Cette nouvelle faisait le tour des deux royaumes. Qu'ils soient magiciens ou sorcières, tous étaient horrifiés, tous craignaient pour leur vie. Il était sorti de sa prison, ainsi que tous ses généraux, les pires crapules du monde magique. Plus personne n'était en sécurité, aucun des deux mondes ne pourrait s'en sortir. Il ne restait qu'un espoir, tous en avaient conscience. Mais était-il bon de croire en une légende ?

« Jarka Ruto vient de se libérer ! » La sorcière Vanille venait d'annoncer la nouvelle, comme si le fait de le dire lui permettait de s'en convaincre elle-même. Elle s'adressait au Sénacle des sorcières, ainsi qu'à celui des magiciens, qui les avaient rejointes.

« Que devons nous faire ? Je vous le demande. Il nous faut trouver un moyen de nous débarrasser de lui, mais je n'entraperçois aucune solution.

- Je ne vois pas vraiment non plus, lâcha l'un des magiciens. Il était prisonnier et gardé par nos meilleurs éléments et les vôtres, et ils n'ont rien pu empêcher.

- Que proposez vous exactement ? Rester dans notre coin à attendre, et prier pour qu'il nous épargne ?

- Je n'envisage pas grand chose d'autre. »

Un brouhaha d'approbation se fit entendre. La reine, qui bien qu'ayant abdiquée assurait la régence, était là, et ne disait mot. Elle semblait soucieuse. Une autre sorcière prit la parole :

« Je crains qu'il n'y ait pas d'autres solutions que le combat. Nous devons nous battre pour la survie de nos deux peuples. Maintenant nous coopérons, ce qui n'était pas le cas il y a cinq cents ans. En nous alliant, il est possible de vaincre.

- Vous êtes folle, il est invincible, personne ne peut le terrasser.

- Il a pourtant bien été battu une fois par ....

- Tout cela n'est qu'une légende. Et même si ça ne l'était pas, elles ne sont sûrement plus de ce monde. D'ailleurs elles ne l'ont jamais été, vu qu'elles n'étaient pas des sorcières. »

Le vacarme reprit. D'un coté certains approuvaient la solution du combat. D'autres étaient partisans de ne rien faire.

L'une des sorcières s'apprêtait à parler mais se ravisa.

Tous se turent. La reine s'était levée. On aurait dit qu'une chose qu'elle attendait depuis le début de la réunion venait de se produire.

« Oui sorcière Tourbillon. Qu'alliez vous dire ? »

La dénommée Tourbillon, celle qu'on appelait autrefois Reine d'Avant, esquissa un sourire, se leva, et dit :

« Il nous reste une dernière solution. Celle de confier nos vies à une légende. Le secret que je vais vous révéler, je ne devais le dévoiler qu'à la reine, au moment de ma mort.

Je sais où sont les Rayaks. »

Cette nouvelle avait comme électrifié la salle.

La jeune fille de dix ans qui se tenait près de la reine écoutait attentivement. Elle ne comprenait pas exactement de quoi il s'agissait, mais pressentait quelque chose d'important.

« Vous voulez que ...

- Oui. Nous devons éveiller les Valjakrayas. »