Edward & Bella, une rencontre, une nuit – OS concours

.

Titre:Aider-les-personnes-timides-et-coincées .com

Auteur: kadronya

Bêta: Lily Cullen 82 (que j'embrasse et remercie de son aide !^^)

.

.

Disclaimer:

Les personnages de cet OS appartiennent à Stephenie Meyer.

Comme pour mes autres fictions, j'écris pour le plaisir et je ne demande pas de reviews ou que vous votiez pour moi, vu que cet OS a été écrit « pour » un concours.

(J'y participe, car l'idée « une rencontre, une nuit » m'a inspirée^^).

Bonne lecture à tous, en espérant que ça vous plaise et que les autres OS du concours (qui se trouvent à cette page : http : // www . fanfiction . net /community / Edward_Bella_une_rencontre_une_nuit /74561/) vous charment autant qu'ils m'ont passionnée !

N'HÉSITEZ PAS A AUGMENTER LE ZOOM DE VOTRE PAGE INTERNET, VOUS AUREZ PLUS DE FACILITÉ A LIRE LES OS (OU CHAPITRES DES FICTIONS) SANS AVOIR MAL A LA TÊTE AVANT D'ARRIVER A LA FIN !^^

.

.

*OoO*

.

.

.

Aider-les-personnes-timides-et-coincées .com

.

.

Monsieur Masen,

Suite à votre demande, nous vous avons trouvé une femme de votre âge, qui se trouve dans la même situation que la vôtre. Vous trouverez d'ailleurs une photo d'elle ci-joint, afin que vous sachiez à quoi ressemble la femme qui pourrait partager votre expérience commune. Si vous voulez toujours perdre votre virginité avec la personne que nous avons sélectionnée pour vous, veuillez nous renvoyer un mail avec votre accord, puis nous vous enverrons le lieu et la date de votre « rencontre ».

Alice Brandon,

Directrice des relations humaines du site « Aider-les-personnes-timides-et-coincées .com »

Ça faisait plusieurs heures qu'Edward, jeune homme de vingt-et-un ans, avait reçu ce mail et il ne savait pas quoi faire, quoi répondre.

Originaire de Chicago, il avait perdu assez récemment ses parents, Edward sénior et Elisabeth Masen, décédés suite à un accident de voiture, et avait donc trouvé refuge auprès de sa tante, la sœur de sa mère, Esmé et de son mari, Carlisle Cullen, vivant dans une petite bourgade de l'Etat de Washington, Forks. Lorsqu'Edward arriva dans leur maison, à l'âge de seize ans, il fut très bien accueilli. Mais la perte de ses parents l'avait énormément renfermé et même s'il aimait beaucoup ses nouveaux tuteurs, il ne leur parlait que très peu, préférant étudier, lire et jouer du piano, instrument que sa mère lui avait apprit à manier comme un virtuose dès l'âge de cinq ans.

De ce fait, Edward n'avait pas d'amis. Et il s'en moquait, même si les Cullen s'inquiétaient pour lui.

Un jour, à la fin de sa dernière année de licence, il reçu un mail d'invitation d'un site internet : Aider-les-personnes-timides-et-coincées .com. Il ne savait pas que c'était ses tuteurs qui avaient pris contact avec eux, afin qu'ils puissent aider leur neveu à s'ouvrir aux autres. Et depuis ce jour, Edward comprit que même s'il aimait la situation dans laquelle il se trouvait, il voulait connaître certaines facettes d'une relation avec autrui : Le sexe.

Edward savait qu'il était plutôt beau, vu les regards aguicheurs que lui lançait la gente féminine; mais il n'avait pas trouvé de fille belle et intelligente, qui aurait de la conversation au lieu de glousser à chaque fois qu'il ouvrait la bouche; quelqu'un avec qui partager cette expérience. Et maintenant, même s'il en trouvait une, il avait peur de ne pas savoir s'y prendre, d'être maladroit et de ne pas donner de plaisir à sa partenaire.

Au début de son adolescence, il faisait comme tous les hommes, il se masturbait, voulant partager sa première fois avec celle qu'il aimerait pour toujours. Mais plus les années passaient, plus il désespérait. Toutes les femmes qu'ils rencontraient lui donnaient l'impression d'attendre plus qu'une preuve d'amour face à cet acte, et cette constatation lui mettait la pression. C'est pour ça qu'à vingt-et-un ans, il n'avait toujours pas goûté aux plaisirs de la chair.

Le site internet proposait divers services aux internautes, et leur sérieux était prouvé par divers tests et témoignages de ceux qui avaient eu recours à leur aide, en plus d'avoir la possibilité d'appeler directement ces derniers. Edward était fasciné. Encore plus lorsqu'il découvrit une intéressante section : « Perdre sa virginité ».

C'est ainsi qu'il découvrit comment il pourrait partager sa première fois avec une femme qui serait dans la même situation que lui.

Tout ce que le site demandait était de répondre à certaines questions, ainsi que donner ses goûts envers le sexe opposé et ils s'occuperaient de trouver ce qui correspondrait le mieux à celui qui fait une demande de « rencontre », de l'organiser dans les moindres détails, vu qu'elle ne durerait qu'une journée, mais qui serait à la charge des internautes concernés.

Edward avait donc rempli le formulaire, se disant qu'il ne perdrait rien à faire une demande et qu'il pouvait, de toute façon, annuler le tout, si l'envie, ou plutôt la peur, lui prendrait.

Il aura fallu trois jours pour qu'il reçoive une réponse du site.

Il lui aura fallu plusieurs heures de réflexions, durant lesquelles il regarda la photo de sa potentielle partenaire sexuelle avant d'envoyer une réponse.

*OoO*

Bella venait de terminer sa dernière année de licence de littérature dans la faculté de Phoenix, Etat d'Arizona et s'était inscrite dans un nouveau cycle afin de faire un master. Elle espérait grâce à ce diplôme, qu'elle aurait enfin accès à son rêve : diriger une grande bibliothèque.

Elle vivait chez sa mère, Renée, et son mari, Phil Dwyer, joueur de baseball en de seconde division, tandis qu'elle ne voyait son père, Charlie Swan (chef de police d'une petite bourgade insignifiante de l'Etat de Washington dans laquelle il vivait), que très rarement. Beaucoup se seraient moqué de Bella, parce qu'elle vivait encore chez sa génitrice. Mais la jeune femme se moquait éperdument des avis et jugements d'autrui. Elle n'aimait pas leur compagnie et même si elle aurait voulu discuter avec d'autres filles timides, mais qui avaient de la conversation, jamais elle n'en avait eu le courage.

Elle s'était d'ailleurs résignée : Elle a été, est et sera toujours seule.

Un jour, alors qu'elle était encore enfermée dans sa chambre à bouquiner ses vieux classiques, elle consulta ses mails afin de voir si Renée lui avait écrit. Elle n'avait pas de portable sur lequel sa mère pouvait la joindre, vu qu'elle n'en voyait pas l'utilité, n'ayant pas d'amis qui l'appelleraient. Bella vivait peut-être chez sa mère, mais cette dernière n'était jamais là, accompagnant son mari dans tous ses voyages pour son club de baseball quelconque et là, ça faisait au moins une semaine qu'elle n'avait pas eu de nouvelles.

Evidemment, Renée avait envoyé moins de trois mails en l'espace d'une heure trente et Bella s'empressa de les lire. Quelle ne fut pas sa surprise, lorsque sa mère lui parla d'un site internet pour personnes timides ! Renée lui disait qu'elle en avait entendu parler par des amies et qu'il avait vraiment bonne réputation, traitant de tous les aspects et de toutes les relations que l'être humain se devait de connaître dans sa vie. Renée savait que sa fille ne voulait pas en entendre parler, mais lui pria d'au moins y jeter un coup d'œil.

Et c'est ce qu'elle fit.

Evidemment, la partie « relations amicales » ne l'intéressa pas, ni celle des « relations amoureuses » ou celle des « relations libres ou échangistes ». Bella était persuadée qu'elle n'arriverait pas à parler aux autres de ses goûts, rêves et autres, alors ces deux dernières sections étaient complètement hors-jeu, même si elle rit des idées loufoques du créateur du site.

Bella surfa sur le site, d'un œil distrait, persuadée de ne rien trouver d'intéressant, parce qu'elle se trouvait trop insipide pour les jeunes de son âge qui ne voyaient que fêtes, alcool et sexe, choses qui n'intéressait pas notre petit rat de bibliothèque.

Jusqu'à ce qu'elle tombe sur la section « perdre sa virginité ».

Au début, elle rit de nouveau. Elle pensait que le créateur de ce site avait complètement perdu l'esprit pour avoir des idées pareilles. Comme si des gens timides, voire coincés allaient donner leur virginité à des inconnus !

Mais la curiosité prit le dessus sur Bella, lorsqu'elle vit le chiffre d'internautes venant sur cette section : Pourquoi des adultes, certes dans le même cas qu'elle, passerait par ce site ? Que proposaient réellement ceux qui le dirigeaient ? A quel prix ? Etait-ce sérieux ?

Tout en lisant la charte du site, mais plus précisément celui de « perdre sa virginité », elle fut surprise et charmée. Non seulement des règles existaient, mais le sérieux était prouvé par le témoignage de divers personnes ayant eu recours à cette idée farfelue.

Plus Bella lisait, plus elle réfléchissait à sa situation : Elle avait vingt-et-un ans, était vierge jusqu'au bout des ongles, ne s'étant jamais donnée de plaisir, ni même essayée, n'avait jamais eu de petit-ami, n'avait jamais échangé de baiser. Bref un cas plutôt rare pour une fille de son âge ! De plus, elle était persuadée de finir vieille fille, vivant seule dans une grande maison avec ses cinq chats et ses bouquins et était donc convaincue qu'elle ne vivrait jamais ces expériences.

Cette pensée assombrit grandement son humeur.

Prise de tristesse et de colère, elle s'inscrivit sur le site et fit une demande dans la section désirée. Après tout, quitte à finir vieille fille, elle aura connu les plaisirs de la chair !

Et quand elle reçu le mail avec la photo de son potentiel partenaire sexuel, elle donna son accord en se répétant sans cesse que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire pour une fille dans son cas.

*OoO*

Alice Brandon, la directrice des relations humaines du site « Aider-les-personnes-timides-et-coincées .com » et créatrice de la section « perdre sa virginité », avait décidé de s'occuper personnellement du cas d'Edward et Bella. En effet, elle sentait en lisant leurs réponses écrites dans le formulaire de demande d'inscription, parmi tant d'autres, que ces deux personnes étaient faites pour se rencontrer. L'expérience qu'ils allaient avoir ensemble allaient les ouvrir au monde, Alice en était convaincue !

C'est ainsi que notre petite entremetteuse réserva une chambre dans un prestigieux hôtel cinq étoiles de Seattle, en sachant qu'Edward habitait dans la région et que Bella avait prévu d'aller rendre visite à son père prochainement dans cet Etat. Le couple aurait accès à leur suite dès quatorze heures jusqu'au lendemain midi. Mais la petite touche personnelle d'Alice, était le livre qu'elle avait écrit et publié : « Tous ce qu'on devrait vivre durant notre première fois », était gentiment posé au centre de l'immense lit pour nos amis, ainsi qu'une boite neuve de préservatifs qui attendaient le couple sur une les tables de chevet.

*OoO*

Edward venait d'entrer dans la suite de l'hôtel cinq étoiles et il devait bien se l'avouer : il était nerveux. Il n'avait pas eu de petite-amie depuis la mort de ses parents et même s'il ne verrait Isabella Swan qu'une seule et unique journée, il allait faire avec elle beaucoup plus qu'avec les autres. Il avait beaucoup hésité à venir. Après tout, sa première fois était importante et il avait peur de tout faire foirer en imaginant divers scénarios catastrophes, mais tout disparut lorsqu'il la vit entrer.

Bella était nerveuse, voire complètement paniquée. Ella n'avait jamais eu de petit-ami, ni même eu une quelconque expérience dans une relation amoureuse et là, elle allait donner sa virginité à un inconnu ! Tandis qu'elle se dirigeait vers son numéro de chambre, elle se traitait de tous les noms, se maudissant d'avoir essayé de paraître jolie, alors qu'elle savait que c'était impossible. Elle expira et inspira profondément, puis fit glisser sa carte magnétique afin d'ouvrir la porte et entra dans l'immense suite qui leur avait été réservée.

Elle n'avait jamais rien vu d'aussi grand et beau, quoiqu'elle trouva ça un peu trop démesurée, à l'image sûrement de celle qui avait organisé leur voyage. Elle s'avança timidement, regardant autour d'elle, ne remarquant pas le jeune homme qui la détaillait franchement.

Edward quand à lui, oubliait ses peurs quand il vit Bella. La photo ne lui avait pas rendu justice, elle était tout ce qu'il rêvait d'une femme : brune aux yeux marrons, simple et naturelle mais très belle, avec de jolies courbes mises en valeur par un chemisier bleu et une jupe blanche s'accordant parfaitement à la peau pâle de la jeune femme. Bref, il était plus que ravi de partager sa première fois avec elle, encore plus lorsque leurs regards se croisèrent. Edward pensait que les yeux marrons étaient ternes mais ceux de Bella, d'un marron chocolat, le fascinèrent : ils étaient profonds et ils lui semblaient pouvoir y lire, comme dans un livre ouvert, toutes les émotions de Bella. Il sourit quand il vit qu'elle le détaillait également, la faisant rougir lorsqu'elle se rendit compte qu'elle avait été prise en flagrant délit.

-Salut, je suis Edward, lui dit-il en souriant avant de lui tendre la main.

-Euh… Salut, bafouilla-t-elle en réponse. Je suis Isabella. Euh… Juste Bella, répondit-t-elle en rougissant de honte.

Ils échangèrent une poignée de main qui leur donna une multitude de frissons dans tout leur corps, tandis que leurs regards restèrent ancrés l'un dans l'autre.

Bella avait été subjuguée par la beauté d'Edward. La photo n'avait pas su le représenter à sa juste valeur. Elle se demandait pourquoi il n'avait toujours pas couché avec quelqu'un, avec un visage d'ange pareil, des cheveux cuivrés complètement désordonnés qui invitaient à passer ses mains dedans, des yeux d'un vert exceptionnel et un corps qui avait l'air parfait, qu'elle regardait à travers un débardeur blanc et un jean qui moulait affreusement bien ses belles fesses.

-Je suis content de me retrouver là, se lança le jeune homme.

-Moi aussi, avoua Bella en rougissant sous le sourire d'Edward.

Il ne put s'empêcher de lever sa main et de caresser la joue de la jeune femme, savourant le doux contact avec la peau de Bella qui ne savait plus comment réagir.

-Alors, tu viens de Seattle ? demanda-t-elle en rougissant de nouveau sous son audace.

-Je viens d'une ville pas loin d'ici mais je vis ici pendant mes études. Et toi ?

-A Phoenix en Arizona. Tu fais quoi comme études ?

Et c'est ainsi que pendant toute l'après-midi, ils apprenaient à se connaître, à se détendre progressivement de la tension qui s'était emparée d'eux à leur rencontre. Ils se trouvèrent pleins de points communs, riant de leurs anecdotes d'enfance, partageant leurs rêves, leurs envies. Ils s'installèrent à une table pour déguster un succulent diner et à la fin de celui-ci, Edward, sachant que Bella n'était jamais allée à une fête ou même aux bals de fin d'année du lycée, alluma la chaîne-hifi de leur suite et lança un slow parmi les multiples CDs qui étaient rangés dans le meuble qui soutenait le poste musicale.

-Qu'est-ce que tu fais ? demanda Bella en voyant Edward se rapprocher d'elle.

-Je t'invite à danser avec moi, répondit-il en souriant.

-Si je ne suis pas allée à des fêtes, c'est parce que entre autres, je ne sais pas danser ! paniqua Bella.

-Ne t'inquiète pas, tout est dans le cavalier.

Sans même attendre la réponse de sa cavalière, Edward attrapa une de ses mains et la posa sur son épaule tandis qu'il prit la deuxième dans la sienne, passant le bras qui lui restait autour de la taille de jeune fille qui rougissait franchement, avant de la porter le plus délicatement possible afin de faire poser ses pieds sur ceux du jeune homme.

-Tu es fou ? s'exclama Bella. Je vais t'écraser les pieds !

-Tu pèses à peine cinquante-cinq kilos et de toute façon, c'est soit je te porte et je supporte ton petit poids, soit tu m'écrases les pieds, blagua Edward faisant rougir Bella. Détends-toi Bella et laisses-toi emporter par la musique.

Ils se fixèrent sans un mot, profitant de l'instant présent. Bella, qui était un peu tendue au début de la danse, se détendit progressivement, arrachant un sourire à Edward qui la détaillait encore et encore. Jamais il n'avait vu de fille aussi fascinante que Bella. Elle était magnifique à ses yeux, en plus d'être intéressante. Ses réponses à ses questions et ses comportements face à lui n'étaient jamais ce qu'il pensait qu'ils seraient, la rendant mystérieuse malgré la franchise qu'elle avait eu en répondant à toutes ses questions. Cette fille qu'il n'avait jamais vu et ne reverrait jamais après demain, était vraiment quelqu'un d'exceptionnel et elle l'ignorait. Il se mit à caresser de nouveau sa joue, vrillant ses pupilles émeraude dans ceux de Bella. Tous deux ressentaient l'envie d'embrasser l'autre et même si Bella en mourrait d'envie, sa peur prit le dessus lorsqu'elle vit le visage d'Edward se rapprocher tout doucement d'elle :

-Je n'y connais rien, confessa-t-elle en baissant la tête.

-C'est pour ça qu'on est là, non ?

-Oui, mais tu as déjà eu des petites-amies, non ?

-Oui, mais…

-Pas moi, coupa Bella. Pas de petit-copain, pas de bisous sur la bouche, pas de caresses, rien. Au moins maintenant j'aurais dansé une fois dans ma vie, ironisa-t-elle.

Edward était interloqué. Il ne comprenait pas pourquoi une aussi jolie fille n'avait encore jamais connu ces petites choses de la vie.

-Pourquoi ? demanda-t-il tendrement en posant ses doigts sous le menton de Bella pour l'obliger à relever la tête, croisant par ce geste leurs regards.

-Je suis trop timide pour aller vers les autres. Et même si je fais un pas dans leur direction, soit ils m'acceptent mais ne parlent que de choses complètement futiles, soit ils me rejettent ne me qualifiant pas digne de leur attention.

-Je suis désolé, souffla Edward.

-Tu n'as pas à l'être je suis très bien toute seule, même si je dois le rester toute ma vie. Je veux juste connaitre certaines choses au moins une fois, même si aujourd'hui doit rester la seule et unique expérience que je vivrais. Mais j'ai peur.

Edward ne savait pas quoi répondre. Lui aussi avait peur de mal s'y prendre mais Bella avait le pouvoir de le détendre rien qu'en le regardant. Il continua à lui caresser la joue, s'émerveillant secrètement de sa douce texture.

-Et toi ? Comment ça se fait qu'un aussi bel homme passe par un site internet pour perdre sa virginité alors que de multiples femmes doivent sonner à ta porte ?

-Bel homme, hein ? la taquina-t-il, la faisant rougir. Je n'ai jamais trouvé de femme intéressante à qui m'attacher et maintenant j'ai peur de ne pas savoir m'y prendre lorsque je l'aurais trouvée et la faire fuir par mon incompétence, répondit-il en souriant.

-Tant mieux pour moi alors, plaisanta Bella, faisant rire Edward.

Ce dernier ne pouvait pas s'empêcher de caresser encore et encore la joue de la jeune femme en la regardant intensivement. Il n'avait encore jamais vu un ange pareil. Tout chez elle n'était qu'innocence et il fut vraiment ravi qu'elle soit sa première fois mais surtout de pouvoir être son premier en tout ce qu'ils feront ce soir.

Bella rougit encore plus sous les regards d'Edward et décida de se lâcher un peu en passant ses bras autour de la taille du jeune homme et de poser sa tête sur son épaule. Elle fit voyager ses mains dans le bas du dos de son partenaire de danse, se disant que de toute manière elle n'avait rien à perdre. Ce dernier, voyant sa belle prendre doucement l'initiative, passa sa main inoccupée derrière sa nuque, caressant doucement la naissance de ses cheveux bruns, longs et ondulés avant de relever et approcher doucement le visage de la femme vers le sien et de poser ses lèvres sur les siennes.

Le baiser fut simple, chaste. Edward voulait en quelque sorte rassurer Bella mais elle se mit sur la pointe des pieds et reposa d'elle-même ses lèvres sur ceux de l'homme. Tout s'accéléra quand elle demanda l'accès à la bouche de son partenaire, en caressant sa lèvre inférieure de sa langue, accès qu'Edward s'empressa d'accorder, avide de plus de choses en voyant que la jeune femme voulait passer rapidement à l'étape supérieure.

-Pas mal pour un premier baiser Bella, rit Edward haletant à la fin de leur échange enflammé.

Elle rougit, provoquant un éclat de rire à Edward.

-Euh… désolée, je me suis emportée, souffla Bella, gênée.

-J'ai beaucoup aimé ta fougue, ne t'inquiète pas, dit-il avant de s'emparer à nouveau de ses lèvres.

Ils échangèrent plusieurs baisers, faisant augmenter la température de leurs corps. Malgré leur inexpérience dans ce domaine, le couple voulait vite passer à autre chose, quelque chose que leurs corps réclamaient ardemment au fil des minutes qui s'écoulaient. Ils se dirigèrent donc doucement mais sûrement vers la chambre et s'installèrent sur le lit.

Edward rit tandis que Bella rougit lorsqu'ils virent le livre d'Alice, mais aucun des deux ne voulaient le consulter maintenant. A la place, ils s'allongèrent côte à côte et se fixèrent silencieusement, partageant de temps en temps des baisers tantôt chastes, tantôt enflammés.

Aucune parole n'était nécessaire entre eux. Ils arrivèrent à se comprendre en se regardant, tout simplement.

Bella fut la première à passer à l'étape supérieure en enlevant le débardeur d'Edward. Puis, comme s'il était une œuvre d'art, elle partit à la découverte de son corps en caressant du bout des doigts chaque parcelle de son torse.

Edward, dorénavant sur le dos, sentit son cœur commencer à s'emballer, son souffle devenir erratique, devant tant de tendresse. Il profitait des douces sensations que lui procurait Bella, sensations qui fit naitre en lui un désir envers la jeune femme. Il avait eu, certes, des petites-amies mais jamais il n'était arrivé à ce stade, celui où l'on découvre paisiblement le corps nu de l'autre et Edward ne voulait pas qu'elle arrête.

La demoiselle admirait tous les traits du torse d'Edward et le toucher était quelque chose de fascinant pour elle. La peau du jeune homme était douce mais dure, surtout au niveau des abdominaux et pectoraux, le rendant vraiment viril. Elle voulait poser ses lèvres sur lui afin de le goûter, mais avait peur d'aller trop loin même si elle était là pour ça.

-Arrête-moi si je fais quelque chose qui te dérange, souffla-t-elle en relevant la tête vers lui.

Edward hocha la tête, fronçant légèrement les sourcils, interrogatif, avant que Bella ne se lève et s'assoit à califourchon sur les cuisses de ce dernier. Elle ne bougeait plus, redoutant la réaction de son compagnon d'une nuit qui lui sourit pour l'encourager, impatient de voir ce qu'elle avait envie de faire.

Bella se pencha donc vers lui, l'embrassant tendrement avant de déposer tout un sillon de baisers sur la bouche, sa mâchoire, puis dans son cou, ses clavicules, ses pectoraux, ses abdominaux. Arrivée à ce niveau, elle passa un coup de langue autour de son nombril puis remonta tout doucement par l'estomac avant de s'arrêter sur une clavicule et de gentiment la mordiller. Elle adorait le goût de sa peau sur sa langue et continuait à divers endroits tandis qu'Edward gémissait sous les douces tortures de Bella, comprenant à cet instant que le sexe n'était pas seulement l'action de deux corps qui s'emboitent afin de se donner du plaisir, mais la découverte du corps de l'autre, comme le faisait Bella. Grâce à elle, il se sentait bien dans son corps et pas seulement comme un morceau de viande, comme lui faisait ressentir les autres femmes qui l'observaient.

Sans même s'en rendre compte, il avait plongé ses mains sous le chemisier de Bella et commençait à lui caresser le dos. Jamais il n'avait encore touché quelque chose d'aussi soyeux que la peau de Bella et il ne s'en lassait pas, voulant juste pouvoir admirer ses formes sans qu'aucun vêtement ne puisse le gêner et pouvoir vénérer son corps tout entier, comme elle était en train de le faire pour lui.

Il s'attarda sur l'attache du soutien-gorge, ne sachant pas s'il pouvait le dégrafer ou non, alors il se décida à faire comme elle :

-Arrête-moi si je fais quelque chose qui te dérange, lui dit-il en l'embrassant.

Voyant qu'elle répondait avec ardeur à son baiser, il détacha son soutien-gorge avant de la faire basculer en dessous de lui. Bella rougit un peu, en souriant timidement, sachant pertinemment qu'il allait lui infliger les mêmes délicieuses tortures qu'elle lui avait précédemment faites. Elle aurait dû être terrifiée mais elle avait confiance en Edward, cet inconnu qu'elle ne reverrait jamais après demain, et elle était juste impatiente d'aller plus loin avec lui, afin de ne pas oublier l'être qu'elle avait rencontré aujourd'hui. Jamais auparavant elle n'avait ressenti de désir envers qui que se soit et ce désir annihilait toutes ses craintes, ses barrières, le laissant faire à sa guise, ne redoutant pas une minute de ce qu'il pourrait lui faire.

Edward déboutonna lentement le chemisier de Bella, embrassant chaque parcelle de peau qu'il découvrait au fur et à mesure, savourant de ses lèvres et de sa langue tout ce qui lui tombait sous la bouche, trouvant le tout doux et soyeux, avec un goût particulièrement exquis. Lorsque tous les boutons furent libres, Bella se redressa, permettant à Edward de retirer plus facilement le chemisier et le soutien-gorge.

Elle rougit d'autant plus lorsqu'elle vit le regard appréciateur du jeune homme avant de se laisser tomber sur le lit, donnant à Edward une image d'elle qu'il trouvait totalement érotique. En effet, ses joues étaient légèrement rouges, des yeux remplis de désirs et qui brillaient d'excitation, ses cheveux éparpillés sur un oreiller, mais le plus attirant pour lui était le fait qu'elle se mordillait la lèvre inférieure.

Puis son regard dévia de nouveau sur la poitrine de Bella qu'il trouvait parfaite : d'une taille idéale, ni trop grosse ni trop petite, des seins bien ronds comme deux belles pommes. Il voulait savoir si ses seins étaient aussi fermes qu'il le pensait et posa doucement ses mains dessus avant de les caresser doucement mais fermement, faisant durcir les pointes. Bella gémit sous la caresse, et ce son ne fit que faire croitre le désir déjà bien présent d'Edward. Mais avant, il voulait connaître les gestes qui pourrait donner à sa partenaire sexuelle le plus de plaisir. Alors comme un explorateur, il partit à la découverte de la poitrine de Bella, commençant par passer ses pouces sur les tétons et de faire un geste rotatif qui fit gémir la douce jeune femme. Puis Edward prit les mamelons entre ses pouces et index et tira dessus doucement, la faisant se cabrer légèrement et prononcer son prénom. Le jeune homme était vraiment fasciné par les diverses réactions de Bella mais il voulait plus de réactions et se demanda si le fait de lécher les pointes de ses seins, de les téter et les mordiller allaient les provoquer.

Et c'est ce qu'il fit à chaque sein, à tour de rôle, faisant violemment cambrer Bella qui en plus de se relever, passa ses mains dans les cheveux d'Edward, avant de les empoigner fortement dans ses poings et de le rapprocher encore plus près d'elle. Elle gémit son nom encore et encore, savourant les nouvelles sensations qui s'étaient emparées d'elle. Bella ne put en supporter plus et passa ses mains le long de son torse avant de descendre vers le jean d'Edward. Mais ce dernier l'arrêta, le sourire aux lèvres :

-Attends un peu petite coquine, lui lança-t-il en lui faisant un sourire tordu. Je veux d'abord essayer quelque chose.

Bella gémit de frustration tandis qu'Edward rit doucement avant d'embrasser le ventre de sa partenaire et de descendre vers la jupe qui lui enleva tout doucement. Tout au long de la descente du vêtement de la brune, Edward déposa de petits baisers avant de remonter ses lèvres le long de ses jambes afin de finir par poser un dernier bisou sur son intimité, encore couverte d'une petite culotte en coton toute simple. Bella était un peu gênée par la simplicité de ses sous-vêtements et par ce qu'Edward pourrait faire ensuite. Le jeune homme le sentit immédiatement et releva les yeux vers elle :

-Tu me fait confiance ?

-Oui, répondit-elle simplement.

Il l'embrassa tendrement avant de redescendre vers l'intimité de Bella puis lui enleva son dernier sous-vêtement, constatant que la féminité de la jeune fille était trempé de désir et d'excitation.

Bella était nue et quelque peu gênée sous Edward qui ne put qu'être émerveillée devant elle. Il avait envie de vénérer son corps comme elle le méritait, de lui donner un maximum de nouvelles sensations et de plaisirs. Alors il recommença à poser ses lèvres un peu partout sur elle, tandis qu'il massait délicatement ses seins avec ses mains de la façon dont elle gémissait le plus. Bella était, au début, un peu mal à l'aise par le regard de son amant, mais ce sentiment fut vite remplacé par le bien-être que lui procurait cet homme merveilleux. Elle était tellement plongée dans les profondeurs du plaisir qu'elle ne se rendit pas compte qu'Edward commençait à descendre vers son intimité avant que celui-ci ne soit totalement envahi par sa bouche.

-Edward… balbutia-t-elle à bout de souffle, non.

-Laisse-toi aller Bella, répondit-il contre le sexe de cette dernière lui provoquant un gémissement de plaisir. Je veux essayer de te donner un orgasme de cette manière.

Avant de rencontrer Bella, Edward ne voulait pas expérimenter le cunnilingus, même s'il avait lu que c'était un sacré bon moyen pour excitée une femme, voire pour lui donner un bon orgasme; quelque chose le bloquait. Peut-être parce qu'il avait peur de ne pas aimer le faire ou parce qu'il n'en avait tout simplement pas envie, il ne le savait pas.

Mais Bella était spéciale à ses yeux. Elle était sa première fois et il était la sienne. Elle avait un corps à en faire damner un saint et personne ne le voyait. Il voulait rendre hommage à sa beauté et il ne trouvait aucun autre moyen que de lui donner un maximum de plaisir de toutes les manières possibles, durant le peu de temps qu'ils avaient ensemble.

Il lécha donc délicatement le clitoris de Bella, provoquant à la jeune femme un petit sursaut de surprise avant qu'elle ne se cambre doucement en murmurant le prénom de son amant, lorsque ce dernier devint plus entreprenant sur son petit paquet de nerf.

Edward aimait voir la façon que Bella avait de se comporter face au plaisir car elle se lâchait complètement, oubliant totalement sa timidité et, tout en continuant de s'occuper du clitoris de la partenaire, en le léchant, tétant et mordillant doucement, il pinça un téton d'une main, tandis que l'autre partit à la découverte l'intimité de son amante. Il pénétra donc un doigt dans le vagin de Bella, la faisant jurer. Il commença de lents vas-et-viens avec un doigt avant d'en rajouter un deuxième, surpris que l'intérieur de sa belle soit si chaud et humide en plus d'être serrée, lorsqu'il fit glisser un troisième doigt à l'intérieur. Les hanches de la jeune femme commencèrent à bouger d'elles-mêmes sous le plaisir qui la submergeait. Edward abandonna donc la poitrine de cette dernière, afin de poser ses mains sur ses hanches et de la maintenir du mieux qu'il pouvait avant de glisser sa langue à l'intérieur d'elle. Bella passa ses mains dans les cheveux d'Edward pour approcher sa tête de son intimité, alors que ce dernier repartait à l'assaut de son clitoris avec sa bouche, pendant que ses doigts envahissaient de nouveau son intérieur. Plus les minutes passaient, plus Bella avait du mal à ne pas hausser la voix face au plaisir qui commençait à la submerger.

Et sans qu'elle ne le voit venir, elle se mit à crier le nom de son amant sous son premier orgasme qui fut intense. Edward était heureux d'avoir réussit à la faire jouir grâce à ses doigts et sa bouche tandis qu'il léchait le doux nectar de Bella jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus. Il le trouva au départ assez bizarre, mais plus il lapait, plus il le trouvait exceptionnel, d'une saveur indescriptible, mais ce qui l'était le plus à ses yeux était la vision de sa partenaire pendant son paroxysme. Elle était magnifique lorsque le plaisir la dominait et cette vision ne fit que rendre plus douloureuse son érection.

Il s'allongea à côté de la jeune femme et l'admira pendant qu'elle se remettait de son orgasme avant de se mettre à lui caresser la poitrine, le ventre, les bras, ses joues en attendant qu'elle revienne doucement sur terre.

Bella essaya de reprendre son souffle et ferma les yeux, profitant de la sensation d'allégresse qui la parcourait à cet instant. Jamais elle n'avait vécu de chose aussi plaisante que ça et quand sa respiration fut un minimum stabilisée, elle se releva et embrassa passionnément Edward, voulant lui faire comprendre par ce baiser à quel point elle le remerciait. Elle eut même un aperçu de son nectar et ça ne fit que l'exciter un peu plus, la faisant mouiller de nouveau, lui donnant une petite idée pour le remercier à la hauteur de son acte.

Elle déboutonna le jean d'Edward tout en l'embrassant avant de se relever complètement et de le faire glisser très lentement le long des jambes du jeune homme qui se sentit vraiment à l'étroit dans son boxer en la voyant agir.

Aucun des deux n'avait peur de faire l'amour ensemble. Leur peur avait été éradiquée depuis un sacré moment, laissant entre eux une confiance totale en l'autre et une complicité que ni l'un ni l'autre n'avait encore trouvée avec autrui. Ils avaient l'impression de se connaître depuis des années et c'est ce sentiment qui encouragea Bella à enlever le boxer d'Edward.

Evidemment, se fut la première fois qu'elle voyait un sexe masculin, alors le voir en érection provoqua en elle diverses réactions : choc, peur, excitation… tout y passait. Edward comprenait parfaitement ce qu'il se passait dans la tête de Bella. Alors il l'a laissait faire à sa guise, n'attendant rien d'elle, si elle ne voulait pas le toucher.

Mais la jeune femme était de nature curieuse. Elle toucha donc du bout des doigts le membre d'Edward et s'étonnait de sa texture indéfinissable : ça avait l'air dur mais sensible, doux mais imposant, surtout qu'apparemment le jeune homme était bien pourvu.

Edward sentit son excitation monter d'un cran sous les innocentes caresses de Bella, mais se fut pire lorsqu'elle prit son sexe complètement dans sa main, commençant à le masturber doucement, maladroitement. Jamais une autre main que la sienne ne l'avait touché et rien que le fait que Bella se soit décidée à le faire, même si elle le faisait timidement, ne fit que croître son envie d'elle.

-Montre-moi comment m'y prendre, s'il te plait, murmura Bella en regardant Edward, se mordillant la lèvre inférieure.

Edward posa donc sa main sur la sienne et lui montra comment faire, lui expliquant comment commencer, tout doucement, comment le taquiner, prodiguant diverses petites pressions le long de sa verge, comment accélérer la cadence sans pour autant lui faire mal ou autres, pendant que Bella apprenait sous les gémissements de son partenaire qui commençait à avoir du mal à reprendre son souffle. Edward retira sa main et la laissa diriger les opérations, savourant cette intime caresse. Il essayait de freiner ses ardeurs pour de ne pas éjaculer trop vite et il voulu arrêter Bella avant qu'il n'atteigne le point de non retour. Elle s'arrêta avant, l'embrassant tendrement sur les lèvres, tout en collant son corps contre celui de son amant.

Au moment où Edward allait la retourner pour passer à l'étape supérieure, il croisa le regard interrogateur et gênée de Bella. Il se stoppa et la regarda attentivement, lui demandant silencieusement de lui poser la question qui lui trottait dans la tête :

-Est-ce que je peux… euh… tefaireunefellationavantqu'onailleplusloin ? lui lança-t-elle rouge de honte.

Edward rit doucement et lui demanda de répéter doucement et calmement :

-Ben… tu vois, lui dit-elle en balbutiant, tu m'as donné un orgasme… avec ta bouche… et je voulais savoir si… si je pouvais faire pareil… te faire une fellation quoi.

Dire qu'Edward était abasourdi était un euphémisme. Il n'en revenait pas. S'il lui avait fait un cunnilingus s'était pour la remercier de le considérer comme un être humain, de le faire sentir réellement désiré, parce qu'elle était spéciale à ses yeux et qu'il voulait qu'elle ait au moins connu l'orgasme s'il ne parvenait pas à le lui en donner un pendant l'acte, pas parce qu'il attendait d'elle qu'elle lui fasse une fellation à son tour :

-Bella, tu n'es pas obligée, lui répondit-il, je ne te demande rien.

-Je veux le faire. J'en ai vraiment envie, avoua-t-elle en rougissant.

Edward l'embrassa tendrement, se demandant ce qu'il avait fait dans le passé ou dans une vie antérieure pour mériter qu'une femme pareille ait accepté de partager sa première fois avec lui.

-Alors je te remercie de me faire ce plaisir, lui susurra-t-il à l'oreille avant de s'emparer du lobe et de le mordiller gentiment.

Bella ne comprenait pas comment Edward faisait pour la rassurer, pour faire disparaitre toutes ses craintes mais surtout sa timidité qui l'avait toujours bloquée dans le passé, mais elle voulait le remercier de la faire se sentir bien dans son corps et dans sa tête et pour ça, elle tenait vraiment à lui faire ce cadeau.

Elle recommença à l'embrasser sur tout son torse avant de descendre doucement mais sûrement vers le sexe tendu d'Edward. Elle était un peu impressionnée par la taille du membre en érection, mais déterminée à faire ce dont elle avait envie. Elle commença à le lécher, en partant de sa base et en finissant par passer la langue sur le gland qui avait sécrété un peu de liquide pré-séminal. Elle avait redouté son goût, ayant peur d'être dégoûtée, mais elle se donna du courage en repensant à ce qu'avait fait Edward un peu plus tôt en avalant tout son nectar. Elle savoura donc le liquide qu'elle venait de récolter, et même si sa texture et le goût lui paraissait assez surprenants, ça ne l'empêcha pas de vouloir prendre le membre de son amant en bouche.

Elle commença de lents vas-et-viens puis, se rappelant des conseils qu'Edward lui avait donné sur une bonne masturbation avec une main, commença à lui procurer diverses sensations en mordillant très délicatement le long de la verge, en enroulant sa langue autour arrivée à l'extrémité, en aspirant goulûment de temps en temps. Elle, qui n'avait jamais voulu faire de fellation auparavant, se sentit excitée de provoquer les gémissements, les halètements, les petits cris d'Edward, rien qu'en s'activant sur son sexe.

Edward quant à lui, n'en revenait pas de ce que lui procurait la jeune femme. C'était fabuleux, merveilleux. Il se sentait bien, au chaud dans la petite bouche humide de Bella, malgré l'immense tension sexuelle qu'il retenait ardemment, ne demandant qu'à exploser. Il faillit jouir alors il se releva, croisant le regard interrogateur de son amante :

-Ne t'inquiète pas Bella, c'était super, mais je ne veux pas jouir dans ta bouche, expliqua-t-il à bout de souffle, je veux venir en toi.

Bella, quoiqu'un peu déçue de ne pouvoir finir la petite gâterie qu'elle avait entamée, comprit ce que désirait vraiment Edward. Elle n'allait peut-être pas avoir d'orgasme pendant l'acte en question, mais Edward voulait jouir, pour sa première fois avec une femme, à l'intérieur d'elle et rien que pour ça, elle accepta sans rechigner, se rallongeant sur le dos à côté d'Edward.

Ils se contemplèrent de nouveau, se souriant mutuellement, se demandant encore et encore comment ils avaient pu être aussi chanceux d'avoir rencontré l'autre, sans pour autant trouver de réponse.

Edward fut le premier à réagir en embrassant passionnément Bella, une de ses mains parcourant le torse de sa belle, s'extasiant de nouveau sur la chaleur et la douceur de sa peau. Il se releva afin de prendre un préservatif dans la boîte se trouvant sur la table de chevet et le glissa sur sa verge. Bella admirait les gestes de son compagnon, avant que ce dernier ne bascule au-dessus d'elle, se stabilisant sur ses avant-bras afin de ne pas faire peser tout son poids sur la petite demoiselle qui le fixait intensément.

Le moment tant redouté avant leur rencontre ne parut juste qu'à cet instant. Les deux jeunes adultes allaient s'aimer, se donner l'un à l'autre sans aucun regret, même s'ils n'allaient pas se revoir après demain. Bella et Edward essayèrent de ne pas penser à ce dernier point, voulant garder ce moment parfait. Alors ils s'embrassèrent avec passion, tendresse et frénésie.

Bella passa ses mains dans le dos du jeune homme qui ne put s'empêcher de caresser les côtes de son amante d'une main, avant de la poser sur sa hanche et de la pétrir tout doucement et d'empoigner son sexe et de le diriger vers l'intimité de la jeune femme.

Edward arrêta le baiser et plongea son regard dans ceux de Bella. Ils se sourirent avant de faire un chaste baiser.

-Dis-le-moi si je te fais mal et j'arrêterai, d'accord ? lui demanda-t-il soucieux.

-Oui, lui répondit-elle sincèrement.

Ils s'embrassèrent de nouveau pendant qu'Edward fit pénétrer doucement sa verge à l'intérieur de Bella. Cette dernière essaya de rester détendue mais la douleur qui suivrait l'intrusion lui faisait un peu peur, tandis qu'Edward n'en revenait pas que se soit si serré, si chaud mais humide autour de lui. Il prit conscience qu'il devait faire attention à sa belle demoiselle, alors il se mit à cajoler sa poitrine de sa bouche et de sa main. Bella, grâce à ce geste prévenant, se détendit complètement, gémissant le nom de celui qui lui procurait du plaisir. Ce dernier profita de la détente de Bella afin de pénétrer complètement la jeune femme, brisant par cette action sa membrane et s'immobilisa afin de lui laisser le temps de s'adapter à son sexe entièrement en elle.

-Ca va ? questionna Edward en lui caressant la joue.

-Oui, souffla-t-elle en le regardant. La douleur est largement surmontable, je m'attendais à pire. Continue s'il te plait.

Et c'est ce qu'il fit. Il commença de lents vas-et-viens afin de ne pas trop faire de mal à Bella, mais très vite, cette dernière lui demanda d'accélérer la cadence avant de passer ses jambes autour du jeune homme, lui donnant un nouvel angle de pénétration qui accentuaient les sensations éprouvées par les deux personnes.

Edward était si bien. Il ne voulait jamais que ça s'arrête. Il voulait rester à l'intérieur de Bella le plus longtemps possible, pour ne pas dire toujours. Il avait l'impression que le corps de son amante était fait pour lui, s'emboitant tout deux parfaitement. Il se sentait bien malgré la pression de son excitation qui arrivait bientôt à son paroxysme, entier. Bella ressentait la même chose, la même plénitude, malgré que son orgasme se construisit assez rapidement. Elle ne voulait pas quitter cette chambre d'hôtel où, pour la première fois, un homme l'avait désirée, l'avait fait se sentir bien dans son corps et dans sa tête, mais surtout l'avait aimée. Elle se sentait complète dans les bras d'Edward.

-C'est… si bon, souffla Edward à bout de souffle. Si bon, Bella, si serrée. Je ne… vais pas tarder à venir ma belle.

-Edward, gémit-elle.

Et il comprit qu'elle n'était pas loin de jouir aussi alors il l'embrassa passionnément tandis que sa main se faufila jusqu'au clitoris de la jeune femme afin de lui accorder de douces tortures qui conduirait Bella à son paroxysme.

-Edward, continua-t-elle au bord de la jouissance.

-Viens, Bella… Viens… je n'attends que toi pour plonger.

Et parce qu'il le lui avait demandé. Parce que ses vas-et-viens faisaient monter en elle une tension intenable. Parce que ses baisers et ses caresses la comblèrent au-delà de tout ce qu'elle n'avait imaginé pouvoir vivre un jour, elle jouit.

Son orgasme fut meilleur que le premier. Plus fulgurant. Plus merveilleux. Non, tellement plus que ça. Mais elle ne trouvait pas d'adjectif pouvant qualifier ce qu'elle venait de vivre. Elle, qui ne croyait pas les autres femmes qui disaient voir des étoiles durant leur paroxysme, ne put que les approuver à cet instant. Elle se sentit vraiment bien, comblée et heureuse.

Edward, lui, en la voyant jouir, en plus de sentir ses muscles se contracter autour de son sexe, hurlant son prénom sans même qu'elle ne s'en rende compte, laissa la pression de son excitation l'envahir et plongea dans les profondeurs de sa jouissance. Il se senti tellement vidé par ce qu'il ressentait pendant son paroxysme qu'il retomba sur la jeune femme, laissant ses avant-bras porter quelque peu son poids.

Ses masturbations en solitaire le soulageaient lorsqu'il était excité, mais le fait de jouir dans une femme, dans Bella plus précisément, ainsi que d'avoir réussit à lui donner un orgasme pendant l'acte, était vraiment plus intense que tout ce qu'il avait vécu jusque là. Il était bien, complètement satisfait et béat. La situation dans laquelle il se trouvait avec elle, ne paraissait que plus juste après ça. Pour rien au monde il n'aurait voulu avoir quelqu'un autre que Bella pour partager sa première fois.

Il ne put s'empêcher d'embrasser le cou de son amante, la remerciant d'avoir partagé cette expérience avec lui, la laissant, par ce fait, reprendre tranquillement son souffle, tandis qu'elle lui caressait tendrement le dos.

Ils étaient bien ensemble Aucun des deux ne voulaient quitter leur étreinte, mais Edward se retira de Bella afin d'enlever le préservatif et de le jeter dans la poubelle de la salle de bain. Lorsqu'il revint, la jeune femme était à moitié somnolente, l'attendant pour se coucher, et il ne put que sourire face à tant de prévenance et de tendresse. Ils glissèrent tout deux sous les draps, nus, avant de se serrer l'un contre l'autre, de s'embrasser sans s'en lasser et de s'endormir paisiblement, le sourire aux lèvres.

Edward se réveilla quelques heures plus tard, dans les alentours de quatre heures du matin, afin de voir s'il n'avait pas rêvé ce qu'il avait vécu cette nuit avec Bella. Mais sa douce était là, dans ses bras, un léger sourire sur ses lèvres pulpeuses. Il les caressa doucement, du bout des doigts, se délectant de la vue sur son visage angélique.

Il avait encore envie d'elle et avait l'impression qu'il ne pourrait pas s'empêcher de penser à elle dans l'avenir. Mais il savait que se serait la seule et unique fois qu'il l'aurait dans ses bras, alors il essaya de rester éveillé afin de profiter le plus longtemps du fait de l'avoir près de lui.

Mais au bout d'une heure, il rejoint, sans s'en rendre compte, les bras de Morphée.

Le réveille-matin affichait neuf heure trente, le lendemain matin, lorsque Bella ouvrit les yeux. Elle crut, elle aussi, avoir rêvé ce qui s'était passé, mais les puissants bras d'Edward qui la maintenait contre lui, lui firent oublier toutes ses craintes.

Elle admira silencieusement l'Apollon qui la retenait dans une étreinte de fer. Elle n'avait jamais vu un homme aussi beau et aussi intéressant. Elle était vraiment contente d'avoir perdu sa virginité avec lui. Elle lui caressa la joue, le front, ses lèvres avant de déposer un baiser dessus. Un sourire apparut sur les lèvres d'Edward, ce qui l'émerveilla.

Elle aurait aimé rester près de lui, mais elle ne pouvait pas. De un parce qu'ils ne s'étaient rencontrés que pour partager cette fabuleuse expérience et de deux parce qu'elle était persuadée qu'elle n'intéressait pas Edward.

Alors elle profitait de ses derniers instants avec lui.

Edward se réveilla sous les douces caresses de sa belle, savourant une dernière fois tout ce qu'elle lui offrait. Il était bien, enfermé dans cette petite bulle avec Bella. Il ne voulait en sortir pour rien au monde.

-Bonjour, lui dit-elle ayant comprit qu'il était réveillé.

-Bonjour, lui répondit-il en ouvrant les yeux, s'émerveillant encore de la beauté de Bella. Bien dormi ?

-Très bien et toi ?

-Je n'ai jamais aussi bien dormis de toute ma vie, lui souffla-t-il avant de resserrer son étreinte sur elle et de poser ses lèvres sur les siennes, partageant un baiser rempli de tendresse et d'affection.

Ils auraient dû quitter le lit afin de se préparer à partir, mais ils voulaient tous deux profiter des dernières heures qui leur restaient. Ils refirent passionnément l'amour avant de prendre ensemble leur douche. Leur expérience commune les avait rapprochés et ils ne pouvaient pas rester loin l'un de l'autre. Même durant leur petit-déjeuner, ils s'assirent côte à côte, gardant un minimum de contact. Des petits bisous par ci, des étreintes par là, ils ne pouvaient pas s'en empêcher.

Mais midi approcha et c'est ensemble qu'il quittèrent leur suite, puis l'hôtel où ils avaient passés la nuit. Ils s'arrêtèrent devant le taxi de Bella et se fixèrent intensément :

-Je suis vraiment heureuse de t'avoir rencontré Edward, dit Bella la gorge nouée.

-Pareil pour moi, ma belle, lui souffla-t-il en lui caressant la joue. Maintenant il faut que tu prennes confiance en toi afin de te trouver un homme avec qui tu fonderas ta famille car malgré ce que tu crois, tu en vaut largement le coup.

Il n'en pensait pas un mot, sauf la fin. Elle était vraiment exceptionnelle à ses yeux et il ne voulait pas la voir s'éloigner de lui. Mais c'était inévitable.

-Ne t'inquiète pas pour moi, je vais faire des efforts.

Elle mentait et il le remarqua de suite, mais préféra ne rien dire, savourant leurs derniers instants de plénitude.

-Sois heureux Edward et n'ait plus peur de ne pas pouvoir satisfaire tes prochaines partenaires, tu es quelqu'un de merveilleux, lui avoua-t-elle.

Il ne put s'en empêcher, il l'embrassa avec l'énergie du désespoir.

C'était la fin, même si aucun des deux ne le voulait.

Bella rompit doucement le baiser avant de plonger ses yeux qui commencèrent à se remplir de larmes dans ceux d'Edward :

-Au revoir.

Puis, sans attendre de réponse de sa part, elle s'engouffra dans le taxi et indiqua au chauffeur la direction de l'aéroport où son père l'attendait à treize heures avant de fondre en larmes.

Elle ne le reverra plus.

Edward, resté figé devant la route où se trouvait, il y a quelques minutes à peine, le taxi qui emmenait loin de lui, celle qui détenait dorénavant son cœur, ne savait plus comment réagir, quoi penser.

Il rentra chez lui à pied, ressassant sans cesse tout ce qui s'était passé la veille avec elle, afin de ne pas oublier et de prolonger ce moment. Mais il dut se rendre à l'évidence :

Il ne la reverra plus.

Il l'avait laissé partir sans rien tenter.

Et pour la première fois depuis que ses parents étaient décédés, des larmes coulèrent sur ses joues.

.

.

.

Tout d'abord, merci à ceux qui m'ont laissés des reviews !

J'ai été très touché de voir que mon OS vous a plut et que beaucoup me demande si je vais mettre une suite après le concours…

Pour tout vous dire, je ne sais pas encore même si j'ai quelques idées, cependant, si ma réponse est positive, il ne devrait y avoir que trois ou quatre chapitres (aussi long que ce que vous venez de lire)…

Qui vivra, verra^^

N'hésitez pas à aller lire les OS des autres auteurs, ils sont vraiment passionnants et bourrés d'originalités !

Bisous à tous !

Katty

.

.