Je m'appelle Bella Swan, j'ai 20 ans et je recherche un emploi. Mes parents ont divorcé quand j'étais encore un nourrisson et j'ai emménagé avec ma mère à Londres jusqu'à mes 17 ans où je suis retournée chez mon père après le remariage de celle-ci. Je suis repartie en Amérique avec l'espoir de faire des études de lettres, dans la petite bourgade de Forks. C'est là que j'ai rencontré les Hale où je me suis pris d'amitié avec Jasper et Rosalie, Jasper voulait devenir architecte et Rosalie voulait travailler dans un garage même si elle avait plus les compétences pour être mannequin. Quelques mois après mon arrivée, mon père est devenu gravement malade, il a du arrêter de travailler et j'ai du renoncer à mes études pour prendre sa place au niveau finance. N'étant qu'une adolescente avec aucune qualification, je ne trouvai qu'une place de femme à tout faire dans l'un des seuls restaurants de la ville. Mes cours sont passés au second plan jusqu'à ce que je laisse tombé, bien que je mettais tout mon temps à rassembler de l'argent, ce n'était pas assez pour payer les médicaments et je due hypothéquer la maison (N/A : en Amérique l'assurance maladie n'est pas obligatoire, merci cours d'économie & droit, je fais comme si Charlie n'en avait pas pris). A mes 19 ans mon père décéda de sa maladie, une chose que j'ai eu du mal à supporter, ayant mis tant de mal pour subvenir à nos besoins. Me retrouvant seule, mon amie Rosalie m'invita à vivre avec elle à Seattle. Sans vraiment en avoir le choix je mis suis retrouvée, et voilà qu'au bout de 2 mois de recherche, je me trouve devant le building le plus haut que je n'ai jamais vue, tout en verre et qui avait l'air tellement prestigieux. Mon entretien était prévu pour dans 10 minutes, tandis que je restais là plantée comme un piquet à regarder en haut. Mon manque d'inattention fut fatal quand quelqu'un me donna un coup de coude. -Pardon Mademoiselle. S'excusa l'homme en reprenant sa marche rapide. Je remarquai que tout autour de moi se passait en accéléré, les gens couraient dans tous les sens, comme si le temps leur manquait, je regardai une nouvelle fois l'annonce pour être sûr de l'adresse avant d'avancer et d'entrer dans l'immeuble de plus de 100 étage (je crois, j'ai compté sur une photo) Tous les employés portaient des costumes et tailleurs, j'avais l'air ridicule avec mon pantalon noir et ma chemise blanche prêter par Rosalie. J'approchais de la standardiste qui avait une sorte de micro téléphone. -Entreprise Cullen's corporation, Mandhy à l'appareil, que puis-je pour vous? J'attendis qu'elle finisse son appel et essaya de tirer sur ma chemise pour qu'elle paraisse plus lisse. Voyons Bella, c'est pour être femme de ménage, et non assistante de direction. -Bonjour, que puis-je pour vous? Demanda la réceptionniste avec un sourire faux. -Bonjour, je m'appelle Isabella Swan, j'ai rendez-vous pour un entretien d'embauche. Elle me regarda de haut en bas, avant de clapoter sur son clavier. -Effectivement, prenez l'ascenseur, c'est au dernier étage. Je déglutie, moi qui avait le vertige. Je la remerciai avant d'aller aux ascenseurs, il y avait déjà huit personnes quand j'y pénétrai et appuyai sur le dernier bouton. QUOI!!! 120 étages, ils veulent ma mort. L'homme devant les boutons me regarda, les sourcils levés en me regardant, je lui fis un sourire timide avant de détourner le visage. Au bout de plusieurs arrêts il ne restait que moi et une fille dans l'ascenseur. -Bonjour, je suis Angela. Se présenta t-elle -Isabella, mais je préfére Bella. -Nous allons au même étage, qu'est ce que tu viens faire? -Je postule pour un emploi de femme de ménage. -Bonne chance alors. -Merci, comment est monsieur Cullen. Elle se tourna vers moi en fronçant les sourcilles -Tu n'en as pas entendu parler? -Euh... non, je viens d'emménager et je ne connais pas vraiment la ville. -Et bien... Je n'ai vue qu'une fois Monsieur Cullen depuis que je travaille ici, ce qui veut dire, trois ans et je suis sa troisième assistante. -Ah. Il est souvent absent? -Il n'est pas devenue milliardaire en restant dans son bureau. Je fus un peu offensée par son ton et baissa la tête. -Je suis désolée Bella, se reprit t-elle, monsieur Cullen est comment dire, froid, avec ses employés, nous avons beaucoup de travail et très peu de temps. On le surnom même l'homme de glace, tu verras pourquoi. La porte s'ouvrit ce qui mit fin à notre discussion. -Bonne chance. Souffla t-elle avant de partir. Je me précipitai hors de l'ascenseur et cherchai le bureau du PDG -Je peux vous aider. Demanda une voix. Je me tournai pour voir, une femme qui portait un top gris, beaucoup trop décolleté, avec des contours noirs, ses cheveux étaient remontés dans un chignon serré. -Je cherche le bureau de Monsieur Cullen. Répondis-je. -Vous avez un rendez-vous -Euh... oui. -A quel nom? -Isabella Swan. Elle tapa quelque chose sur son clavier avant de revenir à moi -Désolé, il n'y a rien à ce nom. -J'ai pourtant fait une demande pour un rendez-vous pour un emploi. Et la femme à l'accueil m'a dit de monter. Elle leva les yeux au ciel (qui n'est plus si haut) puis reviens à son ordinateur. -Très bien, assaillez-vous sur une chaise. Je m'exécutai, pour passer le temps, et m'occuper les mains, je relus une dernière fois ma lettre de motivation, et mon CV peu garni. -Monsieur Cullen, une jeune femme pour vous, elle est là pour l'entretien d'embauche. De mon endroit, je n'entendais pas la réponse. -Très bien. Elle se redressa. Il vous recevra dans une minute. Puis elle retourna à ses affaires. Les minutes défilaient et je restais sur ma chaise, regardant l'heure toutes les vingt secondes. L'atmosphère de la pièce me rendait, sans le vouloir certes, nerveuse. C'est là que je me réprimandais intérieurement de ne pas avoir ramené mon mp3, à la place je me dandinais sur ma chaise comme une écolière. -Mais enfin calmez-vous. Ordonna la secrétaire. -Désolé. Chuchotais-je. A ce moment un petit bruit nous parvint. -Bien Monsieur, répondis la femme Satan, vous pouvez entrer. Une boule à la gorge me pris. Du calme Bella c'est juste un entretien pour être femme de ménage. Je poussai un soupir pour évacuer mon stresse, me levai et me dirigeai vers le bureau du fameux '' homme de glace''