Disclaimer : Rien à moi, tout à la BBC, Russel T Davies et compagnie.

L'action prend place entre l'épisode "Cadeaux grecs" et "Ils tuent encore Suzy" entre 23h00 et 00h00. (j'arrète de délirer, promis)

merci à celles qui me poussent à terminer mes histoires, clin d'œil énorme vers hypnoweb


La rue était sombre et la nuit était froide. Les pavés de cette zone piétonnière étaient traitreusement glissants sous la fine pluie qui s'acharnait à tomber depuis le début de cette nuit galloise. Jack Harkness se sentait transi jusqu'à la moelle, et l'eau qui lui ruisselait sur la tête jusque dans le cou, le rendait de mauvaise humeur. Il aperçut l'ombre de la créature qu'il poursuivait depuis une bonne heure. Il se remit à courir. Ce weevil jouait au plus malin. A croire qu'un hypothétique Dr Moreau venait de donner un cerveau à cette bestiole-là. Le weevil s'engouffra sous un porche, zigzaguant entre les ombres, se mettant à l'abri. Jack savait qu'il se sentait poursuivi, car il empruntait de plus en plus de ruses pour lui échapper. Jack le perdit bientôt de vue. Il commençait à en avoir assez : la pluie, le froid et la partie de cache-cache.

Il brancha son oreillette et appela le Hub, Toshiko allait certainement pouvoir l'aider, en le guidant à travers les ruelles de ce vieux quartier, bien rénové certes, mais difficile d'accès pour la chasse au Weevil. Il eut la surprise d'entendre la voix chaude de l'employé du mois.

Owen avait eu raison de le lui décerner, "tôt arrivé, tard parti, et toujours prêt à aider." Encore que dans l'esprit d'Owen, cela n'était certainement pas un compliment.

- Oui, Monsieur ? l'interrogea Ianto.

- Toujours au Hub à ce que je vois.

- j'allais partir. De quoi avez-vous besoin ?

- que tu retrouve la trace du weevil que je chasse. Cherche sur les vidéos surveillance du quartier de Grangetown. Et dis à Tosh de me retrouver près de St peter, j'y ai laissé le SUV.

- Tosh est rentrée, vous vous souvenez de son rhume ? Il dégénérait, donc vous lui avez ordonné d'aller se coucher.

- Ah oui ? Jack n'arrivait pas à s'en souvenir, si tu le dis.

- oui, Monsieur.

- Alors, toi, rejoins-moi !

- dans 10 minutes, Monsieur, je vous retrouve au coin de Durham Street. C'est là que se trouve votre weevil. Il vient juste d'ouvrir une bouche d'égout et de s'engouffrer dedans.

- ah, que ferais-je sans toi ?

- je ne sais pas, Monsieur.

Jack coupa la communication avec un sourire canaille. "Ce Ianto, se dit-il, toujours prêt à donner de sa personne. Encore que certaines parties de sa personne sont plus attrayantes que d'autres. Humm, ça va encore passer encore pour du harcèlement, ça"

Il sentait qu'il y avait encore des tensions entre eux, depuis que le jeune homme à tout faire avait trahi sa confiance en enfermant sa petite amie, à demi cyberwoman dans le Hub. Mais Ianto commençait à nouveau à sourire et exprimer autre chose qu'une expression compassée à la Alfred. Il le soupçonnait même de prendre plaisir à lui donner du Monsieur d'un ton si déférent, rien que pour l'agacer. Cela ne faisait qu'attiser le besoin du capitaine à le surprendre et le dérouter. Il prenait un plaisir pervers à le faire rougir d'un mot ou d'une attention équivoque et ne passait pas une seule journée sans regarder attentivement son employé, sans que celui-ci s'en aperçoive.

Petit à petit, ils réapprenaient à se faire confiance, même si parfois dans le regard de Ianto passaient des éclats de glace. Mais Jack ne semblait pas être perméable à ses changements d'humeur. Les caractères différents de ses équipiers étaient déjà suffisamment complexes à gérer : Owen et son cynisme à tout épreuve, Gwen et sa foi en l'humanité, Toshiko et sa passion pour la programmation informatique. De plus, il y avait ses propres émotions qui menaçaient parfois de le submerger, l'obligeant à toujours se contrôler et ne jamais baisser sa garde.

Il courrait à présent en direction de Durham Street, où Ianto avait retrouvé la trace de ce weevil farceur. Il jouait à cache-cache avec le capitaine, chose qu'il n'aimait pas particulièrement venant d'un être au quotient intellectuel guère plus affuté que celui d'un rat. Il arriva, pestant contre la décision du maire Margareth Blaine, d'avoir conserver les pavés originaux de la ville. Il venait de manquer de se rompre le cou dix fois en glissant allègrement sur les pavés humides.

Ianto l'attendait déjà près de la bouche d'égout sus-nommée. Jack regarda ostensiblement sa montre.

- Tu es en avance !

- Non, fit Ianto en sortant son oignon, qu'il dissimulait dans la poche de son veston rayé, je suis à l'heure.

- Comme toujours.

- On peut arrêter avec les évidences, monsieur ?

Jack haussa les épaules et lui décocha le sourire N°7, celui où l'érotisme le plus torride jaillissait comme un trop plein d'énergie. Il eut le malin plaisir de le voir rougir et se voûter légèrement. Ianto paraissait légèrement tremblant. Le trac certainement, se dit Jack, en se rappelant soudain que le jeune homme ne s'occupait pas de cette partie-là de la capture d'une créature. Il en disposait mais n'avait jamais été sur le terrain avant.

- Alors, prêt pour ta première chasse au weevil ? Ne t'inquiète pas, je suis là, tout va bien se passer. ça fait toujours ça la première fois !

- Vous ne vous lassez jamais, n'est-ce-pas ?

- Pourquoi, je devrais ? dit Jack en souriant plus largement encore, rien que pour voir sa ligne d'épaules chavirer, et ses yeux esquiver les siens. Bon, il est ici ?

- Oui, il doit être seul.

- Dans les égouts, je doute sérieusement. Mais je connais la configuration de ceux-là. Derrière toi, c'est le cimetière de Sainte Grace. L'égout a été fermé de ce côté pour éviter que les morts et les rebuts des vivants ne se mélangent.

- Élégante expression, Monsieur.

- Ravi que ça te plaise. Donc, un mur par-ici, un collecteur bouché par-là et un weevil au milieu. Tu m'attends ici, je vais le rabattre vers toi et tu l'étourdiras à sa sortie et j'irais te payer une glace.

- humm, Monsieur, cela implique que vous entriez dans un égout, et que vous y pataugiez. Et cela, malgré le nettoyage récent de votre manteau. J'ai pas envie de prendre une glace avec vous, si vous voulez bien m'excuser.

- J'ordonne, tu obéis. Chasse, capture et puis glace...

- en plein hiver ? ironisa Ianto, les yeux brillants.

- Prenez des employés, donnez leur un peu de pouvoir sur vous et tout de suite, ils en profitent...râla Jack pour la forme, mais il avait l'œil qui pétillait et ses mains glaciales le démangeaient de se mettre au chaud dans le cou du jeune homme pour goûter sa chaleur.

Ianto dut voir la faim dans le regard amusé de Jack, car il détourna les yeux, semblant s'absorber dans la contemplation de sa manche droite. Jack haussa les épaules en riant.

- Au travail, je vais rentrer par l'autre grille d'égout. Ouvre celle-ci et sois attentif, dès que le weevil sort, tu l'assommes avec ça. Il lui tendit un pistolet étourdissant.

Jack courut jusqu'à la prochaine bouche d'égout, la souleva sans effort et disparut dans l'égout, regardant une dernière fois Ianto, surprenant un regard glacial posé sur lui.

Il n'eut pas le temps de s'interroger plus avant. L'odeur âcre et fétide de l'égout lui agressa les sens. Posant son bras sur sa visage, il prit quelques inspirations avant de s'habituer à ça. Comme si on pouvait s'y habituer.

Il sortit sa torche de son manteau et commença à arpenter l'égout, silencieusement. Dans ce repaire glougloutant, repoussant, où de l'eau s'écoulait librement le long des murs, son oreille se faisait sensible, discriminant les sons qui lui parvenaient de manière étouffé. Il entendit le raclement du fer contre la pierre, Ianto ouvrait le passage à l'air libre. Puis il entendit un grognement reniflant. Le weevil ! Il venait de passer devant lui, sans le repérer ! Merde ! Jack jura, son plan tombait à l'eau, enfin à l'eau, c'est une façon de voir.

Le weevil ne s'embarrassa pas de sentiment, il lui sauta dessus et tenta de lui déchirer la gorge. Jack le repoussa à coup de torche, mais celle-ci explosa bientôt sur le crâne de la créature, le condamnant à l'obscurité. Contrairement à l'alien, Jack n'était pas nyctalope. Il recula, évidemment le weevil avait récupéré des forces, lui. Jack tenait l'alien à bout de bras, repoussant la tête grimaçante, à la bouche pleine de dents aigües, à l'haleine fétide. Il émit un sourire crispé, reculant son visage.

- Si tu crois, mon gros, que je vais me laisser embrasser...je couche pas le premier soir, je croyais que c'était clair...

Il reçut un coup de poing en plein visage, lui explosant l'arcade sourcilière et lui coupant momentanément la parole. Légèrement sonné, il ne put éviter que la gueule du weevil se plante dans sa gorge. Il se sentit faiblir, sa prise sur le monstre eut moins de force tandis qu'il perdait son sang. La douleur dévorante le fit tomber sur les genoux. Il murmura "Ianto". Il se trouvait sous l'ouverture de la bouche d'égout, le ciel noir, illuminé seulement par les lampadaires se brouilla sous sa vue. Le jeune homme se trouvait à genoux près de la plaque, le regardant, frémissant, tendu vers lui.

Dans ses yeux, Jack y lut un chagrin immense et une détermination terrifiante alors que les traits de son visage exprimait un dégout pour lui-même et la torture que cela représentait de le voir ainsi attaquer par le weevil. Il tremblait de haine et d'angoisse, les yeux brillants de larmes mais ne bougea pas.

Avant de sombrer définitivement dans la mort, Jack se demanda pourquoi il ne l'avait toujours pas secouru.

"si un jour, je dois vous sauver…je vous regarderais souffrir et mourir !" L'affirmation vint lui frapper le fond du crâne et ricocher entre ses neurones faiblissantes alors qu'il emportait dans la mort, le regard déchiré de Ianto. Enfoiré.


bon, la suite dès qu'elle sera finie. En attendant, vous pouvez vous défouler dans vos reviews.