Bonjour tout le monde !
Eh oui je suis de retour. Enfin la plupart d'entre vous avait suivi sur le blog (adresse sur mon profil) et je les en remercie beaucoup (ça a fait chaud dans mon ti coeur). Maintenant j'ai cru savoir qu'il y avait des inconditionnels de ce site alors, là que mon rythme de vie s'est un peu calmé, je suis venue vous faire un ti coucou et vous présenter ma dernière fic.
Comme avant, je publies trois fois par semaine (lundi, mercredi et vendredi) sans faute et le matin le chapitre paru la veille sur mon blog. Je réponds à tous les MP et reviews donc si vous avez des questions, des suggestions pour que je m'améliore, n'hésitez pas.
A Bientot
E

PS : Leenaly, Je n'ai jamais arrêté d'écrire... C'est juste que je ne publiais plus que sur mon blog.


Dans un petit village d'Angleterre, le chant du coq retentit pour annoncer la fin de la journée. Un léger vent soufflait dehors et rafraîchissait l'air suffisamment pour que les pulls soient de retour sur le devant des penderies. Les oiseaux préparaient leur nid tandis qu'un couple rentrait leur voiture dans le garage.

Dans cette même maison au premier étage, une jeune fille soupirait. Pas qu'elle s'ennuyait ou qu'elle ne pensa avec émotion à un garçon. Non, elle était juste agacée par ce qui faisait maintenant son quotidien depuis deux ans. Elle s'allongea sur le dos, regardant avec application le plafond.

- Quel idiot ! Répéta-t-elle pour la nième fois. Il ne me laissera jamais tranquille !

Elle soupira en repensant à son camarade de maison, James Potter. Ce garçon qui avait décidé durant leur cinquième année qu'elle serait la femme de sa vie. Qu'il l'aimait et que s'il sortait avec d'autres filles, c'était uniquement pour se 'remonter' le moral après ses refus, ou ses gifles. Elle pouffa.

Il faisait parti des Maraudeurs, un groupe de quatre garçons dans le vent avec toutes les filles à leurs pieds. Ils se croyaient irrésistibles et sur bien des points, ils y étaient. A la fois beaux et charmeurs, ils avaient aussi de nombreuses qualités. Mais aux yeux de la jeune fille leurs défauts surpassaient leurs bons cotés.

- Lily !!!

La rouquine grogna avant de sauter sur ses pieds. Elle remonta son jean trop grand d'une taille avant de tirer sur son tee shirt afin de cacher son ventre plat. Elle jeta sur le bureau le bout de parchemin qu'elle n'avait toujours pas ouvert et fila vers le rez-de-chaussée où sa famille semblait l'attendre.

- Qu'y a-t-il ?

- Nous allons passer à table, prévint sa mère.

Elle sautilla jusqu'à la cuisine, comprenant le sous-entendu. Elle ouvrit les placards et, en sortit le nécessaire. Elle mit la table, plaça le pain et le broc d'eau.

- Alors sorcière, tu vas profiter de ta nouvelle majorité pour partir loin ?

Lily eut un sourire désabusé. Se retournant vers sa sœur, elle la toisa un moment cherchant les mots qui pourrait toucher ce cœur qui battait dans cette poitrine… Quelque part… Peut-être.

- Non, ma chère Pétunia… Je pensais te pourrir la vie encore quelque temps.

Un petit bruit répondit à cette pique, attirant un sourire sur les lèvres de la rouquine. Elle avait réussit pour une fois à faire taire sa sœur du premier coup. Finalement ce dîner en famille se présentait sous les meilleurs auspices.

- Ah, mon poil de carottes ! Viens t'asseoir à coté de moi ! S'écria son père en tapotant la place vide.

Elle se laissa tomber tout contre lui, se laissant câliner comme une enfant.

- 17 ans… Ca me fait un sacré coup de vieux tout ça !

- Mais non, Papa ! Tu resteras toujours un jeune homme à mes yeux !

- Tu ne m'as jamais connu jeune, ma chérie !

Ils rirent, heureux d'être là l'un pour l'autre.

- Tu te rappelles, Lily, que ta fête de demain ne doit pas aller au délà de 23h ?

- Oui, Maman. Je le sais. Mais ce ne sera pas réellement une fête… Ce sera plus un repas avec des amis de l'école. Nous fêterons à la fois notre dernière année à Poudlard et mon anniversaire.

- Peut être… Mais avec vous les jeunes…

- Oui, et puis tu pourrais mettre un peu de musique afin que ce soit plus festif…

Lily leva les yeux au ciel. Elle savait parfaitement ce qui allait suivre et souhaita de tout son cœur que le four sonne, pour couper court à tout cela.

- Ton petit ami vient ?

Ca y est… Elle soupira, leva les yeux, de nouveau. Si seulement ils pouvaient voir comme cette conversation l'énervait surtout que…

- C'est vrai, ce James a l'air d'être parfait. J'aimerais le rencontrer…

- Papa !

Elle s'était levée pour se dégourdir les jambes et se calmer au passage.

- Je t'ai déjà dit qu'il n'était pas mon petit ami et que je ne sortirais jamais avec lui ! Tu as entendu ? JAMAIS !

Son père rie de la détermination qu'il sentait derrière ce discours mais sans réussir à savoir qui elle tentait de convaincre par ses grands cris.

- Pourtant il est si romantique…

Lily toisa sa mère qui avait eu l'audace de dire cela.

- Maman !! Pourquoi dois je répéter cela à chaque fois que son nom apparaît dans la conversation ?

- Parce qu'un homme qui t'envoie des poèmes, des fleurs et des cadeaux dès qu'il le peut, ne doit pas être déprécié ! Tu verras qu'il est très rare d'en rencontrer un pareil et qu'avec le temps tu auras de moins en moins de cadeaux alors autant commencer avec beaucoup…

- Hé ! Je continue à te faire des cadeaux !

- Ah oui, et quel est le dernier que tu m'aies fait ?

Mr Evans se leva pour aller prendre sa femme dans ses bras.

- Demain je t'emmènes au restaurant puis au cinéma, tenta-t-il.

- C'est pour laisser quartier libre à Lily !

- Et ? J'aurais pu te proposer autre chose.

Laissant ses parents se taquiner, la rouquine partit dans la cuisine pour vérifier le minuteur du four et s'assurer que tout allait bien. Le lendemain soir, elle répétait les mêmes gestes afin d'éviter que son dessert ne soit brûlé. Nerveuse comme jamais elle vérifia les assiettes et que les entrées étaient prêtes.

Elle retourna dans le salon, les quatre verres étaient sur la table avec des gâteaux apéritifs et des bouteilles fraîches. Les premiers arrivés furent sans surprise, Ally et Mark. Ses amis étaient en couple depuis quelques mois. Ils étaient passés du stade meilleurs amis à petits amis facilement et sans que cela ne change les habitudes des trois jeunes gens.

- Qui attendons nous encore, Lilou ?

- Remus.

- Cool ! S'écria Mark.

- Pourquoi tant d'empressements ?

- C'est pas que je ne vous aime mes chères… C'est juste qu'être le seul homme…

- Tu as les deux plus jolies filles rien que pour toi et tu te plains ?!

Ils rièrent tous les trois tandis que Lily partait ouvrir la porte au dernier arrivant.

- Mumus !!!

- Lily ! Bonsoir, répondit le jeune homme avec un léger sourire.

Elle le laissa entrer et ils purent commencer à boire et à manger, occupés à se rappeler les bons souvenirs de leur scolarité au château. Au milieu du repas, le groupe des Maraudeurs, dont Remus faisait partie, fut mentionné. L'humeur de la jeune Evans s'assombrit un peu plus lorsqu'il fut question de James Potter et du harcèlement dont elle était victime…

- Ne pourrions nous pas parler d'autre chose ?

- Pourquoi ? Il fait tout autant que nous partie de ta vie, répondit Ally avec un sourire de connivence.

- Faire partie de ma vie ?! Il y est autant que la tique sur un arbre ! Il s'accroche jusqu'à la prochaine dinde !

- Lily, commença Remus, je suis un de ses meilleurs amis… Et je te jure que ce n'est pas… une tique.

- Si nous changions de sujet…

- Lily, il t'aime vraiment !

- Remus, j'aimerais qu'on ne parle pas de lui ! Le supporter pendant l'année est déjà bien assez désagréable !

- D'accord… As-tu reçu son hibou ?

- Remus ! Je ne veux plus jamais entendre parler de LUI !

Elle se leva et s'éclipsa dans la cuisine. Nerveuse comme à chaque fois, elle s'appuya sur l'évier pour reprendre contenance. Elle aimerait tant avoir une année tranquille sans être perpétuellement harcelée par monsieur Grosse-Tête !

Trois jours plus tard, elle pensait encore à lui. Dans une demi heure, elle serait sur le quai 9 ¾, elle le verrait. Il lui sauterait dessus… Elle regarda par la fenêtre de la voiture, répondant de temps en temps aux questions de sa mère.

Elle s'endormit un moment, évitant ainsi les regards de son père dans le rétroviseur. A chaque rentrée, il en était de même… Ses parents se faisaient du souci de la savoir si loin. Elle était encore à leurs yeux leur petite dernière…

Elle sentit la voiture freiner brusquement. Faire une embardée. Puis un choc. Elle ouvrit les yeux pour les refermer aussitôt, protégeant ses yeux. Alors qu'elle se sentait perdre conscience, elle pensa à James Potter… Finalement cette année, il la laisserait tranquille.