Chapitre 1

Harry était enfin de retour à Poudlard après tant de péripéties ! Il repassait sa septième année complètement perdue. Il pouvait désormais se concentrer pleinement sur la préparation de ses A.S.P.I.C. Mais il en oublia les Mangemorts les plus fidèles toujours en cavale qui avaient juré de le tuer. Il y avait réfléchi et s'était finalement persuadé qu'ils ne pourraient pas pénétrer la protection magique qui entourent le parc du château mais il s'était fourvoyé. Les fidèles serviteurs de l'ex-mage noir avaient trouvé une faille dans le bouclier : ils avaient utilisé habilement des Retourneurs de Temps pour provoquer une courbure du continuum espace-temps et ainsi passer outre le barrière magique établi par les professeurs. Harry s'attendait à les voir surgir devant lui d'une minute à l'autre…

Harry parcourait le château, sa baguette serrée dans sa main, prêt à envoyer un maléfice au moindre mouvement qu'il apercevrait. Il n'y aurait eu qu'une seule personne à craindre parmi les Mangemorts : Bellatrix Lestrange. Mais comme celle-ci avait été vaincue par Mrs Weasley durant la bataille de la Grande Salle, il n'y avait aucun Mangemort que Harry ne saurait vaincre.

Il était à présent dans la tour d'astronomie et scrutait le moindre petit mouvement qu'aurait pu produire un Mangemort caché, malgré la quasi-totale obscurité due à la nuit.

Il entendit des bruits de pas dans l'escalier et se retourna, sa baguette brandie. Ron avait également la baguette levée lorsqu'il émergea de la cage d'escalier.

- Oh, Harry ! J'avais entendu des pas par ici, je t'avoue que je suis quand même rassuré que ce soit toi, dit-il en abaissant sa baguette, d'un air soulagé.

- Tu n'as rien à craindre, Ron, le rassura Harry, tu t'es bien entraîné. Tu es plus fort que les Mangemorts, maintenant.

- Tu crois ? Je n'ai pas vraiment eu l'impression d'avoir progressé.

- Je t'ai observé et crois-moi, je pourrais parier que tu maîtriserais bien mieux un Feudeymon que cinq Mangemorts réunis.

- Merci, Harry. Au fait, tu as vu Hermione ?

- Pas depuis que je vous ai surpris en train de vous bégoter au septième étage, dit Harry en souriant, mais tu devrais aller voir dans la salle sur demande, elle doit sans doute être occupée à faire passer les plus jeunes élèves à travers le passage secret du tableau de la Tête de Sanglier.

Ils avaient fait évacuer tous les élèves majeurs qui souhaitaient rester combattre comme ils l'avaient fait pendant l'assaut de Voldemort.

- Je vais vérifier, à tout de suite, dit Ron en partant, les oreilles encore rouges suite à l'évocation du bécotage au septième étage.

- Harry vérifia tous les recoins de la tour d'astronomie puis, ne voyant aucune chose suspecte, descendit. Lorsqu'il arriva dans un couloir aux grandes vitres, les images de la bataille de l'année dernière lui revinrent dans la tête : le bras du géant détruisant toutes les fenêtres puis la pluie de débris qui tomba sur lui et ses amis, dont Fred… Des larmes lui montèrent aux yeux mais il les essuya et se concentra sur la deuxième bataille qui allait commencer. Il fouilla chaque couloir et chaque pièce sur son passage mais ne remarqua rien de suspect.

Il rencontra Hermione qui se précipitait vers le département de métamorphose

- Harry ! s'écria-t-elle, l'air soulagée, je ne te trouvais nulle part, j'ai eu peur !

- Tu as fini de faire évacuer les élèves ? lui demanda-t-il, nerveusement.

- Oui, ils sont tous à Pré-au-Lard.

- Parfait, dis-moi, qui est resté pour se battre ?

- Il y a Ginny, Dean, Seamus, Neville, Luna et trois autres élèves de Serdaigle, quatre élèves de Poufsouffle et dix autres Gryffondors. Par contre, à Serpentard personne n'est resté… Ah si, Malefoy est là.

- Malefoy ? s'étonna Harry.

- Il est dans la cour pavée en ce moment avec les Serdaigles. Luna et Ginny installaient des pièges dans la cour de métamorphose la dernière fois que je les ai vues. Ron et moi, on vient juste de finir de cacher les élèves ; Dean, Seamus et Neville aidaient le professeur Flitwick à protéger le château, apparemment aucun Mangemort n'a encore pénétré les murs, ils attendent qu'on sorte.

- Eh bien il va peut-être falloir les localiser des tours et les attaquer.

- Bonne idée, je vais t'emmener voir le professeur McGonagall, tu lui feras part de ton plan.

Il descendirent dans le hall ; où s'étaient réunis tous les combattants. Il y avait Ginny Luna, Dean, Seamus, Neville, Ron et les autres élèves de Gryffondor, Poufsouffle et Serdaigle à l'exception de Malefoy.

- Tu sais où est Malefoy ? demanda Harry à Hermione et Ron, qui avait accouru en les voyant descendre les marches.

- Non, je ne l'ai pas aperçu, dirent Ron et Hermione en chœur.

Ils se regardèrent d'un air surpris puis il sourirent et s'enlacèrent. Harry, devant cette scène, ne put réprimer un sentiment de jalousie envers eux. En effet, il n'avait pas tenté de reconquérir Ginny depuis la guerre. Le grand bonheur que l'on éprouvait lorsqu'on avait quelqu'un dans sa vie lui manquait.

Il sortit de sa rêverie et aperçut le professeur McGonagall, se rappelant soudain qu'il devait lui parler de son plan.

- Professeur, j'aimerais vous parler.

- Ah, Potter ! dit-elle en le voyant apparaître d'un ton réjoui mais qui trahissait cependant sa nervosité, vous voilà, que voulez-vous me dire ?

- J'ai eu une idée pour piéger les Mangemorts.

- Je n'en attendait pas moins de vous !

- Il faudrait que certains aillent en haut de toutes les tours pour les repérer puisqu'ils sont en bas, le sortilège de présence humaine aura une plus large portée. Ainsi, nous les localisons puis nous sortons les combattre.

- Intéressant, Potter. Le début uniquement. Si nous suivons la deuxième partie de votre plan, nous nous jetons dans la gueule du loup ! s'écria-t-elle d'un ton sec.

- Mais c'est ce que nous pouvons faire de mieux ! Si nous attendons, c'est eux qui nous prendront par surprise. Je préfère agir en premier tout en sachant leurs cachettes, nous aurons l'avantage. Plus nous attendons, et plus ils ont de temps pour échafauder un plan, s'ils n'en ont pas déjà.

- Et que faites-vous de la protection du professeur Flitwick ?

- Ils l'ont déjà transpercé discrètement, nous ne l'avons su uniquement grâce à un élève qui les as vu apparaître ! s'écria-t-il. Ils peuvent très bien recommencer !

- Mmh… vous marquez un point, Potter. Emmenez la moitié des combattants pour les sortilèges de présence en haut des tours.

Harry appela Luna, trois Serdaigles, Hermione, Ron, Ginny et cinq autres Gryffondors. Il les dispersa dans les tours du château et demanda à Hermione de l'accompagner pour la tour d'astronomie.

- Eh bien, euh… Harry, je voudrais rester avec Ron, dit-elle en donnant la main à ce dernier.

- Oui… je comprends, dit Harry en se sentant quand même mis à l'écart. Ginny, tu veux bien venir avec moi ?

- Bien sûr, dit-elle en rougissant un peu.

Ils montèrent ensemble à la tour d'astronomie sans échanger un mot. Ils se sentaient mal à l'aise lorsqu'ils se retrouvaient seuls tous les deux. Ils avancèrent au bord de la tour et ils virent un morceau du parc du château sur leur gauche.

- Hominum Revelio, prononcèrent-ils en pointant leur baguette vers le parc.

Ils attendirent un instant mais rien ne se passa pour Harry.

- Il y a quelqu'un dans les arbres, là-bas. Ma baguette pointe toute seule vers…euh… le buisson, je crois.

- Bien, ça fait déjà un Mangemort repéré, allons rejoindre les autres dans le hall.

Ils redescendirent dans le hall. Tout le monde était revenu. Ron se tourna vers Harry :

- Harry, il y a huit Mangemorts dans la cabane de Hagrid, deux près du lac, neuf dans les gradins du terrain de Quidditch , deux sous le Saule Cogneur, sept à la lisière de la Forêt Interdite et trois caché dans des arbres tout près du château, toi, tu en as vu ?

- Un seul caché dans un buisson près du château, répondit Harry.

- Ils sont aussi nombreux que nous, fit remarquer Hermione.

Harry entendit des bruits de pas précipités dans l'escalier, se retourna et vit le professeur Flitwick accourir vers eux, affolé.

- Alerte tout le monde ! hurla-t-il, les Mangemorts ont réussi à faire un trou dans la barrière, je pense qu'ils arrivent !

- Mais comment c'est possible ? La plupart sont cachés loin de la barrière, s'écria Ron.

- Je ne sais pas comment ils ont fait mais il faut faire attention, ils peuvent entrer d'une minute à l'autre ! cria Flitwick.

- Très bien, nous allons sortir, déclara Harry. Mais pas par la grande porte. Nous sortirons par le parc.

Le professeur McGonagall allait protester mais Harry l'arrêta d'un geste de la main et lui dit :

- Il n'y a aucun autre moyen de prendre l'avantage les premiers. Par contre, annonça-t-il, tourné vers tous les combattants, il y aura des pièges dehors, prudence et discrétion seront de mise.

Tout le monde fit oui de la tête et avancèrent d'un pas décidé vers la porte qui menait au parc. Lorsqu'ils furent dehors, ils se dispersèrent de tous les côtés. Harry sortit de sa poche la cape d'invisibilité et la déploya sur Hermione, Ron et lui. Ils marchèrent jusqu'à la cabane de Hagrid, aux agents.

Ils ne remarquèrent rien sur leur chemin à l'exception d'un bruit parvenu aux oreilles de Harry qui ressemblait à un sortilège de stupéfixion.

Il continuèrent de marcher d'un pas vif jusqu'à la cabane et ralentirent une fois arrivés tout près. Ils regardèrent à l'intérieur par la fenêtre et les aperçurent : huit Mangemorts encapuchonnés tapis dans l'ombre qui ne bougeaient ni ne parlaient, attendant d'entendre un bruit indiquant la présence de quelqu'un. Harry recula en même temps que Ron et Hermione.

- Comment on les piège ? chuchota Ron.

- Je propose de faire exploser la cabane, murmura Harry.

- Tu connais un sort assez puissant pour la faire exploser en entier et leur régler leur compte par la même occasion ? rétorqua Hermione. Moi je pense qu'on devrait les séparer puis les affronter face à face, un chacun.

- Comment comptes-tu faire pour que cinq d'entre eux déguerpissent ? demanda Ron.

- On va provoquer une petite explosion par là, près de la forêt… mais non, ça ne va pas, ils ne vont en envoyer qu'un pour aller voir ce qu'il y a…

Ils n'eurent pas le temps de réfléchir plus : il y eut un « crac »sonore et ils firent volte-face. Drago Malefoy venait de transplaner à quelques mètres d'eux. Déjà les Mangemorts sortaient en trombe de leur cachette en l'insultant de traître. Harry se rendit compte qu'il devait émerger de sous la cape pour empêcher les Mangemorts de réduire Drago en poussière. Il souleva la cape et brandit sa baguette, son mouvement accompagné de plusieurs « Ah, Potter ! ». Il entendit des bruits de pas derrière lui – même parmi le tumulte des éclairs de lumière vertes et rouges -, se retourna et aperçut quatre Gryffondors qui couraient vers eux dont Dean, Seamus et Neville.

Chacun combattait à présent son Mangemort qui avaient tous retiré leurs masques. Dolohov plongea sur Harry comme un tigre affamé, une lueur d'excitation dans le regard. Harry para le maléfice que lui envoya le Mangemort et lui décocha un éclair de stupéfixion qui le manqua de peu. Ginny et Luna étaient aux prises avec les Carrow. Hermione affrontait Amycus et Ron un Mangemort blond. Drago, lui, lançait un éclair de lumière rouge à Greyback, le loup-garou.

- Impedimenta ! s'écria Harry.

Dolohov fut projeté en arrière et se cogna contre la porte de la cabane qui, bizarrement, ne cassa pas sous le choc.

- Expulso ! enchaîna Harry en visant la porte.

Celle-ci explosa ainsi qu'une bonne partie de la façade de la cabane et le Mangemort fut projeté avec force quelques mètres plus loin. Harry courut vers lui et vit qu'il avait le visage et le bras gauche ensanglantés. Dolohov, toujours à terre, lança un sortilège de mort que Harry évita en plongeant sur le côté. Il se relevèrent tous les deux.

- Incendio !

- Salveo Maleficia !

La gerbe de feu envoyée par Dolohov fut déviée par Harry qui enchaîna avec un éclair de stupéfixion qui passa à quelques millimètres de la tête du Mangemort. Ce dernier lui envoya le sortilège Doloris qui toucha un autre Mangemort un peu plus loin qui décolla du sol puis retomba violemment sur le dos et fut secoué d'horribles convulsions de douleur. Dolohov n'éprouva autant de compassion pour son allié que si son maléfice avait touché une planche en bois. Harry lui envoya un sortilège de désarmement que Dolohov para et lui renvoya, touchant Harry en pleine poitrine et le projeta au loin, près des débris de la porte de la cabane. Sa baguette tomba dans la chute et n'eut pas le temps de la récupérer car déjà Dolohov l'avait projetée encore plus loin avec un maléfice de répulsion. Il était à la merci du Mangemort qui avait un rictus malfaisant au coin des lèvres.

Harry entendit une énorme explosion autour de lui, se couvrit la tête avec ses mains et attendit d'entendre à nouveau un autre son que celui qui lui brisait les tympans. Une fois le bruit atténué, il s'aperçut qu'il avait chaud. Il rouvrit les yeux et regarda autour de lui : il était au beau milieu d'un cercle de feu, seul. Il n'entendait personne crier après lui et se demanda où pouvaient bien être ses amis. Il chercha après sa baguette mais ne la trouva pas. Il se sentit alors faible, à la merci du monde entier, ayant perdu sa seule arme. Il en lui fallut pas longtemps pour se rendre compte que ce feu était en fait un Feudeymon : les flammes étaient très irrégulières, elles bougeaient de trop pour être des flammes normales et Harry crut même apercevoir une fois un visage diabolique se dessiner dans un haut mur de feu.

Il paniqua lorsqu'il vit le cercle de feu se rétrécir autour de lui, et il se demanda ce qu'il pourrait faire sans baguette à la main. Essayer d'arrêter le feu lui paraissait totalement absurde, étant donné qu'il n'aurait peut-être même pas réussi à l'éteindre s'il était encore armé. Le cercle de feu était à présent très proche de lui et sa peau lui brûlait fortement, il avait l'impression d'être un poulet que l'on faisait rôtir au four, la proie vivante de tous les Mangemorts. Il suffoquait à présent et tomba à terre. Il était au bord de l'évanouissement et se dit qu'il ne pouvait pas mourir comme ça, pas maintenant, pas après qu'il avait vaincu le maître de ceux qui voulaient le tuer, et qui parviendraient peut-être à leur but…

Soudain une silhouette volant au loin se rapprochait de plus en plus du cercle de feu, elle volait sur un balai et fonça en piqué sur Harry, pénétrant le cercle de feu qui ne l'en empêcha pas, avide de nouvelles victimes à dévorer. La silhouette atterrit, descendit du balai et courut vers Harry. Ce dernier vit enfin son visage et même dans l'état dans lequel il se trouvait, il éprouva un choc en le voyant : Draco Malefoy souleva Harry de terre et le posa en travers du balai entre ses jambes et ses mains qui maintenaient fermement le manche du balai. Et ils décollèrent, loin de cet enfer, de cette chaleur douloureuse.