Bonjour tout le monde !

Eh oui, me revoilà après ces longues semaines d'attente... Désolée !

Enfin, me revoilà avec ce nouveau chapitre d'Echec et Mat... Et, je suis triste de vous l'annoncer, qui clôt l'histoire !

Eh oui, comme on dit, toute chose (bonne ou mauvaise, à vous de juger) a une fin, et celle de cette fic est arrivée ! E&M, c'est avant tout un OS que j'ai fini par décider de rouvrir et de continuer, 30 chapitres d'émotions intenses, et à l'heure qu'il est près de 1700 reviews (j'espère les atteindre avec ce chapitre, il m'en manque que deux, quand même !).

Donc je tenais tout d'abord à vous remercier pour votre fidélité et tous vos gentils messages. Vous avez été tous adorables (enfin, sauf la revieweuse anonyme qui a décidé de se défouler sur les fics all humans, mais passons), et c'est grâce à vous si cette fic a été aussi loin. AInsi vous en avez la preuve : le fait de laisser des commentaires aussi gentils peut effectivement pousser les auteurs à reprendre une fic qui aurait dû être terminée !

Donc je vais répondre aux anonymes, puis vous laisser lire ce dernier chapitre. Et en ce qui concerne mes projets... Il faut que je termine C'était l'hiver, ça fait trop longtemps que je vous laisse attendre pour cette fic, puis je reprendrai sans doute incessamment sous peu un autre OS que j'ai toujours eu envie de poursuivre... (Non, pas Les copains de ma fille, même s'il n'est pas exclus que j'y fasse une suite aussi).

aussidagility : eh ouais qu'est-ce tu veux ! Les mecs alors...

twilight0507 : vous avez été pas mal à apprécier l'arrivée d'Opium ! Ca fait plaisir !

lilly-rose : en effet, l'Opium est une drogue qui provoque la somnolence de celui qui la prend (son principal principe actif est d'alleurs la morphine)... Mais j'trouvais ça sympa comme nom pour un chien, faut pas chercher plus loin !

larsand : merci à toi ! Dans ce chapitre encore, on aura quelques brèves du couple Edward/Bella...

felicitie : Opium est tout simplement le rival le plus dangereux d'Edward !

Onja : eh oui, entre Opium et Edward, c'est l'histoire de celui qui marquera le plus son territoire sur Bella...

Pimprenelle : merci beaucoup pour cette magnifique review ! Alors je t'attendrai sur mes autres fics c'est d'accord ^^. Du coup, je te donne un indice sur l'OS que j'ai l'intention de réouvrir... C'est Mon requiem ! Mais rien n'est fait pour le moment ;)

Gawelle : eh oui, Bella savait bien depuis le départ qu'Edward ne saurait pas lui dire non pour Opium... Mais bon, elle l'a d'abord joué gentille avant de lui imposer sa présence ! Après, tout n'est qu'une histoire de jalousie... Entre eux, ou envers Jacob !

magali : merci :! Et ravie que tu aies aimé cette phrase ^^. Quant au bébé... Eh bien, ceci est le dernier chapitre, donc tu vas bien voir s'il y en a un !

Plein de bisous à tout le monde, et bonne lecture !


Six mois plus tard

« Mmh... Oui... Comme ça... »

Ses coups de reins s'intensifièrent alors que ses mains pressaient plus violemment mes seins, et je laissaient échapper un gémissement, au bord de l'orgasme.

Il grogna dans mon cou, et je sentis soudain ses hanches claquer beaucoup plus fortement contre mes fesses ; des frissons commencèrent à secouer mon corps par vagues, et une de ses mains lâche mon sein pour aller se glisser le long de me ventre, jusqu'à mon clitoris gonflé.

Un dernier coup de rein d'une puissance prompte à m'envoyer dans les étoiles, un pincement sur ma petite boule de nerfs, et je jouis en hurlant son nom jusqu'à m'en arracher la gorge.

Je retombai sur l'oreiller, le souffle court, et sentis le corps de mon amant en faire autant à mes côtés.

Une éternité me sembla passer... A une vitesse éclair, alors que, les yeux fermés, j'essayais de réfléchir à la situation.

Je savais très bien ce qu'il voulait. Je savais que ce que je faisais n'était pas correct envers lui.

Mais j'avais peur de changer les choses.

Je m'étais habituée à ma routine. C'était simple, évident. Et cette liaison secrète m'allait parfaitement.

J'entendis la porte s'ouvrir, et me relevai précipitamment, catastrophée.

« Merde ! Lève-toi, il faut que tu te tires !

_ Pardon ? Grogna mon amant.

_ Dégage je te dis ! Tu dois te barrer par la fenêtre ! »

Je me rhabillai en deux secondes chrono, alors qu'il se couvrait juste du drap blanc, et je me précipitai vers la porte.

Edward. C'était Edward qui était rentré. Merde...

L'angoisse m'envahit et me serra les tripes.

Edward me fixa étrangement, visiblement surpris de me trouver là.

« Ça ne va pas ? Tu as l'air... Stressée ?

_ Euh... Tu... Et si on s'asseyait discuter ? » Lançai-je, nerveuse.

Il fronça les sourcils, et s'avança vers moi... Vers la chambre, malgré tout.

« Plus tard, d'accord ? Là, j'ai qu'une heure et j'aimerais bien me reposer un peu... »

Je me plaçai entre lui et la porte, et essayai de l'arrêter.

« Attends ! C'est que... »

Il s'arrêta, et me figea étrangement.

Puis il me repoussa et ouvrit la porte de la chambre, alors que je gémissais, le cœur au bord des lèvres.

C'en était fini. Tout était terminé...

La porte claqua à nouveau, alors qu'Edward la refermait, horrifié. Son regard vert se posa sur moi, empli de dégoût.

« Tu peux m'expliquer ? »

Je me cachai le visage des deux mains, de plus en plus mal à l'aise.

Puis je pris une inspiration, et je tentai de sauver ce qui pouvait l'être.

« Ce n'est pas ce que tu crois. On faisait un Scrabble. »

Edward écarquilla les yeux, et se figea en me fixant.

Puis il commença à ricaner, avant de rentrer dans un fou rire irrépressible.

Je finis par froncer les sourcils, un peu vexée.

« Un Scrabble ? Tu faisais un Scrabble avec Emmett, Rosalie ? Non, mais tu te fous de ma gueule ? »

Il explosa encore de rire, avant d'essayer de se calmer en se pinçant le nez.

« C'est marrant tu vois. Parce qu'une seule fois que Bella m'a proposé un Scrabble, et ça s'est terminé en orgasme monumental... » Ajouta-t-il pensivement, les yeux soudain plus brillants.

La porte de la petite chambre s'ouvrit en fracas, et Emmett sortit, heureusement habillé.

« Évite de dire ce genre de choses sur ma sœur, Cullen ! » Grogna-t-il.

Edward se calma instantanément, et nous fixa pensivement alors qu'Emmett me rejoignait.

Je me dandinai d'une jambe sur l'autre, mal à l'aise.

« Ça fait longtemps que vous coucher ensemble ? Lâcha-t-il soudain.

_ Assez, oui.

_ Je dois avouer que ça me surprend...

_ Rosalie ne veut pas que ça se sache. » Cracha Emmett, et je tressaillis en me tournant vers lui.

« Emmett...

_ Ça va. Je me barre. Mais pas par la fenêtre, c'est gentil de l'avoir proposé ! » Me lança-t-il.

J'ouvris la bouche, ne sachant que répondre, mais il disparut avant que j'ai pu dire quoi que ce soit.

Et je me retrouvai plantée là, seule avec Edward, ce dernier ayant retrouvé un air plus grave.

« Il aimerait que vous sortiez ensemble, n'est-ce pas ? »

Je voulus le fusiller du regard, mais je n'y parvins même pas, toujours dans cet état de malaise que je ne m'expliquais pas.

« Tu sais... Je le comprends. Pendant un moment, Bella n'a pas voulu sortit avec moi. On couchait ensemble, mais elle ne voulait pas plus. Et j'étais heureux de l'avoir, mais d'un autre côté... Ça me tuait.

_ C'est si facile, comme on fait maintenant ! Pas de prises de tête, juste du plaisir ! Me défendis-je.

_ Ah ? Emmett m'a l'air de se prendre pas mal la tête, pourtant...

_ … On avait convenu que ce serait comme ça. Juste du sexe. C'est simple et agréable. »

Edward souffla, et secoua la tête.

« Et quoi ? Tu as déjà essayé de former un vrai couple avec quelqu'un ? »

J'ouvris la bouche, prête à lui envoyer une réplique cinglante, mais il me coupa.

« J'avais exactement la même philosophie que toi, avant Bella. Mais maintenant que je l'ai, je peux t'assurer que pour rien au monde je ne reviendrai en arrière. Former un couple, ok, c'est complexe... Mais c'est pas seulement 'agréable', Rosalie. C'est jouissif. Orgasmique. Du bonheur en barres. Je ne peux même pas te décrire la sensation que ça fait, de pouvoir compter sur quelqu'un d'autre en toutes occasions, de savoir qu'elle est à toi, d'être à elle. Tu sais quoi ? Je pourrais envoyer chier le monde entier, maintenant. Tant que je l'ai, elle. Rien d'autre ne compte... »

Il reprit son souffle, et je baissai la tête.

« Je n'arriverai jamais à rabaisser ma fierté pour lui courir après. » grognai-je.

Edward haussa les épaules.

« Dommage pour toi, tu ne sauras donc jamais de quoi je parle. »

Il se dirigea vers la chambre, puis fit demi-tour, énervé.

« Putain ! Vous avez même pas changé les draps, je dors où pour la... Demi-heure de pause qu'il me reste ! Merde, vous faites chier !

_ Y a des draps propres dans le local, Cullen... » Raillai-je avant de m'éclipser.

Je me précipitai à l'extérieur de l'hôpital, ignorant les regards surpris... Et le retrouvai, plus loin, adossé contre un arbre.

Je soufflai un bon coup, et marchai à grands pas vers lui.

« Emmett Swan, je ne me suis absolument pas forcée jusque là pour avoir un comportement exécrable envers toi. C'est ma façon d'être, j'ai toujours été un peu garce sur les bords, mais... Quelque part, je... T'aime bien. Beaucoup, même. Alors, accepterais-tu, en connaissance de cause, de sortir avec moi ? »

Il haussa un sourcil, puis un sourire se dessina sur ses lèvres.

Après tout, Cullen avait peut-être eu raison. Ça avait l'air sympa, de former un couple. Et pas si complexe que ça...


Héhé, juste pour savoir, vous avez cru que c'était un POV Bella, et qu'elle trompait Edward avec un mystérieux amant ?

Non ?

Merde, j'ai raté mon coup ! Ce POV était bien sûr un POV Rosalie...


EDWARD POV


Deux ans plus tard...

« Elle croit que tu vas la plaquer. »

Je soupirai, excédé.

« C'est n'importe quoi ! »

Jasper me renvoya un regard d'avertissement avant de repartir faire une longueur.

Cela n'avait surpris personne quand il avait demandé Alice en mariage, six mois plus tôt. Et depuis, tout le monde était en effervescence ; la lutine tenait à ce que son mariage soit le plus réussi de tous les mariages du monde, et elle avait forcé non seulement son fiancé, mais aussi le principal témoin – à savoir moi – à nous inscrire à des séances régulières soit à la piscine, soit en musculation pour que nous ayons le plus de classe possible dans nos costumes pour la cérémonie.

Emmett n'avait eu aucune obligation, lui, dans la mesure où il avait déjà le physique d'un body-builder. Ou presque.

D'ailleurs, nous avions tous été plus étonnés quand Emmett avait demandé à Rosalie de l'épouser... Et que celle-ci avait dit oui.

Et depuis, Bella s'était un peu renfermée. Et tout le monde me répétait que c'était parce que moi, je ne lui avais pas encore fait ma demande, et que du coup, elle pensait que je ne voulais pas l'épouser.

Jasper me rejoignit à l'endroit où il m'avait lâché.

« Tu devrais nager. Si Alice te voyait ne rien foutre à la piscine, elle te tuerait.

_ J'ai nagé, je suis parti après toi et arrivé avant toi c'est tout. » mentis-je éhontément.

Jasper éclata de rire, me faisant bougonner ; quoi, ça aurait été possible.

« Bella sait bien que je l'aime. » Fis-je.

Il haussa les épaules.

« Vous avez parlé mariage, au fait ?

_ Oui, évidemment ! Elle m'a dit que rien ne pressait, qu'elle ne me forcerait pas à m'engager plus vite que je ne le voudrais. »

Jasper leva les yeux au ciel et secoua la tête.

« Et tu l'as crue ? »

Je soufflai un bon coup, et détournai le regard.

« Tu sais quel est mon problème.

_ Oui, tu veux le moment parfait, la déclaration parfaite et la bague parfaite. Et quoi, qu'est-ce qui te manque ? T'as pas encore trouvé une jolie bague ?

_ Si ! Je l'ai achetée, elle est...

_ Parfaite ? »

Je le fusillai du regard, agacé.

« Deux semaines que je la trimballe toujours sur moi. À chaque fois que je mets un pantalon au sale, je suis obligé de faire les poches pour qu'elle ne tombe pas dessus en mettant la machine en route, tu te rends compte ? Je n'avais jamais fait les poches de mes pantalons avant ! Me plaignis-je, entraînant l'hilarité de Jasper.

_ Je rêve, t'as toujours laissé Esmée puis Bella vérifier tes poches et faire les lessives ?

_ J'avais rien à leur cacher... A l'époque.

_ T'es un enfoiré, Cullen ! » Explosa-t-il de rire.

Je me renfrognai.

« Gna gna gna... Mon problème, c'est que... J'ai pas trouvé l'occasion.

_ Les occasions, ça se crée, Cullen. » M'assena mon meilleur ami.

Je le fixai un moment, puis je hochai la tête.

« Tu as raison. »

Je pris appui sur le bord de la piscine, et me hissai hors de l'eau, en sortant avant que Jazz n'ait pu faire un geste.

« Qu'est-ce que tu fais ?

_ Je vais demander Bella en mariage.

_ Mais... Attends ! Merde, Cullen, t'as pas le droit de me laisser en plan ! On doti les faire à deux, ces séances de natation !

_ Ta copine m'emmerde, Jazz. J'ai pas choisi de l'épouser, moi ! » Lui lançai-je en m'éloignant.

Je pus presque le sentir s'énerver.

oOo

Bella m'embrassa tendrement, avant de se lever.

« Je vais prendre une douche. Tu viens ? » Lança-t-elle.

Je soupirai, regrettant déjà ce que j'allais dire.

« Non... J'en ai déjà pris une à la piscine. Je vais dans la chambre. »

Elle leva un sourcil, décontenancée, puis haussa les épaules et s'éloigna en direction de la salle de bains.

Refuser une douche avec Bella, mais qu'est-ce qui ne tournait pas rond, chez moi ?

Je soufflai, me rappelant le but de cette manœuvre, et je tendis l'oreille.

Cinq minutes plus tard, l'eau commençait à couler, et je souris en me levant.

Bella n'avait pas fermé la porte de la salle de bains ; ça lui avait pris du temps avant de perdre cette habitude, mais je crois que désormais, elle appréciait quand je l'y rejoignais par surprise.

Je pris une grand respiration, mon cœur cognant à toute allure, et je me jetai sans réfléchir un genou à terre... Dans la douche.

Bella hurla, puis ses yeux s'exorbitèrent alors que la flotte commençait à tremper mes vêtements.

« Edward ? Mais... Qu'est-ce que tu fous... Habillé et... A genoux... Dans la douche ? »

Ma main s'éjecta de ma poche arrière, et Bella coupa l'eau avant de voir l'écrin que je lui tendais.

Elle se figea, son regard fixé sur la petite boîte de velours noir.

« Bella. J'ai toujours rêvé de te demander ça dans le parc, sous la pluie, parce que... Je trouvais que ça avait un côté super romantique, voilà. Mais ça fait deux semaines que j'ai trouvé cette bague. Deux semaines qu'il fait un putain de beau temps. Et je ne pouvais plus attendre de te demander, enfin... Si tu acceptais d'être ma femme. Bon, la douche remplace la pluie, et avec ton gel douche aux odeurs exotiques, on se croirait dans un lieu paradisiaque, alors j'ai presque réuni les conditions parfaites... Non ? »

Elle resta immobile, stupéfaite, pendant plusieurs secondes, puis elle se jeta sur moi, enroulant ses bras autour de mon cou.

« Oh, Edward, oui ! Mille fois oui ! Oui, je veux t'épouser... Je t'aime ! »

Un grand sourire s'épanouit sur mes lèvres, et je sortis la bague avant de jeter l'écrin dans la salle de bains. Je la passai au doigt de Bella.

Finalement, la douche, c'était la situation idéale ! Quoi de plus beau que de voir sa fiancée porter pour seul vêtement la bague que vous veniez de lui offrir, et de sentir son corps nu contre votre tee-shirt trempé ?

Ma bouche se posa sur la sienne, et je nous relevai en la plaquant contre la paroi de la douche.


BELLA POV


Dix-huit mois plus tard...

Je rentrai sans bruit dans l'appartement, et souris alors que la voix d'Edward me parvenait.

« Ben il est où ton jouet ? Hein ? Il est où ? »

J'entrai en catimini dans le salon, et couvris ma bouche de ma main pour étouffer mon rire.

Edward était penché, les mains derrière le dos, vers un Opium qui aboyait à s'en rompre les cordes vocales, sautillant avec colère.

« T'as perdu ton jouet ? Il est où le jouet ? »

J'explosai de rire, et Edward se redressa d'un coup, les joues un peu rouges, alors qu'Opium courait se réfugier dans mes jambes en gémissant plaintivement.

« Rends-lui son jouet, Edward... »

Mon mari lança la peluche du chien vers son panier, et Opium se mit à courir en direction de son jouet alors qu'Edward venait m'embrasser.

« T'en as pas marre d'embêter cette pauvre bête ? Ris-je contre ses lèvres.

_ On s'ennuyait en t'attendant... »

Il m'embrassa profondément, puis baissa ses yeux sur ce que je portais, et grogna.

« Tu sais que je déteste ce tee-shirt. »

Je lui adressai un sourire railleur.

Après notre mariage, Emmett m'avait offert un tee-shirt représentant une femme frustrée et un homme endormi dans un lit. Il portait l'inscription « Je ne connais rien au sexe... Je suis mariée. »

Emmett aimait particulièrement attaquer se moquer d'Edward de toutes les façons possibles et imaginables...

« Si tu ne l'aimes pas, sens-toi libre de me le retirer. » Ajoutai-je en glissant mes doigts dans ses cheveux.

Il me fit un sourire éclatant, et glissa ses doigts sous mon haut en s'agenouillant, le soulevant avant de poser ses lèvres sur mon ventre.

« Comment pourrais-je être plus heureux maintenant ? » Murmura-t-il.

Je me mordillai la lèvre inférieure, un étrange trouble m'envahissant.

Oui, comment allions-nous pouvoir être plus heureux ? Il y avait un an, j'avais épousé Edward. Il y avait six mois, sans que nous en ayons parlé avant, Edward m'avait rejointe dans la salle de bains pour mettre devant moi ma plaquette de pilules à la poubelle. Et il y avait trois jours, je lui annonçais que j'étais enceinte de notre premier enfant.

Pourtant, nous étions très mal partis tous les deux ; mais comme Isaac Asimov a écrit: Dans la vie, contrairement aux échecs, la partie continue après échec et mat...


Le lien du tee-shirt offert par Emmett à Bella sera sur mon profil !

Et voilà pour cette fic... Encore une fois, je vous remercie de votre fidélité, et je vous dis... à bientôt pour ceux qui voudront continuer à me suivre !