Pour les deux Nadia, Christina, Yaya, Aïda, Djamile, Malake, Marguerite, Madeleine et les autres. Pour Yaël.

Shalom Alecheïm

Azniv


3 mois plus tard

Ils fixaient tous l'écran plasma sur lesquelles les nouvelles d'Al Jazeera défilaient en boucle depuis le tout début de matinée.

Eux, avaient été prévenus cette nuit.

Deux bombes avaient explosé à Jérusalem.

Trois avaient été désamorcées de justesse.

Une avait été découverte avant qu'elle ne soit armée prêt du St Mur, en dessous de la Ste Mosquée Al-Aqsa.

Étrangement pour cette dernière les terroristes n'avaient pas employés la méthode, devenue trop traditionnelle, du kamikaze. Mais un colis piégé.

Peut être, qu'en fin de compte, personne n'avait trouvé le « courage » de s'attaquer aux lieux les plus saints.

Il y avait eu une cinquantaine de morts dans les deux explosions selon les chiffres qui ne cessaient de défiler sur le bandeau en bas de l'écran.

Une vingtaine au consulat américain de Jérusalem. L'explosion avait été si forte qu'on ne voyait qu'un cratère à la place du bâtiment blanc qui faisait face à un grand parc verdoyant et à un hôtel de luxe. Une rue habité par pas mal d'occidentaux, dans un quartier juif.

Une trentaine dans la partie chrétienne de la vieille ville mais pas au St Sépulcre. Le terroriste l'avait amorcé avant, se faisant exploser dans les petites ruelles chargées de magasins. Des touristes de toutes les nationalités été à déplorées parmi les victimes, sans compter les commerçants et leurs familles…Ils pouvaient encore voir la fumée noire sortir du souk par la porte de Damas, soit à quelques kilomètres du lieu de l'explosion. Le bilan n'était certainement pas clos.

Le cœur de Juliette se serra devant l'image de ces femmes et de ces hommes qui sortaient abrutis du souk.

Elle avait tenté en vain de joindre ses amis sur place.

Rien.

Cela faisait longtemps qu'elle ne luttait plus contre les larmes. Elle s'en fichait de paraître faible devant ses amis. On venait de détruire sa maison. De propager la haine dans un des endroits qu'elle aimait le plus au monde.

Comme deux statues de sel, Ziva et elle se tenaient la main. L'étoile de David entre leurs deux paumes collées.

Derrière elle comme un rempart, les trois autres agents de l'équipe. Le visage fermé.

Ce n'était pas la première fois qu'ils perdaient une bataille. Pas la première fois qu'ils se battaient contre des terroristes. Ils savaient tous qu'après s'être remis du choc, ils reprendraient leur lutte et traqueraient sans répits leurs cibles.

A l'image d'un enfant ensanglanté, Juliette ferma les yeux en plaçant sa main libre sur son ventre rond.

A la place des sifflements des sirènes de pompiers, elle entendit des rires d'enfants, la voix un peu trop aiguës de l'animatrice se transforma en un doux chant. Le vent souffla sur son visage, elle vit les draps blancs en train de sécher sur les toits volés doucement au gré de ce même vent.

Elle était là sa Jérusalem. Celle d'or et de lumière. Dans les rires de ces enfants et les sourires de ces gens.

En paix.


Encore mercis et à bientôt Inc'h Allah ;-)