquer un bisou sur la tempe de son fils. Tu peux aller le caresser si tu veux, lui murmura-t-elle à l'oreille.

Aaron se laissa alors tomber à quatre pattes sur le tapis et s'avança jusqu'à la chienne qu'il câlina d'abord avec hésitation avant de rapidement prendre confiance, encouragé du regard par Sara.

- Alors il te plaît ton cadeau ? demanda Michael à Neena.

- Oui, je suis trop contente ! s'enthousiasma-t-elle en se levant du tapis pour venir embrasser son père. Merci !

- Joyeux anniversaire princesse, souffla-t-il.

Puis Neena alla enlacer sa mère.

- Merci !

- De rien. Mais tu sais que Ginny n'est pas une peluche, lui rappela Sara. C'est un petit être vivant dont il va falloir s'occuper.

- Je m'occuperai bien d'elle, promit Neena.

- Oui… Bon anniversaire chérie.

Sara embrassa tendrement sa fille qui repartit ensuite auprès de Ginny. Bientôt la petite chienne se remit sur ses pattes et commença à trottiner dans le salon, zigzaguant sa truffe collée au sol pour découvrir les lieux avec Neena et Aaron à ses trousses. Un sourire attendri au bord des lèvres, Michael et Sara les regardèrent déambuler dans la pièce jusqu'à ce que la minuterie du four rappelle la maîtresse de maison à ses obligations. Sara se leva de la table basse pour se rendre à la cuisine. Michael lui emboîta le pas.

Alors qu'elle jetait un coup d'œil dans le four pour vérifier la cuisson de la viande, il alla s'emparer d'un des petits cupcakes colorés destinés à clôturer le repas et y planta une bougie attrapée parmi les sept posées près de réfrigérateur. À l'aide du briquet qui les accompagnait, il alluma la petite bougie avant de s'approcher de Sara qui venait de refermer la porte du four.

- Joyeux anniversaire à nous aussi, susurra-t-il de sa voix suave.

Sara porta son regard sur la petite flamme qui dansait au sommet de la bougie, esquissa un sourire puis releva les yeux vers Michael. Tous les ans, lorsque Neena fêtait son anniversaire, ils célébraient également celui de leur toute première rencontre en lui ajoutant une année de plus. Sara souffla la bougie symbolique avant de venir nouer ses bras autour du cou de Michael tandis qu'il reposait le petit gâteau sur la paillasse.

- Je t'aime, murmura-t-elle, son regard profondément ancré au sien.

- Je t'aime aussi, souffla-t-il avant de sceller leurs lèvres.

Comme les précieux alcools que le temps rend meilleurs, ils partagèrent un long baiser à la saveur façonnée de manière exquise par huit ans d'un amour qui s'était fait et se faisait encore tous les matins plus fort que la veille. Et avec l'impression d'être seuls au monde dans leur cuisine, ils se laissèrent griser par l'ivresse de leur passion intacte.

- Non ! Ginny ! Attention !

La mise en garde de Neena les ramena brusquement à la réalité. Interrompus mais toujours étroitement enlacés, Michael et Sara froncèrent les sourcils avec douleur en percevant un vacarme évoquant la chute du valet de cheminée. Il y eut quelques secondes de flottement puis…

- C'est rien, c'est pas cassé ! cria Neena depuis le salon pour rassurer ses parents.

- C'est pas cassé ! répéta son frère pour confirmer.

Sara tenta de contenir un sourire amusé. Michael perdit son regard au loin en secouant la tête avec désolation.

- Mais quelle idée on a eu là, se navra-t-il dans un soupir.

- Attends, on a connu pire qu'un chiot turbulent, on devrait pouvoir s'en sortir, non ?

Michael afficha une grimace exagérément sceptique et Sara pouffa de rire avant de redéposer ses lèvres sur les siennes.