COucOu !

Après une grande discussiOn avec une amie cette OS mais venu tOut naturellement. Il est certes court mais j'espère quand même que vOus prendez plaisir à le lire parce que persO j'ai pris un grande plaisir à l'écrire. Merci à Cha Darcy d'avOir lu et corriger.

BOnne Lecture.


Les Serpentards sont des lâches

Les Serpentards ne peuvent pas aimer. C'était une phrase que Ronald Weasley répétait souvent sans vraiment prendre conscience de la véracité de ses paroles.

L'amour nécessite du courage. Tout le temps. Aimer c'est une continuelle lutte contre la peur. La peur que la personne qu'on aime ne nous aime pas. Peur que quelqu'un d'autre nous la vole. Peur de ne pas savoir l'aimer. Peur qu'on nous l'arrache. Peur d'être trahi. Peur de souffrir. Peur de faire souffrir. Peur d'être faible. Peur de se tromper.

C'était connu tout comme le fait que les Serpentards étaient des lâches. Ils n'avaient pas une once de courage et fuyaient les problèmes. Il était donc logique qu'ils fuient l'amour. Car l'amour est la plus grand source de problème de l'Homme. La question était de savoir s'ils avaient raison. Si ce choix de fuir l'amour les rendait réellement plus heureux.

Prenons un exemple. Regardons Drago Lucius Malfoy. Un jeune Serpentard charismatique, promis à un avenir brillant qui est, de plus, un riche héritier. Ses yeux gris avaient ensorcelé bien des filles avec qui il n'hésitait pas à s'"amuser" pleinement. Mais chaque matin, on pouvait voir une fille sortir de sa chambre, certaines en larmes, d'autres plus intelligentes simplement comblées. Lorsque la porte s'entrouvrait, on pouvait le voir assis sur son lit impassible, fumant une de ses cigarettes dans un geste qui en faisait fantasmer plus d'une. On le croyait totalement insensible mais pourtant si on le regardait avec suffisamment d'attention et d'esprit on pouvait apercevoir ses regards mélancoliques vers la fenêtre. Son regard dur s'attendrissait alors et tout son visage prenait un air tendre lorsque dans ses yeux un oiseau se reflétait. Mais cela ne durait que quelques secondes jusqu'à ce qu'on l'appelle et qu'il reprenne son masque de mépris.

Mais cela, personne ne faisait suffisamment attention à lui pour le voir. Pour voir la tristesse du Prince de Serpentard. Il lui manquait quelque chose. Il lui manquait cette étincelle de vie. S'il l'avait eue, il n'aurait plus été seulement ce bellâtre : il aurait été un Homme magnifique.

Pourtant cette étincelle semblait manquer chez presque tous les Serpentards. Regardez-les dans les yeux, vous pourrez y voir beaucoup de choses. De la peur, de l'appréhension, du mépris, de la rage, de l'indifférence, mais jamais d'humanité ni même de tendresse. Ces sentiments, ils ne semblent pas les connaître, ou ne le veulent pas.

Les Serpentards sont des espèces à part. Ce sont des enfants seuls et malheureux. Cela doit être la raison pour laquelle personne ne cherche à s'en approcher. Il faudrait être masochiste pour s'éprendre d'un Serpentard, voir même suicidaire. Oh, il y en avait bien qui avait tenté. Tout le monde se rappelle de l'histoire entre Blaise Zabini et Ginny Weasley. Cela avait duré deux mois avant que la Gryffondor ne puisse supporter plus le silence de son petit-ami. Elle attendait plus qu'il ne pouvait donner. Elle l'avait quitté pour tenter de le faire réagir pour qu'il la supplie de rester, pour qu'il dise qu'il l'aime. Mais il n'avait rien dit, il n'avait rien fait. Il n'avait pas versé une seule larme. Alors elle était partie sans se retourner. Et pourtant si elle s'était retournée, elle aurait vu ses lèvres bouger pour tenter de dire ces trois petits mots. Elle aurait vu des larmes dans ses yeux presque noirs. Mais elle n'avait pas prit la peine de se retourner.

Il avait pris le risque. Il avait tenté d'aimer mais il avait perdu. Quelle importance alors ? Pourtant si elle s'était retournée, si elle avait pris le temps de jeter un dernier coup d'œil derrière elle, aurait-elle eu le courage de l'attendre ? Aurait-elle eu assez de courage pour lui en donner ne serait-ce qu'un peu ? Si on lui avait laissé sa chance, si elle avait su lire entre les lignes, il aurait pu devenir plus qu'un Serpentard triste. Il serait devenu un Homme bon, peut-être même tendre et affectueux si on avait su lui maintenir la tête hors de l'eau. Mais voilà, il a raté sa chance...

Théodore Nott était le cerveau des Serpentards. Il était toujours plongé dans un livre, indifférent au monde qui l'entourait. C'était un jeune homme discret qui n'avait pas d'ami. Des connaissances mais pas d'amis. Il semblait n'avoir besoin d'aucun lien avec quiconque. Il était toujours seul. Ses paroles étaient rares mais toujours sages. Il ne parlait jamais pour ne rien dire. Peut-être était-ce à cause de sa voix légèrement aiguë. Malgré cela il était beau. Les filles semblaient, pourtant, l'avoir totalement occulté. Sauf une. Elle s'appelait Luna Lovegood et était folle. Peut-être est-ce cela qui lui avait plus. Il l'avait aimée de loin avec rêve et espoir. Jusqu'au jour où elle était venue lui parler. Elle lui avait dit qu'elle l'aimait. Ils avaient fait l'amour et il s'était enfui. Il avait pris peur. Elle l'aimait certes, mais lui il n'avait rien à lui apporter. Du moins c'était l'excuse qu'il se donnait. Parce qu'il faut du courage pour aimer et que lui, n'était qu'un lâche.

S'il avait su affronter sa peur il l'aurait aimée et elle aurait su lui donner de sa légèreté. Peut-être aurait-il pu s'ouvrir, peut-être serait-il devenu un homme chaleureux et heureux. S'il avait eu le courage d'aimer et d'être aimé. Parce qu'il en faut du courage pour accepter d'être aimé.

Alors voilà. Ronald Weasley a tort. Les Serpentards peuvent aimer mais seulement ils ne sont pas assez courageux pour cela. Car l'amour demande du courage, de la force, de la patience aussi. Autant de sentiments qui leur semblent inconnu parce qu'ils ne les connaissent pas. C'est à nous de leur apprendre. D'être patiente, de les rassurer avec assez de tact pour que leur orgueil ne soit pas touché. C'est à nous de les aimer inconditionnellement pour qu'ils se rendent compte de ce qu'est l'amour. De comment aimer. Parce que la vérité ce n'est pas que les Serpentards ne peuvent pas aimer c'est qu'ils ne le savent pas.

Alors, moi, Hermione Granger ai décidé d'apprendre ce qu'est l'amour à leur Prince, en espérant qu'ils le comprendront à leur tour.


Tadaaaaaaaam ! xD. J'espère que j'aurai pu vOus distraire au mOins quelques minutes ! Merci d'être passé. BisOus.

Little Beattle POur vOus servir.