Résumé et Disclaimer à la fin du chapitre.

Attention : une partie de l'œuvre est une libre adaptation de l'histoire aujourd'hui disparue : 'Knowledge is Power' de Fettucini.

Merci à Bunny et Fredjs, mes deux Beta-Readeuse de charme, pour leurs conseils inspirés, et leur travail remarquable.

-

-

Le dernier Vœu de Harry Potter :

Livre 1 : Potter, l'ascension

-

Chapitre 1 : La fin de l'enfance.

Rémus Lupin était un homme qui, bien qu'un peu pâlichon, demeurait remarquablement séduisant et abordait la trentaine avec une sérénité que seul les sages semblent posséder. De taille moyenne, mais possédant une belle carrure, il se tenait en ce moment, debout, les deux mains enfoncés dans les poches de son long imperméable marron, et semblait remarquablement tendu.

Et pour cause, tout comme le reste de la foule, son regard ne lâchait pas d'un pouce la partie de football qui se jouait devant lui. Comme près des cinq mille autres personnes que la froideur de l'après midi n'avait pas réussit à décourager, il s'agitait donc nerveusement en suivant les différentes actions qui jalonnaient les dernières secondes du match.

En effet, cette partie n'était pas comme les autres, et ce pour une raison toute simple. Il s'agissait de la finale nationale du championnat des juniors et pour rien au monde Rémus Lupin n'aurait manqué une occasion de voir son fils adoptifs remporter ce match.

Ledit garçon était en ce moment même habillé d'un maillot bleu nuit absolument immaculé et courait avec grâce près du centre du terrain. Le regarder était déjà une expérience en soi, car son allure n'avait rien de comparable à celle de ses pairs.

Bien qu'il ait joué la totalité du match avec brio, pas une goutte de sueur ne maculait son visage, son uniforme semblait sortir du pressing et même ses chaussettes blanches soigneusement remontées ne portaient pas la plus petite tache...

Un vaste contraste avec tous les autres joueurs présents sur le terrain dont l'uniforme était plus ou moins recouvert de boue.

Ce garçon si soigneusement habillé qui maniait le ballon rond comme personne et faisait la fierté de son gardien n'était autre que Harry Potter, le plus intelligent et déterminé jeune homme que Remus Lupin avait jamais eu le plaisir de rencontrer.

Se désintéressant un moment du match, Rémus songea au sombre passé de son protégé avec tristesse.

-

Rémus avait adopté Harry lorsqu'il avait huit ans, soit plus de quatre ans après que le père du jeune garçon ait été assassiné et que sa mère et sa sœur se soit enfoncées dans un coma sans retour.

Un passé tragique donc, cependant les malheurs de l'enfant ne s'arrêtaient pas là !

Effectivement, après la disparition de sa famille, le jeune Harry Potter, alors âgé de trois ans avait été envoyé dans le Surrey auprès de la sœur de sa mère, Pétunia Dursley.

Remus qui ne vivait pas en Angleterre, à ce moment-là, ne comprenait pas vraiment ce qui s'était passé au cours des années qui avaient suivi, car Harry n'en parlait jamais…

Tout ce qu'il avait réussi à apprendre, c'était que, quelques années plus tard, des circonstances visiblement dramatiques avaient abouti à la disparition des Dursley et que Harry, alors âgée de sept ans, s'était une nouvelle fois retrouvé seul.

De retour en Angleterre après plusieurs années d'absence, finalement informé de la situation, Remus avait alors immédiatement décidé d'adopter l'enfant et s'était lancé à sa recherche contre l'avis général.

Le destin lui avait pourtant donné raison !

Après avoir découvert par hasard le pauvre garçon dans un club où il travaillait comme magicien pour subsister, Rémus avait pris une décision qui devait changer durablement son existence.

Peut-être était-ce pour compenser la longue succession de malheurs et de souffrances qu'avait traversé le garçon, peut-être était-ce simplement en mémoire de James Potter... toujours est-il que lorsqu'il avait finalement retrouvé Harry, Remus avait décidé de faire de sa vie une mission dont le seul et unique but serait d'offrir au jeune garçon tout l'amour et la joie que le destin s'était ingénié à lui arracher.

-

Regardant Harry recevoir la balle en souriant avant de se débarrasser de son adversaire direct à l'aide d'un crochet, Rémus Lupin secoua lentement la tête.

Bien de l'eau avait coulé sous les ponts depuis qu'il avait retrouvé le fils de James Potter…

Son enfance avait fait du gamin un survivant, un être au cœur froid qui appréhendait la vie comme un éternel combat, dont le seul but était la subsistance.

A ce sujet, nier que le gosse était marqué par son passé aurait été ridicule. Cependant, cohabiter avec Harry n'avait rien d'impossible.

Tout d'abord, le gamin avait visiblement développé un sens de l'humour sarcastique, perverti, et dérangeant, qui aurait certainement rebuté pas mal de monde, mais dont Rémus était rapidement tombé amoureux. Après tout, vivre avec Harry amenait toujours son lot de surprises, et prémunissait de l'ennui de manière durable.

Ce trait de caractère n'était d'ailleurs qu'une des nombreuses particularités du gamin et fréquenter Harry Potter était en soi une expérience unique. Sans parler de vivre avec lui et de l'éduquer.

Regardant le match qui progressait lentement, Rémus se frotta vigoureusement les mains afin de les réchauffer en songeant aux semaines qui avaient suivi l'arrivée dans sa vie de Harry.

-

Peu après son adoption, l'enfant se comportait comme un reclus ou un prisonnier ; s'asseyant seul dans l'obscurité de sa chambre et regardant les étoiles à travers sa fenêtre durant des heures.

Le jeune garçon refusait tout simplement d'adresser la parole à son tout nouveau gardien. Ce qui était peut être préférable, car le peu de phrase que l'on parvenait à lui faire prononcer était souvent si dures et si dénuées d'émotion, que l'on aurait souhaité ne jamais les avoir entendu.

Face à la persistance du mutisme de son jeune protégé, Lupin avait alors brièvement considéré l'idée d'emmener le gamin voir un docteur, afin d'obtenir de l'aide... Lancer une thérapie ne pouvait sûrement pas empirer les choses après tout...

Il n'en eut pas le temps, car avant qu'il ne puisse aller plus loin dans cette voie, une chose extraordinaire s'était produite...

Plongeant tout à fait dans ses souvenirs, Rémus Lupin ferma un instant les yeux et se remémora l'instant magique ou tout avait changé.

Des bruits de pas… Une porte qui s'ouvre… Harry qui entre, un échiquier à la main, et commence à installer les pièces en silence… Une seconde de latence… Rémus qui comprend finalement ce que l'enfant attend de lui et vient s'installer pour commencer la partie en tentant de commencer une conversation…

-Alors comme ça tu sais vraiment jouer aux échecs ! C'est incroyable Harry, ce sont les Moldus qui t'ont appris ?

-…

-Tu n'aimes pas beaucoup parler n'est ce pas ? Tiens ! Amusant de commencer ainsi en bougeant sa dame !

-…

-Hum… je vois ce que tu veux faire… Tu n'es vraiment pas mauvais tu sais, mais tu n'as pas assez réfléchi pour ce coup là. Regarde, si tu continues je vais prendre ton fou…

-…

-Tu vois, je t'avais prévenu, maintenant tu vas devoir battre en retraite et…

-Echec et Mat, pauvre simplet.

-QUOI ?? Non ce n'est pas possible ! Il doit y avoir une erreur je…

Rémus qui grogne d'un ton outré, scandalisé d'avoir perdu contre un gamin en moins de cinq coups. Et puis le silence… un silence absolu et magnifique…

L'homme, trop surpris pour émettre le moindre son, regarde avec stupéfaction le plus magnifique spectacle qu'il lui est jamais été donné de contempler…

Harry Potter, lui souriait !

-

Revenant au temps présent et applaudissant avec les autres supporters, une belle action de l'équipe de son fils adoptif, Rémus se surprit à sourire.

Après cette partie d'échec, tout avait changé.

Souvent, alors qu'il buvait un petit verre de brandy en bouquinant au coin du feu, Rémus surprenait du coin de l'œil Harry lire des livres qu'il n'était pas censé ouvrir à une heure où il aurait dut être couché... Le garçon le regardait alors de ses yeux verts extraordinaires et tous deux restaient ensuite silencieux, en faisant semblant de prétendre que l'autre n'était pas là.

D'autres soirs, l'héritier Potter venait le trouver en silence et attendait tranquillement que Remus commence à lui parler. Harry, qui n'était que bien peu disposé à discuter de son passé, était en revanche avide de découvrir celui de Remus et la vie de ses propres parents. Lupin commençait alors à raconter des anecdotes et l'enfant semblait secrètement apprécier les longs monologues de son gardien.

Lentement, jours après jours, une douce connivence s'était finalement installée. Le temps s'était écoulé et alors que la confiance s'instaurait peu à peu, la véritable personnalité de Harry s'était finalement dévoilée : l'enfant désirait simplement tout savoir…

Ce qui remplissait son gardien de fierté.

En effet, lorsqu'il était plus jeune et énergique, Remus Lupin était arrivé à la conclusion que savoir et pouvoir ne font qu'un, et que les ignorants étaient inévitablement destinés à rester faibles et à échouer dans la vie, terrassés par le poids de leur propre médiocrité...

Avec surprise, il avait donc découvert que Harry semblait partager sans réserve cette vision manichéenne du monde...

Peut être le garçon avait-il adopté cette philosophie de son gardien, ou peut être que son enfance difficile l'avait poussé dans cette voie ; toujours est-il que rapidement, l'héritier Potter avait demandé à son père adoptif de recevoir la meilleure des éducations…

Autant dire que Rémus avait été plus que ravi de se plier au désir de l'enfant.

Ne croyant pas en l'enseignement offert par les établissements scolaires moldus, qu'ils soient publics ou privés, Rémus Lupin avait alors entrepris d'apprendre au jeune Harry tout ce dont il aurait besoin, secrètement ravi que le gamin s'ouvre finalement à lui.

Ceci constitua indubitablement les graines de la relation qui grandit rapidement entre eux, et que Rémus fut une fois de plus ravi de cultiver.

Pourquoi une éducation à domicile et non pas une des nombreuses excellentes écoles du pays ?

Et bien tout simplement, parce qu'en dépit de la quantité astronomique de matières que les différentes écoles classiques londoniennes proposaient, aucune d'entre elle n'était en mesure d'apprendre à l'enfant ce que ce dernier brûlait par-dessus tout de découvrir : la Magie !

-

Voyez-vous, il est indispensable que vous compreniez quelque chose à propos de Harry Potter et Remus Lupin : tous deux étaient des sorciers !

Par opposition aux moldus, les sorciers sont des gens appartenant à un monde mystérieux, regroupant toutes les personnes possédant le pouvoir d'utiliser les différentes forces spirituelles communément nommées 'magie' afin de réaliser ce que la plupart des gens comme vous jugerait impensable, miraculeux, voir même impossible et démoniaque.

Cela n'aurait pas dut, en principe, influencer l'éducation du jeune Harry, car les enfants sorciers avaient, au cours des onze premières années de leur vie, un apprentissage très similaire à celui des enfants moldus. Cependant Harry était tout sauf ordinaire et Rémus, s'était rapidement sentit obligé d'apprendre à son protégé tout ce que ce dernier voulait savoir

Abandonnant complètement le match qui avait beaucoup baissé en intensité. Rémus plongea une nouvelle fois dans ses souvenirs.

-Qu'est ce que tu fais avec ce livre de métamorphose, Harry ? Je t'avais dit de faire ton devoir sur Pythagore !

-Je l'ai déjà finit.

-Mais, c'est impossible, je te l'ai donné il y a moins de cinq minutes.

-Pfff, mon pauvre Rémus, tu as toujours un train de retard. Je savais très bien que tu allais me demander de résoudre ce problème, alors j'ai pris de l'avance et je l'ai fait la semaine dernière…

-Mais comment pouvais-tu savoir que je te demanderais de faire celui là et pas un autre ?

-C'est à cause de ton grand âge. En vieillissant les gens finissent par développer des manies et deviennent facilement prévisible…

-Je ne suis pas vieux, sale petit insolent ! A présent repose ce livre de magie, je vais te donner un autre exercice.

-Certainement pas l'ancêtre, tu m'avais donné une heure pour faire ce problème, et je compte l'utiliser entièrement… Ce qui veut dire qu'il me reste exactement 53 minutes de travail. A présent au lieu de me déranger, tu pourrais sûrement m'expliquer la troisième loi de la transfiguration des métaux…

-Harry mais qu'est ce que tu fais encore avec ce livre sur le langage des centaures ! Je t'ai dit plus de cent fois que ce n'était pas un livre pour les enfants. Si tu veux vraiment t'amuser en essayant d'apprendre d'autres langues il faut commencer par...

- Tubula sasaleth, epzbig tatrom !

-Hein ??

-Ca veut dire : Tais-toi, je travail ! en langage en centaure… Tu devrais songer à réviser tes classiques, Alzheimer te guette mon pauvre ami…

-Mais comment fait-il ça ?… Grommela le Lycan complètement soufflé.

Secouant lentement la tête en songeant aux facultés mentales de Harry, Rémus retint difficilement un soupir. Le sale gosse était doté d'un esprit que n'importe qui aurait caractérisé de génial, et absorbait les informations à une vitesse faramineuse.

En fait, ses exceptionnelles capacités intellectuelles n'avaient d'égale, que sa soif insatiable de savoir magique et sa passion pour le sport.

Ce qui nous amène au présent évènement.

En effet, moins d'un an après son adoption à l'âge de huit ans, Harry avait commencé à s'intéresser au football. Remus, actif défenseur de la devise, un esprit sain dans un corps sain, n'y avait vu aucune objection. Après tout, l'enfant était si brillant qu'il avait déjà atteint le niveau d'étude d'un enfant Moldus de douze ans, et comprenait la magie avec une acuité presque inquiétante.

Pourquoi lui refuser un passe-temps dans ces conditions ?

Le lycan se souvenait d'ailleurs parfaitement du jour où, dans son infinie bonté, il avait daigné inscrire Harry dans un club de football.

Il revoyait parfaitement la manière dont l'enfant l'avait supplié, la gentillesse infinie et la grandeur d'âme dont il avait su faire preuve….

Revenant brusquement à la dure réalité, Rémus cessa à contre cœur d'affabuler et se remémora la manière dont s'était réellement passées les choses, en grinçant des dents.

-Allez Harry, dépêche toi de manger ton déjeuné nous sommes en retard et… Que... Qu'est ce qui m'arrive… Que... Glurk… Qu'est ce... Uerf... Petit Salopiot ! Qu'est ce que tu m'as encore fait ?...

-Moi ? Mais rien du tout.

-Tu as inversé nos assiettes, n'est ce pas sale vaurien ?

-La mienne avait l'air plus remplit, alors j'ai voulu être généreux…

-Ne ment pas insupportable petit Punk, comment as tu encore réussi à deviner que je voulais te faire une blague ?

-Je ne sais vraiment pas de quoi tu parles mon pauvre Rémus, mais si tu le prends sur ce ton je pense qu'il vaut mieux que je te laisse quelques heures comme ça, histoire que tu ais le temps de te calmer…

-Attends ! Tu ne peux pas m'abandonner dans cet état. Tu dois absolument me décoller du plafond !!!

-Voyons Rémus, tu sais très bien que je n'ai pas le droit de faire de magie à la maison… La loi est très stricte et…

-Ca ne t'a jamais dérangé avant aujourd'hui misérable ingrat ; à présent attrape ma baguette qui est sur la table et lance un finite incantatem, exactement comme je te l'ai appris il y à une semaine.

-Hum, je ne sais pas, ce genre de chose est si complexe…

-Ne te paye pas ma tête, je sais très bien que tu es parfaitement capable de lancer ce charme !

-Tu as raison je crois que je peux y arriver… Mais tout de même, j'hésite encore… Je suis sûr que si tu signais ce petit formulaire, cela pourrait faire pencher la balance et me convaincre de te décrocher du plafond…

-QUOI ?! Tu essayes de me faire chanter ?! Tu n'es qu'un vil Terroriste ! Après tout ce que j'ai…

-Mais pas du tout Rémus, voyons tu dramatises tout. Tu devrais plutôt voir ça comme petit arrangement entre gens de qualité…

-Serpent Visqueux !

-Bon très bien, si tu préfères rester suspendu comme une chauve-souris…

-Attends ! C'est bon, tu as gagné ! Fait moi descendre et je signerais tes papiers.

-Hum… je crois que je vais plutôt te léviter le formulaire et un stylo afin que tu signes tout de suite. Je te décrocherai après. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance, mais tu sais, l'âge venant, on se met à oublier de plus en plus de choses…

-(A mi voix) Sale petit renard, ce gamin est trop malin pour son propre bien… (Plus fort) Voilà, tout est signé ! J'espère que tu es content !

-… Hum Tout semble en ordre. Merci beaucoup Rémus…

-A présent tu vas me…

-Finite incantatem !

-Ouaillle !!!

-Quel idée de te recevoir avec ta tête mon pauvre ami, à ton âge tu devrais pourtant savoir que les jambes sont bien plus efficaces pour se réceptionner…

-(A mi voix), tu ne perds rien pour attendre, je finirai bien par t'avoir… Dis-moi juste ce que j'ai signé, fils indigne !

-Tu viens de m'autoriser à rentrer dans un club de football. Le premier entrainement est ce soir, il faudra que tu m'y amènes pour 18h. A présent je vais bouquiner dans ma chambre. Bonne journée Rémus.

-Merlin, je crois que je hais cet enfant.

C'est ainsi que trois ans plus tôt, Harry Potter avait rejoint le centre de formation des Lions de Ramsgate, l'équipe la plus proche de leur domicile.

Preuve ultime que la vie était décidément injuste, Harry s'était rapidement révélé aussi sportif qu'intelligent, et quelques mois seulement après son intégration dans l'équipe, il en était devenu le milieu de terrain vedette.

-

Revenant au moment présent, Remus se permit un petit sourire. Il ne se vantait jamais des performances de son fils adoptif, mais à ce moment précis, il était clair que Harry était de loin le meilleur joueur sur le terrain.

Peut-être était ce la raison pour laquelle il aimait tant voir jouer son protégé : chaque merveilleuses fois où l'enfant faisait agir son immense talent sur le terrain, Rémus Lupin avait l'impression de voir James Potter revenir à la vie.

Les quatre vingt dix minutes du match étaient à présent presque écoulées et le score était toujours de un partout : tout semblait indiquer que la finale se jouerait au cours des prolongations. Ceci n'aurait pas dut être un problème mais les cartons rouge qu'avait récolté les deux défenseurs centraux avaient déjà lourdement pesé sur l'équipe de Harry. Peut-être que ces gamins étaient les meilleurs jeune de leur génération, mais ils restaient malgré tout des enfants, des enfants essoufflés et fatigués par l'effort qu'ils venaient de fournir, et l'équipe de Harry ne tiendrait pas trente minutes de plus à neuf sur le terrain. Toute l'équipe des Lion de Ramsgate semblait déjà à bout de souffle et Rémus doutait qu'il puisse tenir ne serait ce que cinq minutes de plus.

Brusquement, Rémus sentit son souffle se bloquer, Harry venait d'amortir impeccablement une passe de son goal au milieu du terrain et d'éliminer son adversaire direct à l'aide d'un crochet de niveau professionnel. Le gamin allait faire en sorte que quelque chose se produise !

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle son coach l'aimait autant. La capacité du môme à réaliser des exploits n'avait tout simplement aucune limite.

Après une rapide course en avant, le jeune Potter se retrouva rapidement encerclé par des défenseurs à quelques mètres de la surface de réparation. A ce moment précis, le gamin n'avait apparemment plus d'autres solutions que de faire rapidement une passe en arrière à un de ses coéquipiers démarqués. Imaginez donc la surprise de Remus et des autres spectateurs lorsqu'ils virent Harry poursuivre sa course effrénée en avant et s'engouffrer dans une brèche minuscule qu'avait laissé un des défenseurs, avant de réaliser une talonnade qui prit la défense complètement à contre pied.

Le une-deux rapide qui s'en suivit propulsa Harry en orbite et le gosse courait désormais balle au pied en direction des filets adverse. Le touché de balle du garçon n'était rien de moins que spectaculaire, et une seconde plus tard la balle disparue des pieds de Harry et réapparue dans les filets adverses.

Un tir canon !

Le goal n'avait eu aucune chance, et bien des défenseurs n'avaient même pas vu partir la balle.

Un bref instant de silence gêné suivit ce coup de génie. Les joueurs des deux équipes et les supporters regardèrent, pétrifiés, le ballon à présent immobile au fond des filets, puis le stade tout entier semblât exploser. Le sol trembla alors que tous les spectateurs se levaient d'un commun accord pour crier leur joie ou leur tristesse. L'arbitre siffla le but et déclara la fin du match et la clameur se déchaîna.

Avant d'avoir comprit ce qui était arrivé, Rémus vit Janine, une mère célibataire d'un autre gamin de l'équipe, lui attraper fermement la tête et lui planter un baiser langoureux sur les lèvres qui dura quelques trop courtes secondes. Si monsieur Lupin n'avait pas été aussi stupéfait, il aurait probablement ouvert les lèvres et laissé la langue inquisitrice qui lui chatouillait la bouche, entrer en lui, mais en l'état des choses, il resta parfaitement immobile et ouvrit de grands yeux.

Dieu et Merlin bénissent les chaudes mères célibataires et sexys des jeunes footballeurs !

S'arrachant finalement à son immobilité, Rémus vit son protégé s'approcher de lui sans tenir compte de ses camarades en liesse, une expression amusée sur le visage. Le monstre l'avait vu se faire bécoter par une groupie en furie et Rémus était certain qu'il était partit pour une longue après midi de railleries…

-

-

Un peu plus tard dans la soirée, Harry Potter s'assit sur son lit, serrant dans ses mains son trésor le plus précieux et se mit à gratouiller discrètement, la première des mélodies qu'il avait appris à jouer.

Cet objet, qu'il chérissait par dessus tout, n'était autre que la guitare de sa mère.

La même guitare dont elle jouait le soir pour aider sa sœur et lui à s'endormir lorsqu'il était petit. Il ne se souvenait pas parfaitement de tous ces moments, mais si il se concentrait extrêmement fort, certains flashs lui revenaient : quelques accords, la douce voix de sa mère, le rire de sa petite sœur, la chaque présence de son père, la douceur qu'il l'envahissait lorsque les doux accords résonnaient dans sa chambre...

Depuis que trois ans plus tôt, il avait reçu comme cadeau d'anniversaire la guitare qu'il croyait perdu ; il avait appris à en joué avec une furie impressionnante, car il y voyait là un hommage rendu à sa mère.

Au début, tout avait été difficile en l'absence de professeur, mais Rémus qui avait visiblement sauvé pas mal de choses de son ancienne demeure avant que celle ci ne soit pillée, lui avait trouvé le carnet dans lequel sa mère écrivait ses balades préférées. A partir de là, les choses étaient allé vite et Harry avait rapidement appris à maitriser la première des chansons du carnet qui était aussi la favorite de sa mère : Hôtel California, des Eagles.

Bien sûr, à présent qu'il maîtrisait parfaitement l'instrument, il se rendait compte que ce n'était pas la meilleure chanson par laquelle un garçon de huit ans devrait débuter. Le morceau était après tout réputé pour son solo de guitare particulièrement difficile et ses doigts étaient alors à peine assez longs pour pouvoir produire toutes les notes...

Mais Harry n'était pas un génie pour rien et une fois qu'il eut appris qu'il s'agissait de la chanson préférée de sa mère, il en avait fait une croisade personnelle et avait appliquée sa détermination implacable à l'apprentissage de cette musique...

Cette même détermination farouche qu'il investissait d'ailleurs dans tout ce qu'il tentait, cette volonté implacable qui guidait chaque pas de sa vie qui le poussait toujours plus près de ce dont il rêvait.

Harry Potter était un homme qui n'aimait pas les demi-mesures, et ne tolérait pas l'échec.

-

Six mois après avoir reçut la guitare, il savait parfaitement jouer le morceau sans même avoir recours à la partition, et bien que beaucoup auraient pu dire qu'il s'agissait là d'une perte de temps ridicule, Harry ne s'était jamais sentit aussi fier d'un de ses accomplissements. A force de travail et de volonté, il avait réussit à se rapprocher un peu de cette mère que le destin lui avait arraché.

Bien sûr, certain pourrait arguer qu'il aurait dut demander à Rémus un professeur, et aurait ainsi progressé plus vite. Tout aurait été alors terriblement facile pour un enfant aussi brillant que lui. Cependant pour des raisons qu'il n'expliquait jamais, Harry refusait catégoriquement de partager cette guitare avec qui que ce soit et voulait réussir à la maitriser par lui même, et sans aucune aide.

Il ne voulait pas non plus que les autres l'écoute jouer.

Non, il avait appris à créer la beauté, pour les seules oreilles de sa mère et de sa sœur inconscientes.

Après avoir maitrisé une chanson si difficile, tout le reste était venu aisément et Harry se demandait souvent si sa mère, elle aussi, avait appris ce morceau en premier.

L'héritier Potter se demandait d'ailleurs souvent si son désir insatiable de se rapprocher de sa mère et de sa sœur était obsessionnel. Si tous les interdits et toutes les règles qu'il s'était imposé pour atteindre l'excellence en leur honneur, n'étaient pas pure folie.

Cependant lorsqu'il y réfléchissait à deux fois, le sorcier réalisait immanquablement qu'il était fier de ses accomplissements, et ne voudrait pas qu'il en soit autrement.

L'héritier Potter n'aimait pas ressasser cette nuit tragique qui avait aboutit à la destruction de sa famille, mais son esprit désobéissant l'y renvoyait invariablement lorsqu'il jouait de la guitare.

Le sacrifice courageux de son père qui était parti dans l'après vie en combattant. L'attaque injuste qui avait touché sa petite sœur Anita, et puis le sacrifice de sa mère qui l'avait protégé d'un sort de folie en se condamnant à ce même funeste destin à la place de son fils...

Si son père était mort cette nuit-là, le sort de sa sœur et de sa mère était pourtant bien pire.

Prisonnières d'une prison de chaire vivante, à jamais enchaînées à un monde qui ne voulait plus d'elles, perdues dans une souffrance immobile et silencieuse…

C'était à lui, désormais qu'incombait la lourde tache de les délivrer, de veiller sur elles, et de les venger.

Peu après son adoption par Rémus, le dernier des Potter avait appris que sa sœur et sa mère résidaient toujours dans la section des affections magiques de longues durées de sainte Mangouste, et bénéficiaient des bons soins du personnel de l'hôpital.

Ce jour avait été l'un des plus triste de sa courte vie.

Bien sûr, il n'était pas malheureux de découvrir les deux femmes vivantes, mais il était révolté par la situation dans laquelle elles se trouvaient et parfois, il songeait qu'il aurait peut être mieux valu qu'elles meurent et rejoignent son père dans l'autre monde. Là bas au moins, elles auraient pu à nouveau découvrir le bonheur, ou savourer la douceur du repos éternel.

Au lieu de cela, celles qu'il chérissait plus que tout, étaient devenues âmes damnées, incapables de s'arracher aux mains glaciales du trépas ou de continuer leur chemin dans l'après vie, et condamnées à vivre un éternel calvaire.

-

S'arrachant à ces sombres pensées, Harry se concentra sur sa musique.

Le survivant de Godric's Hollow refusait de laisser le passé l'envahir et la culpabilité le détourner de sa voie. Il ne vivait que grâce au sacrifice de son père et à la souffrance de sa mère et sa sœur, et c'était la raison pour laquelle, il leur avait dédié sa vie.

C'est le visage de sa mère endormi qui l'avait poussé à forcer Rémus à lui apprendre le plus de choses possible sur la magie, et à l'aider à comprendre les livres d'école et les carnets de note que ses parents lui avait laissé.

C'est en mémoire du rire de sa tendre sœur était qu'il s'entrainait physiquement, mentalement et magiquement pour devenir capable de la protéger.

C'est uniquement pour sauver sa famille qu'il deviendrait le plus puissant de tous les sorcier : afin d'avoir un jour la force suffisante pour les protéger et finalement les venger !

Personne à part peut être Rémus ne connaissait les véritables raisons de ce désir de pouvoir, et de cette envie de savoir sans limite.

'Savoir, c'est pouvoir' disait toujours Remus.

L'homme avait raison, mais s'il est vrai que Harry partageait la devise de son mentor, le jeune garçon y ajoutait sans bruit sa propre devise : Savoir c'est pouvoir, et pouvoir n'est que le début !

Le pouvoir vient du savoir, mais le pouvoir sans un but est inutile. Quel raison aurait-on de devenir puissant si l'on n'avait rien à faire de cette force.

Pour lui le pouvoir était un moyen, pas un but en soi.

S'arrachant une nouvelle fois à ses pensées futiles et écartant ses parents de son esprit, Harry se concentra sur les accords qui s'échappaient de sa guitare.

La douce mélodie emplissait sa chambre et enflait, en suivant le rythme de ses émotions. Il était dommage que jouer de cette guitare le mette toujours dans de pareil état...

Parfois, alors qu'il s'immergeait complètement dans sa musique, il lui semblait entendre la respiration de sa sœur et de sa mère accompagner les accords... et pourtant il n'y avait personne, cependant l'esprit de ceux qu'il aimait était avec lui, et c'est pourquoi il aimait jouer et jouait si bien.

Refusant une fois de plus de sombrer dans le sentimentalisme, le survivant se contraignit à penser à des affaires plus actuelles... comme la lettre qui trainait sur son bureau par exemple.

La lettre avait été délivrée une demi-heure plus tôt, par une grande chouette brune, ce qui prouvait sans l'ombre d'un doute qu'elle provenait du monde sorcier. Un seul regard sur le cachet de cire mauve lui avait permis de comprendre de quoi il retournait.

Poudlard, l'école de magie la plus prestigieuse d'Europe venait de l'accepter parmi ses élèves. La société britannique tout entière considérait qu'il s'agissait là d'un honneur immense que d'être accepté au sein de cet établissement, mais Harry ne voyait pas les choses sous cet angle.

Pour autant qu'il le sache, presque tous les enfants d'Angleterre capable d'utiliser la magie y étaient admis, même les plus faibles d'entre eux !

La sélection y était donc totalement absente, ce qui faisait de l'endroit un lieu comme un autre aux yeux du dernier des Potter.

En dépit de son opinion réservé sur l'endroit, Harry avait déjà décidé que s'il voulait obtenir la liberté d'action nécessaire pour pouvoir aider sa mère, il était important qu'il sorte diplômé de Poudlard. Brillement diplômé, cela va s'en dire et…

-Je crois que je n'arriverais jamais vraiment à me faire à l'idée que tu es aussi doué avec cette guitare, peu importe le nombre de fois où je t'entends en jouer… dit une voix depuis la porte de sa chambre, faisant sursauter Harry et interrompant la douce mélodie qui s'élevait un instant auparavant de sa guitare.

Perdu dans ses pensées, le jeune Potter n'avait pas entendu son oncle entrer... ce qui n'avait rien de surprenant puisque l'homme avait été en son temps un sacré blagueur et savait se faire discret, si ce que disait le journal de son père était vrai.

Énervé d'avoir été ainsi surpris, Harry se retourna d'un air dégouté vers son oncle et cracha.

-Ce serait vraiment gentil de ne plus entrer dans ma chambre en douce, espèce de pervers pédophile, tu ne sais donc pas comment frapper vieil homme ?

Rémus laissa un rire rocailleux lui échapper et tourna son regard amusé vers son jeune protégé tout en souriant.

-Ttttt. En toute honnêteté, ton petit cul musculeux et maigrichon est bien trop attirant pour que je puisse résister, Veinard ! Mais tu ne dois le dire à personne sinon toutes les femmes de la région serait dévastées, susurra-t-il en souriant d'un air mauvais.

Harry se renfrogna en entendant son oncle utiliser son surnom.

Comment diable Rémus avait-il pu le surnommer Veinard en dépit de son passé ? Etait une question que se posait souvent Harry, et à laquelle Rémus refusait obstinément de répondre… Cependant le jeune sorcier était sûr d'une chose depuis qu'il vivait avec Lupin, il n'appréciait pas les surnoms.

-Garde tes remarques pour toi et utilise mon prénom lorsque tu me parles Touf-touf.

Rémus cacha admirablement sa grimace en entendant le marmot l'appeler ainsi, et prit un air dégagé avant de reprendre la conversation comme si de rien était.

-J'aime vraiment beaucoup cette chanson, dit-il en s'asseyant sur le bureau souplement. Ta mère la jouait pour nous très souvent, et ton père adorait tout particulièrement cet air... Tu sais, ayant été élevé par des sorciers, il était toujours stupéfait par la musique moldu. C'est l'un des nombreux domaines où ils nous ont terriblement surpassé, conclut-il en s'appuyant tranquillement contre le mur qui se trouvait derrière lui, pendant que Harry de son coté, remarquait immédiatement la sombre lueur qui avait effleuré les yeux de l'homme à la mention de ses amis, aujourd'hui disparu.

-Tu sais, repris tristement Rémus après quelques secondes. La musique sorcière est ridicule de simplicité à côté des compositions moldues, alors imagine notre surprise lorsque ta mère nous a dit en sixième année qu'elle savait jouer de la guitare et a commencé à fredonner des airs dont nous n'avions même jamais rêvé, expliqua l'homme avec un peu plus de chaleur. Ton père pleurnichait toujours pour qu'elle lui joue plus de morceau. Il était son plus grand fan, dit-il en rigolant finalement, alors que Harry laissait un mince sourire apparaitre sur son beau visage.

Le jeune sorcier adorait écouter des histoires se rattachant à ses parents.

-Est ce que tu veux quelque chose en particulier ? demanda presque gentiment le jeune sorcier tout en sachant que Rémus n'était pas du genre à parler à tord et à travers et avait presque toujours quelque chose d'intéressant à dire lorsqu'il s'exprimait... sauf bien sur lorsque le sale type lui jouait des tours et se payait sa tête !

-Oh rien de bien particulier, je venais juste m'enquérir de cette lettre qui traine négligemment sur ton bureau, répondit l'homme d'un ton badin qui ne trompa personne. Tu sais Harry, la plupart des enfants deviennent fou de joie en recevant cette lettre et commence à sauter un peu partout en criant. Tu n'es pas un tout petit peu excité au moins ?

Harry se contenta de hausser les épaules d'un air indifférent.

-Bof, je continuerais d'étudier à la maison si ça ne tenait qu'à moi, murmura le jeune sorcier. Malheureusement, le ministère ne te reconnaitra jamais comme tuteur officiel, tout particulièrement si ton élève est le seul héritier d'une ancienne famille de sang pur particulièrement riche... finit-il en secouant doucement la tête.

Rémus était d'accord mais garda son assentiment secret.

-Ne t'inquiète pas Veinard, après tout peut être que tu vas finalement pouvoir te faire de vrais amis à Poudlard, des gens qui seront comme toi et auront ton âge, répondit le grand sorcier en souriant. Tu sais, je ne pensais pas que je pourrais me faire des amis là bas lorsque j'y suis allé pour la première fois, mais j'ai rencontré ton père et toute ma vie a changé, conclut-il en laissant une pointe de tristesse transparaitre dans son sourire.

Décidant d'alléger l'atmosphère, Harry détourna le sujet.

-Je serais sûrement excité si je n'étais pas déjà tellement en avance sur mes futurs condisciples et que je pouvais continuer de jouer au football là bas. C'est tout de même aberrant qu'on ne puisse pas y jouer à Poudlard vu le nombre de sorciers de première génération qui y sont admis tous les ans... Après tout presque tous les sorcier son fan de sport, ils devraient comprendre que les enfants nés moldus aient le leur...

-Bof, tu pourras toujours faire des études de ton côté sur ton temps libre, et ça ne fait pas de mal d'approfondir et de revoir ce que l'on sait déjà... en plus tu auras toute l'occasion de passer au côté pratique de la chose que tu n'as pas encore bien pu travailler... Je suis sûr que tu trouveras ça amusant, claironna Remus à un Harry relativement blasé qui concéda tout de même le point en hochant la tête.

Après tout, il était vrai qu'il n'avait pas encore sa propre baguette magique, et connaissait essentiellement l'aspect théorique du problème…

-Pour le football, continua Rémus d'un ton enjoué, je dois dire que tu as raison. C'est un crime que tu doives arrêter, mais bon, tu connais l'opinion des idiots de beaucoup de ministère européen américain et asiatique, sur l'importance des traditions et le fait que les sports Moldus corrompent la jeunesse... Enfin bref, tu pourras toujours jouer au Quidditch, le concept de base est le même, tu as des cages et tu marques des buts à l'aide d'équipiers et d'une tactique... C'est juste un peu plus excitant, dit-il en ricanant ouvertement lorsqu'il vit Harry hausser un sourcil.

-Le football est un sport beaucoup plus civilisé que le Quidditch, il n'y a qu'a regarder le nombre de morts... en plus j'y suis beaucoup plus doué que pour le Quidditch.

-Voyons, tu n'y as jamais joué correctement, grommela Rémus en secouant la tête sous l'effet de l'exaspération. Tu es juste monté sur un balai une ou deux fois et tu étais excellent. De toute manière c'est dans ton sang, tu seras un grand joueur. Ton père était un champion tu sais, il a joué pour Gryffondor pendant six ans et de nombreux recruteurs l'ont approché à sa sorti de l'école. L'équipe de Gryffondor était invincible avec lui !

-Oh oh. Mais qu'est ce que ce que tu nous fais... De la propagande pro-Gryffondor.

-Je n'en prends plus la peine Veinard. Gryffondor est la maison des aventureux, des braves et des chevaleresques. Je ne dis pas que tu n'as pas ces qualités mais d'une manière ou d'une autre tu es juste beaucoup trop intelligent et curieux pour finir ailleurs qu'à Serdaigle.

Harry se contenta de hausser les épaules. Il était déjà arrivé à la même conclusion après avoir lu un livre intitulé : L'histoire de Poudlard.

D'après les informations qu'il avait pu recueillir, l'école avait un moyen de répartir les nouveaux étudiants dans chacune des quatre maisons représentants les différents fondateurs de l'école en fonction de leur personnalité. Gryffondor, comme venait de le dire Rémus, était la maison des courageux et des chevaleresques. Serdaigle en revanche valorisait le savoir et l'intelligence par dessus tout, Poufsouffle, quand à elle favorisait le travail et la loyauté pendant que Serpentard encourageait les rusés et les ambitieux.

Pour dire la vérité Harry se fichait complètement de la maison dans laquelle il finirait, mais la supposition de Rémus était probablement valable…

-Quant irons nous dans l'allée des embrumes* pour que je puisse acheter les fournitures nécessaires ? demanda Harry en essayant de ne pas paraitre trop impatient d'obtenir sa première baguette. Il avait déjà utilisé celle de Rémus pour s'entrainer au cours des années passées mais quelque chose avait toujours semblé profondément dérangeant avec ce bout de bois. Lorsque Harry avait demandé d'où venait cette étrange sensation, Rémus avait simplement répondu que c'était la baguette qui choisissait le sorcier et non l'inverse, et qu'il aurait donc de meilleur sensation avec sa propre baguette.

-Humm, je pense que nous pourrons y allez demain pour ton anniversaire. Tant que tu envois ta réponse à Poudlard ce soir, il ne devrait pas y avoir de problème, marmonna songeusement Lupin alors qu'il ébouriffait les cheveux de son protégé en faisant mine de penser à autre chose.

Harry fixa immédiatement Remus d'un air dangereux. Toutefois, l'idée qu'il allait enfin avoir sa propre baguette et le sourire qu'il ne parvenait pas à faire totalement disparaître de son visage gâchèrent en grande partie la tentative d'intimidation…

Le grand brun continua donc de lui tripatouiller les cheveux avec un air faussement innocence tout à fait hilarant…

-Vieillard lubrique, siffla le jeune survivant en écartant finalement les doigts inquisiteurs de Remus de ses cheveux d'un revers de main, tout en fusillant littéralement l'homme du regard.

Le trentenaire n'en tint pas compte le moins du monde et son sourire s'élargit considérablement.

-Bien, à présent, avant que nous descendions manger le dîner que notre merveilleux Elfe de maison vient de nous préparer, tu pourrais peut-être me jouer une chanson ? demanda le grand brun à son fils adoptif avec des yeux pétillants.

-Non, répondit tout simplement Harry. Je serai en bas dans dix minutes, je dois prendre une douche avant de descendre. A présent, dégage de ma chambre.

-Quoi ? Pourquoi non ? piailla immédiatement Lupin Tu pourrais au moins me jouer un extrait de ce groupe bizarre que tu écoutes en ce moment, John Bovin c'est ça ? Je peux te supplier si tu veux ? dit l'homme d'un air pathétique en ouvrant de grands yeux de chien battu. S'il te plaît ? Harryyyy....

-Tu es un adulte, par Merlin ! Montre un peu de dignité, gronda simplement l'héritier Potter avant d'ajouter après une brève seconde de réflexion. En plus, tu deviens indubitablement sénile ! Ca fait quatre fois que je te dis que le nom du groupe est 'Bon Jovi', vieux débris cacochyme.

-D'accord, d'accord. Si ça peut te faire plaisir, répondit Remus sans attacher la moindre importance aux propos de son protégé et en agitant sa main d'un geste dérisoire. Dans ces conditions je suis sûr qu'une petite chanson des Beatles pourrait égailler la soirée. J'adore les Beatles tu sais ! ajouta-t-il inutilement avec un air plein d'espoir.

-Moi pas ! Maintenant dégage de ma chambre, Touf-touf, Cracha Harry.

-Allons, je sais que ce n'est pas vrai, dit Remus sans faire mine de bouger. D'ailleurs tu...

-Sors d'ici, vieux croûton, tu deviens insupportable ! grommela le jeune sorcier aux cheveux corbeau, en poussant résolument son oncle vers la porte de façon à pouvoir se préparer tranquillement.

Harry respectait peut-être l'homme parce qu'il avait eu le courage de s'opposer au ministère tout entier pour obtenir sa garde, en dépensant au passage toutes ses économies afin de se faire représenter par un bon avocat lors des trois procès qui avaient eu lieu ; mais il était juste tellement insupportable par moment que Harry avait des envies de meurtre…

-

Explications diverses :

*Lorsque Harry parle d'aller dans l'allée des embrumes et pas sur le chemin de traverse, cela n'est pas une erreur… A vous d'essayer de deviner pourquoi !

Sinon je rappelle à tout le monde que ceci est la suite de l'histoire Potter, la naissance, qui constitue en fait le prologue de ma saga qui sera très longue. (j'ai déjà écrit plus de 30 chapitres…)

Sinon je vous conseille vivement de lire les explications qui suivent et qui sont indispensables à une bonne compréhension de l'histoire.

Pour les plus feignants je dirais en quelques mots que Harry n'est pas le survivant (C'est Neville)

En outre Harry à deux ans de plus que dans l'originale (la pierre philosophale interviendra donc lorsqu'il sera en troisième année et il aura le même âge que les jumeaux Weasley.)

Harry sera Fourchelangue (mais pas à cause du sort de Voldemort qui a bien évidement atteint Neville)

-

-

Disclaimer :

Je possède absolument tout ce qui se rapporte à Harry Potter... Ben quoi pas la peine de faire cette tête... Vous êtes jaloux c'est tout ! Hé… Bon allez snif...

Tout appartient à Mme J.K Rowling, certaines idées sont librement inspirées de divers fan fictions dont je remercie les auteurs à la fin de cette page.

Cette histoire est écrite et ne peut être utilisé que dans un but non lucratif.

-

Rating : M

Comme ça je peux faire ce que je veux (et pof) !

Ps : un peu de violence, mort de certains des personnages, de beaux combats, des descriptions un peu crues, et certaines scènes chaudes sont envisageable.

-

Couple :

Trois possibilités semblent pour le moment prévaloir : Harry/Tonks ou Harry/Fleurs ou Harry/Autre personnage

(ce qui ne veut pas dire que Harry n'aura pas d'expérience avec d'autres femmes avant de trouver l'amour...)

Dans les trois cas il ne s'agira pas d'un coup de foudre mais d'un amour qui se construira sur la durée... Il vous est encore possible de tenter de m'influencer car le passage de l'histoire ou tout commencera n'a pas encore été écrit...

-

Résumé détaillé :

Humour, action, drame, amour, et crédibilité sont les maitres mots de ce récit.

Découvrez avec moi la vie de Harry Potter, jeune orphelin de la première guerre.

Élevé par les Dursley dans l'ignorance et la brutalité, le puissant sorcier est pourtant sur le point de changer le à jamais le visage du monde sorcier...

Comment me direz-vous ?

Et bien grâce à sa volonté, son intelligence, son mauvais caractère, sa langue acerbe et aussi... un peu de magie !

Suivez le brillant jeune homme, lors de sa quête pour sauver sa mère et sa sœur de la folie.

Regardez le échapper aux manipulations d'un ministère corrompu.

Aidez le à résister a l'appel des ténèbres, à trouver l'amour et à se forger des amitiés qui défieront la guerre la souffrance et le temps.

Oyez, brave gens, Harry Potter s'apprête à entrer dans le monde sorcier et il a son propre agenda à compléter ! Que Dumbledore, le ministère, les Londubat et la prophétie en soit avertis, ils n'ont pas intérêt à se mettre sur son chemin car les foudres de la colère de l'héritier Potter pourrait bien s'abattre sur eux !

Pour conclure, disons simplement qu'un tout nouveau Harry Potter intelligent, vanneur et antisocial arrive dans un Poudlard amplement revisité et que pour le meilleur ou pour le pire, le monde magique va changer !

-

IMPORTANT : A l'attention des anglophones connaisseur :

Pour les connaisseurs et par acquis de conscience je dois vous dire que les 250 pages premières pages de POTTER, l'ascension : sont en fait la libre adaptation de l'histoire Knowledge is Power de Fettucini...

(L'auteur original m'avait donné sont accord à l'époque.)

Par libre adaptation, je veux dire qu'il s'agit presque d'une traduction dans laquelle j'aurais substitué mon style d'écriture à celui de l'auteur original, tant mon histoire est proche de la sienne durant un bon moment.

J'ai pris la liberté de Changer/Rajouter/Retirer des évènements de l'histoire de Fettucini, et j'ai bien sûr, réécrit l'histoire dans mon propre style sans chercher aucunement à respecter l'auteur, sa chronologie ou sa vision des personnages, (d'où le nom de libre adaptation)...

Cependant le plan et les évènements correspondent directement à l'histoire originale extrêmement souvent ! (Pour la simple et bonne raison que le début de ce récit est d'une telle qualité que toutes mes tentatives pour le modifier trop le détériorait terriblement.)

Par la suite, mon histoire bifurque radicalement et s'éloigne de plus en plus de la sienne.

-

Le reste de mon travail a ensuite été partiellement influencé par les fanfiction,

de Jbern : 'The lie I have lived' et 'bundle in the jungle',

ainsi que celle de lorddwar : 'the summer of change'.

Toutes trois disponible dans mes favoris... (je ne m'en suis pas inspiré pour rien !)

-

Pour plus d'information sur l'histoire, rendez vous sur mon profil ! Idem pour tous ceux qui découvrent cette histoire et n'ont pas lu le prologue !

Sinon sachez que je réponds aux Reviews à la fin des chapitres et que j'aime expliquer ce que je fais et ou je vais.

-

Prochain épisode samedi prochain avec le chapitre 2 : L'allée des embrumes.

Comme vous vous en doutez certainement, il s'agit d'une rue animé et dangereuse… Alors pourquoi Diable Rémus projette-t-il y emmener un enfant de 11 ans ?

Merci à ceux qui prendront entre 5 et 30 secondes pour laissez une Review…

BON WEEKEND.