yayou : Comme tu peux le voir, je la continue. J'espère que tu vas aimer. Et merci pour ta review, cela m'a fait plaisir. Bonne lecture et dit moi ce que tu en penses.


Chapitre 4 : Les doutes et les reproches

Ran et Shinichi se regardèrent avec horreur. Deux ans qu'ils ne s'étaient pas revus et cela leur faisaient un choc de se revoir. Ils étaient gênés et ne savaient pas comment réagir face à l'autre.

Tatsue les regarda avec une lueur d'incompréhension dans les yeux. Qui pouvait être cette femme pour que son mari soit si troublé ? Qui était-elle ? Est-ce que s'était, elle, la maîtresse qu'il avait eue ? Toutes ces questions tournaient dans sa tête.

Heiji et Kazuha, eux, s'étaient mis en retrait, gêné d'avoir mentit à leurs amis sur cette probable rencontre. Et puis, ce n'était pas prévu qu'il se rencontre maintenant.

Quant à Sonoko, elle se sentait triste pour ses camarades de classes. Eux, qui avaient été si complice. Eux, qui se disputaient pour un rien, pour ensuite se réconcilier. Le fait d'avoir eu une relation entre eux a tout détruit.

En ce moment, ce n'était pas très gais et lorsque Ran vit les haussements de sourcils de la femme de Shinichi, elle décida d'intervenir.

« Shinichi ! s 'exclama – t – elle Heureuse de te revoir. Cela faisait longtemps. »

Les trois personnes qui connaissaient leur histoire la jaugea, étonné. Ils pensaient que la dernière chose que ferait la jeune karatéka, se serait justement d'être amicale avec le détective.

Celui-ci la regarda comme si c'était la huitième merveille du monde.

« Qui êtes-vous ? demanda – Tatsue avec méfiance

- Je m'appelle Ran Minayoka. Shinichi et moi, on se connaît depuis le jardin d'enfant.

- Jamais entendu parler de vous grommela – t – elle

- C'est normal. Cela va faire cinq ans que j'ai quitté Tokyo pour suivre mon mari et on ne s'est pas revu.

- Vous êtes mariés ?

- Oui mais malheureusement, il ne vient. Et vous, vous êtes sa femme feignit – Ran de ne pas savoir »

Tatsue souffla intérieurement de soulagement. Elle s'était imaginée tout un tas de scénarios. Comme d'habitude ! Depuis qu'elle avait des doutes de la fidélité de Shinichi par rapport à elle, la blondinette devenait froide et distante avec toutes les femmes qu'il approchait. Surtout lorsque ces femmes étaient aussi belle que la jeune épouse en face d'elle. Car Tatsue se l'avouait : Ran était une femme magnifique qui avait tout pour elle. Alors elle les faisait fuir. Après tout, elle l'aimait et ne voulait en aucun le perdre et surtout pour le laisser à une autre femme. Si un jour, une femme entravait son chemin, elle ferait tout pour gagner cette manche et garder l'homme de sa vie auprès d'elle. Mais d'après ce qu'elle avait compris, cette Ran et Shinichi n'étaient que des amis d'enfance alors elle n'avait rien un craindre. Soulagement total.

« Oui, je m'appelle Tatsue Kudo répondit – t –elle »

Cela, elle le savait. Mais Ran avait fait cela exprès dans le but de dissoudre les doutes de cette femme. Et d'après son ton et son expression, cela avait fonctionné. La jeune femme ne voulait pas avoir à faire de scandale pendant la petite fête de Heiji et Kazuha et que Shinichi est des complications avec sa femme si elle apprenait qu'il l'avait trompé avec son ami d'enfance. Non, elle culpabilisait déjà assez et que Tatsue et Shiro sachent n'arrangerait rien. Car si Tatsue l'apprenait, Ran songea que sa vie de couple serait sur ment en danger et que Shiro l'apprendrait tôt ou tard par la blondinette. Enfin, c'était une supposition mais on ne savait jamais. Autant prévoir le tout pour le tout. Et puis comme dit le proverbe : « Tout se sait ». Ran secoua la tête pour chasser ces sombres pensées.

Shinichi, lui, restait neutre. Il regardait la femme qu'était devenu Ran. Ses yeux regardèrent ce visage qu'il avait plusieurs fois contemplé, ces lèvres dont il se souvenait encore de leur goût et qu'elles l'attiraient encore comme un aimant, ces formes si belle et si parfaite. Son regard dévia sur sa poitrine ronde et ferme qu'il avait fait temps de fois embrassé, titillé. Il entendait encore les gémissements de Ran à son oreille. Il remonta sa vue vers son visage. Celle-ci n'avait rien remarqué de sa contemplation « Calme – toi mon vieux, si tu continues à repenser à tes nuits avec Ran, tu vas lui sauter dessus et il y a ta femme juste à côté songea – t – il » Mais il ne put s'en empêcher. Lorsqu'elle est apparut devant lui, toutes ces nuits sont revenues à sa mémoire. Il se souvenait de chaque caresse, de chaque soupir, de chaque sensation de plaisir, de chaque gémissement et de chaque position qu'ils avaient utilisée. C'était malsain et mal de songer à une autre femme mais il pensa que ce n'était pas n'importe laquelle. C'était Ran. Son premier amour. Son seul et unique amour.

« Tu me présentes les autres, mon chéri dit – Tatsue le sortant de ses pensées

- Voici Sonoko Suziki et Kazuha Toyama, la copine d'Heiji. Les filles, voici Tatsue, ma femme.

- Enchanté disent – t – elle en même temps

- Mais Ran, qu'est-ce que tu fais là ? demanda – le détective de l'est

- Hum… toussota – celle-ci je te rappelle que Kazuha est mon ami donc il est normal que je sois ici. »

Shinichi lança un regard sévère à Heiji. Il avait omis ce détail. Celui-ci lui fit un signe pour lui dire « qu'il lui expliquerait ». Le détective de l'Est ne savait pas s'il devait en pleurer ou en rire.

« Je suis surprise que tu ne m'es rien dit, Hattori ?

- Hum, j'ai oublié bafouilla – celui-ci alors qu'il se grattait la tempe gêné

- T'aurais pu éviter d'oublier de me dire que j'allais revoir mon amie d'enfance reprocha – Shinichi »

Cette phrase avait un autre sens mais avec sa femme, il était obligé de faire des sous entendus que seul les autres comprirent.

Il était en colère. Que Heiji puisse lui cacher cela… C'était dépasser les bornes.

Soudain il comprit. Son hésitation, la dernière fois : il allait parler de Ran mais n'a rien dit pour qu'il vienne. C'est sûr qu'il ne serait pas venu s'il l'avait su. Le détective n'était pas encore préparer à la revoir même après deux ans sans nouvelle.

C'était se moquer de lui et il avait horreur de cela.

Chapitre 5 : La dur réalité

La soirée arriva vite.

Tatsue embrassa Shinichi alors que Ran détournait les yeux ne voulant pas voir cela puis les filles allèrent se préparer dans la salle de bain

Shinichi regarda son ancienne amante s'éloigner. Mais elle était mariée et avait l'air de l'avoir oublier, vu son comportement très à l'aise. Il soupira puis se tourna vers son nouvel ennemi qui n'est autre que Heiji Hattori. Son cou craqua tellement son geste fut vite. Les yeux de Shinichi brillait de colère et Heiji se sentit apeurer face à ce regard qu'il n'avait jamais rencontré jusqu'à ce jour. Il décida de commencer à parler :

« Je suis désolé

- Tu peux l'être. Mais pourquoi ne m'as-tu rien dit ? cria – le détective de l'Est mais suffisamment bas pour ne pas que les filles les entendent.

- Parce que tu ne serais pas venu

- Tu aurais dut me prévenir grommela – t – il Tu te rends compte du choque que je viens d'avoir. »

Heiji ne répondit rien, honteux.

« Tu as de la chance que Tatsue soit là car sinon je serais parti

- Tu ne la verras plus après, osa dire Heiji

- Maintenant, cela va être dur de la quitter mais je n'aurais pas le choix soupira – Shinichi »

Ils se turent de suite quand ils virent la porte du salon s'ouvrir.

La première à entrer fut Sonoko. Elle avait enfilé une mini-jupe rouge pétante et un top blanc juchée sur des escarpins assorti à son haut. Et elle avait toujours son fameux bandeaux qui était cette fois, rouge et il retenait ses cheveux bond.

Vient ensuite, Tatsue : Celle-ci avait mit un leeging blanc et une tunique avec des bretelles de spaghetti jaune assorti à ses ballerines. Ses cheveux étaient retenu en chignon laissant passé des mèches rebelles.

Shinichi ne la trouvait pas si magnifique. Elle était simple et lisse. Il lui fit un compliment pour lui faire plaisir et celle-ci lui répondit par un gracieux sourire. Mais lorsque Ran se montra, il se retient d'ouvrir sa bouche en grand. Celle-ci avait mit un haut de couleur dégrader rose, une jupe blanche qu'il lui arrivait jusqu'au genoux et des bottes à talon de couleur blanche. Elle avait bouclé ses cheveux et Shinichi crut voir un ange. Son ange dans son cœur. Il la trouva magnifique mais il revient vite sur terre. Comme il aurait été fier et heureux de sortir à son bras et dire que cette magnifique jeune femme était son épouse.

Il fut tellement dans ses pensées qui ne vit pas Kazuha arrivait. Son voisin, lui, par compte l'aperçut et les filles crurent qu'Heiji allait tomber dans les pommes. Il avait la bouche grande ouverte devant Kazuha. Elle. Sa petite amie. Et il espérait bientôt sa femme.

La brunette avait enfilé une robe de soirée noir rehaussée de paillettes et avait mit des sandales en cuir et à talon. Ses cheveux était détachés, tombant le long de son corps comme une cascade.

« Je… Ouaaah… s'exclama – Heiji

- Tu aimes ? rougit – elle

- Tu es magnifique ! Je suis fier d'avoir une petite amie aussi belle que toi dit – il avant de la prendre par la taille.

- Heiji murmura – t- elle »

Celui-ci posa un chaste baiser sur ces lèvres puis se tourna vers ses invités tenant toujours une Kazuha rouge pivoine par la taille.

« On y va ? »

Le groupe se dirigèrent vers un restaurant français avec des chaises métalliques peintes de couleurs vives et des nappes blanches impeccables. Les tables étaient disposées à l'intérieur et à l'extérieur du restaurant. Sur chacune, un vase de cristal bleu avec une rose rouge agrémentait l'atmosphère La soirée débuta par des rires, des blagues et chacun commandèrent leurs repas. Tout le monde était heureux pour ce jeune couple. Mais dans ce groupe, seul un n'était pas dans la discussion. Shinichi avait le visage appuyé sur sa main gauche, son coude sur la table, et de sa main libre il maniait paresseusement la fourchette, trop occupé à regarder la brunette en face de lui pour prêter attention aux conversations qui l'entouraient. Mais Shinichi crut faire un arrêt cardiaque lorsqu'il vit Ran rire et parler de Shiro avec tant d'amour.

« Ran… murmura – t – il tristement

- Vous devez parler murmura – Heiji qui était assis à sa gauche Vous ne pouvez pas continuer à vivre comme cela sans en avoir parler.

- Je ne sais pas. Est-ce qu'elle va m'écouter ?

- Depuis tout à l'heure, elle te fixe Kudo

- Ne dit pas ce genre de chose puisqu'on ne peut pas être ensemble.

- Kudo…

- Non, Heiji. C'est fini. Je dois tourner la page maintenant. Un point, c'est tout »

Heiji regarda son ami avec tristesse. Il fallait qu'il fasse quelque chose. Ils étaient trop malheureux. Pour lui, Shinichi et Ran fallaient qu'ils discutent pour qu'ils n'aient plus de remord.

Ran, elle, fixait Shinichi et Heiji. Elle avait tout entendu. Faut dire aussi qu'elle avait bien tendu l'oreille et ce qu'elle avait entendu déchira son cœur. Le fait de l'avoir revu a fait remonter ces sentiments pour lui. Elle se promit de lui parler à la fin de la soirée.

« Ran ? Hé ho, Ran ? s'exclama – Tatsue agitant sa main devant les yeux de Ran

- Oh pardon Tatsue. Tu voulais quelque chose ?

- Oui, tu fais quoi dans la vie ? »

Shinichi porta son attention sur Ran. Lorsqu'ils se voyaient, il y a 2 ans, elle était à sa dernière année à l'université. Elle avait sur ment un métier maintenant.

« Je… Je suis sage-femme

- Hééé ! s'écrièrent – tous étonné sauf Sonoko et Kazuha

- Sage-femme ? Dit donc Ran, tu ne te serais pas trompé dans ton orientation ? interrogea – Heiji

- Pas du tout s'indigna – celle-ci J'adore voir un enfant naître

- Je te vois bien dans un uniforme d'infirmière rit – Hattori

- Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle, Hattori s'énerva – la brunette

- Sinon tu veux des enfants ? interrompit – Tatsue »

Shinichi recracha sa bière.

« Qu'est-ce qu'il y a Chéri ?

- Avaler de travers toussota – t –il faussement

- Alors Ran ?

- Et bien, j'ai toujours rêvé de fonder une famille donc oui j'en voudrais. »

Shinichi avala de travers. La femme de sa vie voulait des enfants. Qu'est-ce qu'il aimerait que se soit lui le père. Un petit bout de lui et un petit bout de Ran. Soudain, la panique emporta ses belles pensées pour laisser place à une découverte atroce. Elle était mariée donc se sera Shiro le père. Mon Dieu, c'était logique quand on y songeait mais pour lui c'était un véritable supplice. Si cela arrivait, il ne survivrait pas à une telle nouvelle.

« Mais pas maintenant ajouta – Ran en regardant Shinichi profondément qui en fit de même Pour l'instant j'ai des choses à régler »

Shinichi sentit son cœur s'emballer. Se pourrait-il… Est-ce qu'un tel espoir pourrait arriver ?

« Vous avez fini ? intervient – Heiji »

Heiji laissa deux billets sur la table et ils sortirent du restaurant, non sans avoir remercier les serveurs pour ce merveilleux repas.

Ils flânèrent lentement dans la rue, dans un silence complet. Ran qui détestait le silence, le rompit.

« Heiji ! Ça a dut coûter une fortune tout nos repas.

- Mais non

- Laisse moi te rembourser ma part

- Il en est hors de question. Tu es mon invité.

- Si insista – la brunette en mettant de force l'argent dans la main d'Heiji mais celui-ci en fit de même. »

Et commença un combat de celui qui gardera l'argent sous les rires de leurs amis.

« Hattori, tu gardes cet argent

- Je t'ai dit non. Je te rassure, ce n'était pas cher.

- Tu rigoles, j'ai dû manger pour dix personnes. »

Shinichi souriait. Elle était toujours aussi généreuse.

« Ran ! menaça – Heiji »

Soudain, un cri et Heij n'eut pas le temps de bouger qu'il vit un poing se rapprocher de son visage. Il ferma les yeux attendant la sentence. Mais il ne sentit rien. Il ouvrit les yeux et vit le poing de Ran à quelque millimètre de son nez. Sous le coup de la peur, il en tomba à la renverse et se retrouva sur ses fesses.

« Accepte cet argent.

- Ah… Euh… Oui, oui… Merci déglutit – Heiji »

- Le détective de l'Est avait oublié aussi combien elle faisait peur avec ses prises de karatés.

Tout le monde se mit à rire devant la tête du détective de l'Ouest. Son visage est passé du rouge au blanc. Celui-là avait oublié aussi ce petit détail.

« Tu… Tu fais du Karaté ? s'exclama – Tatsue

- Hum… Oui. Pourquoi ?

- J'adore le Karaté. J'ai toujours voulu en faire mais mon père ne voulait pas car il disait que c'était un sport pour garçon

- Il y a beaucoup de fille qui pratique ce sport dit - Ran

- Elle a gagné plusieurs championnat de Karaté répliqua – Sonoko

- Et c'était la meilleur de son lycée continua – Kazuha

- Mais non… Elles exagèrent rougit – Ran

- Et tu es doué en quoi aussi ? demanda – Tatsue

- Dans toutes les matière sur les langues étrangères et au cache-cache répondit – Shinichi »

C'était la première fois qu'il parlait réellement depuis le début de la soirée et tout le monde fut surpris. Heiji sourit. Enfin il avait trouvé son ami.

« Cache-cache ? s'intrigua – Tatsue

- Oui. Elle avait beaucoup d'énergie pour ce jeu.

- Ah bon ?

- Elle gagnait toujours continua – t – il Elle alla même jusqu'à se faire coincer derrière un escalier (voir film 9)

- Shinichi. Tait-toi cria – Ran

- Heureusement que je l'ai retrouvé sinon tu aurais dormi dedans.

- Tu vas voir, toi »

Ran courut derrière un Shinichi hilare et qui riait aux éclats mais se fut dur de le rattraper avec ces talons et le jeune homme courrait trop vite.

« Shinichi connaît beaucoup de chose sur Ran dit – Tatsue qui les regardait se chamailler

- Oui. En même temps, ils étaient toujours ensemble répondit – Heiji, le sourire au lèvre

- Ils se sont aimés, n'est-ce pas ?

- Pardon ? crièrent – les trois autres

- Je ne suis pas une idiote. J'ai des yeux pour voir et leur comportement ressemble à une ancienne vie de couple.

- Bien sûr que non. Tu te trompes répondit – Sonoko »

Tatsue secoua la tête, lassé de ses mensonges. Elle en était sûr. Il y avait comme une chimie entre l'ancien couple.

« Vous ne m'enlèverez pas cela de la tête murmura – la blondinette Ran a de la chance d'être aussi gentille sinon j'aurais été sévère avec elle. On devrais peut-être les laisser seul. Cela fait cinq qu'ils ne se sont pas vu.

« Deux ans songea – Heiji »

- Tu veux que je te fasses visiter la ville ? demanda – celui-ci

- Volontiers

- Kudo ! Je vais faire visiter la ville à ta femme ! cria – Heiji »

Ce premier faisait des chatouilles à Ran mais stoppa son geste en entendant la phrase de son rival.

« Je viens avec… commença – t –il »

Mais Tatsue le devança montrant sa paume vers lui, lui faisant signe de se taire.

« Non. Retrouve toi avec ton amie d'enfance. A tout à l'heure.

- Tatsue murmura – t – il « Se doute – t – elle… songea – Shinichi Impossible! »

- On se retrouve chez moi dit – Heiji »

Un sourire s'étira sur les lèvres de Shinichi. Il était seul avec Ran. Le brun se tourna vers celle-ci. Elle avait les yeux dans le vague.

« Il faut qu'on parle dit – elle avant de lui tourner le dos »


Voilà. J'espère que cela vous a plut. Comme vous avez put le voir, je vous ai mis deux chapitres : c'est pour me faire pardonner de ce retard. Laissez des reviews s'il vous plait -Regard suppliant- c'est important !