Juliette respira un grand coup avant de sortir de l'ascenseur, seule. A vrai dire, à cette heure de la matinée, elle ne s'attendait pas à trouver personne dans les bureaux, ses nouveaux bureaux, enfin ses presque nouveaux bureaux. Car d'après ce qu''elle savait, il n'était pas évident de rester dans l'équipe A du NCIS.

Il semblerait en effet que le chef d'équipe, agent spécial…Jibbs, non Gibbs, c'est ça Gibbs, était quelque un de peu sociable, ancien marine, à l'air dur, aboyant plus que parlant…Elle déglutit difficilement. Si ce que les secrétaires à l'entrée lui avaient dit vrai, alors, ça allait être coton…Mon Dieu, mais quelle idée elle avait eu. Partir de chez elle pour finir par débarquer ici pour se faire jeter par un ancien marine associable…Ça sentait le fiasco tout cela.

Elle tira machinalement sur son pull qu''elle trouvait trop court, trop ajusté mais que sa colocataire Christina, avait tenue a lui prêter. Elle se refusa de réajuster pour la centième fois depuis qu''elle était arrive dans l'immeuble, son décolleté…Et bien trop décolleté. Soupiras. Et avança, tête haute, mains tremblantes. A en perdre son anglais…son Français et toutes les autres langues qu''elle pouvait connaître.

L'envie de faire demi tour et de partir au courant l'a pris au ventre. Mais qu'Est-ce qu'elle faisait la. Bon Dieu.

-Vous chercher quelque chose?

Une voix grave derrière elle, chaude, d'un homme d'un certain âge, une odeur forte, entêtante de café et de bois. Elle essaya de se décrisper avant de se retourner mais sentit ses épaules droites et raides.

-Je…oui… Je cherche Monsieur…l'agent spécial Gibbs.

Et voila qu''elle bafouillait, rougissait et sentait ses mains devenir moites.

Les yeux bleus de l'homme aux cheveux gris la dévisageaient sans se départir de leur dureté. Elle s'obligea a sourire.

-Savez-vous où je peux le trouver?

-Je suis l'agent Gibbs mademoiselle et vous êtes?

-Juliette Delmas. La nouvelle stagiaire en criminologie Monsieur.

-Ne me donnez pas de Monsieur! dit il

En passant devant elle pour s'arrêter dans un cube de 4 bureaux, devant le bureau le plus éloigné d'elle.

-Pardon Agent Gibbs. Je ne savais pas.

-Pas d'excuses, c'est un signe de faiblesse

Elle ferma les yeux et soupira. Ok, autant retourner maintenant a son petit appartement et prendre les pages d'offres d'emplois. Après tout, on était aux Etats-Unis non? Le pays où l'on peut embaucher le matin même pour des petits boulots dans l'urgence. Peut être qu''elle pourrait construire, elle aussi, son American Dream.

-On peut savoir ce que vous attendez?

-Euh.. Rien…a part que vous me viriez…

C'était sortis tout seul. Oye.

Elle sentit son regard la fouiller mais rata le léger très léger sourire au coin.

-Qui vous a dit de venir a cette heure?

-Euh personne, en fait, je n'arrivais pas a dormir alors je me suis dit que je devais peut être en profiter pour arriver tôt et me rendre utile…Si besoin.

-Et qui vous a dit de vous adressez à moi?

-Le DRH

-Le DRH? Gibbs ne se souvenait même pas de la tête que celui-ci pouvait avoir ni même où se situait son bureau.

Par tradition, et sans autre possibilité d'ailleurs, le chef d'équipe n'acceptait que les personnes qu''il avait lui-même repérées. Le fiasco de Lee et compagnie était bien la preuve. Gibbs avait la meilleure équipe qui soit au NCIS de DC, il avait donc aussi des prérogatives.

-Oui, il m'a accepté en stage ici pour parfaire mon anglais et valider ma future année de psychologie.

Bien sûr, il avait repéré l'anglais hésitant, l'accent un peu surfait, la grammaire scolaire de son interlocutrice qui paraissait…tout aussi scolaire. Pantalon noire sévère et pincé, converse en toile noire, pull gris ajusté et décolleté pas assez saillant, queue de cheval et une paire de perles aux oreilles, il ne lui manquait que les lunettes a petite monture fine pour parfaire ce look de parfaite petite étudiante en troisième année.

Mais de la à ce qu'on lui envois une étudiante en psychologie…Quel était le bureaucrate abruti qui avait eu cette idée.

-Psychologie?

-Oui, en France, il n'y a pas d'étude de criminologue comme ici, il faut être inscrite dans d'autres cursus universitaire…

Elle s'arrêta discernant déjà l'agacement chez son interlocuteur.

Une seconde Mc Gee.

-Et vous étés en?

-j'ai arrête voila deux ans…Pour découvrir autre chose…je suis en 5ème année techniquement mais en fait je n'ai qu'un diplôme de troisième année…Mais tout cela est expliqué dans mon CV et dossier que vous avez du recevoir

Par mail

-Qu''Est-ce que vous savez faire d'autres a part étudier et découvrir autre chose

Le ton est agacé et sans ambiguïté. Il n'a vraiment pas envi d'être aimable…ni de faire semblant.

-Je…je…parle parfaitement Français, j'ai fait un peu de droit international et…je suis calée dans ce que je fais…je crois…c'est-à-dire…que je n'ai jamais travaillé pour une agence comme le NCIS. En fait, en France ça n'existe pas mais…Ok…Ecoutez agent Gibbs, vous ne voulez pas de moi, je ne vois pas pourquoi je vous ferais perdre votre temps…Apres tout, tout cela était trop beau, qu'est-ce qu''une agence gouvernementale américaine ferait de moi qui ne suis même pas américaine.

Elle n'avait pas mis longtemps a craquer…il en sourit presque derrière son gobelet de café mais ne la quitta pas des yeux, silencieux jusqu''à la fin de la tirade qui priva d'air les poumons de Juliette.

Et crotte Juliette, voila que tu lui donnes de quoi te virer avant même de montrer de quoi tu es capable.

-Je déteste faire ça susurra-t-elle entre ses dents. Vous voulez voir de quoi je suis capable? Ok. Homme d'âge mur, dans l'armée, les marines, services sur le terrain, divorcé obligatoirement. Comment je le sais. Pas d'alliance mais un charme certain sur la gente féminine. Des lunettes de lecture caché dans votre poche de veste…Avez-vous peur de vieillir? Ou de montrer des failles? Comme leader surtout chez les marines ou selon mes connaissances on demande l'excellence, cela peut poser soucis. Une addiction au café, refus de dormir? Pas de trace de PTSD pour autant dans les premières constatations…PTSD signifie…

-Je sais ce que cela signifie…

-même votre manicure est parfaite, névrosé, tenu, mais vous n'êtes pas un haut gradé. Pourquoi? Parce que vous étés encore là, que vous détestez recevoir des ordres et être obligé, que vous suivez votre idée et pas celle de votre hiérarchie mais vous savez obéir quand cela est nécessaire ce qui montre tout de même un ancrage dans la réalité. Donc pas de psychose apparente. Autrement vous ne seriez plus la. Et vous n'auriez pas les meilleurs résultats du NCIS.

-Finis Delmas?

-Votre hobby en dehors de ce bureau et de la vie sur le terrain, la menuiserie, vous traîner une odeur de bois derrière vous…et vous n'aimez pas les nouvelles technologies autrement vous auriez allumé votre ordinateur depuis longtemps ou même sortis votre portable de votre poche mais pour vous cela n'est pas une nécessité première dans la vie de tout les jours.

-Et?

-Et? Dites moi que vous ne pensiez pas que je vous en sorte la moitié?

Elle n'avait pas tort. Elle avait eu un certain cran…Mais rien d'extraordinaire pour un agent comme lui, habitué à discerner le moindre indice qu''un suspect de part son comportement peut laisser entrevoir…Il se massa le dessus des yeux. De toute façon, avant de la prendre ou de la virer il était obligé d'en référer à Vance, qui n'était pas encore arrivé .Il était à peine 7h le matin, dans un 15d'heure Mac Gee et Ziva franchiraient les portes de l'ascenseur puis Dinozzo environs une heure après, en retard comme toujours…

Puis Vance l'appellerait pour faire le point sur les enquêtes urgentes en cour, à moins qu'ils ne soient appelé sur le terrain mais cela faisait déjà deux jours qu'aucunes affaires n'avaient été ouvertes. Il semblerait que le Directeur les réservait pour quelque chose. Peut être une nouvelle mission sous couverture. Il avait reçu quelques coups de fils de Fornell et Kort lui demandant gentiment comment ça allait ces derniers temps. Et rien que ça, ne faisait que nourrir son instinct que quelque chose se tramait.

-Savez vous tenir une arme?

-Euh…non agent Gibbs

-Vous battre?

Elle déglutit. Non, évidement. Elle était déjà du genre a se blesser en faisant ses lacets le matin…

-Appréhendez les suspects?

Ben voyons.

-Non. Mais je sais diagnostiqué les traumatismes, les maladies mentales, dressé des profils psychologique a partir d'entretien, de dossier, je peux faciliter votre travail, vous aider a faire parler des témoins via des techniques d'interview…Ecoutez…je suis la pour apprendre et échanger…les techniques françaises en matière de profilage sont totalement différentes de chez vous. Je veux apprendre. Vous aussi vous avez du débuter dans votre vie? Cela ne durera que quelques jours. Je n'interviendrais que lorsque vous me le demanderez, je ne serais qu'observatrice. Quelques jours. Je sais ça va vous user nerveusement parlant. Mais prenez ça comme un exercice…

Finit elle en essayant de paraître décontractée…

-Ecoutez mademoiselle Delmas. Je suis désolée que vous ayez fait un si long voyage depuis la France pour rien. Celui qui vous a dit que vous trouveriez une place dans mon équipe était mal renseigné et…

-Bonjour patron.

-Shalom Gibbs, mademoiselle

-Boquer tov

La jeune femme avait répondus sans bouger de devant le bureau de Gibbs qui restait la fixer. Elle avait enfin oser le regarder en face mais n'avait pas l'air décider de se tourner vers Mc Gee et David.

Cette dernière resta regarder la nouvelle venue avec circonspection. Peu de personnes connaissaient cette manière de saluer en hébreux a part des hébraïsants évidemment. Mais à l'étranger, il était plus rare de l'entendre. Un simple coup d'œil l'a rassura, elle n'était pas du Mossad ou de Tsahal. Et certainement pas israélienne. Alors?

-Ani lomEdet Ivrit. Expliqua-t-elle laconiquement comme si elle avait lu dans l'esprit de Ziva.

-Tov Rabba

-Todah. Mossad?

-Oui. Comment le savez-vous mademoiselle?