Maudits

Pope

Je suis le Pope.

Je règne sur le Sanctuaire depuis deux siècles et demi.

Je suis le plus proche serviteur de la déesse.

Je travaille sur ses paroles, ses désirs et des envies.

Je suis l'ancien Bélier.

Je ne me bats plus, j'apprends à mes successeurs pour les voir mourir les uns après les autres.

Je suis la catin du Sanctuaire.

Je suis le Harem.

Je ne peux repousser ce que mon armure a fait de moi. Je soigne, je soulage et je me donne.

Je suis le père.

J'élève ces enfants timides et malheureux, je les aime avant de les donner aux mains parfois cruelles de leurs professeurs.

Je suis le grand frère.

Je suis celui que l'on vient voir pour une peine de cœur, un conseil ou simplement pour passer un peu de temps en bonne compagnie.

Je suis le maître.

Je choisis la voie du Sanctuaire, je détermine la charge de chacun, je décide pour tout.
Je suis le bourreau.

Je mets a mort les apprentis qui fuient leur charge, je décide de la mise à mort des chevaliers félons, je tue moi-même les enfants nés de mes hommes s'il le faut…

Et dans tout cela, je suis Shion.

Juste Shion…

Dans tout cela, il n'y a guère qu'une seule charge que je revendique.

Dans tout cela, je ne veux être que le père…

Mes enfants, mes chevaliers, mes petits, mes gamins…

Je les vois grandir, je les berce, je les câline…

Je les éduque, je les aime, je les aide…

Je fais ce que je peux, comme n'importe quel père.

Je fais ce que je peux, mais ce n'est jamais assez…

Je fais ce que je peux sans parvenir à les soulager.

Je les vois souffrir, je les vois mourir, je les vois partir…

Je ne peux que les soutenir lorsque leurs armures les tuent.

Je ne peux que les soutenir lorsque leurs armures déchirent leurs âmes ou détruisent leurs corps.

J'ai essayé de réparer leurs armures.

J'ai tenté de supplier Athéna.
J'ai tout fait…
Tout…

Elle refuse.
Toujours..
Elle rit…

Toujours…
Elle ne comprend pas.
Elle est une déesse.

Elle ne comprend pas les tourments de mes enfants.
Elle ne comprend pas leurs fragilités, leurs peurs, leurs douleurs.

….Elle s'en fiche….

Elle ne s'intéresse qu'à ses propres besoins, ses propres envies.
Elle veut juste que ses hommes vainquent ses ennemis.
Elle veut juste être la déesse de l'humanité.
Ne vous fiez pas à son visage doux et son sourire, mes enfants.
Je la connais…
Comme Shura ou Camus, j'ai lu la Vérité.
J'ai lu et je sais.
Elle se fiche de nous.
Elle se fiche de tout.

Elle veut juste être la seule.
Elle veut juste conquérir.

Ne vous fiez pas à son désir de protéger les humains, mes enfants.
Vous n'êtes…nous ne sommes, que des armes, des objets, des outils pour qu'elle puisse assouvir son ambition…

Mais je ne peux rien dire….

Je ne porte plus d'armure, mais je porte le masque.

Ma voix ne m'appartient plus, ma voix est la sienne.

Mes enfants, mes pauvres enfants….

Mon silence est coupable, mon silence est assassin.
Mais je ne peux rien dire…

Je suis juste le Pope.

Je ne peux rien faire…

Et je ne peux rien dire…