Titre : Oubliettes

Auteur : lunny

Disclamer : Les personnages ne m'appartiennent pas et sont la propriété de J.K Rowling. Et cela malgré toutes mes supplications TT

Résumé : Severus Rogue, n'aurait au grand jamais du se retrouver dans le même lit que James Potter. Alors il fit la seule chose qui lui semblait raisonnable, il lui jeta un sort d'oubliettes. JamesxSeverus

Genre : Romance et rien d'autre à noter je pense.

Avertissement : Si les histoires basées sur deux hommes ayant une relation plus qu'amicale vous dégoûte, personne ne vous oblige à lire. Pas de spoiler visible. Cependant il peut exister quelques incohérences avec la version originale et je m'en excuse -_-

Note : Ces derniers temps, je me suis dis que James et Severus allaient assez bien ensemble, enfin c'est un avis tout personnel. Donc je n'ai pas pu résister à l'envie d'écrire sur eux ^^

Bonne lecture !

Il y a des gestes qui auraient pu changer toute l'histoire.

Il y a des erreurs qui auraient pu devenir des choix.

Mais cela on ne pourra jamais en être sûr…

Il savait que venir à cet endroit avait été une erreur. Une de nombreuses qu'il n'avait jamais cessé de faire sans doute. Tout avait dégénéré mais trop différemment qu'à l'habitude.

Ainsi, en ce matin d'été timide, il se retrouvait à s'éveiller dans un lieu qu'il ne connaissait pas, aux côtés d'un corps qu'il connaissait à trop le haïr, dans un collège sorcier anglais qu'il fréquentait depuis ses onze ans. Et loin de se sentir terrorisé, loin de se sentir perdu ou même anxieux, il se faufila entre les couvertures et chercha ses vêtements de la veille. Son expression neutre, impassible au possible ne laissait entr'apercevoir aucun des sentiments confus qui aurait du l'animer. Il ne cilla même pas quand il sentit un liquide froid glisser entre ses jambes dont il connaissait trop la provenance. Sa voix ne trembla pas quand il lança un sort rapide de nettoyage. Aucun rictus crispé ne s'attarda sur ses lèvres. Doucement, se déplaçant presque d'une façon naturelle comme si la pièce lui avait paru familière, il rassembla ses propres habits et les enfila avec la plus grande dignité.

Et sûrement, s'il ne sentait pas encore la morsure brûlante de la passion qui les avait animés la veille, il aurait pu se convaincre qu'il ne s'était rien passé. Enfin, prenant une respiration profonde, souhaitant que la veille ne soit que le fruit de son imagination, il se tourna vers l'autre occupant du lit.

Nu, le drap cachant les muscles de son dos qu'il savait saillant, il dormait. Il n'eut aucun sourire attendri de sa part, ni de pensées douces à son égard. Il cherchait, avec le plus grand détachement possible, la solution qui conviendrait à ce problème. Il n'aurait pas du s'encombrer de choses aussi improbables qui ne nourrirait que des espérances stériles d'un avenir heureux ou des remords qui lui empoisonneraient l'existence.

Lui, Severus Rogue, n'aurait au grand jamais du se retrouver dans le même lit que James Potter.

Le mal était fait, la chose aurait pu lui sembler inévitable, sous le signe du destin, s'il avait cru un jour à ces inepties de la part de son professeur de Divination. Pour lui, c'était juste une des issues possibles de leur longue rivalité étrange. Peut-être aussi s'était-il fait à l'idée de nourrir des sentiments superflus pour un être aussi égoïste. De toutes façons, il avait toujours eu tendance à s'attacher à des personnes qui ne l'aimaient pas, sa mère en première. Finalement, d'une façon dont il ne voulait vraiment pas comprendre les causes profondes, il avait fini par désirer James Potter. Et inexplicablement, ce qu'il avait souvent rêvé s'était finalement concrétisé. S'il avait pu seulement l'éviter, tout aurait été pour le mieux mais ce n'était pas le cas. La réalité, c'était qu'il ne restait qu'une semaine avant la fin définitive de sa scolarité. Plus que quelques jours encore et la cérémonie d'adhésion officielle aux Mangemort l'attendait lui et d'autres compagnons de Serpentard. Il n'avait pas le choix, il devait le faire, il était déjà trop engagé pour reculer. La marque était déjà gravée à son poignet, jusqu'à la fin. Son choix avait déjà été fait.

Et il savait exactement ce qui avait comme probabilité si James Potter se réveillait. Sûrement, il mettrait du temps à émerger, puis le voyant aura cet air réfléchi, grave peut-être. Il essayera de le frapper ensuite, se rappelant la veille, l'accusant de tous les maux. Disant qu'il avait utilisé des potions pour le faire céder face à lui. Puis il comprendrait que ce n'était pas le cas, quand fatigué de se battre, sur le lit il s'assiérait. Il le regarderait et comprendrait ce qui anime son cœur. Il aura cet air surpris. Il l'insultera encore, le secouera peut-être, le traitant de fou. Il se sentira coupable, parlera d'elle qu'il aime tant, se trouvera minable de l'avoir trompé avec lui qui plus est. Et après, il se souviendrait…

Il écarquillera les yeux, se précipitera vers lui. Il soulèvera sa manche et verra cette marque hideuse et honnie. Il le regarda dans les yeux, de la panique pointant dans ses iris. Il resserra la prise sur son bras et ses yeux s'assombriront, il essayera de garder son calme, sa poigne sur son poignet sera trop forte. Enfin, il posera lentement la question qui lui brûle les lèvres. Devant son manque d'éloquence, il parlera encore et encore à quel point il le dégouttait. Puis finalement, il lui demandera de ne pas faire un truc aussi stupide, de revenir en arrière. Pas parce que Potter l'apprécie… Non, juste parce que Potter est un Gryffondor. Et rien qu'à imaginer ce scénario, il savait déjà qu'il céderait. Il était trop faible.

Et pour une fois, il fuit la confrontation, sa gorge était trop sèche de toutes les façons et aucun argument ne trouverait écho à ses oreilles. Doucement, il agita sa baguette et d'une voix faible presque un murmure, il prononça :

Oubliettes

Quand James Potter se réveilla, il se sentait paisible. Il respira l'odeur des draps, il sentirait cet effluve inconnu comme un parfum de mystère. Il ne la reconnut pas, même si ses poings se sont souvent acharnés contre le visage de son possesseur les premières années de Poudlard. Même si son odeur flottait encore longtemps après dans son esprit quand il le bousculait dans les couloirs trop étroits pour eux. D'abord il fut surpris de cette odeur qu'il ne reconnaissait pas, ce n'était pas l'odeur de celle qu'il avait réussit à séduire après de si nombreuses années. Ses mains cherchèrent la silhouette familière et qu'il ne trouva rien. Il se sentit tout à coup éveillé, il se leva précipitamment s'emmêlant dans les draps. Et il s'étala sur le sol nu, dans cet endroit qu'il ne connaissait pas.

Il ne se souvenait toujours pas, cherchant ardemment dans ses souvenirs sans trouver la clé de ce mystère. Il connaissait cette douce torpeur dans laquelle était plongé son corps, mais il ne pouvait se souvenir de la personne avec laquelle il avait partagé cette nuit. Il se sentait coupable et honteux. Et ce matin, il revient silencieusement dans le dortoir et se coucha dans son lit sans qu'aucun de ses compagnons de chambré le remarque. Quand Sirius lui demanda à travers le rideau de douche s'il avait réglé une bonne fois pour toute son compte à ce bâtard de Rogue la veille, il répondit sans trop réfléchir oui. Même s'il ne se rappelait même plus s'il l'avait au moins croisé ce soir-là. Et quand Sirius affirma que la peste de Serpentard devait être sûrement brisé à ce moment là, il ne savait pas à quel point il avait raison.

Ce matin-là, au pied des escaliers, il attendait qu'elle descende pour le rejoindre. Il était terriblement anxieux. Peut-être que ce corps qu'il avait enserré l'autre nuit appartenait à une des ses amies ? Que déjà elle était au courant de cette trahison ? Et il savait que si elle l'apprenait, il n'aurait plus jamais aucune chance avec elle. Il ne doutait pas de son cœur pourtant, et même s'il ne savait comment, il avait connu un moment d'égarement qui ne se reproduirait jamais, se jurait-il. Alors quand Lily descendit les escaliers en lui souriant et vint l'embrasser, il se promit de ne pas la rendre malheureuse.

Pourtant, dans la Grande Salle, il cherchait des yeux, un signe qui aurait pu lui indiquer avec qui il avait partagé un lit il y avait à peine quelques heures. Ses yeux glissaient sur ses visages familiers pour la plupart, cherchant dans les expressions, les regards, une connivence qui aurait pu l'amener à comprendre. Mais rien ne se profilait. L'inconnue de cette nuit avait semblait-il décidé de garder le silence. Sûrement James se sentait redevable envers elle de ne pas briser son couple pour l'histoire d'une simple nuit inutile. Il commença alors son repas, ne notant pas l'absence étrange de celui devenu son ennemi le plus intime.

Et Severus Rogue fut à l'image de ce repas, absent de sa vie.

Quelque fois, quand ils évoquaient Poudlard avec ses amis, riant de leurs frasques et leurs déboires, il se souvenait de la fine silhouette presque fragile du jeune Serpentard qui l'observait. Stoïque et impassible, seuls ses yeux exprimant sa haine inaltérable pour celui qui avait fait de sa scolarité un enfer. Ces yeux qui quelque fois trahissaient autre chose, comme cette fois où il l'avait sauvé dans la Cabane Hurlante. Qu'il portait ce corps haï mais meurtri entre ses bras et que le sang s'écoulait de ses plaies trop larges. Ces yeux à ce moment-là… Et maintenant, c'était souvent les yeux de James qui cherchait désespérément cette silhouette familière dans l'ombre d'une ruelle déserte. Et étrangement dans ces moments, il se rappelait cette odeur inconnue dans les draps. Mais il ne comprenait pas pourquoi l'image de Rogue s'associait si bien à cette odeur.

Bientôt, celui que l'on appela Voldemort inspira la terreur partout autour de lui. A ces débuts pourtant, il n'était qu'un piètre danger pour le Ministère qui ne croyait pas en sa force et le laissa faire à sa guise, ne se doutant pas de l'erreur qu'elle commettait. A présent, il avait su rassembler autour de lui une armée. On les appelait Mangemorts dû à l'effluve fatale qui suivait chacune de leurs apparitions. Un bain de sang où baignaient tous les Sang-Mêlé et sorcier d'ascendance moldu qui avaient croisé leur route. Ne parlons pas des rares qui avaient voulu s'opposer à lui. On parlait aussi d'alliance secrète avec des créatures magiques. La suprématie des Sang-Pur était leur but. Et cette figure noire qui contrôlait cette armée terrible inspirait une peur telle que les gens tremblaient à la simple évocation de son nom. Ils essayaient de fuir pour se réfugier loin de cette figure mortelle. Mais certains se rassemblaient derrière le plus puissant sorcier de l'époque, Albus Dumbledore, pour essayer d'enrayer cette menace. James fit parti ceux-là.

Pour entrer dans ce qu'on nomma l'Ordre du Phénix, les réglementations étaient extrêmement strictes. La présence d'un espion pourrait en effet s'avérer mortelle pour ses membres. Ainsi, bien avant que l'on ne leur permette de rencontrer les autres membres ou que même l'un des nombreux quartiers généraux que possédait l'organisation ne soit mentionné, il fallait passer sous divers sorts pour vérifier si aucun d'eux n'était sous le coup d'un sortilège. Ainsi, Sirius, Lily et Rémus qui avaient eux aussi décidé de participer à la lutte passèrent ces premiers examens sans grande difficulté. Bien que Peter trembla un peu, James n'ignorait de toutes façons pas qu'il avait une sainte horreur de se retrouver pointé par une baguette, ils ne trouvèrent rien de particulier. Cependant quand ce fut le tour de James, les sorciers décelèrent un problème, il se retrouva alors la cible des baguettes de tous les sorciers présents dans la pièce craignant qu'il soit sous le coup d'un Impérium et qu'il ne se mette à les décimer un par un. James n'aurait pas pu décrire exactement ses sentiments quand il vit que ses meilleurs amis et sa présente épouse prêt à lui lancer un sort au moindre geste suspect. Pendant quelques instants, un des inspecteurs fouilla son esprit à la recherche du sortilège dont il était la victime. Il finit par décréter qu'il s'agissait d'un simple Oubliettes et d'une simple formule défit le sort.

Quand on l'interrogea sur ce qu'il se souvenait, il répondit en riant que Lucius Malefoy lui avait lancé ce sort en deuxième année quand il l'avait surpris à embrasser Bellatrix dans un des couloirs de Poudlard. Bien qu'il sentit le regard suspicieux de Sirius sur sa personne, il continua à affirmer cela. C'était une partie de la vérité, il avait bien vu Malefoy et Bellatrix s'embrasser dans un des nombreux couloirs de l'établissement sorcier, cependant, Malefoy ne l'avait jamais repéré et ne lui avait jamais lancé ce type de sort. Et il se rappelait très bien d'avoir été raconté cette découverte à Sirius quelques minutes après. Heureusement son ami ne dit rien, même s'il était suspicieux, il savait que James ne mentirait ainsi que pour de bonnes raisons. Par contre, il espérait que son ami ne lui pose pas trop de questions sur ce qui lui était vraiment revenu, sinon il serait contraint de lui mentir.

Il ne se voyait pas lui annoncer qu'il avait passé une nuit avec Severus Rogue.

Pendant un temps, il essaya de reléguer cette information comme une erreur regrettable causée par sa jeunesse. Il s'était juste laissé emporté, impulsif qu'il était. Le Serpentard l'avait entraîné avec lui, un piège cruel et écœurant qui venait le hanter dés à présent. Chaque fois qu'il posait les yeux sur Lily, il se pensait indigne de la toucher. Il évitait sans cesse sa main qui cherchait la sienne. Il esquivait ses gestes d'attention, ses caresses, son regard. James sentait que ça ne ferait qu'envenimer la situation. Cependant, l'image de Severus s'abandonnant sous lui semblait le hanter, comme la marque indélébile d'une erreur passée. Et la nuit quelque fois, les lumières éteintes quand sa femme endormie laissait ses bras l'entourer, les effluves de cette nuit passée semblait lui revenir. Et sous ses doigts les cheveux auburn devenaient aussi noir que de l'encre. Il se sentait étrangement faible. Les soirs où il s'abandonnait aux plaisirs avec la jeune femme, le regard malicieux d'émeraude se confondait dans son esprit avec des yeux charbonneux étrangement fragiles.

Il se haïssait…

Il aurait voulu tout oublier de cette nuit, mais elle lui revenait toujours, inlassablement, marqué au plus profond de sa chair. Le regard que posait quelque fois Lily sur lui, le faisait douter. Et si elle savait ? A cette hypothèse son cœur se resserrait douloureusement dans sa poitrine et son regard déviait toujours loin de celle qu'il aimait. Dans des élans de courage, il voulait tout lui avouer, mais devant son sourire, il se taisait. Il ne souhaitait pas que leur bonheur vole en éclat, que des larmes viennent couler sur le visage de sa femme. De plus, tout cela était insignifiant. Une seule nuit dans toute son existence qu'est ce que ça pouvait représenter ?

Pourtant quand on mentionnait son amant d'une nuit, il prêtait toujours une oreille discrète mais attentive. Cherchant quelque part à savoir ce qu'était devenu son ancien ennemi de Poudlard. Bien des fois, il se demandait si le jeune Serpentard se souvenait de leur dernière rencontre, du moins, il était sûr si sa mémoire en lui faisait pas défaut, qu'il en avait gardé un souvenir douloureux les jours qui avaient suivis. Que sûrement il devait crouler sous la honte et le dégoût bien plus que lui, mais cette pensée bien loin de rassurer le Gryffondor le mettait d'une humeur massacrante. Il attribuait cela au fait qu'il devrait être le plus à plaindre d'avoir ne serait ce touché le Serpentard. Et quelque part, il se sentait offensé par son attitude, il avait osé lui jeter un sort pendant son sommeil. Mais d'une certaine façon, il se disait que cela était mieux ainsi, que n'étant pas encore totalement un adulte à l'époque, il n'aurait pas eut le recul nécessaire. Qu'à présent, même s'il se sentait quelque peu déboussolé, il pouvait reléguer la chose comme une regrettable erreur de parcours et continuer son existence le plus tranquillement du monde. Bien qu'il ne l'avouerait jamais, il approuvait la décision de Rogue. Quand Lily lui annonça qu'elle était enceinte, il se résolut à ne plus s'attarder sur ce souvenir peu plaisant.

Cependant, ces fragiles résolutions furent balayées un soir de septembre aux alentours de minuit.

A peine avait-il reçu le message de l'Ordre qu'il avait transplané. Il se trouvait à présent au milieu d'une rue de Londres moldu. Des flammes engloutissaient des bâtiments entiers tandis que des cris de terreur se répercutaient dans la nuit, des éclairs verts filaient dans le vent. A la lumière des flammes, il distingua les sombres silhouettes des fauteurs de troubles. Derrière leurs masques figés, il entendait des rires un peu fous tandis que les moldus désordonnés s'enfuyaient à toutes jambes. Il regarda autour de lui, il aperçut Remus qui se battait plus loin avant que celui-ci ne se réfugie derrière des décombres pour éviter un sort. De nombreux sorciers s'évertuaient maintenant à contrer les Mangemorts. James se lança dans la bataille, envoyant un sort à un Mangemort qui torturait un de ses camarades d'armes. Ce fût bientôt à son tour de plonger derrière des décombres pour éviter un sortilège qui s'échoua au pied d'un bâtiment, embrassant les fondations. Il roula sur le sol et pris son adversaire de revers. Ce dernier fut projeté à quelques mètres sous l'effet de l'attaque. James n'eût pas le temps d'en profiter qu'il dut bondir sur le coté évitant une attaque ennemie. Il essaya de désarmer son nouvel adversaire, celui-ci lui renvoya son attaque d'un geste de baguette. Sa baguette sauta de ses mains malgré ses efforts. Il esquiva habilement un maléfice et se jeta à terre pour reprendre possession de sa baguette et jeta un sortilège à l'aveuglette dans l'espoir de toucher son ennemi avant de rouler derrière un tas de ruine.

Cependant, quelle ne fût pas sa surprise de se rendre compte qu'il n'était pas le seul à avoir eût cette idée quand il heurta un autre sorcier. Il reconnut l'éclat doré des masques ennemis, il dégaina sa baguette, un sortilège sur le bout des lèvres qui ne connut jamais le jour. Le masque s'était ébréché lors de la bataille, la lumière des flammes ondulaient sur le visage à demi découvert, un œil charbonneux le fixait avec autant de stupeur que dans ses propres iris. Un silence lourd s'installa le temps de quelques secondes, le bruit des combats semblait disparaître face à leurs deux souffles précipités. Puis un éclair vert monta vers le ciel jusqu'à la lune à moitié pleine, les Mangemorts sonnaient le rappel, ils étaient en infériorité numérique face aux membres de l'Ordre qui arrivaient de plus en plus nombreux sur place. Il comprit que son homologue allait disparaître d'un moment à l'autre.

Alors, James Potter fit, selon lui, la deuxième plus grosse erreur de sa vie, il se saisit du bras de Severus Rogue et transplana.

A suivre…

J'avais prévu de ne faire qu'un one shot, mais j'ai pensé que une coupure était nécessaire avant de continuer ^^. (non non je ne suis pas cruelle :p) Le prochain chapitre sera le dernier ne vous inquiétez pas. Par contre partant en vacances demain, je ne pense pas pouvoir le publier avant un certain moment. Attendez-vous à le voir apparaître vers le 20.

Si vous avez des remarques à formuler ou des critiques à faire n'hésitez pas la review est là pour ça.