90 ans plus tard.

Résumé: Edward et Bella se sont connus en 1918, mais ils ont été séparés quand Edward est devenu vampire. Ils se retrouvent 90 ans plus tard, tous les deux vampires. Quand Bella a été changé ?

Disclamer: je ne suis pas Stephenie Meyer. J'ai emprunté l'histoire de la sage Twilight en raison que je suis accro depuis que je l'ai lu la première fois.

Notes de l'auteur: J'ai gardé des détails importants de la saga, mais l'histoire en tant que telle.

Début

Point de vue d'Edward

Qui aurait cru qu'un destin peut changer du tout au tout en l'espace de deux mois ? J'ai connu l'amour véritable, mais un mois et demi après, j'ai été damné pour l'éternité.

Le destin a voulu se montrer de nouveau quand il m'a fait revoir mon âme-sœur, mais simplement 90 ans après l'après perdu la première fois. J'avais vécu dans le désespoir profond tout ce temps.

Je m'appelle Edward Anthony Masen Cullen. Je suis né à Chicago le 20 juin 1901, mais depuis 1918, je suis un vampire après failli mourir de la grippe espagnol. Mon âme-sœur est ma singer que j'ai cru avoir tué quand j'étais un jeune vampire.

Voici les points tournants de mon histoire.

Partie 1

Chicago 1918.

J'étais revenu de ma quinzaine de la guerre. Je devais retourner dans deux semaines et je voulais en profiter pour voir mes parents. Je ne les ai pas vus depuis plus de six mois. J'ai eu cinq mois d'entraînement militaire intensif et j'ai fait ma première quinzaine immédiatement après. J'étais dans les derniers recrus et j'ai subi mon entraînement sur place. Habituellement, c'est différent, mais étant donné que je suis le filleul d'un des supérieurs, j'ai été exempté. Je suis un cas à part en raison de mes 16 ans. J'ai toujours voulu combattre, mais ce n'était pas l'avis de mon paternel.

J'arrive au manoir aux petites heures du matin. Le voyage de l'Europe à l'Amérique a été long et épuisant. Je vais à ma chambre à l'étage en silence. En passant devant la chambre d'ami, je vois un sublime ange. Elle est face à la vitrine. Ses cheveux bruns foncé lui arrivent à la taille. Sa jaquette blanche luit à la lumière de la Lune. Elle doit être prise avec des insomnies. Quand j'ai des vagues de composition, il m'arrive souvent d'avoir des insomnies.

Je voulais aller la voir pour vérifier si j'ai des hallucinations, mais mon corps réclamait mon lit. Quand je suis fatigué à l'extrême, je ne me fis pas à mes yeux, car j'ai des illusions. Je peux évaluer très mal mes distances. J'ai déjà imaginé pleins de choses irréelles. Je vais alors dans mon lit et je rêve que je caresse les doux cheveux de l'ange. Ça m'étonne que je rêve à une femme puisqu'habituellement, aucune de mon âge ne m'intéresse.

Je n'ai besoin que quelques heures de sommeil pour recharger mes batteries, alors même si je m'étais couché à 3 heures ce matin, la lumière du soleil me réveille vers les 9 heures. Ma chambre est du côté est, donc les premiers rayons de soleil viennent toujours ici. J'adore regarder le soleil se lever, mais cette fois, je l'ai complètement oublié. C'est vrai que l'odeur des grillades a attiré mon attention. Mon odorat est le premier sens que j'utilise. Privé de mon odorat, je me sens affaibli.

Je descends l'escalier de bois en pensant au bel ange de la nuit. J'ai voulu vérifier dans la chambre d'ami, mais il n'y avait plus personne. J'ai sûrement rêvé éveillé. L'escalier principal donne directement à la salle à manger.

Mon père est un brillant avocat et qui est très populaire dans la ville de Chicago. C'est pour cette raison que nous habitons dans un manoir et que nous sommes assez à l'aise financièrement. Nous sommes dans la première classe lors des relations publiques. Nous sommes souvent invités à des bals de bienséances que je déteste amplement. La haute société a ses inconvénients, mais les serviteurs sont à nos petits soins. Ça ne me dérange par contre pas de me débrouiller en cuisine ou autre tâche dans la maison.

Bien le bonjour, mr Edward, dit le majordome en tassant ma chaise pour que je m'assoie.

Edward ! Quand es-tu arrivé ? demande ma mère, Élisabeth en me prenant dans ses bras.

Je suis arrivé ce matin, mère, dis-je pour la première fois.

Edward ! Je suis très heureux que tu sois revenu, dit mon père, Edward Sénior en me donnant une claque amicale dans mon dos.

Je porte le nom d'Edward Anthony Masen Junior. Je n'aime pas le junior, mais je suis quand même fier de porter le nom de mon père. Ça me réchauffait le cœur de voir la joie de mes parents. Ils étaient contents de revoir leur fils unique. Mon père n'a pas toujours apprécié mon choix de carrière. Il aurait voulu que je reprenne sa relève en pratiquant le droit, mais j'aimais mieux combattre pour ma patrie. Si j'avais eu un autre choix, j'aurais choisi la médecine puisque j'adore les gens. Je suis capable de lire facilement les gens avec leurs regards ou leurs mimiques. Je devine quasiment leurs pensées.

Mon parrain m'a donné le goût de combattre puisque je le considère comme mon idole. Mon parrain, William James Masen Senior, est colonel dans l'armée et il m'avait promis que je pouvais rentrer dans la réserve lors de son dernier déplacement. Mon père n'a pas du tout aimé que son frère se mêle de cette histoire, mais étant donné que je suis proche de lui, il ne pouvait pas me retenir.

Dès que je vais retourner dans l'unité militaire, ça va être sûrement différent puisque mon parrain a été blessé par un kamikaze. D'après les sources, ils pensent que je ne vais pas y retourner, mais nous allons voir cela quand ça va être le moment. Selon mon cousin, William Junior, fils du Colonel Masen, je ne peux pas revenir dans la réserve tant et aussi longtemps que je n'ai pas 18 ans. Je suis âgé simplement de 16 ans, je vais 17 dans deux semaines.

C'est pendant ma réflexion que j'entends le plus magnifique son musical. Étant donné que je suis moi-même pianiste et que j'ai la musique comme un sens inné, je me lève pour suivre le doux son de la flûte de Pan. J'ai toujours trouvé que la flûte de Pan a un son divin. Tous les sons des flûtes attirent mon attention.

C'est en entrant dans la pièce où est installé mon piano à queue que je découvre la personne jouant cette merveille. Assise sur mon piano avec élégance, l'ange de ma nuit dernière jouait de la flûte de Pan avec une profonde concentration. Avec les yeux fermés, elle se laissait aller à sa dernière composition. Un artiste sait reconnaître une œuvre originale. Je me demande qui est l'inspiration de cette fantastique mélodie.

Qui est cette femme sublime qui semble à l'aise dans ma demeure ? Pourquoi est-elle dans mon sanctuaire ? Moi qui aie toujours eu aucune attirance pour la gente féminine, me voilà amoureux de la plus belle créature divine sur Terre. Cette fille doit être un ange descendu sur Terre pour venir chercher une âme damnée. J'espère que c'est moi.

Je n'ai jamais cru au coup de foudre, mais là, je dois modifier mes croyances. Puisque je n'ai jamais été attiré par aucune femme avant, je croyais que mon cœur était absent, mais en voyant cet ange, je l'ai senti à sa place pour la première fois. Tomber amoureux juste en voyant une femme qui me plaît, j'aurais jamais cru que ça allait m'arriver un jour. J'ai déjà lu dans les livres à l'eau de rose que nous pouvons rencontrer notre âme-sœur. La preuve de cet amour pur est de tomber amoureux dès le premier regard.

Je vois que tu as entendu notre invitée, dit ma mère en me sortant de mes pensées.

Oh, désolée, je ne voulais pas interrompre votre rencontre, mais j'ai eu une onde d'inspiration cette nuit et je voulais la jouer, dit la plus voix au monde. Avec cette touche de repentir, elle est encore plus mignonne.

Tu es toute pardonnée, miss Swan. J'en connais un qui peut partir à des années lumières quand il compose ses chansons. Dans ces moments-là, il ne faut pas essayer de lui parler sinon c'est parler à un mur. Votre rencontre ne pouvait pas mieux tomber. Edward, je te présente Isabella Marie Swan, ta future épouse. Miss Swan, je te présente mon fils unique, ma fierté, Edward Anthony Masen Junior, dit ma mère en faisant les présentations et en surveillant ma réaction.

Je partais pour m'opposer, mais je me rappelle de vive négociation que j'ai eue avec mon père avant mon départ. J'ai accepté avec réticence son entente. Tant et aussi longtemps que j'étais célibataire, je pouvais combattre, mais si mon père me trouve une promise potable, je dois rester à la maison. Il ne voulait pas que ma future femme vive la même inquiétude que ma marraine quand mon parrain est parti. Ça n'a pas toujours été facile à ma marraine d'élever ses enfants seuls. Mes cousins ont été par contre très sages comparé à d'autres garnements de notre âge. La seule inquiétude de ma marraine est de savoir quand son premier fils va vouloir se caser. Il a 2 ans de plus que moi. Je suis sûre que ma mère vivait un grand stress à mon sujet. Je suis son seul fils, la prunelle de ses yeux. Je suis important pour elle et je suis ce qui lui est de plus important. Si j'avais été une fille, je serais identique à ma mère. Nous avons les yeux vert émeraude et les cheveux cuivre des Halen. J'ai hérité de la grandeur de mon père. J'ai aussi hérité de son sourire en coin qui fait craquer les filles. Mes parents se demandent encore aujourd'hui où j'ai pris ma manie de ne jamais vouloir me peigner.

J'aurais dû m'en douter que mon père chercherait une promise pendant mon absence. Je me demande combien il en a vu avant de découvrir cette perle. J'avais mis une liste avec la description de la fille de mes rêves. Je croyais qu'une telle femme n'existait pas. Est-ce que la beauté parfaite à mes yeux a aussi les qualités que je recherche.

Je voulais une fille brune. Je déteste les blondes. Je les trouve vaniteuse et superficielle. Une caractéristique de respecter puisque j'ai vu ses magnifiques cheveux bruns lui arriver à la taille cette nuit. Ce main, elle s'est fait une simple queue de cheval.

La couleur des yeux m'importait peu, mais je souhaitais avoir une fille qui a les yeux expressifs. Avec miss Swan, je suis servi puisque je vois son âme innocente dans ses superbes yeux bruns chocolat. Je ne vois aucun maquillage, elle aime être naturelle comme celle que j'apprécie.

La façon simple de porter sa robe montre que c'est une fille qui ne veut pas attirer l'attention. Je déteste toutes les filles qui portent trop de bijoux ou de babioles destinés à attirer l'attention ou montrer qu'elles sont plus riches que d'autres. Je me fous que la fille soit la plus riche ou la plus pauvre, je veux savoir qui elle est. Avec la simplicité de Miss Swan, je vois automatiquement qui elle est. Les seuls bijoux que je voudrais que ma promise porte sont ceux que je lui offrirais.

Je voulais continuer de remémorer ma liste dans ma tête en détaillant la fille devant moi que j'appréciais vraiment de plus en plus, mais ma mère me sort de mes pensées.

Edward, je sais que c'est rapide, mais tu as moins de 24 heures pour te décider de t'unir ou non, mais je souhaite grandement que ta réponse est positive, dit ma mère pour que je réagisse.

Je suppose que la date a été fixée ? demande-je, réticent.

La façon subtile que ma mère m'a demandé de répondre seulement par l'affirmative, je la connais depuis un peu trop longtemps. Elle le fait expressément pour montrer c'est quoi le bon choix selon elle. J'hais quand mes parents me mettent au pied du mur et quand ils prennent une décision à ma place. J'avais accepté que mon père me trouve une promise, mais pas que le mariage soit immédiatement célébré. J'ai maintenant 16 ans, presque 17, alors j'aimerais pouvoir gérer ma vie.

Dans deux semaines, Edward, soit à ton 17e anniversaire. Miss Swan a voulu personnellement te rencontrer en raison qu'elle voulait te connaître un peu avant le grand jour, dit ma mère.

Deux semaines !! Si je refuse, il faut tout canceller, mais si je l'accepte, est-ce qu'elle va être heureuse avec moi. Je dois l'avouer, elle me plaît grandement, mais est-ce réciproque ? J'espère surtout qu'elle ne connait pas ma réputation d'homme très difficile.

Je vais vous laisser discuter. En vous connaissant un peu, ça va faciliter les décisions pour Edward, dit ma mère en fermant la porte derrière elle.