Auteur : Tigrou19

Série : Hikaru no Go.

Titre : La partie de sa vie.

Genre : Recueil de parties jouées entre deux joueurs différents à chaque fois, dans des situations différentes et des lieux différents.

Rating : K

Disclaimer : Hikaru no Go ne m'appartient en rien. Tout est la propriété de son mangaka, de son scénariste et de son réalisateur ; respectivement Obata Takeshi, Hotta Yumi et Nishizawa Susumu. Je ne gagne pas d'argent avec ce que j'écris.

Pairing / Personnages : Masao Shindo, Mitsuko Shindo (mentions d'elle et brève apparition à la fin), les parents de Mitsuko.

Notes : Masao Shindo est réellement le père d'Hikaru (après recherches, il s'avère qu'il s'agit de son vrai prénom) et Mitsuko Tanaka est la future Mitsuko Shindo, mère d'Hikaru (j'ai complètement inventé son nom de jeune fille, cela dit)

Tora et Shizuka Tanaka sont deux OCs de ma création (ouais enfin, il faut quand même des grands-parents maternels à Hikaru alors je ne sais pas bien si on peut les prendre comme des OCs… Bref.) Tora signifie « Tigre » et Shizuka signifie « Calme, silencieuse ». J'ai choisi d'utiliser le patronyme « Tanaka » parce qu'il s'agit d'un des plus répandus au Japon.

x


xXx La partie de sa vie xXx


x

Shindo Masao déglutit lorsqu'il arriva finalement devant la maison de sa petite amie. Nerveux, il prit le temps qu'il lui fallut afin d'évacuer l'excédent de peur qui s'acharnait à le faire trembler de façon traître. Il ne devait plus avoir peur. A vingt-deux ans, il était un homme, et il allait faire la chose la plus terrifiante de toute sa courte vie.

Soufflant longuement et déglutissant difficilement, il se lança enfin et franchit le petit portillon délimitant le domaine de la famille Tanaka. La nuit était douce et une petite brise lui fouettait agréablement le visage mais Masao, lui, se sentait gelé. Il n'avait jamais connu d'aussi déroutant auparavant.

Lorsqu'il arriva enfin à la porte et qu'il frappa trois fois de façon nette et sèche, l'envie de rebrousser chemin le prit violemment aux tripes. Il fit un effort surhumain pour lutter contre jusqu'à ce que la porte s'ouvre sur la mère de sa petite-amie, Shizuka Tanaka, l'empêchant ainsi de lâchement prendre la fuite.

« Masao ? », s'étonna la femme d'une quarantaine d'années bien tassée. « Que fais-tu donc ici ? Mitsuko n'est là ce soir, elle est sortie avec des amies. »

Le jeune homme, qui était soulagé de voir que c'était elle qui avait ouvert et non son mari, se détendit sensiblement et lui sourit doucement.

« Je ne suis pas venu voir Mitsuko, madame. », déclara-t-il aimablement. « A vrai dire, je suis venu rencontrer votre mari, s'il est disponible et qu'il veut bien s'entretenir avec moi. »

Madame Tanaka le regarda sans mot dire, quelque peu étonnée, avant de s'effacer et de le laisser entrer dans le hall de la maison. Masao, qui était déjà venu à quelques reprises, s'engouffra dans l'espace qu'elle venait de créer et se posta juste à côté de la porte, les mains dans son dos, tentant de se construire une expression neutre.

« Je vais prévenir Tora de ton arrivée. », l'avertit-elle avant de s'éclipser.

Resté seul dans le hall, Masao s'observa un moment dans le grand miroir disposé à côté de la porte d'entrée et en profita pour se remettre en ordre. Quand il eut terminé, il reprit sa position et, deux secondes plus tard, il entendit des bruits de pas se rapprochant. Il leva la tête et, enfin, ses yeux se posèrent sur Tanaka Tora.

La première fois qu'il avait vu le père de sa petite-amie, Masao avait à juste titre pensé que l'homme portait très bien son prénom. Une incroyable impression de force se dégageait de lui, faisant sentir à n'importe qui aux alentours qu'il était le mâle alpha par excellence et qu'il était le seul, au final, à avoir voix au chapitre. Masao n'avait jamais ressenti ça avant de le rencontrer et, encore aujourd'hui, alors qu'il l'avait rencontré assez fréquemment, sa présence faisait naître un sentiment de malaise et de peur au plus profond de lui.

Monsieur Tanaka descendit finalement les escaliers, chacun de ses pas le rapprochant un peu plus de Masao. Le jeune homme, voyant le père de Mitsuko arriver sur lui, se redressa et entreprit de se tenir le plus droit possible.

« Masao. », salua monsieur Tanaka.

Le jeune homme se tendit perceptiblement au son acéré et froid de sa voix.

« Monsieur. », déclara-t-il à son tour en s'inclinant en signe de respect.

« Que me vaut l'honneur de ta visite ? »

Masao déglutit. Il y était. Le point de non-retour était arrivé.

« J'aimerais m'entretenir avec vous d'un sujet de la plus haute importance, si vous acceptez de m'accorder un entretien. », répondit-il d'une traite.

Tora l'observa d'un œil critique et Masao manqua se liquéfier sur place. Au bout d'un moment qui sembla durer une éternité au jeune garçon, l'homme se décida enfin à lui répondre.

« Suis-moi. », fit-il avant de tourner les talons.

Masao s'empressa de lui obéir et le suivit à travers la demeure, jusqu'à arriver dans une pièce où il n'avait jamais mis les pieds, et pour cause : il se trouvait dans le bureau de l'imposant Tanaka Tora où, à sa connaissance et d'après les dires de Mitsuko, personne n'allait jamais, sous aucun prétexte.

« Assieds-toi. », ordonna une nouvelle fois monsieur Tanaka en désignant deux fauteuils placés l'un en face de l'autre, de part et d'autre d'une table en chêne massif où était disposé un socle en bois surmonté de deux bols.

Masao acquiesca rapidement et prit place dans l'un des fauteuils et attendit que l'homme en face autant. En étudiant la forme des objets disposés sur la table, il parvint à en déduire ce dont il s'agissait.

Un jeu de Go…

« Je ne suis pas dupe, jeune Masao. », assena alors Tora. « Je savais que, tôt ou tard, tu viendrais à moi afin que nous ayons cette conversation. »

Le jeune homme écarquilla les yeux, surpris, ne sachant quoi dire. Avait-il été si prévisible ? Peut-être bien, après tout… Mitsuko et lui se fréquentaient tout de même depuis près de cinq ans, à présent.

« Je sais que tu es quelqu'un de bien. », renchérit monsieur Tanaka d'un ton tranchant. « Et je sais que tu aimes ma fille. Mais il me faut plus que ceci. Mitsuko est mon unique enfant. Elle est la prunelle de mes yeux, et je ne permettrai pas au premier venu de me l'enlever à sa guise. »

Derechef, Masao déglutit difficilement. Ainsi donc, il avait été percé à jour…

« Je ne suis pour le moment pas disposé à entendre ce pour quoi tu t'es déplacé. », continua sans ménagement le père de sa petite-amie. « Je ne le serai que lorsque tu auras réussi à me battre. »

D'un coup de menton, Tora désigna le jeu de Go, et Masao sut qu'il était fini alors même que rien n'avait commencé.

oOo oOo

Masao soupira, découragé. Assis à même le sol de sa chambre, il ne pouvait cesser de penser à la façon dont les choses s'étaient déroulées. Bien entendu, Tora Tanaka l'avait battu. Bien plus que ça, il l'avait anéanti, sans lui laisser la moindre chance de pouvoir répliquer. Le jeune homme, qui avait quelques bases en Go, avait été obligé d'admettre que le père de sa petite-amie était redoutable.

Bien plus que ses paroles, les gestes de monsieur Tanaka l'avaient ébranlé au plus profond de lui-même. Au cours de la partie, Masao avait été complètement écrasé par sa présence imposante et froide. L'homme avait été très clair à l'issue de la partie.

« Je ne peux pas laisser mon enfant à quelqu'un qui ne sait pas livrer une bataille. », avait-il déclaré d'une voix lente. Masao n'avait pu que baisser la tête, se sentant coupable, et s'était contenté de rebrousser chemin, passablement amer.

Bien sûr, l'attitude de monsieur Tanaka était légitime. Mais… Lorsqu'il désirait vraiment obtenir quelque chose, Masao Shindo savait se montrer particulièrement entêté. Aussi décida-t-il, le soir-même, qu'il prendrait des cours jusqu'à être capable de remporter la victoire contre Tora Tanaka, dusse-t-il y passer le rester de sa vie.

oOo oOo

Lorsqu'il se représenta à la porte des Tanaka, deux mois avaient passé. Masao avait travaillé d'arrache-pied et se sentait bien plus confiant que la fois précédente.

A nouveau, il sonna et fut accueilli par la femme de Tora, Shizuka, qui le fit patienter dans le hall une fois encore. L'homme fit son apparition cinq minutes plus tard et, après s'être incliné respectueusement devant lui, Masao le suivit dans son bureau.

« Je ne pensais pas te revoir. », déclara Tora tandis qu'ils s'installaient dans les fauteuils.

« Je sais me montrer obstiné lorsque je désire réellement quelque chose. », se contenta de répondre Masao, l'expression de son visage plus que sérieuse.

Monsieur Tanaka inclina doucement la tête, signe qu'il approuvait l'attitude du jeune homme.

« Bonne partie. », se souhaitèrent-ils en même temps.

Cette fois-ci, lorsque Masao déposa la première pierre, il ne trembla pas. Au contraire, il se sentait plutôt confiant. Il avait pris l'habitude de jouer quotidiennement contre son père, d'abord, puis contre des membres du club de Go de la ville. Il arrivait à jouer sans rencontrer de difficultés sans pierre de handicap contre la plupart des gens avec qui il disputait des matchs et parvenait de temps en temps à en remporter.

Malheureusement pour lui, son jeu n'était pas tout à fait au point et, une seconde fois, il perdit contre Tora Tanaka. Certes, l'écart entre les scores s'était considérablement réduit mais une défaite restait une défaite, et Masao se fit congédier sans espoir de pouvoir s'exprimer.

Rageur, amer, il sortit de la demeure sans demander son reste en se faisant la promesse que la prochaine tentative serait la bonne.

oOo oOo

Cela lui prit trois mois de plus afin de retenter sa chance. Trois mois qu'il passa, lors de son temps libre, quasiment scotché à un Goban. Nuit et jour, jour après jour, semaine après semaine, il enchaîna partie sur partie, au grand plaisir des membres du club de Go dans lequel il avait fini par s'inscrire à plein temps. Au bout de trois mois, il était capable de remporter chacun des matchs qu'il jouait et certains adversaires allaient jusqu'à utiliser deux à trois pierres de handicap contre lui afin de ne pas être en danger dès le cinquième mouvement du garçon.

Masao était très fier de ce qu'il avait accompli et brûlait d'envie d'aller en découdre avec monsieur Tanaka. A nouveau, il se présenta à la porte de la maison de sa petite amie. Il ne flancha pas lorsqu'il découvrit que la personne qui l'accueillait n'était pas Shizuka Tanaka mais bel et bien son mari à l'imposante carrure.

Le trajet jusqu'au bureau se fit aussi silencieusement que d'habitude. La seule chose qui changea dans le rituel qui s'était installé fut qu'avant de débuter, Tora lui lança un avertissement.

« Ceci est la dernière partie que nous jouerons. », lança-t-il, et Masao se figea. « Peu m'importe si tu perds, j'estimerai t'avoir laissé ta chance de faire tes preuves et exigerai que tu prennes tes responsabilités. »

Le jeune homme n'en croyait pas ses oreilles. C'était sa dernière chance… Pire encore, s'il ne gagnait pas, il devrait rompre avec Mitsuko…

Non. Hors de question.

Masao serra les poings et les dents et, le regard incandescent, salua son adversaire. Ce match serait décisif…

C'était la partie de sa vie.

oOo oOo

Alors que Masao discutait joyeusement avec Mitsuko, toute tension dans ses frêles épaules envolées, Tora Tanaka les observait tranquillement en buvant son thé. Silencieux, il ne pouvait cesser de repenser à la volonté de fer dont le garçon avait fait preuve. Il s'était admirablement bien battu.

« Vous avez terminé ? », le questionna doucement sa femme, qui s'était glissée à ses côtés.

Tora se contenta d'hocher la tête, songeur, le regard perdu au loin.

« Masao Shindo est un garçon bien. », commenta Shizuka, un petit sourire flottant sur ses lèvres. « Il est parfait pour Mitsuko. »

« J'en suis parfaitement conscient. », approuva son mari, l'air de rien. « C'est pour ça que je l'ai laissé gagner. »

Le sourire de la femme s'accentua légèrement.

« Le sait-il ? », s'enquit-elle.

« Ah ! », s'exclama Tora en reposant sa tasse. « Quelle idée ! Bien sûr que non ! »

Shizuka rit.

« Je suis certaine qu'il te serait reconnaissant, s'il l'apprenait… », déclara-t-elle avant de se lever et de s'éclipser.

« Shizuka ! », glapit peu virilement le maître de la maison. « Ne t'avise pas d'aller le lui dire ! »

Le rire chaud amusé de sa femme fut sa seule réponse. Tora grogna légèrement. Bah, après tout, il s'était bien distrait en malmenant le petit-ami – fiancé – de sa fille. En y repensant, il ne pouvait s'empêcher de pouffer : il avait toujours apprécié le gamin sans jamais le lui montrer. Dès sa première visite, Tora avait su qu'il donnerait sa bénédiction à leur union, mais il n'avait pu s'empêcher de jouer un peu avec Masao qui, il devait le dire, avait brillamment relevé son défi…

Finissant sa tasse d'une seul gorgée, monsieur Tanaka se leva et laissa leur intimité aux futurs jeunes mariés.

oOo oOo

Ce soir-là, après qu'il ait quitté le domicile de Mitsuko, Masao ne put s'empêcher de sourire comme un bienheureux. Bientôt, il épouserait la femme de sa vie et rien ne pouvait le rendre plus comblé.

Restait cependant encore un détail important à régler : malgré tous les efforts qu'il avait fournis au cours des derniers mois, le Go représentait quelque chose qui n'avait jamais réellement plu au jeune homme. Alors, et même si ça lui avait permis de réaliser le plus profond de ses désirs, la première chose que fit Masao en rentrant chez lui fut de soigneusement ranger le Goban qu'il avait reçu de son père dans le grenier de la demeure familiale, en se promettant que jamais, plus jamais, il ne toucherait à une pierre de Go de sa vie.

Sans aucun regret.

x


Mardi 8 Janvier - 13 h 20.