Disclaimer: Tous les personnages appartiennent à Stephenie Meyer.

A/N: Bonjour tout le monde, j'espère que vous allez bien! Alors oui je sais ce chapitre est assez court compte tenu du temps que vous avez dû attendre, mais mon rythme de vie actuel ne me permet pas d'écrire davantage pour le moment. Promis je ne vous abandonne pas, je fais au mieux! ^^ J'espère que vous aimerez ce chapitre, où j'ai introduit l'enterrement de vie de garçon comme beaucoup d'entre vous me l'ont demandée! Alors bonne lecture!


Chapitre 50 – Bachelor Party

JPOV

Pour l'heure, les choses se déroulaient bien. Etonnamment Emmett se comportait correctement, et je n'avais rien remarqué d'étrange. Après bien des déboires avec l'organisation du mariage, j'avais droit à la soirée entre hommes pour célébrer mon « enterrement de vie de garçon ». Il y avait Edward, Emmett, Carlisle et moi. Petit comité, mais majorité de gens responsables, donc ça me convenait tout à fait. Je n'avais jamais réellement voulu de ce genre de soirée, mais mon beau-frère avait tellement insisté que j'avais fini par céder.

Nous étions donc tous les quatre dans un petit bar à distance raisonnable de la maison, pendant qu'Alice et les autres se faisaient une soirée beauté entre filles. Du moins c'est ce que Bella m'avait dit. Dieu seul savait ce que ces dames pouvaient avoir en tête. Ma dulcinée m'avait demandé de bien m'amuser, mais de ne rien faire d'irréfléchi, et je lui avais donné ma parole. Je ne tenais pas à la décevoir, pas si près du mariage ! Nous sirotions donc un bon verre de vin, devisant gaiement de la suite des évènements.

« Messieurs, je ne suis pas mécontent que nous ayons une soirée loin de ces dames ! C'est qu'elles deviendraient un tantinet irritantes avec l'arrivée du grand jour ! D'ailleurs comment te sens-tu Jasper ? Pas trop inquiet ? »

« Non Carlisle, je suis tout à fait serein. J'aime Alice par-dessus tout, et l'épouser est mon désir le plus cher. »

« Jazzy, tu n'es pas drôle du tout. Ce soir tu as le droit de parler de touuuuus les petits défauts de ta belle, toutes ces petites choses que tu vas devoir supporter jusqu'à la fin de ta vie ! »

Edward lança un regard noir à Emmett, son côté grand frère protecteur refaisant surface. Je calmai le jeu d'entrée, désireux de ne pas envenimer la situation. Pas question de déclencher une bataille ici, j'appréciais ce petit bar non loin de la maison et comptais bien pouvoir y revenir sans avoir l'étiquette du gars qui provoque des combats à son passage. Mon futur beau père semblait beaucoup s'amuser à nous voir tous gérer la situation à notre façon, et continuait à siroter son verre de vin calmement. Il représentait réellement l'image du patriarche et de la figure respectable que je souhaitais devenir un jour. Il regardait sa femme avec les yeux de l'amour, même après toutes ces années, et j'espérais de tout mon cœur vivre la même chose avec Alice. Ma douce et belle Alice… Elle me manquait atrocement. Car depuis l'arrivée de sa famille, les moments que nous avions pu passer ensemble avaient considérablement diminués, et je ne parlais même pas de la dernière fois où j'avais pu lui faire l'amour… Le soir nous nous couchions généralement très tard, et la fatigue avait raison de nous deux. Mais bientôt, très bientôt, nous repenserions à tout ça avec un sourire, confortablement installé dans un transat près de la piscine de l'hôtel où nous passerions notre voyage de noce, un cocktail à la main. A moins que nous ne soyons en ballade dans les rues de Paris, Alice dévalisant chacune des boutiques de créateurs de la capitale…

« Hého la Terre appelle la Lune ! Jasper tu es avec nous ou quoi ? Cette soirée craint ! Allons en boîte nous éclater un peu ! »

« En boîte ? Em' tu as perdu l'esprit ? Tu sais que je n'aime pas ces endroits là. »

« Vas-y, on a pas cinquante balais ! Pardon M'sieur Cullen ! Mais le coup de la bouteille de vin et de l'ambiance tamisée, ça fait ringard ! Allons quelque part où ça bouge ! »

Carlisle le regarda curieusement, tandis qu'Edward sembla se fermer complètement. Mmm, ou comment ruiner l'ambiance. Ce dernier n'était déjà pas emballé à l'idée de passer plusieurs heures d'affilées en ma compagnie, alors en plus dans un endroit qui l'empêcherait de contacter Bella pendant un long moment, ce n'était pas pour jouer en ma faveur. Et je doutais que mon futur beau-père soit du genre fêtard… Bon sang mais pourquoi Emmett n'arrivait pas à grandir un peu dans sa tête ! Ce mec était quand même père de famille non ? Je me jurai en mon for intérieur de ne jamais paraître si puéril le jour où j'aurais des enfants… D'ailleurs ce devait être ce à quoi pensait Edward à ce moment là, tandis qu'il envoyait un énième texto à Bella.

Après quelques minutes à débattre avec mon ami sur le peu de motivation que nous avions tous à aller en discothèque, nous réussîmes à faire un bon compromis avec une partie de billard. Assez viril pour tout le monde, tout en étant une distraction saine et ludique. Ou du moins c'était ce que je pensais…


APOV

« Alice, repose ce portable tout de suite ! On a dit pas de messages à nos hommes ce soir ! »

Une moue boudeuse sur mon visage, j'obtempérai et déposai l'appareil sur le guéridon près du fauteuil. Jasper était parti depuis longtemps maintenant, et n'avait donné aucune nouvelle. Pas qu'il ait à le faire, il était avec mon père mon frère et son beau-frère, mais je m'inquiétais. Je n'aimais pas le savoir dehors sans moi. Et s'ils l'emmenaient dans une boîte de strip-tease ? Et s'il s'amourachait d'une des danseuses et décidait de ne plus m'épouser ? Et s'il avait des doutes ?

« Mais tu ne dis rien à Bella, Rose, c'est pas juste ! »

« Elle porte l'enfant de ton frère, ses inquiétudes sont légitimes ! »

« Parce que les miennes ne le sont pas ? »

« Jasper est fou de toi Alice, et dans deux jours vous serez unis pour le meilleur et pour le pire. Laisse-le respirer cinq minutes ! Il a bien le droit d'avoir une soirée de liberté non ? »

Elle avait raison je le savais. Depuis que j'avais emménagé à Houston, nous avions passé presque toutes nos soirées en amoureux, sauf lorsqu'il avait un voyage d'affaires, ou s'il avait du travail. Mais nous n'étions jamais sortis séparément. Je ne le concevais pas. Du coup c'était difficile, et maintenant il me manquait affreusement. J'étais devenue si dépendante de lui en quelques mois ! J'avais besoin de lire un message de lui, ou d'entendre sa voix me rassurer sur ses sentiments… Esmée sentit mes inquiétudes, et détourna mes pensées en suggérant de me faire une manucure. Elle avait raison, avec le stress de ces derniers jours je n'avais pas ménagé mes ongles et je rêvais d'une French Manucure comme ces dames parisiennes. Je m'empressai alors de sortir le kit fraîchement acheté via l'internet la semaine passée, et le tendis fièrement à ma mère. A la seconde où le pinceau s'abattit sur mes ongles, je sus que c'était une bonne idée, et mon humeur s'apaisa immédiatement.


JPOV

Je la sentais mal cette partie de billard… Pourtant l'idée de base était bonne, et tout le monde semblait avoir approuvé l'initiative… Et personne ne s'était méfié quand Emmett avait proposé d'aller jouer dans ce petit club à deux pas du bar… Pourtant nous aurions dû. C'était Emmett. Rien n'était jamais normal avec lui.

A peine entré dans le club, je fus assailli par une hôtesse bien peu vêtue. C'en était presque vulgaire tellement la vue sur son décolleté était flagrante. Etait-elle tenue de porter ce genre de corsage pour travailler ou était-elle simplement de peu de vertu ? Jamais je ne laisserais Alice se balader habillée de la sorte ! Elle attirerait tous les regards lubriques des hommes alentours… Exactement comme cette jeune femme qui ne devait guère avoir plus de 18 ans… Elle offrit de nous installer à une table en attendant que nous puissions jouer, et mon beau-frère se chargea d'aller chercher quatre bières.

« Jasper, je commence à regretter d'avoir laissé Emmett choisir l'endroit. Les filles sont donc si mal payées qu'elles ne peuvent s'acheter des vêtements un peu plus recouvrant ici ? »

« Je suis navré Edward, je n'avais aucune idée que ce club était si… léger. En même temps nous sommes ici pour une partie ou deux, après on pourra rentrer si tu veux retrouver Bella… »

Il acquiesça silencieusement, regardant tout autour de lui avec l'air d'un animal effarouché. Carlisle semblait assez surpris lui aussi, mais conservait cette dignité qui lui était propre, ignorant l'atmosphère de débauche qui régnait dans cet endroit. Emmett nous rejoignit rapidement, et nous eûmes la paix pendant quelques minutes, discutant de sport et de politique. Tout était sous contrôle. Jusqu'à ce que sonnent les 1h du matin…

Nous étions en train de jouer, Carlisle et Edward dans une équipe, Em' et moi dans l'autre. Tout se passait bien, l'ambiance était même relativement chaleureuse et bon enfant. A ma grande surprise mon futur beau-père était un joueur hors pair, et nous luttions sauvagement pour rester à la hauteur. Et puis tout d'un coup les lumières s'étaient faites plus vives dans la salle, et les hommes présents avaient commencé à s'échauffer en se rapprochant du bar. Je me retournai à mon tour, cherchant à savoir ce qui pouvait bien attirer l'attention de toute une foule. Sur le comptoir se tenaient à présent plusieurs barmaids vêtues de shorts en jeans, de santiags, et de reliquats de chemises à carreaux typiquement texanes… Et alors je compris pourquoi Emmett nous avait emmené ici…

« Em'… »

« Jasper, je te promets que je ne savais pas qu'ils nous la rejouaient Coyote Girls ! »

« Tu sais que si Alice, ou même Bella et Esmée savent ce que nous faisons ici nous risquons d'avoir de gros soucis ? De même que je doute que ma sœur approuve ce genre de sortie… »

« Rose n'a pas besoin de savoir ! Ce n'est pas comme si on les trompait, on ne fait que regarder ! »

« C'est bon, j'en ai assez, je rentre. »

« Edward »

« Non ça va, à présent ça suffit, la mascarade a assez duré. J'ai fait un effort, maintenant je rentre. Faites ce que vous voulez, mais je ne tiens pas à rester ici à baver devant les seins visiblement refaits de gamines à peine assez âgées pour entrer dans ce genre d'établissement. »

Je comprenais Edward, et mourrais d'envie de le suivre. Sauf que je ne pouvais pas laisser Emmett continuer à faire des bêtises, et j'avais pour devoir de montrer que j'étais digne d'épouser sa fille à Carlisle. En fait, j'étais dans le pétrin…


Et voilà, alors alors? Vos impressions? Même si z'êtes fâchées que je vous ai lâchement laissées tomber pendant si longtemps, vous voulez quand même bien reviewer un chtit peu? Merci et à très vite!