Hello tout le monde !

J'espère que vous allez bien !

Voici le nouveau chapitre de cette fic.

Bonne lecture !

A très vite :)


Bella POV

En temps normal, je n'aimais pas qu'Alice me traîne pendant des heures dans les magasins, mais là, la situation était exceptionnelle. Et même si je n'aimais pas beaucoup ça, je savais que le shopping avec Alice, c'était efficace.

Quand il s'agissait de faire les boutiques, Alice faisait preuve d'une organisation quasi militaire pour quadriller tout le centre commercial et être sûre de ne rien rater. Ça s'est avéré très utile pour acheter tout ce dont j'avais besoin pour le bébé.

Dieu merci, nous avions chacune notre voiture, ce qui n'était pas du luxe pour stocker les millions de choses que j'avais achetées. Que ce soit la peinture pour la chambre, le berceau ou encore mles vêtements, j'avais tout passé en revue avec les filles pour être sûre de n'avoir rien oublié.

Après cette longue journée de shopping, nous avions décidé d'attendre le lendemain pour nous attaquer à la décoration de la chambre. Rosalie avait demandé à Emmett de se joindre à nous pour nous prêter main forte.

Une pensée traversa mon esprit : j'aurais aimé que ce soit Edward qui vienne m'aider à décorer la chambre du bébé. Mais je repoussais rapidement cette idée absurde. Alice et Rosalie seraient là, avec Emmett, c'était les seules personnes dont j'avais besoin.

Le lendemain, ce fut sans surprise qu'Alice et Rosalie arrivèrent chez moi de très bonne heure. J'avais fait en sorte que la chambre du bébé soit vide pour que nous puissions immédiatement nous attaquer à la décoration.

Nous décidâmes de commencer par peindre les murs que nous laisserions sécher pendant que nous nous occuperons des meubles à monter. Pour la peinture et la décoration, nous avions opté pour des couleurs neutres, comme le beige, étant donné que nous ne connaissions pas le sexe du bébé.

Emmett nous rejoignit pendant que nous étions en plein atelier peinture. Je devais avouer qu'une présence masculine n'était pas de refus. Le seul problème, c'était qu'Emmett me faisait inévitablement penser à Edward.

Et même si j'étais plus qu'heureuse pour Rosalie, je ne pouvais m'empêcher de ressentir un petit pincement au cœur en les voyant tous les deux. Ça me rappelait à quel point j'avais tout gâché avec Edward, et que si je n'avais pas été aussi idiote, il aurait pu être là avec nous aussi aujourd'hui.

Je soupirai et secouai la tête. Il fallait que j'arrête de ressasser tout ça. Ça n'allait me mener nulle part, il fallait que j'aille de l'avant maintenant. Dans quelques semaines, j'aurai un petit bébé sous ma responsabilité, voilà ce sur quoi je devais me concentrer.

Après une pause déjeuner bien méritée, nous commençâmes à placer les quelques meubles que nous avions monté : un petit placard, ainsi qu'une commode avec un petit espace pour changer le bébé. Emmett était en train de monter le berceau.

Peu à peu, la chambre commençait à prendre forme. À la fin de la journée, tout était quasiment terminé. Alice nous avait supplié de la laisser s'occuper de la décoration finale, à savoir le collage des stickers ou encore l'emplacement des peluches géantes qu'elle avait achetées et des autres éléments de décoration.

Lorsque les filles et Emmett prirent congé, j'allai m'adosser à l'encadrement de la chambre que nous venions de décorer. J'avais du mal à croire que dans peu de temps, un bébé...mon bébé dormirait dans ce petit lit.

De jour en jour, les choses se concrétisaient. J'avais eu un entretien avec Tanya pour discuter de mon congé à l'arrivée du bébé. Dans le cadre de l'adoption d'un enfant, j'avais le droit à un congé maternité de 16 semaines. Tanya ne semblait pas préoccupée par mon départ temporaire et moi non plus, ça me ferait un peu de vacance d'elle.

J'avais également eu rendez-vous avec Emily Uley, afin de signer avec Adriana les documents finaux pour l'adoption. Maintenant que tout était officiel, j'avais également pris le temps d'annoncer la nouvelle à mes parents.

Ils étaient évidemment fous de joie à cette nouvelle. Ils étaient au courant depuis le début de mon projet d'adoption et m'avaient toujours soutenu. Ils m'avaient fait promettre de leur rendre une visite dès que possible avec le bébé.

Plus les jours passaient, plus j'étais stressée. J'avais attendu ce moment depuis tellement longtemps que j'avais commencé à me faire à l'idée que ça n'arriverait probablement jamais. Et voilà qu'Adriana allait accoucher d'un jour à l'autre, et j'allais devenir maman. J'avais tellement hâte.

Je sursautai en entendant mon téléphone portable sonner.

_ Allô ?

_ Mademoiselle Swan ? Ici l'hôpital Northwest de Seattle.

Immédiatement, mon cœur se mit à battre à cent à l'heure. C'était enfin le moment.

_ Adriana Parks vient d'être admise, elle a perdu les eaux.

_ J'arrive au plus vite ! Merci de m'avoir prévenue !

Je larguai tous les articles que j'avais dans les mains et quittai en trombe la boutique où je me trouvais. Je me précipitai vers ma voiture et pris à peine le temps de boucler ma ceinture avant de partir. Je me trouvais à Port Angeles, à mi-chemin entre Forks et Seattle, ce qui me réduisait le trajet de moitié.

Je n'arrivais pas à y croire, le bébé allait arriver d'un instant à l'autre. Mon cœur était sur le point d'exploser. J'avais du mal à réaliser que d'ici peu de temps, j'allais rentrer chez moi avec un petit ange sous le bras.

Le trajet me sembla durer une éternité. Je me garai rapidement et couru jusqu'à l'entrée de l'hôpital. Je pris une seconde pour envoyer un message à Rosalie et Alice pour leur dire que j'étais à Seattle, avant d'aller demander où se trouvait Adriana.

On me conduisit jusqu'à la salle de travail où elle se trouvait, et après avoir enfilé le nécessaire, j'entrai dans la pièce. Elle n'avait pas encore accouché. Elle gémissait de douleur tandis qu'une sage-femme lui ordonnait de continuer à pousser.

Je me précipitai à ses côtés et pris sa main dans la mienne pour la soutenir. Elle serra fermement ma main dans la sienne. Elle ne disait rien, trop occupée à souffler pour essayer de gérer la douleur, mais je pouvais voir dans ses yeux qu'elle semblait heureuse de me voir.

_ Vous y êtes presque, poussez encore un peu, dit la sage-femme.

C'est alors que j'entendis ce petit cri annonçant que le bébé était enfin là. Je tournai la tête dans sa direction et vis plusieurs personnes s'affairer autour du bébé. Quelques minutes plus tard, la sage-femme approcha avec le bébé emmitouflé dans ses bras.

_ C'est une fille, annonça-t-elle.

Je tournai la tête vers Adriana. Elle reprenait tranquillement sa respiration et se détendait enfin. Elle m'adressa un sourire et un signe de tête.

_ Prenez-la, me dit Adriana. Prenez votre fille.

Je me retournai vers la sage-femme qui me tendait le bébé. Je sentis une vague d'émotions m'envahir. Une joie immense et indescriptible. J'avais encore du mal à y croire. A croire que mon vœu plus cher s'était enfin réalisé.

Je pris le bébé dans mes bras et l'admirai, les larmes de yeux. Ce tout petit être allait devenir mon enfant.

_ Bonjour toi, soufflai-je. Bonjour…Eileen.

J'avais l'impression d'être dans une bulle. Je ne prêtais aucune attention à ce qui passait autour de moi. J'étais subjuguée par le petit être en train de bailler dans mes bras. Je finis par lever le nez en apercevant qu'on déplaçait le lit d'Adriana.

_ Nous allons conduire mademoiselle Parks dans sa chambre.

Après avoir été épaulée par les infirmières pour m'occuper d'Eileen, je profitai du fait qu'elle soit en train de dormir pour aller prendre des nouvelles d'Adriana. Je me rendis à l'accueil.

_ Je voudrais le numéro de chambre d'Adriana Parks, s'il vous plaît.

La réceptionniste tapa sur son clavier avant de se tourner vers moi.

_ Mademoiselle Parks a quitté l'hôpital, me dit-elle.

_ Elle a quitté l'hôpital ? Vous en êtes sûre ? Elle a accouché il y a peine quelques heures…

_ Elle a été transférée dans un autre hôpital mais je ne peux pas vous dire lequel, m'expliqua-t-elle. C'est elle qui en a fait la demande.

_ D'accord, très bien, répondis-je en commençant à m'éloigner du comptoir. Merci.

_ Vous êtes mademoiselle Swan, n'est-ce pas ? m'interpella-t-elle.

_ Oui, c'est moi, dis-je en revenant sur mes pas.

_ J'ai ceci pour vous, ajouta-t-elle en me tendant une enveloppe.

_ Merci.

Je m'empressai d'ouvrir l'enveloppe et allai m'asseoir sur une chaise près de l'entrée.

Chère Bella,

Si vous lisez cette lettre c'est que l'accouchement s'est bien déroulé comme prévu et que j'ai été transférée dans un autre hôpital. C'était la meilleure chose à faire. A présent, je n'ai plus aucun rôle à jouer, c'est à vous de prendre le relais.

Le bébé…votre bébé compte sur vous. Vous êtes toute sa vie à présent, vous êtes sa mère et je n'ai aucun doute sur le fait que vous serez à la hauteur. Je peux partir l'esprit tranquille en sachant que le bébé aura une belle vie et qu'il sera aimé comme il le mérite.

Je vous souhaite tout ce qu'il y a de meilleur à tous les deux.

Prenez bien soin de vous.

Adieu,

Adriana.

Je reniflai et essuyai mes joues en sentant des larmes couler. Adriana n'avait pas idée à quel point je lui en serai à tout jamais reconnaissante de ce qu'elle avait fait pour moi.

Avant de retourner voir Eileen, je décidai d'appeler Rose et Alice à qui je n'avais toujours pas annoncé qu'une merveilleuse petite fille était née. J'avais plusieurs messages et appels en absence des filles me demandant à quel hôpital je me trouvais.

Après avoir parlé avec les deux, nous avons convenus qu'il n'était pas nécessaire qu'elles fassent le trajet jusqu'à Seattle mais que je les préviendrais dès que je serais de retour à Forks avec le bébé.

Avec le feu vert des infirmières, je ramassai toutes les affaires pour quitter l'hôpital et rentrer enfin à la maison en compagnie d'Eileen. Ça me faisait toujours bizarre mais je m'y faisais très rapidement.

Le trajet jusqu'à Forks ne me parut pas si long cette fois-ci. Je l'avais passé à chantonner pour Eileen et à lui parler lorsqu'elle ne dormait pas. J'avais presque eu du mal à me concentrer sur la route tellement je ne voulais pas la quitter des yeux.

_ On y est, mon cœur, dis-je en ouvrant la porte de mon appartement. On est à la maison.

Je posais la nacelle au sol le temps de me débarrasser de nos affaires.

_ Rose, elles sont là ! entendis-je quelqu'un chuchoter.

Je ne pus m'empêcher de rire doucement.

_ Alice ? Rose ? appelai-je.

_ Surprise ! dirent-elle en chœur en sortant de la cuisine.

Elles se précipitèrent vers moi et me serrèrent dans leurs bras.

_ Où est-elle ? s'impatienta Alice.

Je pris la nacelle et la tournai en direction des filles.

_ Les filles, je vous présente Eileen.

_ Oh mon dieu, elle est adorable ! souffla Rosalie en caressant sa minuscule main du bout des doigts.

Nous nous rendîmes dans mon salon et je ris en voyant ce que les filles en avaient fait.

_ C'est quoi tout ça ? dis-je.

Il y avait une immense banderole qui traversait la pièce sur laquelle était écrit « Bienvenue Eileen ».

_ Il fallait bien qu'on accueille notre petite puce comme il se doit, non ? dit Alice en haussant les épaules.

_ Un nouveau membre dans notre groupe, ça se fête ! ajouta Rose en entrant dans le salon avec des verres à la main.

J'avais l'impression que mon cœur allait exploser. Je ne pouvais pas être plus heureuse que je ne l'étais à cet instant, chez moi avec ma fille et mes deux meilleures amies que j'aimais de tout mon cœur. Je savais maintenant que tout irait bien pour moi.