Voilà, j'ai pas réussi à tenir ma promesse... J'ai été débordée cette semaine et absente depuis hier soir donc, du coup, pas eu le temps de poster l'épilogue.

Mais le voici enfin !! Merci à tous ceux qui m'ont laissé des reviews ! ^^


Un mois plus tard

L'Enterprise avait été choisie pour emmener l'ambassadeur Zgoniar de la planète Alcybion sur Terre où il devait signer un traité commercial avec la Fédération. Comme le vaisseau avait besoin de quelques révisions et réparations, l'équipage eut droit à trois semaines de permission. Tous le monde était ravi, à l'exception de Scotty qui aimait tellement l'Enterprise qu'il ne voulait pas la quitter. La veille du départ, tous se retrouvèrent au mess pour une petite fête. Lorsqu'elle fut finie, Jim et Spock se rejoignirent dans la cabine du premier. Lorsque leurs corps se furent rassasiés temporairement l'un de l'autre et qu'ils se reposaient sur le lit, enlacés, le capitaine demanda :
- Je suppose que tu vas aller voir ton père au QG de Starfleet ?
- Il n'est pas sur Terre en ce moment. Il est parti visiter des colonies vulcaines éloignées à bord de l'Excelsior.
Jim sourit largement.
- Donc, tu n'as rien de prévu pour ces trois semaines ?
- Rien.
- Que dirais-tu de venir avec moi dans le Colorado ? Ma famille a un chalet dans la montagne, près d'un petit lac, dans un endroit totalement isolé. Là-bas, nous serions tranquilles pour nous aimer sans nous soucier des autres. Et on pourrait enfin passer une nuit entière ensemble... parce que je dois t'avouer que je suis toujours frustré de te voir partir... ou de me réveiller tout seul.
- C'est une excellente idée.
- J'ai hâte d'y être... souffla l'humain avant de capturer les lèvres de son amant avec tendresse.

Le chalet, équipé de tout le confort moderne, était vraiment isolé. Heureux à l'idée de passer trois semaines avec son compagnon, Jim décida de commencer leur séjour par une baignade dans le lac. Il prit la main de Spock et l'entraîna au bord de l'eau, puis commença à se déshabiller. Il ne lui restait plus que son boxer lorsqu'il s'aperçut que son amant n'avait pas bougé.
- Tu ne viens pas te baigner ?
- Je n'ai pas envie... souffla le vulcain.
Son compagnon sentit que quelque chose clochait, mais n'arrivait pas à dire quoi. Il finit par hausser les épaules et termina de se dévêtir. Puis, il se dirigea vers un promontoire rocheux pour plonger dans l'eau fraîche. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu l'occasion de nager et ça lui manquait vraiment. Il fit quelques brasses, puis se tourna vers la rive où Spock était toujours planté, debout, à trois mètres du bord. Alors que Jim nageait dans sa direction, il comprit soudain le problème de son compagnon.
Ce que je peux être con parfois ! C'est un vulcain, pas un humain !
Il sortit de l'eau, celle-ci ruisselant sur son corps nu, et s'avança vers son amant qui le fixait. Dans le regard de Spock se mêlaient l'envie, l'appréhension et un peu de honte. Jim se planta en face de lui et souffla :
- Tu ne sais pas nager.
Ce n'était pas une question et le vulcain n'y répondit pas.
- Pardonne-moi de ne pas y avoir pensé. Je ne suis qu'un idiot !
- Ça n'a pas d'importance. Sur Vulcain, l'eau était trop rare pour qu'elle serve à autre chose qu'à l'hygiène et à la consommation.
- Personne, parmi ton peuple, ne sait nager ?
- Peut-être certains expatriés, mais je ne pense pas.
- Veux-tu que je t'apprenne ?
Spock jeta un bref coup d'œil au lac, puis reporta son attention sur son amant.
- Pour être honnête, non.
Jim sourit. Il ramassa ses vêtements, prit la main de son amant, puis l'entraîna vers le chalet.
- Il y a bien assez à faire à l'intérieur...

Les deux hommes passèrent trois semaines idylliques, ne quittant la chambre que pour manger et satisfaire d'autres besoins élémentaires. Ils découvrirent ensemble de nouvelles sensations et partagèrent une intimité qu'aucun d'eux n'avait connue avant.

C'était leur dernière soirée dans le chalet. Le lendemain matin, ils devraient retourner à bord de l'Enterprise. Ils avaient fait l'amour avec tendresse, passion et ferveur, savourant leurs dernières heures de liberté. Alors qu'il se blottissait dans les bras de son amant pour dormir, Jim soupira :
- Ça va me manquer...
- À moi aussi.
- Tu crois que si je te fais installer dans les quartiers à côté des miens et que je fasse mettre une porte entre les deux, quelqu'un va se douter de quelque chose ?
- Un tel acte ne serait pas très logique pour que nous puissions continuer à préserver notre secret.
- Je sais... je plaisantais.
Spock ne répondit pas. Jim se redressa sur un coude pour le regarder dans les yeux.
- Tu m'as l'air soucieux depuis tout à l'heure.
Le vulcain retint à peine un soupir.
- Lorsque nous avons pratiqué le Pon Farr, je t'ai dit que la fusion mentale était là pour qu'il n'y ait plus aucun secret entre nous.
- Oui. Et ? Tu as un secret ?
- Une personne est au courant de notre relation. Une personne autre que le Docteur McCoy.
Surpris, Jim dévisagea son amant avant de demander :
- Qui ?
- Uhura.
Spock raconta à son compagnon ce qui s'était passé le lendemain de leur première nuit d'amour à bord de l'Enterprise. Lorsqu'il eut fini, le jeune capitaine avait le cœur totalement affolé. Pas par le fait que quelqu'un d'autre soit au courant pour eux, mais par une question que la jeune femme avait posée et à laquelle Spock avait répondu par l'affirmative.
- Tu lui as vraiment dit...
- Que je t'aime, oui. C'est la raison pour laquelle je ne t'ai pas parlé de ceci avant aujourd'hui. Je voulais attendre le bon moment pour te le dire. Je t'aime, Jim.
- Je t'aime, répondit le blond, luttant pour ne pas se laisser submerger par l'émotion.
Ils s'embrassèrent avec tendresse, puis laissèrent la passion à nouveau enflammer leurs sens. Leurs corps et leurs âmes ne firent plus qu'un. Tous deux surent à cet instant précis que, quelle que soit la distance qui pourrait un jour les séparer, même s'ils se retrouvaient chacun à un bout du vaste univers, ils seraient pour toujours des âmes-sœurs.

Fin.