Beta Anelo7

Hermione

Emmett

Inconnu

Chapitre 39 … Encore un ?! Décidément ! C'est la saison des amours …

pour voir Emmett et Rosalie s'embrassant à pleine bouche.

Une fois que le prof nous a décollés, Rosalie s'approche de moi et m'embrasse à pleine bouche. On entend au loin des cris. Mais je n'y prête pas attention, ses lèvres sur les miennes sont beaucoup plus intéressantes. Quand nos langues se touchent, je frissonne de plaisir. On arrête à bout de souffle.

« C'est bon ? demande Mr Bale. Ou faut-il que j'ouvre une agence de rencontre ? » grimace le professeur légèrement amusé.

Moi je rigole. Mr. Bale nous fusille du regard. Je redouble mes rires.

« LE COURS CONTINUE ! » hurle le professeur.

On déjeune tous ensemble. Je ne sais pas trop comment me comporter avec Rosalie, je lui ai juste tenu la main. Drago et Hermione sont dans leur bulle.

Je me frappe la tête contre la table.

« Qui a-t-il Emmett ? demande gentiment Bella.

- Rien… » grogne Emmett

Mes traîtres d'amis rigolent. Rosalie m'embrasse.

« Qu'ils sont mignons ! sourit la petite sœur. Puis on va bien rigoler. Pas vrai les amoureux ?

- Tu as de la chance, pour le moment, parce qu'après la guerre, je te torture et je te tue ! » sourit sa petite amie alors qu'elle la menace

Ca fait trop bizarre de le dire : Petite amie, petite amie, petite amie, petite amie, petite amie, petite amie. Rosalie ma petite amie.

« Pourquoi ce sourire idiot ? demande Drago.

- Il ne s'est pas remis du fait que MAINTENANT, il peut embrasser Rosalie quand il veut… » informe la sœur.

Je pose mon bras sur ses épaules et la colle à moi.

« Je t'aime petite sœur, murmure Emmett pour qu'elle seule l'entende.

- Moi aussi je t'aime mon grand frère. »

On se sourit doucement. Les autres sont attendris. Ma sœur sourit doucement à Rosalie. Hermione m'avait dit que Rosalie était jalouse d'elle. Je n'ai jamais compris pourquoi. Les filles sont compliquées… Apparemment ça va mieux entre elles vu que ma petite amie – par Salazard, j'adore - lui retourne son sourire.

On se dirige vers notre cours. Les amis de Salem ne viennent pas. Ils avaient quelque chose à faire.

On s'installe.

« Je ne veux pas casser la super ambiance, mais est-ce qu'ils vous ont dit pourquoi ils étaient là ? demande la petite sœur.

- Ils t'ennuient ? Tu es jalouse ? se moque Drago.

- Oh ça va ! bougonne sa petite amie. Alors vous savez ?

- Non, ils ne nous l'on pas dit. Mais on devrait le savoir rapidement je pense... »

Effectivement le soir, le directeur nous convoque.

Quand on ressort, différentes expressions sont sur nos visages. La peur pour Hermione, l'excitation pour Drago, Rosalie l'anticipation, et moi l'envie. Harry est comme Hermione, paniqué. Il faut dire qu'ils vont jouer un rôle décisif. S'ils se loupent, on y passe tous.

« Je vais faire un tour, dit Hermione, la voix bizarre. Harry tu peux venir ? »

Hermione embrasse doucement Drago, prend le bras d'Harry, ils partent je ne sais pas trop où. Mais ces deux-là, même si on les cherchait dans le château, on ne les trouverait pas. Hermione pose sa tête sur l'épaule de son meilleur ami.

« Tu n'es pas jaloux Drago ? s'étonne Jasper

- Pourquoi ? Je devrais ? Harry est son meilleur ami. » explique Drago avec son sourire en coin.

Il se retient de dire autre chose.

« On part tous dans la chambre des filles, chez les Gryffondors. »

Je pose ma tête sur l'épaule d'Harry. Je retenais mes larmes jusque-là mais elles finissent par sortir. Harry me colle contre lui.

« Tu es au courant que tu vas briser le cœur de toute la gente féminine ? pleure Hermione.

- Ne t'en fais pas Mione, on va réussir. Après tout je suis le survivant et tu es l'unique ! » rigole Harry mais sa voix est étranglée.

On entre dans une salle cachée par un rideau. Il y a des tables, des chaises, des canapés, des fauteuils. On se laisse tomber sur un canapé, toujours accrochés ensemble comme des bouées de sauvetages. Je suis secouée de sanglots.

« Comment tu fais pour ne pas craquer ?

- Ca fait seize ans que je le supporte. Mais on se rapproche, c'est de plus en plus dur. Ce qui me console c'est que tu partages mon fardeau et que nous ne sommes pas seuls. Même si je dois mourir, je sais qu'ils essayeront et avec un peu de chance, il mourra. » explique Harry.

Je renifle piteusement.

« Mais tu as le droit de craquer ma puce. » la rassure Harry.

Je me remet à pleurer, accrochée au torse mon meilleur ami. Je ne sais pas combien de temps on reste là. J'ai juste mal à la tête et aux yeux.

« Ça va mieux ? » demande doucement Harry.

Je relève la tête vers lui. Il a comme moi les yeux rouge.

« On est nuls. »

On se moque de nous même.

« Ca va mieux. Je crois. J'ai peur.

- Moi aussi, mais pas pour moi. Si je dois mourir je mourrai, mais c'est ceux que je vais laisser, la douleur engendrée…

- Je ne veux pas laisser Drago, Emmett. Ils sont ma vie.

- Tu l'aimes vraiment ?

- Oui, je ne lui ai jamais dit. Pas encore. Il va peut-être falloir que je lui dise avant la guerre, rigole Hermione jaune. Et toi, tu lui as dit à Ryan ? Et ne nie pas je le sais.

- Oui, je lui ai dit. Je veux vivre le moment présent, et m'amuser…

- Dit moi tu n'as pas viré homo à cause de moi ?

- Mais non, c'est les filles en général. Pourtant je ne peux pas dire que j'ai perdu ma virginité avec une mocheté. Mais je ne ressentais rien…

- Pour mon égo, ne dit plus rien.

- Sentimentalement parlant. Juste une amitié profonde. Ginny ne sait pas pourquoi je l'ai plaquée, mais elle essaye de revenir.

- La pauvre…

- Tu ne le penses pas.

- Non mais quand même. Je le prendrai mal si Drago devenait homo. Je serai contente pour lui mais mon égo en prendrai un sacré coup.

- A mon avis c'est pas prêt d'arriver, rigole Harry

- Je sais, Je t'aime mon petit chou.

- Moi aussi ma Mione.

On reste en silence une bonne partie de la nuit. On s'endort. Je me réveille, je suis allongée dos au canapé, Harry entre mes jambes, sa tête sur mon ventre. Je passe mes doigts dans les cheveux noirs de mon ami. Il grogne.

« Ca c'est pas les abdos de Ryan, se moque son ami.

- Ce n'est pas magnifique fessier de mon homme, se moque Hermione à son tour.

- Tu sais Mione, on va la gagner cette guerre. Je l'ai rêvé cette nuit.

- Tu pourras devenir prof de divination, rigole la lionne. Mais on va tout faire pour la gagner.

- Tu craches du feu ? On en a besoin.

- Je sais, gémit la brune. Mais j'y arrive pas…

- C'est rien. Je te fais confiance. Tu peux le faire, tu nous as sorti de bien des galères, tu vas encore le faire ! Après on vit une vie loin de tout ça. On aura tous la vie qu'on a voulu. » promet Harry.

Je l'embrasse sur la joue. Je dois le faire, quitte à ne pas aller en cours. On compte sur moi.

« On devrait y aller, on est déjà en retour pour Potions. Rogue va nous tuer. »

J'attends que Harry soit dans son dortoir, pour me changer rapidement et sauter par ma fenêtre. Je me transforme au vol. Trop bien, la sensation de plénitude avant la transformation. Je grogne de plaisir. Je dois y arriver.

On voit Harry entrer en cour seul. Hermione n'est pas avec lui. Je me demande où elle se trouve. On ne la voit pas de la journée. Ni au dîner. Par contre, je me décide de suivre le directeur quand il sort dans le parc, accompagné de Mr. Bale. Je sais qu'ils m'ont entendu mais je m'en fiche. Je vois ma petite sœur en Dragon allongée sur le sol, la respiration saccadée.

« HERMIONE ! »

S'ils ne m'avaient pas entendu, c'est chose faite. Je me précipite vers elle.

« Vous tuer à la tâche ne nous aidera pas. » réprimande doucement le directeur.

Elle re transforme. Mr Bale qui a l'air inquiet l'aide à se relever. Ma sœur est toute blanche.

« Je me sens pas bien. »

Elle se penche en avant et vomit.

« Ça va, elle va parfaitement bien ! » sourit le directeur.

Le prof et moi le regardons étonnés.

« J'allais le dire. » grimace Hermione.

Je viens prendre ma sœur dans mes bras, je n'aime pas les regards du prof sur MA sœur. Je passe un bras dans son dos et derrière ses genoux.

« Emmenez-la manger un peu. Mais ménagez-vous miss Granger.

- Je vous accompagne, propose gentiment Mr. Bale.

- Non je peux m'en occuper. » grogne le grand frère protecteur

Le directeur pose une main sur l'épaule du prof. Je l'emmène en la portant jusqu'aux cuisines. Elle grignote, dans ses pensées.

« Toi aussi tu le trouves bizarre ? demande la petite sœur.

- Oui, grogne son frère. Je n'aime pas ses regards et ses gestes envers toi.

- Il a voulu me parler un jour dans les couloirs mais on est pas aller au bout de notre conversation. »

Une fois son estomac de moineau rassasié, je la raccompagne dans sa chambre. Les filles ne sont pas là. Elle va pouvoir dormir tranquillement.

« Tu veux voir Drago ? Je peux aller te le chercher, le couvre-feu n'est pas dépassé.

- Oui, s'il-te-plaît, je ne veux pas être seule…

- Bien. »

Je l'embrasse sur le front, elle se met dans son lit. Je ressors.

On frappe à ma porte. Drago ? Déjà ? Non.

« Entrez. » dit-elle, prudemment.

Mr. Bale entre.

« Je ne te dérangerai pas longtemps. Je peux m'asseoir ? »

Je lui montre une chaise. Je le regarde de travers.

A suivre …

Que lui veut Mr. Bale ?

Review ?

XOXO