Dernier chapitre, avec la baston finale. Un grand merci à tous ceux qui ont suivi cette fic.

Bonne lecture ^^.


Severus ouvrit les yeux. Il constata qu'il se trouvait dans une pièce obscure, avec des barreaux à la seule fenêtre. Un cachot. Pas le moindre doute sur l'endroit où il se trouvait, ni pourquoi. L'homme déglutit. Voldemort avait découvert sa trahison, et allait le punir de manière exemplaire. Jusqu'ici, Rogue avait joué son rôle à la perfection : il était parvenu à tromper le Seigneur des Ténèbres sur sa véritable allégeance. Un pur exploit, quant on savait qu'il était le meilleur legilimens au monde. Severus avait obtenu une place privilégiée auprès du mage noir, il était connu pour être son conseiller préféré. Sa colère devait être grande, très grande. Il savait qu'il allait souffrir, beaucoup. Et qu'il serait trop tard avant qu'on ne découvre où il était. Il espérait juste que le Sang-de-Merlin parviendrait à abattre Voldemort après ça.

La porte s'ouvrit soudain, manquant de causer un arrêt cardiaque à Rogue, ce qui lui aurait été préférable. Deux personnes entrèrent, et l'empoignèrent vivement. Il retint un gémissement de douleur. Il aurait largement le temps de crier plus tard. Severus fut amené au salon, et jeté sur le tapis. Le professeur releva la tête pour croiser avec angoisse les yeux écarlates de son maître. Il devinait la présence de tous les Mangemorts autour. Bellatrix se tenait à la droite du Père, pardon de son chef. Là où se tenait habituellement Rogue. Elle devait être bouffie d'orgueil d'avoir réussi une telle ascension. Il devina que c'était elle qui l'avait enlevé. Forcément, la chienne la plus fidèle de Lord Voldemort. Il avait dû lui promettre un beau nonos.

« Severus Rogue. Tu sais pourquoi tu es ici n'est-ce pas ? » commença Voldemort.

Le concerné ne répondit pas. Bien sûr qu'il savait, il n'avait pas été traité de la sorte pour prendre un thé et discuter chiffons avec son maître.

« Tu es coupable de haute trahison envers moi. Mais avant toute chose, j'aimerais savoir pourquoi. Quelles étaient tes motivations. Car je dois reconnaître que tu as réussi de main de maître à me berner. Et comme tu ne me diras rien de ton plein gré, et que la legilimencie est inefficace sur toi, je vais donc avoir recours au Veritaserum. »

Non … s'il faisait ça il saurait pour Lily et voudrait à nouveau la tuer. Rogue fut de nouveau saisit brutalement. Sauf que cette fois il se débattit avec l'énergie du désespoir. Il ne fallait rien dire, rien du tout. Voldemort se leva tranquillement et prit une fiole sur la table. Bellatrix observait la scène avec délectation. Elle avait toujours vu un rival en la personne de Severus Rogue. Sa déchéance et sa mort serait un spectacle qu'elle graverait dans sa mémoire. Qu'elle célèbrerait même. Voldemort déboucha la fiole. Ses serviteurs relevèrent la tête de Rogue. Le mage noir approcha. Tout à coup, la terre se mit à trembler, le déséquilibrant un peu. Les Mangemorts qui retenaient Severus le relâchèrent.

« Lily ? » pensa Rogue yeux écarquillés.

Un fol espoir, celui d'être sauvé, l'emplit soudain. Il crut entendre courir. Une main s'appuya sur son épaule. Lily la tourna ensuite et flanqua un magistral coup de pied en pleine tête de mister ténèbres. L'homme chuta à moitié assommé sous la violence du coup. Un claquement de mains résonna, avant que des poteaux ne surgissent du sol, projetant tout le monde à terre à l'exception de la guerrière et de Severus. Lily s'étira. Voldemort releva la tête et se figea. Elle ? Impossible elle était morte.

« Bien le bonjour, face de reptile. Ça faisait longtemps comme on dit. Tu te souviens de moi au moins ? » dit-elle.

« Lily Potter ... » souffla Voldemort, la bouche en sang.

« Tout juste Auguste. »

Elle n'était pas seule. D'autres personnes venaient de faire leur entrée. Les Mangemorts se relevèrent, groupés autour de leur maître et baguette en main.

« Inutile de nous souhaiter la bienvenue. On n'est pas là pour ça. » lança Éric.

Ah ? Vous ne voulez pas un verre avant qu'on commence ?

« Tuez-les ! » s'écria Voldemort.

Ça veut dire non. Une dizaine de lumières vertes surgirent. Celles dirigées vers les guerriers furent stoppées par leurs amulettes. Les androïdes interceptèrent les autres destinées à leur maître. Severus fut tiré en arrière par Anthony, pendant qu'Éric dressait un mur protecteur grâce à son alchimie.

« A notre tour. » sourit Lily.

Elle lança une si puissante rafale que tous les Mangemorts se retrouvèrent propulsés contre la baie vitrée derrière eux. Le verre se cassa. La chute des sorciers fut amortie par les buissons en-dessous. Ils tombèrent pelle-mêle.

« Comment m'avez-vous retrouvé ? » demanda Severus.

« En demandant aux bonnes personnes. D'ailleurs il faut qu'on s'occupe de sa mère. » répondit Cléo.

« Pas de soucis. On va l'éloigner de suite. Oh regardez, on dirait qu'il appelle du renfort. » constata Éric.

« Des Détraqueurs, des géants … ça promet une bonne bagarre. » fit Lily.

« Tant mieux, c'est pas drôle sinon. Que la fête commence ! » sourit Lokis.

Il sauta dans le vide, se métamorphosant durant la chute. Serengeti le suivit aussitôt, opérant de la même manière. Un trille mélodieux retentit. Des ailes écarlates jaillirent dans le dos des princes, dans une envolée de flammes. Les jumeaux se précipitèrent vers la vitre brisée. Anthony plongea dehors comme s'il sautait dans une piscine. Éric les rejoignit juste après, se jetant dans la mêlée avec les princes.


« C'est parti ! » fit Lily.

Elle fit signe à Severus qui approcha. Lily le prit par le poignet, puis sauta. Elle les fit atterrir en douceur sur l'herbe verte. La bagarre était ample. Dans les airs, les princes s'occupaient à la fois des Détraqueurs et des géants. Des plumes enflammées allèrent se ficher dans la chair de ces mangeurs d'âme, pour les consumer totalement. Blackwood lança de vrais tsunamis de feu sur les géants, qui se percutaient sous la douleur et la panique. Lily remarqua une troupe d'Epouvantards qui rappliquaient. Ces créatures commençaient déjà à prendre l'apparence la plus terrifiante pour ceux qui les regardaient.

La jeune femme chercha dans sa mémoire, puis tendit alors les mains. Une forte onde magique jaillit et repoussa les créatures qui s'enfuirent.

« Wow ! » s'exclama-t-elle en regardant ses mains.

Ces connaissances étaient décidément impressionnantes. Mais il ne fallait pas s'endormir sur ses lauriers pour autant. Elle matérialisa deux petits tridents, et se précipita vers le champ de bataille. Severus n'hésita pas cent sept ans à lui emboîter le pas. C'était maintenant ou jamais. Les autres faisaient déjà des ravages parmi les Mangemorts. Les crocs et les griffes de Lokis, Serengeti et des vampires labouraient les chairs. Les partisans avaient beau jeter des sorts, aucun ne les atteignaient. Voldemort regarda un instant la bataille se dérouler en sa défaveur. Il songea à prendre la fuite, quand soudain un sifflement retentit. Il découvrit la tête de son serpent Nagini, venu lui aussi défendre son maître, virevolter dans les airs. Le sorcier poussa un cri de rage et se retourna pour découvrir le responsable.

Lily Potter le défia de son arme, une épée cette fois-ci.

« Tom Jedusor, héritier de Salazar Serpentard, tu t'es adonné aux arts noirs. Sang-de-Merlin tu as souillé le nom de notre ancêtre. En conséquence tu subiras la punition ultime. » délcara-t-elle.

Voldemort ne comprit pas un traître mot de ce qu'elle disait. Sang-de-Merlin, c'était quoi ça ? Lily fit disparaître son arme. Voldemort lui lança un sort qui s'avéra puissant. La Sang-de-Merlin se protégea avec une barrière magique …. et sans baguette. Lily leva ensuite un bras décrivant un cercle autour de sa tête, créant par là une rafale d'air qui envoya valdinguer le sorcier noir. Il opéra un demi-tour pour se rétablir et retomber sur ses pieds.

« Tes pouvoirs sont peut-être impressionnants, mais je t'ai déjà tuée une fois. Et je recommencerais mais en te faisant souffrir ! » menaça-t-il.

« C'est ce qu'on va voir ! »

De son côté, Severus se trouva face à face avec Bellatrix. Il la défia de sa baguette. Lestrange répondit aussitôt. Les sorts fusèrent avec la rapidité de l'éclair, se percutant l'un l'autre avec force, ricochant sur les boucliers de protection. Bellatrix avait un air dément, ça ne changeait pas de d'habitude me direz-vous. Elle lança un sectumsempra, sort qui occasionnait de profondes coupures et une importante hémorragie. Severus se baissa, et le sort toucha l'époux de Bella juste derrière.

« NOON ! » s'écria-t-elle.

Severus en profita pour la faire voltiger. Elle atterrit juste devant Anthony.

« Coucou ! » sourit le vampire en dévoilant ses crocs.

Bella retourna sa baguette contre lui. Mais Anthony lui saisit le poignet et le leva en l'air. Ses canines plongèrent vers la gorge et sectionnèrent les veines du cou. Il se servit largement, laissant la femme agoniser ensuite, son cou saignant mortellement et par le trop peu de sang qui lui restait.

Severus la regarda un instant se traîner au sol. Le groupe avait vaincu les Mangemorts et leurs alliés. Rogue chercha dans quelle direction était Lily. Les princes se posèrent tout près.

« C'est son combat. Elle y arrivera. » fit Erwan.

« Où est la mère du petit blond ? » demanda Blackwood.

« Là-bas. Je l'ai amenée derrière la maison. Elle s'est peut-être sauvée. » annonça Cléo.

Severus alla voir. Il retrouva Narcissa Malefoy recroquevillée contre le mur, tremblante.

« Narcissa. C'est moi Severus, c'est fini. » dit-il en s'accroupissant.

Elle leva la tête vers lui.

« Mon fils … »

« Il est en sécurité à Poudlard. Cette histoire de prisonnier n'était destinée qu'à tromper Voldemort. » avoua Rogue.

« Voldemort est encore là ? » demanda-t-elle.

« Je crois, Lily Potter l'affronte en ce moment même. Tu peux te lever ? »

Narcissa acquiesça, et avec l'aide de Severus se remit sur pieds. Il l'amena parmi les autres. On entendit le bruit de la bataille entre le mage noir et la Sang-de-Merlin. De temps en temps on pouvait apercevoir un rai de lumière dans les bois. Les arbres tremblaient, tout comme la terre. L'affrontement était des plus violents. Voldemort résistait bien aux attaques de la guerrière de sang.


Les répliques de celle-ci était à la hauteur de ce que lui envoyait le mage noir. Pourtant Jedusor refusait d'admettre que cette fille de Moldue puisse être plus puissante que lui. Il employait des sorts qui explosaient l'environnement alentour. Les arbres tombaient dans un vacarme épouvantable, jetés au sol tel des chiffons. La pierre était réduite en miettes. Les flammes que lançait Lily créaient un incendie dévastateur. Elle ramenait le feu vers elle, le combinait en vagues qu'elle projetait contre Voldemort. Ce dernier disparut. Sachant ce qu'il tentait, Lily changea aussitôt de position.

« Avada Kedavra ! »

La lumière verte mortelle toucha la jeune femme qui s'écroula aussitôt. Voldemort afficha un sourire triomphant. Il aurait voulu la torturer davantage, mais tant pis. Cette menace écartée, il pourrait en finir avec Dumbledore et Harry Potter. Il lui faudrait toutefois rassembler d'autres pions. Lord Voldemort allait rejoindre l'endroit où se trouvait les autres, quand un mouvement attira son regard. A son immense surprise et incompréhension, Lily Potter se releva.

« Mais tu es morte ! »

« Oui. Il y a seize ans. Mais je suis revenue d'entre les morts, pour toi. » répondit-elle en le désignant.

Elle était morte … il l'avait tuée elle était morte … alors pourquoi se relevait-elle ? Voldemort ne comprenait pas. Rien n'était pire que la mort. Lily venait pourtant d'en revenir. Comment ? Cette incompréhension, toutes ces questions entraînèrent une réaction logique et très humaine : la peur.

Le maître des Mangemorts recula face à ce qu'il voyait comme la Mort elle-même. Ce qu'il craignait tant. Il décida de fuir par les airs. Mais une silhouette surgit et le percuta violemment, lui faisant perdre plusieurs mètres d'altitude. Puis une gerbe de feu tomba sur le sorcier. Voldemort se protégea, contraint de rejoindre le sol. Un éclair tomba tout près de lui, venant de Lily. Elle atterrit ensuite, soulevant la terre autour d'elle.

« Tu commence vraiment à me fatiguer. » dit-elle en avançant.

Voldemort recula de quelques pas, se retrouvant près de Severus. Il eut une idée. Il lui lança alors un sort qui plaça l'homme en noir devant lui.

« C'est très aimable à toi d'être venu le sauver, Lily. Mais je me demande ce que tu diras, quand tu saura que c'est lui qui m'a lancé sur tes traces. » lança Voldemort.

Lily s'arrêta, sourcils froncés. Severus avait pâli.

« Figures-toi qu'il m'a révélé que ton fils allait naître dans peu de temps, pour me vaincre. C'est comme ça que j'ai su que je devais venir vous tuer. » continua Voldemort.

La jeune femme regarda Severus avec surprise. Ce dernier ne put que baisser les yeux, écrasé par la culpabilité et la peine.

« Tu vois … il t'as trahie. Tu compte toujours lui laisser la vie sauve ? Tu n'as pas hésité à tuer Peter. Car c'est bien toi n'est-ce pas ? Ce cher Severus est aussi coupable que lui. Sans lui, je n'aurais jamais su que ton enfant allait venir au monde. Ton mari serait encore en vie. »

Lily baissa les yeux, semblant considérer ses paroles. Un silence insupportable, surtout pour Severus, s'ensuivit. Puis la jeune femme releva la tête, les yeux flamboyants.

« Ça ne serait jamais arrivé sans toi surtout ! » s'exclama-t-elle.

Elle utilisa son pouvoir de la terre pour créer un poteau qui projeta Voldemort en l'air. Après quoi, elle sauta haut dans les airs. Opérant un saut périlleux, elle retomba sur son ennemi et lui planta une épée dans le thorax.

« Pour mon enfant, pour mon mari, moi et tous ceux dont tu as brisé la vie. » dit-elle.

Voldemort serra les dents, le sang envahissant sa bouche. Il tendit la main, comme s'il pensait pouvoir l'étrangler. Mais elle tomba inerte. Il était mort, cette fois pour de bon. C'était fini enfin. Lily retira son arme, dans un jet de sang. Elle se détourna sans plus de manière du cadavre.

« Eh bien ! Nous allons pouvoir rentrer et annoncer la grande nouvelle. » lança Erwan.

Les autres commencèrent à le suivre. Severus releva la tête vers Lily.


« Il avait raison tu sais. C'est de ma faute ce qui s'est passé. Je suis coupable. Alors si tu veux me tuer, fais-le. Je t'en empêcherais pas. » dit-il.

« Non. » fit simplement Lily.

Severus la regarda avec surprise. Comment ça non ?

« Mais … si je n'avais pas répété la prophétie à mon maître, rien de tout ne serait arrivé ! » rappela-t-il.

« Tu oublie un détail. J'ai entendu cette prédiction, et elle ne mentionnait aucun nom. Tu ne pouvais pas savoir. Voldemort a tout de suite comprit que c'était nous. J'ai tué Peter parce que c'est lui qui a vendu la mèche. Un être aussi faible ne pouvait que nous trahir. » répondit Lily.

« Je ne mérite pas ta clémence. » insista Rogue.

« Si. Parce que toi je te connais. Je sais par quoi tu es passé. Tu n'as jamais eu de vraie famille, de vrais amis en dehors de moi. Ceux que tu fréquentais ne voulaient qu'une chose, tes connaissances. Ils n'ont jamais rien fait quand tu avais besoin d'eux. Si tu as rejoins les Mangemorts, c'était parce que tu voulais être accepté au sein d'un groupe. Mais tu n'es pas quelqu'un de mauvais. »

Rogue cligna des yeux. Elle ne lui en avait donc jamais voulu ? Il ne pouvait y croire, après toutes ces années à ruminer sa peine et sa culpabilité.

« Pourtant je … tu devrais ... »

Lily lui flanqua alors un coup sur la tête.

« Aïe ! »

« Satisfait ? » demanda-t-elle tandis qu'il se frottait le crâne.

Lily rejoignit ses amis en soupirant un ah les hommes. Elle tâcha de réparer les dégâts occasionnés par le combat avec le mage noir, puis rejoignit ses amis dans l'un des carrosses. Harry qui guettait le retour de l'équipe, accourut dès qu'il vit le véhicule se poser. Il adressa un regard interrogateur à sa mère.

« C'est terminé. » dit-elle.

Il poussa un soupir de soulagement. Enfin, enfin ENFIN ! Plus de cauchemars, plus de peur, plus de stress, plus de morts PLUS RIEN ! L'adolescent afficha un sourire rayonnant, quoi qu'ayant du mal à croire que c'était vraiment fini. Mais il ne pouvait s'empêcher de sourire, c'était plus fort que lui. Il se sentait si léger à présent, si soulagé. Il était libre, libre de vivre pleinement et sereinement.

Severus fut le dernier à descendre. Il aperçut Dumbledore qui venait aux nouvelles. Albus attendit que son collègue le rejoigne. Rogue était toujours stupéfait que Lily ne lui en veuille pas. Harry n'avait pas pardonné aussi facilement quand il sut. Mais pendant que le directeur discutait avec Severus, elle lui raconta en deux mots ce qu'avait été sa vie. Donc, son enfance avait été comme la sienne, se dit Harry. S'il n'avait pas trouvé Ron Weasley dans le train, il aurait si ça se trouve accepté la poignée de main que Drago lui avait tendue en première année.

« Eh bien Severus, il semblerait que vos péchés aient été pardonnés. Un peu rudement à la fin cependant. » dit le directeur.

« Oui … je ne sais quoi en penser. J'étais persuadé qu'elle m'en voudrait au point de me faire le même sort qu'à Peter Pettigrow. » répondit Rogue.

« Je trouve dommage qu'elle l'aie tué, même si c'est tout à fait compréhensible. Il est évident en tout cas que Lily ne vous plaçait pas du tout au même niveau. »

Severus sourit intérieurement. Il était soulagé que la mère d'Harry lui pardonne, et avait du mal à le croire et à l'accepter. A dire vrai, c'était dû au fait qu'il ne se pardonnait pas à lui-même. Toute la troupe fut de retour au château, où Dumbledore annonça solennellement la fin de Voldemort, de manière définitive. Il raconta le combat mené et assura que les Mangemorts n'étaient plus aussi. Après un moment de silence incrédule, ce fut un véritable tonnerre d'applaudissements et un vacarme insupportable. Les professeurs s'y joignirent avec autant de plaisir que les élèves, dont certains dansaient. Enfin, cette maudite guerre était terminée. Finie l'angoisse, fini le chagrin. Drago avait retrouvé sa mère et son père avec soulagement, qui fut réciproque.


Le dîner qui s'ensuivit fut le plus joyeux qu'on ait connu à Poudlard. Dumbledore avait convié les princes et leurs serviteurs, mais ceux-ci avaient décliné, préférant rester dans l'ombre. Ils avaient réagi de la même manière lors de la fin de la guerre dans leur monde. A la fin du repas, Albus alla les trouver accompagné d'Harry. Il y avait un point qu'il souhaitait éclaircir avec leur invités. Il leur parla des Horcruxes, et de la possibilité que le jeune homme en soit un, même si cela n'avait pas été souhaité par le mage noir.

« Mon fils ? Contenir un morceau de l'âme de ce maudit ? » s'exclama Lily.

« Il ne l'a pas souhaité non plus. Mais son âme était déjà tellement abîmée à cet instant, qu'elle n'a tout simplement pas supporté ce dernier choc. » répondit Dumbledore.

« Le sang de Merlin est assez puissant pour le détruire. Approche Harry, que je t'examine. » intervint Erwan.

L'adolescent obéit, et se présenta en face du brun. Erwan posa une main sur son front, comme s'il vérifiait sa température. Cinq minutes plus tard, il abaissa son bras.

« Je ne sens rien du tout. Son âme est parfaitement saine. »

« Tant mieux. » déclara Harry.

« Lorsque nous avons réveillé le sang magique qui sommeillait en toi, s'il y avait un morceau d'âme ça a dû le détruire. » devina Erwan.

Il s'écarta et revint auprès de sa mère. Ce faisant, il songea aux derniers évènements. Le retour de Lily, puis la découverte de leur célèbre ascendance, et enfin la bataille finale et la défaite de Voldemort. Encore une année bien remplie. Il possédait maintenant de vastes connaissances en magie. Tiens, si avec ça il ne réussissait pas ses examens la baguette dans le nez … hé. Une idée lui vint à l'esprit. Il savait comment guérir désormais. De quasiment toutes les blessures. Il se trouvait qu'il connaissait deux personnes qui avaient grand besoin de sa puissance. Mais … tous les soins avaient échoués jusqu'à maintenant. Il aurait sans doute besoin de plus de force. Harry s'approcha de Blackwood.

« Excusez-moi. J'ai une question à vous poser. »

« Je t'écoute. »

« Voilà. Dans mon entourage, un de mes amis a eut ses parents hospitalisés suite à un usage abusif d'un très mauvais sort. Ils en ont perdu la raison. Je me demandais si le sang de mon ancêtre contenait suffisamment de pouvoir pour les guérir. » exposa Harry.

« Il faudrait que je les voie pour ça. Tu sais où ils sont ? » interrogea Blackwood.

« Oui, à l'hôpital Sainte-Mangouste. »

« Dans ce cas, nous allons nous y rendre. » décida le prince.

Harry hocha la tête. Il annonça s'absenter pour quelques minutes, et suivit Blackwood. Ceya se chargea de les conduire à cet hôpital, avec la même carte utilisée par Clara. Ils n'eurent pas de mal à entrer. Harry se rappelait où se trouvait la chambre des parents de Neville. Il conduisit donc le prince à l'endroit en question. Blackwood avança au chevet de Frank et Alice, qui les regardaient avec curiosité. Comme son grand-frère l'avait fait pour l'ado, il posa ses mains sur leur front.

« Je vois, dit-il au bout de cinq minutes. Tu as eu raison de m'en parler. Il faut la puissance d'un phénix pour ce cas précis. »

Il garda les mains appliquées sur le front des malades, puis pris une inspiration. Une douce et chaude lumière l'enveloppa, avant de se répandre aux parents de Neville. La lumière devint de plus en plus intense, obligeant Harry et les Londubat à fermer les yeux. Cela dura trois bonnes minutes avant que tout ne revienne à la normale.

« Harry ? Qu'est-ce qui se passe ici ? » fit une voix familière.

« Neville ! » répondit Harry surpris.

Il ne s'était pas attendu à ce qu'il vienne ce soir. Peut-être avait-il voulu annoncer la nouvelle à ses parents. Le jeune garçon qui dépassait son ami s'approcha rapidement des lits de ses parents, pour y découvrir Blackwood.

« Neville ? C'est toi mon enfant ? » demanda Alice.

« M … ma … maman ? » articula Neville.

Elle l'avait reconnu ! Alors que jusque là tous deux s'étaient comporté comme des enfants. Alice se leva et serra son fils contre elle. Frank fit de même. Leur fils les serra fort contre lui.

« J'ai l'impression de m'éveiller d'un long sommeil. Qu'est-ce qui s'est passé au juste ? » interrogea Frank.

« Vous avez été torturés par les Lestrange. Leur doloris vous a fait perdre la raison. » raconta son fils.

Harry et Blackwood s'éclipsèrent, laissant la famille se retrouver. Mais Neville les rattrapa dans le couloir.

« Harry ! » appela-t-il.

Le concerné se retourna, pour voir son ami arriver en courant.

« Tu … vous les avez guéri ? » souffla Neville.

« C'est le prince Blackwood qu'il faut remercier, c'est lui qui a tout fait. » répondit Harry.

« Merci monsieur, merci infiniment vous m'avez rendu mes parents. » dit aussitôt Neville ému.

« Je ne l'aurais pas fait si Harry ne m'avait rien dit. » sourit Blackwood.

Neville regarda son ami avec une émotion intense. Harry commençait à s'en ressentir gêné. Soudain, le Gryffondor serra fortement son condisciple. Le brun à lunettes fut surpris. L'étreinte ne dura que quelques secondes, après quoi Neville retourna auprès de ses parents. Le prince et l'ado revinrent au château. Le jour suivant, Harry descendit pour retrouver sa mère. Maintenant que leur affaire était réglée, elle allait probablement repartir. Personne n'était encore levé. Les élèves avaient fêté la fin de Voldemort jusque tard. Le brun retrouva donc le groupe à ses quartiers. Ceya et Clara rassemblait déjà les affaires.


« Bonjour Harry ! On espérait bien te voir avant de partir. » fit Éric.

« Bonjour. Bien dormi ? » demanda le jeune.

« Oui. Tiens ta mère est par là. » répondit le blond en lu indiquant sa chambre.

Harry le remercia d'un signe de tête, et alla frapper à la porte de la chambre de Lily. Cette dernière l'accueillit affectueusement.

« Tu tombes bien mon chéri. Je viens de discuter avec le prince Erwan. Nous pouvons t'accueillir au manoir. » annonça-t-elle.

Harry poussa un cri de joie : c'était précisément ce qu'il voulait. Désormais il allait vivre avec sa mère. Lily lui demanda chez qui il avait vécu. Quand il répondit que Pétunia l'avait prit sous son toit, la rousse s'en montra surprise.

« Elle te traitait bien ? » demanda Lily.

Harry ne répondit pas tout de suite. Il savait que les rapports entre les sœurs avaient été tendus.

« Non. »

« Elle … te maltraitait ? » insista sa mère.

Harry croisa son regard inquisiteur. Il déglutit, puis acquiesça. Les yeux émeraude lancèrent des éclairs.

« Eh bien, j'irais lui rendre une petite visite dans ce cas. »

Ouh, ça allait être gai ça encore. Harry imagina quelle tête ferait sa tante en voyant sa sœur qu'elle avait cru morte débarquer. Il l'entendait hurler d'ici. En attendant, il décida d'aider le groupe à plier bagage. Ce faisant, il constata une fois encore que sa mère en pinçait pour Éric. Harry les regarda un moment, indécis. Le blond était plutôt gentil, pour ce qu'il en savait, et il s'entendait bien avec. Oh, il aurait largement le temps d'apprendre à le connaître. Lorsque tout fut chargé, Cléo remarqua que l'ensemble des professeurs venaient vers eux.

« Ah, bien le bonjour tout le monde. Nous nous demandions si nous n'allions pas vous laisser un mot. » fit Erwan.

« Bonjour à vous Altesse. Je constate que vous allez nous quitter. » fit Dumbledore.

« En effet. Vous faire découvrir le sang de Merlin et punir l'autre était notre dernière mission. Nous allons prendre un peu de vacances. »

Cette annonce suscita des ah ! enthousiasmes dans le groupe.

« Enfin ! J'y croyais plus ! » lança Éric.

« A nous la belle vie ! » ajouta Cléo avec un sourire.

« Nous nous vous remercierons jamais assez pour les services que vous nous avez rendus. » reprit Albus.

« Nous n'avons fait que ce qui devait être fait. » répondit Blackwood.

L'heure du départ était maintenant arrivée. Lily serra son enfant dans ses bras, promettant qu'elle viendrait le chercher un week-end s'il le voulait, et à la fin des vacances. Severus tâcha de cacher son ennui de la voir partir. Lily vint lui dire également au revoir.

« Lily .. merci. Pour tout ce que tu as fait. » dit-il.

« De rien. Suis contente de t'avoir revu Sev, porte-toi bien. »

Elle le serra contre lui, en une étreinte tout à fait amicale. Severus lui rendit la pareille, en respirant profondément son parfum. Ce fut trop court à son goût. Déjà elle n'était plus dans ses bras, et montait dans le carrosse. Les deux véhicules décollèrent, sous les signes de la main de tout le monde. Un portail fut ouvert, par lequel ils disparurent. Harry regarda l'endroit encore un moment, comme les enseignants. Il était véritablement heureux cette fois. Enfin, il était débarrassé des Dursley. Comme il le pensa lorsque Lily revint le chercher, la visite chez eux n'avait pas été triste. Pétunia avait hurlé comme jamais lorsqu'elle avait découvert sa sœur dans son salon. Elle et son mari revenait d'une soirée quand ils l'avaient trouvée. La colère de la guerrière avait été telle que tous les meubles avaient été détruits, les murs fissurés, le plancher craqué, les appareils hors service.

« Je devrais te tuer pour ce que tu as fait subir à mon fils. Mais je ne souillerais aucune de mes armes avec ton sang ingrat. En attendant, prie pour ne jamais croiser à nouveau ma route. » avait averti Lily.

Pétunia, recroquevillée dans un coin avec son mari et son fils, hocha la tête, tremblante comme une gélatine. Lily les laissa là, et disparut. Harry ne put s'empêcher de ricaner en entendant le récit.

« Alors ! Vous venez vous baigner oui ou non ? » lança Serengeti depuis la porte du salon.

« On arrive ! » répondit Lily.

Les Potter se levèrent, et rejoignirent le reste du groupe qui lézardait et pataugeait dehors au soleil. La vraie vie, enfin, pensa Harry en descendant l'échelle de la piscine.


J'imagine que ceux qui avaient espéré un Severus/Lily doivent être un peu déçus, mais j'ai un peu de mal à les voir ensemble. Alors j'ai essayé de ne pas lui briser le coeur non plus, même si ça paraît évident.

A la prochaine ^^.