Série : Harry Potter

Titre : Quand les dieux s'en mêlent ...

Disclaimer : Rien à moi, sauf le scénario et la rédaction

Auteur : Shik-Aya-Chan

Beta-reader : Havirnyrce Vince

Rating : M : il va y avoir plusieurs lemon, mais je ne sais pas encore dans quels chapitres, puisque je ne les ai pas encore écrit. Yaoi/Slash : relation amoureuse et/ou sexuelle entre hommes !

Statut : 1 chapitre publié, 7 chapitres écrits (environ), 5 chapitres corrigés

Genre : Romance, Humour

Couples : Harry/Draco bien sur, Ron/Hermione, Et Sirius/Remus/Severus

Résumé : Lors d'un cours, Venus apparaît et décide de lier par l'âme Harry et Draco. Mais tout ne sera pas comme dans un conte de fée, il devront affronter des épreuves pour arriver à s'aimer.

Contexte : On oublie beaucoup de tomes. Le 5, le 6 et le 7 évidement.

Notes : Je me décide enfin à publier. J'éspère que cette histoire vous plaira. Ça fait un moment qu'elle me trotte dans la tête.


Prologue : Les ennuis commencent

Oh, pourquoi est-ce que cela tombait toujours et encore sur lui ? Le monde était vraiment injuste !

Tout avait pourtant si bien commencé ! C'était un cours normal de septième année avec les Serpentards. Lupin avait été de nouveau accepté comme professeur de Défense Contre les Forces du Mal. Un nouveaux thème avait été ajouté au programme de cette matière : l'étude des différentes magies du monde. L'étude des créatures maléfiques en ce temps de paix n'était plus une priorité, il valait mieux s'ouvrir l'esprit en apprenant comment les autres peuples avant eux utilisait leur potentiel. Les sorciers n'avaient pas toujours eu baguette magique et chaudron. En ce premier cours, Rémus avait choisit de commencer par l'antiquité. Il avait donc fait un cour théorique où il avait rappelé les noms et les fonctions des dieux grecs, étrusques et romains, qui se ressemblaient beaucoup. Puis, il avait voulu faire des travaux pratiques. Bien sur, comme d'habitude, c'était tombé sur lui : Harry. Il ne s'était douté de rien, mais à la réflexion, il aurait dû flairer le traquenard, tant il y était habitué. Mais il n'avait rien vu et s'était exécuté.

Il avait donc pris les céréales, le miel et la carcasse de mouton, avait mis le tout dans l'espèce de coupe géante sur l'estrade. D'un coup de baguette, il avait enflammé l'ensemble. Il avait ensuite fait une rapide prière et avait attendu.

Il ne pensait pas vraiment que quelque chose allait se passer. Après tout, il était profondément athée, comme la plupart des sorciers. Enfin, il pensait que les sorciers étaient athées, car il n'avait jamais parlé de religion avec Ron et n'avait jamais vu quelqu'un faire acte de foi. Mais quelque chose s'était quand même produit, et cela avait été assez surprenant et spectaculaire. Enfin, pas au début. Une vague fumée grisâtre s'était d'abord échappée de la coupe, dûe à la combustion. Puis la fumée se teinta de rouge, devint plus épaisse et plus odorante, mais d'une odeur agréable de fleurs des champs. Puis, elle arrêta de s'élever jusqu'au plafond pour stagner jusqu'à deux mètres environ au dessus de la coupe. Ensuite, elle forma un corps grossier, comme une figurine en argile faite par un enfant, pour se raffiner de plus en plus, formant un corps de femme. Finalement, celui-ci prit une consistance et des couleurs humaines et vivantes.

A la fin, ce fut une magnifique jeune femme d'environ vingt-cinq ans qui se tenait devant eux. Elle portait une robe en drap blanc qui plissait agréablement. Celle-ci couvrait la totalité de son corps mais était plutôt transparente et soulignait les formes de la femme. Elle portait des spartiates avec des lanières de cuir lui montant jusqu'à la moitié du mollet. Son corps était d'une pâleur laiteuse admirable, ses membres bien dessinés, galbés, robustes. Elle avait juste ce qu'il fallait de formes et de muscles, et un décolleté … tout à fait impressionnant. Ses cheveux étaient très longs, lisses, noirs. Elle avait des yeux vert-bleu, de la couleur d'un océan tumultueux, une couleur qu'Harry n'avait jamais vu avant, et qui lui donnait un regard perçant, pénétrant, et intelligent. Il trouva qu'elle était plus belle que toutes les femmes qu'il avait rencontré jusqu'à présent.

La jeune femme avait l'air un peu surprise de se retrouver là. Elle jeta un coup d'oeil circulaire sur la salle et regarda chaque personne fixement, semblant les sonder. L'ensemble de la classe la regardait attentivement, avec beaucoup d'admiration, même de la part des filles, et certaines des personnes présentes n'étaient pas loin de baver. Elle finit son examen par Harry. Il décida de prendre la parole en premier. Il lui parla avec respect et dit les paroles d'usage que le professeur Lupin avait rappelé au début du cours.

« -Bienvenue à vous, Sublime Déesse. Mon nom est Harry Potter. Je vous prie d'accepter mes modestes offrandes.

-Je te connais, Harry Potter. Tous les dieux te connaissent. Comment t'oublier ?

-Pardon ?

-J'accepte tes offrandes. Ton don magique est assez conséquent, et c'est pour cette raison que je suis apparue non pas seulement devant toi, mais pour toutes les personnes de la pièce également.

-Vraiment ?

-Je vois. Tu n'as pas réellement cru que quelque chose allait se passer ? Passons, ce n'est pas important, les dieux vivent désormais sans avoir besoin des humains. Que souhaites-tu ?

-Ce n'est pas vraiment un souhait. Je voudrais savoir votre nom le plus connu chez les mortels.

-Tu ne m'as pas reconnue ? J'avoue être légèrement vexée. Je suis Aphrodite, aussi connue sous le nom de Vénus. Je vois que d'autres que toi m'avaient identifiée.

-C'est évident, je n'y avais pas pensé. J'étais abasourdi par votre apparition.

-C'est tout naturel.

-J'ai une autre question à vous poser. Pourquoi dites-vous que tous les dieux me connaissent ?

-Mon cher Harry, tu n'as vraiment pas conscience de ta valeur, n'est-ce pas ? Tu es Harry Potter, un des derniers descendant de Godric Griffondor, tu…

-Quoi ?!

-Oui, et ce n'est pas tout, tu as d'autres illustres ancêtres, qui étaient pour la plupart de puissants sorciers qui ont protégé leur pays, région ou ville des envahisseurs ou encore du mal. Notamment, il y a eu Saint Louis, un roi français, Octave Auguste, un puissant empereur romain et Alexandre le Grand, un valeureux conquérant. Tous les trois étaient sorciers, et pas des moindres.

-C'est… C'est impossible !

-Tu n'as pas ce qu'on appelle maintenant le sang pur, mais ta généalogie est tout de même très respectable. Bref, ce n'est pas le sujet, et de toute façon Hermès saurait t'expliquer beaucoup mieux que moi. Les dieux te connaissent, car tu étais béni avant même de naître, et cela est dû à tes ancêtres justement. En général, les dieux ont aimé ta famille et lui ont apportée la fortune. Une famille est en général surveillée par plusieurs dieux, et au cours des générations et à grâce aux actions de ces personnes, la famille peut s'attirer les foudres ou la sympathie des dieux, des bons comme des mauvais. »

Elle promena son regard dans la salle avant de continuer.

« -Gagner l'amitié d'un dieu n'est pas forcément une chance, et la perdre n'est pas forcément un malheur, tout dépend de l'identité du dieu en question. Tout cela influe sur la chance que tu pourras espérer avoir dans ta vie. En général, ils mettent sur le chemin des humains des petits obstacles, ou alors un petit bonheur. Parfois ils influent carrément sur d'autres humains pour apporter bonheur ou malheur. »

Elle planta son regard dans celui de Harry, qui la regardait fixement.

« -Mais ce n'est pas tout. Cette première guerre a ajouté d'autres facteurs sur ce qu'on pourrait appeler ta destiné, ou les différentes voies de ton destin. Chacun de nous a choisi son allégeance durant cette guerre, et tous l'ont suivie de près, la première comme la deuxième, après la renaissance du lord. Par nous j'entends tous les dieux qui ont pu être adoré dans le monde à toutes les époques. Ça en fait beaucoup, tu peux me croire. En misant sur cette guerre, nous avons évidemment misé sur Voldemort ou Dumbledore, mais aussi sur des personnes moins connues, comme tes parents ou certains membres de l'ordre du phénix. Cela rajoute encore un paramètre sur tes possibilités de destiné. Tu suis ?

-A peu près...

-Ensuite, quelques dieux ont voulu rajouter un peu de piquant avec cette prophétie. Cela met encore un nouveau paramètre, plus ceux que Voldemort a, sans le vouloir, placés lui-même en te choisissant, enfin bref : ça fait pas mal de dieux qui ont un rapport avec ton destin. Donc, à partir de ce fatidique 31 octobre, le jour qui allait marquer un tournant dans ta jeune vie, nous te surveillions déjà beaucoup. La vie que tu as mené ensuite et les choix que tu as fait ont encore ajouté des dieux supplémentaires dans l'équation, et les voies que pouvait emprunter ton destin se sont restreintes. Tu suis toujours ?

-Je crois.

-Jusqu'aux environs du milieu de ta cinquième année, tu aurais pu te faire battre par Voldemort. Mais il y a eu une sorte de… Déclic, un événement infime, auquel ni toi ni les autres mortels n'ont accordé d'importance et qui a fait tout basculer. Je ne te dirais pas lequel était-ce, ce n'est pas important. A la grande bataille, la dernière bataille, qui eu lieu comme tu le sais l'été entre ta sixième et septième année, tous les dieux avait pris parti. Il y en avait plus de ton coté, environ deux tiers de la totalité.

-C'est assez étonnant, je pensant pas que les dieux aimeraient la fin du monde.

-Dans les possibilités de destin de la terre, c'était assez peu probable, par contre pour les humains, et les sorciers en particulier, c'est une autre histoire. Donc à la fin, c'était toi, Harry Potter, contre Lord Voldemort. Les dieux qui le soutenaient contre ceux qui voulaient te voir gagner. Une vision du monde futur contre une autre.

-Je comprends. Et vous ? Dans quel camp vous trouviez-vous ?

-Moi ? Dans le tien bien sur ! Tu détiens le pouvoir de l'amour, transmit par ta mère. Cela vient de moi, et d'autre dieux d'autres mythologies ayant les même pouvoirs que moi. Mais les guerres ne sont pas amusantes, je n'aime pas toute cette violence, ce n'est pas propice à l'utilisation de mes pouvoirs.

-La guerre est un jeu pour les dieux ?!

-Hélas oui. Certains ont fait leur possible pour l'écourter le plus possible, mais ils étaient contrecarré par d'autres dieux, surtout des dieux de la guerre, de la rage, de la colère. Enfin, à peu près tous ceux qui se délecte de la violence.

-C'est dégueulasse de jouer comme ça avec la vie. Mais, enfin, les dieux ne se préoccupent plus de ma personne, c'est rassurant.

-Ah oui ? Et bien moi, j'ai envie de m'amuser un peu avec toi, puisque les autres ont laissé tomber leur jouet préféré et qu'il est désormais tout à moi.

-Oh non, ne faites pas ça !

-Si. Étant la déesse de l'amour et de la luxure, entre autre, tu devines comment je vais jouer.

-Hélas oui, je pense que je sais.

-Alors écoute moi bien, Harry Théophile* Potter, fils de James Potter et Lily Evans, descendant de Godric Griffondor, Octave Julia et Alexandre de Macédoine. Tu vas trouver l'amour, le grand, le vrai, l'éternel amour. Je vais désigner la personne qui sera pour le reste de ta vie ton âme-soeur. Vous serez heureux et amoureux jusqu'à votre mort. Mais attention, comme rien n'est jamais simple avec les dieux, vous devrez affronter des épreuves avant d'y arriver. La première, Harry Potter, sera l'identité de ton âme-soeur. Je désigne à compter d'aujourd'hui et jusqu'à la fin de vos vie mortelles, Draco Lucius Lilius* Malfoy.


* Théophile veut dire en grec aimé des dieux. J'ai pensé que c'était marrant dans ce cas ^^ . Et pour Lilius, c'est lys en latin, ça fait référence à la blancheur, à la pureté. En plus ça rappelle le prénom de Lily, qui a la même racine. ( On est latiniste ou on ne l'est pas ^^ )

Merci beaucoup à mon beta chéri qui est trop cool et qui donne de très bons conseils !


Harry : Ça commence bien, déjà un suspense sadique.

Aya : Il faut bien que je rameute les lecteurs.

Draco : Et bien sur, ça tombe sur ma pomme. Ça aurait pas pu être Ginny ou Hermione !

Aya : Ça va pas la tête ! Tu me demande de faire du hétéro !

Draco : Bon, Ron ou même Severus !

Aya : Ajoute Lucius tant que tu y es.

Draco et Harry *statufiés de dégout* : Berk !

Aya : Oubliez ça. J'aime bien les Ron/Harry, mais je préfère les Drarry. Et Je peux à peine lire du Snarry, alors en écrire …

Harry : Je crois que finalement je ne suis pas si mal tombé.

Draco : Dire que je vais devoir faire don de mon corps de rêve à ce manant. *fait semblant de défaillir*

Harry *donne méchamment une grande claque derrière la tête de Draco* : Tais-toi. Je suis surement aussi riche que toi maintenant.

Aya : c'est vrai. Avec les rétributions qu'il a eu à la fin de la guerre …

Draco : Bon, c'est pas que je m'ennuie, mais j'ai pas toute la journée.

Harry : Attend ! Il faut supplier les lecteurs de laisser une review !

Draco : Je le ferai la prochaine fois. Là, j'ai à faire. * Il sort, suivit de Harry qui n'arrête pas de geindre*

Aya : Bon, ba, c'est à moi de le faire alors. Review ?


Date de publication : 27 Février 2010