Lord of the Authority Fr

Bonjour,

Je crois que poster un chapitre n'a jamais été aussi dur… J'ai beaucoup de mal à dire au revoir à cette histoire !

Je tiens vraiment à remercier du fond du cœur toutes celles (je n'ai toujours pas trouvé d'homme parmi nous) qui ont lu cette histoire, qui ont mis cette fic en favorites ou en alerte. Grâce à vous, cette fic atteint à ce jour 2472 reviews alors que la version originale en compte 2745, je n'aurais jamais pensé atteindre un tel chiffre en commençant cette aventure.

Je voulais aussi remercier et dédier ce chapitre à toutes les personnes extraordinaires que j'ai rencontrées grâce à cette histoire : ma Ninie qui m'a rejoint pour m'aider avec ses super corrections, mes Miss de TF, Cricri, Nina, Hélène, mes Tpas chéries et mes UPPG d'amour : merci à toutes d'avoir été là et de m'avoir soutenue : je vous adore !

Remerciements aux non-inscrites :

Mya : Voilà la suite Miss ! Merci de m'avoir suivie depuis le début, j'espère que cette fin te plaira. Bisous

PatiewSnow : Non ne t'en fais pas, ils ne risquent rien à Forks. Merci beaucoup pour toutes tes reviews et voici la fin de l'histoire. Bizz

PrincetonGirl818 : Merci, voilà la fin ! Bizz

Lilo : Et oui, elle a quand même fini par revenir à Forks voir son père. Merci pour ta fidélité. Bisous

Marion : Je suis contente que tu aies aimé. Merci pour toutes tes reviews et voilà la suite. Bises

Bébé23 : Coucou Miss, ça me fait plaisir que tu aies cette première partie, voila la suite ! Merci beaucoup pour tout. Bisous

Rania : Coucou, contente que ce début d'épilogue t'ait plu et pour répondre à ta question, Renée est toujours en prison .Merci pour ta review. Bizz

Disclaimer:

Les personages appartiennent à et l'auteur à CullensGirl90, je n'ai fait que traduire cette histoire !

Epilogue

Partie 2 :

Edward POV

Nous passâmes le weekend à Forks, puis nous dûmes reprendre un vol pour Baltimore. Je savais que Bella voulait rester beaucoup plus longtemps, mais je devais aller travailler et elle avait ses cours. Je m'assurai de mettre Charlie au courant de tous les détails concernant le mariage. Il voulait venir et je ferais tout ce qui était en mon pouvoir pour qu'il puisse prendre l'avion jusqu'à Baltimore, où nous avions prévu de nous marier.

Charlie allait parler aux parents de Jessica et de Lauren au sujet de la mort de leurs filles. Nous pensions que c'était le meilleur moyen. Il ne voulait que leurs pères bombardent Bella de questions qui auraient pu l'ennuyer. Charlie connaissait les principaux détails. Il savait que James leur avait tiré dessus, il savait qu'elles n'avaient pas été torturées pendant leur séquestration, et qu'il n'y avait aucune chance que la police ne retrouve leurs corps.

Je me sentis vraiment mal d'arracher Bella à Forks. La façon dont elle se retournait vers son ancienne maison me donnait le sentiment d'être un monstre qui l'enlevait. Une part de moi se demandait si je prenais la bonne décision je devrais peut être la laisser partir. La laisser avoir une vie normale. Rencontrer un mec d'une manière classique, et tomber amoureuse de lui comme cela aurait dut être le cas pour nous. Mais j'étais trop égoïste pour faire ça. J'avais besoin de Bella comme j'avais besoin d'oxygène, et elle m'avait assuré à maintes reprises qu'elle ressentait la même chose.

Après que nous soyons rentrés à Baltimore, nous fûmes tous les deux submergés par les préparatifs du mariage. Bella discutait constamment avec ma mère et mes sœurs grâce à Skype pour peaufiner les détails. Maman, Alice et Rosalie avaient prévu de descendre pour l'aider à choisir sa robe de mariée. Traditionnellement, la mère de la mariée était présente pour le choix de la robe, mais Renée Swan était actuellement derrière les barreaux. Bella avait dit qu'elle se fichait que sa mère ne puisse pas venir de toute façon. Elle disait qu'Esmé était vraiment la seule mère qu'elle ait jamais eu, ce qui rendait ma mère tellement heureuse.

Alors que la date du mariage approchait, nos vies devenaient très chargées. Nous allions nous marier le 21 juin. Bella était débordée à l'école et je croulais sous le travail à l'hôpital. Ma famille prit l'avion pour venir nous aider pour l'organisation du mariage. Avant que nous n'ayons le temps de réaliser, nous assistions à nos enterrements de vie de jeune fille et de célibataire. Alice et Rosalie refusèrent de me dire ce qu'elles avaient prévu de faire pour Bella, mais j'avais l'impression que ça impliquait un stripteaseur. Elles adoraient mettre ma pauvre fiancée mal à l'aise et la gêner. La plupart des petits amis seraient furieux d'apprendre que leur future femme allait être à proximité d'un stripteaseur, mais j'avais confiance en Bella.

Papa, Emmett, Jasper et quelques uns de mes amis, nous rendîmes dans un bar. Bien sûr nous étions ivres mais rien ne se passa. Nous devions simplement faire en sorte d'être prêts pour le dîner de répétition à 16h30. Les filles n'arrêtaient pas de sourire lors du dîner et Bella rougissait énormément. Quand je lui demandai comment s'était passée sa nuit, elle se contenta de secouer la tête.

Une chose que j'avais apprise de Bella il valait mieux la laisser révéler les informations que tenter de lui soutirer. Elle avait davantage tendance à se confier quand elle n'était pas forcée de donner des informations ce qui la dérangeait.

Quoi qu'il en soit, elle avait toujours une légère peur de la foule. Je tenais sa main durant pratiquement toute la répétition pour qu'elle reste calme. Elle n'aimait pas le fait que tous les yeux seraient posés sur elle quand elle remonterait l'allée.

« Ils devraient être sur toi, » lui dis-je, l'attirant contre mon torse. « Tu es la plus belle créature de cette planète. Ils devraient te fixer. »

Cela la fit sourire et elle se moqua de moi en cognant ma poitrine. « Oh, tu es mignon, » dit-elle.

Maman nous observa quelques instants avant de venir vers nous et d'éloigner Bella délicatement. « Chérie, si remonter l'allée te rend nerveuse, alors regarde droit vers Edward, Ne regarde personne d'autre, gardes tes yeux posés sur Edward. »

Quand elle s'entraîna de nouveau à remonter l'allée, elle garda ses magnifiques yeux marron rivés aux miens.

Le dîner se déroula bien, et avant que je ne m'en rende compte, les filles m'arrachaient Bella pour la nuit. « Tu ne la reverras pas avant le mariage, alors tu ferais mieux de lui dire au revoir pour la nuit, » me prévint Alice.

Je souriais en attirant Bella contre mon torse et enroulai mes bras autour d'elle. « A cette heure demain, tu seras Mme. Isabelle Cullen, » lui dis-je. J'embrassai son nez. « Je t'aime. »

« Je t'aime aussi, » dit-elle en embrassant mon menton.

J'étais le seul membre de notre famille à avoir un mariage traditionnel, alors c'était très important pour ma famille. Alice et Rosalie s'occupèrent de décorer l'église. Ils avaient invité pratiquement tous les gens que nous connaissions. Le père de Bella avait pris l'avion pour pouvoir la conduire à l'autel. Pendant très longtemps, nous avions supposé que Papa ou un de mes frères l'accompagnerait, mais après notre visite à Forks, Bella insista pour que son père perpétue cette tradition. Nous fûmes tous d'accord. Comment aurions nous pu ne pas l'être ?

Bien sûr, je ne dormis pas la nuit précédant le mariage. Je tournai et virai dans le lit. J'étais à la fois anxieux et excité. J'étais impatient de voir Bella se diriger vers l'autel peu importe dans quelle magnifique robe blanche elle aurait choisi. J'avais hâte de lui promettre de l'aimer et de la chérir jusqu'au jour de ma mort. Je me languissais de glisser cet anneau à son doigt et d'entendre le pasteur annoncer que nous étions mari et femme.

J'étais plus que reconnaissant que nous ayons décidé de nous marier l'après midi. Je ne pense pas que j'aurais pu attendre jusqu'au soir. Je m'étirai nerveusement dans mon smoking alors que nous attendions que tous les invités arrivent.

« Détends-toi, frangin, » dit Emmett, en me tapant l'épaule. « Il y a juste au moins une centaine de personnes là dehors et ta nana. Tout est cool. »

« Ouais, Edward, » dit Jasper avec un sourire en coin. « Je veux dire, la pire chose qui puisse arriver soit que Bella te lâche devant l'autel. »

« Les garçons ne dites pas des choses pareilles à votre frère. Il est assez nerveux comme ça, » dit Papa. Il vint vers moi et posa sa main sur mon épaule. « Respires. Tout ira bien. »

J'étais presque sûr que ma mère et mes sœurs tenaient le même discours encourageant à Bella. Elle était probablement morte de peur.

Avant que je ne me rende compte de ce qui se passait, tous les hommes s'alignèrent près de l'autel et la musique se mit à jouer. Je gardai mes mains pressés fermement l'une contre l'autre alors que les demoiselles d'honneur remontaient l'allée. Elles portaient toutes des robes bleu clair sans bretelles qu'Alice et Rosalie avaient choisies. Bella avait choisi Rosalie pour être son témoin parce que, bon, en toute franchise, Alice l'exaspérait. Bella avait toujours vu Rosalie comme une sœur, donc c'était logique.

Juste après que Rosalie ait remonté l'allée, mon cœur se mit à tambouriner dans ma poitrine comme s'il voulait en sortir. Charlie apparut dans l'angle et sa merveilleuse fille fut en vue.

L'espace d'un instant, j'oubliais de respirer.

Bella portait cette sublime robe blanche qui la faisait ressembler à un ange. Elle ne montrait pas trop sa peau, mais en révélait suffisamment pour que je puisse l'apprécier. Contrairement à la plupart des robes de mariée qu'Alice lui avait montré, celle-ci avait des bretelles qui se nouaient derrière le cou. Ses magnifiques cheveux bruns étaient remontés autour de sa tête.

Je n'en revenais pas que cette magnifique créature qui marchait dans cette allée était mienne.

Je ne pouvais même pas contenir le sourire qui illuminait mon visage. Pour la première fois, je comprenais pourquoi certains hommes pouvaient regarder leurs petites amies /femmes et pratiquement se mettre à pleurer. Bella était si belle. Elle ressemblait à un ange.

Mon petit ange aux cheveux bruns.

Ses yeux marron se vrillèrent aux miens alors qu'elle remontait l'allée. Au début, elle semblait nerveuse, mais alors qu'elle se rapprochait, un merveilleux sourire envahissait son visage, ce qui était envoûtant. Charlie l'embrassa lorsqu'ils s'arrêtèrent devant l'autel, puis me passa sa main.

« Prends soin de ma petite fille, » me murmura-t-il.

« Je le ferai, Monsieur, » lui promettais-je.

Ma grande main enveloppa la sienne. Je la serrai tendrement alors que je la conduisais vers l'autel. Elle garda ses yeux ancrés aux miens en permanence.

La cérémonie fût brève. Le pasteur dit quelques mots, puis nous échangeâmes nos vœux. Je fus surpris de la puissance de ma voix lorsque je prononçai « je le veux. » Le sourire de Bella semblait s'intensifier alors que je promettais de l'aimer pour toujours. Sa voix tremblait quelque peu alors qu'elle récitait ses vœux, mais son superbe sourire ne disparut jamais.

« Je vous déclare maintenant mari et femme, » annonça le pasteur. « Vous pouvez embrasser la mariée. »

Il n'eut pas à me le dire deux fois.

Je pressai mes lèvres contre celles de Bella en un des baisers les plus passionnés que nous n'ayons jamais partagés. Sa peau se réchauffait sous la mienne.

« Je t'aime, » murmurai-je avant de l'embrasser à nouveau.

Nous nous précipitâmes hors de l'église jusqu'à la réception. Tout le monde voulait nous prendre en photo, mais pour être honnête, je voulais juste mettre Bella dans ce maudit avion pour que nous puissions partir en lune de miel. Vous pourriez penser qu'une fois la cérémonie passée, notre anxiété se serait évaporée.

Et bien, évidemment, il y avait une chose dont nous ne nous étions pas encore occupés, et non, il ne s'agissait pas de la première danse entre la mariée et son époux.

Jusqu'à ce jour, je n'avais toujours pas compris pourquoi Bella avait décidé de se préserver jusqu'à notre nuit de Noces. Nous avions été fiancés pendant des années avant de finalement nous marier, et ce n'était pas comme si il y avait la moindre possibilité pour que nous nous séparions ou quoi que ce soit. Nous en avions été proches plusieurs fois, mais avant que le moindre acte sérieux n'ait lieu, Bella voulait arrêter. Bien sûr, je n'allais pas la forcer à passer à l'acte. Si elle voulait attendre notre nuit de Noces pour avoir des relations sexuelles avec moi, alors ce serait ce que nous ferions.

Bien que je détestais attendre pour cela, je savais que je devais le faire. En signe de respect pour ma merveilleuse femme, j'avais dut le faire.

« Je suis impatient de me retrouver au lit avec toi, » murmurai-je pendant que nous dansions. « Oh, j'ai envie de te faire tellement de choses. »

« C'est cochon, » plaisanta-t-elle.

Je riais et plaquai mes lèvres contre son cou. « Tu ferais mieux de croire que je vais être cochon avec toi. J'ai attendu Dieu sait combien de temps pour cette nuit. »

« Je suis désolée. »

« Ne t'excuse pas bébé. Nous devions attendre jusqu'à ce que tu sois prête. Mais tu ferais mieux d'être prête ce soir. »

Elle éclate de rire. « Je le suis, ne t'inquiète pas. »

La cérémonie fut inutilement longue et le vol jusqu'à Hawaï fut encore plus long. Je voulais emmener Bella sur une île isolée, mais au bout du compte, nous décidâmes qu'aller à Hawaï pour notre lune de Miel était mieux. Elle avait toujours voulu y aller, alors je trouvais que c'était l'occasion idéale pour l'y emmener.

A la seconde où l'avion se posa sur l'île, vous pouvez me croire que je ne l'ai pas lâchée. Déjà que je ne pouvais pas éloigner mes mains de son corps durant le vol. Je l'embrassai à chaque seconde ou je pouvais le faire. Les pauvres passagers de l'avion furent obligés d'assister notre séance de pelotage durant tout le trajet, mais hé, vous savez quoi ? Nous venions juste de nous marier. Je peux embrasser ma femme quand bon me chante.

Ma prise sur sa main se referma alors que nous pénétrions dans l'hôtel où j'avais réservé.

Je me sentais impatient, nerveux et excité à la fois. Je voulais juste rentrer dans cette foutue chambre.

`Couché Eddie', me dis je. `Plus que quelques minutes et tu pourras l'avoir. '

« La suite lune de miel ? » demanda le réceptionniste.

Oui nous séjournons dans la suite Lune de Miel. Maintenant donne nous cette fichue clé.

« Voilà Mr. Cullen. Bon séjour. »

Oh nous le ferons.

J'entraînai Bella jusqu'à notre chambre et la jetai sur le lit. Elle rit en rebondissant dessus.

« Vraiment impatient ? » demanda-t-elle avec un sourire innocent.

« Tu ferais mieux de croire que je suis impatient, » grognai-je en me rapprochant d'elle. J'attrapai ses épaules et la poussai contre le matelas. « J'ai attendu ce moment depuis pas mal de temps, Mme Cullen. »

« Moi aussi, » murmura-t-elle.

Oh mon Dieu. Ses yeux marron s'assombrirent alors qu'elle me fixait. Eddie frémissait dans mon pantalon, demandant à être libéré.

J'attaquai les lèvres de Bella en la plaquant contre le matelas. Nous nous embrassâmes longuement avant que je ne me mette à lui retirer son chemisier et son soutien gorge.

« Attends, » murmura Bella. « Es- Est-ce que je peux avoir un moment pour me préparer ? S'il te plaît ? »

Eddie protesta, mais je savais que c'était important pour elle. Je ne voulais pas qu'elle ne se sente pas à l'aise pour notre première fois.

« Ouais, » dis-je, la voix étranglée.

Je m'écartai d'elle et m'assis au bord du lit. Elle attrapa son bagage à main et se précipita dans la salle de bain. J'enfouissais mon visage dans mes mains et tirai sur mes cheveux.

Si elle ne sortait pas d'ici dans dix minutes, j'allais devenir fou.

Bella POV

Je savais qu'Edward attendait ce moment depuis ce qui pouvait lui paraître une vie entière, mais je voulais que ce soit parfait.

J'avais vraiment la sensation que ma peau était en feu et que mon cœur battait la chamade frénétiquement. Je dus me pencher au dessus de l'évier pour reprendre mon souffle.

`C'est pas vraiment le moment de faire une crise de nerfs, Bella,' me dis-je à moi-même.

Tout mon corps était recouvert d'une couche de sueur due à ma nervosité. J'ouvrais l'eau de la douche et rassemblais les objets dont j'allais avoir besoin. Je me glissais sous l'eau chaude et la laissai emporter le stress de la journée. Je rasais mes jambes et me lavais en vitesse. Après cela, je quittais la cabine et me séchais. Je pris mon temps pour ne pas me sentir bousculée. Si je restais calme, mon cœur n'essaierait pas de fuir ma poitrine.

Bien sûr, tout cela s'envola lorsque je plongeai dans mon sac pour saisir la parure de lingerie qu'Alice m'avait achetée pour l'occasion. Soudain, il y eut un dilemme devrais-je sortir d'ici vêtue uniquement de ma serviette, ou devrais je passer ces sous vêtements ? Edward voudrait-il me déshabiller, ou pas ?

« Bella, tu vas bien ? » demanda Edward ?

« O-oui. Je vais bien, » bégayai-je.

« Tu es sûre ? Ca fait un moment que tu es là dedans. »

« Je suis sûre. J'ai juste –»

Je fixais juste la lingerie, ne sachant pas quoi faire.

J'entendis un léger coup sur la porte. « Je peux rentrer ? » Edward ouvrit la porte lentement et entra. Ses yeux restèrent sur ma silhouette quasiment nue pendant un moment, puis les porta sur la parure de lingerie en question. « Qu'est-ce qui ne va pas ? »

« Je ne – » Un nœud se forma dans ma gorge. Je voulais rendre tout cela parfait pour lui, mais je ne savais pas quoi faire. J'allais tout gâcher et ruiner notre nuit.

« Bella, chérie, qu'est-ce qui ne va pas ? » demanda-t-il en caressant mon visage. « Tu ne veux pas faire ça ? »

« Si, je le veux, » sanglotai-je. « Mais je- je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas si tu veux me déshabiller, ou si tu veux que je sorte nue ou… » Avant que je ne puisse continuer, il posa sa main sur ma bouche pour me faire taire.

« Ne nous inquiétons pas de ça, d'accord ? » dit-il avec tendresse. Il m'attira contre lui et commença à passer sa main dans mon dos. « Tu es nerveuse ? »

J'acquiesçai. « Je sais que je ne devrais pas l'être mais je le suis, » marmonnai-je, honteuse.

Il posa une main sous mon menton et releva délicatement mon visage. « Bella, tu as tous les droits du monde d'être nerveuse par rapport à ça. Bon sang, j'ai aussi une peur bleue, mais je suis aussi excité. N'y pense pas, ok ? Ressens simplement les choses. Laisse-moi t'aimer. »

Il retira ma serviette et commença à m'embrasser et à me toucher.

Tout à coup, tout ce qui m'avait inquiété auparavant avait disparu. La seule chose à laquelle je parvenais à penser était ses mains et ses lèvres. Il me souleva pour que je puisse enrouler mes jambes autour de sa taille, et me porta jusqu'au lit. Nous nous écroulâmes avec moi au dessous de lui.

On aurait dit que ma peau était en feu et mon cœur battait violemment dans ma poitrine. Je ne me rassasiai pas de lui. Tout mon corps était frissonnant. Chaque toucher me faisait frémir. Finalement, je ne tenais plus.

« J'ai besoin de toi, » haletai-je. « Maintenant. »

Je l'aidai à retirer sa chemise, puis ôtais sa ceinture. Il tâtonnait sa ceinture pendant que je déboutonnais son pantalon. A la seconde où son pantalon tomba, le pantalon avait disparu et il ne portait plus que son boxer. Nous le retira et il était libéré.

J'avalais nerveusement ma salive.

Ca c'était censé rentrer en moi ?

Edward et moi nous étions déjà caressé auparavant, ce n'était donc pas comme si je ne l'avais jamais vu nu. Quoi qu'il en soit, avant je savais toujours que nous n'irions pas jusqu'au bout. Je n'avais pas à me préoccuper de la douleur. Maintenant, par contre… le moment était venu.

« Ne réfléchis pas, mon amour, » murmura Edward. Il caressa mon visage. « Ressens. »

Il attrapa mes deux mains et les posa contre son torse nu.

« Tu sens ça ? »

Je fermai les yeux et sentis son cœur battre contre mes mains.

« Oui, » soufflai-je.

« C'est à quel point je t'aime. » Il se baissa de manière à ce que nos torses soient plaqués l'un contre l'autre, que son cœur et mon cœur soient plaqué l'un contre l'autre. Nous écoutâmes silencieusement alors qu'ils se mettaient à battre ensemble au même rythme.

C'était comme si ils ne faisaient plus qu'un.

Edward me regarda avec des yeux verts remplis d'adoration.

« C'est à quel point je t'aime. »

Le nœud reprit place dans ma gorge, mais pas pour la même raison. Il m'embrassa à nouveau, puis se pressa à mon entrée. Je haletai un peu quand il s'immisça en moi. Il ne me laissa pas m'inquiéter longtemps. Il captura mes lèvres dans un baiser passionné alors qu'il s'enfonçait plus profondément en moi.

A la seconde où il buta contre la barrière de ma virginité, il releva le visage et plongea profondément son regard dans le mien.

« Je t'aime, » dit-il.

Je hochai la tête. « Pour toujours. »

Il se pencha en avant pour m'embrasser alors qu'il franchissait cet obstacle qu'il avait toujours été destiné à passer.

Bien sûr, c'était douloureux, mais j'étais tellement emportée par ce moment pour vraiment y prêter attention. Je le sentais m'aimer. Je sentais son amour parcourir mon corps tandis que nous nous unissions. Quand cela fut terminé, Edward s'écroula sur moi, recouvert de sueur.

Je mordillai son cou alors qu'il me serrait dans ses bras. Je ne m'étais jamais sentie aussi proche de lui, jamais. Je ne voulais jamais le laisser s'éloigner.

Edward embrassa mon front fermement avant de rouler délicatement à côté de moi. Il m'attira contre son torse et m'entoura de ses grands bras forts. Je me tournais pour faire face à son torse. J'embrassais l'emplacement de son cœur.

« Je t'aime, » lui dis-je.

« Je t'aime aussi, » répliqua-t-il, en resserrant son étreinte.

Nous restâmes allongés ainsi un long moment, seulement blottis l'un contre l'autre.

Nous revenions de si loin.

Il semblait impossible à croire qu'il y a de si lointaines années, cet homme aimant avec qui je venais de faire l'amour m'avait enfermée dans un sous sol sombre et crasseux pour me forcer à oublier ma vie. Il me semblait que c'était il y a un million d'années qu'il m'avait rabaissée et fouettée avec une ceinture cloutée et brisé la jambe avec le canon d'un fusil.

Il me semblait presque impossible à croire qu'à une période de ma vie, j'aurais préféré mourir que de faire l'amour avec Edward.

Mais les choses avaient changé. J'avais changé, il avait changé. Notre amour pour l'autre avait fait de nous ce que nous étions. Sans Edward, je serais perdue. Pire, je serais probablement morte. Son amour me donnait une confiance que je n'aurais jamais cru avoir. Et mon amour pour lui, lui apportait la paix qu'il pensait ne jamais connaître.

Nous avions parcouru un tel chemin. Nous avions supporté des menaces de morts éprouvantes et des cœurs brisés, mais nous avions réussi.

Et nous l'avions fait ensemble.

Note de l'auteur :

Avant tout, je voudrais remercier chacun d'entre vous pour avoir soutenu cette histoire. Je me serais probablement arrêtée au chapitre 5 si vous ne m'aviez pas reviewé et encouragée. Ecrire cette histoire a été difficile, et il y a des moments ou j'ai simplement voulu tout arrêter mais vous m'avez motivée à continuer.

Je sais que beaucoup d'entre vous souhaiteraient que j'écrive une suite à ceci, mais pour être honnête avec vous, je n'ai rien. Je ne vois pas cette histoire continuer et j'ai beaucoup d'histoires qui attendent mon attention. Donc, il n'y aura pas de suite. Désolée.

Je tiens également à annoncer que Lord of the Authority a été traduit en français, espagnol et allemand. Et actuellement nous avons atteint les 2560 reviews. Encore merci d'avoir fait de cette histoire un tel succès.

Note de la traductrice :

Quand j'ai commencé à traduire cette histoire, je n'étais vraiment pas sûre de m'en sortir mais grâce à vous et à vos encouragements je n'ai pas vu ces 42 chapitres passer et j'ai vraiment adoré partager cela avec vous.

J'espère vous retrouver sur The Screamers et bientôt sur My Mother's Boyfriend : http : / www . fanfiction . net /s/ 5192108 /1/ My_Mothers_boyfriend_Traduction_Fr. où je vais aller prêter main forte . Je n'ai pas de nouveau projet de traduction pour le moment mais bien sûr si une nouvelle histoire me plaît suffisamment, je ne résisterai pas… je vous tiendrai au courant sur les chapitres de The Screamers sinon, il faut mettre une alerte auteur.

Je vous attends pour une dernière review , notamment ceux qui ont lu cette histoire sans laisser une trace de leur passage, c'est le moment idéal . Mille mercis et à bientôt.

Bisous

Vanessa