Auteur: Si on prenait le temps

Titre: 1 Malfoy, 2 Malfoys, 3 Malfoys

Disclaimer : Les personnages et le cadre de Poudlard appartiennent à J.K.R, je ne les utilise que pour inventer mes propres histoires, sans en tirer profit

Rating: M pour des relations explicites entre deux hommes

Pairing + Warning: HP/DM, mon couple préféré. Homophobes, s'abstenir.

Note: Bonjour tout le monde, je vous présente ma première fanfiction finie. En effet, j'ai une fiction beaucoup plus longue en court d'écriture. Ma devise est de ne jamais commencer à publier une fanfiction qui n'est pas déjà terminée. Je ne veux pas frustrer mes éventuels lecteurs en les laissant sur leur faim et en ne finissant pas une fiction. Donc sachez que la fiction que voici est finie, les chapitres sont déjà écris. Je les publierai à intervalles réguliers et rapprochés pour laisser un certain suspens mais ne pas agacer les lecteurs. Je suis ouverte à toutes critiques constructives concernant mon histoire ou ma syntaxe. Soyez indulgents, je débute…

Bonne lecture.


Chapitre 1

Harry avait du mal à se faire à l'idée qu'il entamait le dernier trimestre de sa scolarité à Poudlard. Ils étaient déjà au mois de mars et il n'avait pas vu le temps passer. La rentrée avait été éprouvante. Les mauvais souvenirs de la bataille finale les avaient assaillit quand ils avaient franchit les grilles du parc pour la première fois de l'année. Puis ils avaient tous reprit un semblant de vie normale. Reprenant leurs habitudes, leurs marques dans l'endroit qu'ils reconnaissaient comme une seconde maison.

Cela était d'autant plus vrai pour Harry qui avait vu tomber tellement de gens qu'il aimait sur le champ de bataille. Il ne s'en était pas tout à fait remis. Il était resté très solitaire, ne se sentant pas tout à fait à sa place. Il avait été incapable de reprendre sa relation avec Ginny. Il avait essayé, mais ce n'était plus pareil. Contre toute attente, la rouquine s'était très bien consolée dans les bras réconfortants de Neville. Pas jaloux pour deux sous, Harry était très content pour eux. Cependant il se sentait très seul. Ron et Hermione vivaient leur amour passionnément, essayant de rattraper le temps perdu. Harry ne voulait pas tenir la chandelle alors il passait le plus clair de son temps à se promener seul dans les couloirs. Il y croisait souvent Draco Malfoy. Ce dernier était encore plus seul que lui. Il était rejeté par les membres de sa maison pour être devenu espion pendant la guerre. Les Serpentards qui n'avaient pas rallié le camp des forces du Mal étaient restés neutres. Ils ne se seraient jamais compromis avec l'Ordre du Phénix, comme Draco.

Seulement, l'ancien prince des Serpentards n'avait pas eu le choix. Après que Rogue ait tué Dumbledore, il avait emmené son protégé à l'Ordre pour expliquer la situation et leur demander de s'occuper de Draco. Le blond était alors resté au 12 square Grimaud avec l'accord de Harry qui continuait à chercher les Horcruxes. Il ne s'étaient pas revus jusqu'au jour de la bataille finale où ils combattirent dans le même camps, au plus grand étonnement des Mangemorts et de leur chef. Durant la bataille, les parents de Draco étaient morts. Narcissa tuée par Molly Weasley et Lucius, tué par Harry lui-même. A l'issue de la bataille, Harry ne l'avait plus revu jusqu'au jour de la rentrée. Le blond était taciturne, pourtant, quand ils se croisaient dans les couloirs ils n'échangeaient pas un mot. C'était un changement en soi. D'habitude, ils se tapaient dessus. Maintenant, Draco détournait les yeux et continuait sa route. Harry pensait qu'il lui en voulait d'avoir tué son père. Cela aurait été normal, bien que Harry avait prononcé l'impardonnable pour protéger Draco. Lucius était décidé à faire payer à son fils sa trahison. Draco n'avait pas eu le temps de réagir que déjà son père pointait sa baguette sur lui. Harry avait sentit son sang bouillonner et avait lancé les hostilités, venant rapidement à bout du père de son ex-ennemi. Il avait alors rencontré le regard gris de Draco où une lueur indescriptible brillait. Puis plus rien, il n'avait jamais revu les prunelles grises qui évitaient obstinément son regard.

Ce soir encore, Draco ne lui avait pas accordé son attention. Il était passé rapidement et Harry n'avait sentit que le courant d'air glacial que le blond avait laissé dans son sillage. Il était donc remonté dans son dortoir pour essayer de dormir. Essayer, parce qu'il avait des insomnies. C'est d'ailleurs pour ça qu'il se baladait autant dans les couloirs la nuit. Il avait horreur de rester allongé dans son lit, les yeux grands ouverts, à compter les moutons. Il préférait compter les allées et venues de Draco. Pourquoi le blond l'obsédait autant, il n'aurait pas su le dire. Peut-être parce qu'ils se ressemblaient finalement. Orphelins, seuls, abandonnés par les gens qu'ils aimaient. Car Draco avait été effondré par la mort de Rogue. Harry le savait parce que le professeur McGonogall le lui avait dit. Rogue était son parrain, la seule famille qui lui restait en dehors de sa tante Bellatrix qui recevrait bientôt le baiser du détraqueur. Forcement ça rapproche. Enfin, Harry se sentait proche de lui. Draco semblait très bien se passer de sa compagnie, par contre. Car Harry aurait été prêt à faire la paix. Il voulait devenir ami avec lui. Il avait besoin d'un ami qui le comprenne. Et Draco aurait pu le comprendre.

Finalement, Harry s'endormit et fut tiré du sommeil par la voix de Ron, derrière les rideaux de son baldaquin. Il se leva, s'habilla en silence et suivit les autres à la grande salle pour prendre son petit déjeuner. Il grignota un croissant, comme d'habitude, et écouta les autres discuter gaiement. Il intervint deux ou trois fois, histoire de dire, puis replongeât dans le silence.

Quand il fut l'heure du premier cours, ils se dirigèrent vers les cachots. L'air était froid et piquant. Harry resserra sa cape autour de lui alors que Ron resserrait, lui, ses bras autour de sa petite amie. Le froid s'insinua plus profondément dans le corps de Harry.

Quand ils arrivèrent devant la salle de potion, Draco était déjà là, seul, comme d'habitude. Les autres Serpentards apparurent bientôt. Ils n'eurent pas un regard, ni pour leur camarade de maison, ni pour les Gryffondors. Une entente tacite s'était faite depuis le début de l'année. Plus de heurts, mais pas de convivialité pour autant. Il semblerait que la même chose ait été conclue entre eux et Draco.

Le nouveau professeur de potion leur demanda de rentrer quant la cloche sonna. Harry pensait encore à lui en l'appelant « le nouveau » parce qu'il n'arrivait toujours pas à croire que ce n'était pas Rogue qui allait leur faire cours. Il s'attendait à le voir apparaître dans un mouvement de robe et à lui jeter une phrase bien sentie à la figure. Ça lui manquait, mine de rien. Il n'avait plus peur d'aller en cours de potion. A la place il s'en fichait. Le nouveau était carrément insipide. Digne du professeur d'histoire de la magie. Mais au moins, il réussissait à faire ses potions maintenant. Neville aussi était plus détendu. Heureusement pour Harry car il était en binôme avec lui.

Ils commencèrent la préparation de leur potion sans avoir ouvert la bouche. Neville avait prit ses distances avec lui, depuis qu'il sortait avec Ginny. Harry ne savait pas si c'était pas remords de lui avoir prit sa petite amie ou si c'était par méfiance au cas où il voudrait, justement, la récupérer. Bref, Harry était obligé de rester enfermé dans son mutisme même pendant les cours de potions.

Neville était peut-être plus détendu mais il était toujours aussi maladroit. En voulant aller chercher un autre ingrédient dans la réserve, il négociât mal son virage et heurta leur table. Le chaudron tangua dangereusement avec de verser complètement sur les genoux de Harry. Heureusement, la potion était en train de reposer hors du feu. Elle n'était donc pas bouillante. Cela n'empêcha pas Harry de sauter de sa chaise en poussant un petit cri fort peu masculin. Toute la classe se retourna, professeur compris.

- Harry, que ce passe-t-il ? Demanda le nouveau professeur. Harry grinça des dents. Il aurait préféré que Rogue soit toujours parmi eux. Il ne savait pas ce que pourrait donner cette potion avortée et leur professeur n'était pas le plus compétent du corps professoral.

- Neville a fait tomber le chaudron. J'ai ai reçu une grande quantité.

- Où en étiez-vous de la préparation ?

- Elle reposait depuis 10 minutes. Intervint Neville, la mine contrite.

- Heureusement qu'elle n'avait pas eu le temps de devenir jaune, souffla le professeur en regardant la potion incolore. Vous auriez pu dire adieu à votre descendance.

- Et à ce stade de la préparation, je risque quoi ? Demanda Harry en déglutissant difficilement.

- Je n'en ai pas la moindre idée. Vous vous sentez bien ?

- Oui, pour l'instant…

- Je pense qu'il faudrait l'emmener à l'infirmerie. Proposa Hermione qui commençait à s'énerver devant l'incompétence du professeur.

- Oui, bien sur, suis-je bête.

Tout le monde se retint de dire qu'effectivement il n'était pas une lumière. Il tapota sur l'épaule de l'élève le plus proche de lui.

- Vous, Draco, emmenez-le, s'il vous plait.

Draco grogna mais se leva. Visiblement, le nouveau n'avait pas encore comprit qu'il valait mieux ne pas mélanger les Gryffondors avec les Serpentards. Et encore moins le blond et le brun.

Harry suivit Draco hors de la classe en éventant les pants de sa robe humide qui commençait à coller à ses cuisses.

- Oh, non, pitié qu'il ne soulève pas ses robes…

- Je me passerais de tes commentaires, Malfoy.

- C'est bien pour ça que je ne dis rien, Potter.

Harry le regarda, étonné. Il n'avait pas rêvé, Malfoy lui avait bien demandé de ne pas lever ses robes. Il voulait le faire passer pour fou ou quoi ? Mais surtout, Harry n'en revenait pas d'avoir entendu la voix de son ex-ennemi. Il s'étonna même de la reconnaître. Ça faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas entendu cette voix chaude et traînante.

- Je m'étais pourtant promis de ne plus jamais lui adresser la parole.

- Pourquoi ? Demanda Harry, intrigué. Il aurait peut-être droit à la discussion qu'il espérait.

- Pourquoi quoi, Potter ?

- Pourquoi tu t'es promis de ne plus me parler ? La guerre est finie, je ne sais pas pourquoi tu t'obstines à te tenir éloigné. Surtout que plus rien ne te retient du côté des Serpentards.

- J'ai parlé tout fort ?

- Bien sur, sinon, comment j'aurais pu t'entendre ?

- Non, mais là je suis sûr de ne pas parler tout fort.

- Arrête, c'est pas drôle, Malfoy, répondit Harry en tirant Draco par la manche pour le faire se retourner face à lui.

Draco avait l'air paniqué.

- Tu m'entends, Potter ?

Harry resta bouche bée. Il avait entendu mais n'avait pas vu les lèvres du blond bouger pour prononcer les paroles. Devant l'air ahuri de Harry, Draco devint livide.

- Putain, c'est pas possible. Ce connard de Longdubas a encore trouvé le moyen de pourrir ma putain de vie.

- Ouah, Malfoy, je savais pas que tu pouvais être aussi grossier.

- Arrête ça tout de suite, Potter !

- Arrêter quoi ? D'entendre dans les pensées des gens ou de me moquer de toi ? Parce que dans les deux cas c'est impossible.

- On va à l'infirmerie, il faut que Pomfresh arrange ça tout de suite. Dit Draco en accélérant le pas.

- Pourquoi, tu as peur de ce que je pourrais entendre dans ta tête ?

- Et merde, comment je vais faire pour ne pas penser à ça maintenant alors qu'il est là, si près…1 Malfoy, 2 Malfoys, 3 Malfoys…

- Mais qu'est-ce que tu fais ?

- Je t'emmerde Potter, avance plus vite.

Maintenant, Draco courrait presque, Harry devait faire de grandes enjambées pour pouvoir le suivre, il était déjà essoufflé et il entendait toujours Draco énumérer les Malfoy. Il se demanda ce qu'il voulait cacher en détournant ses pensées de la sorte.

- Mais, qu'est-ce que tu as ? C'est moi qui devrais être paniqué. Je n'arrive pas à croire que je vais entendre les pensées débiles de tous les élèves de cette école.

- Tu es le Gryffondor le plus égoïste que j'ai vu. Tu as pensé à tout les gens dont tu vas entendre les pensées. Draco, s'énervait, maintenant. Tu aurais envie que les autres entendent tes pensées les plus intimes, tes fantasmes, tes rêves, tes peurs ?

- Je n'y avais pas pensé. Répondit Harry, penaud alors qu'il s'arrêtait devant la porte de l'infirmerie.

Non, il n'aimerait pas. Il ne voudrait pas que les gens sachent qu'il était beaucoup trop seul pour son propre bien. Qu'ils le prennent en pitié.

- Il a l'air triste. Et c'est moi qui l'ai fait souffrir. Je me hais. Je voudrais toucher… 1 Malfoy, 2 Malfoys, 3 Malfoys…

Draco avait esquissé un mouvement de la main vers le visage de Harry, mais il s'était vite reprit et avais poussé la porte pour entrer. Harry n'avait pas bougé. Il avait vu cette main aux longs doigts fins se lever vers lui et avait été hypnotisé par le regard perçant, couleur argent.

Il ne savait pas comment interpréter les pensées du blond et n'en eut pas le temps. Madame Pomfresh approchait déjà.

- Encore vous, Monsieur Potter. Et avec Monsieur Malfoy en plus. Je pensais que depuis la guerre, vous auriez arrêté vos chamailleries.

- C'est un accident de potion. Nous ne nous sommes pas battus depuis… depuis quand au fait ? Demanda Harry.

- Enfin, bref… Dit Draco en levant les yeux au ciel. Potter s'est renversé une potion sur les genoux et depuis il entend les pensées.

- Il quoi ? S'insurgea l'infirmière.

- En fait c'est Neville qui… Mais, attendez, non, je n'entends pas les pensées de Madame Pomfresh.

- Je suis maudit, ne me dites pas qu'il n'entend que les miennes ?

- Je ne sais pas. On n'a pas rencontré d'autres élèves en venant ici. Répondit Harry, devant l'œil éberlué de l'infirmière.

- J'aurais décidément tout vu.

- Quoi ? Vous voulez dire que c'est la première fois que ça vous arrive ? Demanda Draco, paniqué.

- Eh bien, ce n'est pas banal.

- Mais vous savez quoi faire pour arranger ça et faire en sorte que je puisse arrêter d'énumérer les Malfoys, parce que je commence à avoir mal à la tête.

- Et moi donc… Souffla Harry.

- Je vais faire des recherches. Votre professeur de potion ne vous a pas donné de piste ?

Elle en conclu que non en voyant les deux élèves lever les yeux au ciel.

- Monsieur Potter, il y a un élève dans l'infirmerie, maintenant que j'y pense, vous ne l'entendez pas ?

- Non, je n'entends que Draco.

Harry se tendit. Il avait prononcé le prénom de Draco à voix haute. Il ne se l'autorisait qu'en pensée d'habitude.

- Il m'a appelé Draco… Je me demande pourquoi. Non, ne te fais pas de film, Draco…1 Malfoy, 2 Malfoys, 3 Malfoys…

Encore une fois, Harry se tut mais n'en pensait pas moins. Que lui cachait Draco ?

- Bien, je crois que vous pouvez retourner en cours.

- Mais, il ne peut pas rester comme ça !

- Ne vous inquiétez pas. Vous n'avez qu'à rester éloignés, Qu'avez-vous comme cours maintenant ?

- Runes / Soin aux créatures magiques. Répondirent-ils en cœur.

- Vous voyez, le hasard fait bien les choses, vous ne pouviez pas être plus éloignés. Je vous préviendrais dès que j'aurais du nouveau.

Ils étaient clairement congédiés. Ils se séparèrent à la sortie de l'infirmerie, Draco la tête baissée, toujours en train de compter les Malfoys. Harry, déboussolé par l'attitude du blond.


- Fin du chapitre 1 –

J'espère que vous avez aimé, la suite arrive très bientôt.