Harem

Le quadragénaire secoua tristement la tête avant de border consciencieusement la couverture de son côté.

De l'autre, une jeune femme d'à peine vingt ans fit de même.
Entre eux, leur pope dormait enfin.

"- Combien de temps ?"

"- Avec ce que je lui ai mit ? Au moins quatre heures." Sourit tristement la jeune fille en agitant un flacon de somnifère vide.

Le quadragénaire soupira.

Il n'aimait pas voir son pope dans cet état. Aucun des habitants du Harem n'aimait le voir aussi mal en point mais ils ne pouvaient pas faire grand-chose.

Il ne se passait plus une nuit sans que Shion ne vienne les voir.

Les choses allaient bien pourtant au début.

Tous les chevaliers d'Athéna étaient revenus à la vie cinq ans plus tôt, quelques jours après que la conjonction planétaire provoquée par Hadès se soit interrompue.

Les douze maisons détruites ou peu s'en fallait, Shion avait reprit ses robes de Pope à regret sur l'insistance d'Athéna et avait invité tous les chevaliers sans toit à loger dans son Temple.
Tout c'était bien passé au début.

Ho, le pope se sentait bien un peu à l'écart de ses jeunes confrères, mais ce n'était pas bien méchant.

Il les voyait tous les jours, s'était réjouit avec eux des couples qui s'étaient formés, profitait de la présence de son fils de cœur avec lequel il pouvait passer des heures à jouer aux échecs et partageait les bains le soir avec une phalange de jeunes hommes enthousiastes qui prenaient plaisir à faire des batailles d'eau dans les grands Bains du palais.

Cela avait duré un an.

Le Quadragénaire caressa la joue du pope.

Il l'avait rencontré bien des années avant. Il n'avait pas encore quinze ans mais faisait déjà le trottoir dans les rues d'Athènes pour survivre.

Le pope, habillé pour une fois en civil et cherchant à échapper pour quelques heures à sa charge épuisante avant invité le gamin à le suivre.

Quand il y pensait, le courtisan ne savait pas vraiment pourquoi il avait suivit le vieillard jusqu'au Sanctuaire.
Shion ne lui avait pas caché pour quoi il lui proposait de venir.
La même chose que dans la rue…nourrit, logé et blanchit en plus.

Il avait accepté et ne l'avait jamais regretté.

A sa grande stupéfaction, personne ne l'avait touché jusqu'à ce qu'il se propose lui-même aux gardes et chevaliers qui venaient au Harem.

Il avait apprit à connaître nombre des chevaliers de la génération précédente alors.

Les ors actuels n'étaient même pas nés et leurs prédécesseurs avaient entre quarante et soixante ans.

Comme tous les autres courtisant et concubines, il avait rapidement appris à aimer son rôle auprès d'eux.

Ils n'étaient que des prostitués bien sur. Mais ils étaient là pour soulager à défaut de soigner les peines de cœurs des mortels les plus puissants de la planète.
Et…c'était bon de se sentir utile…

Shion soupira dans son sommeil et s'enterra un peu plus entre les deux catins qui veillaient sur son sommeil.

Le quadragénaire n'était pas le plus vieux locataire des lieux mais presque.
Avec le temps, nombreux étaient celles et ceux qui se fatiguaient de leur rôle au Sanctuaire et demandaient à partir.

Quelque soit le pope, ils recevaient tous de quoi recommencer leur vie ailleurs et la possibilité de revenir au Sanctuaire quand ils le voulaient. Certains choisissaient de devenir des serviteurs "normaux" d'autres retournaient dans leurs pays d'origine, certaines femmes s'installaient dans le petit village en contre bas pour élever le ou les enfants que leur métier leur avait donné…
Personne ne cherchait à savoir qui avait produit un rejeton. C'était un silence tacite qui permettait un certaine renouvellement des générations parmi les chevaliers aussi bien que parmi les gardes ou les serviteurs.

Les membres du harem étaient une caste chérie par ceux qui avaient l'habitude d'avoir recours à leurs services.
Et le pope était probablement le plus consommateur de tous.

Ho, bien sur, le quadragénaire ne pouvait pas parler pour les précédents, mais Shion avait toujours été des plus gentils avec eux. Il avait ses préférés bien sur. Mais il ne manquait jamais de saluer tout le monde et de souhaiter un bon anniversaire.

Même Saga avait été particulièrement gracieux avec les catins des deux sexes, quand bien même il n'approchait pas les garçons.
Eux avaient su la mort de Shion et la prise de pouvoir de Saga.
Mais personne ne leur posait de question.
Et ils n'auraient jamais parlés de toute façon.

A leur façon de soulager les corps et d'adoucir l'esprit, étaient un mélange incertain de prêtres qui taise confession et de médecin qui gardent secret médical.

Et depuis quatre ans, s'ils n'avaient pas la moindre visite des chevaliers d'ors, tous en couples ou absents, ils avaient de plus en plus de travail.

La majorité des argents, puis des jeunes bronzes, étaient arrivés à un âge ou leurs hormones commençaient à les déranger, suffisamment pour que le pope se souvienne que "ca aussi" faisait partie de son rôle et les introduisent l'un après l'autre, auprès des locataires du harem.

Le Quadragénaire eut un petit sourire amusé.

Il était toujours amusant de voir les jeunes chevaliers, drapés dans leur force et leur orgueil, se faire plus timide que des alouettes des bois lorsque les vêtements commençaient à tomber.

"- Kleytus ? Il dort ?"

Le quadragénaire hocha la tête et se poussa un peu pour faire de la place à un jeune prostitué noir de vingt cinq ans environ.

Le jeune homme effleura doucement les cheveux du pope.

Comme Kleytus et les quelques autres chouchous de Shion, il se faisait un point d'honneur de toujours être là lorsque le pope venait les voir.

Ils appartenaient aux Harem, certes. Mais leur loyauté première allait à leur pope.

Eux avaient toujours refusés de servir Saga. Le pope auto proclamé ne le leur avait jamais reprochés du moment qu'ils ne se présentaient pas devant lui.

La jeune femme allongée contre Shion s'appuya sur le coude.

"- Shhh…Vous allez le réveiller !"

Avec le mal qu'elle et Kleytus s'étaient donnés pour l'épuiser assez pour que le somnifère fasse son effet, ce serait bien le diable qu'il se réveille maintenant !

Le jeune homme fit la grimace pendant que son frère jumeau se faufilait lui aussi dans le nid de coussins tenturé de soie.

"- Désolé…Dénora n'est pas là ?"

Il était rare que la jeune femme soi absente de la couche du pope.

"- Elle a une grippe."

"- Ha…"

Autant qu'elle reste au chaud dans sa cellule plutôt que de rendre tout le monde malade en effet.

"- Sa sœur est avec elle."

"- Bon…"

Shion se retourna dans son sommeil.

Machinalement, il passa ses bras autour de la taille de la jeune catin et posa sa joue sur sa poitrine nue.
La jeune femme lui caressa le front en roucoulant doucement quelques paroles apaisantes jusqu'à ce que Shion soit retombé dans un sommeil profond.

"- Ca ne pourra pas continuer encore longtemps comme ca." Fit-elle remarquer en montrant les bandages autour des avant bras du pope.

Kleytus haussa les épaules.

"- Qu'est ce que tu veux que nous fassions ? On ne peut pas aller Les voir et leur faire remarquer qu'Ils sont en train de le tuer…"

"- Ce serait sans doute la meilleure idée." Gronda le plus jeune des jumeaux, un pli soucieux barrant son front

"- Ils nous riraient au nez, Don, tu le sais."

"- Et l'agneau ? Il tient à son maitre non ?" Insista le jeune black.

Kleytus renifla avec un rien de mépris.

La jeune femme ne fut pas aussi miséricordieuse et jura à voix basse, maudissant la virilité du chevalier du bélier comme elle avait apprit à le faire pendant ses jeunes années dans le camp de gitan de ses parents.

"- Qu'il se fasse nouer les aiguillètes et que ses noix s'assèchent ! Je ne l'ai pas vu franchir la porte du Temple depuis plus de trois mois !"

Les jumeaux cherchèrent dénégation auprès de Kleytus qui ne put que confirmer.

A part pour des questions de protocole ou des missions, les chevaliers d'or ne mettaient plus les pieds au Temple du pope depuis des mois.

"- Depuis que leurs Maisons ont été reconstruites…."

Don et son frère, Vince, firent une grimace.

Ces chevaliers n'avaient vraiment pas la reconnaissance du ventre.
Ils avaient envahis le temple du pope pendant un an, avaient vécus avec lui pendant douze mois et à présent…ils l'oubliaient….

"- Ce n'est pas leur faute." Murmura doucement Shion

"- Vous devriez dormir plutôt que de leur trouver des excuses." Soupira tristement Marielle, consterné que son somnifère n'ai pas fonctionné plus d'une demi heure.

Le pope leva la main pour lui caresser la joue.

"- Allons, ma douce. Ne fais pas cette tête là…ton somnifère était à endormir un cheval et Athéna sait que j'en ai la résistance." Plaisanta-t-il à moitié.

Les trois hommes et la jeune femme se serrèrent un peu plus contre leur pope pour le faire profiter de leur présence et de leur affection.

"- Vous ne devriez pas vous occuper d'eux vous savez…" Répéta une fois encore Kleytus.

S'il ne l'avait pas dit milles fois au pope, il ne le lui avait jamais dit.

"- Ils sont…"

"- Ils sont peut-être mais vous, vous êtes quoi pour eux ?" Questionna doucement Vince en parlant pour la première fois.

Le jeune black était si timide et doux que le pope l'avait prit sous son aile dès qu'il l'avait vu. L'adolescent était venu pour devenir chevalier, forcé par sa famille, mais lui n'en avait absolument pas envie. Il aimait trop la vie pour ca. Le Harem lui avait parut le Paradis et lorsqu'il avait fait sa requête au pope d'y être transféré, Shion n'avait pu qu'accepter. Quelques semaines plus tard, son frère le rejoignait.
Depuis, les deux gamins de vingt deux ans avaient rejoint le cercle très fermés des amants réguliers du pope avec Kleytus, Marielle et Dénora, une grecque d'une trentaine d'année.

A eux cinq, ils parvenaient tant bien que mal à garder leur pope sain d'esprit à mesure qu'il se sentait de plus en plus inutile, sauf pour signer des papiers.

Silencieux, Shion avait refermé les yeux après l'éclat de Vince.

"- Je suis fatigué, Vince…Il faut que je dorme…"

Le jeune homme secoua la tête mais n'insista pas.
Ca ne servait à rien.

Dans le chaud cocon de ses courtisans, Shion se prépara à passer une nuit de plus sans dormir, l'esprit tourmenté par sa solitude.

Il avait l'habitude.

Pendant un an, il s'était enfin sentit bien dans son rôle de pope.

Ses chevaliers d'or étaient autour de lui et participaient activement à la reconstruction du Sanctuaire. Lui-même, dès qu'il pouvait oublier un peu la paperasse, venait gâcher le mortier avec eux et monter des murs de marbre.

Même Dohko était resté !

Pour la première fois depuis longtemps, Shion s'était sentit bien. Heureux presque…
Et puis, il pouvait passer du temps avec son élève et retrouver la relation père/fils qu'ils avaient eut.

Puis, les premières maisons avaient été reconstruites.

Il ne s'était pas vraiment rendu compte au début.
Après tout, les deux premières maisons finies avaient été celles du Cancer et du Capricorne.

Après peine finies, DM et Aphrodite avaient emménagés au quatrième pendant que Shura s'installait chez lui.

Les trois chevaliers avaient arrêtés de monter à son Temple sitôt que le raccordement à l'eau courante et l'électricité avaient été effectifs.
Mais Shion ne s'en était pas inquiété.

Après un an de promiscuité entre les treize chevaliers d'or, il était normal qu'ils veuillent un peu de calme.

Puis Aioros avant intégré sa Maison, son frère dans ses valise en attendant que le temple du Lion soit finit. Eux aussi avaient cessé de monter X étages pour simplement venir dire bonjour.

Puis il avait vu Milo et Camus s'installer chez eux. Et puis, ils étaient si mignons ces deux là. Un vrai couple d'inséparables. C'était normal qu'ils profitent de leur lune de miel.

Quand à Shaka, il n'avait jamais aimé la compagnie des autres. Aldébaran comptait bien obtenir la main de Sheena, les jumeaux reconstruisaient leur relation fraternelle…Bref, tout le monde avait une bonne raison pour ne plus aller voir le vieux du treizième étage sitôt sa maison construite…Et puis, il était normal que Mu se languisse de réintégrer sa propre maison.

C'était pour ca qu'il était de plus en plus agressif avec le pope alors même que Shion se débrouillait le plus possible pour ne pas gêner son élève par sa présence.
Après tout, c'était normal. Quel jeune homme veut avoir son père sur le dos lorsqu'il tente de séduire un chevalier de la vierge ?

Cela avait prit un an pour que tous les chevaliers d'or réintègrent leurs pénates.

Mu avait été le dernier à quitter le Temple du pope avec armes et bagages.

Il avait été tellement soulagé lorsque Shion lui avait remit la clé de chez lui…
Shion lui avait proposé de l'aider à transporter ses affaires.

Une petite téléportation et c'était fait ! Mais l'agneau avait décliné, préférant l'aide de Shaka pour ca.

Shion s'était contenté de sourire, même s'il s'était sentit un peu heurté par la précipitation de son fils de cœur à fuir sa maison.

Depuis, le pope avait l'impression de s'effacer lentement de la mémoire des chevaliers d'or.

Ils étaient théoriquement ses plus proches collègues, il avait été amis avec leurs prédécesseurs, parfois même plus qu'ami avec certains. Il avait toujours eut une tendresse particulière pour les capricornes…Ha si la guerre contre Hadès n'avait pas éclaté, si El-Cid n'était pas mort si vite…si…si…trop de si pour savoir si les quelques nuits qu'ils avaient eut ensembles auraient pu déboucher sur quelque chose de réel.

Shion se retourna une fois encore dans le nid de coussins et de corps chauds qui tentaient de le protéger contre lui-même. Il passa ses bras autour de la taille de Kleytus.

Encore un enfant dont il s'était occupé et qu'il n'avait pas vu vieillir…Mais contrairement à Mu, lui ne semblait pas lui avoir reprit son affection.

La gorge de Shion se serra.

Malgré tout ce qu'il pouvait en dire lorsqu'on lui en faisait la remarque, il était toujours peiné par la désertion de Mu.

Il comprenait que le jeune chevalier d'or ait sa vie à vivre et qu'il ne souhaite pas avoir un vieux débris pour lui souffler sur la nuque, mais il ne demandait pas non plus à Mu d'être chez lui tous les jours ! Il serait très heureux s'il venait le voir ne serait-ce qu'une fois par semaine, quelques minutes, entre deux portes.
Un peu comme on vient voir un vieil arrière grand père dans une maison de retraite…tout en pestant parce qu'il n'a pas la décence de mourir vite.

Satisfait de constater que le Harem dormait du sommeil du juste, le pope quitta les bras accueillants qui tentaient de le réconforter.

Nu, il marcha sans bruit au milieu des couples formés pour la nuit, amusé de reconnaître les gardes et chevaliers venus se délasser quelques heures. Là, le chevalier du lézard, ici, celui de la colombe, un peu plus loin, le chef des gardes de la zone sud, entre les bras de deux filles aux cheveux rouges, le chevalier de la flèche….

Il ne se passait pas une nuit sans que quelqu'un vienne chercher un peu de réconfort entre les bras conciliants des courtisant du Harem.

Appuyé contre le chambranle d'une fenêtre, Shion dénoua lentement les bandages qu'il gardait sur ses avant bras.

Il n'y avait qu'ici qu'on pouvait les voir. Et même s'il n'avait pas porté ses robes dans la journée, ce n'était pas comme si quelqu'un se serait soucié de le voir blessé…Mais il avait pitié des petites mains qui faisaient la lessive et il y avait assez de tuniques ensanglantées à nettoyer sans qu'il ajoute le sien.

Sans même regarder ce qu'il faisait, il s'entailla l'intérieur de l'avant bras avec l'ongle du pouce.

La douleur, vive, décrut rapidement.

Il recommença.

Lorsque son sang se mit à gouter sur le sol, il recommença sur l'autre bras.

Lorsque la douleur lui eut engourdit les bras et qu'il eut remit les pansements en place, il retourna se coucher entre ses amants et sa maitresse, le cœur lourd et solitaire, comme toujours.

La douleur qui pulsait de ses bras lui faisait du bien.

Au moins, il ressentait quelque chose.

***

La nuit était déjà bien avancée mais le jeune chevalier ne dormait pas.

Avec un soupir, il quitta son lit pour s'asseoir sur l'appui de la fenêtre, les jambes dans le vide.

Plus le temps passait et plus il avait envie de partir.

Au début, il s'était sentit chez lui ici. Mais avec le temps, il se sentait de moins en moins à sa place.

Rien ne changeait ici…Ni les autres chevaliers, ni leur déesse…ni le regard qu'ils avaient sur lui…

Shun baissa les yeux pour contempler en contre bas les roses fermés qui brillaient doucement sous la pleine lune.

A cette heure ci, la soirée devait à peine commencer au Sanctuaire.

Il était sur qu'elles devaient être plus agréables qu'à la Mansion Kido.

Comme tous les soirs, les quatre chevaliers de bronze avaient dinés avec leur déesse.
Comme tous les soirs, Seiya avait bâfré comme un porc, Shiryu l'avait toisé avec un rien de blâme amusé, Hyoga l'avait ignoré et Athéna avait parlé bourse et placements financiers avec Tatsumi et son invité du jour.

La déesse invitait souvent des partenaires financiers. Il fallait entretenir de bonnes relations…
Et comme toujours, il s'était tu…
Les enfants ne parlent pas à table après tout…
Et même s'il avait près de dix neuf ans, les autres ne lui laissaient pas oublier qu'il était le plus jeune.

Déesse, pendant combien de temps encore serait-il le bébé de la maison ? Et ce n'était pas son grand frère qui lui facilitait la tache !

Ikki avait beau être partit par mont et par vaut dix mois dans l'année, il fallait systématiquement qu'il le traite comme un nourrisson et insiste pour que les autres le protègent pendant son absence.

Il n'avait pas besoin qu'on le materne que diable ! Il n'avait pas besoin qu'on le couve et qu'on le laisse mariner dans son coin ! Il avait envie de vivre lui aussi !

Enervé, Shun enfila un jeans sur le boxer qu'il portait pour dormir et un pull léger sur ses épaules.

Sans un bruit, il sauta dans le jardin, deux étages plus bas.

Il ne craignait pas les chiens de garde lâchés la nuit dans la propriété.
Contrairement à Seiya, les chiens l'aimaient bien et ne l'ennuyaient jamais lors de ses sorties furtives.

Dès qu'il fut hors des murs de la propriété Kido, le jeune chevalier de bronze se sentit respirer.

Il ne s'était pas rendu compte qu'il était à ce point tendu !!

Bien plus léger soudain, il trottina tranquillement jusqu'à la plus proche station de train.

Une demi heure et il était au cœur de Tokyo.

Cette ville ne dormait jamais après tout !

Il sortit de la station de Shinjuku près d'Odaiku et tourna à droite.

Il n'avait pas une fortune dans son porte feuille mais bien assez pour se payer un bol de ramen et une séance de cinéma.

Rasséréné, il rentra à la demeure Kido alors que le soleil se levait à peine.

Il était fatigué mais cette nuit seul lui avait fait un bien fou et lui avait permis de réfléchir.

C'est avec un sourire aux lèvres qu'il poussa la porte de la maison pour aller se prendre une douche et se mettre au lit.

On était samedi après tout, il pouvait bien se prendre une petite grasse matinée pour une fois. Seiya ne s'en privait jamais, pas même dans la semaine et personne ne lui disait rien.

"- Où est ce que tu étais ?"

Shun se figea au bas de l'escalier qui montait vers les chambres, une main sur la balustrade.

Il haussa un sourcil et se tourna vers Hyoga qui le fixait avec une évidente colère.

"- Où est ce que tu étais ?" Répéta le Cygne en croisant les bras sur son torse.

Shun le fixa longuement sans ciller.

En quoi ça le concernait ? Il était majeur et le Cygne ne semblait pas s'occuper de savoir ce qu'il pouvait bien faire de ses fesses alors pourquoi venir l'ennuyer maintenant ?

"- Je me promenais…" Répondit calmement Andromède.

Son calme sembla exacerber la colère de son collègue qui s'approcha de lui pour s'arrêter à quelques centimètres de sa personne pour le toiser.
Enfin…pour essayer.

Avec stupeur, Shun se rendit compte qu'il était à présent plus grand que le russe.

"- Tout le monde t'a cherché toute la nuit !" Siffla encore le blond.

"- Ce n'était vraiment pas la peine." Renifla Shun avant de se détourner pour monter dans sa chambre.

Hyoga l'attrapa par le bras pour le forcer brutalement à se retourner.

"- Je t'interdit de partir comme ca ! Tu as des comptes à rendre !" Hurla Hyoga avec rage.

Shun arracha son bras de la poigne de son frère. Sans grand surprise, il vit des marques en forme de doigts apparaître presque immédiatement sur sa peau de lait.
Il avait toujours facilement marqué.

"- Des compte à rendre à qui, Hyoga ? A toi ? A Athéna ? Et pourquoi je te prie ? Je suis adulte. Je peux sortir si je veux." Pondéra calmement Andromède même s'il bouillait intérieurement de colère.

De quel droit se permettait-il de lui donner des ordres et de surveiller ses faits et gestes ?

Hyoga reprit son bras et le traina jusqu'au bureau d'Athéna.

Le visage fermé, la jeune femme fronça les sourcils.

"- Ha ! Tu l'as trouvé Hyoga !"

Shun retint l'envie de rouler des yeux.

Mais ils avaient finit oui ? Il n'avait plus treize ans. Et même à treize ans, il aurait pu se défendre contre à peu près n'importe quoi.
Bien sur, ce n'était pas comme si ce ramassis de…bref. Ce n'état pas comme s'ils allaient lui reconnaître ça ! A croire qu'il ne s'était pas battu avec eux, qu'il n'avait pas fait sa part contre Poséidon, Saga ou Hadès !

"- Tu étais où ?" Questionna immédiatement Saori.

Shun se mordit la langue pour se pas répondre vertement à la jeune femme.
Quoi que…Après tout, pourquoi pas ? Il ménageait la chèvre et le chou depuis si longtemps et la seule chose que ca lui avait rapporté, c'était le mépris de ses frères.

Il voulait juste qu'on le laisse en paix !

"- Je réfléchissais." Répondit le jeune bronze sur le même ton que la déesse.

Saori sursauta comme s'il l'avait giflé. Elle n'était pas habituée à ce qu'il lui tienne tête.

"- Un peu de respect !" Rugit Seiya.

Shun foudroya Pégase du regard.

Le bronze rentra machinalement la tête dans les épaules.

Shun pouvait faire peur quand il s'agaçait.

"- Du respect ? Du respect pour quoi ? Pour qui ? Pour Saori ou pour Athéna ?" Siffla soudain Shun sans parvenir plus longtemps à retenir une colère qu'il domptait de plus en plus difficilement depuis cinq ans. "Je commencerais à avoir du respect pour Saori le jour où elle en aura pour moi…et je retrouverais peut-être celui que j'avais pour vous lorsque vous cesserez de me traiter comme un bambin encore en couches !"

Shiryu voulu intervenir pour tempérer la situation.

"- Voyons, Shun…Tu dois comprendre…"

Ca aurait peut-être pu marcher…S'il n'avait pas prit un ton et une posture de donneur de leçon et que sa voix n'avait pas charrié autant de condescendance.

Cette fois, Shun vit rouge.

"- Je comprends très bien, Shiryu. Je comprends très bien que je n'ai qu'un an de moins que vous…et le même âge que Saori !!! Mais c'est une déesse n'est ce pas ? Elle est au dessus de ces contingences. Elle est plus intelligente…Suffisamment pour ne pas aller se livrer pied et point liés a la moitié des psychopathes de la planète !" Petit à petit, la voix de Shun se faisait de plus en plus froide, venimeuse presque, alors même que son visage restait aussi posé et son sourire aussi chaleureux.

Le mélange des deux fit se hérisser les poils sur la nuque des trois autres chevaliers de bronze.

"- Mais…il est possédé, ce n'est pas possible, notre Shun ne réagirait pas comme ca." Plaida Hyoga avec anxiété.

Le visage de Shun se contracta de rage.

"- MAIS PUTAIN ! IL VOUS EMMERDE SHUN ! ALLEZ TOUS VOUS FAIRE FOUTRE ! JE ME BARRE !"

Son cosmos hiératique sous la colère fit éclater plusieurs vases et fenêtres.

Sans douceur, il repoussa Seiya qui voulait l'arrêter.

Seiya s'éclata contre le mur et en fit tomber une partie du plâtre.

Shun remonta dans sa chambre à grandes enjambées, tira un grand sace de son placard et y enfourna ses vêtements et les rares objets qui avaient de la valeur à ses yeux : une peluche offerte par son frère, un bouddha en or reçut de la part de Shaka pour son anniversaire, un stylo en nacre de la part de Mu pour Noel….

Il referma la fermeture éclair et jeta son sac sur son épaule.

"- Shun, tu ne peux pas partir !" Tenta de plaider Saori qui cherchait à l'empêcher de quitter la chambre.

"- Ha oui ? Vraiment ? Vous croyez ca ?"

"- Shun, tu ne sais plus ce que tu fais." Insista Hyoga.

Le jeune homme vit rouge cette fois.

De sa vie, il ne se souvenait pas avoir été aussi en colère.

Le Cygne et la déesse firent un pas en arrière, effrayés par le cosmos que déployait sans le vouloir celui qu'ils voyaient encore comme un enfant. Et un enfant ne pouvait tout simplement pas avoir un cosmos supérieur à celui d'un chevalier d'or dans une situation hors combat !

Sans réfléchir, Hyoga se mit en position de combat entre sa déesse et son petit frère.

Une voile de douleur passa dans les yeux du jeune chevalier.

"- Alors c'est comme ca que ca marche….Soit je suis un gentil garçon qui se tait et qui obéit bien gentiment, soit tu me menaces parce que je ne supporte plus de vous voir régenter ma vie…"

Shun secoua la tête.

Il voulait partir mais pas blesser ses amis…enfin, ses amis…

Il concentra son cosmos sur lui-même.

Il avait vu plusieurs chevaliers d'or faire mais ne s'y était jamais essayé lui-même.

D'un coup, il disparut de sa chambre.

Hyoga fixa, hébété, la chambre vite.

"- Mais…"

"- Il s'est téléporté." Confirma Athéna.

La question était de savoir où.