Et voici, comme promis la suite et fin des aventures de Sorsha en Terre du Milieu. On se retrouve en bas ! ;)


Sorsha venait d'arriver à Fondcombe. Sale, les cheveux emmêlés, les joues barrées des larmes qu'elle n'avait cessé de verser, les yeux rougis, affamée, elle faisait peine à voir.

Les elfes qui l'accueillir ne la reconnurent même pas. Lorsqu'elle demanda à voir Elrond, ils ne purent refuser. Dans un petit salon, seul, Elrond lisait. Elle pénétra dans la pièce, et se mit à pleurer de plus belle. Elle n'arrivait pas à s'en empêcher, c'était plus fort qu'elle. Put*** d'hormones !

Elrond se leva précipitamment et la fit asseoir, tout en ordonnant à l'elfe de lui amenait de l'eau et un repas.

Une fois seuls, il s'agenouilla devant Sorsha :

- Que se passe-t-il Sorsha ? Que faites-vous ici ? Vous devriez être à Mirkwood ! Legolas sait-il que…

- NON ! hurla-t-elle. Il ne doit pas savoir, jamais ! Personne ne doit savoir ! S'il vous plait Elrond !

Le semi Elfe ne comprenait pas la réaction de la jeune femme et tenta d'en savoir un peu plus avant d'accéder à sa requête.

- Pourquoi avait vous quitté Mirkwood ? Que s'y est-il passé ?

Sorsha leva ses grands yeux verts plein de larmes vers Elrond :

- Je suis enceinte. J'attends un enfant.

- Leg…Legolas ?

Elle hocha la tête.

- Alors il a retrouvé ses souvenirs ?

- Non, Elrond. C'est pour cela que je fuis. Je ne veux pas m'imposer. Je ne veux pas vivre avec lui pour la simple raison que je porte son enfant.

- Mais, Sorsha, je ne vous comprends pas ! Legolas vous aime !

- Non. Pas lui. Il ne se souvient pas de moi. Le Legolas d'il y a un an, oui, m'aimait surement. Mais je ne veux pas qu'il m'aime car on lui a raconté que j'étais sa femme et qu'il était amoureux de moi ! JE NE VEUX PAS !

- Qu'avait vous décidé de faire alors ? Avait vous prévenu Aragorn ? Ou Arwen ? Galadriel peut être ?

- Personne. Ils doivent tous croire que je suis morte, ou que vous m'avez renvoyé sur Terre.

- Je ne peux faire cela, vous le savez bien !

- Alors, pour tous, je serais morte. Je vous en supplie Elrond, permettez-moi de me cacher ici ! Le temps de mettre au monde mon enfant, puis je partirais, je ne vous causerais aucun souci !

A ce moment-là, un elfe pénétra dans la pièce.

- Un envoyé de Mirkwood tient à vous rencontrer ! Il détient un message urgent de Thranduil et de son fils, Legolas.

A ces mots, Sorsha, alla se cacher sous le sofa et rabattit les voilages. L'elfe sylvestre entra. Elrond se leva pour l'accueillir :

- Maë Govannen, mon ami ! Souhaitez-vous un peu d'eau ?

- Volontiers, seigneur Elrond.

Après s'être désaltérer, l'homme sorti de sa veste un pli marqué du sceau de Mirkwood. Le seigneur d'Imladris, le décacheta et le lut rapidement.

Au moment où il allait répondre, Sorsha ferma les yeux et croisa les doigts. Sa vie dépendait de lui. Ce qu'il allait faire ou dire, allait changer son existence toute entière.

- Dites au Prince Legolas et au roi Thranduil, que nous n'avons pas vu Sorsha. Si elle est passée par Fondcombe, elle n'a pas daigné s'y arrêter. Néanmoins je vais envoyer mes hommes vérifier les alentours. Faites savoir à Legolas, que je suis de tout cœur avec lui. Qu'il ne manque pas de me donner des nouvelles.

Dans sa cachette, l'ancienne princesse de Mirkwood, posa les mains sur son ventre et se relaxa pour la première fois depuis cinq jours. L'homme partit à sa recherche, Elrond envoya quelques hommes avec lui, pour la forme et Sorsha sortit enfin de sa cachette :

- Merci ! Merci de tout mon cœur !

- Je ne sais pas si c'était la meilleure chose à faire. Mais à présent, il est trop tard pour reculer. Souhaitez-vous prévenir Aragorn ?

- Non, vous excepté, pour la Terre du Milieu, j'ai disparu.

- Bien. Si tel est votre souhait. J'espère simplement que vous ne le regretterez pas. Vous pourrez rester ici aussi longtemps qu'il vous plaira. Je vais ordonnez que l'on vous prépare une chambre.

La jeune femme sourit, les mains posées sur son ventre. Elle regardait par la véranda. Elle venait de quitter tous ceux qu'elle aimait, tous les lieux qu'elle avait connus. Elle venait de s'enterrer vivante. Mais étrangement, elle se sentait vivante et sereine. Legolas allait retrouver sa quiétude, d'ici quelques temps, il ne se souviendrait plus d'elle et il serait heureux. C'était tout ce qu'il lui importait. Elle préférait s'en séparer plutôt que de passer le reste de sa vie avec une ombre.

- Au fait Sorsha…

- Sorsha n'existe plus. Appelez-moi Vlana désormais.

Vlana ?

- Oui, c'est une héroïne d'un livre que j'ai lu sur Terre. Une jeune femme qui… non, rien…

- Dites-moi Vlana, pour quand dois-je demander à notre menuisier de construire un berceau ?

La nouvelle Vlana resta interdite. Elle n'avait pas encore songé, qu'il lui faudrait plein de choses pour la naissance du bébé. Elle calcula rapidement et répondit qu'elle devait être enceinte de deux mois.

- Je vais vous présenter à Vairë. Elle attend également son premier enfant.

Epuisée par tous ces évènements, Sorsha bailla et elle fut menée à sa chambre d'où elle ne sortit que dix-huit heure plus tard. Elle avait du sommeil à rattraper. Sa course avait été longue et éprouvante.


3 ans plus tard, Fondcombe.

- Ambre ? Tristan ? Où vous êtes-vous cachés ? Allez ! Montrez-vous ! C'est l'heure du bain ! Ne me faites pas attendre !

Vlana parcourut encore les jardins et découvrit Elrond, un enfant sur chaque genou, en train de leur lire une histoire. De loin, elle reconnut l'un des livres qu'elle avait fabriqué lors de sa grossesse. Elle avait écrit les contes de son enfance, puisque ces histoires n'existaient pas en Terre du Milieu. Ainsi, trônaient dans la chambre de ses jumeaux les contes de Grimm, Andersen ou encore Perrault.

- Ambre et Tristan ! Vous n'êtes pas là ou vous devriez !

- Mais papy Elrond…

- Tututut ! Pas de mais ! Filez dans votre chambre ! J'arrive vous baigner !

Elle regarda son fils et sa fille partir main dans la main. Ambre était blonde, avec les yeux verts de sa mère, Tristan, était brun comme l'ébène et possédait les yeux de son père. Ils avaient hérité des oreilles de leur père, et de cette grâce qui était propre aux elfes. C'était des semi elfes.

- Tu nous as fait un merveilleux cadeau tu sais Sor… Vlana, en restant ici !

- C'est vous le cadeau Elrond !

- Tu sais, je ne vois pas Eldarion aussi souvent que je le souhaiterais, et je considère tes enfants comme lui !

- Je sais ! Vous êtes leur grand-père ! dit-elle en lui déposant un baiser sur la joue. Je vous rejoins pour le diner ! A tout à l'heure !


Vlana baigna ses enfants et les vêtit pour la nuit. Tandis qu'elle peignait les cheveux d'Ambre, Tristan jouait avec un petit cheval de bois.

- C'est Gripoil Maman ! Le seigneur de tous les chevaux Mearas! C'est papy Elrond qui me l'a dit !

Un souvenir surgit dans l'esprit de Sorsha : « On raconte que tous les chevaux ont été créés à l'image de Nahar, la monture d'Oromë, et que les Mearas étaient les seuls descendants en droite ligne de Nahar. Les Rohirrims vénèrent ces chevaux. Leur robe est blanche ou argentée. Ils sont les plus grands et les plus rapides des chevaux qui n'aient jamais foulé cette terre. On raconte que leur intelligence et leur sagesse sont telles qu'ils peuvent comprendre aisément le langage des Hommes »

C'était Legolas qui avait prononcé ces mots, peu avant de se rendre à Edoras.

- M'man ! Tu m'écoutes !

- Oui mon cœur !

- Alors c'est vrai, tu l'as déjà vu Gripoil ?

- Oui c'est vrai !

- Wahoou ! Et je pourrais le voir aussi ?

- Un jour, peut-être.

- Et moi aussi je pourrais ? renchérit Ambre, qui ne voulait pas que son frère fasse une chose intéressante et pas elle.

- Si vous êtes sage, je vous emmènerais peut être le voir !

- Trop bien !

- Mais c'est l'heure d'aller diner maintenant ! Dit-elle en terminant de natter les cheveux dorés d'Ambre.


Vlana se recoiffa, et tout en portant ses deux enfants, elle se dirigea vers la salle à manger. Elrond l'accueillit :

- Vlana ! Te voilà ! je te présente Fingolfin, le nouvel échanson du seigneur Thranduil.

- Je suis enchantée, dit-elle en souriant et en esquissant une petite révérence, bien malhabile du fait qu'elle portait toujours Ambre et Tristan.

Elle s'éloigna le souffle court. Son cœur battait plus vite et ses mains tremblaient :

- Pourquoi tu as peur maman ? demanda Ambre.

- Je n'ai pas peur ma chérie ! Allons-nous installer pour diner !

Comme chaque soir, elle s'installa à la gauche d'Elrond, Ambre et Tristan a ses coté. Elle vida son verre de vin d'un trait. Le seigneur d'Imladris s'assit, avec à sa droite son invité. Le diner fut servi, Vlana n'avait pas faim. Elle douta d'avoir faim un jour à nouveau tant elle avait une boule dans la gorge. Que faisait cet homme ici ?

Quand elle était partie, Legolas avait fait fouiller toute la Terre du Milieu avec l'aide d'Aragorn, de Faramir et de tous ceux qui pouvait l'aider. Mais il n'avait plus jamais entendu parler d'elle. Désormais, elle s'appelait Vlana. Seul Elrond, Galadriel et les elfes de Foncombe présent il y a trois ans et qui promirent de garder le secret, étaient au courant.

Elle n'avait plus jamais vu ses amis, ni sa famille. Pour tous, elle était morte, tuée par quelque orque ou troll pendant sa fuite. Elle avait organisé sa mort en laissant des affaires et quelques cheveux sur une route qui conduisait vers Minas Tirith. On l'avait enterré dans les bois de Mirkwood. C'était un très beau mausolée, lui avait rapporté Elrond, qui avait assisté à la cérémonie. Il lui avait également rapporté le chagrin d'Arwen et d'Aragorn, des hobbits qui avaient fait le voyage pour lui rendre un dernier hommage, de Gandalf, Gimli, Eowyn, de tous ceux qu'elle avait connu.

Depuis, elle se cachait lorsque Arwen, Gandalf venaient séjourner à Fondcombe.

La présence de cet homme l'intriguait. Enfin, une des elfes de Fondcombe posa la question :

- Comment se porte Mirkwood, seigneur Fingolfin ?

- Fort bien ! Et je suis ici pour vous porter moi-même sur l'ordre du roi, la grande nouvelle ! Le Prince se marie ! Vous êtes évidemment tous convier aux noces !

Le sang de Sorsha se glaça dans ses veines. Elle lâcha le verre qu'elle tenait dans la main qui éclata par terre en mille morceaux. Elle crût que son cœur faisait la même chose.

- Je suis confuse ! Pardonnez-moi ! Quelle maladroite !

Elle se baissa pour ramasser les bouts de verre qui jonchaient le sol :

- Aie !

Une goutte de sang perla au bout de son index.

- PAPY ELROOOND ! Maman elle saigne ! hurlèrent Ambre et Tristan en chœur, les larmes aux yeux.

Sorsha vit que Fingolfin avait tiqué à ces paroles et jeta un regard discret vers Elrond.

- Ce n'est rien mes trésors ! Regardez, c'est presque guéri ! Pardonnez-moi de vous avoir interrompu Seigneur Fingolfin ! Quand aura lieu les noces ?

- Ce n'est rien, Dame, euh…Vlana, c'est bien cela ? Elle acquiesça. Les noces auront donc lieu à l'automne.

- Le Prince Legolas reprend donc enfin épouse après ce terrible drame, murmura une elfe dans l'assemblée. Elle ne connaissait Sorsha que sous l'identité de Vlana.

- Le prince Legolas ? Non, voyons ! Le prince Galadhon !

L'air entra à nouveau dans les poumons de Sorsha. Décidément, son corps n'en faisait qu'à sa tête ce soir. Elle se gronda intérieurement d'avoir eu ces réactions, alors qu'en quittant le palais de Mirkwood trois ans auparavant, elle savait que c'était inévitable. Et même, qu'elle avait souhaité que Legolas se remarie et sois heureux.

A la fin du repas, Fingolfin donna la lettre d'invitation à Elrond et se retira pour se reposer, car il avait encore un long chemin à parcourir. Il devait à présent se rendre en Lorien. Il remercia Elrond et s'approcha de Sorsha. Il lui prit la main, y déposa un baiser :

- Dame Vlana, ce fut un honneur de vous rencontrer ! Vos enfants sont adorables !

- Merci ! répondit elle, en inclinant la tête.

- Vous féliciterez leur père !

- Il n'est malheureusement plus de ce monde, mon seigneur !

- Je suis confus.

- Il ne faut pas. Ce sont des choses qui arrivent.

Sorsha ne fut vraiment soulagée que lorsqu'elle vit l'échanson du roi Thranduil franchir les portes de Fondcombe.

- Croyez-vous qu'il sache qui je suis ? Croyez-vous qu'il a compris quelque chose ?

- Ne vous faite pas de souci Sorsha. Vous êtes morte il y a trois ans. On ne vous cherche plus.


Fingolfin ne se rendit pas dans les bois de la Dame Blanche comme prévu. Il rentra à Aradhryn. Il se passait quelque chose à Fondcombe. Il avait senti un mystère autour de cette femme. Trop de mystère. Et Elrond la couvrait. Une jeune humaine, brune, mère de deux enfants de deux ans et demis maximum, à l'ascendance elfique évidente. Et cet étrange collier autour du cou de la fillette. Cette bague ressemblait tant à celle que l'épouse de Thranduil portait. Et si, si c'était elle ? Elle ressemblait étrangement au portrait qui trônait au-dessus du lit du Prince Legolas. Mais elle était censée être morte. Alors, que faisait-elle à Fondcombe ?

Fingolfin se souvenait très bien. Lui comme tant d'autres elfes sylvestres avaient été envoyé à la recherche de la femme de Legolas dont il n'avait aucun souvenir. On avait juste retrouvé des vêtements, du sang, quelques cheveux et des traces de lutte. On n'avait jamais retrouvé son corps.


Après quelque jours de chevauché, Fingolfin aperçu enfin Aradhryn. Il sauta de son cheval et courut jusque dans la chambre du Prince Legolas. Sans frapper, il ouvrit les portes. La pièce était vide. Il leva les yeux vers le mur. Elle était là, souriant légèrement. Les mêmes yeux, la même bouche, le même visage ovale, les même cheveux ébène.

A présent, il en était sûr, c'était elle.

- Puis je savoir ce que tu fais dans ma chambre, Fingolfin ?

- Seigneur Legolas ! dit-il humblement en se mettant à genou. Je l'ai trouvé.

- Mais de qui parles-tu ? Trouvé qui ?

- La dame du portait. Votre femme.

Le Prince Legolas resta interdit quelques secondes, n'osant plus bouger. Puis, il leva les yeux vers le tableau qui ornait sa chambre.

- Hélas, Fingolfin, elle est morte il y a 3 ans. Je ne l'ai jamais dit à personne, mais peu après que ma conscience m'ait été rendue, sans mes souvenirs de Sorsha malheureusement, j'ai regardé dans le miroir de Galadriel.

Il fit une pause. Fingolfin attendait patiemment que son Prince reprenne son récit.

- J'ai vu la mort de Sorsha. Je l'ai vu couverte de sang. Je n'ai pas pu l'empêcher. Et c'est lorsque j'ai déposé une rose rouge sur la tombe qui l'avalait, tous mes souvenirs sont revenus. C'était la malédiction d'Almarië. Je ne me souviendrais d'elle que lorsque sa mort serait célébrée…

Sans vouloir vous offenser mon Seigneur, cette femme vit à Fondcombe. Elle et ses enfants sont sous la protection d'Elrond.

- Ses…Ses enfants ?

- Oui, monseigneur. Une fille et un garçon. Ce sont des semi elfes.

Legolas écarquilla les yeux. « Cela ne se peut » ne cessait il de se répéter mentalement. Pourtant une partie de lui avait envie d'y croire. Et si c'était vrai ? Si Sorsha n'était pas morte, trois ans auparavant ? Une question lui apparut. Mais pourquoi ? Pourquoi avait-elle simulé sa mort ? Il ne trouverait les réponses qu'à Imladris.

- Fingolfin, ne parle de ceci à personne.

- Qu'allez-vous faire monseigneur ?

Ça fait longtemps que je n'ai pas rendu visite à Elrond…


Sorsha ouvrit les volets de sa chambre et avança sur le balcon. C'était une journée magnifique. Vairë était venu chercher Ambre et Tristan ce matin. Elle avait une fille du même âge qu'eux et ils s'entendaient tous les trois à merveille. Puisqu'elle avait la matinée pour elle, Sorsha en profita pour paresser longuement dans son bain.

Elle choisit une robe rose pâle et quelques bijoux d'argent. Puis, sur les coups d'onze heures, elle descendit retrouver ses enfants.

Elle s'étonna de trouver Elrond et Vairë seuls.

- Mais où sont Ambre et Tristan ?

- Sorsha attend ! Ils sont…

Telle une mère en furie, elle sortit de la pièce et se mit à la recherche de ses enfants. Ils adoraient jouer dans les jardins, c'est donc vers ce lieu qu'elle se dirigea en premier. Elle n'avait pas fait cinquante mètres, qu'elle s'arrêta, livide, blanche comme un linge.

- Bonjour Sorsha.

Ambre et Tristan se ruèrent dans les jambes de leur mère :

- Maman, le monsieur, il dit qu'il s'appelle Legolas, qu'il te connait très bien et en plus il nous a lu une histoire !

- Ah oui ? Et laquelle ? demanda-t-elle pour se donner une contenance.

- Celle de Belen et Luthien.

Belen et Luthien. Belen et Luthien. Mon histoire préférée…

Ce n'était qu'une coïncidence. Il ne pouvait se rappeler cela puisqu'elle ne lui avait jamais raconté lorsqu'elle lui avait conté leur histoire, lors de son amnésie…

- Ambre ! Tristan ! Venez, on va préparer notre voyage pour rendre visite à Gripoil ! cria Elrond du balcon.

Les enfants ne se le firent pas dire deux fois (Gripoil étant leur héro préféré) et coururent de toutes leurs forces vers leur grand-père.

- Prince Legolas ! le salua-t-elle en faisant une révérence.

Il s'approcha d'elle. Et lui prit les mains.

- Je n'arrive pas à y croire. Fingolfin avait raison… C'est toi !

- Je… je…

- Je suis tellement heureux ! dit-il en l'enlaçant, en la serrant de toute ses forces.

- Legolas ! Non ! dit-elle fermement en le repoussant. Tu n'aurais pas dû venir. Tu ne devais pas me retrouver !

- Mais pourquoi ce choix-là ?

- Je l'ai fait pour toi. Je ne supportais plus te voir devenir une ombre. Cette histoire d'amnésie nous faisait trop de mal à tous les deux.

- Ce sont mes enfants. Et tu es ma femme.

- J'étais. Laissons le passé Legolas. Rentre chez toi. Rentre à Aradhryn, et oublie-moi. Oublie que tu es venu ici.

- Oublier ? Oublier ? Alors que depuis que je t'ai enterré, je ne pense qu'à toi ? Que j'ai failli mourir de tristesse tant mon chagrin était intense. Que sans Meleth, je serais certainement mort de chagrin… Que j'ai l'impression que mon cœur bat pour la première fois depuis trois ans ?

- Tu m'aimes car on t'a dit qu'autrefois tu m'avais aimé…

- Je t'ai toujours aimé, Sorsha. La malédiction a été brisée…

- Mais… quelle malédiction ?

- Almarië t'a menti. Je ne me souviendrais de toi que le jour où ta mort serait célébrée. Cela fait trois ans. Trois années.

- Mais pourquoi n'as-tu rien…

- Tu étais morte je te rappelle. Tu as tout fait pour qu'on le croie en tout cas ! Tu as simulé ta propre mort !

- Ne m'en veux pas. Je ne pouvais pas faire autrement…

Elle le regarda longtemps. Il était toujours aussi beau. Elle planta ses yeux dans les siens, y cherchant encore les vestiges du Legolas qu'elle avait quitté trois ans auparavant.

Legolas prit son visage entre ses mains, et l'embrassa fiévreusement. Il la pressa contre lui, couvrant son visage de mille baisers :

- Je t'aime Sorsha ! Comme jamais je n'ai aimé personne ! Et je me souviens de tout. De la fois où tu m'as littéralement trempé de la tête au pied dans la forêt de Galadriel, de notre premier baiser, du bal d'Edoras, de nos noces, de mon séjour dans ton monde, tout !

- Legolas… Tu es revenu ! murmura-t-elle incrédule.

- Pour ne plus jamais te quitter mon amour !

Elle se jeta dans ses bras et l'embrassa comme si sa vie en dépendait. Legolas lui revenait après tant d'années.

Un peu plus loin, Elrond se tenait debout, avec Les enfants.

- Allez-y ! leur chuchota-t-il.

Ils ne se firent pas prier et dévalèrent les quelques mètres de leur petite jambes.

- Ambre, Tristan, je vous présente Legolas, votre père.

Les deux enfants regardèrent d'un œil nouveau le gentil visiteur qui leur avait raconté une histoire.

- Pourquoi t'arrive que maintenant ? demanda Tristan.

- C'est une longue histoire, mon fils. Gripoil avait besoin de mon aide.

- Tu connais Gripoil ? s'extasia Ambre.

- Bien sûr ! répondit l'elfe sylvestre. On ira le voir un jour si vous voulez.

- Oh oui ! hurlèrent-ils en chœur.

Et tous les quatre, main dans la main allèrent se balader dans les jardins. Ils étaient enfin réunis, ils étaient enfin une famille.


EPILOGUE

Avec l'accord de Sorsha et de Legolas, Elrond envoya de nombreuses lettres à travers toute la Terre du Milieu. Il était temps pour Sorsha de réapparaitre, de revenir à la vie.

Une semaine plus tard, ils étaient tous là : Aragorn, Arwen et Eldarion Gandal, Frodon, Sam et Merry et Pippin Faramir et Eowyn et Elboron, leur fils Galadriel et Celeborn (bien qu'elle ne se soit jamais rendu à Imladris durant ces trois ans, Galadriel savait que sa fille était vivante) Eomer, Lothiriel et Elfwine Lam et Meleth, Alendio, Galadhon, le roi Thranduil, Gimli.

Ils étaient tous là. Nul ne savait pourquoi. Nul de se douter de la raison qui poussait Elrond à les réunir. Pourtant, ils lui avaient obéit, venant eux même, avec leur femme et leur descendance, bien que pour beaucoup, le chemin fut long et difficile.

Peu après les retrouvailles et embrassades, où tous notèrent l'absence de Legolas, Elrond leurs fit traverser deux grands couloirs, pour les menait aux jardins et leur demanda de bien vouloir s'installer sur les bancs et chaises dispersés sur l'herbe.

Intrigués, ils obéirent, se demandant à quels jeux jouaient Elrond. Seul Galadriel avait un sourire énigmatique sur le visage. Enfin, Elrond prit la parole :

- Mes chers amis, vous vous demandez certainement ce que j'ai à vous dire, pourquoi je fais tant de mystère. Avant de tout vous dévoiler, je veux simplement m'assurer, d'avoir votre pardon.

Il fit une pause :

- Avons-nous votre pardon mes amis ?

Tous se regardèrent, haussant les épaules, et un oui général remonta aux oreilles pointues d'Elrond.

- Parfait ! murmura-t-il en souriant. C'est à toi, ma cher enfant !

Derrière la lourde colonne de marbre, Sorsha déglutit. Elle passa la main dans ses cheveux pour se recoiffer, chose qu'elle avait déjà faite quatre fois. Elle inspira un grand coup, puis se dévoila aux yeux de tous, se rapprochant inconsciemment d'Elrond, son protecteur.

Tous les yeux la suivirent, la regardèrent, la détaillèrent. Galadriel et Gandalf souriaient. Les autres était interdit, abasourdis, stupéfaits. Etaient-ils en train de rêver, faisaient-ils tous le même rêve étrange ?

Merry et Pippin furent les premiers à réagir, et précipitamment, ils se ruèrent sur Sorsha, qui les accueillit en s'agenouillant et en ouvrant grands les bras.

- Sorsha ! Criait Pippin. C'est toi ! Tu es là…

- Tu n'es pas morte ! renchérissait Merry.

A son tour Gimli s'approcha, lui donnant une tape amicale dans le dos. Eowyn et Arwen, leur fils dans leur bras vinrent l'embrasser, pleurant de joie. Lam et Alendio se jetèrent sur elle, la faisant virevolter dans les airs. Faramir et Eomer, l'embrassèrent à leur tour, souriant. Puis ce fut le tour de Gandalf, de Galadriel, qui lui murmura doucement qu'elle le savait depuis le début et que cela avait été très dur pour elle de ne pas se rendre à Foncombes.

Sorsha pleurait de joie Elle revoyait ses amis. Ils lui avaient tant manqué. Elle était si heureuse de les revoir tous !

Puis elle croisa le regard d'Aragorn. Il était debout, devant son siège, il la fixait, mais ne bougeait pas. Elle ne sut pas quoi lire dans son regard.

Se détachant de la petite foule, elle descendit les quelque marches qui la séparer de son frère et avança vers lui. Ils se regardèrent longtemps. Aragorn avait l'air profondément blessé :

- Comment as-tu osé ? Sorsha, comment as-tu pu nous faire ça ? Pourquoi ? Mais pourquoi bon sang ? As-tu seulement imaginé la souffrance que nous a causé ta perte ?

L'assemblée ne parlait plus, ils étaient tous livides.

- As-tu seulement pensé à tes amis, à ta famille en faisant cela ? Sais-tu combien de temps il nous a fallu à tous pour nous remettre de ta mort ?

Aragorn était en train de vider son sac. Mieux, il vidait celui de tout le monde. Car s'ils étaient tous heureux de la revoir en vie, et en pleine santé, personne ne comprenait ce qui l'avait poussé à disparaitre ainsi, du jour au lendemain, sans explication.

- Sais-tu que mes nuits sont peuplées de trolls qui dévorent ma sœur ? Et Legolas ? As-tu pensé à Legolas ?

Sorsha le regardait tristement. Elle ne voulait pas de remontrances, pas maintenant. Elle aurait juste voulu réapparaitre, et que personne ne lui fasse de reproches. Hélas, c'était impossible…

- C'est pour moi qu'elle a fait cela.

Legolas venait d'apparaitre, il donnait la main à deux enfants, une fille et un garçon. Sorsha les invita tous à se rassoir, et Legolas et leur enfants a ses coté, elle commença le récit de ces trois dernières années, et expliqua longuement les raisons qui la poussèrent à faire ce choix douloureux.

A la fin de son monologue, Aragorn se leva, prit sa petite sœur dans ses bras et lui chuchota qu'elle lui avait manqué, qu'il avait eu tellement mal. Puis il s'agenouilla vers Ambre et Tristan, tandis qu'Eldarion s'approchait.

- Je suis Aragorn, et je suis votre oncle.

- On sait déjà ça ! dit Ambre. Maman nous as parlé de toi, mais elle a dit qu'on ne devait pas parler de toi en public Ni de Galadriel, ni des hobbits, ni de Gandalf…personne !

Aragorn leur sourit, leur présenta Eldarion, et les trois enfants partirent main dans la main en courant à de nouveaux jeux.

La fin de la journée se passa dans un bonheur et une sérénité parfaite. Ils avaient trois ans à rattraper, et la conversation ne s'arrêtait jamais.

Sorsha fut contente de voir que malgré tout, leur amitié restait intacte, et qu'ils se portaient tous le même amour qu'il y avait trois ans.

La soirée prit fin, et portant chacun un enfant, Legolas et Sorsha regagnèrent ses appartements. Ils couchèrent Ambre et Tristan qui s'étaient envolés dans le pays des rêves depuis longtemps, les embrassèrent sur le front, et fermèrent doucement la porte pour ne pas les éveiller. Ils passèrent ensuite dans leur chambre. Sorsha quitta la robe noire qu'elle portait et se glissa dans les draps, tandis que Legolas l'imitait.

Il la prit dans ses bras, faisant d'eux des barrières de protection et des menottes à la fois.

- Qu'a tu décidé mon amour ? demanda Legolas en lui embrassant tendrement le cou.

- A quel sujet ?

- Eh bien, Vlana a disparu pour de bon, Sorsha est revenue. Qu'a-t-elle décidé de faire de sa vie ? Veux-tu rester à Fondcombes ? Retourner à Minas Tirith ? Devenir la Reine de Mirkwood ?

- La reine ? Hein ? mais je ne comprends pas ? Thranduil m'a l'air au top de sa forme ?

- Il va partir. Il va gagner les Terres immortelles.

- Seul ?

- Non. D'autres elfes vont l'accompagner.

Sorsha fut peinée d'apprendre cela. Bien qu'elle ne l'ait pas beaucoup connu, il restait son beau-père, et elle l'estimait. Puis elle n'aimait pas ni les départs, ni les adieux.

- Tu ne me dis rien ?

- Pardon Legolas, je songeais. Je suis ta femme, je vivrais où tu vivras. Ambre, Tristan et moi te suivront à Aradhryn. Je ne veux plus vivre sans toi. Tu m'as trop manqué. Puis, je te rappelle que tu m'as fait la promesse, de ne plus jamais me quitter !

- Plus jamais, Sorsha ! mais si tu l'avais souhaité, je serais resté ici, à Fondcombe

- Rentrons dans ton royaume mon amour. Cependant, je dois parler à Elrond. Il sera attristé de mon départ. Il est très attaché à nos enfants.


Quelques jours plus tard, Tout le monde rendra dans son royaume, en se promettant de se revoir très vite. Tout était enfin fini. Tous les participants de la Communauté, tout ceux qui avait joué un rôle dans la guerre de l'anneau, étaient à présent libres et heureux.

Comme prévue, Thranduil se retira et laissa son trône à Legolas. Il quitta la Terre du milieu, mais il ne la quitta pas seul, comme l'avait dit Legolas. Il fit le voyage en compagnie de Gandalf, de Frodon et Bilbon Sacquet, et Celeborn et Galadriel.

Arwen et Sorsha ne purent s'empêcher de joindre leurs larmes à celle des hobbits. C'était tellement dur de les voir partir…

Tout en traversant le bois des VertesFeuilles, pour rentrer dans leur royaume, collant son dos au torse de Legolas, Sorsha murmura :

- Je ne pensais pas que ma vie serait ainsi. Je ne m'attendais pas à vivre en Terre du Milieu, ni épouser un elfe. Mais pour rien au monde je ne changerais ma destinée. Tu es la plus belle chose qui me soit arrivé Legolas. Je t'aimerais toute ma vie.

- Moi aussi..

- Toute ta vie ?

- Oh Non. Je t'aimerais bien plus longtemps que cela, Sorsha! Je t'aimerais comme un fou pour des siècles et des siècles d'éternité…

Fin


Et voilà mes chers amis ! Ici se terminent les aventures (extraordinaires !) de Sorsha, la bimbo de la Communauté !

Bon vous voyez, bien que le chapitre 21 était sacrément sombre, ils s'en sortent plutôt bien, non ?

J'espère que vous avez passé un bon moment, que je vous ai fait rire, pleurer, enrager, rêver, voyager et tout et tout ! ^^

Je me suis beaucoup attaché à Sorsha et à son histoire, peut être même davantage au tome 2 – Les Reines de la Guerre- qu'au tome 1 -La Princesse Exilée-. Peut-être l'avez-vous sentit dans mon écriture ?

Je vous remercie pour vos rewiews, si chères au cœur des pauvres « auteurs » ! Merci de m'avoir lu, de m'avoir suivi. Vraiment merci du fond du cœur ! Vous êtes notre motivation quand l'inspiration commence à flancher…

Je ne sais pas si je publierais de nouvelle fanfiction sur Le Seigneur des Anneaux. J'ai d'autres sujets qui me tiennent à cœur, entre autre Pirates des Caraïbes, Pearl Harbor…

J'espère revenir bien vite en tant qu'auteur !

Merci à tous et a très bientôt ! )

Cléo