Titre : Histoire de chronomètre

Série : Carnets de voyages du capitaine – entrée 10

Perso : Jack/ Ianto

Résumé : Au fil des jours était née une étonnante complicité entre les deux hommes. Ianto partageait son goût du jeu, des énigmes, du sexe sans complexe. Il ne s'était pas senti aussi proche de quelqu'un depuis Rose… sauf que Ianto, lui avait des épines !

Rating : PG-13

Spoilers : première saison

Disclaimer : Bien sûr je me contente d'emprunter des personnages appartenant à la BBC

Béta : Black59


Il avait réussi à les mettre dehors dans les temps ! Faut dire qu'après la journée que Suzie leur avait fait passer, ils ne s'étaient pas fait prier, même Tosh n'avait pas insisté pour jouer les prolongations. Ils étaient seuls !

Plus exactement, Jack était seul dans l'aire centrale attendant que Ianto remonte de la morgue avec son chrono.

Jack avait décidé de laisser à Ianto l'initiative, en fait il lui avait toujours laissé l'initiative, même avant… Ok, disons que Ianto prenait l'initiative et qu'il suivait… Ianto le fascinait, il était un mystère à part entière, imprévisible et énigmatique. Et pour ne rien gâcher, il était sexy en diable et un amant passionné, bon Jack avait du faire son éducation en matière de sexualité entre hommes, mais Ianto apprenait vite et était un élève particulièrement appliqué et inventif.

Jack se sentait une âme de pucelle à son premier rendez-vous, il fallait absolument qu'il trouve quelque chose à faire, histoire de…

Trop tard ! Ianto arrivait triomphal, son chrono à la main…

« 10 minutes top chrono ! Parfait ça ! Bravo !»

« Facile ! » avait-il eu juste le temps de dire avant que Ianto ne l'attrape par la ceinture pour l'attirer à lui et s'attaquer joyeusement à sa bouche.

Difficile de garder les idées claires avec sa langue jouant avec la sienne, surtout pressé contre lui comme il l'était.

Clic !

« Eh ! Qu'est-ce ? » Avait-il tenté de protester alors que Ianto reprenait sa respiration. Il n'était pas très sûr de savoir comment il s'était retrouvé menotté à la balustrade qui courait au-dessus de sa tête.

« Ianto ? »

Le jeune homme avait abandonné sa bouche pour s'en prendre au creux de son cou tandis que ses mains, elles, s'en prenaient clairement à sa ceinture.

« Chuttt ! Laissez-moi m'occuper de vous »

Ce type était incroyable, il était capable de lui faire des trucs à faire rougir une mère maquerelle, et il continuait à le vouvoyer !

Et Ianto s'était occupé de lui, ça oui ! Même que Jack n'était plus très sûr de savoir encore quel était son véritable nom dans tout ça.

Dieu, qu'il était sexy avec cet air débauché, alors qu'il rajustait ses vêtements.

Jack se sentait un peu vulnérable comme-ça, toujours menotté, sans pantalon, la chemise en bataille et le t-shirt bon pour la poubelle.

« Et si tu me détachais maintenant ? »

« Nope ! »

« ??? »

« Si je vous détache on va remettre ça et je vais être en retard » Avait dit Ianto en consultant son chrono.

« Ianto ! Tu ne vas pas… »

Ianto lui avait encore une fois cloué le bec d'un baiser : un baiser piégé… Un trombone !

« Mmmm »

« Attention de ne pas l'avaler ! Tosh pourrait faire une attaque, si par hasard elle arrivait avant moi »

Il avait remis le chrono à zéro, lui avait décoché un sourire satisfait, et il était parti !

Perd rien pour attendre ! avait pensé Jack, ça, tu vas me le payer ! Il avait agrippé la balustrade et d'un coup de reins il s'était propulsé jusqu'à ses mains. Il avait extirpé le trombone de sa bouche. Puis il était retombé sur ses pieds. Déplier l'objet sans le voir était relativement aisé, débloquer la serrure l'était beaucoup moins…

Clic !

Il s'était rué sur le chrono : 48 secondes ! Puis sur la console de surveillance : le petit salopard avait pris les escaliers quatre à quatre évitant le piège de l'ascenseur. Pour l'arrêter, Jack aurait du déclencher le lockdown, il l'avait laissé filer…

« Perd rien pour attendre ! » Avait-il murmuré à la silhouette qui traversait la place d'un pas pressé.

Jack sortait de la douche, quand le téléphone avait sonné :

« … »

« Clara ! Qu'est-ce que tu deviens ? »

« … »

« Hugh Grant ? C'est qui sui-là ? »

« … »

« Oui, évidement ! bien sûr ! Mais c'est bien parce que c'est toi ! »

Il avait attrapé son manteau et avait pris la direction de l'hôtel de ville et de sa salle de réception. Un grand diner de charité y était donné, comme tous les ans, des gens très fortunés payaient pour y être vu. Rien que s'assoir à une table, pour y déguster un repas fin coûtait une véritable petite fortune, mais le clou de la soirée consistait à faire payer des tours de danse avec une personnalité, 1000 livres le tour ! Évidement, chaque année Clara invitait une personnalité de renom qui, invariablement, se désistait au dernier moment, et elle l'appelait au secours !

« Jack, mon chou, mon sauveur »

« Qu'est-ce que tu me ferais pas faire, hein ? » Avait-il dit en prenant la vieille lady dans ses bras, Clara n'avait pas toujours été une lady, il l'avait connue pendant la guerre, survivant dans la rue comme elle pouvait, elle avait galéré et maintenant qu'elle était à l'abri du besoin, elle faisait de son mieux pour aider ceux qui n'avait pas cette chance.

« Arrête de ronchonner, ça t'amuse de leur plaire, hein, ça flatte ton égo » Avait-elle murmuré alors qu'elle l'entraînait dans la salle de réception.

« Mon égo, et mon arrière train, n'ont pas besoin d'être flatté… »

La moyenne d'âge devait être de 150 ans au bas mot… Allons disons 60, parce qu'il y avait toujours quelques jeunes qui s'égaraient.

Jack avait jeté un coup d'œil circulaire aux différentes tables.

« On a du beau monde, mais il n'est pas là, il a perdu sa petite-fille, tu sais, en revanche, c'est lui qui a payé pour la tablée du jeune Lord Thomas Prescott, son petit-neveu, celui-là il a des oursins dans les poches »

Thomas n'était pas que le petit-neveu d'Henry, il avait perdu ses parents très jeune et le vieux Lord les avait pris en charge lui et sa sœur.

Jack ne les connaissait pas vraiment, il les avait aperçus lorsqu'ils étaient enfants … Ils étaient huit à cette table, quatre très jeunes hommes accompagnés de quatre magnifiques jeunes femmes…

« Allons les faire cracher » Avait dit Jack en tendant son bras à sa vieille complice.

« Voila, Lady Amshire qui viens nous vendre son Capitaine » Fit le jeune Lord avec un air hautain que son grand oncle lui aurait certainement fait ravaler.

« Moi, je veux danser avec le Capitaine » Avait dit la jeune fille à sa droite.

« Si tu as mille livres ma chère à dépenser, vas y, je crois que ce diner hors de prix sera ma seule contribution »

« Diner que ton oncle a payé » Avait dit le jeune homme en smoking qui était à la droite de la demoiselle et qui était à l'origine de l'intérêt de Jack pour cette table. Il avait déjà sorti son chéquier.

« 1000 livres, c'est ça ? Vous n'êtes pas donné Capitaine ! »

« Ne sois pas ridicule Ianto, tu n'as pas les moyen ! » Avait protesté la jeune fille.

« Le petit gratte papier besogneux veut me faire honte ! Si ça l'amuse, grand bien lui fasse»

« Tu peux te moquer, mais lui au moins, il gagne l'argent qu'il dépense, merci Ianto, mais je ne peux pas accepter, c'est trop d'argent »

« Contrairement à ce que tu pourrais penser, Esther, il se trouve que je suis très bien payé pour faire le café et lire le journal » Et avec un grand sourire il avait remis le chèque à Clara.

Jack avait assisté à la scène sans rien dire, amusé par l'aplomb de son jeune amant et il avait entraîné Esther au milieu de la salle pour danser sur la valse qu'un petit orchestre installé sur une estrade avait entamée au signal de Clara.

« Votre petit copain est généreux » Avait-il dit.

« Ianto ? Ce n'est pas mon petit copain » Avait-elle répondu en riant, c'était une belle jeune femme épanouie, avec un charmant sourire et une grâce naturelle.

« Non, c'est juste le plus loyal des amis » Avait-elle ajouté avec une immense tendresse.

Et menteur de haute voltige avait pensé le capitaine.

Par-dessus l'épaule de la jeune femme, il pouvait apercevoir l'air amusé de Ianto regardant le jeune lord signer un chèque pour chacune des autres jeunes filles de la table.

Au milieu de la soirée alors que Jack dansait pour la deuxième fois avec une des autres jeunes filles de la table de Ianto, la charmante Amy, Ianto s'était levé de table et était sorti de la salle de réception, probablement pour répondre à l'appel de la nature.

Jack s'excusa auprès de sa cavalière et parti à la recherche du joyeux plaisantin. Il le retrouva alors que celui-ci revenait. Il faut dire qu'il avait fait un peu de repérage en route et avait d'ailleurs trouvé ce qu'il cherchait : un charmant petit réduit qui devait servir aux femmes de ménage !

« Alors, on s'amuse bien ?» Avait demandé Jack sans cacher sa satisfaction.

Ianto s'était arrêté à distance raisonnable, bref hors de porté immédiate.

« C'est un smoking de location, et la caution… » Avait-il commencé.

« Je croyais que ton patron te payait très cher pour faire le café ? » Avait dit Jack en s'avançant dangereusement vers lui.

« Jack, le smoking… » Fut la seule protestation qu'avait émise le jeune homme, quand Jack l'avait attrapé par le nœud papillon pour l'entraîner vers le placard à balais.

« Très sexy, vraiment très sexy » Avait-il répondu « Tu devrais le garder »

Il avait rejoint la salle de bal, après avoir abandonné Ianto dûment menotté dans son placard, avec, pour bien faire, son pantalon sur les chevilles. Le smoking n'avait à priori pas trop souffert.

Ianto n'avait pourtant pas tardé à revenir s'assoir à la table, tiré à quatre épingles, comme si rien ne lui était arrivé, pourtant Jack y avait mis du sien…

Tandis qu'il regardait Ianto quitter la soirée avec la belle Amy à son bras en compagnie de ses étranges amis, Jack se demandait si Henry savait que son neveu fréquentait son voleur de camion, si Henry connaissait Ianto ?

Et si Henry avait couvert Ianto ? Savait-il pour Lisa ?

Non ! Ça ne tenait pas… Lisa était le secret de Ianto.

Il était probable qu'Henry pensait que le coupable était le malheureux Thomas Jones dont le corps n'était pas parmi les victimes identifiables. Qu'est-ce que Ianto foutait avec ce jeune Milord ? Il avait l'air de se sentir comme un poisson dans l'eau, et les quatre jeunes filles semblaient n'avoir d'yeux que pour lui, même si la belle Esther était fiancée au jeune Lord Prescott…

Fin de la première saison.