Ancien Os au concours Edward & Bella, une rencontre, une nuit- OS concours

Nuit passionnée

La suite de la fanfic se fera en POVs alternés.


Bella applaudit sans grand enthousiasme. Son petit ami était mortel. Même en récitant un des discours qu'elle avait pourtant écrit pour lui, il parvenait à être soporifique. D'autant plus qu'elle n'était pas du tout à l'aise dans cet endroit. Elle avait bien essayé de participer à quelques conversations avec d'autres femmes de son age, mais elles étaient toutes tellement superficielles.

-La robe de Bella m'intrigue ! Fit Jessica, qui était une vrai pétasse.

-Oh… Commença la concernée, gênée par la tournure de la conversation.

-Allé, Bella, dis nous chez qui tu l'as acheté. Insista elle en prenant une coupe de champagne sur le plateau que le serveur lui tendait.

-Je suis sure qu'elle doit être de Versace ou de Dolce, c'est un style typique italien… Ajouta Lauren.

-C'est de la soie, non ? Ajouta Angéla en la touchant.

-En fait, je l'ai acheté au centre commercial.

La bande de pétasses s'éloigna et Bella mordit sans y penser dans un petit four et manqua de s'étouffer avec.

Elle espérait que maintenant qu'il avait fini son discours, Mike n'allait plus tarder dans cette maudite soirée. Ses chaussures lui faisaient un mal de chien. Elle le vit s'approcher d'elle, mais il se faisait arrêter par les personnes qui le félicitaient, retardant ce moment tant espéré.


Edward l'avait aperçu et avait beaucoup rit lorsqu'il était passé à coté d'elle avec le plateau de petits fours au caviar et qu'elle y avait goûté.

Il l'avait vu prendre toutes les couleurs, recracher, d'un geste qu'elle pensait être discret ce qu'elle avait dans la bouche dans un mouchoir, et s'en débarrasser dans le pot de fleurs, faisant semblant d'admirer la magnifique fougère.

Edward revint avec un plateau chargé de coupes de champagnes qu'il servait avec agilité aux convives, tout en s'approchant d'elle. Il mourrait d'envie de voir sa réaction avec le champagne…

Un liquide glacé éclaboussa sa robe, qui soit dit en passant lui avait coûté assez cher étant donné son petit salaire de caissière, tandis qu'elle entendit des verres se briser sur le sol.

Bella hoqueta et scruta, impuissante les dégâts.

-Je suis désolé ! Vous allez bien ? Lui demanda Edward.

Il avait été tellement obnubilé par elle qu'il n'avait même pas regardé où il mettait les pieds. Il aurait très bien pu la conduire à l'hôpital ! Quelle entrée en matière !!

-Oui, c'est bon. Ma robe est fichue, mais ça aurait pu tourner au drame. Et vous, est ce que ça va ?

Edward lui sourit. Cette fille était totalement différente des autres.

-Bella ! Mon Dieu ! Tu n'as rien ?

Ils se retournèrent tous les deux pour voir Mike s'approcher, les sourcils froncés.

-Non, ça va aller…

Il la prit dans ses bras devant Edward qui était assez près pour l'entendre chuchoter à l'oreille de Bella :

-Dans ce cas tu ferais mieux de rentrer. Tu m'as suffisamment foutu la honte comme ça.

Bella resta bouche bée. Elle serra les poings en le regardant dire à Edward :

-Quand à toi, tu ferais mieux de lui appeler un taxi après avoir nettoyé ce que tu as fait, idiot !

Bella ne parvint pas à supporter plus ! Mike oubliait que lui aussi était passé par ces étapes avant d'arriver là. Elle le poussa violemment. Attirant l'attention de plusieurs personnes qui se retournèrent pour les regarder.

-Bella… ?!

-Quoi ? Tu as peur que j'abîme ton beau costume avec mes mains poisseuses ? T'es qu'un gros con ! Prétentieux et ennuyeux ! Tu croyais que je t'avais assez humilié comme ça ??! Saches que j'ai pas fini ! Imbécile ! T'as rien sous la ceinture ! C'est moi qui t'aie écrit ton discours ! Tu oublies vite que tu me dois beaucoup !! En plus je t'ai jamais rien demandé !! Je me contente de mon salaire minable de caissière ! Je me demande comment j'ai pu te supporter tout ce temps!! Tu n'en vaux vraiment pas la peine !

Bella s'arrêta. Elle réalisa que toute la foule des invités les observait avec curiosité ou stupeur et Bella sourit à Mike, satisfaite.

-Maintenant j'ai fini !

-Bella !!! Tu n'as pas le droit ! Fit Mike, rouge de colère.

Il allait empêcher Bella de sortir, mais Edward s'interposa.

-T'as pas intérêt à la toucher, minable. Rugit Edward, le dominant de toute sa taille.

Mike leva le poing pour le frapper, mais Edward fut plus rapide. Sa droite écrasa le nez de Mike qui tomba pitoyablement sur le sol. Des cris étouffés se firent entendre dans l'assistance, et Edward entendit qu'on appelait la sécurité, et déguerpit.

Bella n'avait pas assisté à cette scène, elle se trouvait déjà dehors et essayait d'héler un taxi.

-Arrêtez ! Je vais accoucher !!! Cria t-elle en agitant les bras.

Le taxi passa devrant elle avec la meme allure et la klaxonna.

-Hey ! Ca aurait pu être vrai !

-Je te ramène ? Lui cria Edward, en courrant vers elle.

Elle se tourna vers lui et le vit arriver à toute vitesse. Elle aperçu trois hommes à l'entrée de la salle qu'elle venait de déserter. Elle vit Jessica pointer un doigt accusateur vers eux et crier :

-C'est eux !! Vite !! Ils s'enfuient !!!!

Bella ouvrit la bouche, mais aucun son ne sortit, elle laissa Edward l'attraper dans ses bras comme si de rien était pour la porter, sans qu'il ne ralentisse.

-Qu'est ce qu'ils nous veulent ? Parvint elle à demander.

-Nous arrêter. J'ai cassé la gueule de Newton. Fit Edward, sans paraitre essoufflé.

La bouche de Bella fit un joli « o », et il la fit monter dans sa voiture rapidement avant d'y entrer à son tour.

Bella vit comment les vigiles s'approchaient dangereusement d'eux.

-Ils arrivent !! Fit elle, paniquée.

Edward démarra en trombe et les frôla sur son passage.

Bella n'en revenait pas ! Elle se retournait sur son siège pour voir s'il ne les avait pas tués. Elle aperçu Jessica qui hurlait sur les pauvres vigiles qui tentaient de se relever.

-Wow !! Tu fais ça souvent ??

Lui demanda elle, après avoir décidé qu'il serait plus raisonnable qu'elle mette la ceinture de sécurité, vu la vitesse excessive à laquelle Edward roulait.

-Seulement quand il s'agit de sauver une demoiselle en détresse. Sourit il en la regardant brièvement du coin de l'œil.

-Mmm… Merci. Tu t'appelles comment au fait ?

-Edward.

-Edward ?

-Oui, ça te plait pas ? Fit il en ralentissant, vu qu'ils étaient arrivés en ville.

-Disons que je trouve … qu' Edward… Ca fait vieux majordome…

-Mes parents aiment les prénoms vieillots.

-T'as des frères ou des sœurs qui ont eut ce malheur ?

-Ca dépend, Emmet ou Jasper te plaisent comme prénom?

- Quel horreur !! Au fait, moi c'est Bella…

-C'était ce que j'ai cru comprendre, où est ce que tu habites ?

-Tu vois les deux grands immeubles qu'on vient de construire ?

-Ouais…

-Ben c'est juste en face.

-Tu veux parler de l'immeuble qu'on va démolir ?

-Exactement.

Edward lui sourit et comprit qu'elle était sérieuse, et roula jusqu'à là bas.

-Combien je te dois ?

Bella le regarda, surprise du changement de conversation.

-Pourquoi ??

-Ta robe. Elle a du te coûter une vrai fortune !!

-Oh ! Ca ?! Ce n'est qu'une Versace ! Fit elle en plaisantant. Une broutille sur mon compte en banque !!

Ils rirent tous les deux devant son imitation des femmes avec qui elle avait parlé.

-Non, sérieusement, je suis désolé de la tournure qu'ont prit les choses.

-Ed ! Franchement, tu ne me dois absolument rien ! Au contraire ! Je te remercie ! Tu m'as aidé à sortir de là !

-J'aurais pu me montrer un peu plus… subtil ?

-C'est vrai. Mais disons que ça m'a permis de faire d'une pierre deux coups, je voulais rompre avec Mike de toute façon, et je te suis reconnaissante de me l'avoir réformé.

-Tout le plaisir a été pour moi.

-Mais… Toi, tu ne risques pas de perdre ton boulot ?

-T'inquiète, je finis toujours par m'en sortir.

Il déboucha dans le quartier de Bella et se gara devant son immeuble. Il le regarda un instant. Cet endroit tombait en ruine. Comment arrivait elle à vivre la dedans ?

-Voilà, on est arrivé. Soupira t-il.

Il avait beaucoup apprécié ce trajet avec Bella et sa présence à coté de lui… elle était à son goût, fraîche et pétillante. Alors, quand elle lui demanda :

-Ca te dirait de prendre un dernier verre ?

Il n'hésita pas à répondre :

-Bien sur ! A condition que ce ne soit pas du champagne !

Ce qui déclancha un petit rire chez elle.

-Vu ce qu'il me reste au frigo, ça risque d'être un verre d'eau !

-C'est juste ce qu'il me faut !!

Ils montèrent les escaliers en silence. Bella prit le temps de réfléchir à ce qu'elle s'apprêtait à faire. Puis décida d'arrêter, ça ne l'avait pas mené bien loin par le passé, vu le résultat que ça avait donné avec Mike.

-C'est bizarre, ton immeuble est dans un état pitoyable vu de l'extérieur, tandis qu'à l'intérieur…

-Tu sais, les apparences sont trompeuses. Le seul vrai problème, c'est qu'il n'est pas insonorisé. Mais avec un bon coup de peinture, il sera comme neuf.

-Mais on va le démolir, non ?

-Ouais, dans quelques mois.

Ils arrivèrent donc à hauteur de sa porte, et elle se mit à fouiller dans son petit sac. Ses mains tremblaient légèrement, et Edward lui sourit, lui frôla l'épaule. Ils se dévisagèrent un moment. Il s'approcha d'elle, et juste avant que leurs lèvres ne se touchent, elle se détourna et ouvrit la porte.

A peine étaient ils entrés qu'il la plaqua contre le mur et but avidement de ses lèvres, l'embrassant comme si sa vie en dépendait, avec voracité, une fureur presque animale, ses mains chaudes lui soulevaient le bas de sa robe. Elle étouffa un cri de surprise, stupéfaite par la réaction de son corps, qu'elle se pressa contre lui soupirant de plaisir. Elle émit un faible gémissement de protestation, lorsqu'il quitta sa bouche et alla explorer sa gorge. Pendant ce temps, les mains d'Edward remontaient sur ses cuisses avant de venir se poser sur le tissu soyeux de sa culotte. Elle cru suffoquer, jamais elle n'avait été aussi excitée de sa vie, et aussi rapidement. Il la taquina sur le fin tissu, et il sentait qu'elle mouillait déjà. Alors il y infiltra sa main, tout en la dévisageant, et descendit sa culotte le long de ses jambes sans qu'elle ne proteste. Aucune femme ne s'était livrée à lui de cette façon, sans vergogne, sans pudeur, parce qu'il avait bien compris que Bella était unique en son genre. Elle écarta les cuisses et il glissa un doigt en elle tout en titillant son bouton du pouce. Elle bougea les hanches lorsqu'il commença à imprimer un mouvement de va et vient. Elle se tortilla lorsqu'il fit entrer un deuxième doigt, il accentuait la caresse, allait plus loin en elle, ressortait complètement, replongeait, elle posa sa propre main sur la sienne et décida de donner elle même le rythme. Edward avait le souffle court, et était dur comme un roc. Elle était en train de faire l'amour avec sa main et il était spectateur de cette incroyable scène, tout en sentant comment sa chaude féminité se refermait sur ses doigts. Le corps de Bella fut secoué de frissons et ses gémissements furent étouffés par la bouche d'Edward.

-Wow… Fit elle après avoir détaché ses lèvres des siennes.

Il sourit et lui demanda :

-Je peux reprendre ma main ?

Bella rougit encore plus en se rendant compte qu'elle la serrait toujours et la lâcha, quoi qu'un peu triste de la laisser partir.

-Tu… Tu as soif ?

-Je ne refuserais pas ce verre d'eau.

Elle chercha à tâtons l'interrupteur et alluma. Edward sourit en la voyant se diriger maladroitement vers l'évier et lui remplir un verre d'eau. Il le prit et but d'un seul trait. Lorsqu'il eut terminé, il lui demanda :

-Où se trouve ta chambre ?

Elle se mordit la lèvre inférieure et le lui indiqua d'un signe de tête et il la porta sans fournir le moindre effort. Il faillit défoncer la porte tellement il ressentait l'urgence de la prendre.

-Au fait, tu ne m'as pas dit comment tu trouvais l'appartement ?

Il la déposa sur le grand lit. Et se coucha sur elle.

-Joli. Très joli.

Il fit descendre sa bouche vers sa poitrine, alors qu'il lui caressait les épaules, il dénoua le noeud de sa robe à l'arrière de sa nuque et s'attarda sur la naissance de ses seins dont les pointes étaient tendues à l'extrême sous le tissu. Au contact de ses mains chaudes, Bella perdit la tête et s'arqua vers lui. Il caressait ses globes majestueux avec adoration, admirant la réaction intense de Bella sous ses paumes, éblouit par la beauté de son corps, puis Bella le repoussa.

-Attends… Je veux qu'on fasse un truc…

Edward ne savait pas de quoi il s'agissait, mais il était partant !!

-Tu veux que je te donne quelques cours d'art plastique ?

Lui demanda t-il en fixant le pinceau qu'elle brandissait. Elle hocha vigoureusement la tête assez contente de ne pas à avoir à exprimer son souhait à haute voix. Il prit l'objet dans sa main et d'un geste vif, la repoussa sur le lit.

Bella ferma les yeux, un sourire flottant sur ses lèvres. Il s'allongea à coté d'elle et lui passa le pinceau sur le visage, le front, les yeux, le nez, les lèvres… Elle gloussa.

-Qu'est ce que tu veux au juste ?

Elle ouvrit les yeux et le fixa.

-Fais moi jouir.

Edward déglutit péniblement, mais il se réjouissait d'avance.

-Okay…

Alors, il poursuivit et peignit délicatement chaque parcelle de son corps. Il arriva sur ses seins et le parcourut de haut en bas, de bas en haut, encerclant chacun de ses globes majestueux.

-Mmmm… C'est bon…

Edward sourit en la voyant se cambrer et gémir, il fit courir le pinceau autour de son mamelon, lui procurant la plus douce des caresses. Il descendit, et descendit encore, puis Bella entendit le froissement de sa robe qu'il venait d'enlever.

Edward serra les dents en découvrant son sexe nu. Elle ouvrit les yeux lorsqu'elle sentit son absence. Edward la regardait, comme assoiffé. Il brûlait d'envie de la voir jouir encore une fois. Alors il écarta encore plus ses jambes et passa le pinceau sur son sexe, comme un artiste qui venait de trouver l'inspiration, une nouvelle muse.

-Tu aimes ?

-J'adore…

-Tu le veux en toi ? Dis moi…

-Oui… Soupira t-elle.

Alors il plongea en elle, la peignit, plongea encore et encore, elle ondulait, haussait les hanches, les baissa, haussant et baissant, secouant la tête, complètement bouleversée par les coups de pinceau en elle. Edward ne pouvait plus se retenir, il retira le pinceau, et le jeta par-dessus son épaule. Il se défit rapidement des barrières qui l'empêchaient de la rejoindre avant de réaliser qu'il ne pourrait pas la prendre. Il se rassit et passa une main dans ses cheveux, complètement frustré.

-Qu'est ce qui se passe ? Lui demanda Bella.

Il tressaillit en la sentant dans son dos, pressant ses seins contre lui.

-Merde… Bella, on ne peut pas faire ça…

Bella ne se laissa pas impressionnée, et elle posa ses mains sur son impressionnante érection.

-Mmm… Le petit Ed a l'air d'être prêt pourtant… Sourit elle contre son épaule, tout en continuant de la caresser en long et en large.

-J'ai pas de préservatif… Lâcha t-il d'une voix rauque et tourmentée.

-C'est pas un problème…

Bella se sépara de lui et alla piocher dans sa table de chevet.

-Je pense que ça fera l'affaire… Fit elle.

Edward ressentit un profond soulagement et attendit fiévreusement la caresse qu'elle le prodigua en lui enfilant le préservatif puis, il la souleva par les hanches et la pénétra profondément. Ils émirent un même cri, et leurs yeux se soudèrent, ahuris par le plaisir qu'ils ressentaient, Edward s'enfonça en elle et se mit à bouger. Elle suivait son rythme, clamant à chacun de ses coups de boutoir qui étaient de plus en plus forts et résonnaient dans toute la pièce. Bella se mit à trembler, à crier, ses spasmes de plaisir firent contracter ses muscles autour du sexe d'Edward et il lâcha prise, s'abandonna au délicieux vertige. Une fois le calme revenu, ils restèrent enlacés.

-Oh mon Dieu !! C'était fabuleux !

Edward rit doucement contre son cou.

-Tu es une vraie coquine dis donc!

-Je sais… Je sais… Mais je ne suis pas comme ça d'habitude.

Edward leva les sourcils.

-C'est toi qui me donne envie de me lâcher !!

Fit elle, mutine, lorsqu'il passa son doigt sur son nez, assez ému par ce qu'elle venait de le confier.

-Alors on peut recommencer quand tu veux.

Dit Edward l'enveloppant dans ses bras, pour jouer dans ses boucles brunes.

-Tout de suite, c'est possible ?

-Je pense que c'est plus que possible.

Il s'étendit sur elle, et se mit à l'embrasser à perdre haleine. Il était fou d'elle. Bella s'agrippa aux barreaux du lit en fer lorsqu'il la pénétra, il butait au plus profond de son être, elle était submergée par le plaisir de le sentir si dur, si chaud. Il la couvrait de caresse, existait ses tétons de sa bouche et de sa langue brûlantes, la frénésie les emportait directement dans un flot de plaisir.

-Je veux t'avoir sur moi, sur le bord du lit, devant ton miroir.

Bella acquiesça et fit ce qu'il voulait. Puis elle nagea ses fesses contre son sexe dur, se regardant dans le miroir, il posa des mains possessives sur ses hanches et elle l'empala. Posant ses deux talons par terre elle le chevaucha, comme aux chevaux de bois. Elle montait. Descendait. Monte et descends. Et il perdit la tête lorsqu'il vit sa superbe poitrine se balancer à un rythme érotique et sensuel.

-Retourne toi.

Bella se retrouva face à lui, criait à chacun de ses coups, elle tenait sa tête entre ses mains, l'embrassait avec fougue, il émettait des grognement rauques qui l'embrasaient, elle se prit une crampe au mollet, mais n'en avait rien à faire, elle jouissait encore. Edward la fit s'agenouiller, là, sur le tapis moelleux qui recouvrait le sol. Le rythme frénétique de ses reins contre ses fesses la faisaient gémir, crier de plaisir. Son mouvement de bassin s'accéléra, Bella le vit dans le miroir, rejeter la tête en arrière, la mâchoire crispée, le souffle précipité. Ils râlèrent de volupté, terrassés par un terrible orgasme. Après avoir retrouvé une respiration normale, ils remontèrent dans le lit et s'étendirent, cote à cote.

Edward récupérait des sa nuit d'amour avec Bella. La meilleure soirée de sa vie. La plus intense. Il caressait paresseusement son dos, et la contemplait. Elle dormait profondément maintenant et avec son visage d'ange, personne n'aurait pu pensé qu'elle était une vraie tigresse au lit.

Les premières lueurs de l'aube filtraient par les fenêtres et il était déjà l'heure pour lui de partir. Il embrassa son front et sortit du lit à regret.

Bella se réveilla en sentant l'absence de la chaleur d'Edward à ses cotés. Puis, elle se mordit la lèvre inférieure, encore sur son petit nuage.

Des coups portés sur sa porte la firent se relever brusquement.

Est-ce qu'il était revenu ?

Elle déchanta en voyant Alice et Rosalie, ses deux voisines, débarquer dans sa chambre et sauter sur elle. Bella recouvrit sa tête de l'oreiller.

-On t'a entendu crier toute la nuit !!! Hurla Alice.

-On dirait que tu as enfin a prit ton pied !!! Fit Rose.

-Raconte nous tout !! S'enquit Alice. Ne me dis pas que c'était Mike !?

-Alice, ça m'étonnerait ! Allé ! Bella, dis nous tout !!

-Les filles… Si vous saviez…


ALOOOORS ???

Suite ou pas suite ???

BisouXoXo.