Hello ! Me voilà avec une deuxième story, mais ne vous inquiétez pas je n'abandonne pas mon autre fic.

Bonne lecture !


C'était une journée ensoleillé sur Poudlard, il était 7h30 quand Harry Potter, encore tout groggy de sommeil entra dans la Grande Salle pour y prendre son petit déjeuner. Hermione et Ron étaient déjà attablés avec une assiette bien remplie pour le roux.

- Franchement Harry, tu pourrais faire un effort, on a Potion dans une demie-heure. Ce n'est pas le moment d'énerver Snape, le réprimanda Hermione.

Harry ne répondit rien, ce n'était pas tant pour énerver Snape qu'il ne s'était pas réveillé, mais plutôt qu'il avait veillé tard avant de pouvoir allé se servir en potions Sans rêves, dans la réserve du maître des potions. Depuis la fin de la guerre deux mois plus tôt, le Survivant qui avait vaincu le plus grand mage Noirs devait tout les nuits affronté des cauchemars, hanté par le trop grand nombre de victime : Ginny, Minerva McGonagall, Maugrey Fol Œil... dans son malheur Harry avait quand même su protéger sa plus proche famille, a part sa Ginny, et bien qu'ils n'étaient plus ensemble, elle était resté sa petite soeur, mais elle avait préféré se sacrifier pour sauver l' Élu, elle avait pris le sort de mort de Bellatrix Lestrange qui l'avait pris en traître car Harry était alors engagé dans un combat acharné contre deux Mangemorts. S'obligeant à revenir dans le présent, Harry attaqua sans appétit son petit déjeuner.

- J'ai hâte de voir ce que le cours de Malefoy va donné, s'interrogea Hermione.

- Ouais en tout cas moi je suis rassuré que Rémus soit là quand même, on ne sait jamais avec ce Mangemort.

- Il ne l'est plus, Ron, il aidé le professeur Snape dans son rôle d'espion.

- T'a beau dire pour moi un Mangemort reste un Mangemort ! Et toi Harry t'en pense quoi ?

- Je pense qu'il faut voir avant de juger.

Cette réponse surprit Ron et Hermione, mais les deux amis ne répondirent rien, conscient de l'étrange amitié qui s'étaient développé entre Malefoy, Snape et leur Harry.

Bien que ce soit le premier jours de cours dispensé par Malefoy celui ci vivait au château de puis la fin de la guerre, son manoir ayant été détruit par la fureur de son ancien maître quand son revirement de camp fut rendu public. Harry se souvenait très bien de leur première rencontre avec Snape et Malefoy après la victoire.

FLASH BACK

Harry était assis près du lac, seul, il réfléchissait à tous les événements en regardant le lac calme ou se reflétait les rayons dorés du soleil couchant. Il n'avait pas entendu l'arrivée de ses deux professeurs à ses côtés, mais n'en fut pas pour autant surpris

- Eh bien Potter, on est pas avec ses admirateurs ? Demanda sarcastiquement Snape.

Harry n'eut même pas la force de lui répondre. Ce qui interloqua les deux hommes, eux qui étaient habitués à apprécier la fougue et l'insolence du jeune homme.

- Vous allez bien monsieur Potter ? Demanda doucement Malefoy.

- Pourquoi n'irais je pas bien ? Tout vas pour le mieux, Voldemort est mort, tout le monde est libre, et moi je me retrouve avec du sang sur les mains et des rêves pleins de cauchemars, répondit Harry.

Snape voulut croiser le regard du jeune homme, celui qui lui rappelait tant ça meilleure amie, mais Harry se dégagea vivement quand il sentit la main de l'homme lui empoigné doucement le menton. Se relevant hâtivement, Harry commença à s'en aller, mais Lucius le retint par le poignet

- Attends, Harry...

Mais il fut coupé par un gémissement de douleur de Harry, presque silencieux, mais sa carrière d'espion l'avait obligé à développer tous ses sens. Il remonta donc doucement la manche d' Harry, ce dernier l'implorant du regard d'arrêter. Malefoy et Snape écarquillèrent les yeux, devant les fines traces de coupure récente qu'ils virent sur le poignet du Survivant.

- Harry, depuis combien de temps t'infliges tu cela ? Demande Snape d'une voix basse ou pointait un accès de colère.

Harry voulut retirer son poignet mais la poigne de Malefoy sur son bras se resserra.

- N'espères pas t'enfuir avant de nous avoir répondu jeune homme.

Harry baissa la tête, honteux de son acte, mais c'était le seul moyen.

- Une seule fois.

- Pourquoi as tu fait cela ? Demanda Séverus, pendant que le blond ne put se retenir de caresser du bout des doigts les fines cicatrices qui altéraient légèrement la douceur de la peau, sensible à la douleur du plus jeune.

- La douleur me fait oublier ce n'est peut être qu'un petit moment, mais ça aide.

- Non, ça n'aide pas Harry, ce n'est qu'une illusion. Nous sommes sûrement les deux personnes les plus aptes à t'aider, alors parle nous.

- Je n'ai pas besoin d'aide, je veux juste qu'on me laisse tranquille et que l'on m'oublie !

La réponse du jeune homme choqua tellement Lucius, qu'il lâcha son poignet, Harry en profita instantanément pour s'enfuir. Restés seuls au bord du las, les deux hommes se regardèrent.

- On ne peut pas le laisser se détruire comme ça Séverus.

- Non, mais il va falloir qu'on le surveille de très près

Cette nuit là, Harry subtilisa pour la première fois une fiole de potion Sans Rêves dans la réserve du maître des Potions sans savoir que c'était lui même qui l'avait mit subtilement en évidence.

FIN DU FLASH BACK

Et les deux hommes avaient tenu leur promesse, le surveillant de loin, l'empêchant de sombrer un peu plus dans les cauchemars. Mais ils eut un imprévu : leurs attachement au gamin, comme ils aimaient si bien l'appeler quand ils étaient tous les deux seuls dans leur appartement. Car seul le directeur savait que les deux anciens espions étaient amants, c'est pourquoi Lucius n'avait pas été si grandement affecté par la mort de Narcissa de la main de Sirius Black. Ils vivaient donc à deux mais depuis environ un mois, ils rêvaient d'un troisième corps à la peau dorée, blotti contre eux deux. Ce fut pendant un tour de surveillance que Séverus pris conscience de son amour pour Harry, il avait encore du mal à se l'avouer, mais il ne pouvait nier la jalousie qu'il ressentit quand il vit SON Harry se faire embrasser par une Serdaigle. Il était rentré comme une furie dans ses appartement et s'était planté devant son amant.

- Je veux Harry Potter avec nous, avait-il tout simplement dit.

Avant de se faire sauvagement embrasser par le blond. A bout de souffle, Lucius commença à picoré le cou de Séverus de baiser et dit :

- Moi aussi je le veux, Sév'...

S'en était suivis un concert de gémissement et de grognement de plaisir entre les deux hommes qui remercièrent le ciel que ce soit le week-end. Après de longues heures de passion et enfin reput l'un de l'autre, ils discutèrent des possibilités dont ils disposaient pour séduire Harry.

- Il faut avoir sa confiance en premier, dit Lucius.

- C'est sure, mais comment procéder pour lui faire comprendre que nous voulons plus, répondit Séverus.

- Chaque chose en son temps, mon ange. On ira à son rythme tout en le guidant.

C'est sur ces pensées passionnantes que les deux hommes s'endormirent, fatigués de leurs ébats.


Désolés si le début est un peu maladroit, mais à la base j'avais prévu de faire un One Shot, mais finalement non...

Vos impressions ?