329 reviews ! C'est beaucoup plus que ce que je ne pouvais espérer ! Ce n'est peut-être rien pour vous, mais ça me fait énormément plaisir !

(Ainsi que 17 reviews pour le précédent chapitre)

J'ai mis du temps à écrire ce chapitre car d'une part je suis partie en vacances, d'autre part j'ai eu beaucoup de mal à trouver l'inspiration, et pour finir, je suis en train de lire des tas de fictions sur les Maraudeurs ( Harry Potter ).

Rajout : Les vacances sont revenues, donc je vais me consacrer à l'écriture de mes fictions !

Puisque j'ai des mois (enfin deux) de retard, je me suis empressée d'écrire celui-là. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est aussi court, et j'espère que vous allez me pardonnez ! Ce chapitre est une sorte d'intermédiaire entre le précédent et le suivant. Vous aurez enfin les explications.

J'espère que ça vous plaira, malgré sa taille !

Je vous laisse enfin lire ce chapitreeeee !


Chapitre 28 : « Charlotte, qu'est-ce que tu fais là pétasse ? »


- Il faut qu'on parle, lâchais-je enfin à mes cinq amis.

Tous soupirèrent, ils s'étaient attendus à ce que je leur demande une explication au sujet de cette Charlotte

Au départ, je m'étais promis d'attendre qu'Edward m'en parle de lui-même, mais il n'avait jamais abordé le sujet, du moins pas devant moi. Edward paraissait vraiment anxieux, ce qui m'inquiétait. Lorsque je les laissais tous les cinq, pour me préparer ou autre, je savais qu'ils avaient une conversation assez sérieuse sur elle. Ou du moins, dès que je revenais ils cessèrent toutes conversations, et je n'étais pas assez narcissique pour croire que j'étais le centre du monde.

- Je sais que tu as un passé Edward, je respecte ça ! Mais cette histoire a l'air vraiment importante, et cette fille se trouve à Paris en même que nous y sommes. Donc, au risque de la croiser, je veux savoir qui elle est.

Il passa sa main dans ses cheveux, signe de stress.

Je passais mes jambes sous mes fesses, assise confortablement dans le canapé. C'était mieux pour moi, car je ne savais pas du tout à quoi m'attendre.

- Son nom est Charlotte Sheridan, tu ne la connais peut-être pas mais cette fille est une mannequin britannique, une des plus connues du moment. Nous l'avons connu à Paris l'année dernière. Elle parlait anglais, nous parlions américain ! On a donc fait connaissance. Les filles se sont tout de suite attachées à elle.

- Comprends Bella qu'elle sait comment attirer l'attention, comment envoûter les personnes, elle a un tel charisme, et elle sait mentir à la perfection. Pire encore, elle est la reine du chantage. Mais ça, nous ne l'avons su que beaucoup plus tard, m'appris Alice.

Rosalie eut un geste de mépris, et Emmett l'embrassa sur la joue.

- Elle était riche et connue, elle pouvait donc nous emmener dans tous les grands endroits de la capitale française ! Je suis ... sorti avec, la trouvant exceptionnelle. Malheureusement, j'ai vite compris qu'elle se droguait et qu'elle abusait de l'alcool. Elle m'a fait une promesse comme quoi elle ne toucherait plus jamais à ses saloperies et comme un idiot je l'ai cru.

- Mais elle a replongé ! S'exclama Rosalie. Madame la mannequine ne cherchait juste que des personnes avec qui s'éclater ! Edward était un passe-temps, un petit Américain dans Paris, le bonheur ! Nous les pauvres connes avec qui elle faisait son shooopping ! On aurait du voir clair dans son jeu, mais crois-moi, cette fille sait être très persuasive quand elle veut. Elle avait mit quelque chose dans mon verre un soir ... Je ne savais pas trop ce qu'il m'arrivait mais j'ai ... partagé ses délires. Elle a invité des garçons pas très ... commodes de Paris. Apparemment il se serait passé quelque chose entre un certain Thomas et moi. Je n'en ai jamais eu la preuve. Je lui ai donc dit que j'allais tout raconter à Edward, et elle m'a fait chanter. Si je racontais tout aux autres, elle irait raconter à Emmett ce que j'ai réellement fait cette nuit là : je l'ai trompé. Je n'étais tellement pas bien en rentrant, et Emmett était tellement inquiet que je lui ai tout raconté.

- Je suis parti du principe qu'il ne s'était peut-être rien passé durant cette fameuse nuit, tout ce que j'ai retenu c'est qu'elle a osé droguer Rose sans son consentement.

- Mais il n'y a pas eu que ça, je me trompe ? Leur demandais-je.

- En plus de tromper Edward, elle avait caché plein de drogue dans les appartements d'Esmé et Carlisle. Elle pensait venir les chercher lorsqu'elle reverrait Edward. Dommage pour elle, Esmé les a trouvé et les a foutu dans les toilettes ! Elle nous a demandé une explication, évidemment on lui a tout raconté. Pour elle, ça ne pouvait être de la faute de cette fille et il fallait absolument l'aider. Notre mère n'arrive jamais à voir le mal chez une personne ! Marmonna Alice. On l'a donc forcé à aller dans un centre de désintox en Angleterre.

- Comment ?

- On a usé de ses ruses, le chantage. Nous avions des milliers de preuves que ce soit photos, vidéos, ou même témoins à donner à la presse. Elle venait de perdre son copain et ses amis. Et puis il y avait ses parents.

- Maintenant tu sais tout ... Fit Edward.

Je restais un moment silencieuse. Jamais je n'aurais cru que ça pouvait être ça, son histoire. Ancienne mannequine droguée, une personne non fréquentable qui avait abusé les Cullen et les Hale. Avant même de la connaître, elle me répugnait.

- Et si vous la croisez ?

- On l'ignorera !

J'acquiesçais.

- Merci de me faire assez confiance pour me raconter tout ça ..

- Il n'y a pas que de la confiance. On voudrait que tu fasses vraiment attention à cette fille perverse !

- C'est promis !

Je soupirais, puis embrassais Edward qui était comme figé. Il ne réagit pas vraiment. Génial.

J'étais heureuse d'un côté de savoir tout. Ils me faisaient confiance, je connaissais un peu mieux leur passé, et je savais qu'au moins Edward n'était responsable en rien dans cette affaire, ce qui me rassurait. Mais voir la réaction d'Edward, ou plutôt sa non-réaction, m'inquiétait.

- Je pense que la seule manière d'égayer un peu notre journée est de faire du shopping !

- Alice ...

Seul Jasper avait de l'emprise.

- Et bien au moins se promener dans Paris !

J'étais d'accord avec elle, il fallait absolument que nous nous changions les idées.

Et Edward n'avait toujours aucune réaction, et je crois, ne pas être la seule à s'inquiéter.

- Et si vous me montrez les quartiers les plus riches ?

Changer de conversation était la meilleure chose à faire.

- Bonne idée ! Alors en plus il y a beaucoup de magasin de grand créateur, tu vas voir tu vas adorer. En plus ...

Et voilà Alice qui ne s'arrêtait plus.

Edward n'avait toujours pas de réaction, son regard dirigé vers la fenêtre et sa vue sur les Champs Elysées.

Jasper qui faisait mine d'écouter sa copine, mais je savais très bien qu'il n'écoutait plus la conversation depuis un moment déjà.

Emmett monta le volume de la TV, il avait mit la chaine anglaise BBC2.

Quant à Rosalie :

- Ne t'inquiètes pas pour Edward. Je pense que durant cette année il a tout fait pour enterrer cette histoire, et ne plus y repenser. Il a eu des idées stupides pour essayer d'oublier, comme sortir avec Tanya par exemple ! Alors voilà que nous venons d'en parler, et il se rend compte que non, ce n'était pas qu'un rêve. Il va bientôt sortir de sa torpeur !

Et dire qu'au début, Rose et moi ne nous entendions pas ! Qui l'eut cru ?

- Non Alice, je n'entrerais pas dans ce magasin Chanel ! Marmonnais-je pour la seconde fois.

- Très bien j'ai compris, Rose, viens avec moi ! Ordonna-t-elle.

- Et si nous allions manger une glace ? Proposa Emmett. Au lieu que nous quatre restons dehors à vous attendre.

Dans ce magasin, il ne fallait y entrer que deux par deux, pathétique. On était surveillé de près, et en plus, Alice ne comptait rien y acheter. Tout mon argent ne suffirait même pas à acheter une chaussette Chanel !

- Je vois que tout le monde est contre moi, génial ! Allons manger cette glace ! Et j'espère qu'elle sera infecte !

Je lâchais un petit rire. Alice et sa mauvaise foi, c'était toute une histoire !

Evidemment, en arrivant, ce fut la première à demander un glace cerise chocolat avec de la chantilly.

Nous décidâmes par la suite d'aller dans les boutiques de souvenirs, où j'acheta une carte postale pour mon père, ainsi qu'un porte-clef avec la tour Eiffel pour ma cousine. Les filles et moi nous achetâmes un tee-shirt I love Paris, et nous obligeâmes les garçons à porter un tee-shirt avec notre prénom écrit dessus. Nous, jalouses ? Non, juste possessives !

J'achetais le même pour Jacob avec écrit dessus Carlie, évidemment.

Alice nous bombardait de photos, et obligeait d'ailleurs Jasper à en prendre aussi ! Elle était complètement surexcitée, et je ne serais pas surprise si plus tard elle m'apprenait qu'elle allait s'installer dans la capitale avec Jasper !

Après cette longue après-midi nous décidâmes enfin de rentrer au Loft, pour ne pas inquiéter Esmé et Carlisle.

Nous étions au début des Champs-Elysées, chaque couple main dans la main.

Les garçons parlaient football, et nous parlions musique. Les Beatles, évidemment.

- Revolver est le meilleur album que la Terre ai pu avoir ! S'écria Alice.

- Non non non ! SGT Peppers est le meilleur !

- Bella ? Lequel ? M'interrogea Alice.

Avec un tel regard, elle voulait apparemment que je lui donne raison sinon je mourrais dans d'atroces souffrances !

- Tiens tiens, une nouvelle venue. Ne serait-ce pas ta nouvelle proie Edward ? Fit une voix derrière nous.

Edward se raidit, mais se retourna.

- Charlotte, qu'est-ce que tu fais là pétasse ? S'énerva Rosalie.

Sans que Rose ne le dise, jamais tout de suite deviné à qui nous avions à faire.

- En fait depuis que je suis sortie de ma, comment dire, prison, je me suis permise un petit voyage dans ma ville préférée.

- Tu n'as eu que ce que tu méritais ! Rajouta Alice.

- J'en suis tout à fait consciente, et je le regrette vraiment. Je tiens tout particulièrement à m'excuser pour Rosalie et Edward. J'ai changé depuis, et grâce à vous.

- C'est quoi ce plan ?

Alice était méfiante, et se serrait contre Jasper. Rosalie était rouge de colère, Emmett avait des révolvers à la place des yeux, et Edward s'était statufié.

- Il n'y a aucun plan. Salut, je m'appelle Charlotte ! Et toi ?

- Bella, lui appris-je d'un ton dédaigneux et froid.

- Enchantée ! Je vois que tu es au courant de l'affaire. Mais t'ont-ils dit qu'ils ont voulu eux-aussi goûter à cette merde ?

- Charlotte, tu pars immédiatement. Je ne comprends même pas comment as-tu pu oser t'adresser à nous. Dégage ! Cracha Edward.

M'auraient-ils menti ? Je me souviens qu'Emmett avait dit que cette fille avait drogué Rosalie sans son consentement, mais je ne savais pas qu'ils y avaient goûté. Au fond, je ne l'aurais pas mal pris s'ils me l'avaient avoué en toute honnêteté. Mais me mentir ou me le cacher .. Et puis, peut-être racontait-elle des conneries ! Mais si elle n'est pas stupide, elle n'aurait pas osé mentir devant eux ..

- On se calme Edychou ! Je vais pas la manger ta copine !

- Non, mais la faire violer, ça c'est dans tes cordes !

Ca c'était mauvais. Rosalie commençait à s'énerver, ce qui était généralement une très mauvaise chose. Elle me faisait toujours peur, lorsqu'elle se retrouvait comme ça.

- Je sais que ce que j'ai fait était dégueulasse, horrible. Mais depuis que je suis allée dans ce .. centre, j'ai vraiment changé. J'aimerais tellement que vous me croyez ! Mais bon, je n'ai que ce que je mérite, n'est-ce pas ? J'espère que vous découvrirez avant la fin de ce voyage la vraie Charlotte ..

- La vraie Charlotte, on l'a déjà découverte ! Alors salut, pétasse !

Elle eut l'air triste et peinée, mais se rangea sur le côté pour nous laisser passer, la tête baissée. Elle n'avait pas l'air si méchante que ça. Et peut-être avait-elle vraiment changer. Mais si elle était aussi gentille que ça, je ne pense pas qu'ils auraient été aussi dégoûtés par sa simple présence.

Et puis je ne la connaissais pas, et c'était une ex d'Edward. Rien que cette dernière chose devrait me pousser à la détester !

- Je suis désolé Bella, je ne pensais pas qu'elle reviendrait à Paris .. Commença à s'excuser Edward.

Je l'embrassais chastement, pour lui montrer qu'il n'y avait aucun problème et qu'il n'avait pas à culpabiliser. Si si, nous pouvons faire comprendre tout ça rien que par un baiser !

- En espérant que nous n'allons plus la recroiser ! Et puis, ce n'est pas comme si tu l'avais embrassé et l'avais pris dans tes bras .. Ne gâchons pas nos merveilleuses vacances à cause de cette blondasse ! M'exclamais-je.

- Bien dit Bella, approuva Alice. Je me demande juste combien de temps elle va rester .. Mais profitons ! Cette année, nous sommes tous réunis mes chéris, alors ça va être la fêêêêêêêêête !

- Evite de nous appeler tes chéris et ça sera la fête ! Rétorqua Emmett, amusé par son enthousiasme.

- Comment ça ? Tu es hétéro Emmett ? Fit semblant d'être surprise ma belle-soeur.

"Hé" s'exclama Rose en la frappant sur l'épaule.

- Désolé de te décevoir, mais oui ! Et tu sais quoi ? J'ai une magnifique fiancée ! Fit-il en chuchotant, bien que tout le monde l'entendit.

Rosalie rougit, ce qui était rare, mais sauta dans ses bras pour l'embrasser comme jamais.

- Au risque de me répéter, et Dieu sait combien de fois je vous ai sorti cette phrase, mais il y a des chambres pour ça ! S'exclama Jasper.

- Ce que tu peux être prude petit frère !

- Petit frère de cinq minutes !

- De vrais gamins, commenta Alice.

- C'est l'hôpital qui se fout de la charité là !

Nous rentrâmes au Loft dans la joie et la bonne humeur, oubliant parfaitement -ou presque- l'épisode Charlotte. Finalement, elle n'allait peut-être pas gâcher nos vacances en France. En tout cas, vive Paris !


Je remercie ENORMEMENT The Hind In The Forrest pour tous ses conseils ! Je vais évidemment répondre à ses messages dès que j'ai un peu plus de temps sur mon ordinateur .. Alors encore un grand merci pour ses idées !

Evaa