Pardon à tous pour ce retard inexcusable, seulement, ma box a encore et toujours décidé de n'en faire qu'à sa tête. Je profite donc d'un passage chez un ami pour vous poster ce 9ème et dernier chapitre. J'espère que cela vous plaira.

Warning! Je vous préviens que ce chapitre contient une scène slash assez hot et qu'ainsi, vous êtes prévenus: ma fic est à présent interdite aux moins de 16 ans. Si vous ne voulez pas lire, passez directement en dernière ligne où je résumerai ce qui c'est passé ^^


Avant tout, réponse aux reviews:

Cass Shelly: Oui, moi aussi j'aurais bien vu ce dernière chapitre en épisode. Un peu d'action, ça fait du bien. Quant à la maladresse de Castiel, je la trouve à la fois drôle et attachante. Bonne lecture ^^

deaina: Merci pour tes encouragements. Voici la suite!

ilai: Et bien voilà « la conversation » qui tu attendais, en espérant ne pas te décevoir.

Vampir-Kun: Ta review m'a fait très plaisir. Je suis heureuse de t'avoir fait ressentir tant de choses!

Liibra: La suite est ici! Moi aussi j'aime les nouveaux pouvoirs de Cas.

Sara the best: Pardon pour le retard, sans plus attendre, voici le chapitre que tu attendais. Merci encore pour tes reviews qui me touchent toujours beaucoup.

neverland25: Merci pour ta review. Enjoy cette suite!

Pqna'-': Thank you for your review and your support. Hope this new chapter will please you.

Sans plus attendre, voici la suite.

Bonne lecture à tous ^^


Chapitre 9 : L'aveu :

Le lendemain, ils étaient de retour chez Bobby.

Après une nuit de quelques heures où Dean n'avait fait que se tourner dans ses draps sans trouver le sommeil, il avait fini par allumer sa lampe de chevet pour frotter ses yeux fatigués.

Il était incapable de dormir...

Jetant un bref regard à travers la fenêtre où le ciel noir et étoilé dévoilait une lune brillante, le chasseur souffla de dépit. Il ne pouvait repousser cette confrontation plus longtemps. Il devait parler à Castiel de ce qu'ils avaient vécu dans l'église. Dean savait qu'il ne pourrait trouver de repos que lorsqu'ils auraient mis les choses au claire.

Seulement, savait-il au moins ce qu'il allait lui dire ? Pouvait-il faire face à ce qu'il éprouvait pour lui ?

Pour s'empêcher de changer d'avis, Dean s'empressa d'appeler Castiel. A peine eut-il murmuré son nom que l'ange apparut face à lui, le fixant avec intensité. Ne pouvant le regarder dans les yeux plus longtemps sous peine de perdre le contrôle de ses émotions, Dean baissa la tête.

Cinq minutes plus tard, le chasseur, toujours vêtu d'un de son tee-shirt d'homme et d'un vieux caleçon, n'avait pas bougé du lit et aucun mot n'était sortit de sa bouche. Le silence oppressant qui régnait mettait Castiel mal alaise.

« Dean, nous devons parler de ce qui s'est passé ».

« Qu'est ce que tu veux que je te dise ? » rétorqua le chasseur avec humeur.

Lui ouvrir son coeur était bien plus difficile qu'il l'avait espéré. Son esprit était si embrouillé et sa poitrine si broyée que Dean pensa un instant qu'il allait tomber malade.

Malade d'amour ?

Il ne put s'empêcher à un sourire amer de venir chatouiller ses lèvres. Mais il redevint sérieux lorsque Castiel lui répondit, désespéré:

« Ce que tu ressens. Je ne me cache plus moi. Tu me fais douter Dean, douter des enseignements qu'on m'a inculqué. Lorsque je t'ai vu en danger, je n'ai plus pensé à rien sinon à la colère que j'éprouvais. Tu avais raison tu sais ? Les sentiments peuvent être des armes. C'est grâce à cette rage que j'ai ressenti en croyant te perdre que je suis parvenu à surpasser Samael. Il est étrange que je n'ai plus peur de mes sentiments alors que cela ne fait que quelques mois que j'en ressens. Tu as eu toute ta vie pour les appréhender et pourtant c'est toi qui les repousse. »

Dean se renfrogna et garda le silence. Castiel avait raison. Il avait peur...

Mais il aimait un ange bordel de merde ! Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui ? Pourquoi pas une gentille petite serveuse, ou encore une autre chasseuse ? Non. Il avait la poisse jusqu'à la fin. Tant qu'à tomber amoureux pour la première fois sa vie, il s'était cassé la gueule devant l'unique créature qu'il ne pourrait jamais aimer.

« C'est parce que j'ai l'apparence d'un homme ? » l'interrompit Castiel.

Dean releva la tête et le regarda enfin, ses yeux brillants d'une intensité nouvelle.

« Bien sur que non! » s'emporta-t-il.

Sa colère le poussa à parler sans qu'il ne s'en rendre vraiment compte.

« Au début, oui, c'était un problème, mais plus maintenant. Je me fous que tu sois un mec, un ange ou une fille. Tu aurais été un vieux chauve bedonnant ça aurait été la même chose. Depuis que je vis dans ce putain de corps de gonzesse, je perd la boule. Cette saloperie de sensibilité féminine m'a fait piger des tas de trucs enfouis. Ca fait un baille que je ressens ces choses pour toi Cas'. Je m'étais forcé à dissimuler ça derrière une putain d'amitié bien viril, mais j'étais con. Trop con pour piger que je t'aime. Je t'aime si fort que ça me fou en l'air. Savoir que tu ressens une attirance pour moi n'arrange rien. Parce que tu es un connard d'emplumé et que jamais je foutrai ta grâce en l'air, même si je n'ai qu'une envie, c'est de te faire l'amour, ici et maintenant. Mais je peux pas, parce que je t'aime trop pour te damner. Je peux pas t'imposer ça. »

Essoufflé par la ferveur de son aveu, Dean enfoui son visage dans ses mains. Il refusait de voir de la pitié dans les yeux de Castiel. Il se sentait déjà assez pathétique comme ça. Il l'entendit s'approcher et sentit ensuite sa main se poser sur son genoux. Le chasseur étrangla le sanglot qui remontait le long de sa gorge.

Il n'allait pas se mettre à chialer en plus ! Il ne manquait plus que ça !

« Dean, regarde moi. »

Il refusa.

Soufflant de dépit, Castiel prit sa main et le força à se relever. Se tenant à quelque centimètres de lui, le chasseur sentit la chaleur qui émanait du corps de son ange l'irradier, le mettant dans un état second. S'approchant encore, Castiel lui susurra d'une voix douce et extrêmement convaincante:

« Tu ne m'imposes rien. Dean, tu m'as permis de me libérer des préceptes mensongers de mes supérieurs. Samael était un traitre, mais il avait raison sur un point : les enseignements de Dieu ont été profanés par mes frères. Les plus extrémistes ont choisi de censurer certains détails, arrangeant les choses à leur guise. La vrai parole du Seigneur parle d'amour. Les anges en sont les messagers, les guerriers de ce pouvoir. Jamais il n'a été dit qu'ils n'avaient pas le droit de l'éprouver. Il était plus simple pour mes supérieurs de contrôler les légions angéliques en leur inculquant la notion de pêcher de chair. Seulement, l'amour, quelque soit sa forme, ne peut être mauvais. Tu ne me damneras pas ».

Dean garda les yeux fermés. Il aurait tellement aimer croire en ce que l'ange lui disait...

« De plus, tu m'as apprit le libre arbitre. J'ai le droit de faire ce que bon me semble de ma vie. Et je t'ai choisi toi ».

Cette fois, Dean ne put s'empêcher de sourire. Castiel avait raison. Il ressemblait de plus en plus à un satané humain, mais son plaidoyer était juste et sincère. Un étrange courant électrique parcourut alors tout son corps pour mourir au creux de sa poitrine et lui révéler une évidence...

Il aimait Castiel. Oui, plus que tout. Ainsi, il ne servait à rien de lutter plus longtemps.

« Et si tu doutes encore de la véracité de tout cela, ouvres les yeux », souffla l'ange.

Dean obtempéra et lui sourit. Castiel porta alors la main du chasseur à ses lèvres et y déposa un baiser. Du coin de l'œil, le Winchester vit ses doigts qui étaient toujours enlacés à ceux de Castiel.

Il sursauta soudain et retint un cri, son souffle se coupant.

Sa main...

Elle était grande, rugueuse et possédait des ongles dans un état pitoyable.

« Putain de merde », jura Dean d'une voix trop grave.

Son coeur s'affolant, ses doigts passèrent dans ses cheveux coupés courts pour descendre sur son torse étrangement plat et finir leur voyage entre ses jambes.

« Yes! » s'écria-t-il au comble de la joie.

Reportant son attention sur Castiel qui le dévisageait, Dean saisit son visage entre ses mains et déposa un rapide baiser sur ses lèvres charnues.

Il était si heureux de retrouver son corps d'homme que son allégresse lui fit momentanément tout oublier. Sautillant presque, il se précipita dans la salle de bain, Castiel sur ses talons. Dean retrouva alors son bon vieux reflet dans le miroir. Jamais il n'avait été aussi heureux de voir sa « tête d'abruti », comme disait souvent Sam. Plus de longs cils, plus de seins, plus de saloperie de soutiens gorge et surtout, le retour de sa satané virilité. Dean était si heureux qu'il embrassa son reflet puis fit volte face. Fixant Castiel, il eut un instant peur que le retour de son corps d'homme ne bouleverse tout. Une partie de lui espérait que le fait d'aimer un ange n'avait été qu'une illusion crée par ses hormones féminines. Mais il sut en un regard que rien n'avait changé. Il trouvait toujours Castiel terriblement sexy et sentait son ventre papillonner stupidement. Dean sut alors qu'il n'était pas bon de se murer dans une coquille de dureté, et que c'était au contraire en s'ouvrant aux autres et acceptant ses sentiments qu'il pourrait vaincre. En acceptant tout cela, le chasseur avait vaincu sa plus grande peur... Le sort d'apparence était levé, mais ça n'arrangeait rien à son affaire. Car cela signifiait que depuis le début, cette malédiction n'avait été lié qu'à Castiel et au fait qu'il refusait de s'avouer à lui-même qu'un homme pouvait en aimer un autre. Lui comprit.

Dans quel guêpier était il encore allé se fourrer ? Tomber amoureux d'un ange...quelle idée !

Baissant un instant la tête, Dean se fit la remarque qu'il devrait aller prévenir Bobby et Sam. Mais il n'en avait pas du tout envie...

Le chasseur garda un instant le silence puis ne put que capituler. Il l'aimait...alors à quoi bon lutter ?

Lorsque Dean leva les yeux, Castiel fut alors happé par l'éclat de pur bonheur qui était peint au fond de ses prunelles. A peine eut-il le temps de sourire en retour que les lèvres de Castiel furent capturée par celles de Dean dans un baiser fougueux. Ils oublièrent alors tout, projetés dans un autre monde où rien n'existait à par eux.

Plus de honte, plus de peur...juste le fait d'être ensemble.

Castiel embrassa ses émotions humaines, les laissant le submerger sans plus tenter d'en contrôler une seule. Son instinct l'emporta sur tout. Les mains de l'ange se perdirent alors dans le dos de Dean. Leurs bassins se rapprochèrent, se devinèrent, se caressèrent. Le chasseur fut soudain pris d'une envie violente de sentir Castiel perdre pied contre lui. Il voulait le voir défaillir, trembler, gémir entre ses bras.

Sa satané virilité était de retour, et il comptait bien l'utiliser !

Le saisissant par les hanches, Dean fit preuve d'une telle passion qu'il le porta presque jusqu'à l'acculer contre le mur opposé. Castiel, surprit, le laissa faire, curieux de savoir ce que son chasseur allait entreprendre. Mais ce qu'il lui fit par la suite l'empêcha même de réfléchir, il ne put qu'éprouver le plaisir étouffant qui se rependit dans tout son être. Dean vint récupérer les mains de l'ange dans son dos, les remontant par la suite au-dessus de sa tête pour les coller à la paroi, menottant ses poignets de ses doigts. Castiel allait déclarer quelque chose mais Dean le bâillonna de sa bouche. Sa langue vint s'amuser avec la sienne avant de lentement se diriger vers son oreille, frôlant mon menton, sa joue, sa tempe.

« Cas... » lui susurra Dean d'une voix si emprunte de désir que Castiel sentit des frissons parcourir son échine.

En quelques milliers d'années d'existence, il avait observé la façon dont les humains faisaient l'amour. Mais le vivre était bien différent. Son envie de Dean l'étouffait presque. Les doigts du chasseur abandonnèrent celles de Castiel pour venir jouer avec les boutons de sa chemise. Tout doucement, il s'amusa à débarrasser l'ange de son costume, son index venant ensuite taquiner son torse nu au fur et à mesure qu'il se découvrait. Haletant, Castiel se contenta de gémir un peu plus à chaque nouvelle caresse, totalement sans arme face à ce que Dean lui faisait éprouver. Les lèvres du chasseur quittèrent son visage qu'elles parsemaient de baisers afin de suivre le cheminement de ses doigts sur sa peau. Sa bouche gourmande s'empara de ses petits tétons bruns à travers le tissu puis à même la chair lorsque les mains de Dean écartèrent les pans de la chemise à demi-ouverte de Castiel. Il les suça avidement l'un après l'autre, mettant le pauvre ange dans un état tel qu'il poussa un cri de douleur.

Son pantalon était si serré...

Devinant les malheurs de son ange, Dean sourit contre son torse qu'il léchait toujours tout en y déposant de petits baisers. Sa bouche descendit alors très lentement le long de son corps, suivant la ligne de ses pectoraux pour s'arrêter là où le tissu de sa chemise prenait fin. Il fit sauter le dernier bouton. Saisissant Castiel par les hanches, Dean accrocha un instant son regard assombri de volupté puis plongea sa langue à l'intérieur de son nombril. Ouvrant la bouche dans un cri silencieux, l'ange se mordit ensuite vivement la lèvre inférieure, son entrejambe devenant de plus en plus douloureuse. Agenouillé devant lui, Dean s'amusait avec le petit creux de chair comme il l'avait fait quelques instants plus tôt avec la bouche de Castiel. Le chasseur cessa ensuite de le torturer, posant un dernier baiser sur son nombril avant de descendre plus bas...bien plus bas.

Ses mains le débarrassèrent hâtivement de son pantalon qui retomba sur ses chevilles. Au point où il en était, Castiel n'était plus capable d'émettre d'autres sons que des gémissements fiévreux. Il voulait que le chasseur s'empare de lui, qu'il le fasse sien...il aurait été capable de tout donner en cet instant pour lui appartenir corps et âme. Baissant les yeux, l'ange retint son souffle déjà difficile lorsque Dean lui accorda un sourire carnassier puis lui ôta son boxer.

Dean savait théoriquement comment faire et bien que ce soit la première fois, il n'eut pas un instant d'hésitation. Sans plus de préambule, sa langue gourmande s'enroula entour de la virilité de son ange. Faisant glisser la fine peau à l'aide de ses mains, le chasseur vint ensuite goûter cette extrémité si douce et si sensible. Une suite de vagues brûlantes d'un plaisir brut remontant le long des reins de Castiel, il dut se faire violence pour garder les yeux ouverts. L'ange se reteint à un meuble pour ne pas tomber et, rendu fou par la caresse qui ne faisait que s'accentuer, il poussa une suite de plaintes qui allaient certainement réveiller la maison toute entière.

De son côté, Dean n'avait jamais éprouvé tant de bonheur à déguster quelque chose. A peine ses lèvres s'étaient-elles posées sur le membre de Castiel, qu'il avait éprouvé l'envie de s'en emparer, gourmand. Dépassé, l'ange sentit ses hanches se perdre dans d'incontrôlables soubresauts et alors que tout son corps s'enflammait, quelque chose en lui explosa, rependant une telle vague de jouissance qu'il se cogna violemment la tête contre le mur lorsqu'il la rejeta en arrière. Épuisé, Castiel s'écroula entre les bras de Dean qui s'était relevé. Le chasseur caressa le visage ruisselant de sueur de son ange et l'embrassa longuement.

« Je t'aime », lui déclara soudain Castiel.

Ces mots passèrent inlassablement dans son esprit et quelque chose en Dean se brisa, laissant échapper un sentiment puissant, nouveau...incroyablement euphorisant. Jamais de toute sa vie il ne s'était sentit aussi comblé. Il était capable d'accomplir des miracles entre ses bras qui l'enlaçaient à l'étouffer. Il avait envie de sauter partout, de crier sa joie, de danser...mais il se contenta d'embrasser cet homme qui l'aimait. Castiel sourit tout contre la bouche de Dean et un seul regard suffit.

L'ange se laissa alors diriger jusqu'à au lit, son visage étant recouverts de baisers. Dean l'y fit tomber et sans plus de préambule, arracha presque ses vêtements. Castiel sourit avant que Dean ne fonde sur ses lèvres, ses mains caressant son corps de nouveau fiévreux. Ses doigts se perdirent sur sa chute de hanche, caressant sa peau charnue, s'amusant à le faire frissonner en taquinant ces points qu'il savait stratégique. Castiel se cambra en poussant un petit cri lorsque Dean chatouilla le bombé de ses fesses. Le chasseur rit quand son ange riposta, sa paume glissant lentement dans son dos, suivant la ligne de sa colonne vertébrale pour s'arrêter au plus près de ses chaires les plus intimes.

« Cela à quelque chose d'énervant, » haleta l'ange à l'oreille de Dean avant d'en profiter pour mordiller son lobe.

« De quoi ? » s'enquit le chasseur, sa main libre se plaçant sous la nuque de Castiel.

« Le fait que tu sois si doué pour ce genre de choses. Comment veux-tu que je garde un semblant de contrôle lorsque tu me fais ça ? »

Alors que son ange parlait, le chasseur laissa ses lèvres picorer sa gorge de baisers avant de lui faire de nouveau face pour ajouter, une lueur coquine dans le regard :

« Quand je te fais ça ? »

Joignant le geste à la parole, Dean laissa ses doigts s'aventurer plus bas sur le corps de Castiel, venant toucher son intimité extrêmement sensible à la caresse. Se mordant la lèvre, son visage bouleversé par l'éclat de plaisir qui le saisit, l'ange acquiesça dans un souffle. Castiel s'offrit à son amant, écartant ses cuisses pour qu'il puisse trouver plus facilement le chemin qui les mènerait au sommet du bonheur. Dean porta rapidement son index à sa bouche, l'humidifiant assez pour ne pas blesser l'ange. Castiel se tortilla sous lui, son bas ventre venant langoureusement se frotter contre le sien, l'incitant à reprendre là où il s'était arrêté. Gémissant à cause de la douloureuse frustration qui s'emparait peu à peu de lui au contact de la virilité dressée de Castiel, Dean revint et inséra lentement un doigt en lui. L'ange ouvrit la bouche dans un cri sourd puis écarquilla les yeux, bougeant légèrement ses hanches. Le chasseur en ajouta un deuxième avant d'entamer un va-et-vient qui se fit de plus en plus vigoureux. Castiel enlaça Dean, s'accrochant à son corps comme si sa vie en dépendait, perdant toute notion de décence sous les divines attentions qu'il lui procurait. Un râle plus fort que les autres sortit Dean de sa bulle de bonheur et il observa un instant Castiel. Rarement il l'avait trouvé aussi beau qu'à cet instant précis, déraisonnant complètement entre ses bras.

Tout deux savaient que cette fois-ci, ils avaient atteint le point de non-retour. Mais Castiel était-il vraiment prêt à s'offrir à lui ? N'avait-il pas peur ? N'allait-il pas trop vite ? L'ange mit fin à ses interrogations lorsque qu'il lui souffla:

« Tu ne terniras pas ma grâce Dean. L'amour est censé la sublimer au contraire. »

Le chasseur n'avait à présent plus envie de faire durer les choses, il voulait prouver à Castiel à quel point il l'aimait le plus vite possible. Ainsi, il retira ses doigts de l'intimité de son amant pour l'embrasser à nouveau.

« Fais moi l'amour Dean... » le supplia Castiel d'une voix tellement sensuelle que Dean se sentit devenir encore plus viril.

Comment pouvait-il résister à une telle demande ? Dean lui accorda un sourire, pendant que Castiel entourait ses hanches de ses jambes. Le chasseur eut soudain peur de ne pas être capable de lui faire l'amour...de le blesser.

« Tu...tu es sur ? » s'inquiéta Dean, dévisageant son partenaire au plus près.

Mais le regard suppliant de l'ange lui redonna confiance. Il l'aimait. Il voulait ne faire qu'un avec lui. Dean se positionna alors puis commença lentement à aller plus avant. Castiel caressa son visage et le chasseur le pénétra jusqu'à la garde d'un seul mouvement de hanche. Le souffle de l'ange se coupa sous le coup de la douleur et il retint le cri qui s'en allait déchirer sa gorge. Mais les lèvres de Dean l'apaisèrent alors qu'il laissait Castiel s'habituer à sa présence en lui. Puis, lorsque l'ange lui accorda un baiser passionné, le chasseur commença doucement à aller et venir, remplaçant le mal par une sensation plus douce. Dean ne pouvait éluder la morsure délicieuse qui saisit tout son corps. L'intimité de Castiel était douce, chaude et extrêmement serrée, ne rendant ses gestes que plus délicieux. Leurs yeux ne purent se quitter, l'un observant les traits de l'autre se troubler, se bouleverser au rythme des mouvements de Dean. Enfouissant un instant sa tête dans le cou du chasseur, l'ange dévora sa peau tendre de baisers avant d'y enfoncer ses dents pour ne pas crier lorsqu'il accéléra la cadence.

Mais bientôt, Castiel ne fut plus capable de raisonner ni de faire autre chose que gémir. Retombant sur l'oreiller, il sourit à Dean, tout simplement heureux.

Castiel subit ensuite les assauts toujours plus passionnés de Dean, incapable de contrôler les vagues de jouissance qui saisissaient tout son être; de la racine de ses cheveux où la main du chasseur s'emparait de chaque mèche dans des gestes rendus saccadés par le plaisir, jusqu'à la pointe de ses doigts de pieds; perdus dans le dos de son vigoureux amant. Jamais encore il n'avait éprouvé quelque chose d'aussi fort. De sentir Dean mouvoir en son sein lui apportait plus de plaisir que tout les miracles divins auxquels il avait assisté. Il aimait plus que tout le frottement de son corps chaud sur le sien, le grain de sa peau sous ses doigts, le goût de ses lèvres prisonnières des siennes. Le chasseur poussa un soupir plus aigu que les autres, ses yeux embués toujours encrés dans ceux de son ange. Castiel lui sourit puis suréleva sa tête pour l'embrasser. Les muscles bandés de Dean roulaient sous l'effort et l'ange s'amusa à en caresser la forme du bout des doigts. C'était si doux, tendre et passionné à la fois. Jamais une union de leur avait parut plus complète, plus évidente. Tout n'était qu'effleurement, sensualité, chaleur et souffles entremêlés, leurs corps s'épousant parfaitement. Arrivé au point culminant, Castiel supplia le chasseur de mettre fin à la divine torture qu'il lui imposait. Mais Dean n'en fit rien, étouffant ses gémissements dans un baiser enflammé. Sa langue voyageait dans sa bouche alors que le chasseur allait toujours plus loin, toujours plus vite, faisant presque hurler son partenaire à chaque fois qu'il heurtait cette zone d'extrême jouissance en lui.

Dean refusait que cela se termine. Il désirait faire durer cet instant le plus longtemps possible. Lui et son ange, l'un contre l'autre, se donnant mutuellement du plaisir...c'était délicieux. Seulement il lut dans le regard de l'ange qu'il lui imposait un rythme trop intense et que cela devenait insoutenable pour lui. Saisissant la virilité de Castiel qui reposait entre leurs deux ventres, le chasseur la caressa rapidement, embrasant les reins de son amant. Le plaisir de l'ange fut tellement violent que ses hanches décollèrent du lit, amenant Dean au bord du gouffre. Continuant inlassablement à aller et venir en Castiel, l'emportant tellement loin qu'il crut s'envoler, Dean fut également vaincu par le bonheur sans égal qui enflamma la moindre parcelle de son être.

Ils s'effondrèrent l'un contre l'autre, hors d'haleine, mais comblés. Le chasseur revint sur le dos, les bras en croix, tentant vainement de reprendre son souffle. Castiel passa une main sur son visage, comme pour se forcer à revenir sur Terre, puis se tourna vers Dean, un grand sourire aux lèvres. De petites cernes violettes coloraient le contour des yeux du chasseur.

« Viens là... » souffla Castiel en l'attirant contre lui.

Dean se laissa aller contre le torse de l'ange, enfouissant son visage au creux de son cou rougit par un trop plein de baisers, respirant son odeur qu'il chérissait tant. Déjà la fatigue se faisait sentir.

« Dors, tu es épuisé. Je veille sur toi...toujours, » promit Castiel, l'une de ses mains venant se perdre dans ses cheveux alors que l'autre se posait sur sa hanche.

Dean s'endormit en quelques minutes. Castiel l'observa, serein. Quoi qu'avait pu dire ces aînés sur l'amour physique, cela n'avait rien de dégradant et de sale à ses yeux. Où était le vice face à tant de sincérité et de beauté ?

Les enseignements de Dieu prônaient l'amour et Castiel découvrait que sous toutes ses formes, cette émotion était la plus belle et la plus pure. Elle était la plus magnifique création de son père.

THE END


Voilà! Qu'en dites-vous ? Je veux votre avis sur cette scène en particulier.

Résumé: Pour ceux qui n'ont pas lu le slash, sachez que pour faire court, Dean et Castiel se sont avoué leur amour. De ce fait, Dean a brisé la malédiction et est redevenu un homme. Il en a profité tout de suite en emmenant notre ange préféré au 7ème ciel!

Merci pour vos reviews et encouragements! J'espère écrire une nouvelle fanfiction Dean/Cas assez rapidement.

A bientôt!

Lilas.