Bella est forcé d'aller à Vegas par sa belle-sœur pour lui remonter le moral après une douloureuse rupture. Edward, qui est l'ex-patron de Bella, a une réunion à Vegas. Ils se rencontrent, se saoulent et finissent mariés. Elle demande le divorce, il demande 6 mois. Couples habituels. LEMONS !


Prologue.

Bella POV :

Ma tête battait à tout rompre, ce que je devinai être à cause d'une gueule de bois. J'avais eu un rêve étrange la nuit dernière, disant que j'étais mariée à Mike, mon ex petit-ami d'un mois. Merci mon Dieu, ça n'était qu'un rêve. Je décidai finalement de me lever.

J'ouvris les yeux dans une chambre d'hôtel et tournai la tête de l'autre côté du lit. Phew…Je poussai un soupire de soulagement, j'avais eu peur de me réveiller à côté d'un étranger, j'imagine que la chance était de mon côté aujourd'hui parce que j'aurai pu jurer avoir senti quelque chose de chaud et dur contre moi la dernière fois.

Hmmm…ça doit être mon imagination.

Je me passai les doigts dans les cheveux pour retirer les nœuds, et c'est alors que je remarquai quelque chose sur mon annulaire gauche. Oh non pitié…non.

« AHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!! » Criai-je.

Pitié, pitié, pitié, faites que ce soit un rêve. Non je ne pouvais pas être mariée. Oh non, respire Bella. J'entendis la douche s'arrêter, oh seigneur, quelqu'un est dans ma salle de bain, qui pouvait être mon m-mari. La porte s'ouvrit.

« Pitié pas Mike, pitié pas Mike, » marmonnai-je dans un souffle.

« Qui est Mike, » demanda une incroyablement sexy, voix de velours que j'avais déjà entendu quelque part. NON !! Pas lui, n'importe qui sauf lui. J'ouvris les yeux et laissai échapper un hoquet de surprise.

Là trônait le plus magnifique homme que j'ai jamais vu de ma vie, bon ce n'était pas vrai, j'avais déjà vu cet Adonis avant et j'avais eu l'intention de ne plus le revoir. Ces charmants yeux vers percèrent les miens, son nez était retroussé de manière mignonne, mais il avait toujours ce sourire en coin sur le visage. C'est alors que je remarquai ses vêtements. Mon Dieu, cet homme était un cadeau. Son torse était dessiné et fort, il avait des muscles qui collaient parfaitement à sa taille. La serviette s'arrêtait juste au-dessous de ces stupéfiants abdos qui terminaient par un V.

Je l'entendis s'éclaircir la gorge et je le vis ricaner, j'avais été attrapé en train de le mater. Je rougis et regardai mes jambes. C'est alors que je remarquai de nouveau la bague.

« Tu disais Mike ? » Demanda-t-il, dérangé : ne me dite pas qu'il va déjà être possessif. Je soupirai.

« J'ai eu un rêve bizarre dans lequel j'étais mariée à Mike, mon dérangeant ex-petit ami, et alors j'ai réalisé que je m'étais mariée et je priais pour que ça ne soit pas lui, » expliquai-je.

« Tu es contente, c'est moi, » demanda-t-il, suffisant. Je grognai.

« Non, je suis quand même triste de m'être mariée, mais ce n'est rien que quelques papiers ne puissent régler, » dis-je joyeusement.

« Pourquoi ferais-tu ça, tu ne vois pas que nous sommes fait l'un pour l'autre, si tu étais seulement venue à un rendez-vous avec moi il y a quelques années… » Il s'arrêta. Je secouai la tête.

Je ne voulais pas en venir là, trop de souvenirs douloureux. Je suppose qu'il avait remarqué la douleur et la peine dans mes yeux et changea le sujet.

« De toute façon, ce qui est fait est fait, alors veux-tu aller en voyage de noce dans une semaine madame Edward Cullen ? » demanda-t-il en m'offrant encore ce magnifique sourire en coin qui stoppait mon cœur. Je ne savais pas pourquoi, mais j'aimais comment cela sonnait. Mais je savais que ça ne devait pas être, je finirai simplement le cœur brisé, encore. Je ne voulais pas retomber là-dedans encore une fois. Je savais qu'Edward et moi étions vraiment différents, ça ne marcherait pas.

« Très drôle Edward, toi et moi le savons, ce n'est pas ce qui va arriver. Maintenant je vais appeler mes avocats pour faire les papiers, d'accord ? Après tu es libre d'aller de ton côté, et je suis libre d'aller du mien, » dis-je, je ne savais même pas pourquoi je me sentais frappé à l'estomac, et c'était débile. L'expression d'Edward semblait véritablement douloureuse : il me regardait, choqué. Je savais qu'il m'aimait bien depuis que nous nous étions rencontrés, mais je vivais un drame bien à moi à cette époque là.

« Hum Bella, je ne ferai pas ça, » dit-il une fois qu'il eu recouvré ses esprits et croisé les bras sur son torse.

« Que veux-tu dire ? Tu sais que nous sommes trop différents, ça ne marchera pas, et où est l'intérêt de rester ensemble si ça ne va pas marcher ? » Demandai-je.

« Comment sais-tu ça ? Ca marchera, je ferais tout mon possible pour que ça marche Bella, je t'ai toujours voulu, mais tu ne m'as jamais donné une chance, je te demande cette chance, » me supplia-t-il. Je regardai ailleurs. Je devais le faire pour mon propre bien et le sien. Personne ne voulait plus de peine.

Je savais que ma rupture avec Jacob m'avait fait répendre beaucoup de larmes, mais quelque chose me disait que si cela arrivait avec Edward, je ne le surmonterai jamais. J'avais vu des femmes se jeter sur lui pendant le temps où je travaillais pour les Cullen, et je les avais vu pleurer pour son amour, la pire épave était Jessica. Je ne voulais pas finir comme celle-là.

« Bella je pense savoir à quoi tu penses, je comprends que tu sortes juste d'une salle relation. Merde, je sais tout de ça, tu m'as tout dit hier soir, et je t'ai tout de même épousé parce que pour de sombres raisons, pouvoirs inconnus de l'humanité, quelque chose me disait que je devais t'épouser. Tu étais la bonne, assise juste là, buvant des shoot et ressemblant à un magnifique gâchis, et me regardant avec ces splendides yeux marrons, je le savais, » dit-il et il s'assit près de moi. Je m'écartais un peu plus de lui.

Un autre problème, c'était comme si nous partagions un genre de stupide électricité. C'était toujours là, dans chaque touché partagé. Ca faisait accélérer mon cœur, et je l'ignorai pour de multiples raisons.

Je devais me contrôler et ne pas pleurer à ces mots magnifiques qu'il me disait. Comme je l'ai dit, c'était trop facile de tomber amoureuse de lui.

« Je- Je ne sais pas, Edward, » dis-je.

« Bella, mes parents ont été mariés pendant 27 ans, je veux ça. Je veux avoir quelqu'un avec moi pour toujours. Ils n'ont jamais été mariés à quelqu'un d'autre. S'il te plait donne-nous une chance, » supplia-t-il encore. Je ne pouvais pas le voir me supplier ainsi.

« Tu peux avoir ça Edward, nous ferons annuler le mariage et tu pourras trouver ton véritable amour, » l'implorai-je.

« Et que ce passe-t-il si tu es mon véritable amour ? » Dit-il tendrement. Je rougis et fuyais son regard. C'était exactement pour ça que je ne pouvais pas faire cela : c'est déjà dur pour moi de divorcer quand je saisissais un aperçu de notre futur. Ce que cela pourrait être si ça marchait. Nous pourrions nous marier convenablement, aller en voyage de noce. Nous pourrions avoir des enfants, une fille avec ses cheveux et mes yeux, et un garçon avec mes cheveux et ses splendides yeux verts. Je devais arrêter : je ne savais même pas pourquoi je pensai à ça.

« Que dirais-tu de ça : tu me donnes 6 mois pour voir si nous pouvons faire en sorte que ça marche, et j'appellerai personnellement mes avocats pour préparer les papiers à signer dans exactement 6 mois, si ça ne marche pas ? » demanda-t-il, je savais que c'était dur pour lui de ne serait-ce que le dire, mais il le faisait pour moi.

Pouvait-il être plus parfait ? Oh seigneur, je ne pouvais pas tomber amoureuse de lui. Comment pouvais-je même avoir ce sentiment, après ce qui c'était passé avec Jacob, j'avais cru que j'avais été vidée de tout cet amour ?

Si Edward pouvait faire sortir cet amour de moi, cela voulait dire qu'il était capable de me faire bien plus de peine une fois qu'il sera parti lui aussi. Mais je pouvais voir qu'il ne changerait pas d'avis, de ce que je savais, il était têtu. Tout comme moi.

Quelle perfection ? Pensai-je sarcastiquement. Il m'avait laissé suivre ma route avant, mais je pouvais voir la détermination dans ses yeux aujourd'hui. Je soupirai de manière audible.

« Ok, je peux te donner 6 mois, de cette façon tu pourras voir que nous n'allons pas ensemble, » déclarai-je calmement.

« Pouah, Bella je ne veux pas que notre première dispute soit à propos de notre mariage, que penses-tu de se battre à propos d'où nous allons habiter, hein ? » Il haussa les sourcils.

« Tu es bizarre, Edward. Mais mon avion part dans 2 heures. Je dois me préparer. » Dis-je, et je réalisai soudainement quelque chose. Alors, c'est bien ma veine, mon portable se mit à sonner.

« Oh mon Dieu Rose ! » Commençai-je à paniquer.

« Ooh Rose, nous devrions lui dire que nous sommes mariés. Laisse-moi lui parler. » Edward fit un signe et tendit la main.

« Non, non tu ne peux pas, et je ne peux pas dire « salut » parce qu'elle va sentir que quelque chose dans mon « salut » est mauvais. Terriblement, terriblement mauvais et deviner quelque chose comme réveillée mariée… » Je commençai à paniquer. Edward semblait seulement amusé en me regardant.

« Oh regarde-toi, tu es tout pleine d'entrain le matin. J'aime ça. » Rigola-t-il.

« Arrête de m'aimer. » Me plaignis-je.

« Désolée Bee, c'est trop tard, » sourit-il.

« Ne me donne pas de petits surnoms mignons Edward. » Le prévenais-je.

« Pourquoi pas Bellerina ? » bouda-t-il. Oh, ces lèvres si adorables qu'on a envie d'embrasser !

Attends, tiens bon.

« Les gens ne se marient pas comme ça, ils sortent…ils flirtent… » Je m'arrêtais.

« Tu fais quoi ce soir ? Tu veux sortir ? Flirter… » Il rigola et se rapprocha, je me reculais d'autant.

« Bien, je me débrouillerai avec toi plus tard, mais pour le moment nous devons partir et je dois trouver Rose. » Dis-je en prenant de calmes inspirations.

« Tu as dit 'nous ', ça sonne bien. Bella et Edward. » Il soupira. Ca sonnait vraiment bien. Oh seigneur, il me fait fondre.

« Edward, tu peux faire profil bas avec le m-mariage et je ne te hurlerai pas dessus pour ça. Je pourrais même, peut-être, sortir. Juste une fois, ne te fais pas d'espoir. » Déclarai-je.

Je le vis me sourire largement et s'approcher un peu pour m'embrasser. Il s'arrêta quand il comprit cela et avança sa main pour que je la serre.

« Marché conclu, et tu pourras voir que nous sommes des âmes sœur. » Il me fit un clin d'œil, et je levai les yeux au ciel. J'approchai ma main de la sienne pour la serrer. Une fois que nos mains se touchèrent, je sentis encore la décharge, nos mains s'emboitaient parfaitement. Je le regardais, il ricanait, sachant que je le sentais aussi.

Oh, je suis déjà foutue…


Une review pour donner votre avis ? Bon ou mauvais…