Re-Bonjour!

Comme l'une d'entre vous nous l'a judicieusement fait remarqué, il manque un chapitre! Ce chapitre est donc à lire à la suite du 16, juste avant le 17.

Et effectivement l'histoire est tout à fait fini à présent ;-)


Chapitre treize - Jalousie

JASPER

Le fête faisait rage et la vie était fantastique . J'avais la meilleure amie dans le monde entier. J'avais la meilleure amie la plus étonnante qui soit . J'avais tout. Et ce soir nous fêtions ensemble mes vingt et un ans . J'étais sur le toit du monde, fuck, du moins jusqu'à ce que je les vois.

Le sang de mon visage me quitta et une boule vint se loger dans ma gorge. Ma poitrine se serra péniblement et j'avais la sensation d'avoir été trahi et poignardé dans le dos. Une multitude de choses traversa ma tête. Je voulais me joindre à eux et comme un homme des cavernes jeter Bella au-dessus mon épaule et la ramener de force chez elle pour l'enfermer à double tour jusqu'à ses trente ans . J'avais aussi une envie irrésistible de trouver ce bâtard appelé Edward et de lui mettre plusieurs coups de poings dans sa belle gueule et de le frapper jusqu'à ce que son visage soit en bouillie.

Pourtant, je n'arrivais plus bouger. Tout que je pouvais faire c'était regarder ce qui se jouait devant moi et cela me faisait un mal de chien, fuck!. Cela n'avait aucun sens. Elle était ma meilleure amie. Pas ma copine. Alors pourquoi diable avais-je l'impression que je venais de me faire piquer ma copine? Pourquoi putain étais-je si bouleversé?

Je sentis des mains se poser sur mon torse, je baissais les yeux pour voir Alice qui me dévisageait avec inquiétude. Je l'effleurai à peine et tournai la tête loin d'elle. J'avais besoin de foutre le camp d'ici. J'allais courir vers la porte, quand Emmett me bloqua, j'enregistrais vaguement l'information comme quoi Bella allait repartir avec Edward.

Putain, c'était l'enfer.

Je poussais Emmett et me dirigeais vers Bella et Edward. Je bouillonnais et ma vision était teintée de rouge. Les poings fermés et je me préparais à me disputer avec ma meilleure amie.

Mais ensuite, je restais là complètement figé sur place.

Elle était là en train de rire. Rayonnante. Ils continuèrent à s'embrasser et ... à rire. Son visage était illuminé. Je ne l'avais jamais vu si heureuse. Durant toutes ces années, quinze ans pour être exact , je ne l'avais jamais vue comme ça ... elle ne m'avait jamais regardé comme ça. Mon cœur s'écrasa au fond de mon estomac. Je les contournais pour me diriger vers le bar et exiger quelque chose de fort. J'étais abattu à cause de ma jalousie. Alors, je me mis à boire et j'ai bu, encore et encore ... jusqu'à ce que je sois complètement engourdi.

Alice continua de prendre quelques photos de moi, mais je m'éloignais d'elle pour continuer à noyer ma peine. Je ne sais plus comment ni à quel moment , elle m'entraîna à l'extérieur du club pour me pousser dans un taxi avant que je ne lui donne l'adresse de la maison de Bella , je lui filais assez d'argent pour le taxi. Bella maison. Ma maison. Notre maison. Bella serait là. Elle me dirait par quel enfer ce qui m'arrive et pourquoi je me sens comme ça. Bella aurait les réponses. Elle avait toujours les réponses.

Au moment où le taxi s'arrêta devant la maison, je trébuchais en titubant vers la porte.. Je crois même être tombé dans les buissons. Ensuite, je suis resté là à essayer de pousser la porte pour l'ouvrir. Elle ne bougea pas, même quand je me suis mis à la griffer.

Quelques minutes plus tard, Renée, vêtue seulement d'une nuisette rose, m'ouvrit la porte et me releva pour me conduire à l'intérieur.

«Où est Bella? Dis-je d'une voix pâteuse.

"Je ne sais pas" dit-elle, en me conduisant vers le canapé. "Elle a dû partir, tu as eu du mal à retrouver ton chemin."

«C'était la pire nuit de toute ma vie. » Dis-je en m'effondrant sur le canapé.

"Quoi ?" elle me demanda-t-elle avec une surprise évidente dans la voix. «Chéri, que s'est -il passé?"

«Où est Bella? Répétai-je. «J'ai besoin de Bella. Donne-moi Bella."

"Elle n'est pas encore rentrée." Renée se mit à genoux devant moi et retira mes chaussures.

Je fixais le plafond. "Il l'a lui."

"Qui?" elle sembla concernée.

« Ce Ed-fucking-Ward" ai-je dit , les dents serrées. Je ne sais pas ce qui s'est passé ensuite, mais je pense m'être endormi.

Je me réveillais tard l'après-midi et passais la plupart de mon temps à courir aux toilettes pour vomir. Mon cerveau était en ébullition et quand je n'étais pas là à vomir, je restais avachi sur le canapé à attendre qu'elle rentre.

Les heures passèrent.

Mes yeux étaient boursoufflés. Je m'asseyais sur le canapé en regardant le mur de la porte d'entrée, complètement détaché les yeux perdus dans le vide. Je n'avais plus rien, j'étais complètement vidé. Je ne pouvais pas crier, je ne pouvais pas lutter, je ne pouvais pas pleurer. Je ne pouvais même plus bouger. J'étais complètement engourdi. Sans vie.

Durant toutes ces années que j'avais passées avec Bella, je ne m'étais jamais vraiment assis pour analyser mes sentiments pour elle. Je n'avais pas réellement compris pourquoi la pensée de la voir avec Edward m'avait énervé quand elle m'avait parlé de lui. Je n'avais pas vraiment compris pourquoi mon sang s'était mis à bouillir lorsque je l'avais surpris en train de la regarder comme ça au restaurant la première fois où je l'avais vu.

J'avais supposé que c'était mon instinct protecteur vis-à-vis de Bella. Je ne voulais pas qu'il lui fasse du mal. Je n'aurais pas été capable de le regarder lui briser le cœur et ensuite la regarder pleurer. Des gars comme lui, des beaux gosses de riches, ne devaient pas courir après ces filles douces et naïves comme ma Bella à moins qu'ils ne veuillent quelque chose de sérieux.

Je pouvais m'expliquer le dégoût que je ressentais pour Edward car j'étais tout simplement inquiet pour ma meilleure amie, mais quand j'étais tombé sur Bella dans le restaurant d'Edward et qu'elle était partie diner avec son rendez-vous Eric, j'avais ressenti la même émotion. Je l'avais regardée et je m'étais retenu de la saisir et de la mettre sur mon dos.

La rencontre en ligne avait été mon idée, mais si je l'avais incitée à faire ça, c'était seulement pour lui faire oublier Edward. Je savais qu'elle ne cherchait pas quelqu'un en définitive. Personne n'avait jamais attiré son attention. Je savais que c'était improbable. Surtout avec un gars dans ce genre de site. Ils semblaient tous bizarres. C'était juste une façon pour qu'elle se rende compte qu'aucun homme ne serait aussi bien que ... moi. Je ne voulais pas de quelqu'un qui puisse l'avoir. La plupart des gars n'approuverait pas notre amitié et la forcerait à se séparer de moi. La pensée de la perdre était assez difficile et me gardait éveillé toute la nuit pour prier pour que ces gars ne soient que de passage. Mais lui, allait-il me la voler. Et mes sentiments pour elle était-ce des sentiments amoureux ou pas? Je n'étais pas tout à fait sûr. Je n'avais aucun problème avec les autres filles, mais là encore, elles n'avaient jamais pu combler le trou que je ressentais au fond de moi. Je n'avais jamais été complètement comblé avec elles. J'avais constamment l'impression qu'il me manquait quelque chose. J'étais donc passé de fille en fille, et elles m'avaient toutes quitté déçues. Mais après chaque rupture, je rendais visite à Bella ... et la douleur s'en allait.

Mais maintenant il y avait Alice, et j'avais vraiment des sentiments pour elle. J'étais presque certain de l'aimer, j'appréciais sa compagnie et la douleur s'émoussait quand j'étais près d'elle. Mais, malgré tout , au final, personne ne comblait ce vide comme Bella.

Fuck.

Je baissai la tête en pinçant l'arrête de mon nez. Mes yeux s'étaient refermés et je me sentais m'enfoncer dans les ténèbres.

Comment pourrais-je être avec Alice si j'étais amoureux de Bella? Comment se faisait-il que je ne l'ai pas réalisé avant? Pas avant ce soir que je ne la vois avec lui. L'explication était simple. Je ne l'avais jamais vue avec un autre gars avant. Je n'avais jamais eu à témoigner de la voir embrasser un autre homme. Je n'avais jamais vu son regard sur quelqu'un avec autant d' amour et de dévotion, jusqu'à ce qu'Edward entre dans sa vie.

La manière dont elle avait posé ses yeux sur lui, avait suffit à alimenter ma haine. La raison pour laquelle je pouvais être avec Alice et que je pensais garder secrètement Bella pour moi, Tout simplement parce que je voulais que ces deux filles soient à moi seul. Je ne voulais pas les partager. Même si mon amour avec Bella resterait platonique, je serais toujours là. Elle serait toujours mienne.

Honnêtement, je ne pouvais pas m'imaginer être avec elle de manière intime. Je voulais juste la garder près de moi comme une amie, ma meilleure amie, pour toujours. Je ne voulais pas que quelqu'un puisse l'éloigner de moi.

BELLA

Je passais l'après-midi chez Edward. Nous avions tous deux ri en nous voyant dans le miroir. Je me regardais, j'avais l'impression d'avoir terminé un tournoi de lutte, et mes lèvres étaient rouge vif et super gonflées. J'avais l'impression d'avoir subi une multitudes d'injections au collagène. Et mes cheveux ... Oh, mon Dieu, mes cheveux ... terrible. Un vrai nid d'oiseaux.

Je pris une douche, seule, et quand j'eus fini, il me remit un tas de vêtements à porter. Lorsque nous sortîmes de sa chambre pour descendre l'escalier, Emmett nous accueillit en bas des marches. Il était décidé à jouer au papa et nous sépara pour avoir une conversation privée avec chacun de nous.

Tout d'abord, il envoya Edward dans la cuisine, en me faisant asseoir sur le canapé. Il m'expliqua ce qui se passait quand un homme et une femme s'aimaient. Il exhala exagérément et sembla avoir honte quand il fut obligé d'admettre que les bébés ne poussaient pas à l'intérieur du ventre d'une femme parce qu'elle avait avalé une graine de pastèque, et que les cigognes ne laissaient pas tomber les bébés devant la porte des parents qui attendent patiemment l'arrivée de leur enfant.

Edward interrompit notre conversation d'éducation sexuelle et exigea qu'Emmett cesse de parler. Mais il ne le fit pas et lorsqu'il essaya d'expliquer à Edward la différence entre le corps d'un homme et d'une femme, Edward attrapa un muffin et l'enfourna dans sa bouche pour le faire taire.

J'avais un sourire niais sur le visage, et il n'était pas près de disparaître. Je souris durant tout le chemin et de retour à la maison je ne pouvais plus m'arrêter. Même les taquineries d'Emmett ne me firent pas redescendre sur terre. J'étais sur un nuage et absolument rien ne pourrait ruiner ma bonne humeur.

Edward alla au restaurant pour vérifier des papiers et Emmett me ramena à la maison. Quand il s'arrêta dans l'allée, je me penchais et plantais un petit baiser sur sa joue avant de sauter de la voiture et de d'agiter ma main pour lui dire "bye."

Il se mit à rire en secouant la tête.

Je sautais sur le trottoir et glissais ma clé dans la serrure. Au moment où je posais ma main pour ouvrir la poignée, la porte s'ouvrit d'un coup, et je me retrouvais en face d'un Jasper en colère, sa poitrine se gonflait et il avait l'air absolument livide.

Mon sourire s'évapora. "Qu'est-ce qui t'arrive?" demandai-je, concernée.

"Où la baise étais-tu?" cria-t-il. Je restais là sans broncher.

Le sourire sur mon visage laissa place à un froncement de sourcils.

Durant toutes ces années, ces quinze ans , je ne l'avais jamais vu, ni entendu parler comme ça . Surtout pas à moi. C'était la plus grosse colère à laquelle j'avais assisté et franchement il m'effrayait.

"Qu'est-ce qu'il y a ? " Murmurai-je, avec difficulté ayant du mal à retrouver ma voix. La façon dont il me regardait me fit me sentir coupable sans aucune raison valable. "J'étais avec Edward ..."

Ses poings se serrèrent et durant un bref instant j'ai cru qu'il allait m'en mettre une "Edward ..." Il secoua la tête en se moquant. Il plissa ses yeux en fixant le mur derrière moi. «J'ai passé la nuit et la journée à t'attendre putain!" dit-il en bouillonnant. Ses yeux s'ancrèrent aux miens.

"Jasper, c'est quoi ce bordel ..."

«As-tu baisé avec lui?" demanda-t-il.

Je blanchis. "Quoi?"

Il fit un pas vers moi. «As. Tu. Baisé. Avec. Lui?"

Je l'ai regardé avec incrédulité. "Mais qu'est-ce qui te prend? Ce n'est pas ton genre d'être comme ça!"

"Bella!" cria-t-il. «Es-tu encore vierge, oui ou non?"

"Bien sûr que je le suis!" Criai-je en retour. "Quel est le problème avec toi?"

"Tu n'es pas autorisée à le revoir à nouveau," a-t-il ordonné.

«Pardon?" Je levai les sourcils en croisant mes bras sur la poitrine. "Mais qu'est-ce qui te prend, tu n'es pas mon père?"

«Je suis le seul homme dans ta vie», sa voix se cassa, il était bord des larmes.

«Jasper». Mon visage tomba. "Tu as besoin de te calmer. Je ne t'ai jamais vu aussi énervé avant."

Il détourna la tête, probablement pour cacher ses yeux humides. "Il ne te mérite pas."

Je fis un pas pour me rapprocher de lui en posant une main sur son avant-bras. «Je l'aime."

Il se moqua et secoua la tête. "Il est ton ami ... maintenant?"

«Oui" répondis-je prudemment.

Il ferma les yeux avant de se tourner pour retourner à l'étage, avec moi sur ses talons. Il rentra dans ma chambre, pour ouvrir la porte du placard avec une force excessive, en sortit une valise, il la jeta sur le lit, il commença à la remplir avec ses vêtements.

"Que fais-tu?" criai-je en jetant mes bras au dessus la tête.

Brusquement, il pivota, ses bras tenaient une pile de vêtements. "Tu as fait ton choix, Bella."

"Quel choix?"

Il jeta les vêtements sur le sol et fit un pas plus près de moi. "Tu veux savoir ... c'est lui ou moi. Tu ne peux pas avoir les deux."

"Quoi? " dis-je en poussant un cri perçant. "Jasper, cela ne fonctionne pas comme ça! Je peux avoir un petit ami et un meilleur ami en même temps !"

"Tu ne peux pas ."

"Bien sûr que si." Je me penchais pour attraper la pile de fringues sur le sol afin de les remettre dans l'armoire. "Peut-être que tu pourrais m'expliquer pendant que je range tes vêtements ."

«La seule façon pour moi de rester est que tu rompes avec lui ." Il jeta un regard vers moi par-dessous ses cils.

Je restais là à le regarer, choquée. "Jasper, qu'est-ce qui t'arrive "

"Je vous ai vu!" cria-t-il.

"Qu'est-ce que tu as vu ?"

«Au club," répondit-il.

"Et qu'est-ce que tu as vu au club?" Dès que les mots sortirent de ma bouche, je compris.

Oh, il m'avait vu flirter avec Edward au milieu de la piste de danse. Ugh, j'étais tellement stupide. Bien sûr. Il devait probablement penser qu'Edward ne me voulait que pour du sexe et le fait de me voir tomber dans le piège lui était pénible.

«Regarde-moi, Jasper. Je n'ai pas eu de rapports sexuels avec Edward. En fait, je le voulais, mais c'est lui qui a dit non. Il ne s'agit pas que de relations sexuelles avec lui."

Jasper garda les yeux fermés en secouant la tête. "Tu ne comprends toujours pas."

Je jetais ma tête en arrière, que devrais-je comprendre "Alors dis-moi!"

«Je suis l'homme de ta vie, Bella. Je suis celui qui te protège. Je suis celui que tu es sensé appeler quand tu as un problème. Je ne pourrai rivaliser avec lui s'il devient ton ami, tu vas me mettre de côté et..."

"C'est donc de ça qu'il s'agit?" Je dis cela d'une voix douce. "Jasper, non! Tu es mon meilleur ami.

J'aurai toujours besoin de toi ."

"Tu n'as pas dû m'entendre clairement" dit-il sèchement. «C'est lui ou moi. Choisis."

Je secouai la tête. "Ne fais pas ça. Tu t'énerves pour rien! Je serai toujours ta meilleure amie."

"Exactement!" cria-t-il. "N'as-tu jamais pensé que je pourrais vouloir plus que de l'amitié pour toi?"

Mes yeux étaient sur le point de sortir de ma tête. "Quoi? Mais Jasper ... tu sors avec Alice. Tu ne m'aimes pas de cette façon?"

"Putain, je ne sais même pas!" a-t-il admis. « Mais pourquoi est-ce que j'ai réagi comme un putain de jaloux quand je vous ai vus ensemble?"

«Je ..." J'étais à court de mots.

«Étais-tu jalouse quand tu m'as vu avec Alice?"

"Eh bien ... peut-être. Je veux dire, j'enviais le fait que tu aies trouvé quelqu'un"

«Non, interrompit-il. "N'as-tu jamais eu envie de la frapper pour rester avec moi ?"

J'étais sans voix. Je secouai simplement la tête.

"C'est ce bien ce que je pensais." Il se détourna de moi, prenant les vêtements de mes mains et les jeta en faisant claquer la valise, il passa devant moi pour sortir aussi vite qu'un éclair. "Je repasserai pour récupérer le reste plus tard."

"Jasper! Je le rattrapais pour l'attirer et le serrer contre moi.

"Oublie.. Bella, laisse moi partir ».

Il s'écarta de moi et ramassa sa valise. "N'essaye pas de me contacter pour l'instant. J'ai besoin d'espace."

Mes yeux se remplirent de larmes, pendant qu'il quitta la chambre. Je l'entendis descendre l'escalier et la porte d'entrée s'ouvrir et se fermer. Je tombai sur le sol en me mettant à pleurer.

Quelques minutes plus tard, j'attrapais mon téléphone et composais le numéro du portable d'Edward.

"Bonjour?" répondit-il après trois sonneries et je pouvais entendre le bruissement de papier dans le fond.

J'essayais de parler entre deux reniflements.

"Bella? Il sembla préoccupé. «Est-ce que tu vas bien?

"Jasper nous a vu " marmonnai-je.

"Quoi ?" demanda-t-il.

"Il vient de prendre ses affaires. Il était énervé et m'a dit de ne pas reprendre contact avec lui ... puis il est parti."

Il eut quelques secondes de silence entre nous.

"Veux-tu que je vienne?"

Je secouai la tête. «Je dois le ramener." Les larmes se répandirent sur mes joues. "Il ne peut pas le prendre comme ça."

"Qu'est-il arrivé?"

J'ai soupiré. "Je suis rentrée, et Jasper m'a crié dessus et il m'a demandé d'où je venais. Il était tellement en colère et quand je lui ai dit que j'étais avec toi, il m'a dit que je devais choisir entre toi et lui, puis il est parti."

Edward soupira au bout du fil. «Je suis désolé, Bella."

«Je devrai aller le rechercher maintenant." Je ne savais pas pourquoi j'avais appelé Edward en premier. J'avais juste besoin d'entendre sa voix. Mais après l'avoir entendu, je savais qu'il n' y avait aucun moyen que je le quitte . Je ne le pouvais pas. Je les aimais tous les deux. Les deux d'une manière totalement différente.

"Avant de partir" dit Edward. " Donne-moi son adresse?"

Je la lui donnais sans même prendre la peine de lui demander pourquoi il la voulait.

Avant, de raccrocher, il m'a dit m'aimait et je lui dis en retour. Je me levais pour courir jusqu'à la porte, m'a voiture n'était plus dans l'allée, elle avait disparu Shit! Mais non, elle était restée au club.

Je téléphonais aux renseignements pour avoir le numéro d'un taxi. Une fois que je l'ai eu, je composai le numéro et attendis que quelqu'un vienne me chercher. Il commençait à pleuvoir à l'extérieur et je me réfugiais à l'intérieur de la maison pour attendre. Quand le taxi s'arrêta, je courus pour plonger dans la voiture.

Il me conduisit jusqu'à chez Jasper et je jetais les billets d'un dollar sans même attendre la monnaie. Je voulais à tout prix récupérer mon meilleur ami.

Je tapais sur la porte jusqu'à ce que la mère de Jasper ouvre, elle avait l'air confuse et inquiète. "Bella? Est-ce que tu vas bien ?"

«J'ai besoin de parler à Jasper, dis-je.

Elle se tourna pour me laisser rentrer à l'intérieur. "Il est dans sa chambre."

Je hochais la tête en courant vers sa chambre. Je frappais à plusieurs reprises mais il ne vint pas m'ouvrir. "Jasper, s'il te plaît ouvre cette porte. Nous avons besoin de parler."

Pas de réponse.

Je frappai de nouveau. "Jasper?

Rien.

"S'il te plaît!" le priai-je.

Silence.

Je cognai encore plus fort. "Jasper, tu es mon meilleur ami!"

Silence à nouveau.

Je collais mon front contre la porte en sanglotant. «Pourquoi fais-tu ça ? Tu vas jeter quinze ans d'amitié parce que j'ai finalement un petit ami?"

Impossible pour lui de ne pas m'entendre.

Je me laissai glisser contre la porte jusqu'à ce que j'atterrisse sur le sol. "Tu sais combien j'ai été malheureuse. Jasper, maintenant que je suis avec lui, je suis tellement heureuse... mais si tu me quittes maintenant ... Je vais être déprimée et pire qu'avant. "

Il ne me répondit pas et n'ouvrit pas la porte.

Je m'écriai plus fort. «Est-ce que c'est pour me punir? Pourquoi ne puis-je pas avoir tout ce que je désire? Pourquoi dès que j'obtiens quelque chose de bien, une autre chose doit disparaître?"

Toujours rien.

"Tu sais que je ne serai pas heureuse sans toi." continuai-je. "Et si je le quitte parce que tu m'as demandé de le faire, je ne serai pas heureuse et tu sais que je vais t'en vouloir. Mais si je reste avec lui et que tu me laisses... Je ne le supporterai pas. Tu es sensé être mon meilleur ami et nous avons vingt et un ans, on n'est pas sensé réagir comme ça!"

Il était évident qu'il n'avait pas l'intention de m'ouvrir.

Je suis resté là pendant des heures. Je pouvais l'entendre marcher derrière la porte, mais il resta là à m'ignorer complètement. Finalement, je décidais de partir. Mes joues étaient striées par les larmes. Je devais avoir une mine affreuse lorsque je fis le chemin de retour à pied. Je n'avais même pas essayé d'appeler un taxi ou quoique se soit.

Les jours passèrent et je l'appelais tous les jours. Trois à quatre fois par jour même. J'étais sûre de passer pour une psycho obsédée. Mais j'avais besoin de lui. Je ne pouvais pas croire qu'il construise un fossé entre nous. Je savais très bien qu'il n'avait pas de sentiments amoureux pour moi. Il ne nous aurait pas fallu quinze ans pour nous en rendre compte. Il ne voulait pas être remplacé, c'est tout!

Des semaines passèrent.

Edward et moi étions toujours ensemble. Nous avions eu quelques rendez-vous, mais Jasper me manquait de plus en plus. À l'école, chaque fois que je le voyais, il passait devant moi en marchant droit comme un I. Comme si je lui avais fait quelque chose d'épouvantable. Mais tout ce que j'avais fait était de tomber amoureuse. Pourquoi me haïr pour ça ? Il était toujours avec Alice, autant que je le sache. Enfin je le supposais, je n'en étais pas certaine.

Avant que je ne m'en rende compte Halloween fut là . Edward voulait m'emmener à une fête où il y avait des maisons hantées, des labyrinthes, des charrettes à foin, des jeux et toutes sortes de choses. Il m'avait dit qu'Emmett, Rosalie et Alice serait là, le fait de penser à Alice me fit penser à Jasper. Je pourrais peut-être lui parler en privé et lui demander si elle le voyait toujours. Je n'avais pas eu la chance de lui parler ces derniers jours. Elle travaillait pendant que j'étais en classe. Nous n'avions jamais les mêmes cours.

Je n'avais pas redormi chez Edward depuis la dernière fois. Nous nous comportions toujours comme des adolescents avec les hormones en ébullition. Parfois, durant ma pause, je me faufilais dans son bureau en cachette. Nous nous regardions toujours quelques secondes afin de nous jeter sur nos lèvres et de nous embrasser à perdre haleine.

Il aimait aussi me taquiner. Pendant que je travaillais, il aimait venir se frotter contre moi et me faire perdre les pédales en me faisant devenir toute chaude puis sans rien dire il s'éloignait, me laissant comme ça! Mais je n'étais pas en reste. Dès qu'une personne importante était sensée venir le voir, je rentrai dans son bureau pour me frotter et monter à califourchon sur ses genoux, dès qu'il était assez chaud et dur, je sortais du bureau en faisant rentrer son visiteur. Ce traitement était je l'avoue, cruel mais pour ma défense, je dirai que c'est lui qui avait commencé.

Nous avions dû nous garer un peu plus haut, le parking était complet. Je repérai immédiatement Rosalie à côté d'Emmett. Ils étaient au milieu de la longue lignée de voitures. Edward et moi allâmes les rejoindre, alors que quelques personnes nous dévisagèrent lorsque nous passâmes devant elles.

Nous restâmes à parler quelques minutes jusqu'à ce qu'Alice apparaisse devant nous sortant de nulle part. J'allais ouvrir la bouche pour dire salut, quand quelque chose attira mon attention. Je jetai un regard à ses côtés et je le vis, là, avec ses boucles blondes.

Je fermais la bouche en détournant les yeux. Il était venu. Il était avec Alice depuis tout ce temps. Mais il était toujours en colère après moi pour être restée avec Edward. Il était là et continua à avancer en m'ignorant.

Je croisai les bras sur ma poitrine et en les regardant venir vers nous.

"Salut, Bella," dit Alice d'une voix hachurée.

Je jetai un regard sur elle et fit un signe de tête en signe de reconnaissance.

Je remarquais qu'Alice regarda Jasper avec insistance, sévèrement. Super. Maintenant, elle jouait la carte de la culpabilité pour qu'il me parle.

Je fis un pas en arrière en regardant Edward. «Je reviens tout de suite" lui dis-je. «Je vais juste ..." je m'éloignais rapidement.

Je n'avais pas fait beaucoup de pas lorsque j'entendis quelqu'un me suivre et qu'une main se posa sur mon épaule.

"Edward, je viens de ..." dis-je en me retournant pour lui faire face, mais ce n'est pas Edward que je trouvais en face de moi.

«Jasper» soufflai-je.

«Je suis désolé." dit-il sincère.

Je restais là à me moquer. "Alors maintenant, tu es décidé à me parler? Après tout ce temps, un mois !"

Il fourra ses mains dans ses poches. «J'avais besoin de temps pour penser à tout ça."

"Eh bien, tu as eu tout le temps pour réfléchir alors!"

Il regarda ses pieds quelques instants.

J'ai soupiré. "Alors, qu'as-tu trouvé?"

Il leva ses yeux qui s'ancrèrent aux miens. "Je ne peux pas vivre sans toi."

Mon cœur s'arrêta de battre. Non pas parce que c'était romantique comme situation, mais à cause de l'aspect tourmenté de son visage. "Alors pourquoi m'as-tu évitée, et pas elle ?"

«Je n'ai..." dit-il, comme il plissait le front. «J'ai récemment parlé à Alice, et elle m'a aidé à comprendre quelques petites choses sur nous."

"Je me souviens d'un temps ou quand tu avais besoin d'aide j'étais celle qui t'aidait y voir plus clair."

«J'espère que tu reprendras ton poste à nouveau."

Je savais très bien que quoi qu'il arrive, je ne pourrai garder Jasper loin de ma vie, même s'il méritait d'être jeté sur un trottoir et de souffrir autant que moi, pour un bon mois. Mais je n'avais pas envie de tomber si bas. Deux torts ne font pas un droit. Mais je n'étais pas décidée à laisser les choses revenir à la normale sans conséquences!

"Tu sauras me pardonner si je ne saute pas sur l'occasion ce soir " dis-je. "Tu m'as vraiment, vraiment fait du mal, Jasper."

«Je sais. Je suis désolé. Mais si tu avais été en danger ou quelque chose de grave... je serai revenu."

Je roulais des yeux. "Et comment l'aurais-tu su?"

"Edward me l'aurait dit," dit-il simplement.

«Edward?" demandai-je incrédule.

Il hocha la tête.

C'était quoi ce bordel? "Ne me dis pas que tu as parlé à Edward derrière mon dos?"

"Pas exactement" a-t-il marmonné. « Mister perfect a fait irruption dans ma maison peu de temps après notre dispute. Il a exigé que j'arrange le problème. Et chaque fois que tu as été bouleversée, il est revenu à la charge et m'a demandé de présenter mes excuses." Il se dandina d'un pied sur l'autre mal à l'aise. "Il t' aime."

«Je sais. Il est toujours là pour moi ... parce qu'il m'aime." Les yeux de Jasper flashèrent sur moi avec culpabilité.

"Il ne s'est pas éloigné de moi parce que les choses sont devenus compliquées. Il a toujours été là. Même quand j'ai essayé de mettre de la distance entre nous, il est toujours resté. D'une certaine façon, je lui ai fait la même chose que ce que toi tu m'as fait quand il m'a avoué qu'il m'aimait.

Il hocha la tête. "Alice m'a patiemment attendu . Elle m'aime aussi."

«Je suppose que nous sommes pareils" dis-je. "Nous avons tous les deux tendance à blesser ceux que nous aimons."

"Je ne veux plus te faire du mal."

Je décidai d'aller droit au but. "Jasper, dis-moi pourquoi tu m'aimes?"

Il soupira. «Je pensais ressentir de l'amour pour toi, mais dernièrement j'ai comparé mes sentiments à ceux que je ressens pour Alice. Et c'est différent. Au début, j'ai pensé que je l'aimais comme une amie et toi beaucoup plus. Il m'a fallu un certain temps pour réaliser que c'était l'inverse. Je pense que si j'ai cette sensation de me sentir entier quand je suis avec toi, c'est parce que tu sais qui je suis, vraiment.

Tu sais tout sur moi, et si tu m'aimes encore, alors je sais aussi que tu seras toujours là pour moi. Je sais que je pourrai toujours compter sur toi. J'étais jaloux parce que je ne voulais pas qu'Edward devienne ton meilleur ami. D'où ma position. Je ne voulais pas que les choses changent entre nous. "

Je secouai la tête. «Tu aurais dû m'en parler plus tôt. C'est exactement ce que je pensais."

«Je ne t'aurai pas cru." Il fit un pas de plus vers moi. "Autant, je peux détester ce que je t'ai fait, autant je me dis que j'avais besoin de temps pour analyser et traiter mes pensées et mes sentiments. Tout comme tu l'as fait avec Edward, j'espère que tu pourras me pardonner."

Je hochais lentement la tête et il m'entraîna dans ses bras. "Mais je ne vais pas te laisser t'en tirer si facilement."

Il embrassa le dessus de ma tête. "Espérons que cela ne fera que renforcer notre amitié. C'était juste un malentendu entre amis. Les erreurs sont faites pour apprendre à apprécier ce que l'on a."

Je m'éloignais de lui. "Retournons vers les autres avant que cela ne se transforme en un épisode des feux de l'amour."

Il rit et me ramena vers notre groupe.

En fait, je me suis beaucoup amusée ce soir-là. Je me suis accrochée à Edward alors que nous marchions dans un couloir sombre dans l'une des maisons hantées. J'ai crié et couru pour me jeter dans ses bras lorsqu'un monstre avec une tronçonneuse m'a poursuivie. Ils se sont bien sûr tous moqués de moi et m'ont affirmé que si le gars s'était acharné à me suivre c'est parce que je lui avais donné la réaction qu'il voulait. J'ai aussi fait un bond de près de cinq pieds en l'air quand quelque chose a surgi devant moi. Qui aurait pensé qu'avoir peur pourrait être aussi amusant.

Après qu'Edward m'ait laissée chez moi, j'enfilais mon bas de pyjama en flanelle avec un débardeur. Je m'effondrais sur mon lit et commençais à lui envoyer des SMS. Il ne nous fallut précisément pas plus de cinq minutes avant que nos textos ne deviennent hot et intimes.

Il ne fallut pas plus de dix minutes pour qu'il me demande s'il pouvait venir me chercher pour me ramener chez lui.

Il ne fallut pas plus de 30 secondes pour que je lui réponde oui.

Et il ne me fallut pas moins d'une seconde pour me rendre compte que j'étais prête. Je veux dire, vraiment prête.